13 octobre 2016

FRANCIS DUTEIL

MORT D'UN GENTLEMAN CYCLISTE
(par Gérard Descoubes)

Francis Duteil

- Avec la disparition de Francis, c’est un garçon tout en pudeur, à la grande probité, l’homme d’une seule parole, que l’on pleure aujourd’hui. Il reste un des rares coureurs à avoir obtenu le respect et la reconnaissance de tous les pelotons cyclistes. Coureur à gros abattage, doté d’une résistance hors du commun, où même usé par la course, Francis restait toujours capable de trouver les ressources, comme dans un dernier réflexe de survie, pour flinguer encore et aller seul chercher la gagne. Homme des courses difficiles, c’était un solide rouleur qui excellait dans les bosses longues et dures. Une santé inaltérable aux fluctuations du temps comme à la longueur de la course, faisait de lui, le favori logique de toutes les épreuves dont il prenait le départ. Ce vrai coureur, pilier des équipes de France répondait toujours présent aux sélectionneurs pour exprimer son talent très loin de ses bases, la Colombie, les Etats Unis, le Canada entre autres. Bien qu’il ait eu de nombreuses propositions pour passer pro il les refusa toutes. A cela une appréhension récurrente, en rapport avec son grave accident de course subi en 1966 à Nontron, où à la sortie d’une courbe il frôla la mort en heurtant de plein fouet une voiture arrivant à contresens. Relevé avec la jambe gauche fracassée, il lui fallut une année complète de soins et de rééducation pour remonter sur son vélo, avec un déficit musculaire chronique de 20 pour cent sur sa jambe accidentée. Francis disait "que pouvais-je réaliser chez les pros avec une seule jambe" ! Au cours de sa vie Francis allait deux autres fois échapper par miracle à la grande faucheuse, au début des années 2000, rentrant d’une sortie à vélo, un automobiliste lui brule la politesse dans un rond-point, suite à un vol plané impressionnant, il restait convalescent plusieurs mois, puis en 2014, aux commandes de son petit avion il se crashe dans un champ, avant de finir dans l’Isle où il serait mort noyé sans l’intervention d’un agriculteur. Sa science de la course autant que sa force, lui valurent deux titres de champions de France sur route, le premier en 1976 à Eguzon où il se joue au sprint de J. Bernaudeau et C. Jourdan et en 1979 à Neufchâtel-en-Saesnois où il terminait seul, après avoir fait sauter à la pédale de redoutables finisseurs qui portaient les noms de : M. Larpe (2e) J. F. Rodriguez(3e) F. Castaing(4e). Véritable spécialiste de la course au maillot tricolore il s’était aussi classé 5e en 1980 à Villie-Mozon, 8e à Plumelec en 1970, et surtout 2e en 1973 à Dax où, alors qu’il remontait le long des barrières sans coup férir, H. Florio qui avait lancé l’emballage, ce dernier sans hésiter venait lui fermer la porte obligeant Francis à freiner pour ne pas chuter. Alors que tout son entourage l’incitait à porter réclamation, Francis tout en pudeur avait préféré en rester là. Dans un palmarès frisant les 260 victoires, les plus significatives en plus de ses titres nationaux restent : le Tour du Limousin 1970, le circuit du Cantal 1975, ses 2 Tours d’Ampurdan 1976 et 1980, la 5e étape du Tour d’Italie amateur 1977, la Tomate à Marmande 1980, le Tour de Dordogne 1981. De passage en Belgique en 1971 et 1979 il s’imposa aux Belges dans les redoutables courses de Kermesses, si spécifiques aux coriaces coursiers Flamands qui s’inclinèrent devant lui à Overwinden en 1971 à Sainiez et Liernu en 1979. En 1987, en fin de carrière il décrochait les 4e et 13e étape de la Milwaukee-Classic aux U.S.A. L’année suivante invité comme vedette étrangère, il réalisa une tournée de critériums, triomphant à Springsville (Alabama) et à Miami (Floride) la dernière victoire de son fabuleux palmarès. Durant sa longue carrière, il a porté haut les couleurs des clubs suivants : CC. Périgueux 1962 à 1964, CC. Bordelais 1965 à 1969, CRC. Limousin 1970 à 1982 puis de 1984 à 1990.
- Né le 25 mars 1947 il est décédé le 9 octobre 2016 des suites d’une longue maladie.
Respect à vous Monsieur Francis Duteil, pour le Monsieur que vous étiez sur le vélo et celui que vous aviez su rester dans la vie. A partir de maintenant c’est avec beaucoup de mélancolie que nous continuerons à parler de toi.
Gérard Descoubes

VELO DORDOGNE - HOMMAGE A FRANCIS DUTEIL © Gérard DESCOUBES

Posté par Bernard PECCABIN à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]