30 décembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (8° partie)

1995 DE RETOUR AU GUIDON AGENAIS

1995 Villeneuve

- Pour cette saison 1995, Stéphane Reimherr a atteint l’âge de vingt-et-un ans. Le jeune homme a terminé son apprentissage cycliste chez les cadets et juniors. Mieux, il a accompli une belle première saison chez les espoirs en 93. Puis il détient son CAP, son service militaire est terminé, une nouvelle vie commence pour lui. Charpentier, il effectue des semaines de plus de cinquante heures chez un patron, mais ayant le virus du vélo dans la peau, il tient à marquer cette nouvelle saison avec un esprit d’homme neuf, qui rentre dans un monde nouveau, celui des adultes, par exemple et du cinquantenaire de son club de formation, le Guidon Agenais.
- Un Guidon Agenais qui détient une belle équipe de coureurs espoirs (18 à 23 ans) avec Frédéric Castagnet, Gilles Canouet, Denis Laujol, Nicolas Mothes, Thibaut Salban et Stéphane Reimherr. Chez les séniors on retrouve Bernard Lorenzon, Franck Szewe, Bruno Vigué, Frédéric Daugé, Jean-Claude Audino et le polonais Rafal Wieckzoreck. Chez les cadets on compte sur Sébastien Mothes, Lionel Laffargue, Sébastien Marc, Thierry Lepied, Patrice Vannier et Grégory Benouahab.

1995 Castets en Dorthe

Lâché à Castets en Dorthe, ça arrive chez Reimherr, mais rarement...

- La première victoire de la saison arrivera le 8 mai, lors du VIII° Tour de l’Agenais, où sous une chaleur écrasante il secoue le peloton par une attaque phénoménale. Jusqu’à la mi course il sera en tête avec trois autres concurrents. Puis il recevra le renfort de son équipier Canouet, qui le lâchera. Mais Reimherr reviendra sur lui. Les deux Agenais uniront leurs efforts sur les ultimes bosses du parcours, puis Reimherr triomphera avec 50 mètres d’avance sur Canouet

1995 Périgueux

Ronde des boulevards à Périgueux (8°) et une place de lauréat pour Leroy de Bon-Encontre

- En juin, lors d’une nocturne à Agen, Stéphane Reimherr s’en va d’emblée seul. Il infligera un tour complet à ses adversaires pour gagner dans ce style qu’on lui connaît. Une première place méritée pour ce coureur combatif, constamment aux avants postes et qui avait du se contenter d’une deuxième place à Saint-Romain le Noble puis au Championnat départemental.
- Malgré un beau plateau à la nocturne de Bruch dont le champion de France Gérald Lièvin, Stéphane Reimherr partira seul  en éclaireur, fidèle à son principe. Même s’il sera repris par les ténors de la soirée, il réalisera une belle course en terminant quinzième.

1995 Marsac

Gentleman de Marsac où Reimherr a terminé 5° associé à son père

- En cette saison 1995, la presse locale s’empare des qualités de ce coureur qui monte en puissance. Qui pourra encore écrire que Stéphane Reimherr est un grand coureur, qui ne gagne pas toutes les courses que son talent lui autoriserait parce qu’il manque cruellement de sens tactique ? Le Tour de l’Agenais qu’il a remporté par exemple seul en menant la course de bout en bout démontre incontestablement le contraire ! Indubitable, Stéphane Reimherr a maintenant la tête et les jambes ! Beaucoup mieux encore, parce qu’il sait toujours donner à ses succès cette once de plus-value sous forme d’exploits personnels somptueux. Il a la classe, le panache, on le savait déjà. En signant sous les couleurs du Guidon Agenais une formidable saison 1995 (trois victoires et dix-sept places sur le podium), il nous a appris qu’il était aussi parvenu à la maturité, celle qui fait les grands champions.

1995 Monpezat

4° à Monpezat du Quercy

- On savait de longue date qu’il possédait des qualités exceptionnelles, mais d’aucuns, dans son entourage technique autant que parmi ses pairs les coureurs, se désespéraient de le voir les extérioriser, les concrétiser. Il les a rassurés et même au-delà. S’il a légitimement conquis une popularité, Stéphane s’est surtout convaincu de son potentiel et donné la formidable envie de travailler toujours plus pour confirmer dans les années à venir.
- Parce que justement il ne cède jamais à la facilité, sa vertu, c’est l’humilité, Reimherr est différent de bien d’autres, maintenant c’est gagner de grandes courses qui l’intéresse.
- Pour ce sensible qui cache très bien sa nature sous une fausse désinvolture, la sécurité du lieu de vie est prépondérante. Il aime se sentir dans un milieu qui le comprend et qui l’apprécie. Pour cela il vient de signer une mutation pour un club du comité des Pyrénées, l’US Montauban, aux côtés des chevronnés Ferrer, Escudé, Cazalens, Grechi, Chatelas, Bessard, Asmaker et Lanxade. Avec eux il va poursuivre une logique progression, tout en étant un équipier de luxe, ce n’est pas fait pour l’effrayer...

1995 René Gayné

Le décès de René Gayné : Il n’a pas assisté à l’assemblée générale qui s’est tenue voilà quelques jours au café Foy. Le mal terrible qui vient de l’emporter l’avait empêché de vivre l’un des temps forts de ce club qu’il dirigeait depuis vingt-cinq ans, avec la passion tranquille de ceux qui aiment vraiment. "Papa" Gayné - notre photo en médaillon - est mort, le 16 décembre, à l’âge de 75 ans, des suites d’une longue maladie. Et la nouvelle de sa disparition a jeté la consternation dans les milieux sportifs agenais et dans le monde du cyclisme lot-et-garonnais où il était estimé, apprécié.
- René Gayné et le cyclisme... Une longue histoire qui avait commencé, au sein du Guidon Agenais, en 1968. C’est à cette époque là que René Gayné, enfant du Passage, qui fut longtemps plombier-chauffagiste sur la rive gauche intégra, avec son épouse, Marie-Françoise, le club auquel Gabriel Dumas s’efforçait, avec passion, de redonner le lustre d’antan.
- René Gayné lui succéda en 1970. Inscrivant son action dans la continuité, continuant d’organiser les épreuves traditionnelles marquées du sceau du Guidon Agenais, où bon nombre de jeunes coureurs faisaient leurs premières armes.
- Jeunes cyclistes, c’est pour eux que René Gayné, venu au cyclisme en suivant les efforts de l’un de ses neveux, Guy Mazet (la génération de Michel Perrin) se dépensait sans compter. Il savait détecter les jeunes quand ils étaient minimes et les former, assurant leur progression chez les cadets, chez les juniors, tous l’aimaient.
- Ainsi figurent dans les annales du Guidon Agenais les noms de Bajan, qui fut champion de France amateur, de Dominique et Frédéric Péré (le dernier champion de France junior), de Gilles Canouet et de Frédéric Castagnet tous deux champions d’Aquitaine, de Stéphane Reimherr.
-
Il leur parlait en père de famille. Il savait trouver les mots qui convenaient, dit ceux qui l’ont côtoyé en évoquant la figure d’un grand organisateur. En lui remettant la médaille de la jeunesse et des sports, il y a quelques années, Jean Pinasseau avait salué "le mainteneur de la course cycliste en Agenais" qu’était René Gayné, quatrième président d’un club né il y a plus de cent ans et avait rendu hommage au couple indissociable d’animateurs et d’organisateurs formé par Marie-France et René Gayné.
- René Gayné est mort ! Nous ne reverrons plus la silhouette discrète de cet homme dont la timidité cachait mal la passion qui l’animait. Il nous manquera...
- LES_DEBUTS_DU_GUIDON_AGENAIS (cliquez sur le PDF)

Palmarès de la saison 1995 : dans le peloton à Montastruc (1° Gilles Chauvin - GSC Blagnac), lâché à Tonneins, abandon Trophée des Bastides à Villeneuve sur lot (1° Igor Pavlov - GSC Blagnac), 9° Monsempron (1° Stéphane Muet - US Bouscat), dans le peloton à Albi, abandon à Sos-Mézin (1° Frédéric Bonnel - VC Cubzac), 2° Saint-Romain le Noble (1° Gilles Canouet - Guidon Agenais), lâché à Grands Fonds (1° Fabien Montet - Saint-Alban), dans le peloton à Orthez-Orthez (5° d’une étape), 2° Championnat du Lot-et-Garonne au Saumont (1° Frédéric Castagnet - Guidon Agenais), 1° Tour de l’Agenais, 4° Roquecor (1° Gilles Canouet - Guidon Agenais), 15° Saint-Barthélémy d’Agenais (1° Gilles Canouet - Guidon Agenais), 4° Monpezat du Quercy (1° Sébastien Bessard - US Montauban), 3° Bias, 3° La Passage (1° Rafal Wieckzoreck - Guidon Agenais), 1° Agen cité Rodrigues, 7° Lannes (1° David Polloni - AC Bon Encontre), 5° Nérac en nocturne (1° Paul Kashareck - AC Bon Encontre), 4° Caussade, 10° Tonneins (1° Stéphane Meynier - CC Marmande), 2° Montagudet (1° Jean-Jacques Massou - US Tonneins), 5° Castelsarrasin, 2° Barbaste (1° Fabien Dupin - Guidon Saint-Martinois), 2° Campsas, 15° Castelsarrasin, lâché à Castets en Dorthe (1° Anthony Langella - CC Marmande), 8° Ronde des Boulevards à Périgueux (1° René Leroy - AC Bon Encontre), 10° Sérignac sur Garonne (1° Thierry Bottechia - UC Arcachon), dans le peloton à Bruch (1° Gérald Lièvin - UC Châteauroux), 14° Montastruc, 2° Meylan (1° Stéphane Valade - EC Foyenne), 8° Nay (1° Frédéric Castagnet - Guidon Agenais), abandon à Agen (1° Henrick Sobinski (UV Auch-Lectoure), abandon Lusignan le Petit (1° Sergio Previtali - Italie), 15° Fronton (1° Christophe Bassons - (UV Mazamet), 13° Labastide d’Armagnac (1° Anthony Langella - CC Marmande), 11° Toulouse, 5° Gentleman de Marsac sur l’Isle associé à son père (1° Nicolas Fournier du Mérignac VC - Samuel Duval non licencié).

1995 où

Dernière saison chez les "rouge et blanc" du Guidon Agenais

Bilan de la saison : 43 courses courues, deux victoires, sept places de deux, deux places de trois, quatre places de quatre, deux places de cinq et six victoires sur piste. Passe en deuxième catégorie en août.

LIENS SUR LE MEME THÈME

- La saison 1995 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant).
-
Stéphane Reimherr à l’AC Bon-Encontre - 7° partie - 1994)


VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (7) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1996 Un départ difficile dans le haut niveau
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 décembre 2017

PATRICK DELMONTEIL S’EST ÉCHAPPÉ

L’ancien coureur Bergeracois nous a quittés ce matin

vaincu par une terrible maladie

IMG_5476

En 2007, à Saint-Martin de Fressengeas Patrick Delmonteil soulève
la coupe de la victoire de son équipe au championnat départemental

- Après Jacques Martin, Gilbert Cuménal, Joaquim Serrano, Alex Boucher et Valentin Huot, Patrick Delmonteil s’en est allé, terrassé par une cruelle maladie qui le rongeait depuis des années. C’est en ce matin du 29 décembre 2017, que Patrick nous a quittés sur son lit d’hôpital à Périgueux, après un ultime combat qui a fini par le vaincre... Né le 15 novembre 1953 à Auch, Patrick a été coureur de série régionale au sein de l’EVCC Bergerac, avant de devenir le coach si apprécié des licenciés. Il était le frère aîné de Thierry également coureur très connu.
- Patrick était un habitué des circuits et vivait surtout par le vélo. Même si son palmarès n’est auréolé que de quelques bouquets, c’est notamment par sa fidélité, sa gentillesse et sa présence sur nos routes qu’il s’est fait remarquer et adopter par la petite reine. On peut signaler ses quelques succès connus comme à Saint-Louis en l’Isle, Lalinde, Bergerac, Echourgnac et sans doute bien ailleurs... Il a également couru chez les vétérans. Détenteur d’un brevet d’entraîneur, il a coaché non seulement ses couleurs mais aussi celles du comité de Dordogne dont il a été élu au sein du collège des éducateurs.

2006 Saint-Astier

Et un trophée de plus pour l'équipe de Patrick Delmonteil en 2006 à Saint-Astier

- Patrick Delmonteil était d’une façon imagée un soldat de la route. Il a été remarqué plus par sa présence, sa fidélité au cours de longues et multiples saisons que par ses succès. Piqué comme on le dit dans notre jargon par un rayon de bicyclette, il détient certainement un long chapelet de campagnes sur route. Il connaît bien le métier de coureur et il a su surtout l’inculquer auprès des jeunes qui lui doivent beaucoup.
- En cette pénible circonstance, "Vélo Dordogne" exprime ses vives condoléances à sa famille et à ses proches. Ses obsèques se dérouleront le 2 janvier 2018 à 10h15 au crématorium de Bergerac, rue de l'Espinasset.

2007 fraise

En 2007, coach de l'équipe Dordogne au Grand Prix de la Fraise

NDLR : Le club de votre serviteur organise chaque saison une gentleman avec le Rotary Cyrano Bergerac, dont les bénéfices vont pour la recherche de la maladie de Charcot. Patrick est décédé de ce mal.

VELO DORDOGNE - PATRICK DELMONTEIL © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

SAINT-MARCEL DU PÉRIGORD (course disparue)

- La particularité de cette épreuve réside dans le fait qu’elle a été mise sur pied par le CC Périgourdin et non par le CC Lindois. Ceci du fait que le président Leygues ou son fils avait des attaches familiales avec cette commune. Saint-Marcel du Périgord est une commune de 129 habitants construite dans la vallée de la Louyre. Sa fête est fixée le troisième dimanche du mois de mai.

Saint-Marcel

Quelques lauréats de la course de Saint-Marcel du Périgord
avec de gauche à droite Moïse Bodin (1955),
Pierre Mémy (1959), Serge Daubisse (1970) Dominique Eyquard (1975) et Gil Neyssensas (1983)

Palmarès connu : 1955 Moïse Bodin (VC Villefrancois), 1957 René Lardy (Sarlat), 1959 Pierre Mémy (CC Lindois), 1960 Serrot (Saint-Aulaye VC), 1961 Antoine Loustalot (Bergerac), 1965 Pierre Péquignot (CC Belvès), 1966 Munaritz (Langon), 1967 Breulaud (Sainte-Livrade), 1969 Lécuyer (CC Lindois), 1970 Serge Daubisse (CC Périgourdin), 1972 de Santi (Talence), 1975 Dominique Eyquard (AS Libourne), 1976 Jean-Claude Tédo (Guidon Agenais), 1979 Francis Garcia (Stade Montois), 1980 Chassagne (VC Langon), 1983 Gil Neyssensas (CC Montpon).

VELO DORDOGNE – ST.MARCEL DU PÉRIGORD - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2017

1992 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (52° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST (25 au 31 décembre 1992)

- En cette fin de saison, il est aussi venu l’heure de la publication des challenges route pour l’Aquitaine. Gilles Dubois (CC Marmande) remporte le challenge séniors, Christophe Cuzacq (Stade Montois) celui des espoirs, Anthony Langella (CC Marmande) vire en tête chez les juniors, Sébastien Dulucq (AS Hossegor) devient premier cadet, Nicolas Weber (La Teste) gagne en minimes, alors que Laurence Restoin (Mérignac VC) s’adjuge le challenge féminin.

- Fin de saison à Bagneux d’Argenton et son 9° cyclo-cross placé sous le contrôle technique du VC Thouars. Thierry Turpaud (Pédale Saint-Florent) s’adjuge le bouquet de la victoire en devançant Princeau (Challans) et Chabiron (Bressuire).

IL Y A 25 ANS DANS LE PERIGORD

JSA école de vélo 92

Les jeunes de Saint-Astier avec leurs dirigeants

- Reprise des entraînements à l’école de cyclisme de Saint-Astier avec Pierre Desmoulins, Gaëtan et Marcelle Granger et Michel Courbalay (notre photo).
- A Sarlat nouveau départ du Cyclo-Club Sarladais après une réunion extraordinaire avec les représentants de la mairie. Claude Daubisse en est le président qui sera assisté par Claude Mora vice-président délégué.
- Ci-dessous, les résulats des Challenges Dordogne des jeunes de la saison 1992 (juniors, cadets, minimes, écoles de vélo et clubs)

- Challenge_Dordogne_des_jeunes_1992 (téléchargez le PDF)

VELO DORDOGNE - 1992/52° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 00:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2017

1967 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (52° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

25 au 31 décembre 1967

Labourdette Bernard

- Bilan satisfaisant à la Pédale Nontronnaise qui a remporté 53 victoires soit neuf pour Francis Dubreuil, quinze pour Philippe Barraud, quatre pour Marcel Vidal, trois pour Michel Simon, trois pour Patrick Merle, seize pour Michel Brun et deux pour Alain Buffière. Le club a organisé trente trois épreuves ce qui souligne une saison florissante pour le club du Périgord Vert.

- Bernard Labourdette (en médaillon) fêté par le FC Oloron qui a tenu son assemblée générale récemment. Labourdette et ses seize victoires ont été mises à l’honneur et saluées par un tonnerre d’applaudissements. Puis ont été cités : Alain Loustaunou (5 vict), Albert Loustau (3 vict), Robert Garcia, André Tessier, Pierre Mainhagu (3 vict). Le club a enfin organisé dix épreuves sans oublier le championnat d’Aquitaine des cadets et le support de l’arrivée d’une étape du Tour de l’Aragon.

- Le cyclo-cross de Noël disputé à Orthez a vu la victoire de Jean-Pierre Ducasse le champion de France qui a profité de l’absence de Bernet. Serge Dubois (Capbreton) prend la deuxième place et Lopez (Navarrenx) termine en troisième position et complète le podium.

IL Y A 50 ANS DANS LE PÉRIGORD

- Rien à signaler en Périgord au cours de cette ultime semaine. A vrai dire, la Dordogne terre cycliste détient de nombreuses organisations et de bons coureurs pour lesquels on attend  une belle démonstration de leur potentiel. Le plus gênant c’est de voir nos coureurs partir pour évoluer soit en Limousin, soit  dans le Bordelais...

VELO DORDOGNE - 1967/52° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 décembre 2017

BANEUIL (course disparue)

BERCEAU DE POLYREY

Audeguil

- Baneuil village de 250 habitants n’est pas très connu. Mais si vous prononcez le nom de l’usine Polyrey, les esprits seront bien vite réveillés. A l’origine cette usine de papier avait été le grand soutien du CC Lindois dans les années 1960. Quelques organisations ont vu le jour, lors de la fête patronale qui se tient le premier dimanche de septembre.

Palmarès connu : 1953 Melchior (CC Lindois), 1961 Pierre Fifre (CC Lindois), 1963 Alain Maroussie (AS Miramont), 1964 Jacques Bouillon (Girondins de Bordeaux), 1965 Daniel Chort (CC Lindois), 1968 Jean-Claude Losmède (UCD Villeneuve), 1970 Jean Taulou (CC Périgueux), 1971 Patrick Audeguil (Sainte-Livrade) en médaillon.

VELO DORDOGNE - BANEUIL - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (7° partie)

1994 AU CLUB DE BON-ENCONTRE

1994 Bon Encontre début de saison

1994, Stéphane Reimherr roule pour l'AC Bon Encontre-Boé 

- 1994 constitue un tournant dans la vie de Stéphane Reimherr qui fête ses vingt ans. Pour la première fois de sa jeune carrière cycliste, il quitte le Guidon Agenais pour porter les couleurs de Bon-Encontre soutenues par les vêtements Derby d’Agen. Bon-Encontre est aussi le point de départ avec son accession en deuxième catégorie. Dans le club du président Dubreuil, Reimherr rentre vite dans le bain. Des souvenirs rejaillissent dans les esprits, avec le Championnat du Lot-et-Garonne couru la saison passée à Monsempron. On se souvient de la lutte ardente entre lui et Maxime Cazeaux, puis les félicitations du président Dubreuil à l’encontre de Reimherr qui déjà l’adoube lors du protocole. Désormais les deux rivaux vont rouler pour la même paroisse en compagnie de Philippe Naïbo, Alain Salabert et quelques cadets.

1994 Bon Encontre

Maxime Cazeaux l'ancien, Stéphane Reimherr le jeunot avec le président Dubreuil

- Mieux dans un article de presse de cette période on lit : "Si la valeur de Stéphane Reimherr était côtée en bourse, nul doute qu’elle atteindrait aujourd’hui une somme intéressante. Reimherr c’est avant tout un rouleur hors pair, c’est dans domaine qu’il a acquis une grade notoriété que la saison 94 devrait confirmer".

1994 Damazan

L'ouverture à Damazan ici avec les leaders de la journée piste

- Dès la fin janvier, il surclasse ses adversaires en terminant avec un tour d’avance l’individuelle. Puis le 6 février, on rentre vite dans le vif du sujet avec un autre rendez vous sur la piste de Damazan. En remportant la course aux points et l’élimination à Damazan, Reimherr est déjà en forme. C’est alors qu’il déclare s’entraîner à plein temps, étant appelé sous les drapeaux le 1° avril prochain.
- Le 2 mars c’est le rendez-vous sur route à Beauville avec son énorme côte à avaler et un départ canon de Reimherr dès le premier tour, qui le propulsa en tête de la course durant les sept tours sur les neuf à effectuer. Paul Sentous le Toulousain effectua la jonction et gagna alors que Remherr paya sa débauche d’efforts pour se classer 5°.

1994 bias

Alors qu'il est dans la bonne échappée, Reimherr fait le forcing après une crevaison,
il terminera deuxième de cette épreuve à Bias

- Le 4 avril, il court à Saint-Romain le Noble, une course qui ne lui a jamais sourit jusqu’à ce jour. Dix-huitième en 1991, troisième en 1992, il manque encore le bouquet la saison passée suite à une crevaison dans le final. Mais cette fois, cette victoire il l’a tient et cela devant le Marmandais Alain Lagière ce qui confirme sa forme ascendante. Mais il était dit que cette saison 94 serait courte car voilà qu’un ordre d’appel sous les drapeaux vint mettre un terme à son début de saison. Incorporé au 126° Régiment d’Infanterie de Brive, Reimherr effectuera là-bas ses classes puis rejoindra le 35° Groupement de Camp à La Courtine. Sur que cet éloignement n’arrangera pas les choses pour pratiquer le cyclisme. Du haut du plateau des Millevaches, rentrer à la maison en train constituait une longue aventure, qui laissait juste le temps de dire bonjour à papa et maman. La mort dans l’âme, il devra faire l’impasse sur cette saison 1994. Mais ce qu’il faut retenir, c’est le fait que Reimherr sortira grandi de cette épreuve. Car c’est une véritable école de la vie que Stéphane accomplit. La première d’elle avec ce cyclisme qu’il pratique et qui reste une discipline sportive très exigeante, la deuxième avec son entrée chez les Compagnons du devoir, la troisième avec le service militaire durant dix mois. Soit de nombreux thèmes qui serviront à durcir le mental du coureur Lot-et-Garonnais.

Palmarès de la saison 1994 : dans le peloton à Tonneins (1° Gilles Zech - FC Oloron), 2° Bias (1° Jérôme Lozach - VC Sainte-Livrade), 18° Monsempron (1° David Escudé - US Montauban), 5° Beauville (1° Sébastien Rouby - US Montauban), 14° Cénac et Saint-Julien (1° Eric Frutoso - US Montauban), 8° Sos-Durance (1° Christophe Duplaa - FC Oloron), 1° Saint-Romain le Noble, 17° Trémolat (1° Ludovic Grechi - US Montauban), abandon à Bon Encontre (1° Ludovic Grechi - US Montauban).

1994 La Courtine

Stéphane Reimherr militaire à Brive puis à La Courtine, soit une saison 94 de perdue

LIENS SUR LE MEME THÈME  .
- La saison 1994 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant). .
-
Stéphane Reimherr (première saison chez les séniors - 6° partie - 1993)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (7) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1995 De retour au Guidon Agenais
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2017

1992 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (51° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST (18 au 24 décembre 1992)

ag cr 92

En présence de Daniel Baal, Jean Pitallier récompense Elisabeth Chevanne-Brunel
2° du Mondial à Athènes, 3° du Championnat de France et championne d'Aquitaine dames juniors

- L’assemblée générale du Comité d’Aquitaine s’est déroulée le 20 décembre au palais des congrès de Bordeaux sous la présidence de Jean Pitallier et en présence de Daniel Baal, trésorier fédéral. Le comité compte 144 sociétés pour 3974 licenciés et 898 épreuves organisées. Cette assemblée élective, a été renouvelée avec 28 membres sur 48 candidatures présentées. On retrouve le président Pitallier réélu avec Max Laville à la trésorerie et Yves Perpignan au poste de secrétaire.

ag cr 92

Augustin Lissandreau (EC Ribérac) a reçu la médaille d'argent de la reconnaissance cycliste


- Le même jour le Limousin a présenté son bilan à l’Hôtel de ville de Limoges sous la présidence de Pierre Houriez. Claude Fayemendy devient nouveau président d’un comité qui totalise 1412 licenciés répartis dans 38 sociétés qui ont mis en place 340 organisations.
- La Couronne a accueilli le Comité du Poitou-Charentes sous la présidence intérimaire de Bernard Venien suite au décès d’André-Claude Boutelier. Pour la saison, le comité compte 2918 licenciés répartis dans 79 clubs qui totalisent 666 organisations. Jacques Suire a été élu nouveau président.
- Le 19 décembre Jean-Paul Raymond (Pédale Faidherbe) prend sa revanche au cyclo-cross de Lormont-Génicart puisqu’il bat Bruno Blangeois champion régional en titre et Guy Chassang (Château-Meillant). Le lendemain à Abjat sur Bandiat en Dordogne, Raymond confirme en remportant l’épreuve cette fois devant Jean-Claude Ulbert son équipier et Bruno Blangeois (Guidon Pellegruen).

IL Y A 25 ANS DANS LE PERIGORD

abjat CC 92

Jean-Paul Raymond en tête dès le départ à Abjat conservera sa place jusqu'au bout

- Cyclo-Cross d’Abjat sur Bandiat (UC Nontron) : 1. Jean-Paul Raymond (Pédale Faidherbe), 2. Jean-Claude Ulbert (Pédale Faidherbe), 3. Bruno Blangeois (Guidon Pellegruen), 4. Bernard Estève (Pédale Faidherbe), 5. Pascal Mestadier (Bon Encontre), 6. Thierry Gélabert (La Réole), 7. Thierry Thoreaux (Saint-Junien), 8. Philippe Gilleron (Millau), 9. Eric Stoïkowitch (Pédale Faidherbe), 10. Thierry Tarnaud (UV Limoges), etc…

VELO DORDOGNE - 1992/51° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2017

WEB ET PRESSE CYCLISTE LOCALE : QUE FAUT-IL EN PENSER ?

Ā QUAND DES SOURCES D’INFORMATIONS PÉRÈNES ?

Cyclisme journal

- On le voit, on le lit, on le constate, internet a révolutionné les informations à tous les niveaux et chacun sait que la presse papier elle, est aujourd’hui en souffrance.
- Dans notre monde cycliste, je parle du régional/local où nous avons sombré dans un capharnaüm de sites plus ou moins sérieux, nous sommes en manque de repères. De nombreux clubs, structures, voire de comités départementaux, parfois même régionaux se sont lancés dans la toile... mais pas dans la durée, avouons-le ! C’est toujours à renforts d’annonces et de promesses, qu’on se lance dans la page d’accueil avec quelques rubriques que l’on ajoute, pour s’arrêter à ce stade... Ce sont donc la plupart du temps, des sites morts nés.
- Aujourd’hui au niveau national, les sites de la FFC et Direct vélo nous assurent régulièrement une bonne info. Dans le Grand Sud-Ouest, la palme revient à Sud Gironde et à Vélo Quercy qui tiennent la route... Après, il faut l’avouer, c’est le grand désert.
-  
Quand à la presse cycliste, elle se réduit à la portion congrue. "La France Cycliste" est montée en puissance avec un magazine en papier glacé, qui paraît tous les deux mois. Les sujets traités sont très diversifiés, avec des articles bien fouillés, mais je crains que peu de licenciés en parcourent les longues pages proposées. Le journal "Cyclisme", agonise après la disparition des classements(*) route, ce qui complique la vie des archivistes. Quand on connait le mal que nos anciens ont eu pour obtenir le numéro de commission paritaire, quand on connait les bénéfices que ce journal générait au comité, on tombe de bien haut ! Hier et toujours sur ce journal, on trouvait dans son édition tous les Procès Verbaux de réunion du comité régional, les comptes-rendus des assemblées générales, les montées de catégories actualisées, les mutations et les annonces de courses. De tout ça il ne reste plus que quelques reportages, des PV des comités départementaux et les annonces de courses.
(*) je sais que les résultats sont consultables sur le site du Comité d’Aquitaine, mais seront-ils archivés pour être lus d’ici quelques années ?

SUD GIRONDE

Sud Gironde : le seul site qui est sollicité au sein du cyclisme régional.
Jusqu'à quand celui-ci fonctionnera t-il ? Y aura t-il un jour une relève ?
On peut se poser la question quand on songe à la disponibilité, au temps passé, aux coûts exigés, etc...

- Aujourd’hui tout cela semble donc fini ! Si bien que je me demande souvent, comment nos successeurs pourront réécrire le vélo d’hier, celui de nos petits régionaux, de nos petits villages, de notre France profonde ? Vrai qu’ils auront moins à raconter, mais il est également vrai que même internet ne leur rendra pas la monnaie, puisqu’il est constaté que les sites disparaissent d’une saison à l’autre. La place du web dans le cyclisme régional est précaire. Si du jour au lendemain les webmasters de Sud Gironde et de Vélo-Quercy arrêtent, nous serons vraiment dans une situation où la communication n'existera plus. Là, il faudra aller chercher le couillon (excusez du terme, mais c'est un peu comme ça que nous sommes pris et considérés) pour assurer la relève et de ceux-là, il ne s'en lève pas un tous les matins...
- Ayant mis sur pied deux blogs la Dordogne Cycliste et Vélo Dordogne, je suis déçu de constater que de nombreux liens externes mis voilà quelques temps sur mes publications, n’existent plus aujourd’hui. Depuis l’an 2000, le numérique a facilité la diffusion des textes, des photos surtout, mais il faut l’avouer, que si aujourd’hui vous cherchez des infos sur les périodes 2000 à 2013, vous serez refaits, les sites ont plié boutique ou ils ont changé d’hébergeurs ou encore ils n’ont plus de webmaster volontaire pour continuer.

VÉLO DORDOGNE VA RÉDUIRE SA VOILURE EN 2018

- Vous allez penser que je suis un personnage rétro sans doute, mais moi je prétends que notre presse cycliste avait l’avantage d’être sauvegardé par l’acheteur dans la durée. En ce qui me concerne, je diffuse depuis février 2010 des publications sur le cyclisme d’antan. Une passion qui me coûte beaucoup de temps et dont j’ai l’intention d’en réduire la voilure en 2018. D’ores et déjà, les rubriques "il y a 50 ans et 25 ans" vont être supprimées, car celles-ci demandent trop de recherches et de fouilles auprès des archives départementales. De plus, peu de lecteurs occupent mon créneau, de 4 000 à 5 000 mensuels seulement ! La raison est simple : on traite une actualité qui ne touche que des anciens et en principe ceux-ci utilisent moins le numérique que les tranches d’âges actuelles. D’une façon générale, cela ne signifie pas pour autant l’arrêt de mes blogs. Arrêter les blogs, c’est perdre toutes les informations compilées depuis 2010. Donc je vais poursuivre l’administration de mes supports, mais avec plus de modération. Et si vous avez un avis à donner, la fonction commentaires est faîte pour celà...

VÉLO DORDOGNE - WEB ET PRESSE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 08:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 décembre 2017

1967 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (51° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

18 au 24 décembre 1967

- Le Royan Océan Club a fêté au cours de son assemblée générale ses 127 victoires de la saison 1967 et plus particulièrement ses locomotives que sont Laforest, Berger, Ricou, Boulan, Gauvrit, Villeneuve, Joubert, Patour, Roux et Beau. M. Morisset conserve la présidence du club, secondé par M. Péraudeau au secrétariat et M. Marfil à la trésorerie.
- Véritable plébiscite pour Michel de Wilde à la présidence de l’AVC Libourne. Avec soixante-huit coureurs le club totalise soixante-trois victoires. Parmi les coureurs victorieux, citons Seguin (10 vict), Denias Pallaro (7 vict), Fontarnou (10 vict), Manfré (4 vict), Estéban Salazar (4 vict), Seureau (3 vict), Nadaud (2 vict), Guillon (1 vict), Besse (5 vict), Petit (3 vict), Grenier (3 vict), Louis Pallaro (2 vict), Duresse (2 vict), Chaudet, Chaussat, Dubourdieu, Marlot, Feyte, Clot et Naud (chacun une victoire). Max servant assure le secrétariat du club qui a fusionné avec l’AS Libourne, alors que M. Garcia assure la trésorerie.
- Le VC Sainte-Livrade a tenu son assemblée générale et mis de l’avant ses brillants résultats. Fort de ses six épreuves organisées, le club rayonne de par ses victoires sur piste (trois) comme sur route (quinze). Parmi les lauréats du VC Sainte-Livrade F. Peyre, Sadet, Nieucel, G. Peyre, Barbin, Breulaud, Traversie, Montet, Montoro et Novella. M. Gervaud continue de présider le club secondé par M. Delrieu secrétaire et Garrigou trésorier.

IL Y A 50 ANS DANS LE PÉRIGORD 

PN 1967

De gauche à droite Dubreuil, Brun, Buffière et Simon de la Pédale du Nontronnais

- Les coureurs de la Pédale du Nontronnais ont remporté cinquante-trois victoires soit, Francis Dubreuil neuf victoires en première catégorie, Philippe Barraud, quinze victoires, Marcel Vidal quatre victoires, Michel Simon trois victoires, Patrick Merle trois victoires. Chez les cadets Michel Brun seize victoires, Alain Buffière deux victoires.
- Côté organisations les résultats sont excellents avec trente trois épreuves mises sur pied. La Pédale du Nontronnais s’est vue confier Javerlhac quatre courses, Nontron trois courses, Abjat trois courses, Peyzac trois courses, Champniers deux courses puis une épreuve à Milhac de Nontron, Lacaujamet, Saint-Estèphe, Saint-Martin le Pin, Saint-Mesmin, Champs-Romains, Nontronneau, Saint-Pardoux, Saint-Saud, Saint-Pierre de Côle, Villars, Etouars, Le Bourdeix, Varaignes, Saint-Martin de Fressengeas, Rudeau-Ladosse et Monsec.

VELO DORDOGNE - 1967/51° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]