30 mai 2021

1996 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (22° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

30/05 au 5 juin 1996

1996 CA Ladaux séniors

Becaas (2°), Chauvin titré , Marié (3°) à Ladaux

- Gilles Chauvin déjà couronné à Belvès en 1990, remporte cette fois à Ladaux un deuxième titre de champion d’Aquitaine route en s’imposant devant Becaas (Oloron) et Marié (Anglet). Elisabeth Chevanne-Brunel est titrée chez les dames alors que Gorostéguy (Hiriburuko) et Ounzari (TCFPB) prennent les places d’honneur. Chez les vétérans c’est Maxime Cazeaux (Bon Encontre) qui bat Barbe (Bègles) et Gérard Daragnès (G.St.Martin).

1996 CA Ladaux dames

Podium dames avec Gorostéguy (2°), Elisabeth Chevanne-Brunel toitrée et Ounzari (3°)

1996 CA Ladaux dames Jun

Podium dames juniors avec Koukidis (2°), Peter lauréate et Dader (3°)

1996 CA Ladaux vétérans

Podium vétérans avec Barbe (2°), Maxime Cazeeaux titré et Gérard Darragnès (3°)

- D’autres succès tels celui de Jean-Christophe Arretche (Cyclisme 24) à Saint-Solve, de Gilles Dubourdieu (A. Bayonne) au Boucau, de Thierry Raboin (CC Madiran) à Arudy, de Serge Carribon (Mauléon) à Boos, de Jean-Michel Agut (UV Lourdes) à Bassoues.

1996 Mavic Ligugé

Franck Morelle vainqueur à Ligugé

- Franck Morelle glane sa deuxième épreuve de la Coupe de France Mavic en s’imposant lors de la Pédale d’Or de Ligugé où Mauduit lauréat en 1994 a laissé Morelle et Frutoso se détacher pour terminer dans cet ordre.
- Le traditionnel 78° du nom, prix de la Trinité couru à Guéret revient à Michel Commergnat (UC Felletin) qui s’impose devant Balleraud (UV.Limousine) et Yves Beau (Châteauroux).

1996 CA Piste Keirin

Nogué, Madern titré , Gassian podium du CA Keirin

- Jean-Pierre Madern (CAM Bordeaux) remporte le titre de champion d’Aquitaine de keirin en s’imposant devant les Talençais Nogué et Gassian.

ÉCHOS DE DORDOGNE

1996 Abjat 1

Départ du prix des fêtes d'Abjat sur Bandiat

- Abjat sur Bandiat (SR par CCP Nontron) : 1. Jean-Christophe Arretche (Cyclisme 24), 2. Jérôme Paul (CC Périgueux), 3. Jean-Sébastien Arretche (Cyclisme 24), 4. Jacques Dubost (Saint-Astier), 5. Ledan (CCC Gourins), 6. Ceyssat (Asptt Périgueux), 7. Brigaud (Châteauneuf), 8. Roy (CC Périgueux), 9. Delage (Confolens), 10. Géraud (Confolens).

1996 Abjat 2

Jean-Christophe Arretche vainqueur avec le bouquet et son frère Jean-Sébastien 3°

- Sainte Colombe de Lalinde (CV et juniors) : 1. Bruno Barbe (RO Bazas), 2. Belotti (Bon Encontre), 3. Eric Confolens (Barsac), 4. Pilet (Tonneins), 5. Tonini (Bazas), 6. Grade (Bergerac), 7. Samuel Daubisse (Périgueux), 8. Stéphane Virvaleix (Cyclisme 24), 9. Borderie (Ste Foy), 10. Brunello (Tonneins), etc…
- Prats du Périgord (SR/Juniors par VC Monpazier) : 1. Fabien Withowski (EC Figeac), 23. Beco (Figeac), 3. S. Chabreyrou (Ribérac), 4. Massou (Tonneins), 5. Schrall (Figeac), 6. Naïbo (Chasseneuil), 7. De Marchi (Toulouse), 8. Taillandier (Cahors), 9. Vayssière (Rodez), 10. Cubayne (Villeneuve), etc…
- Thiviers (prix quartier Saint Jacques en cadets-Pédale Thibérienne) : 1. Jordan Caillaud (CC Périgueux), 2. Jean Mespoulède (Asptt Périgueux), 3. Laguionie (Libourne), 4. Fouillhac (Figeac), 5. Lescaut (Lalinde), etc…
- Thiviers (prix quartier Saint Jacques en minimes-Pédale Thibérienne) : 1. Nicolas Pasquier (CO Couronnais), 2. Baronnet (CRCL), 3. Pinot (Couronne), 4. Boyer (CC Périgueux), 5. Canou (UVL), etc…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - 1996/semaine 22 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mai 2021

1986 MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME - 1986

FERDINAND BRACKE INVITÉ D’HONNEUR

DE LA NOCTURNE DES CHAMPIONS

Article précédent : 1985 Une nocturne avec quatre speakers et déjà le départ de Gourmelon vers d’autres cieux (pour ceux qui veulent revoir cet article, cliquez sur ce lien.

RCM 1986

14 juillet 1986 à Mussidan avec deux invités de marque : Georges Bousquet à gauche
et Ferdinand Bracke à droite, 
à la tête d'une délégation de coureurs belges.
A l'époque Georges Bousquet était vice-président de la FFC

et président de la ligue du cyclisme professionnel.

- Le club se remet difficilement du départ d’Hervé Gourmelon. Avec douze épreuves et vingt-et-un licenciés, 1986 reste une petite saison. Seule la nocturne "Open"  tire le club de son marasme ambiant. Il est vrai aussi que dans les autres sociétés ce n'est pas brillant. Le cyclisme amateur comme le cyclisme régional commence son agonie. En Dordogne on ne compte plus qu'un seul coureur de 1° catégorieavec Didier Virvaleix, du jamais vu … L'EVCC Bergerac qui a connu son apogée entame son déclin. De nombreux coureurs ont quitté les couleurs chères au président Michel Viremouneix. Il reste le Cyclo-Club Périgourdin et l'ASPTT qui se livrent un duel sans merci pour occuper le fauteuil de leader. L'école de cyclisme du Cyclo-Club Périgourdin remporte son deuxième titre de champion de France à Plabennec. A Marmande un certain Armand de las Cuevas devient également Champion de France des juniors alors que Luc Leblanc passe professionnel en fin de saison. Le Racing reste un club de milieu de tableau puisqu’on le trouve classé dans les douze premiers côté effectifs comme du côté des organisations. Ce qui signifie en clair que dans les autres clubs la situation est également défavorable. Pour tenter de relever la tête, le Racing se met à l'ouvrage et décide d'organiser sa nocturne en critérium international "open". On retrouve au départ huit professionnels avec Vernet, Da Rocha, Lauraire, Barrault, Dagal, Van Waeren, Cruz et Herminio. Évidemment ce ne sont pas de grosses pointures comme celles du Tour de France, mais tout de même des garçons intéressants qui permettront aux amateurs de s'accrocher et d'emballer la course. Figure également trois nations invitées avec la Belgique, la Pologne et l'Espagne. La panoplie des animateurs est également complète avec Daniel Mangeas, Alain Chaussat et Pierre Sicaud, plus un invité d'honneur de grande notoriété : Ferdinand Bracke le double Champion du Monde. Recordman du monde de l'heure en 1967 avec 48,093 kilomètres parcourus, Bracke est également le vainqueur de trois étapes du Tour de France. On se souvient aussi de sa 3° place au Tour 1968 remporté par Jan Janssens, comme de son succès au Trophée Barrachi et en 1971 lors du Tour d'Espagne. Ferdinand Bracke était présent en ce 14 juillet à Mussidan en qualité de responsable de la délégation belge composée de huit coureursvenus au critérium. Pierre Bonneau conseiller général et maire de Mussidan en profita pour remettre à Ferdinand la médaille d'honneur de la ville sous les vivats du public.

Mussidan 1986

Sous les yeux de Daniel Mangeas et de Pierre Sicaud qui tient le micro,
Pierre Bonneau remet la médaille

d'honneur de la ville de Mussidan à Ferdinand Bracke.

- Je me souviens de cette nocturne où j'étais venu en qualité de spectateur mais aussi pour saluer Georges Bousquet notre président du comité d'Aquitaine invité d'honneur du président Augiéras. La course fut très rapide puisque la moyenne établie par les quarante-quatre coureurs s'élevait tout de même à 44,524 km/h. Et c'est le belge Eddy Van-Waeren qui remporta le bouquet en solitaire et devant toute une meute de routiers sprinters qui il faut le reconnaître assurèrent un spectacle de grande qualité.
Coureurs du Racing en 1986 : Victor Melchior, Jérôme Rollin, Christophe Rollin, Serge Cluzeau, Sylvain Rieublanc, Jean-Louis Bureau, Jean-Pierre Barrat, Henri Millet, Michel Sauviac, Frédéric Lachaud, Patrice Lannes, Patrice Peyencet.

Mussidan 1986

Départ de la nocturne des champions à Mussidan

- 1986 c'est aussi les débuts au Racing d'un certain Serge Cluzeau. Originaire de Saint-Aulaye, ce coureur remporta l'épreuve de Saint-Médard de Mussidan. Des succès il y en a eu notamment lors du Championnat de Dordogne remporté une fois de plus par un ancien Racingman : Jean-Claude Delage. Championnat où Serge Cluzeau terminait 5° ce qui constituait une belle performance pour un garçon de 21 ans qui effectuait son retour à la compétition après son service national. Côté coureurs on notait aussi le retour de Henri Millet qui courait en 2° catégorie malgré ses 37 printemps. Je ne terminerais pas cette saison 1986 sans souligner le fait que j'appartenais à l'ASPTT de Francis Le Pemp, une ASPTT qui talonnait le Cyclo-Club sans pour autant parvenir à le détrôner. Les journées cyclistes en Dordogne de Maurice Jouault n'existaient plus. Elles aussi avaient vécu, agonisantes, comme le cyclisme local l'était. Vraiment on vivait une autre époque mais on avait du mal à s'intégrer dans ce nouveau style de vie qui pourtant n'allait pas en s'arrangeant. Et la fin de saison amènera à nouveau son cortège de désillusions avec maintenant le départ de Patrice Peyencet pour le Cyclo-Club Périgourdin. Et là encore, il était dommage de voir une valeur sûre de notre cyclisme s'exiler vers d'autres cieux qui n'offraient pourtant pas mieux que les promesses d'un comité directeur mussidanais qui ne savait plus que faire pour conserver un petit monde vraiment turbulent. Même à Marmande, ça ne devait pas mieux aller, puisque Hervé Gourmelon l'enfant terrible, partait encore pour voyager maintenant sous les couleurs du FC. Oloron. Le cyclisme roulait mal, des problèmes de dopage couvaient et la suspension d'une année ferme de quelques coureurs démontrait que le progrès de la médecine n'était qu'un leurre destiné à tromper un public qui n'admettait pas de telles tricheries. On aurait évidemment beaucoup à dire sur le dopage, mais toutes les lignes ne suffiraient pas pour dire la vérité car à cette époque, trop de coureurs déjà étaient tombés dans ce piège. C'est certainement leur attitude qui a affecté plus ou moins notre tissus sportif ? Car si nos effectifs se sont rétrécis, c'est davantage du fait que ce sont les vrais rouleurs qui ont arrêté la pratique de la compétition, dégoûtés de constater que leurs camarades gagnaient en toute impunité.

Saint-Martin de Ribérac 86

Saint-Martin de Ribérac  le 18 mai 1986 avec au départ le jeune Serge Cluzeau
du Racing-Club Mussidanais (maillot rouge et blanc)

ORGANISATIONS DU RCM EN 1986

Prix du 1° mai à Mussidan (1° mai)
1° Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), 2° Avril JM (AVC. Libourne), 3° Confolens (US. Coutras), 4° Peret (AVC. Libourne), 5° Baronnet (Guidon Séverinois)
Prix de Saint-Louis en l'Isle (11 mai)
1° Christophe Lanxade (EVCC. Bergerac), 2° Bartherote (Guidon Agenais), 3° Hervé Lavignac (CC. Périgourdin), 4° Monlezun (AS. Pessac), 5° Godichaud (VC. Pons)
Prix de Saint-Médard de Mussidan (8 juin)
1° Serge Cluzeau (RC. Mussidan), 2° Jean-Claude Delage (CC. Montpon), 3° Jean-Claude Bocquier (EC. Ribérac), 4° Eric Vouillat (EVCC. Bergerac), 5° Francis Dubreuil (CC. Périgourdin).
Prix des fêtes de Bénévent (13 juillet)
1° Bruno Lagarde (CCP. Nontron), 2° Bernard Macchelberg (CC. Marmande), 3° Yannick Nogué (US. Talence), 4° Eliet (Aix-en-Provence), 5° Audaire (VC. Montendre).
Nocturne des Champions à Mussidan (14 juillet)
1° Eddy Van Waeren (Belgique), 2° Fernand Lajo (US. Bouscat), 3° Janusz Bienek (Pologne), 4° Philippe Galy (CC. Marmande), 5° Jean-Claude Daragnès (Guidon Saint-Martinois).
Prix des fêtes de Grignols (21 juillet)
1° Antoine Beco (VC. Saint-Céré), 2° Alain Fossard (EVCC. Bergerac), 3° Naulet (CC. Marmande), 4° Monteil (UC. Rochevillois), 5° Michel Dutertre (CCP. Nontron).
Prix de Saint-Etienne de Puycorbier (27 juillet)
1° Victor Melchior (RC. Mussidan), 2° Dal'Cin (Cadillac), 3° Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), 4° Lagarde (AVC. Libourne), 5° Jouannel (JS. Astérienne).
Prix des fêtes de Issac (19 août)
1° Jean-Claude Delage (CC. Montpon), 2° Bruno Ouvrard (UA. La Rochefoucauld), 3° Longueville (VC. Cubzaguais), 4° Fournier (AS. Facture), 5° Jannel (Charenton).
Prix des fêtes de Saint-Géry (7 septembre)
1° Alain Fossard (EVCC. Bergerac), 2° Jean-Luc Besse (UC. Montpon), 3° Maxime Cazeau (VC Libos), 4° Yves Brusson (ASPTT. Périgueux), 5° Yves Berger (Prigonrieux Guidon Club).

Mussidan 1986

Le vainqueur de la nocturne des champions Eddy Van Waeren 

QUELQUES GRANDS DE LA SAISON 86

Millet Henri

Francesco Moser, Sean Kelly, Urs Zimmermann, Adri Van der Poel, Guido Bontempi, Dhaenens, Van den Houte, Laurent Fignon, Andersen, Moreno Argentin, Claude Criquiélon, Steven Rooks, Joop Zoetemelk, Robert Millar, Alvaro Pino, Gilbert Glaus, Gallopin, Vallet, Bernard Hinault, Marie, Stieda, Gaigne, Van de Velde, Pedersen, Charly Mottet, Phil Anderson, Viatcheslav Ekimov, Yvon Madiot.

CEUX QUI BRILLENT EN PERIGORD

Jean-Yves Béneyrol (ASPTT. Périgueux), Daniel Dutertre (CCP. Nontron), Jean-Claude Delage (CC. Montpon), Victor Melchior (RC. Mussidan), Bernard Dubost (ASCA. Bergerac), Jean-Luc Besse (UC. Montpon), Francis Dubreuil (CC. Périgueux), Alain Fossard (EVCC. Bergerac), Thierry Chamouleau (CC. Périgueux), Olivier Chouarche (EVCC. Bergerac), Guy Thomas (Pédale Thiviers), Vincent Robert (ASPTT. Périgueux), Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), Jean-Claude Bocquier (EC. Ribérac), Hervé Lavignac (CC. Périgueux), Patrice Géraud (CC. Périgueux), Didier Dutertre (CC. Périgueux), Claude Denis (EC. Ribérac), Jean-Paul Audebert (JS. Astérienne), Francine Merlos (EVCC. Bergerac), Didier Virvaleix (ASPTT. Périgueux), Romuald Lagorce (ASPTT. Périgueux), Yves Pérez (EC. Ribérac), Bernard Conan (Pédale Faidherbe), Michel Delestage (Pédale Thiviers), Serge Cluzeau (RC. Mussidan), Bruno Lagarde (CCP. Nontron), Eric Vouillat (EVCC. Bergerac), Daniel Delmon (CC. Périgueux), Bernard Mazeau (ASPTT. Périgueux), Guy Dutertre (CC. Périgueux), Christophe Lanxade (EVCC. Bergerac), Alain Zampérini (CC. Périgueux), Yves Brusson (ASPTT. Périgueux), Patrice Dumas (ASPTT. Périgueux), Dominique Galy (Guidon Sarladais), Jean-Christophe Arretche (CC. Périgueux), Jean-Paul Truffy (CC. Périgueux), Pascal Delestage (Pédale Thiviers), Rachid Alaux (CC. Sarlat), Jacques Suertegaray (Guidon Sarladais), Jean-Claude Ulbert (Guidon Sarladais), Christian Géraud (CCP. Nontron), Guy Dagot (CC. Montpon), Henri Millet (RC Mussidan) notre photo.

LES VEDETTES DU SUD-OUEST

Jean-François Lantot (CC. Marmande), Pascal Chaumet (Cycle Poitevin), Christian Ardouin (VC. Thouars), Fernand Lajo (US. Bouscat), Denis Pelizzari (UV. Lourdes), Alain Dithurbide (UC. Tarbes), Patrick Audeguil (UC. Villeneuve), Gilbert Berron (UC. Saint-Léonard), Philippe Bocquier (UV. Lourdes), René Bajan (AS. Facture), Sylvain Bolay (UC. Brive), Laurent Brochet (VC. Charente Océan), Luc Leblanc (CRC. Limousin), Michel Larpe (AJ. Montmoreau), Fabrice Marchais (VC Charente Océan), Patrick Mauriès (VC Vallée du Thoré), Serge Polloni (US. Montauban), Pascal Andorra (CC. Béarnais), Michel Commergnat (UV. Limoges), Stéphane Dief (AS. Facture), Philippe Mondory (Cycle Poitevin), Michel Dupuytren (UC. Brive).

1986

Eddy Van Waeren avec Daniel Mangeas

AUTRES COURSES DU RC.MUSSIDAN EN 1986

1° mai Prix de Mussidan (non licenciés)
résultats non trouvés sur la presse
7 juin Prix de St.Médard de Mussidan(non licenciés)
résultats non trouvés sur la presse
21 juillet Prix des fêtes de Grignols (non licenciés)
résultats non trouvés sur la presse

VÉLO DORDOGNE - MUSSIDAN (31) © BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : 1987 : GOURMELON FAIT PARLER DE LUI, A OLORON

Posté par Bernard PECCABIN à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2021

LE CYCLO-CLUB SARLADAIS

LE NOUVEAU DÉPART EN 1984

- On se souvient que le Cyclo-Club de Tursac a quitté son village pour la ville de Sarlat fin 1984. Présidé par Lucien Leduc, le Cyclo-Club a donc été remis en selle et à cette occasion, un podium roulant avait été conçu par les dirigeants. A cette époque c’était un des tout premiers fabriqué à partir d’un caisson de caravane. Le présent reportage a pour but de revoir la photo souvenir  de cet acte de naissance, qui malheureusement allait vivre que durant quelques années…

1984 CCS

Le podium du CC Sarlat avec de gauche à droite et debout Dominique Gauthier,
Pierre Laval, Lucien Leduc, Guy Labernardie, Maurice David, Régis Royère
Accroupis Jacques Ravillon, Jean-Paul Loubriat et Jean Gransard

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – PIERRE LAVAL © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2021

18° TOUR DU CANTON DE RIBERAC-MAREUIL-VERTEILLAC - 2012

UN NOUVEAU PROGRAMME EN QUATRE ETAPES ET SUR TROIS JOURS

BANDEAU TER

- Pour sa 18° édition, l’épreuve prend une nouvelle dimension en ajoutant le Tour du Canton de Ribérac à celui de Mareuil et de Verteillac déjà existant. Une nouvelle formule avec en ligne de mire une finale du Challenge National des espoirs.
- Qui pourrait succéder cette année à Arnaud Demare ? D’emblée on pense à Yohan Paillot, tout simplement parce que c’est lui qui est en tête du challenge après Loire-Atlantique espoirs, du fait qu’il est ici en voisin, mais aussi et surtout parce qu’il a terminé deuxième du Championnat de France contre la montre, juste derrière Sylvain Chavanel. Mais avec lui il faudra aussi compter sur le Normand Alexis Gougeard un rouleur de renom, sur Pierre-Henry Lecuisinier Champion du Monde juniors, sur Rudy Kowalsky récent vainqueur de Bordeaux-Saintes, sans oublier les locaux tels Quentin Pacher, Alexis Guérin et Yoan Vérardo.

20079[1]

 Warren Barguil (Franche Comté) vainqueur à Ribérac. (© Serge Augiron)

 - Relire l’édition 2011.

LE PARCOURS
Vendredi 29 juin 1° étape : Saint-Méard de Dronne et Ribérac soit 106 km. Départ à 14h30 salle des fêtes. Villetoureix, côte d’Allemans (km 11), Epeluches, Comberanche, Bourg du Bost, Petit Bersac, Vanxains, Ponteyraud, La Jemaye, Saint-André de Double, Saint-Vincent de Connezac, Côte de Siorac de Ribérac (km 69), Ribérac plus trois tours de circuit de 9,6 km. Arrivée haut de côte.
Samedi 30 juin 2° étape : Monsec-Mareuil soit 137 km
Dimanche 1° juillet 3° étape : Sainte-Croix de Mareuil soit 16,5 km clm
Dimanche 1° juillet 4° étape : La Tour Blanche-Verteillac soit 112 km
(les circuits de ces étapes sont à peu près identiques aux éditions précédentes)

BARGUIL AU DESSUS DU LOT
- La première étape qui constituait la nouveauté de ce Tour de Mareuil-Verteillac-Ribérac a été âprement disputée avec une moyenne de 47,5 km/h au cours de la première heure, ceci malgré un parcours vallonné. Quatorze hommes se sont disputées la victoire dans la difficile côte d’arrivée, là où Warren Barguil s’est montré le plus fort.

voila-deux-ans-warren[1]

Warren Barguil vainqueur de la 1° étape à Ribérac

Combaud

Saint-Méard de Dronne et Ribérac soit 106 km: 1. Warren Barguil (Franche Comté) 106 km en 2h20’37s, 2. Lecuisinier (Pays de Loire), 3. Delon (Ile de France), 4. Le Lavandier (Bretagne), 5. Delétang (Ile de France), 6. Martin (Bretagne), 7. Teguel (Pays de Loire), 8. Pacher (Aquitaine), 9. Bidard (Auvergne), 10. Gouault (Pays de Loire)
- Lecuisinier et Barguil ne se sont pas quittés sur les collines de Mareuil. Romain Combaud (Ile de France) gagnant avec trois petites secondes d’avance.
Monsec-Mareuil soit 137 km : 1. Romain Combaud (Ile de France) 130 km en 3h05’50s - notre photo ci-contre, 2. Le Gac (Bretagne) à 3s, 3. Barguil (Franche Comté), 4. Leveau (Normandie), 5. Laporte (Provence), 6. Maurelet (Picardie), 7. Bernard (Bourgogne), 8. Pacher (Aquitaine), 9. Millour (Bretagne), 10. Chevrier (Rhône-Alpes)
- C’est le chrono qui finalement départagera les deux protagonistes. Yoann Paillot (Poitou-Charentes) l’emportera à Sainte-Croix de Mareuil, mais Warren Barguil comptera six secondes d’avance sur Pierre-Henri Lecuisinier champion du monde junior. Belle prestation de Paillot qui réussit enfin là où durant deux ans il avait échoué, contrarié en 2010 par un mur puis l’année suivante par un tracteur.
Sainte-Croix de Mareuil soit 16,5 km clm : 1. Yoann Paillot (Poitou-Charentes) 16,5 km en 20’46s soit une moyenne de 47,673 km/h, 2. Laporte (Provence) à 32s, 3. Le Gac (Bretagne) à 54s, 4. Guérin (Aquitaine) m.tps, 5. Barguil (Franche Comté) à 1’00s, 6. Kowalski (Normandie), 7. Lecuisinier (Pays de Loire) à 1’06s, 8. Pérez (Provence) à 1’07s, 9. Teguel (Pays de Loire) à 1’08s, 10. Guillemois (Pays de Loire) à 1’12s.
- La course semblait jouée au départ du Verteillacois. Un bon de sortie étant délivré aux coureurs qui n’étaient pas dangereux, ce sont huit d’entre eux qui franchiront la banderole avec toutefois de petits écarts. Barguil lui se contentera de contrôler la course mais Lecuisinier dut se résigner à rester scotché à cette deuxième place pour sa première participation.
La Tour Blanche-Verteillac soit 112 km : 1. Julien Duval (Normandie) 107 km en 2h39’08s, 2. Bouchard (Rhône-Alpes) à 1s, 3. Botrel (Bretagne) à 21s, 4. Guérin (Aquitaine) à 26s, 5. Verini (Provence), 6. Vincent (Franche Comté), 7. Guillemois (Pays de Loire), 8. Gouault (Pays de Loire), 9. Delalot (Picardie) à 4’29s, 10. Le Gac (Bretagne) à 5’21s.

TNCMV 2012 Barguil

Warren Barguil (Franche Comté) lauréat 2012 © sha

images[4]

Classement général final : 1. Warren Barguil (Franche Comté) 364 km en 8h32’45s, 2. Lecuisinier (Pays de Loire) à 6s, 3. Teguel (Pays de Loire) à 8s, 4. Chevrier (Rhône-Alpes) à 37s, 5. Pacher (Aquitaine) à 50s, 6. Le Gac (Bretagne) à 1’16s, 7. Le Fustec (Poitou-Charentes) à 1’18s, 8. Bidard (Auvergne) à 1’23s, 9. Martin (Bretagne) à 2’05s, 10. Laporte (Provence) à 1’37s, 11. Kowalski (Normandie) à 2’05s, 12. Perez (Provence) à 2’12s, 13. Leveau (Normandie) à 2’21s, 14. Guyot (Pays de Loire) à2’35s, 15. Combaud (Ile de France) à 2’59s, 16. Bernard (Bourgogne) à 3’01s, 17. Maurelet (Picardie) à 3’10s, 18. Millour (Bretagne) à 3’22s, 19. Le Lavandier (Bretagne) à 4’02s, 20. Orlhac (Auvergne) à 4’21s.
NOTA : De cette promotion 2012, s’ajoutent dans les rangs des pros Warren Barguil (Argos Shimano), Yoan Paillot (La Pomme Marseille) et Julien Duval (Roubaix-Lille Métropole).  Les noms des équipes pros sont celles qui étaient connues à la date de la publication de cet article (2013).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - LE TOUR DES CANTONS
DE RIBÉRAC-MAREUIL/VERTEILLAC (2012)
© BERNARD PECCABIN - Prochaine parution : L'opportuniste Fabien Grellier

Posté par Bernard PECCABIN à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

VERDEUN SUR GARONNE

10° GRAND PRIX CYCLISTE

1966 Verdeun sur Garonne

Au fond bras croisés Pierre Fages, puis à droite Gonzalèz, Archambaud, Bolley,
Brux, Botherel, Guimard, Lancien. A gauche Carassay et Danguillaume.

- Juste une photo, celle d’une troisième mi-temps entre rivaux à Verdeun sur Garonne. A cette époque on ne se faisait pas de cadeaux sur les circuits, mais on aimait bien faire ripaille et les tablées n’étaient pas tristes. La bouteille de champagne que l’on voit en est le témoin. "Rétro Vélo"  connait  l’année de ce cliché qui se situe en 1966, où il y a la bande à Guimard attablée, mais remercie Patrick Gonzalèz, fils de Michel de nous la communiquer.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – VERDEUN SUR GARONNE © PATRICK GONZALÈZ
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 09:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


24 mai 2021

2001 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (21° semaine de la saison)

IL Y A 20 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

27/05 au 2 juin 2001

2001 Champagnac de Bélair

Gilles Canouet avec Jean Mespoulède et le speaker Serge Sallès

- Gilles Canouet s’est imposé à Quinsac (24) après avoir multiplié les démarrages dans les derniers kilomètres du Tour du canton de Champagnac de Bélair. Dans le final, Paul, Morvan, Magimel et Mespoulède ont trouvé l’ouverture à 30 kms du but, là où Canouet a réussi à sortir en contre, avec Peyramaure qui a fini par collaborer. Ce tandem passait en tête à six kilomètres de la ligne là où Canouet a démarré pour gagner devant Magimel (Super Sport 23), Peyramaure (Chartres), Paul (CC Périgueux), Mespoulède (Asptt Périgueux) et Morvan (Marmande) tous classés dans le même temps.

2001 Tour Chte Limousione

Franck Faugeroux en blanc au centre, vainqueur du Tour Charente-Limousine

- Franck Faugeroux (UC Châteauroux) remporte la première étape du Tour Charente-Limousine puis s’adjuge l’épreuve disputée en quatre étapes. Victoire de Guerry (Cycle Poitevin) à Villejésus, de Meys (Think Media) à Champniers et d’Herbreteau (Cycle Poitevin) lors de la dernière étape où Faugeroux est couronné devant Arnaud Labbe (Cycle Poitevin) et Dayus (Nantes 44).

- Quelques succès régionaux avec O’Callaghan (UCD Nord 87) au Tour du Pays Sostranien, de Sébastien Bordes (Midi-Pyrénées) aux boucles du Tarn, de Mickaël Sourdy (CC Périgueux) à Rochefort sur Mer.

ÉCHOS DE DORDOGNE

Sourdy Mickaël

- Saint-Martial de Valette (SR et SD par CCP Nontron) : 1. Mickaël Sourdy (CC Périgueux) - notre photo ci-dessus, 2. Eric Barret (Angoulême), 3. Meunier (VC Arédien), 4. Cornali (Sainte-Livrade), 5. Sébastien Lamiraud (EC Ribérac), 6. Julien Courbaley (Saint-Astier), 7. Champeymont (UV Limousine), 8. Bruno Ouvrard (Châteauroux), 9. Rouffignac (VC Arédien), 10. Godfroid (Périgueux), etc…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - 2001/semaine 21 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2021

1996 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (21° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

23 au 29 mai 1996

CDF BIS

A gauche, Rolait et Dublé champions de France à l'américaine félicités par Duclos-Lassalle
A droite, Sylvain Minvielle (4°) qui échoue au pied du podium

Morelle Franck

- L’Aquitaine pavoise avec Arnaud Dublé champion de France de vitesse cadets et l’équipe Dublé-Rolait qui elle, devient championne de France de l’américaine des cadets. Sylvain Minvielle (CAM Bordeaux) se classe 4° de l'addition de points.
- Du 24 au 27 mai le Tour de Gironde a donné son verdict avec le succès de Franck Morelle (en médaillon) heureux de gagner pour la première fois une course par étapes, lui qui les perdait chaque fois lors du chrono. Or ce Tour de Gironde n’avait pas de chrono et l’ex champion de France en a profité pour l’emporter devant Eric Frutoso (VC Saint-Quentin) et le Bulgare Zaïkov (Martigues VC). Signalons les succès d’étapes de Guest (Mantes) à Saint-André de Cubzac, de Frutoso (VC Saint-Quentin) à Lormont, de Morelle (Mantes) au Teich, celui de Bodyk (Aulnat) à Pauillac et enfin de l’Ukrainien Khalilov à Carbon-Blanc.

D’autres succès avec Marchegay (VC Cubzac) au circuit du Marensin ouvert aux SR, de Gilles Peyran (Caudéran) à La Réole, de Christophe Napias (GC Bergerac) à Rion des Landes, de Laurent Bajolle (Le Bouscat) à Saint-Gor, de Stéphane Virvaleix (Cyclisme 24) à Bussac, d’Eric Duboscq (Stade Montois) à Saint-Martin d’Oney, de Hugues Ané (Blagnac) aux boucles du Tarn, de David Moncoutié (Blagnac) à la Ronde du Sidobre.
- A Availles Limousine pour le prix Henri Faugeroux, c’est Patrick Friou qui s’impose sous les couleurs de Saint-Hilaire et devant Dumas (Cycle Poitevin) et Fraisseix (Felletin).

1996 Tour des Deux Sèvres

Lemercier et les différents lauréats du Tour Sud Deux-Sèvres

- Le Tour Sud des Deux Sèvres fut un succès pour Patrice Lemercier (Fougères), qui sans gagner d’étape a été le plus régulier au cours de cette 9° édition où il précède Poilevet (VC Dinan) et Cagala (Châteauroux). Belhardrouf (CC Plancoët), Chevallier (P. Saint-Florent), Guerry (St.Jean de Monts) et Baudouin (Joué les Tours ont remporté chacun une étape.

1996 Flêche Charente-Limousine

Hatton, Ferrer et Painaud au Tout de Charente-Limousine

- Du 23 au 26 mai la 12° édition de la Flèche Charente Limousine voit la victoire de Hatton licencié au CM Aubervilliers, devant Jamin (Vendée U) et Ferrer (CRCL). En gagnant chacun une étape Planchaud (CG Orléans), Ferrer (CRCL) et Painaud (Poitou) ont tiré leur épingle du jeu.

ÉCHOS DE DORDOGNE

- Bussac (Vélo Loisir par Asptt Périgueux) : 1. Stéphane Virvaleix (Cyclisme 24), 2. JM. Arquey (GC Bergerac), 3. Eric Confolens (Barsac), 4. Castets (Bouscat), 5. Lavergne (VC Arédien), 6. Lauseille (Ribérac), 7. Borderie (Ste Foy), 8. Stéphane Dutetre (Nontron), 9. Germagnan (Saint-Astier), 10. Dupuy (Ménesplet), etc…
- Saint-Martin le Pin (SR et juniors par CCP Nontron: 1. Florent Delmond (Asptt Périgueux), 2. Denis Bégout (Asptt Périgueux), 3. JC Nadon (Montmoreau), 4. Moreau (Verriers), 5. Bruno Ceyssat (Asptt Périgueux), 6. R. Hispiwac (Mussidan), 7. Bricat (Rauzan), 8. Thomas (Nontron), 9. Brachet (Nontron), 10. Mestadier (Rauzan), etc…
Agonac (SR/Juniors par Asptt Périgueux) : 1. Brachet Nicolas (CCP Nontron), 2. Philippe Candau (P.Faidherbe), 3. Jacques Dubost (Saint-Astier), 4. Petit (FSSH), 5. Florent Delmon (Asptt Périgueux), 6. Eric Barret (Condat), 7. Victor Melckior (RC Mussidan), 8. Olivier Durand (AJ Montmoreau), 9. JP Belotti (AC Bon Encontre), 10. Denis Bégout (Asptt Périgueux), etc…

Image13

Quatre des vainqueurs en Dordogne avec de gauche à droite Stéphane Virvaleix,
Florent Delmon, Nicolas Brachet et Loïc Charles-Artigues

Neuvic sur l’Isle (toutes catégories par JS Astérienne) : 1. Christian Magimel (CRCL), 2. Bruce Péan (Machecoul), 3. Eric Daragnès (SC Libourne), 4. Alain Lagière (CC Marmande), 5. Eric Baron (CRCL), 6. Bruno Vic Joy (Nay), 7. Barbeau (Talence), 8. Cola (Villenave), 9. Lorenzon (Asptt Périgueux), 10. Samuel Duval (Asptt Périgueux), etc…
Bergerac (critérium élites par EVCC Bergerac) : 1. Vincent Cali (CC Etupes), 2. Thierry Ferrer (CRCL), 3. Denis Leproux (Etupes), 4. Pofilet (Etupes), 5. Lanxade (Cahors), 6. Sobinski (Auch-Lectoure), 7. Peyencet (CRCL), 8. Spencer (Cahors), 9. Becaas (Oloron), 10. Trueba (Espagne), etc…
Bergerac (prologue critérium SR par EVCC Bergerac) : 1. Loïc Charles-Artigues (CC Lindois), 2. Christophe Napias (GC Bergerac), 3. Ventre (Marmande), 4. Antoniol (Uzerche), 5. Le Guern (Rungis), etc…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - 1996/semaine 21 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2021

NONTRON ET SON CYCLISME L’ENTRE DEUX GUERRES

YVES MOUSSEAU ROI DE LA VITESSE A PÉRIGUEUX

Mousseau Lucien

- C’est en 1908, que Lucien Mousseau (en médaillon) âgé alors de 26 ans environ devient père de famille avec la naissance d’Yves qui assure ainsi la pérennité de la famille. Si Lucien laisse tomber quelque peu ses activités sportives, trop pris par son atelier, il ne manque pas pour autant de suivre l’actualité cycliste en vue de prendre en main le destin sportif et professionnel de son fils le moment venu. Ce moment sportif arrivera en 1928. Le fils Mousseau aura vingt ans alors. Il signera sa première licence sans doute au Vélo-Club de Nontron(1) en 1927, mais ensuite à la Pédale Faidherbe de Périgueux. (Lire sur ce LIEN la première partie de cette publication).
(1) le VC Nontronnais a été sollicité en 1924 par la Cyclo-Club Périgourdin pour une fusion qui ne se fera pas

- La Pédale Faidherbe ? C’était en effet un jeune club fondé en 1926 dans le quartier Saint-Georges de Périgueux. C’était aussi un des clubs qui rassemblait le plus grand nombre de licenciés et qui occupait la une de l’actualité cycliste en Périgord au cours de l’entre deux guerres. Il est vrai qu’au cours de ces années 20, les gens aspiraient à envisager la vie avec optimiste après avoir vécu les atrocités d’un premier conflit mondial qui crucifiera même Lucien Petit-Breton sur le champ de bataille. Dans le Nontronnais, on ne manquait pas de conseilleurs dont Paul Chabaud (né en 1905) et Jean Mouveroux né le 5 avril 1902 à Piègut. Soit deux cyclistes aux dents longues, sans oublier Lulu Deville qui lui ne viendra au monde que le 23 septembre 1915. Cette époque était très riche pour le cyclisme Périgourdin qui comptait de nombreux champions et aussi un vélodrome, celui du Stade Lacoin à Périgueux. Lucien le vélociste de Nontron entretenait de grandes relations avec tout ce petit monde, espérant secrètement que son fils lui donnera des plaisirs au travers de ses exploits sportifs. C’est d’ailleurs dans ce vélodrome qu’Yves sur les conseils de son père Lucien, s’illustrera lors des grandes réunions. Mais cela ne pouvait être autrement. Car tous les jours Yves était trempé dans le travail de son père. Tous les jours c’était des vélos, des réparations, des ventes, l’odeur du cambouis, bref toute un environnement qui ne pouvait le détourner du deux roues et de cette envie, celui de devenir à la fois coureur et vélociste.

Chabaud Paul

Paul Chabaud le Nontronnais champion de Dordogne en 1927
Clui qui deviendra plus tard le président de la Pédle du Nontronnais

- Le vélodrome de Périgueux : En 1927 la Compagnie ferroviaire Paris-Orléans, appelée aujourd’hui sous les termes de PO, connaissait une activité sans précédents. Périgueux, on le sait vivait de son atelier et de ses cheminots. L’industrie ferroviaire avait le vent en poupe. Riche, bien organisée et structurée d’une manière remarquable, la compagnie possédait sa cellule sportive, ouverte à tous les membres et amis du Chemin de Fer. Elle se baptisait sous le sigle de COPO (Compound Olympique Paris-Orléans), aujourd’hui existant toujours sous la même abréviation mais devenue Club Olympique de Périgueux Ouest. Le COPO entreprit la construction du vélodrome. Cela permettrait ainsi de rassembler un public, de faire des recettes et de développer par conséquent ce club très ambitieux et très remarqué par la Direction de l’Education Physique à Paris. Construit par l’entreprise Besse et une poignée de bénévoles, ce vélodrome comprenait un anneau de ciment de 400 mètres sur une largeur de six mètres, entouré de tribunes pour les spectateurs. Tout le monde y mit du sien puisque l’entrepreneur l’édifia à bas prix, sans bénéfices, avec remboursement libre. Vu le succès du cyclisme au cours de cette période, nul doutait que ce vélodrome allait amplifier ce mouvement surtout à cette période où le sprint régnait en maître avec un certain Yves Mousseau qui faisait souvent l’honneur des communiqués.

Yves Mousseau 1

Yves Mousseau, fils de Lucien

- Le 3 juillet 1927 au stade Lacoin, le vélodrome fut ouvert. C’est le commandant Lasvigne représentant le Général de La Touche, directeur de l’Education Physique qui inaugura l’édifice. Assistaient à la cérémonie Félix Gadaud député maire de Périgueux, M. Fouineau sous-préfet, M. Chaminade président honoraire du COPO et M. Vergnaud président actif par ailleurs chef de la section voie du PO. Un public très nombreux affluait sur les gradins et la fête commença avec la première réunion. Tous les coureurs locaux étaient présents. Parmi eux Wezemaël, Geneste, Jacoupy, Graveron, Boulenzou, Laval, Pégueyral et Yves Mousseau pour ne citer que les meilleurs...La réunion débuta par des séries de vitesse où Yves Mousseau se plaçait parmi les meilleurs. Puis la course éliminatoire et l’américaine permettait au public de soutenir les sociétés du département. Un département qui se rassemblera à de nombreuses reprises dans ce vélodrome, outil indispensable pour le développement de la discipline.

Yves Mousseau pistard de Nontron

Yves Mousseau au stade Lacoin à Périgueux (coureur au centre)
tenu par son père Lucien

- Après les succès de l’année passée, l’année 1928 voyait Yves Mousseau dans les rangs de la Pédale Faidherbe. Avec lui Paul Jamay un des meilleurs routiers de la Haute-Vienne, mais aussi les frères Vezemaël. Yves Mousseau viendra à plusieurs reprises dans le vélodrome de Périgueux notamment en 1928, année prospère pour le cyclisme national et local. On craignait les Nontronnais amené par Jean Mouveroux vainqueur du circuit du Sud-Ouest, mais aussi Paul Jamay un des meilleurs routiers venu endosser le maillot vert et rouge de la Pédale Faidherbe. Et que dire de Lucien Laval qui dirigeait la succursale des cycles Elwich à Périgueux alors qu’Yves Mousseau était drivé par son père et pour la succession de son commerce à Nontron, qui lui déménagera ensuite à la rue Carnot pour tenir son affaire juste face à la pharmacie Giry. Tout ce petit monde se retrouvait sur la piste de Périgueux avec une équipe homogène composée de Roturié, Mouveroux, Mousseau, Palavert, Verlaine, Armet, Rebeyrol, Laval. Cette équipe se distinguera et animera les épreuves d’ouverture notamment lorsque Lucien Michard champion du monde de vitesse en 1927, viendra au stade Lacoin. Le 1° juillet, Yves Mousseau remporte la coupe Grand Sport disputé entre les clubs de la ville de Périgueux, devant des gradins archi comble. L’épreuve de vitesse revient à Yves Mousseau qui bat l’Agenais Génies pourtant grand favori.

Yves Mousseau

Yves Mousseau (sous la croix) avec ses équipiers de Nontron

- L’été 1928 remportera un lot de satisfactions, notamment au cyclisme Périgourdin avec Laval, Calmette et Mouveroux qui termineront le Tour de France. Ils seront accueillis en héros à Périgueux le 17 juillet, précédé par la clique de l’Avant-Garde ceci au café de Paris. Plus tard, Yves Mousseau s’adjugeait le Challenge Léri avec une équipe où se joignaient Mouveroux, Chabot et Roturié. Si le public adorait ses champions, ceux-ci le rendaient bien aux Périgourdins en venant courir pour des gains dérisoires. Un plaisir : évoluer sur la piste du stade Lacoin comme Yves Mousseau aimait le faire. Et puis aussi pour venir embrasser rue de la sagesse "la maman Félix" qui les gâtait beaucoup pendant leur séjour à Périgueux. Une table amicale et communautaire, plus qu’un restaurant. Une institution quasi familiale et des plats dont on n’oserait même plus rêver aujourd’hui. Les chantres de la nouvelle ou de la vieille cuisine auront beau faire, ils n’arriveront jamais à la cheville de celle qui fut la maman de presque tout Périgueux.

Pédale Faidherbe en 1931

La Pédale Faidherbe lors du banquet le 5 décembre 1931 à La Cave commune de Marsac
(3° rang en partant du bas : Yves Mousseau le 3° en partant de la gauche
précède un jeune vêtu d’un imper et coiffé d’une casquette)

- Yves Mousseau restera à la Pédale Faidherbe jusqu’en 1933, collectionnant de nombreuses victoires mais en restant un sérieux client sur piste et lors des épreuves de vitesse. 1929 c’était aussi la grande crise économique. Mais en 1931, Yves devient à son tour papa d’un petit Claude. Cette naissance bouleversa un petit peu sa vie et le calendrier sportif fut le premier à en subir les conséquences. Entre la famille, l’atelier, le sport, Yves se voyait d’établir des priorités. La vie était difficile. Aidé par son épouse, Yves passait beaucoup de temps à surchapper les pneus de ses clients qu’il devait coudre à la main. Puis très vite, arriva la deuxième guerre mondiale. Agé d’une trentaine d’années, Yves aidait la résistance locale en entretenant les motos qui servaient de liaison entre les différentes unités combattantes. Les restrictions de la guerre l’avaient amené à installer la combustion à gazogène et c’est avec beaucoup de dévouement qu’il a aidé les maquisards du coin, jusqu’au jour où l’occupant eut vent de cet épisode. Heureusement, une méprise évita à Yves de connaître la déportation. La libération arriva enfin, le moment où Claude son fils, débuta sa carrière de coureur.

- En 1930 il faut dire aussi qu’un certain Lucien Deville devient coureur cycliste à la Pédale Faidherbe. Pendant quatre ans, Lulu bien connu des Nontronnais sera aux côtés d’Yves Mousseau. Lucien Deville gagnera une quinzaine de courses plus le Pas Dunlop en 1931 et s’installera à Nontron en 1934.

Licence Yves Mousseau

Licence de Yves Mousseau en 1933

Les courses cyclistes quand Yves Mousseau était coureur 1926/1934 : La période 1926-1934 est toujours marquée par la domination de la Belgique, de la France et de l’Italie. Mais les Italiens vivent pratiquement en autarcie, sortant rarement de chez eux, comme le grand Alfredo Binda, et les grands rendez-vous internationaux sont souvent l’objet d’un match entre routiers belges et français. A ce petit jeu, les premiers marquent de nombreux points. Dans les classiques d’un jour notamment, grâce à des individualités comme Georges Ronsse et Gaston Rebry.
- L’explication de cette supériorité est simple. Les Belges ont coutume de s’entraîner dans des conditions difficiles qui sont celles des classiques courues au printemps, et les faibles distances les rapprochent. Chaque jour à l’entraînement, ils constituent des petits groupes, méthode qui donne lieu à une saine émulation. Ils sont également bien armés pour le Tour de France, où Buysse et de Waele s’imposent entre les deux victoires de Nicolas Frantz (1927-1928) lui aussi apparenté aux coureurs Flamands. Seule la mise en place de la formule des équipes nationales, à partir de 1930, met un terme à cette supériorité. Elle coïncide également, pour le grand bonheur du cyclisme français, avec l’avènement d’une génération bénie, où s’opposent des coureurs qui seront parmi les plus populaires de l’histoire : André Leducq, Antonin Magne, Charles Pélissier, Georges Speicher, puis René Vietto et Roger Lapébie. Leurs succès sur les routes du Tour, où ils sont invincibles de 1930 à 1934, permet à l’épreuve d’Henri Desgrange de connaître un succès sans précédent dans le public. D’autant qu’il s’agit de la période des premiers reportages radiophoniques et que la presse écrite se déchaîne.
- Le cyclisme atteint son ère moderne avec un réseau routier bien meilleur et un matériel qui ne cesse de s’alléger. C’est l’apparition des cadres en duralumin qui autorise des vélos de huit kilos seulement. Enfin, s’ils restent fermés à certaines innovations, comme le dérailleur, pas encore utilisé dans le Tour de France, les organisateurs mettent tout le monde sur un pied d’égalité en autorisant les dépannages en course.
- Le cyclisme sur piste connaît également un grand retentissement. Les revanches de championnats du monde de vitesse, les défis en demi-fond, derrière grosses motos et les épreuves de Six Jours à Berlin, Bruxelles ou Paris, attirent la grande foule dans les vélodromes, y compris en province lors des confrontations interrégionales, comme nous l’avons vu à Périgueux.

129018014[1]

Mousseau et Laval, les vedettes des années 28/30

Les champions de Dordogne de l’entre deux guerres :
- Fond : Jacoupy, Jamay, Laval, Vigier, Rebière
- Vitesse : Rius, Houssay, Tenant, Chastaingt, Jamay, Laval, Matigot, Mounet
- Cyclo-cross : Palavert, Chinouilh, Isidore Jamay, Ravidat, Robert, Marchès
Vainqueurs des grandes classiques .
- Lucien Laval (CC Périgourdin et Pédale Faidherbe), Paul Jamay (Pédale Faidherbe), Isidore Jamay (Cyclo-Club Bergeracois), René Vigier (CC Périgourdin), Bob Armet (CC Périgourdin puis Pédale Faidherbe), Raymond Ronteix (Pédale Faidherbe), Fernand Vigier (CC Périgourdin), Pierre Tenant (CC Périgourdin), Marius Duteil (CC Foyen), Raymond Rebière (Pédale Faidherbe), Léon Chastaingt (Pédale Faidherbe), René Matigot, Jean Marchès, Jean Mouveroux, Raphaël Calmette.
- Dans l’entre deux guerres, le cyclisme Nontronnais s’est structuré avec le Vélo-Club Nontronnais, de nouveaux champions puis par des épreuves à Nontron, Piègut voire avec des brevets routiers et des brevets militaires. Jean Galinat est chef délégué sportif de l’UVF en Dordogne. Il nomme un sous délégué à Nontron et dans d’autres petites villes afin que le cyclisme prenne une place prépondérante en Dordogne.
- En 1924, le Vélo-Club Nontronnais compte de brillants éléments comme Pessard et Calmette. Ce club est alors courtisé par le Cyclo-Club Périgourdin qui lui offre une fusion, mais qui elle, ne se fera pas. Nous sommes à l’époque où trois coureurs montent au zénith de leur gloire, avec Mouveroux, Mousseau et les deux jeunes originaires de Pensol que sont Isidore Jamay et Paul Chabaud.
- En 1928, ces coureurs sont à Périgueux où ils gagnent sur la piste du Stade Lacoin le Challenge Léri, la Coupe Grand Sport puis le Challenge Sigrand. D’autres part Mouveroux originaire de Piègut, passe professionnel (1926-1929), court le Tour de France de 1928 sous le dossard 45, groupe "Elvish-Fontan-Wolber", terminant 21° au général sur 162 coureurs au départ. Entre 1924 et 1935, il remporte de très nombreuses courses régionales. Notamment le Tour du Sud-Ouest en 1926, le Tour du Béarn en 1928 et la 3° place au Tour de Corrèze. Mais Mouveroux doit certainement posséder un riche palmarès qu’il serait utile de chercher aux archives...
- Les années 30 confirment les bonnes places du vélo à Nontron et le GP de la ville de Nontron, organisé par le Vélo-Club présidé par M. Réjou, rassemble beaucoup de monde. Le 19 avril 1931 sur le circuit de la grande Fabrique, Jean Mouveroux gagne devant Paul Chabaud. C’est dire que Nontron détenait là deux beaux champions !

mOUVEROUX ET cALMETTE

D'autres vedettes de l'époque avec Calmette de Montpon et surtout
à droite Jean Mouveroux professionnel de Piègut

Palmarès connu du GP de Nontron : 1933 : Jamay, 1934 Théo Ladron, 1935 Cyprien Elys.
- A la fin des années trente, Paul Chabaud, André Commerie et Sallat deviennent eux les coqueluches du cyclisme local, jusqu’au début de la deuxième guerre. Cette deuxième guerre qui laissera de nombreuses traces dans nos mémoires et à Nontron, où la Résistance a mené de longs combats.
- En 1946, la libération du pays verra le retour de la compétition à Nontron, compétition cycliste que "Rétro Vélo Dordogne" a essayé de retracer au travers d’un palmarès et de quelques péripéties.
- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – CYCLISME A NONTRON 2 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne - Prochaine édition : 1947 à Nontron

Posté par Bernard PECCABIN à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA ROQUE GAGEAC (course disparue)

- La Roque Gageac est un des plus beaux villages de France, le long du cours de la Dordogne. Malheureusement, sa géographie et sa situation entre la rivière et contre un aplomb rocheux, ne lui autorise pas de manifestation sur route. Sans doute une des raisons qui ont poussé les élus du coin (Jean Pitallier pour la FFC et Jérôme Peyrat le maire) à mettre sur pied un cyclo-cross de portée nationale.
- Cette épreuve s'est déroulé sous un mince manteau de neige le 19 décembre 2010 et constitue la seule épreuve de ce village. Cerise sur le gateau, regardez le nom du deuxième et vous aurez compris que depuis ce junior membre de l'équipe de France avait un superbe avenir.

LRG

Somptueux protocole à La Roque Gageac en 2010 avec Labbe et Alaphilippe
©  Sud Gironde. com

Classement : 1er Arnaud Labbe (Bbox Bouygues Télécom) 51' 25, 2éme Julian Alaphilippe (US Florentaise) 52' 43, 3éme D,Menut (Creuse Oxygéne) 4éme B,Duculty (Charvieu Chavanieux) 5éme B,Zimine (CC Etupes) 6éme T,Vimpére (CRCLimoges) à 1 tour 7éme J,Valade (AVC Libourne) 8éme D,Valade (AVC Libourne) 9éme JL Delpech (Bretagne Schuller) 10éme E Briard (UC Nantes Atlantique) 11éme C,Lebras (OC Val d'Oise) 12éme C,Venturini (VC Lyon Vaux en Velin) 13éme P,Fédrigo (Bbox Bouygues Télécom) 14éme F,Anastaze (CC Marmande) 15éme J,Ehlinger (ASPTT Mulhouse) 16éme J,Casper (Team besson) 17éme B,Gélabert (AVC Libourne) à 2 Tours 18éme J,Scrima (VC Livradais) 19éme M,Perget (Caisse d'Epargne) 20éme A,Cazassus (CS Casteljaloux)
Palmarès connu de l'épreuve : 2010 Arnaud Labbe (Bouygues Télécom).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – LA ROQUE GAGEAC © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2021

LE CYCLISME DE L’ENTRE DEUX GUERRES (3° partie)

LA VIE SPORTIVE AU VÉLODROME ET LE 1° TOUR DORDOGNE

- Relire sur ce lien le chapitre précédent

LES PREMIERES NOCTURNES

- Du côté vélodrome ça n’allait pas fort. Les dernières recettes n’étaient pas élevées à cause du soleil intraitable qui s’abattait sur les tribunes le dimanche. Les dirigeants du COPO prirent alors la décision d’organiser des nocturnes. Le 4 août un plateau réunissant les meilleurs régionaux, pourront en découdre devant un public plus nombreux, du moins on le souhaitait car les trois As du Tour de France seront invités. Pour donner la réplique à Laval, Calmette et Mouveroux, il a été fait appel à ce que Toulouse, Agen et Bordeaux comptent de meilleurs. Les tarifs du stade furent mis à la portée de toutes les bourses, afin que les périgourdins puissent applaudir ceux qui ont fait l’admiration du monde sportif pendant un mois. Le 4 août fera époque dans notre vie sportive, ne l’oublions pas signalait la presse.
- Pendant ce temps Roturier (CCP) remportait le championnat départemental des 100 kms. Jamay (Pédale Faidherbe) s’adjugeait le brevet militaire des 100 et 150 kms. A Vélines et à Saint-Antoine de Breuilh, le même Roturier glanait les bouquets de la victoire. On parlait aussi du 1° Tour de la Dordogne. Il se disputerait le 8 et 9 septembre en trois étapes.

Jamay

Isidore Jamay de la Pédale Faidherbe

- Le 4 août 1928, le vélodrome était archicomble en cette belle soirée d’été. Les autobus faisaient la navette entre la ville et le stade, déversant un flot de citadins venus encouragés leurs trois glorieux Tour de France. Ils décevront pourtant, peu habitués à la piste, sauf Laval qui de loin fut le meilleur. Verlaine du CCP remporta l’épreuve de vitesse, Laval la poursuite, Dubroca (Bordeaux) l’individuelle de 4 kms, Chancellier du VC Périgourdin le prix des obscurs alors que le tandem du CCP Verlaine-Jacoupy s’octroyait l’américaine.
- Une réunion à peine terminée et les dirigeants du COPO pensaient déjà à celle du 14 août. Ce sera la grande fête de la nuit, la dernière nocturne aussi, puisque la température de septembre permettra d’organiser le jour. La fête s’annonce grandiose. Son programme très chargé est fait pour satisfaire les périgourdins. Il comprend d’abord les épreuves cyclistes (individuelle, élimination, américaine, course des 100 kilos). La partie comique se situera avec la course des 100 kilos. Le concurrent le moins lourd pèse 112 kilos. Il sera certainement très amusant de voir ces bombonnes roulantes… A 22h30 un superbe feu d’artifice offert par la maison Dony-Vêtements, sera tiré par le maître artificier bien connu Champeaux et pour la clôture, un bal champêtre avec bataille de serpentins permettra à tous de se détendre avec l’orchestre "les Pierrots Jazz". Outre ces festivités il y aura des loteries et la Batterie Toulonnaise qui prêtera son concours à cette belle manifestation de sports, de danse et de musique. Ainsi les réunions se succédaient au vélodrome. Le rythme était lancé et on allait assister à des batailles plus ou moins dures jusqu’à la fin de l’année avec les meilleurs régionaux et départementaux.

LE PREMIER TOUR DE DORDOGNE

- De Budapest une nouvelle arrivait. Très vite elle allait entretenir les conversations des habitués du vélodrome de Périgueux. Lucien Michard qu’on avait accueilli en mai au stade Lacoin, venait de remporter pour la deuxième fois le titre de champion du monde de vitesse devant Faucheux l’invité qui le succédait au stade au mois de juin. Beau succès pour le sponsor "les Dames de France" mais aussi pour la maison de cycles "la Rafale" qui équipe Michard. La route prenait le relais. Laval remportait l’épreuve de Tourtoirac, Mouveroux gagnait chez lui à Piègut, Jamay s’octroyait les prix des Barris à Périgueux.
- Côté Tour de Dordogne, on avançait aussi. L’organisation touchait à sa fin et les engagés commençaient à s’inscrire. Les Cécépistes eux allaient toujours de l’avant. Laval par ailleurs poulain d’Elvich-Fontan revenait avec une deuxième place du Circuit du Centre, 2° de Bordeaux-Arcachon, 8° de Paris-Limoges et 1° au Dorat. Vainqueur au vélodrome de Tarbes dans l’australienne avec Cadorna comme équipier, il pouvait partir confiant pour le Tour de Dordogne. Jacoupy avait fait une moisson de premières places notamment à Tulle, Ribérac, Montpon sans oublier sa 3° place au vélodrome de Limoges avec son équipier Verlaine. Celui-ci d’ailleurs terminait deuxième au Dorat, deuxième à Chabanais et premier à Saint-Yrieix. Jamay rentrait 1° de Chabanais et 1° à Rochechouart, 2° encore à Saint-Cyprien. A vrai dire, le cyclisme périgourdin se portait à merveille sur route comme sur piste.

Tour du Sud-Ouest en 1928 à Périgueux

Tour du Sud-Ouest en 1928 à Périgueux

- Calmette remportait la première étape Bergerac-Sarlat-Terrasson du Tour Dordogne. Jamay (PF) celle de Terrasson-Périgueux, quand à la 3° étape, Pariolleau se mettait en évidence mais c’est le montponnais Calmette qui remportait le classement général devant Laval (CCP), Roturier (CCP) et Descoubes.

MAGNE, FONTAN, BLANC GARIN ET ROCAIN BELLANGER
AU V
ÉLODROME POUR LA CLOTURE

RB- Une réunion de plus au stade Lacoin s’organisait. Antonin Magne et Blanc Garin en étaient les vedettes. Magne pour ses victoires dans le Tour de France, Blanc Garin pour sa prestation victorieuse au critérium des As. Chez les régionaux Chartier, Verdeun, Dubarry, Bendiche étaient annoncés avec nos périgourdins Jamay, Chabot, Laval, Jacoupy et Verlaine. Avec un tel lot on allait assister en cette fin septembre à du beau spectacle.
- Hélas Antonin Magne ne put venir. Au dernier moment il fut remplacé par le français Romain Bellenger - en médaillon - deux fois premier du circuit de Paris, deux fois premier de Paris-Lille (1927-28), 1° de Paris-Nevers, 1° de Paris-Dunkerque, 1° du Tour de Vaucluse, 1° du circuit du Languedoc, 1° de Paris-Châteauroux (1928), 3° du Tour de France (1923 et 1925) , 2° du championnat de France et du critérium des As. Blanc Garin remporta Paris-Evreux, Paris-Saint Quentin, le GP de Montrouge, le critérium de Paris-Chauny, le circuit de l’Yonne, Paris-Soissons, Paris-Caen et de nombreuses classiques. Il était difficile de trouver de plus grandes vedettes.
- La réunion fut splendide. Du sport et du beau sport comme il n’est donné d’en voir que sur la piste. Toutes les épreuves furent disputées avec acharnement. L’équipe parisienne Bellanger-Blanc Garin se comporta très brillamment. Chartier et Dubin de Saintes furent à la hauteur de leur tâche et inquiétèrent  les équipes jusqu’au sprint final.
- La dernière réunion annuelle du vélodrome eut lieu le 7 octobre 1928. C’était la clôture et elle obtint un beau succès. Ce succès est donc une preuve éclatante que le public périgourdin aime le vélo et qu’il voyait avec regrets se fermer les portes du vélodrome.
- La réunion se termine. C’est l’écoulement lent et parmi la foule des commentaires sans fins. Des gosses extasiés passent avec une flamme aux yeux et des gestes qui pédalent. Ils referont demain, sur leurs vieux vélos, les gestes des as d’aujourd’hui. Le sport est une école d’énergie et de beauté. Ce fut vraiment éblouissant et longtemps les périgourdins se souviendront de tous ces moments !

Mousseau 2

Dans le vélodrome de Périgueux archi comble, départ d’une épreuve de vitesse
avec au centre Yves Mousseau tenu par son père Lucien.

DE REDOUTABLES NATIONAUX

- Pendant ce temps sur la route le Cyclo-Club Périgourdin exagérait selon les termes de la presse locale. A lui le challenge Lieri, à lui le circuit du Béarn avec Mouveroux, à lui le Grand Prix de Marsac avec Milléri, à lui le Prix des jeunes à Saint-Astier avec Palavert, à lui le Prix des Eyzies avec Vigier. Il n’y avait pas de relâches et du côté du COPO on annonçait déjà des noms pour la réunion du 3 juin 1929. Parmi les vedettes le stade Lacoin accueillerait :
- Faucheux ex-champion de France, deux fois vainqueur du prix Riguelle au Grand Prix de Paris, trois fois champion de la Seine, deux fois champion d’hiver en 1927 et 1928, deuxième du championnat du monde, quatrième des six jours de Paris et vainqueur du grand prix de Paris.
- Engel le Luxembourgeois, grand spécialiste du Duché, en progression constante
- Galvaing ex-champion de France, vainqueur du Grand Prix de Paris, du Grand Prix d’Allemagne mais aussi Verdeun, Boucher et Laval.
- La réunion attira moins de monde qu’à l’accoutumée, à cause des communions solennelles du jour ! Laval devint pour le deuxième fois Champion de Dordogne de vitesse. Faucheux remporta la majorité des prix, mais aussi l’omnium surprise où le régional Boucher (Rochefort) s’imposait devant Engel.

DES PÉRIGOURDINS AU TOUR DE FRANCE ET DES OLYMPIENS AU VÉLODROME

- Le Tour de France arrivait dans le calendrier cycliste. Les équipes se formaient. Nicolas Frantz (Luxembourg), André Leducq, Marcel Bidot et Antonin Magne étaient au départ. Chez nos régionaux Lerme (Ruelle) récent vainqueur du circuit de la Dordogne sera au départ avec le cécépiste Laval. Ils feront partis de l’équipe Elvisch-Wolber. On notera aussi le nom du Piégutain Jean Mouveroux (CCP) et de Raphaël Calmette (Montpon), dans le groupe Fontan-Wolber.
- Le 1° juillet le vélodrome ouvrait à nouveau ses portes. Le clou de la réunion était dans la coupe Grand Sport, disputée entre les clubs de la ville. Le Cyclo-Club Périgourdin alignait Mousseau, Verlaine et Jacoupy. La Pédale Faidherbe Jamay, Rebeyrol et Georges Vezemaël. Quand au Vélo-Club Périgourdin, il figurait avec les espoirs Chancelier, Bordas et Lagrange. Du spectacle en perspective car il n’y aura pas de cadeaux et la Pédale Faidherbe veut prendre sa revanche sur le Cyclo-Club Périgourdin, récent vainqueur. Bien que la réunion du 1°juillet n’avait pas commencé, on parlait déjà de celle du 15 où le quatuor Dayen, Aumerle, Brossy et Merviel qui a représenté et représentera la France aux Jeux Olympiques, viendrait évoluer à cette occasion au Stade Lacoin.

Pédale Faidherbe en 1931

La Pédale Faidherbe en 1931 lors d'une assemblée à Marsac la Prunerie

- On assista donc à de belles luttes le dimanche 1° juillet. Dommage que le public eut peur de la chaleur. Mousseau du Cyclo-Club Périgourdin gagna l’épreuve de vitesse devant Geniès l’Agenais qui au dernier moment empruntait un vélo, le sien étant resté malencontreusement en gare… d’Agen ! Cependant Genies est à citer puisqu’il battait en 29 secondes le record du tour. La coupe Grand Sport fut enlevée une seconde fois par le Cyclo devant le Vélo-Club et la Pédale Faidherbe. L’américaine des jeunes fut très disputée et remportée par le tandem Chancellier-Bordas du VC Périgourdin. L’individuelle de 50 kms véritable plat de résistance était remportée par Chartier de Saintes devant Charron de Limoges et Geneste de Périgueux.
- Au Tour de France nos régionaux se comportaient à merveille. Dans l’étape Hendaye-Luchon (387 kms), Mouveroux se classait 16°, Calmette 28° et Laval 51°. A Perpignan le lendemain on pointait sur 323 kms de distance Laval 32°, Calmette 35° et Mouveroux 43°.
- On avait fait venir Fontan, le routier qui rivalisait au Tour de France avec Magne, Frantz le Luxembourgeois et autres. L’épreuve de vitesse fut à l’avantage de Laval (CCP). Le Cyclo remporta pour la troisième fois la coupe Grand Sport. Chez les jeunes, Chevallier, Chancelier, Palavert et Penchaud ont de l’étoffe pour bien faire et il nous est donner de constater que nos jeunes seront d’excellents pistards d’ici quelques années. Fontan le Nayais n’a pu battre les records établis, non habitué à l’anneau. L’américaine fut enlevée par le tandem Verlaine-Jacoupy.
- Les traditionnelles assemblées générales des clubs annoncèrent la fin de saison. Tour à tour, les présidents des clubs se retrouvaient invités chez les clubs voisins. Le temps de ces retrouvailles la paix revenait, la politesse reprenait ses droits. Mais cette mi-temps restait éphémère car les rivalités de ces mordus allaient reprendre, comme de bien entendu…
- Longtemps Périgueux connaîtra des hauts faits, des champions et des performances qui déchaînèrent les enthousiastes, les passions, laissant des souvenirs que la cité de la truffe n’oublieront pas, à condition de ranimer de temps à autres ces merveilleux souvenirs…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – LE CYCLISME DANS L’ENTRE DEUX GUERRES 3
Prochain article : la fin du vélodrome et les champions de l'entre deux guerres.
© BERNARD PECCABIN La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]