10 mars 2018

HERVÉ GOURMELON, LE TALENTUEUX COUREUR MUSSIDANAIS

UNE COURTE MAIS UNE BELLE CARRIÈRE CYCLISTE

GOURMELON chez Fagor

 - C’est l’histoire d’un coureur de notre Dordogne. Une histoire particulière qui n’a duré que sept saisons (fin 1983-début 1990. Par contre, celle-ci a été intense puisque de "sans grade" on est allé jusqu’au statut professionnel, pour s’arrêter subitement. Cette histoire c’est celle d’Hervé Gourmelon, un coureur vraiment pas comme les autres...
- Né le 4 octobre 1964, il n'a pas encore dix-neuf ans quand il débute la compétition, venant du milieu du football. Résidant à Mussidan, fils de François ancien champion du RC Mussidanais, Hervé signa sa première licence au sein de ce même club, présidé par Serge Augièras.
- Nous sommes en 1983 et sénior 4° catégorie, il se classe 4° à Saint-Etienne de Puycorbier une course difficile, 2° à Saint-Félix de Reilhac où la bosse ne s'avale pas n'importe comment, 8° à Saint-Sornin et 9° à Lussac. Pour un début, sans passer par les cases minimes, cadets et juniors, c’est prometteur !

François et Hervé

Sous son maillot Terrot, François Gourmelon père d'Hervé à droite

- Au Racing il marche de mieux en mieux et en devient sa coqueluche. En cette saison 1984 son palmarès est impressionnant. Parti de la 4° catégorie, il arrive sans encombre en deuxième catégorie après huit victoires sur route et un palmarès très impressionnant de places d'honneur. Gourmelon est une force de la nature, on se demande jusqu'où il va s'arrêter, c'est un véritable phénomène.

RCM 1983

Août 1983, ses débuts de course à Plazac sous le maillot rouge et blanc du RCM

PALMARES 1984 D’HERVÉ GOURMELON : 6° Ménestérol, 8° Saint-Laurent des Hommes, 5° Saint-Aulaye, 5° Montignac-Vauclaire, 6° Mussidan, 5° Montpon, 4° Saint-Paul de Lizonne, 4° Boucles Bergeracoises, 4° Tour du Verteillacois, 2° Saint-Martin de Ribérac, 1° Villamblard, 2° Sainte-Capraise de Lalinde, 3° Saint-Astier, 5° Neuvic-Gare, 1° Rossignol, 5° Le Change, 5° Birac, 2° Segonzac, 4° Varennes, 2° Sainte-Foy de Longeas, 1° Verteillac, 1° Terrasson, 3° Ladouze, 5° Nontron, 5° Minzac, 2° Savignac Miremont, 1° Le Pizou, 3° Saint-Laurent des Bâtons, 7° Le Lardin, 1° Saint-Germain du Salembre, 5° Beaupouyet, 10° Javerlhac, 4° Rudeau, 5° Lisle, 1° Issac, 10° Génissac, 5° Le Bugue, 9° Ronde des boulevards, 2° Le Buisson, 5° Porchères, 4° Verteillac, 9° Agen, 3° Prigonrieux, 5° Saint-Martial de Viveyrols, 1° Boucles du Périgord Noir, 3° Périgueux les quatre chemins, 10° Floirac, 6° Le Buisson, 10° Saint-Médard de Mussidan.

RCM 1985

Hervé Gourmelon premier de sa catégorie en Dordogne (AG CD 24 en 1985)

- Erreur de jeunesse sans doute, car en faits Gourmelon a peut-être gâché son avenir en participant aux épreuves là et où il veut. Je me souviens encore d'un week-end de la fin de juillet où trois jours en suivant, il s'adjugeait la gerbe avec l'épreuve de Saint-Germain du Salembre le samedi, de Pézuls le dimanche puis de Lacropte le lundi, soit trois courses difficiles qu'il avait dominées outrageusement. Nous étions alors en 1985 dont voici son palmarès.

PALMARES 1985 d’HERVÉ GOURMELON : 8° La Roquille, 4° Verteillac, 9° Bazas, 3° Campagnac les Quercy, 3° Vergt, 10° Sarlat, 2° les cent Tours des Boulevards à Périgueux, 2° Castelmoron, 10° Tonneins, 7° Nocturne de Bergerac, 7° Ruch, 1° Saint-Germain du Salembre, 1° Pézuls, 1° Lacropte, 6° Manzac sur Vern, 2° Ladouze, 3° Le Pizou, 10° Beaumont du Périgord, 2° Issac, 10° Champeaux, 5° Cendrieux, 2° Vanxains.

Pézuls4

A Pézuls, Hervé Gourmelon lance son attaque, il remportera la course (saison 1985)

- En 1986, il quitte le bon vieux Racing Club Mussidanais et rejoint l’AC Marmande du président. Léglise, où il court plus ou moins chez les deuxièmes catégories. Pourquoi est-il parti à l’AC Marmande ? Nul ne le sait... Hervé est un gentil garçon, mais il est parfois déroutant voire incompréhensible dans ses choix..., c’est son tempérament. De même, il parcourt de nombreux cyclo-cross et cumule avec la route tout en réussissant dans tous les domaines.

abj 86

Sous son nouveau maillot vert et orange de l'AC Marmande
Départ du cyclo-cross d'Abjat avec Biniecki, Raymond et Despert

PALMARES 1986 d’HERVÉ GOURMELON : 2° Villefranche-Decazeville, 1° Prix du CIVRB à Bergerac, 4° Cordes Tolosane, 3° Saint-Saud, 3° Journiac, 1° Péreuil, 5° Biars sur Cère, 2° Feuillade.

ca 87

Championnat d'Aquitaine de cyclo-cross à Saint-Cernin de l'Herm
où il finit 3° sur le podium en 87, derrière Raymond et Ulbert

- 1987 sera pour lui une bonne année. Celle encore du changement avec une licence prise au FC Oloron. Il remporte le Super Challenge route d'Aquitaine, alors que Didier Virvaleix s'adjuge celui des espoirs pendant que l'école du Cyclo-Club Périgourdin remportait un troisième titre de Champion de France. C'est uniquement pour ces raisons que 1987 reste une référence pour notre cyclisme Périgourdin. Gourmelon remporte le titre de Champion de France de Poursuite olympique associé à de las Cuevas, de Bacco et Pandelé. (voir la hiérarchie cycliste de 1987)

Jubilé 1

Jubilé de Christian Jourdan avec Jean-Louis Gauthier et Didier Virvaleix

LE PALMARES d'HERVÉ GOURMELON EN 1987 : 1° de La Pyrénéenne, 4° Cénac Saint-Julien, 4° Montflanquin, 3° Circuit de la Chalosse, 5° Tour du Pays Basque, 3° Tour du Cubzaguais, 8° Tour de Gironde, 2° Prix de l'asperge, 2° Monpazier, Champion de France de poursuite Olympique, 2° Biron, 4° Lisle, 6° Cazaubon, 2° Castelsarrasin, 5° Tour du Tursan, 3° Saint-Laurent sur Gorre, 1° Perpezac le Noir, Champion d'Aquitaine contre la montre par équipe, 4° Montbron, 3° Championnat d'Aquitaine route, 2° Championnat d'Aquitaine du kilomètre départ arrêté, 9° Trophée Bandiat Tardoire, 8° Prix National Rustines, 7° Flèche Landaise, 5° Lusignan le Petit, 4° Saint-Martin d'Ary, 3° Prix du comice de Saint-Astier, 1° Lasseube, 9° Critérium de Bordeaux open, 6° Biganos-Libourne.

Montflanquin 87

Au sommet de la gloire des amateurs Aquitains en 1987,
il remporte le Challenge des séniors

- En 1988, Mussidan conservait des yeux de Chimène pour Hervé Gourmelon qui poursuivait son ascension dans notre hiérarchie. Avec l'avènement de Virvaleix et de de las Cuevas, il y avait celui de Gourmelon. A 21 ans le voilà monté en première ligne et dans le sillage des meilleurs. Gourmelon vient de se faire remarquer sur deux classiques : Royan-Blaye et une étape du Ruban Granitier Breton. Deux actions conduites au sprint où le Mussidanais de Créon a confirmé ses qualités athlétiques et ses talents de redoutable finisseur. Mais on s’est toujours demandé, pourquoi Gourmelon qui était un remarquable coureur, est parti prendre une licence à Créon, à une époque où ce club n’avait pas de ténors. (voir la hiérarchie cycliste de 1988, où Gourmelon est premier d’Aquitaine)
- Quoiqu’il en soit quelques jours plus tard le journal Cyclisme réalisait sa première page en l'honneur de Gourmelon, qu'il classait parmi les meilleurs amateurs français. Relisons ensemble cet article : "Il suffit que vous l'ayez un jour rencontré pour, qu'avant le départ d'une compétition par exemple, Hervé Gourmelon vienne vous saluer par correction et respect d'autrui. Ce jeune homme de 22 ans en octobre prochain, très physionomiste, à l'évidence possède une belle mémoire et c'est certainement, entre autres qualités, cette faculté de se souvenir de tout ou presque, qui l'aura amené à progresser, à pas de géant, dans sa carrière de coureur cycliste, évitant, en cela, les erreurs et retenant bien les leçons reçues.
- Des qualités physiques, Gourmelon en possède comme tout bon coureur qui se respecte mais chose beaucoup plus rare, il y ajoute un sens de la clairvoyance en course assez exceptionnel. Venu à la compétition il y a seulement quatre ans (c'était en juillet 84) par l'intermédiaire du RC. Mussidan cher au président Augiéras et après avoir pratiqué en division d'honneur le football, toujours à Mussidan, Hervé fit un apprentissage remarqué passant pour sa première année d'activité de 4° en 2° catégorie. En février 87, sa victoire dans la "Pyrénéenne" qu'il allait enlever au nez et à la barbe des grandes écuries de ce pays allait le faire connaître des observateurs tout en provoquant chez lui une sorte de déclic naturel, puisque dans la foulée, il devint Champion de France de poursuite puis se fit admettre en équipe de France pour le Tour du Limousin.
- Ce jeune homme râblé sur sa machine, formé aussi grâce à la pratique intensive du cyclo-cross, a compris, depuis fort longtemps, que son ascension devait inévitablement passer par une participation régulière aux grandes épreuves du calendrier national et international. Il vient d'en donner une belle illustration lors du printemps 88 avec une régularité impressionnante.
- Très rapide aux arrivées, sachant en tout cas bien choisir sa trajectoire, excellent contre la montre et en gros progrès en montagne, le leader du CA. Créon va certainement compléter ce joli tableau de chasse jusqu'en octobre prochain. Deux prérogatives s'ouvriront alors face à Hervé. Soit il passera professionnel ce qui semble possible eu égard à ce qu'il nous montre et à ce titre si un employeur français ne se manifeste pas, il y a tout lieu de penser que les Espagnols seront ravis d'accueillir le Mussidanais, soit, il optera en faveur d'un contrat d'athlète de haut niveau.
- Bien que chaque coureur soit un cas particulier et qu'en matière de comparaison, il faille toujours être prudent, Hervé Gourmelon nous fait penser à s'y méprendre à un autre coureur Aquitain, ancien pilier de l'équipe de France, l'Agenais Bernard Pineau.
- Même gabarit, même clairvoyance et stratégie de la course, même pugnacité, même fair-play. Que de similitudes : Hervé Gourmelon-Bernard Pineau : le recoupement n'est pas du tout utopique. Il incarne le sérieux et la réussite. A bon entendeur, salut !"

Tour Gironde 1988

Vainqueur du Tour de Gironde en 1988, du grand Gourmelon

 - Au mois d'août 1988, les nouvelles de Gourmelon devenaient significatives. Victoire d'étape au Granitier Breton, victoire d'étape à la Ronde de l'Isard, victoire au Tour de Gironde, excellent comportement au Tour du Luxembourg open, soit en définitive toutes les qualités qui font de Gourmelon un grand espoir et un coureur désormais repéré. Fin septembre on sait que de las Cuevas a signé chez Reynolds, et Didier Virvaleix chez les belges d'Histor. Reste bien sûr le cas d'Hervé Gourmelon. Nous entendions tant et tant de choses à son endroit ces derniers jours du style "il a signé" ou "rien n'est encore fait" que nous avons voulu en savoir plus et nous lui avons demandé directement de quoi serait fait pour lui l'avenir : "Actuellement, j'attends une réponse de Pierre Bazzo dans les 72 heures qui viennent. Tout dépendra de l'effectif de Fagor en 1989. Si le PDG du groupe, Pierre Mondragon, décide de porter le nombre de ses coureurs à 19 au lieu de 15 comme prévu, alors là j'ai la certitude d'être embauché. Dans le cas contraire, il me restera deux orientations possibles, Reynolds ou Système U. Quoiqu'il en soit, je serai bientôt fixé." Professionnel ou pas en 1989, le Mussidanais du CA Créon a donc tapé à l'œil des directeurs sportifs toujours sur le qui-vive lorsqu'il s'agit de choisir des hommes susceptibles d'enlever des victoires au sprint. Or Gourmelon fera partie des individualités les plus rapides du peloton, ceci est une certitude. De plus il possède une science infuse de la course. Cela se sait et avec ce type de garçon n'ayant manifestement peur de rien, tout est possible. Quelques temps plus tard, Hervé Gourmelon signait chez Fagor, il devenait professionnel d'une promotion 1988 où l'on relevait des noms comme ceux de Laurent Bezault, Pascal Lance, Thierry Laurent, Laurent Jalabert, Thierry Richard, Gilles Delion, Armand de las Cuevas, Serge Bodin, Laurent Madouas, Didier Virvaleix, Bruno Bonnet, Pascal Lino, Christian Thary, Francis Moreau, Fabian Pantaglou, Philippe Chaumontet et Alain Ollivier.

LE PALMARES D’HERVE GOURMELON EN 1988 : 12° Ronde du Canigou, 14° Tour du canton de Couhé open, 10° Nantes-Segré, 4° Bordeaux-Saintes, 3° Circuit des vins du Blayais, 12° Barcelone-Perpignan, 10° La Pyrénéenne, 1° Royan-Blaye, 4° Circuit de la Chalosse, Ruban Granitier Breton (vainqueur d'une étape) 3° Tour du Cubzaguais, 5° Libourne, 1° d'une étape de la Ronde de l'Isard, 1° Tour de Gironde, 7° Tour du canton de Gémozac, 1° Albi, 6° Tour du Chatelleraudais, 1° Pineuilh, 9° Tour du Périgord, 4° Tercé-Tercé, 4° Trophée des Châteaux, 3° Augignac, 2° Bénévent l'Abbaye, 2° Dournazac, 5° Périgueux, 3° Piègut, 5° Critérium de Bordeaux open, 2° Miramont de Guyenne, 2° Saint-Astier, 1° Circuit Montbronnais, 1° étape du Granitier Breton, 16° Tour du Luxembourg open.

RCM 1988

Présent chez lui dans son Mussidan natal le 8 janvier 1989 sous les couleurs de Fagor

- Le 8 janvier 1989, lors d'un cyclo-cross effectué aux Chatenades à Mussidan, Hervé Gourmelon était présent au départ de l'épreuve organisée par le Sprinter-Club du Périgord. Moulé dans son maillot Fagor et devant de nombreux supporters, Hervé Gourmelon semblait heureux de débuter cette nouvelle aventure et d'appartenir à ce monde des professionnels où il est si difficile d'entrer et de s'y faire une place ensuite …
- 1989 nous réserve encore une surprise de taille qui nous vient de ce coureur connu et dont on a évoqué pas mal de fois son nom : Hervé Gourmelon ! Hervé va donc évoluer chez les professionnels. On connaît son parcours comme son apprentissage au Racing-Club, sa confirmation à l'AC. Marmande, son apogée au FC Oloron, sa grande classe ensuite au CA. Créon. Maintenant Hervé est chez les grands et il se doit de choisir sa licence auprès d'un club. On pensait qu'Hervé allait choisir, soit son club d'apprentissage, soit son club qui l'avait amené au zénith de sa gloire: c'est à dire en clair : le RC. Mussidan ou le CA. Créon. Celui qui connaît et qui comprend un Hervé Gourmelon se devait de penser au personnage qui aurait une idée différente de la logique. Et c'est exactement ce qu'il se passa. Hervé Gourmelon signait sa licence de professionnel au Cyclo-Club Montponnnais, et c'est ainsi que le contrat fut conclu. Avec un peu de recul et d'humour on s'aperçoit que Gourmelon a d'abord porté son choix sur un club de Dordogne, ce qui est tout en son honneur. Ensuite il a choisi  pour couper la poire en deux un club situé entre Créon et Mussidan en signant à Montpon, chez Jacques Sciozard, son président.

Cyclo-cross

Sous les couleurs du CC Montpon avec Jacques Sciozard, lors d'une épreuve à Merlerie

Alors il ne restait plus qu'à suivre notre Hervé Gourmelon qui naviguait désormais sous les couleurs de l'équipe Fagor avec des coureurs prestigieux placés sous le contrôle de Pierre Bazzo. Gourmelon débuta sa saison 1989 en décrochant des victoires en cyclo-cross. Puis ce fut l'Etoile de Bessèges, où gonflé à bloc il chute lourdement. Le Tour du Haut-Var, le Tour Méditéranéen enchaîneront le rythme de son début de saison où victime d'une tendinite à la suite de sa chute mal soignée, il se doit de stopper quatre-vingt dix jours la compétition. Il effectue son retour lors du Tour de l'Oise, puis le Tour d'Armorique et les boucles des Hauts de Seine. Et c'est lors du prologue de la Route du Sud qu'il obtient son premier bouquet professionnel en s'adjugeant le contre la montre. Sixième d'une autre étape de cette route du sud, 3° d'une étape au Midi-Libre, il persévère au Tour du Limousin en se classant respectivement 4° et 5° d'une étape. Mais dès le mois de septembre une rumeur signale l'éventuel désengagement du groupe Fagor au sein du cyclisme. C'est un coup terrible mais pour l'heure ce n'est qu'une rumeur qui laisse quelques espérances. Car dans cette équipe Fagor, il y a du beau monde à l'image de Stephen Roche le leader, Régis Simon, Eddy Schepers, Francis Moreau, Fabien Pantaglou, Serge Bodin, Christian Chaubet, Robert Forest, Eric Guyot, Jean-Marc Manfrin et John Carlsen. Hervé Gourmelon qui se trouve dans cette équipe n'est pas un coureur saturé, il ne totalise que quatre saisons amateurs. A 24 ans le champion de Mussidan est un "pro" tout neuf, qui plus est, bon rouleur, rapide au sprint. Ses qualités ont été appréciées lors de sa première saison, même si des petits problèmes de santé l'ont écarté des grandes classiques du calendrier. Son tempérament de baroudeur devrait lui permettre de monter très vite à l'abordage du peloton international, car Hervé veut se faire un nom. Mais est-ce qu’on lui laissera le temps de continuer ce qu'il vient de commencer ? Affaire à suivre...

Virva-Gourme

Didier Virvaleix et Hervé Gourmelon, les deux pros de Dordogne
qui ont marqué la saison 1989

- Au seuil de cette nouvelle année 1990, toute la Dordogne se lamente sur le pauvre sort d'Hervé Gourmelon dont le sponsor a annoncé son retrait du milieu professionnel. C'est ainsi que le 31 décembre 1989, Hervé Gourmelon en arpentant les talus du cyclo-cross de la Saint-Sylvestre à Marsaneix, faisait son dernier adieu à son public et à son maillot Fagor, rouge et blanc comme celui du Racing, le club de ses débuts. Bien sur ce public espérait encore, comme par exemple celui de voir Hervé engagé au sein d'une autre formation. Mais en cette période où la conjoncture n'était pas du tout favorable, Hervé bien que remarqué par des directeurs sportifs ne fut pas repêché. Il tenta de revenir chez les amateurs en prenant cette fois une licence, ni au Racing, ni à l'AC Marmande, pas plus qu'à Oloron ou à Créon, mais au Cyclo-Club Béarnais. A deux reprises il se classe 2° (à Objat et lors de la nocturne de Montpon), puis il arrête le cyclisme, peut-être parce qu'il n'a plus la foi ou le courage de continuer dans ce milieu hostile, car vraiment le cyclisme constituait et constitue toujours un monde bien particulier. Tant que ça marche on vous fait des courbettes, mais une fois tombé dans "la panade", on cherche davantage à vous enfoncer au lieu de vous aider à vous en sortir. Toujours est-il qu'à 26 ans à peine, Hervé Gourmelon claque la porte … définitivement à notre discipline. On ne parlera plus de ce sportif exceptionnel, dans tous les sens du terme. Son histoire n’aura duré que sept saisons...

VELO DORDOGNE - HERVÉ GOURMELON © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]