31 janvier 2021

ADIEU MAXIME AUPY

LE SPEAKER DU HAUT PÉRIGORD BANDIAT TARDOIRE N’EST PLUS

Aupy

 - On vient d’apprendre le décès de Maxime Aupy, le regretté speaker animateur du Périgord Vert et de la Charente Limousine. Facteur à Bussière-Badil, Maxime Aupy avait débuté sa carrière au sein de la Pédale du Nontronnais du président Chabaud. Puis saison après saison, Maxime était devenu l’animateur que l’on a connu et l’organisateur du célèbre cyclo-cross de la Tricherie-Eymouthiers, où souvent on buvait le vin chaud au lendemain des fêtes de fin d’année. Cette épreuve avait connu un retentissant succès et était devenue le rendez vous des plus grands coureurs nationaux. Retraité, Maxime Aupy restait toujours attaché au cyclisme dans une région où la discipline avait bonne presse.

- Malade, notre speaker s’est éteint à l’âge de 71 ans. Vélo-Dordogne adresse à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – MAXIME AUPY © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


LABASTIDE d’ARMAGNAC 1968

LE 8° CRITERIUM INTERNATIONAL
de Notre-Dame des Cyclistes (Souvenir Tom Simpson)
pour
Michel Gonzalez qui bat Van Coningsloo

simpson 22

- Le Critérium de Notre-Dame des cyclistes est désormais solidement établi dans la considération des sportifs landais. Ainsi, le 8éme du nom, malgré le temps incertain et la concurrence de la foire exposition de Mont-de-Marsan, a connu un succès tout à la fois populaire et sportif qui confirmera les amateurs de cyclisme dans l’idée qu’il s’agit bien d’une épreuve à ne pas manquer.
- Une course vivante et animée : Le plateau qui cette année, réunissait Ferdinand Bracke recordman du monde de l’heure, Van Coningsloo vainqueur du dernier Bordeaux-Paris, les champions italiens Bitossi et Mungnioni, ainsi qu’un lot d’excellents professionnels et l’élite des amateurs régionaux, était de haute qualité.
- La course, qui rassemblait sous les ordres du starter, 36 concurrents fût vivante, animée, et de ce fait singulièrement attrayante, au point que l’excellent speaker Berthozat, collecta un chiffre record de prime.
- Peu après le départ, on notait une belle échappée du Bayonnais Labarthe, rapidement contrée par le peloton ou Van Coningsloo se montrait particulièrement actif et vigilant. Au trente cinquième kilomètre, un autre  Bayonnais, Daguerre, prenait sa chance, mais la tentative était rapidement vouée à l’échec.
- A mi-parcours, une entreprise plus sérieuse voyait le jour. Une dizaine de coureurs prenaient le large. L’équipée apparaissait à ce point sérieuse que Bitossi mettait le nez à la fenêtre et au prix d’un bel effort, d’ailleurs très applaudi, ramenait le gros de la troupe.
- Jusqu’à la fin on assistait encore à plusieurs escarmouches, dont une conduite par Manzano et Ben Brahim, qui nécessitait l’intervention de Ferdinand Bracke, et c’était le sprint final qui voyait le rapide Michel Gonzalez triompher d’une demi-roue du Belge Van Coningsloo très en vue durant l’après midi.

Labastide

Le classement : 1ér Michel Gonzalez (VC Hendaye) les 100 kilomètres en 2h 30 mn. 2 Georges Van Coningsloo (Belgique) à une roue. 3 Adriano Dal Siè (Le Bouscat) à 1/2 longueur. 4 Pierre Beuffeuil (Saujon). 5 Michel Lescure (Montastruc). 6 Franco Bitossi (Italie). 7 Jean-Louis Bodin (Ile d’Oléron). 8 Marius Archambeaud (Villeneuve sur Lot). 9 Driss Ben Brahim (Bordeaux). 10 Michel Fedrigo (Tonneins). 11 Guy Epaud (Royan). 12 Raphaël Manzano (Stade Montois). 13 Riberot (Tonneins). 14 Gauthier (Parentis-en-Born). 15 Daguerre (Aviron Bayonnais) tous dans le même temps que Gonzalez.

Lémond

En 1989, Greg Lemond avec son maillot jaune du Tour à Notre-Dame des cyclistes
lors de l'étape Labastide d'Armagnac-Pau, entouré de Jean-Marie Leblanc

- Un bon point aux organisateurs : En terminant, nous tenons à féliciter l’actif comité organisateur, que préside Mr Paul Loubère qui trouve, autour de Mr l’Abbé Massié, chapelain de Notre-Dame des Cyclistes, de Messieurs Broustet, Audebran , Tortore, Tastet, Duron, de Messieurs Gourgues, Destigarde et Baudéant, de Villeneuve de Marsan et d’une sympathique phalange de jeunes, le concours le plus dévoué. La réussite qu’ils enregistrent annuellement est pour eux, le plus précieux des encouragements à persévérer dans la voie qu’ils se sont tracés.
PG

Patrick Gonzalès raconte (Souvenirs d’enfance) : "En 1968 c'est la dernière année de course de mon père et il savait qu'il ne reviendrait pas courir en 1969. Comme il était ami de l'organisateur et de l'abbé Massié, mon père avait droit au dossard et à son cachet les autres années, à la condition qu'il ne gagne pas et de laisser faire les pros.
- Je me souviens de cette course et mon père nous avait dit que cette dernière année, il ferait l'arrivée à la régulière sachant que pour l'année suivante il ne serait pas là. En plus je n'ai pas pu voir le sprint, il y avait trop de monde et personne ne nous laissait passer devant avec mon petit frère pour voir l'arrivée. On essayait de passer nos têtes, mais impossible, on n'était pas assez haut sur pattes et ce jour là, j'ai vu l'égoïsme des gens qui n’ont pas laissé voir l'arrivée d'une course à deux gamins.
- Je me souviens encore du speaker qui hurlait dans son micro pour décrire le sprint et quand il annonçait 1ér Gonzalez, nous avons couru avec mon frère pour rejoindre mon père. Je peux dire que pour moi c'était comme un cadeau de Noël car même le nom de ce belge Van Coninsgloo me faisait peur."
Lien Notre-Dame des Cyclistes.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – LABASTIDE D’ARMAGNAC 1968 © PATRICK GONZALÈZ
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

1996 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (5° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

1 au 7 février 1996

1996 équipe Poitou-Ctes

- C’est Eric Dudoit qui dirigera l’équipe Poitou-Charentes (notre photo ci-dessus) qui sera composée de douze coureurs sélectionnés dans quatre clubs différents. Nous y trouverons Stéphane Bauchaud, Stéphane Bellicaud, Sébastien Bordes, Franck Fougeroux, Anthony Kerneix, Hervé Marsac, Olivier Ouvrard, Pierre Painaud, Stéphane Pitard, Vincent Sauzeau, Anthony Supiot et Fabrice Vigier.
- Ouverture de la saison le 4 février en Roussillon avec les courses au soleil favorable à David Marié (UCS Anglet) qui gagne la Pyrénéenne à Ile sur Têt en venant à bout du Nanatis Frédéric Delalande (2°) et Didier Sanlaville (Lyon Vaulx en Velin).
- Le 2° cyclo-cross de Buxerolles s’est soldé par la victoire de Régis Duros du CSM Persan qui bat Christophe Deluche (UV Limousine) et Olivier Ouvrard du Cycle Poitevin.

1996 Carreau sélectionné au Mondial

- Sélectionné pour le Mondial, Guillaume Carreau (ci-dessus) a joué de malchance. Victime d’une chute, il termine 42° malgré une déchirure musculaire à l’épaule. Porteur du dossard 27, il est parti en 5° ligne et a effectué un remarquable départ pour se propulser en tête juste derrière Lapalud qui prendra la médaille de bronze.

ÉCHOS DE DORDOGNE

1996 Dumont à Abjat

La victoire de Laurent Dumont (SC Libourne) à Abjat sur Bandiat

Cyclo-Cross d’Abjat sur Bandiat : 1. Laurent Dumont (SC Libourne), 2. Dominique Eyquard (SC Caudrot), 3. Bernard Estève (Pédale Faidherbe), 4. Pascal de Boussiers (Pédale Faidherbe), 5. Frattini (Pellegrue), 6. Jacques Chauvin (Asptt Périgueux), 7. Raynaud (AC Rilhac Rancon), 8. Lavergne (Talence), 9. Jean-Louis Gouraud (Nontron), 10. Eric Stoïkovitch (Pédale Faidherbe), etc…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - 1996/semaine 05 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2021

TOUR DE LA DORDOGNE – TOUTES LES ÉDITIONS

Tour Dordogne, Tour du Périgord, Jours Cyclistes

- "VÉLO-DORDOGNE" vous présente toutes les éditions des Tours de la Dordogne.
- Cependant, il faut savoir que le Tour de notre département a débuté dans l’entre deux guerres avec arrivée au vélodrome Lacoin à Périgueux en 1928.
- Présentation édition 1950.
- le 1° Tour Dordogne 1950.
- 2° Tour de Dordogne 1951.
- 3° Tour de Dordogne 1952.
- 4° Tour de Dordogne 1953.
- 1954, pas de Tour mais un GP de Belvès.
- 1955, toujours pas de Tour mais le Grand Prix.
- 5° Tour de Dordogne 1956.
- 6° Tour de Dordogne 1957.
- Plus de Tour Dordogne mais des prétendants pour l’organiser.
- Dans les années 70, les clubs de Lalinde et de Bergerac ont baptisé Tour de la Dordogne certaines de leurs épreuves… Puis en 1982, les jours cyclistes de Maurice Jouault ont permis de vivre de belles heures de cyclisme.
- 1982 : les Jours Cyclistes en Dordogne de M. Jouault
- 1983 les Jours Cyclistes en Dordogne à la puissance huit
- 1984 et 1985 dernières éditions des Jours Cyclistes en Dordogne.

TD 2011

Arrivée d'une étape à Saint-Astier en 2011

- En 1986, Jacques Ravillon a lancé le Tour du Périgord en national élite. Vous trouverez ci-dessous les quatre éditions :
- 1° Tour du Périgord en 1986.
- 1987 deuxième Tour du Périgord.
- 1988 Troisième Tour du Périgord.
- 1989 quatrième Tour du Périgord.
- Ce Tour du Périgord a repris son flambeau avec des manches de Coupe de France sous l’égide du VC Monpazierois dont vous trouverez le palmarès sur ce lien.

Dordogne 2011

Protocole d'arrivée d'une étape du Tour Dordogne à Saint-Astier en 2011

- En 1987, Serge Sallès lance son Tour de Dordogne dont voici l’ensemble de ses éditions :
- 1° Tour Nord Dordogne en 1987 - Jean-Luc Besse (CC Périgourdin).
- 2° Tour Nord Dordogne 1988 - Yves Brusson (SC Périgord).
- 3° Tour Nord Dordogne en 1989 - Stéphane Lietron (VC Thouars).
- 1990 c’est le 4° Tour de Dordogne qui fait suite au Nord Dordogne - Hristo Zaikov (Dijon Olympique).
- 1991 Tour Dordogne (5° édition) - Thierry Ferrer (CRC Limoges).
- 1992 et 1993 VI° et VII° Tour de la Dordogne - Pascal Badin (Mantes) puis Pascal Peyramaure (CA Mantes).
- 1994 : 8° Tour de la Dordogne - Denis Leproux (Mantes).
- 1995 : 9° Tour de la Dordogne - Christophe Rinéro (VC Côtes d’Armor).
- 1996 : 10° Tour de la Dordogne - Frédéric Delalande (UC Nantes).
- 1997 : 11° Tour de la Dordogne - Denis Leproux (CC Etupes).
- 1998 : 12° Tour de la Dordogne - Pascal Pofilet (CC Etupes).
- 1999 : 13° Tour de la Dordogne - Igor Pavlov (Albi VS).
- 2000 : 14° Tour de la Dordogne - Gilles Canouet (CC Marmande).
- 2001 : 15° Tour de la Dordogne - Stéphane Ravaleu (VC Rouen).
- 2002 : 16° Tour de la Dordogne - Christophe Thébault (Jean Floc’h).
- 2003 : 17° Tour de la Dordogne - Yvan Sartis (France Police).
- 2004 : 18° Tour de la Dordogne - Denis Robin (Agritubel Loudun 86).
- 2005 : 19° Tour de la Dordogne - Benoit Luminet (CR4C Roanne).
- 2006 : 20° Tour de la Dordogne - Maxime Gourov (EC Montmarault).
- 2007 : 21° Tour de la Dordogne - Julien Simon (Super Sport 35).
- 2008 : 22° Tour de la Dordogne - Franck Charrier (CC Nogent sur Oise).
- 2009 : 23° Tour de la Dordogne - Jean Mespoulède (CC Marmande).
- 2010 : pas d’édition.
- 2011 : 24° Tour de la Dordogne - Angélo Tulik (Vendée U).
- 2012 : 25° Tour de la Dordogne - Thomas Rostollan (AVC Aix en Provence).
- 2013 : 26° Tour de la Dordogne - Pierre-Henri Lecuisinier (Vendée U).
- 2014 : pas d’édition.
- 2015 : 27° Tour de la Dordogne - Luc Tellier (Pays de Loudéac).
- 2016 : 28° Tour de la Dordogne - Paul Ourselin (Vendée U).

ATTENTION : Par décision du directeur de l'épreuve, cette course par étapes ne sera plus organisée par ses soins y compris en 2017. Cette vacance reste néanmoins sujette à un éventuel repreneur, qui pour l’heure ne s’est pas fait connaître… Par conséquent, plus de Tour Dordogne jusqu'à nouvel ordre...

VELO DORDOGNE - LES TOURS DE LA DORDOGNE © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2021

2000 LE 7° TOUR DU CANTON DE MAREUIL-VERTEILLAC

- Relire l’édition du Tour 1999.

LABUSSIÈRE, WITÉCKI ET BOUCHET ULTIMES LAURÉATS

- Les routes du Nord de la Dordogne parcourent de beaux paysages forestiers, mais leur profil est tourmenté et la météo de la première étape, digne d’un mois de mars, est venue corser la difficulté d’un cru très réussi du Tour des cantons de Mareuil-Verteillac. Dans une période où le sport cycliste prête souvent le flanc à la critique, il a été réconfortant, deux jours et trois étapes durant, de constater combien il pouvait donner lieu à des joutes sincères et spectaculaires, des duels épiques, des échappées folles et des changements constants : puissent ces jeunes espoirs ne pas tomber dans le travers de certains de leurs aînés !
- Le round d’observation n’appartient pas au vocabulaire des espoirs : le peloton n’avait pas quitté La Rochebeaucourt aux confins de la Dordogne et de la Charente, depuis 7 km, que déjà Graffin (UC Châteauroux), Garmendia (VC Oloron) et Pineau (Vendée U) avaient pris le large... Le ton était donné et 133 km durant, cette première étape n’allait pas connaître le moindre répit. L’ascension de la côte de Beaussac (km 46) a fractionné le peloton en trois parties, le fort vent de travers qui soufflait sur le plateau après le sommet faisant aussi son œuvre. Un regroupement est intervenu en tête, les tentatives d’échappée se sont multipliées et le dénouement est intervenu dans les vingt derniers kilomètres avec une vingtaine de coureurs pour disputer le premier maillot de leader.
- Les nombreux démarrages qui se sont produits sur le circuit d’arrivée ont eu pour seul effet d’éparpiller les coureurs de tête, treize coureurs disputant un sprint remporté par le pistard angoumoisin du Cycle Poitevin, Nicolas Labussière qui fêtait ainsi avec deux jours d’avance son vingtième anniversaire.
Classement Tour du canton de Mareuil : 1. Nicolas Labussière (Cycle Poitevin) les 133 kms en 3h23’12s, 2. Graffin (UC Châteauroux), 3. Tourtelot (Poitou-Chtes), 4. Mazet (Aquitaine), 5. Pineau (Vendée U), 6. Tourneur (Charente-Mme), 7. Witecki (PSF Niort), 8. Hary (Vendée ), 9. Mella (CC Marmande), 10. Fournier (UC Châteauroux)
NDLR : à noter le fort contingent de coureurs classés issus du Comité Poitou-Charentes voire de la région Centre-Ouest).

- Avant le contre la montre de la deuxième étape, vingt coureurs pouvaient encore prétendre à la victoire finale. Mais sur les douze km d’un parcours exigeant avec une montée dans la première partie, le Polonais Mariuz Witecki a mis tout le monde d’accord. Né le 10 mai 1981, il sort des rangs juniors et dispute sa première saison en France. Arrivé à Niort par l’intermédiaire de Cofidis, il a quelques références de rouleur : champion de Pologne junior du contre la montre, il a participé à deux championnats du monde sur piste (7° en poursuite individuelle à La Havane) et à un championnat du monde sur route.
Classement du chrono : 1. Mariuz Witecki (PSF Niort) les 12 kms en 16’54s, 2. Engoulvent (Vendée U) à 15s, 3. Jérôme Bouchet (UC Châteauroux) à 18s, 4. Mazet (Aquitaine) à 30s, 5. Fournier (UC Châteauroux) à 47s, 6. Pineau (Vendée U) m.tps, 7. Tourneur (Charente-Mme) à 50s, 8. Maquaire (AS Corbeil) à 56s, 9. Hary (Vendée U) m.tps, 10. Jackson (CO Chamalières) à 1’06s.

TNCMV 2000

Les vainqueurs des étapes de l'édition 2000

- Au départ des cent derniers kilomètres donné à La Tour Blanche, on se disait que ce bel athlète avait quelques atouts mais il lui manquait une équipe assez solide pour contrôler cette ultime étape.
- Il n’a pu s’appuyer ponctuellement que sur le courageux Rodolphe Mineau, Willy Bouchet et Emmanuel Degorce ayant très vite cédé tandis que Damien Douvry était contraint à l’abandon dans la première étape. Le Polonais a fièrement tenu son rang, mais il s’exposait ainsi à des contres, d’autant plus qu’il a dû faire face à des attaques dès les premiers kilomètres : Tourtelot, Graffin, tous deux présents dans l’échappée du premier jour, les "Vendée U" Torrès et Poupin, le Périgourdin Lamiraud (le seul junior du peloton) et Boutin (Corbeil) lui mettaient la pression d’entrée. Puis ce fut au tour d’Hary, l’un des plus sérieux adversaires de passer à l’attaque (km 26). Les coureurs de Vendée U ont multiplié les démarrages et Witecki a marqué le pas. Jérôme Bouchet est entré en lice au 33° km dans un groupe de huit coureurs avec Ménil, un de ses équipiers et deux Vendée U. Et Witecki a fini par céder, même s’il a été à deux doigts de rétablir la situation dans le final. Dix-huit coureurs ont pris le large mais sur le sprint intermédiaire de La Chapelle Grésignac (km 45), Jérôme Bouchet a poursuivi son effort et s’est retrouvé seul : "J’étais très motivé car je m’en voulais d’avoir concédé une trentaine de secondes dans le final de la première étape. Au bout d’une quinzaine de kilomètre, j’ai un peu accusé le coup, mais j’ai eu la chance de me trouver alors dans une partie avec vent favorable et j’ai pu récupérer un peu pour retrouver un second souffle". Le Rochelais Ronsin-Hardy s’était lancé à sa poursuite : il s’est rapproché sans jamais pouvoir faire la jonction. Puis Hary est parti à son tour et un superbe duel à distance a commencé entre lui et Bouchet : les deux hommes étaient séparés par quatre secondes au classement général. Le coureur de Vendée U est revenu sur Ronsin-Hardy, puis l’a déposé pour se lancer à la poursuite de l’homme de tête, s’en est rapproché à moins de 30 secondes, mais c’est Jérôme Bouchet qui a gardé le dernier mot.

Bouchet naintré TCM 2000

Jérôme Bouchet le lauréat du Millénium

- Tour du Verteillacois : 1. Jérôme Bouchet (UC Châteauroux) les 100 km en 2h34’44s, 2. Hary (Vendée U) à 47s, 3. Friou (Cycle Poitevin) à 1’00s, 4. Sartis (Châteauroux), 5. Coelho (Cours la Ville), 6. Canouet (CC Marmande), 7. Pineau (Vendée U), 8. Fournier (Châteauroux), 9. Berger (Charente Mme) tous m.tps, 10. Tourneur (Charente-Mme) à 1’06s
- Classement général final : 1. Jérôme Bouchet (UC Châteauroux) les 245 km en 6h15’45s, 2. Witecki (PSF Niort) à 34s, 3. Hary (Vendée U) à 51s, 4. Pineau (Vendée U) à 54s, 5. Fournier (UC Châteauroux) à 57s, 6. Mazet (Aquitaine) à 58s, 7. Tourneur (Charente-Mme) à 1’01s, 8. Mella (CC Marmande) à 1’36s, 9. Berger (Charente-Mme) à 1’38s, 10. Labussière (Cycle Poitevin) à 1’48s.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - LE TOUR DU CANTON DE MAREUIL/VERTEILLAC (2000)
© BERNARD PECCABIN Prochaine parution : la victoire d’un Ukrainien
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 janvier 2021

JEAN-PAUL DONAUD EST DÉCÉDÉ

IL AVAIT ÉTÉ LE COMPAGNON DU MICRO DE JEAN-RENÉ

Donaud JP

- En cette période morose, les mauvaises nouvelles continuent d’affluer. Alors que "Rétro Vélo Dordogne" rendait un hommage pour les onze années de la disparition de Jean-René, voilà que Jean-Paul Donaud, celui qui avait été un temps son compagnon de l’animation nous a quittés à l’âge de 73 ans. On se souvient de ce speaker filiforme à la voix claire et puissante, on se souvient de tous ces reportages en duplex avec Jean-René dans les années 85/95. Vrai qu’ils constituaient une belle paire, qu’on aimait bien entendre sur les abords de la banderole.

- "Rétro Vélo Dordogne" se souvient d’une image amusante de Jean-Paul, lorsque à Saint-Mayme de Péreyrol, il devait remettre dans la bonne direction du parcours l’équipe Royale du Maroc qui s’était perdue dans les champs de fraises. Le langage utilisé fut très amusant... souvenirs, souvenirs ! Et puis Jean-Paul était un fidèle de "Rétro Vélo" pour lequel il n'hésitait pas de faire son don annuel en apportant sa petite contribution bancaire.

- La cérémonie civile sera célébrée le samedi 30 janvier au crématorium de Bergerac. Ni fleurs, ni couronnes, ni plaques, ni visites. Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille.

JRV

En 1987 lors de la journée de l'amitié, Jean-René Villechanoux vient de se voir remettre le micro d'honneur
avec Jean-Michel Lassagne, Jean-Michel Démortier et à droite son ami Jean-Paul Donaud

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – JEAN-PAUL DONAUD © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2021

LETTRE A JEAN-RENÉ

ONZE ANS DÉJĀ QUE NOTRE ANIMATEUR EST PARTI

Mon cher Jean-René,

- Onze ans déjà que tu nous as quittés et nous sur cette putain de planète, on continue d’en baver. Au cours de cette année 2020, on a touché le fond du seau et si ça continue, on va même y passer à travers. Venu de Chine, un virus contamine les populations du Monde entier. Et oui le coronavirus, puisque c’est de lui qu’il s’agit touche toute notre Terre, tous les imprudents, tous ceux qui n’ont pas de chance. Cette pandémie mon cher Jean-René, nous a obligés de se confiner pendant douze semaines. Tu ne peux pas savoir combien le temps est long sans voir les amis, la famille, sans profiter des plaisirs de la vie (bistrots, restaurants tous fermés), plus de fêtes, plus de sorties extérieures, plus de convivialité, plus de réunion de famille, etc... En novembre on a remis ça ! On nous a parlé de deuxième vague et aujourd’hui on évoque une troisième. Je te dirais qu’on ne compte plus les vagues, car nous sommes dans la tempête, dans un océan de doutes et d’incertitudes dont on ne sait jusqu’où tout cela va nous mener. Plus de 60 000 personnes sont décédées en France, plus de deux millions dans le monde et ce n’est pas fini, à l’heure où beaucoup de personnes se battent pour bénéficier d’un vaccin, dont il est difficile de mettre en place une organisation performante et rationnelle. Pour éviter ce virus, il faut limiter ses sorties et ses contacts sociaux, car cette merde peut arriver à n’importe qui...

JRV

- Ce virus c’est comme la grippe, mais en pire. Ça débute par une petite fièvre qui disparaît ou pas selon l’âge du sujet. Sinon on enchaîne avec les problèmes respiratoires, absence d’appétit, nausées permanentes, baisse de tension, peine à rester debout, muscles atrophiés. A ce stade, tu t’en sors ou pas. Pour les plus âgés, débute le calvaire, celui du passage en réanimation, avec la perspective d’une intubation dont les risques sont plus élevés que les potentiels bénéfices que sont les corticoïdes, la morphine et le masque à oxygène.
- Les hôpitaux ont été vite remplis, pire certains ont manqué de places et il a fallu procéder à des évacuations sanitaires. Les médias eux n’arrêtent pas de prévoir le pire de l’épidémie et diffusent des communiqués alarmants, si bien qu’une sinistrose prend une place prépondérante et qu’un climat délétère s’installe dans le pays.
- Mon cher Jean-René, je ne te dis pas tout au sujet de cette crise sanitaire. Disons que le vélo en a payé un lourd tribu comme toutes les disciplines sportives. Notre Dordogne a assuré en tout cette saison huit épreuves. Et je dois te dire que ceux qui ont organisé après le premier confinement ont eu un immense mérite de le faire dans des conditions très exigeantes. C’était triste de voir ces podiums avec des gens masqués, tu ne peux pas savoir... Heureusement que le Tour de France a eu lieu en septembre, seul lot de consolation d’une saison tronquée. Alaphilippe que tu n’as pas connu a débuté en fanfare en prenant le maillot jaune, puis en remportant ensuite le Mondial. Depuis 1997 où Brochard avait été sacré, 23 années s’étaient passées. Ce sacre constitue le meilleur moment pour toute notre communauté cycliste au cours de cette saison 2020, notre unique bouffée de plaisir en quelque sorte.
- Avec ce poison quotidien, il a fallu de plus subir les vagues de chaleur, avec un mercure qui est monté à plus 40 degrés. L’été a été très chaud, je ne sais pas où tout cela va nous mener. Les cultures et les rivières ont énormément souffert. Toi au moins tu reposes à Saint-Barth et tant mieux si tu ne vois pas la situation dans laquelle nous sommes confrontés.
- J’ai eu Marie ta compagne au téléphone voilà une bonne semaine. La pauvre, elle aussi ne va pas bien. Son frère de plus a subi une grosse opération et elle assure sa garde et ses soins. Il lui faut beaucoup de courage. Mon épouse ou ta copine Geneviève avec qui tu causais toujours en patois (pour que je ne comprenne pas, espèce de coquin) ne va pas fort. Après son cancer, elle a la maladie de Parkinson, soit une très dure épreuve pour elle comme pour moi qui vis à ses côtés pour lui apporter des soins.

jrv 1

- On nous serine tous les jours que les jeunes de 20 ans constituent une génération sacrifiée. Le mot "sacrifié" n’est pas adapté de mon point de vue. Certes, être jeune en ce moment n’est pas facile, mais tout de même... Toi mon cher Jean-René, tu peux dire que tu as fait parti de cette génération sacrifiée. Né en 1940, tu as vécu ton enfance avec la guerre, le maquis qui naviguait à Saint-Etienne de Puycorbier, là où tu es né. Il y avait les allemands qui effectuaient des actions punitives contre la population locale, il y avait des exécutions sommaires, des assassinats, bref une tragédie où la peur pesait sur ton quotidien. Oui tu as connu ces malheurs. Tu n’allais pas en voiture à l’école, mais avec ta paire de sabots sur lesquels le forgeron du coin pointait les fers, comme on fait avec le bétail. Et de plus, tu t’es tapé à 20 ans deux ans de guerre d’Algérie. Là on peut parler encore de sacrifices, mais aujourd’hui nos têtes blondes voient leurs parents, communiquent par l’explosion de la téléphonie, alors que toi tu devais attendre ton courrier des jours et des jours... au fin fond du bled algérien. Mais j’arrête avec ça, car on va me traiter de "vieux con".
- Je crois que notre planète aujourd’hui ne supporte plus qu’on l’a maltraite. Le réchauffement s’accélère et je pense qu’en définitive notre Terre a pris sa revanche et se venge contre l’être humain qui l’a tellement négligée. C’est à se demander si cette pandémie ce n’est pas la vengeance de la nature à qui on a forcé tant de choses et à qui les hommes ont manqué de respect.
- 2021 sera très dur, mon cher Jean-René. Car après la pandémie, il y aura une grave crise économique, c’est sur ! Repose en paix et si tu peux de la haut nous apporter du réconfort, n’hésite pas, on en aura tellement besoin...

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - JRV ONZE ANS DÉJĀ © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 janvier 2021

BEAUPOUYET (Palmarès)

DANS LA FORÊT DU LANDAIS

- Beaupouyet, près de 500 habitants et son prix des fêtes du mois d’août nous rappelle certainement quelques bons souvenirs. Une épreuve cycliste qui a débuté dès 1947, qui s’est perdue un temps, pour revenir et disparaître définitivement... Une organisation menée surtout par le RC Mussidan qui avait même organisé en 1976 une épreuve en ligne entre Beaupouyet et Saint-Géry, d’où Serge Augièras était résidant. A remarquer enfin le triplé réalisé dans cette course par Bernard Dubost, coureur bien connu de notre Dordogne...

120410756[1]

 Eric Valade (EC Foyenne), vainqueur en 1983 à Beaupouyet

Prix des fêtes et prix de la gare

1947 René Minvielle (RC Mussidan), 1953 Jean Guédon (RC Mussidan), 1954 Lucien Villechanoux (RC Mussidan), 1955 Yves Brugeassou (RC Mussidan), 1957 Henri Bitard (Pédale Montpon), 1958 Denis Puygauthier (Saint-Aulaye VC), 1959 Jean Sedran (RC Mussidan), 1960 Jean-Luc Tenant (CC Périgourdin), 1973 Jean-Marie Valade (EC Foyenne), 1974 Roland Lalanne (CC Béarnais), 1975 Jean-Louis Campagnola (US Talence), 1976 Beaupouyet-Saint-Géry remporté par Mustapha Najjari (Pédale Faidherbe/Maroc), 1983 Eric Valade (EC Foyenne), 1984 Jean-Marc Prioleau (CC Marmande), 1989 Maxime Cazeau (AC Bon Encontre), 1991 Michel Bourzeau (SC Périgord), 1992 Bertrand Riou (Nantes CC), 1993 Bernard Dubost (UC Brive), 1994 Jean-Luc Bésarion (US Bouscat), 1995 Mickaël Enaud (EC Ribérac), 1997 Bernard Dubost (CC Périgourdin), 1998 Nicolas Naïbo (GC Bergerac), 1999 Ludovic Guionie (GC Bergerac), 2000 Nicolas Bessières (EC Lac Vert), 2001 Bernard Dubost (UC Brive).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – BEAUPOUYET © BERNARD PECCABIN
Réédition d’articles parus sur le blog la Dordogne Cycliste

Posté par Bernard PECCABIN à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2021

2001 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (4° semaine de la saison)

IL Y A 20 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

25 janvier au 3 février 2001

- Le 27 janvier sur le stadium de Bordeaux, la sélection du Guipuzcoa remporte la quasi-totalité des épreuves, malgré les tentatives des coureurs locaux.

2001 Fontaine le Comte Chareix

Fabien Chareix au milieu des jeunes lauréats du jour

- On a couru en cyclo-cross à Fontaine le Comte où Fabien Chareix (UC Condat) réalise un cavalier seul laissant loin derrière le Libournais Constantin (2°) et l’Uvéliste Christophe Deluche en troisième position.

2001 Dasque Redoulez dans l'américaine

Avec un tour d'avance, Dasque et Redoulez (Cam Bordeaux) se sont imposés dans l'américaine

- Le 2 février les samedis cyclistes se sont terminés par le succès de Mathieu Guitaud (Talence) en vitesse, de Rousseau (US Bouscat) dans la course aux points, de Nardi (Langon) dans l’élimination, du duo Dasque-Redoulez (Cam Bordeaux) dans l’américaine et du Camiste Lader dans la course aux points.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - 2001/semaine 04 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 17:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

ANGOULÊME - ROCHEFORT 1953

Huit hommes au sprint au 2éme Angoulême-Rochefort

enlevé par Michel Gonzalès

Gonzalèz

- Ce 2éme Angoulême-Rochefort rendu très dur par un fort vent debout a obtenu un gros succès. Une foule nombreuse se pressait sur tout le parcours. A 13h 35, Mr Suant, président du comité du Poitou, assisté de Mr Cardillert, président du comité de la Charente Maritime, libère les vingt sept concurrents. Parmi les abstentions, on note celles de Rinco, Mérino et Cigano. L’allure est rapide dès le départ. Trochut de Matha, doit abandonner par suite d’ennui mécanique à quatre kilomètres de Nersac. Plusieurs échappées tentaient par Urbaniack, Lemaitre, Pallu, Roulin, Gourd entre Angoulême et Ségonzac ne donnent aucun résultat. Rousseau en tête à Cognac. Le jeune Rousseau traverse Cognac avec deux cent mètres d’avance, mais est absorbé par le gros du peloton dans la côte du Coran. Roulin et Trainaud René s’échappent à l’entrée de Saintes et prennent rapidement cinq cent mètres, mais tout rentre dans l’ordre après Sainte-Hilaire de Villefranche.

001

Michel Gonzalès lors de ce 2° Angoulême-Rochefort

- Vingt deux coureurs encore groupés atteignent Saint Jean d’Angèly. Entre Lussant et Rochefort deux pelotons se forment et c’est à un sprint de huit hommes que nous assistons. Déplorons la chute sans gravité de Baudry à l’arrivée. Le Rochelais avait fait une très belle course et pouvait prétendre à la victoire. Félicitons les motards et le service d’ordre en général.

3 premier

De gauche à droite les trois premiers de la course avec
Gonzalès, Lemaître et Darodès

Le classement : 1ér Gonzalez (U.S Bouscat), les 140 Kms en 4 heures. 2 Lemaitre (Saujon). 3 Darodes (Saujon). 4 Urbaniack (U.C.A.P Angoulême). 5 Belluteau (Gémozac). 6 Pallu (Gémozac). 7 Gourd (Girondins de Bordeaux). 8 Barraud (Cognac). 9 Voyer (U.C.A.P Angoulême). 10 Deloche (A.S.P.T.T Bordeaux). 11 Arnaud (Girondins ASP). 12 Rousseau (Cognac).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – ANGOULEME-ROCHEFORT 1953 © PATRICK GONZALÈZ
Pour la mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]