- Il y a peu de temps "Vélo Dordogne" fêtait ses six années d’existence. Une fête passée dans la douleur, puisque j’exposais à juste titre mes problèmes, dont ceux financiers entièrement à ma charge. A part un lecteur bienfaiteur qui se reconnaîtra, je n’ai rien reçu des autres, y compris de ceux qui me sollicitent en longueur d’année pour leur chercher des renseignements. RIEN DU TOUT d’eux !

vélodordogne

- Par contre il y a un commentaire qui me semble intéressant, puisqu’il a été rédigé par le webmaster de Sud Gironde cyclisme, qui connaît nos problèmes comme nos soucis… Je me permets de le citer :
-
"Je te comprends Bernard ! Difficile de tenir la distance, il y a des moments de doute, d'envie de tout laisser tomber. Ce sont des heures passées sur le clavier, au téléphone, sur la route, pas toujours dans la bonne humeur ... Comme tu le dis, il serait facile d'appuyer sur un bouton et hop tout serait terminé. Nos lecteurs n'imaginent pas, en plus du temps, les frais engendrés pour la bonne marche du matériel, car bien sûr il y a de l’usure, des trucs qui deviennent obsolètes, des frais à régler tous les mois, etc... J'ai été tenté à plusieurs reprises de cesser de me casser la tête, de rester tranquillement à la maison. Pour cela j'ai cherché un successeur, mais ... en vain ! J'ai encore plaisir à aller sur les courses rencontrer des organisateurs qui se démènent, mais il y a des jours ou je préférerais terminer la soirée au restaurant ou chez des copains. En réalité je rentre à la maison pour faire ce que je peux. Bilan à la fin de la saison, qui ne se termine pas en réalité, piste, route, cyclo cross, VTT ... la voiture a roulé et les gestes des organisateurs qui me font confiance couvrent les frais de carburant ! Bref je ne vais pas me plaindre, mais ça devient compliqué."
- Quand je pense au nombre de dirigeants qui gravitent autour des clubs et des comités et que je vois qu’il n’existe (dans notre coin) que deux bénévoles pour parler l’un du cyclisme d’aujourd’hui (actualités), l’autre de celui d’autrefois, je dis que c’est à la fois triste et précaire ! Triste parce que l’information du cyclisme ne tient qu’à un fil, précaire parce qu’on ne voit pas de relève se dessiner. Je ne me prends pas pour un indispensable, mais force est de croire que si ces deux bénévoles du net arrêtent leur site et bien vous tous, mes chers lecteurs, vous pourrez aller vous fouiller.
- Alors je ne fais pas l’aumône, pas plus que je ne réclame pas le Pérou ! Vélo-Dordogne ne peut continuer tout seul, même si cette folie voire l’acharnement à l’égard du cyclisme nous lie fortement. Et comme certains m’ont parlé de budget ou m’ont demandé combien il me fallait, je leur réponds que ce sont eux qui voient et qui jugent selon leur plaisir à lire ce blog. Attention ! Il ne s'agit pas d'un don, mais d'une aide consenti par vous pour palier au fonctionnement du blog et selon votre bon vouloir.
- Allez, que ce soit par le biais d’un club ou de celui d’un lecteur, cette aide (à l’ordre de Bernard Peccabin) entrediendra l’amitié… De plus, vous mettrez le bénévole que je suis en confiance, pour continuer sa tache dans la sérénité et dans la bonne humeur. Vous voyez, ce n’est pas plus difficile que ça…

VÉLO DORDOGNE - "POUR PARTICIPER AUX FRAIS"  © BERNARD PECCABIN
Adressez votre aide à Bernard PECCABIN, 8, rue Ludovic Trarieux 24000 PERIGUEUX