13 novembre 2021

2° NOCTURNE AUCHAN MARSAC - 15/08/1989

UNE DE PLUS POUR MARIO

Marsac 86

Le jury avec Jacques Sciozard et Yolande Dutertre puis derrière debout, Claude Guinot
directeur commercial d’Auchan avec Bernard Estève du club organisateur.

- Nous sommes le 15 août 1989 avec la nocturne d’Auchan à Marsac et avec la Pédale Faidherbe à la tête de l’organisation. Cette épreuve empruntait un parcours acrobatique tracé sur le parking du Supermarché, à la grande satisfaction du public et des deux speakers, Jean-Louis Gauthier et Jean-René Villechanoux appelés pour officier. Près de 25 coureurs au départ, nombre suffisant pour ce gymkhana et cette ronde infernale de 80 tours. On retrouve sur la tribune tout le staff de la Pédale Faidherbe, les commissaires et Claude Guinot le directeur commercial d’Auchan, venu superviser cette épreuve entièrement financé par Auchan et qui se terminait ce soir là par un grand feu d’artifice....

Marsac 86

Les coureurs lors du départ

Classement : 1. Mario Vérardo (TS Mourens), 2. Ludovic Gréchi (CC Marmande), 3. Thierry Ferrer (UC Brive), 4. Pierre-Raymond Villemiane (SC Caudrot), 5. Edouard Lajo (US Bouscat), 6. Jean-Pierre Godard (US Monnaie), 7. Marino Vérardo (CC Marmande), 8. Alain Liaigre (La Rochelle), 9. Patrick Friou (La Rochelle), 10. Mahier (US Monnaie).

Marsac 86

Le podium avec Grechi, Mario Vérardo et Ferrer

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - AUCHAN MARSAC 1989 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 septembre 2021

PERIGUEUX LA COMBE DES DAMES 1962

SON PRIX CYCLISTE EN 1962

Combe des Dames 1962

- Un prix cycliste organisé par le CC Périgourdin dans la rue Combe des Dames en mai 1962 avec Roger Démartin en tête, un coureur non identifié, Lucien Sautier, Guillon-Lacroze et Georges Boyer. Mais ce sera Montagnac (US. Andernos) qui remportera la gerbe.

VÉLO DORDOGNE - PÉRIGUEUX COMBE DES DAMES 1962 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hierCliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 août 2021

GP DU SOUVENIR A PÉRIGUEUX 1951

LA VICTOIRE A VERVIALLE LE 19 Août 1951

1951 Mousseau 1951

Le Grand Prix du Souvenir à Périgueux avec le coureur Parisien Vervialle (à gauche),
qui vient de triompher, puis le speaker Landureau et le Périgourdin Claude Mousseau
de la Pédale Faidherbe, club organisateur de cette belle épreuve.

- Réunissant une quarantaine de coureurs, tous de réelle valeur, cette course s’est déroulée dans une ambiance formidable et fut favorisée par une belle après-midi.
- Au départ les Desbats, Berton, Vervialle, Prouzet, Vigué, Riollan, Durand, Adriano, Marcorig, Martineau, Pineau et les champions régionaux.
- Avant le départ qui sera donné par le Maire de Périgueux et après une courte allocution prononcée par le speaker Monsieur Landureau, Monsieur Dumon Président de la Pédale Faidherbe, pose une gerbe au monument aux morts. C’est la minute de silence et le départ.
- La course est très rapide, les coureurs démarrent tour à tour et pour cause : le speaker Landureau donne une moyenne de 2 000 francs par tour. Les premières primes sont gagnées par Martineau, qui réussit à prendre une légère avance, mais pour peu de temps puisqu’au quatrième tour, c’est le coureur Vigué qui gagne la prime. Au cinquième tour, nous assistons à une échappée qui fut la bonne. Prouzet, Vervialle, Ferrage et quelques tours après, le coureur Pineau vient se joindre aux fuyards au prix d’un bel effort. Tandis que Ferrage malchanceux crève, les Desbats, Berton, Cruzin, Ragagnin et autres secouaient le peloton sans pour cela reprendre un pouce de terrains aux fuyards, qui menaient un train d’enfer.
- Pendant ce temps, le speaker Landureau tenait la foule au courant de toutes les positions et sollicitait les sportifs pour faire disputer une prime de 20 000 francs par addition de points sur cinq tours. Cette formule fut très appréciée du public, car il y a eut de magnifiques sprints pour enlever cette belle prime qui revint à Prouzet.
- Les efforts très nombreux faits par le peloton amené par Desbats et Berton ne furent pas couronnés de succès et les trois échappés terminent l’épreuve dans un déboulé formidable.
- Malgré la grande foule, il n’y eut aucun accident car le public s’est montré d’une discipline exemplaire. Le service d’ordre assura un service impeccable. Le speaker Landureau sut durant tout l’après-midi tenir le public sous le signe de la bonne humeur et réussit à collecter près de 100 000 francs de primes.
Le classement : 1. Vervialle (Paris) les 70 kms en 1h45’, 2. Pineau (Agen), 3. Prouzet (Agen), 4. Bermudez, 5. Berton, 6. Cruzin, 7. Sousson, 8. Desbats, 9. Decanelli, 10. Ragagnin, etc...

VÉLO DORDOGNE - GP PÉRIGUEUX 1951 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2021

5° RONDE DES BOULEVARDS PÉRIGUEUX (1980)

VICTOIRE DU MAROCAIN MUSTAPHA NAJJARI

Bvds 1980

- 5° Ronde des Boulevards à Périgueux organisée par la Pédale Faidherbe à Périgueux le 5 septembre 1980. A trois tours de la fin, le Marocain Mustapha Nadjjari licencié à l’AC Clermont s’échappe. Il fausse compagnie à Mercadié, Lubiato, Lajo, Bajan, Valade, Villemiane, Duteil et Faure le Champion de France des amateurs sortant. Le coureur Marocain l’emportera. On le voit aux côtés de M. Coustillas maire adjoint chargé des sports de la ville de Périgueux et avec Bernard Sautier qui ne cache pas sa joie lors du protocole. Ci-dessous Gérard Mercadié (2°) aux côtés du speaker Jean-Louis Gauthier.

VÉLO DORDOGNE – PÉRIGUEUX - 5° RONDE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogneet pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2021

PÉRIGUEUX - PRIX DU COURS FÉNELON

BASTIANELLI VAINQUEUR LE  1° Septembre 1953

Bastianelli

 Bastianelli bien entouré au cours Fénelon

- Prix du Cours Fénelon : Très gros succès que ce Prix des fêtes organisé par le CC Périgourdin. L’épreuve donna lieu à des belles empoignades entre trente quatre coureurs aspirants ou indépendants. En fait, à quelques exceptions près, les meilleurs régionaux de ces classements étaient au départ pour couvrir 80 tours de circuit.
- La course débuta par une fugue de Marcel Boucherie, vouée de suite à l’échec, sous l’action de Vivier. Puis entrant en scène, Gino Bisetto resta neuf tours en tête. L’Eymétois Prellon rejoignit le Néracais et tous deux furent absorbés par le peloton.
- Alors l’on vit Maurice Bertrand se détacher. Fougueux en diable, le Bordelais resta seul à l’avant-garde durant six tours, au bout desquels Darnauguilhem vint le trouver. Le speaker en effet venait d’annoncer une prime de 10 000 francs, qui malgré les efforts du Belvésois pourtant réputé rapide furent enlevées par Bertrand.
- A cet instant, le train des plus sévères contraignit Vivier, depuis quelques temps en forme par intermittence, puis Bisetto à l’abandon.
- Peu après Bertrand déclencha une nouvelle attaque. Mais il ne partit pas seul. Le jeune Rigon vainqueur la veille à Chabanais en Charente, bondit littéralement dans sa roue. Quelques instants plus tard, Covre et Darnauguilhem vinrent se joindre à eux.
- Dans les derniers tours, les leaders étaient suivis d’abord par Allory, puis par Brun et le peloton. Parmi le peloton se trouvait Bastianelli, qui doublé à un moment donné, ayant repris le terrain perdu allait accomplir une prouesse extraordinaire.
- La fin approchait, quelques centaines de mètres restaient encore à couvrir, lorsque étant parti depuis déjà un bout de temps du peloton, dans un sprint fulgurant, Bastianelli combla en effet, non seulement l’écart le séparant des hommes de tête, mais sur sa lancée, participant à leur déboulé, les coiffa sur le poteau.
Classement : 1. Bastianelli (Montluçon) les 114 kms en 2h55’, 2. Darnauguilhem (Belvès), 3. Rigon (Miramont), 4. Covre (Marmande) tous m.tps, 5. Allory (Angoulême) à 1’00s, 6. Bertrand (Bordeaux) à 1’30s, 7. Amigo (Montluçon) à 3’00s, 8. Prellon (Eymet) m.tps, 9. Gourmelon (Mussidan), 10. Texier (Ribérac), etc...

VÉLO DORDOGNE - PÉRIGUEUX FÉNELON 1953 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juillet 2021

20° TOUR DU CANTON MAREUIL VERTEILLAC RIBERAC 2014

- Tour placé sous le signe de la jeunesse, pour cette finale de la Coupe de France des espoirs avec cette 20° édition du Mareuil-Verteillac-Ribérac, soit la réunion de trois cantons situés au Nord-Ouest du Périgord. Revoir l'édition 2013 ici.

4 au 6 juillet 2014

IMG_2057 tncmv 2014

La côte de Ribérac dans le final dès le premier jour

Succès de Thibault Ferrasse à Ribérac
- Alors que Franck Bonamour (Bretagne), Mathieu Fernandes, Hugo Hofstetter (Franche-Comté), Loïc Chétout (Midi-Pyrénées), Arnaud Descamps (Normandie), Thomas Boudat (Pays de Loire), Anthony Turgis (Picardie), Quentin Pacher (Provence) et Alexis Villain (Centre) étaient échappés depuis le 20° km, le Nantais Thibault Ferrasse réalisait la jonction avec ce groupe. Pacher tentera de partir seul à 12 km du but. Puis ce fut Ferrasse qui répondra à une attaque de Ledanois à 3 km de la banderole. Dans l’ultime montée, Ferrasse fera la différence pour passer seul la ligne d’arrivée.
Le classement : 1. Thibault Ferrasse (Pays de Loire) 112 km en 2h42’31s, 2. Ledanois (Picardie) à 2s, 3. Peters (Rhône-Alpes), 4. Le Gac (Bretagne), 5. Boudat (Pays de Loire), 6. Leveau (Normandie), 7. Bonamour (Bretagne), 8. Roux (Rhône Alpes), 9. Chetout (Midi-Pyrénées), 10. Pacher (Provence).

Ferrasse

Le Nantais Thibault Ferrasse premier à Ribérac

Deletang premier à Mareuil
- Une échappée a compté plus de 2’15s d’avance. Lancée depuis le km 40, seuls Alexandre Deletang, Anthony Turgis, Adrien Guillonnet et Loïc Bouchereau conserveront une avance substantielle sur le peloton très actif et parviendront à sa débarrasser de leurs camarades de route. C’est alors que Deletang l’emportera sur ses trois camarades battus au sprint, Thomas Boudat prenant la 5° place accusant 13 secondes d’avance. A l’issue de cette deuxième étape, le maillot de leader passera des épaules de Ferrasse à celles de Loïc Bouchereau, mais une seule seconde séparait le leader de dix de ses poursuivants.
Classement : 1. Alexandre Deletang (Ile de France) 125 km en 3h00’46s, 2. Turgis (Picardie), 3. Guillonnet (Bretagne) à 2s, 4. Bouchereau (Midi-Pyrénées), 5. Boudat (Pays de Loire) à 13s, 6. Hofstetter (Franche-Comté), 7. Villain (Centre), 8. Leveau (Normandie), 9. Brebant (Ile de France), 10. Pacher (Provence)

- A Cavagna le chrono, à Boudat le maillot
- C’est le jeune Rémy Cavagna à peine âgé de 18 ans qui réalisera la performance à plus de 47 km/h de moyenne. Mais c’est Thomas Boudat (4°) de l’étape qui revêtira le maillot blanc de leader avec 3s d’avance sur Nans Peters et six secondes sur le régulier Hugo Hofstetter.
Classement du chrono : 1. Rémy Cavagna (Auvergne) 15 km en 19’08s, 2. Armirail (Ile de France) à 11s, 3. Nuns (Poitou-Charentes) à 16s, 4. Boudat (Pays de Loire) à 21s, 5. Hofstetter (Franche-Comté) à 23s, 6. Peters (Rhône-Alpes) à 24s, 7. Kowalski (Normandie) à 25s, 8. Bonnamour (Bretagne) à 28s, 9. Vincent (Franche-Comté) à 33s, 10. Jamet (Franche-Comté).

le-gac-4[1]

Olivier Le Gac vainqueur à Verteillac

- Boudat au paradis, Le Gac à Verteillac
- Sitôt les coureurs libérés Armirail passa à l’attaque, rejoint par Campistrous et Kowalski au km 5, puis par Guichard et Grellier qui défendaient les intérêts du leader puis par Le Gac. Campistrous étant ensuite parti seul, les coureurs du Pays de Loire assuraient le rythme, mais perdaient Grellier et Dufour. Passé à l’attaque, Olivier Le Gac a rejoint Bruno Armirail et s’est trouvé alors leader virtuel. Face à cette dangereuse situation, Thomas Boudat donna tout pour limiter les écarts, si bien qu’à l’arrivée il s’effondra sur la chaussée, mais sauva sa tunique de leader in-extrémis.
Classement à Verteillac : 1.  Olivier Le Gac (Bretagne) 111 km en 2h44’21s, 2. Armirail (Ile de France) à 3s, 3. Leveau (Normandie) à 11s, 4. Hofstetter (Franche-Comté), 5. Vincent (Franche-Comté), 6. Pacher (Provence), 7. Ledanois (Picardie), 8. Peters (Franche-Comté), 9. Bernard (Bourgogne), 10. Boudat (Pays de Loire).

35410[1]

Thomas Boudat vainqueur sous les couleurs de Vendée U

Classement général final : 1. Thomas Boudat (Pays de Loire) en 8h47’33s, 2. Peters (Rhône-Alpes) à 3s, 3. Hofstetter (Franche-Comté) à 6s, 4. Bonnamour (Bretagne) à 7s, 5. Leveau (Normandie) à 13s, 6. Ledanois (Picardie), 7. Pacher (Provence) à 23s, 8. Le Gac (Bretagne) à 39s, 9. Bernard (Bourgogne) à 40s, 10. Brebant (Ile de France) à 1’46s, 11. Armirail (Ile de France) à 1’55s, 12. Chetout (Midi-Pyrénées) à 2’07s, etc…

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - LE TOUR DES CANTONS
DE RIBÉRAC-MAREUIL/VERTEILLAC (2014)
© BERNARD PECCABIN Prochaine parution : Antoine Leplingard (Pays de Loire) en 2015

Posté par Bernard PECCABIN à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2021

19° TOUR DU CANTON DE RIBERAC-MAREUIL-VERTEILLAC - 2013

L’OPPORTUNISTE FABIEN GRELLIER

- Pour sa 19° édition, l’épreuve confirme sa nouvelle dimension avec le Tour du Canton de Ribérac qui s’ajoute à ceux de Mareuil et de Verteillac déjà existants. Une nouvelle formule avec pour finalité le classement final du Challenge National des espoirs dont l’épreuve Loire-Atlantique disputée en avril, constituait la première phase pour ces coureurs espoirs.
- Relire l’édition 2012.

TNCRMV 2013

Jérémy Cabot (Bourgogne) premier de cordée en haut de la bosse de Ribérac 
(Tour du canton de Ribérac)

LE PARCOURS
Vendredi 28 juin 1° étape : Saint-Méard de Dronne et Ribérac soit 119 km. Départ à 14h30 Saint-Méard de Dronne. Villetoureix, côte d’Allemans (km 11), Epeluches, Comberanche, Bourg du Bost, Petit Bersac, Vanxains, Ponteyraud, La Jemaye, Saint-André de Double, Saint-Vincent de Connezac, Côte de Siorac de Ribérac (km 69), Ribérac plus trois tours de circuit de 9,6 km. Arrivée haut de côte.
Samedi 29 juin 2° étape : Ste Croix de Mareuil-Mareuil soit 126 km
Ste Croix, Mareuil, Léguillac de Cercles, Monsec (14h25), Champeau, Saint-Sulpice de Mareuil, Mareuil (1° passage vers 15h55), puis trois tours de circuit de 20 km par La Rochebeaucourt et Ste Croix de Mareuil avec la côte de Bonneuil à 10 km de l’arrivée. (vers 16h50)
Dimanche 30 juin 3° étape : Vendoire-Champagne-Fontaine soit 15,5 km clm
Dimanche 30 juin 4° étape : La Tour Blanche-Verteillac soit 112 km
La Tour Blanche, côte de Flayac (km 5, 14h40), Coutures, Bertric Burée, Côte de Lusignac (km 19, 15h00), Saint-Paul Lizonne, Bouteilles Saint-Sébastien, côte de Bouteilles (km 29, 15h15), côte de Jarnac (km 39, 15h25), Vendoire, Champagne, Gouts-Rossignol (15h55), La Chapelle Montabourlet, Cercles, La Tour Blanche, côte de Flayac (km 78, 16h30), Verteillac entrée circuit avec trois tours par Saint-Martial de Viveyrols. (les horaires sont donnés à titre indicatifs).

LE TOUR DU CANTON DE RIBERAC
- Cette première étape n’aura vraiment pas marqué la physionomie de l’épreuve, car pour une fois c’est un peloton compact qui se présentera sur la ligne d’arrivée. Compact, mais à l’exception de Jérémy Cabot (Bourgogne), Gouault (Pays de Loire) et Villain (Franche Comté) qui parviendront à franchir la ligne d’arrivée dans cet ordre, avec neuf secondes d’avance sur le paquet.
Classement de l’étape : 1. Jérémy Cabot (Bourgogne) 119 km en 2h42’58s, 2. Gouault (Pays de Loire) à 2s, 3. Villain (Franche Comté) à 9s, 4. Barbier (Ile de France) à 10s, 5. Vérardo (Aquitaine), 6. Pouilly (Picardie), 7. Iserable (Ile de France), 8. Guillemois (Pays de Loire), 9. Valade (Limousin), 10. Guillemot (Bretagne).

TNCRMV 2013

Fabien Grellier (Pays de Loire) arrange Latour (Rhône-Alpes) à Mareuil sur Belle

FABIEN GRELLIER REMPORTE LE MAREUIL
- Fabien Grellier était venu à ce Tour dans le but de poursuivre son apprentissage. A 19 ans, il n’espérait pas faire de miracle dans cette épreuve difficile et avec une opposition aussi relevée. Et pourtant, c’est à 21 km du but, qu’il laissera un groupe de 13 hommes échappés en partant avec Alexis Guérin et Pierre-Henri Latour. Guérin victime d’une fringale craquera et laissera filer. Et à Mareuil le duo conservera une poignée de secondes avec un Grellier facile vainqueur au sprint. Celui-ci partira avec la tunique de leader, mais on était encore loin du but...
Classement de l’étape : 1. Fabien Grellier (Pays de Loire) 126 km en 2h56’57", 2. Latour (Rhône-Alpes), 3. Thévenot (Pays de Loire) à 11", 4. Pouilly (Picardie), 5. Guillemois (Pays de Loire), 6. Jasserand (Rhône-Alpes), 7. Servant (Poitou-Charente), 8. Calmejane (Midi-Pyrénées), 9. Gouault (Pays de Loire), 10. Martin (Bretagne).

TNCRMV 2013

Un métronome nommé Alexis Guérin (Aquitaine) dans le chrono Vendoire-Champagne-Fontaine.

LE CHRONO DECISIF ?
- On sait que beaucoup de coureurs ont gagné ce Tour sur le chrono. Mais Grellier savait qu’il n’était pas un fortiche en la matière. De plus, il n’avait dit-il jamais effectué un chrono avec un vélo spécifique pour ce genre d’exercice. Grellier ne se faisait pas trop d’illusions, d’autant plus que Guérin prenait l’avantage en atomisant le temps à plus de 48 km/h. Grellier parti dernier, s’en sortait pourtant assez bien, terminant deuxième à 13 secondes de Guérin. Dans ces conditions, Guérin s’habillait en jaune pour deux petite secondes sur son poursuivant du matin.
Chrono : 1. Alexis Guérin (Aquitaine) les 15,5 km en 19’26s, 2. Grellier (Pays de Loire) à 13", 3. Servant (Poitou-Chtes), 4. Guillemois (Pays de Loire), 5. Barbier (Ile de France), 6. Peters (Rhône-Alpes) à 25", 7. Latour (Rhône-Alpes) à 28", 8. Thévenot (Pays de Loire), 9. Lebouvier (Centre), 10. Saint-Martin (Poitou-Charentes) à 31".

TNCRMV 2013

Romain Combaud (Ile de France) premier dans le faux plat de Verteillac.

UNE SOLIDE EQUIPE DU PAYS DE LOIRE AU SERVICE DE GRELLIER

- Au départ de La Tour Blanche, Guérin ne possédait que deux petites secondes d’avance sur Fabien Grellier. La messe était loin d’être dite et sur les hauteurs du Verteillacois, on allait sans doute assister à un beau suspens. Grellier en embuscade pouvait compter sur une solide équipe qui avait placée tous ses coureurs lors de la première étape et qui en comptait encore trois dans les dix premiers du classement général à l’issue du chrono. Au bout de onze kilomètres, une échappée se dessina avec trois coureurs de l’équipe du leader accompagnés de plus par Fabien Grellier. Guérin avait laissé filer, pensant bien revenir avec ces hommes, car il restait encore à ce moment là cent pitons à se farcir sur les coteaux de ce coin du Périgord Blanc. Mais la chose ne se passa pas ainsi, puisque la cause fut entendue, avec une échappée qui allait au bout et une équipe d’Aquitaine qui capitula à moins de trente kilomètres de la banderole. Et c’est ainsi que Grellier se fit un nom sur cette épreuve en devenant de plus à 19 ans, un des plus jeunes vainqueurs de l’histoire du Tour.
Classement de l’étape : 1. Romain Combaud (Ile de France) les 111 km en 2h42’39", 2. Guillemot (Bretagne), 3. Plantureux (Centre), 4. Maison (Bourgogne), 5. Teguel (Pays de Loire), 6. Grellier (Pays de Loire), 7. Martin (Bretagne), 8. Lebouvier (Centre), 9. Campistrous (Midi-Pyrénées), 10. Thévenot (Pays de Loire).

TNCRMV 2013

Fabien Grellier (Pays de Loire) lauréat de l’édition 2013. 

Classement général final : 1. Fabien Grellier (Pays de Loire), 2. Maison (Bourgogne) à 45", 3. Thévenot (Pays de Loire) à 1’19", 4. Teguel (Pays de Loire) à 1’24", 5. Servant (Poitou-Charentes) à 1’25", 6. Romain Guillemois (Pays de Loire), 7. Romain Combaud (Ile de France) à 1’26", 8. Latour (Rhône-Alpes) à 1’29", 9. Martin (Bretagne) à 1’40", 10. Saint-Martin (Poitou-Charentes) à 1’43", etc...

EPILOGUE DE CE TOUR 2013 : CINQ PROS DE PLUS DANS LES PELOTONS
- On sait que ce Tour a toujours donné des noms prestigieux au peloton professionnel. Et quelques mois après cette 19° édition, on a appris que cinq coureurs deviendront à leur tour des coureurs professionnels dont :
- Pierre Gouault (BigMat Auber 93), Rudy Barbier (VC Roubaix-Lille Métropole), Romain Guillemois (Europcar), Clément Saint-Martin (La Pomme Marseille) et Alexis Guérin (Etixx)* - Les noms des équipes pros sont celles qui étaient connues à la date de la publication de cet article. (*) équipe pro de la République Tchèque

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - LE TOUR DES CANTONS
DE RIBÉRAC-MAREUIL/VERTEILLAC (2013)
© BERNARD PECCABIN Prochaine parution : Succès de Thomas Boudat

Posté par Bernard PECCABIN à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2021

3° BORDEAUX-PERIGUEUX EN 1936

LA VICTOIRE POUR JEAN FRÉCHAUT

- Le troisième Bordeaux-Périgueux "Grand Prix des cycles Chimère et André Leducq", les deux firmes réputées dont les établissements Chapeyroux assurent la diffusion dans la région, s’est couru dimanche après-midi, devant des milliers de spectateurs enthousiastes.

129018459[1]

Coureurs de Bordeaux-Périgueux dans les années 30

- Malgré un temps indécis, par moments pluvieux, soixante et onze coureurs s’alignèrent au Quatre Pavillons et pourvue de nombreuses échappées, la course se termina à Périgueux, sur l’avenue de Paris, dans un décor d’apothéose au sommet d’une côte.
- A vrai dire on a rarement vu, à l’occasion d’épreuves routières, une arrivée aussi régulière que celle que le Cyclo-Club Périgourdin, qui prêtait son concours à la Pédale Talençaise, organisatrice de la course, avait établie. Que les deux sociétés en soient félicitées, grâce à elles, les sprints se sont disputés devant une énorme affluence et avec une étonnante régularité.
- Jean Fréchaut a renouvelé sa victoire de 1934 au sprint, cette fois ci il est vrai, mais en tout cas en affichant la supériorité d’une classe sur tous ses concurrents. De toute évidence, le champion de France des aspirants s’affirme très supérieur aussi bien en côtes que sur le plat, aussi bien dans les échappées que dans la poursuite, et si cette supériorité ne se traduisit pas par un lâchage définitif, c’est que très certainement, Fréchaut ne voulut pas jouer cette pièce à Bergerioux, Duteil et Prat qui s’étaient libérés du peloton en sa compagnie.
- Une fois déjà, il s’était enfui à la faveur du passage à niveau d’Arveyres, fermé, de concert avec Bramard et Béliard. Rejoint à Sainte-Foy, après un bris de chaîne survenu à Bramard, accident qui démontait la triplette de tête à cent kilomètres du but, il attendit Bergerac, c'est-à-dire la venue des côtes, où la course allait se dérouler, pour passer de la vallée de la Dordogne à celle de l’Isle, afin de placer un à-coup fulgurant encore.

Fréchaut Jean UC Arcachon

Jean Fréchaut lauréat en 1936 à Périgueux

- Il partit donc une deuxième fois. Bergerioux, Duteil et Prat le rejoignirent et tout fut dit. La course était courue et plus personne ne devait revenir. Se sachant le plus vite au sprint que ses compagnons, Fréchaut limita son effort à mener un kilomètre coquet lorsque c’était son tour à le faire. Au sprint il partit à 400 mètres et augmentant progressivement son allure, n’ayant à craindre la détente d’aucun, il gagna devant Bergerioux sur deux longueurs. "N’oubliez pas dit-il en descendant de machine que je sors du circuit de Paris où je ne fus lâché qu’à dix kilomètres de l’arrivée". Signalons en marge du vainqueur la force de Bergerioux, la puissance de Prat, mais son manque de vitesse et enfin la révélation de la course, avec Marius Duteil classé troisième.

Le classement : 1. Jean Fréchaut (UC Arcachon) les 150 kms en 3h48’, 2. Henri Bergerioux (UC Arcachon), 3. Duteil (Sainte-Foy), 4. Albert Prat (UCA) tous même temps, 5. Pierre Tenant (Périgueux), 6. Robert Armet (Périgueux), 7. René Vigier (Périgueux), 8. Giovani Pédandola, Ronteix, Boudet et Pétriac (tous à une minute), etc...
- Jean  Fréchaut est né le 19 septembre 1914 à Bordeaux. Il fut coureur professionnel de 1934 à 1942 sous les couleurs de France-Sport-Dunlop. Il se classa 10° du Tour de France en 1937, puis 18° en 1938 où il gagna plusieurs étapes.
NDLR : A cette époque, aucune route n’était goudronnée. De Bergerac à Périgueux, l’actuelle RN 21 était une route blanche toute en castines et parsemée de nids de poules. Le parcours de cette édition était bien différent (passage par Libourne, Castillon et Bergerac) de celle que vous découvrirez en 1962 sur le lien ci-dessous.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – BORDEAUX-PERIGUEUX 1936 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2021

100 TOURS DES BOULEVARDS PÉRIGUEUX EN 1968

LUCIEN SAUTIER VAINQUEUR

-sAUTIER

Lucien Sautier (CRC Limoges) vainqueur des 100 tours en 1968
reçoit la gerbe entouré du docteur Moulinier,
du speaker Chassaigne et de M. Marache dirigeant du CCP.

Les classements (amateurs)

1. Lucien Sautier (CRC Limoges), 2. Bordier (EC Foyenne), 3. Dubreuil Francis (Nontron), 4. Saladié Roger (Vic Fezensac), 5. Lacaud (Agen), 6. Roques, 7. Brusson (Girondins), 8. Bérano, 9. Duteil Francis (Bordeaux), 10. Melchior.

dUTEIL

 Patrick Duteil, coureur cadet vainqueur de l’épreuve des jeunes en juillet 1968

- Prologue des jeunes : 1. Duteil Patrick (Bordeaux), 2. Ouvradou (Bergerac), 3. Darrin (Sarlat), 4. Sans (Nontron), 5. Besse (Nontron), 6. Démartin (Périgueux), 7. Marache (Périgueux), 8. Durieux (Périgueux), 9. Claude Daubisse (Sarlat), 10. Serge Daubisse (Sarlat)

VÉLO DORDOGNE - PÉRIGUEUX 100 TOURS © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2021

BORDEAUX-PERIGUEUX 1965

LA VICTOIRE DE JEAN RICOU (Royan OC)


Image1
Merci à Jacques Bégué qui nous a adressé cette photo de l’arrivée jugée rue Pagès
à Périgueux.
Au fond on aperçoit les cheminées des Etablissements Laforêt,
aujourd’hui remplacés par le Centre Leclerc

 Présentation de l’édition 1965
- Organisée par le Cyclo-Club Bordelais, cette course connut une lutte âpre au possible et elle mit sur le pavois des coureurs parmi les plus réputés d’entre les deux guerres. En voici d’ailleurs quelques-uns des résultats :
- 1934 : 1° Jean Fréchaud (UC Arcachon), 2. Gavelle (Girondins de Bordeaux), 3. Bramard (Bordeaux)
- 1935 : 1° Fernand Nieto (Monrepos VC), 2. Bramard, 3. Giovani Pédandola
- 1936 : 1° Jean Fréchaud (UC Arcachon), 2. Bergerioux, 3. Duteil (Mareuil)
- 1937 : 1° Jérôme Boudé (Bazas), 2. Robert Laforgue (Bordeaux), 3. Jean Ronteix (Périgueux), puis après guerre, Michel Gonzalès, par deux fois, en 1962 et 1963, l’enleva et en 1964, Roger Darrigade y fit briller les couleurs Dacquoises.
- Bordeaux-Périgueux a donc un brillant passé. Organisée par Le Cyclo-Club Bordelais, avec le concours du Cyclo-Club Périgourdin, l’épreuve est placée sous le haut patronage de nombreuses personnalités : M. Chaban Delmas, président de l’assemblée nationale, maire de Bordeaux, M. Barrière, maire de Périgueux, M. le Président du Conseil Général de la Dordogne et par Messieurs les organisateurs de la foire exposition de Périgueux.
- Internationale, ouverte aux amateurs, indépendants hors catégories et de toutes catégories. Les organisateurs comptent sur une très forte participation, notamment espagnole, dirigée par le sélectionneur ibérique Saura. Ils y aligneront certainement eux-mêmes leurs meilleurs licenciés, Michel Bidart vainqueur du Tour du Bordelais, mis en vedette en Angleterre, Francis Duteil, Christian Bordier, Bernard Fifre et l’une des récentes recrues, Francis Campaner. C’est au siège du CC Bordelais, 203 boulevard Roosevelt à Bordeaux que les coureurs prendront le départ le mardi 25 mai à partir de 10 heures. Nul doute que cette édition réunisse un très beau lot de routiers prémices d’une magnifique arrivée dans le haut de côte de la rue Pagès à Périgueux.
Nota : en 1965, Bordeaux-Périgueux a constitué la dernière édition du calendrier. Depuis, plus jamais cette classique est sortie de ses cendres...

- L’itinéraire : Bordeaux (rassemblement boulevard Roosevelt), 14h00 Bas de côte de Monrepos (départ officiel), 14h20 Camarsac (km 14), 14h45 Branne (km 28), 15h00 Castillon la Bataille (km 40), 15h30 Port Sainte-Foy (km 61), Saint-Médard de Gurçon (km 70), 16h05 Montpon (km 83), Echourgnac (km 98), 16h48 Ribérac (km 116), La Veyssière (km 131), 17h21 Saint-Front de Pradoux (km 139), Douzillac (km 146), 17h39 Neuvic (km 150), 17h44 Saint-Astier (km 159), 18h11 Beaulieu (km 169), 18h13 Chancelade (km 170), 18h17 Gour de l’Arche (km 173), 18h25 Périgueux - arrivée rue Pagès (km 178).
- pour les Périgourdins il s’agit de situer la rue Pagès. Tout d’abord les coureurs arrivaient par le Toulon (rue Pierre Sémard), puis rue Victor Hugo pour virer à gauche en remontant la rue Victor Basch. Ensuite rue Barnalier, rue du Clos Chassaing, puis sur 300 mètres la rue du Therme Saint-Sicaire. Il restait alors à virer côté gauche pour remonter la rue Pagès où se dressent actuellement plusieurs barres d’HLM du quartier Clos Chassaing (sur le versant du coteau qui va sur Champcevinel). Quant à la date choisit, elle se situait au moment de la Foire Exposition des deux villes, c'est-à-dire au mois de mai...

LA COURSE
- Dès la première difficulté, la côte de Camarsac (14° km), la course se décante. Quatorze coureurs se sentent des fourmis dans les jambes et se font la belle : Roger Darrigade, Duteil, Pailler, Ramadour, Grassi, Sinicalchi, Bidart, Plouhinec, Poncet, Fifre, de Santi, Ricou, Teillet et Fantino. Un petit groupe de six composé de Hue, Deloche, Ocana, Dupré, Bordier et Blanc se joint rapidement aux fuyards, à Branne. Derrière le peloton semble se résigner, ce qui incite le remuant Andrault à multiplier les démarrages. Aidé de Mazeaud, Samy et Aranzabal l’espagnol, le Poitevin parvient à réaliser la jonction à Echourgnac. Le peloton coincé à 2’40s poursuit sa léthargie. Suire qui ne veut pas sombrer sans rien faire sort à son tour. Cuch, Chabanne, Célérier, Fort, Ducreux, puis les Rochelais Jean-Claude Angibaud et Jacques Bégué lui filent le train. La poursuite engagée constituera la plus belle passe d’armes de la course. En dix kilomètres, huit hommes déchaînés reprendront 2’40s aux vingt-trois échappés... Les plus costauds sont devant. Sur les petites routes pittoresques de Saint-Astier à Périgueux, de nombreux coureurs tentent de se soustraire à la vigilance de leurs partenaires, sans succès. Seuls Duteil et Ocana laisseront croire un moment à leur réussite, mais tout rentrera dans l’ordre dans la traversée de Périgueux. A 300 mètres de l’arrivée en côte, trente et un coureurs peuvent encore prétendre à la victoire... Roger Darrigade lance le sprint de loin mais sa chaîne le trahit à 30 mètres de la ligne. Le Royannais Jean Ricou bondit et le saute irrémédiablement. Jacques Bégué (2°) donne tout ce qui lui reste de vie et vient mourir sur ses talons.
- Dans les derniers kilomètres six fois, dix fois, des hommes tentèrent de partir. Ils n’y parvinrent pas parce que, en cette fin de course, les voitures se rendant à l’arrivée faussèrent totalement l’épreuve...
- "Mon dieu que je suis content d’avoir gagné". En franchissant la ligne blanche, Jean Ricou leva les bras d’allégresse. Puis il alla s’asseoir par terre dans un coin, se vida sur la tête un bidon d’eau et laissa exploser sa joie et sa rancœur. "Je suis content et c’est bien fait pour vous". Le Royannais Jean Ricou avait été le meilleur au bout de 178 kilomètres d’un Bordeaux-Périgueux explosif. Il avait sagement calqué sa course sur celle de Roger Darrigade, il avait eu le mérite de flairer la bonne échappée, celle où l’on fournirait le moins d’effort, celle qui obligeait les autres concurrents à prendre le guidon par en-dessous pour revenir.
Malchanceux Darrigade ? Son dérailleur était défaillant. Sans aucun doute. Superbe vainqueur Ricou, sans doute aussi...
- Au tableau d’honneur ces deux hommes, mais aussi Andrault, très brillant, Mazeau efficace, Fantino téméraire, Suire clairvoyant, Duteil malchanceux. Et si Bégué et Suire sont 2° et 3°, on peut se demander si les forces que jetèrent ces deux hommes dans cette bataille du retour, ne lui coûtèrent pas la victoire...
-
L’organisation ? Pouvant être sérieusement améliorée. Ne serait-il pas possible, notamment d’interdire le passage des voitures après Neuvic, car elles peuvent fort bien se rendre à l’arrivée par la route principale, en traversant la rivière à Saint-Astier ?

Bordeaux-Px 65

Beaucoup de monde autour de Jean Ricou après l'arrivée en 1965

Le classement : 1. Jean Ricou (Royan OC) Groupe sportif Pigeonnier-Frimatic les 178 kms en 4h19’30s, sur cycle Mercier BP, pneus Hutchinson, 2. Bégué (Royan), 3. Suire (CC Bordelais), 4. Darrigade (Dax), 5. Sinicalchi (Marseille), 6. Cuch (ACBB), 7. Mazeau (CC Bordelais), 8. Fantino (Villeneuve), 9. Campaner (CC Bordelais), 10. Fargues (CC Bordelais), 11. Célérier (Villeneuve), 12. Andrault (Poitiers), 13. Sautier (Périgueux), 14. Samy (Limoges), 15. Bidart (CC Bordelais), 16. Deloche (Lalinde), 17. Fifre (CC Bordelais), 18. Angibaud (La Rochelle), etc...

Bégué Jacques

- Jacques Bégué 2° de ce Bordeaux-Périgueux et à qui nous devons ces images est né le 25 mars 1942 à Boulogne Billancourt. Première licence en 1959 en 4° catégorie. 1960 : cinq succès en 3° catégorie, 1961 : accède en 1° catégorie, vainqueur à Saint-Jean d’Angély, vainqueur du challenge Martini des moins de 20 ans,, vainqueur à Bressuire, vainqueur du Kilomètre Rustines à Niort. Sélectionné à la Route de France avec Epaud, Moussard, Laforest et Pailler. Effectue son service militaire de novembre 1961 à mai 1963 en Afrique du Nord. 1963 : licencié indépendant 1° catégorie - 1° à Servant (Morbihan), 1° à Trémentine (Maine et Loire), 1° à Civray (Vienne). 1964 : 1° à Arthenac, 1° à Boupère (Vendée), 1° de l’américaine de Marans avec Jean Ricou. 1965 : licencié indépendant 1° catégorie dans l’équipe Rochelaise "Bar André Cosmao Froid", 1° Champ sur Pére (Vendée), 1° Chaudron en Mauges (Maine et Loire), 1° de l’américaine de La Roche sur Yon avec Angibaud. 1966 : amateur senior hors catégorie "Groupe National Bières 33 Gitane" – Directeur Sportif : Monsieur. Caradec ; 1° à Royan, 1° Sainte-Foy la Grande, 1° à Bourneau (Vendée), 1° à Marans (en individuelle). 1967 : arrêt de la compétition en perspective de monter un cabinet d’expertise automobile.
- Bégué totalise un nombre impressionnant de places d’honneur (dans les cinq premiers) et plus de 50 places dans les dix premiers au cours de ses deux dernières années de compétition. Jacques Bégué connaît bien Jacques Gervais et Claude Hue avec qui il a couru... "Rétro Vélo Dordogne" remercie bien ce coureur pour les documents adressés à notre rédaction.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – BORDEAUX-PERIGUEUX 1965 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

 

Posté par Bernard PECCABIN à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]