Au nom du Girondin Gonzalez, Julien MOINEAU

lance un défi aux amateurs parisiens 

De 01

Tous contre Michel Gonzalez

Image2

- Dans un récent numéro d’un hebdomadaire cycliste, nous relevons cette lettre adressée par l’ancien champion arcachonnais Julien Moineau (notre photo ci-contre). "En lisant votre journal je m’aperçois de la carence des amateurs parisiens ceux-ci dominés par Brun. Il est heureusement en Province des jeunes qui peuvent vous consoler et j’en ai un". Je suis prêt à parier sur son compte en poursuite sur quatre kilomètres ainsi que sur la route. L’ennui, c’est qu’il ne soit pas riche : il rencontrerait Brun sans demander de cacheten cas de défaite, ses frais seuls lui suffiraient – poursuite au Parc, par exemple – et une course sur route. Donnez-moi des dates. Il est prêt à répondre. Il a vingt ans, sociétaire des Girondins de Bordeaux. Il est, cette année, gagnant du Prix Stanislas à Bordeaux, 5 kilomètres contre la montre sur route en 6mn 13 s. Il crève au circuit de la Chalosse (gagné par Cigano), à 12 kilomètres de l’arrivée alors qu’il possédait 1mn 30 d’avance. Il gagne à Tournerie le dimanche de Pâques, 150 kilomètres devant Pineau, Lesca, Perrin, il gagne encore lundi à Mimizan devant nombre de première catégorie.
- "Il est sixième, il y a trois semaines du Grand Prix des Quinquonces gagné par André Darrigade et devance Poblet, Rémy, Varnajo etc … il fait à Bordeaux, 4 minutes sur trois kilomètres avec du vent, au vélodrome.Une petite publicité sur lui me ferait plaisir ainsi qu’une occasion de rencontrer Brun".Voici son nom Gonzalez Michel (Français) indépendant première catégorie (gagnant huit courses en 1953 en première catégorie) club des Girondins de Bordeaux, cycles René Vietto.
- Voilà, n’est-ce pas un défi des plus catégoriques et qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur. Nous avons, dans les colonnes de notre journal, souligné à maintes reprises la grande classe de Michel Gonzalez et l’appréciation que vient de porter sur lui, le grand champion que fut Julien Moineau, ne fait que renforcer cette opinion. Il ne viendra à l’idée de personne de mettre en doute le jugement du "Piaf" qui, incontestablement s’y connait en hommes. Et maintenant qui relèvera le défi ?

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – Julien MOINEAU 1954 © PATRICK GONZALEZ
La mémoire du cyclisme en Dordogne et en Aquitaine