ELLE M’A PIQUÉE AVEC UN RAYON DE BICYCLETTE

trophée des châteaux

Distribution de programme aux Milandes en 1998
Elle se tapait elle aussi la côte avec Claudette Vergnes du Vélo-Club

- Ben aujourd’hui mon épouse fête son anniversaire. Ça commence à lui faire lourd, mais la roue tourne toujours et il faut en profiter.
- C’est par hasard que Geneviève est devenue fan de cyclisme. A cause de son frère qui dans les années 50 a couru dans les rangs du Cyclo-Club Périgourdin. En qualité de supportrice, elle accompagnait le frangin pour lui apporter les bidons. Et c’est ainsi qu’elle rencontra un certain René Leygues, président du Cyclo-Club Périgourdin, bien connu du milieu.

105959447[1]

Prix du Pouyaud à Champcevinel en 1956. Devant et à droite Gilles Besse le frangin vainqueur

- Ayant sympathisé avec ce grand personnage qui a dirigé le cyclisme d’après-guerre, mon épouse, encore petite fille fut sollicitée par ce personnage pour apporter son concours aux nombreuses manifestations du club (plus de cent à cette époque)....
- Après avoir eu le feu vert des parents, René Leygues, chef de division à la préfecture, montait ainsi à Champcevinel en 4 CV pour récupérer chez elle celle qui allait devenir un jour mon épouse.
- Son rôle : partir avec le seau faire la quête auprès du public. Et dans cette période, le public nombreux et généreux assurait la vie cycliste. Sûr qu'elle en a ramassé des primes pour nos cyclistes. De plus, en l’absence de jeune fille dans la commune (ça arrivait), elle était désignée pour remettre les gerbes aux lauréats.

1_20101221_183111[1]

1958 à Périgueux, Geneviève remet la gerbe à Michel Gonzalès (VC Hendaye) vainqueur
sous les yeux de M. Pugnet maire et du speaker Marcel Le Cocguic

- Le vélo lui a ainsi procuré une occasion gratuite de sortir le dimanche et de connaître ce milieu. C’était mieux d’avoir cette échappatoire plutôt que de rester au village dans les jambes des parents qui, ne disposaient pas de moyens de locomotion.
- Mon épouse profitera ainsi de cette aubaine depuis 1956 environ. Elle sera licenciée jusqu’en 2008, puis se retirera à cause de l’âge et de la maladie. En me mariant avec elle, j’ai été coopté très vite par le club (1974). Ayant mis le bout des doigts dans l’engrenage, l’histoire retiendra que toute ma passion a suivi pour écrire et raconter aujourd’hui, tout ce que vous lisez sur mon blog.

1_20110707_183025[1]

Guy Suertegaray (Belvès) vainqueur à Champcevinel en 1960
est fleurit par celle qui deviendra mon épouse

- C’est donc grâce à mon épouse, que vous profitez de ces infos. C’est elle qui m’a piqué avec un rayon de bicyclette. Et comme aujourd’hui c’est son anniversaire, tous ceux et toutes celles qui l’ont connu peuvent lui adresser quelques vœux, histoire qu’elle se ressource avec ce monde qu’elle a tant aimé...

VELO DORDOGNE - MON EPOUSE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/