LE DERNIER CRABE RESCAPÉ DE BORDEAUX-ARCACHON N’EST PLUS

1_20111001_134458[1]

- Cela n’a rien à voir avec notre Dordogne, mais dans la vie il y a des actualités qui dépassent le cadre local et dont il faut évoquer. Le décès de Norbert Bougon en fait parti, car il a été un grand personnage du cyclisme régional et principalement du bassin d’Arcachon. Décédé dans sa 97° année, il a connu de par ses grands parents et ses parents le cyclisme du 19° siècle, celui du 20° et celui du début du 21° siècle. C’est un homme qui n’a vécu que pour le vélo dont il était un ardent pratiquant. Sa grande malchance, c’est d’avoir eu 20 ans au seuil de la deuxième guerre mondiale, ce qui l’a privée d’accéder plus haut dans la hiérarchie comme il rêvait tant.
- "Dordogne Cycliste" a connu Norbert Bougon lorsqu’il a retracé l’histoire de la plus vieille classique régionale Bordeaux-Arcachon. Il m’avait à cette occasion adressé un gentil courrier qui doit dormir je pense dans mon capharnaüm d’archives. Il m’avait aussi remis un livre sur ses mémoires cyclistes qu’il n’a jamais éditées par pure modestie. Un ouvrage de 230 pages et même plus, au vu de la petite police de caractères employée, un livre qu’il n’a jamais publié, mais dont je conserve jalousement dans mes étagères, tellement il est si bien écrit. Je l’ai lu presque d’un trait tellement il était captivant et je vais juste me permettre de vous transcrire ses premières phrases : "Me voici sur ma machine à écrire, "les cahiers roses" à portée de ma main, entassés les uns sur les autres... Je suis heureux de les retrouver là, avec leurs pages jaunies par les années, car ils vont m’aider à me souvenir de ce passé qui m’apparaît aujourd’hui si lointain..
- J’éprouve toujours la même émotion quand, par hasard, je les feuillette, car on peut y trouver à la fois mes propres impressions, écrites à la hâte au lendemain d’une course et des articles de journaux collées tant bien que mal, relatant mes "exploits" de la veille.
- Ces cahiers sont les témoins de nombreux épisodes de ma vie, durant une période qui prit fin avec la déclaration de la guerre ... Période dont il m’est impossible de me souvenir sans la nostalgie que l’on peut imaginer. C’est avec la passion que donne l’espérance que j’y avais consigné tous les faits importants vécus au cours de mon existence, pendant laquelle je ne poursuivis qu’un seul but : devenir Champion Cycliste Professionnel...
-En effet plus de cinquante ans nous séparent de cette époque où l’avenir se présentait à moi avec toutes ses promesses... Hélas, la tourmente de 1939 vint mettre brusquement un terme à cette carrière qui se dessinait...
- Si j’éprouve en ce moment le désir de fouiller dans mes souvenirs, c’est afin d’accomplir
un vœu qui, depuis quelques temps hante mon esprit : j’ai la profonde conviction, à tord ou à raison, que chacun de nous devrait, à un moment de sa vie, plus particulièrement lorsqu’on est devenu, selon l’expression consacrée, un "homme âgé", faire un retour en arrière...
- Pourquoi se retourner vers son propre passé ? Pourquoi surtout en faire état et en écrire un récit ? A cette question je ferai deux réponses, car il y a deux raisons qui m’ont incité à poursuivre ce but :
- Tout d’abord, c’est parce qu’il m’est agréable au fil des pages relatant ce qui fut, de me souvenir de la plupart des évènements qui ont constitué ma première jeunesse et de retrouver ainsi avec l’atmosphère de l’avant guerre, des sentiments oubliés, voire des états d’âme enfuis pour toujours...
- Ensuite, j’ai l’orgueilleux désir par ce moyen de faire connaître mieux à ceux que j’aime, à ceux qui me sont proches, à ceux pour qui j’ai de l’estime, l’être que je fus à cette époque... Un être dont ils ne peuvent qu’imaginer l’identité...
- Je veux donc écrire désormais pour mon fils, pour ma fille, pour mon petit-fils, pour mes petites filles, ou qui sait, pour un lointain descendant... "
etc, etc... soit plus de 230 pages aussi captivantes les unes que les autres, merci M. Bougon !

- Le cyclisme régional vient de perdre un grand personnage de son histoire. Si vous voulez d’ailleurs mieux le connaître, cliquez sur les liens ci-dessous et principalement sur la 6° partie où il gagnait en 1938 Bordeaux-Arcachon, la course des ses rêves. Il devenait le 3° Bougon à remporter l’épreuve quelques années après son grand-père (1909) et la victoire de son père (1920 en vététrans). Arcachon a été un grand berceau de notre cyclisme, celui de la piste, celui des frères Magne, celui d'Hubert Longau ancien président du comité de Guyenne.
- Le dernier des mohicans nous a quittés, disons plutôt le dernier crabe rescapé de la défunte épreuve, décapitée du calendrier FFC depuis 2004 pour cause de circulation et de l’invasion touristique. Mais on conservera longtemps son image, son souvenir, sa mémoire, celle d’un passionné de vélo qu’on affectionne tant... ne serait-ce qu’au travers des 19 liens que je vous propose ci-dessous, à lire absolument...

2_20111007_140854[1]

De gauche à droite l'UC Arcachon d'avant guerre avec Robert Lafon, René Prévot, Elie Daraillan,
Gabriel Hargues, Jean Andrevie, Robert Dutein, Norbert Bougon
Revivez l’histoire de Norbert BOUGON sur ces liens de la Dordogne Cycliste

- Bordeaux-Arcachon (histoire d’une classique - 1° partie) palmarès 1892-1899
- L’influence de Maurice Martin (histoire d’une classique - 2° partie) palmarès de 1900 à 1913
- Bordeaux-Arcachon (Hypothèses des premières éditions - 3° partie) palmarès de 1914 à 1933
- Une ville, un club, un homme (4° partie) - palmarès de 1934 à 1960
- Norbert Bougon, dernier crabe rescapé de Bordeaux-Arcachon (5° partie) palmarès de 1961 à 1975
- Norbert Bougon consacré pour l’éternité (6° partie)
- Bordeaux-Arcachon 1946 et 1947 (7° partie) - palmarès de 1976 à 1985
- Bordeaux-Arcachon 1948 et 1949 (8° partie)
- Bordeaux-Arcachon 1950 et 1951 (9° partie) - palmarès de 1986 à 1997
- Bordeaux-Arcachon 1952 et 1953 (10° partie)
- Bordeaux-Arcachon 1954 et 1955 (11° partie)
- Bordeaux-Arcachon 1956 et 1957 (12° partie) - palmarès de 1998 à 2004
Bordeaux-Arcachon 1958 et 1959 (13° partie)
- Bordeaux-Arcachon 1960 (14° partie) - palmarès des vétérans
- Potins des différentes éditions de 1892-1947 (15° partie)
- Potins des différentes éditions de 1948 à 1962 (16° partie)
- Potins des différentes éditions de 1963 à 2004 (17° partie)
- Récapitulatif du palmarès de Bordeaux-Arcachon (18° partie)
- Norbert Bougon par Gérard Descoubès (Sud Gironde)

Remerciements à tous ceux qui m'ont aidé et plus particulièrement les archives du journal l'Athlète sur lequel j'ai repris les articles de Charles Bidon son éditorialiste. Merci à Jean-Paul Laplagne maître de conférence en sciences du sport et de l'éducation physique et sportive à Bordeaux 2, merci à Alain Chaussat animateur des derniers Bordeaux-Arcachon, merci à Philippe Dessimoulies qui m'a remis le palmarès d'après guerre. Je dois plus qu'un merci à Norbert Bougon, ancien coureur, vainqueur en 1938 et auteur d'un livre sur sa mémorable carrière cycliste ! Merci à M. Claude Tiffon actuel Président de l'UCA et à Stéphane Eyquard vainqueur en 2001. Merci enfin à Christian Castéra lauréat en 1958 et aujourd'hui disparu, qui au travers d'une lettre de remerciement m'avait incité à raconter l'histoire de cette classique avec mes petits moyens.
NORBERT BOUGON était ancien conseiller municipal d’Arcachon, ancien président de l’UC Arcachonnaise, président d’honneurdes Anciens des Enfants d’Arcachon et médaille d’or de la Jeunesse et des sports

VELO DORDOGNE - NORBERT BOUGON © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/