28 avril 2020

1986-1987 VERGT ET SAINT-MAYME DEVIENNENT VILLES ÉTAPES

fraise 86

- Relire l'édition précédente de 1985.
4° édition
(24 & 25 août 1986) : Deux jours de course avec la Ronde de la Fraise et du Pays Vernois le samedi à Vergt et les Boucles de la Fraise à Saint-Mayme de Péreyrol le dimanche. En prologue, s’y ajoute le matin une épreuve de non licenciés, fort nombreux à cette époque pour prendre le départ. Samedi l’épreuve sera sélective avec les côtes de Pézuls et trois escalades de Peyrefond au sommet de laquelle sera jugée l’arrivée. Le lendemain, trente cinq kilomètres dans la région de Vergt et sept tours de circuit à Saint-Mayme avec la redoutable côte de Castagnol et ses passages à plus de 12%. Pour se faire, le club bénéficie de l’appui de la commune et de son maire Serge Jaubertie.

Fraise 86

Départ de la 4° édition

- Le Samedi, Armand de Las Cuevas (CC Marmande) rejoint un groupe de fuyards à Sainte-Foy de Longas, pour gagner en solitaire la première étape devant Gérard Doumenge (EC Foyenne) et Michel Delestage (Pédale Thiviers) qui lui concèdent quarante secondes. Plus loin, on retrouve Garnier (CO Couronnais) et Alain Fossard (EVCC Bergerac) venus compléter le top cinq de cette première étape dont l’arrivée se jugeait à Vergt.

1986 SMP

Le sprint à Saint-Mayme sur le petit circuit avec Chamouleau en tête

1986 smp 1

Chamouleau à gauche vainqueur de l'étape en ligne de la 4° édition

- Le dimanche, la course est relevée en l’absence de de Las Cuevas retenu ailleurs. Géraud et Mespoulède partent alors seuls, mais sont repris à dix kilomètres de la banderole. Une attaque de Delmon va profiter à Thierry Chamouleau qui prend sa roue. Succès de Thierry Chamouleau (CC Périgueux) qui distance Jean-Michel Gouloumes (Guidon Sarladais), Bernard Conan (Pédale Faidherbe), Bernard Mazeau (ASPTT Périgueux) et Jean-Philippe Gouloumes (Guidon Sarladais) qui eux complètent le top cinq. Au général, victoire de Gérard Doumenge qui endosse le maillot jaune dans Saint-Mayme en fête pour deux petites secondes sur Michel Delestage, puis Jean-Paul Audebert (JS Astérienne) et Bernard Mazeau (ASPTT Périgueux). Patrice Géraud (CC Périgueux) est lauréat du meilleur grimpeur et du meilleur sprinter.

1986 SMP protocole

De gauche à droite Chamouleau, Dupuy, Doumenge, Fossard et Mazeau lors du protocole

5° édition (22 et 23 août 1987) : Même type de course qu’en 1986. Thierry Fantino (CC Marmande) gagne le samedi à Vergt devant Sylvain Abadie (Stade Cadurcien) et Vignaud (CC Marmande). Le dimanche après-midi, Vincent Guillout (AC Uzerche-Lubersac) grimpe bien la côte de Castagnol pour se saisir du bouquet, malgré Jean-Michel Gouloumes (ASPTT Périgueux) deuxième et Michel Delestage (Thiviers) qui n’a pas perdu son temps. En effet, au général c’est bien lui, Michel Delestage qui est couronné comme lauréat d’une belle édition qui monte en puissance, avec le concours technique de l’ASPTT Périgueux.

Fraise 86

Robert Bibié organisateur de l'épreuve avec l'Asptt Périgueux

Le classement de la Ronde de la Fraise à Vergt : 1. Thierry Fantino (CC Marmande), 2. Sylvain Abadie (Cahors), 3. L. Vignaud (CC Marmande), 4. Pascal Le Pemp (ASPTT Périgueux), 5. Rib (Maroc), 6. Delestage Michel (Thiviers), 7. Patrick Barthou (CRC Limoges), 8. M. Gardey (AC Casseneuil), 9. Christophe Dupèbe (UC orthez), 10. D. Delaunay (CC Marmande).
Le classement des Boucles de la Fraise à Saint-Mayme de Péreyrol : 1. Vincent Guillout (AC Uzerche), 2. Jean-Michel Gouloumes (ASPTT Périgueux), 3. Michel Delestage (Thiviers), 4. Jean-Luc Masdupuy (AC Uzerche), 5. Monlezun (Marmande), 6. Pascal Delestage (Thiviers), 7. Jean-Luc Amouroux (Casseneuil), 8. Rib (Maroc), 9. Gardey M. (Casseneuil), 10. Daniel Delmon (CC Périgueux).
Classement général : 1. Michel Delestage (Thiviers).
NDLR : A cette époque, le classement général n’était pas officiel. Pour courir sur deux étapes, il fallait des sélections de coureurs de clubs ou de départements, ce qui risquait de restreindre le nombre d’engagés. On avait contourné le problème en mettant sur pied deux courses différentes sur lesquelles s’ajoutait un classement général pour les coureurs ayant participé aux deux épreuves.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - HISTOIRE DU CIRCUIT DE LA FRAISE 
© BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : 1988 En route pour le 6° Circuit de la Fraise

Posté par Bernard PECCABIN à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2020

PRIX DU COMICE DE MUSSIDAN 2004

LA VICTOIRE POUR LE RUTHÉNOIS LIONEL MAUBERT

PICT0011

- C’est une cinquantaine de coureurs qui ont pris le départ de ce prix du comice agricole de Mussidan. Une course ancienne qui fait date au calendrier du Racing-Club Mussidanais qui avait choisi de faire le départ devant l’hôtel de ville. Cette épreuve fut bien primée pour les  SR comme pour les SD venus en nombre.

PICT0029

Passage du peloton de cette édition 2004 du comice

- On assista à plusieurs échappées, avant qu’un groupe de cinq coureurs ne se détache pour se disputer la victoire qui est revenue à Lionel Maubert du VC Rodez.
Le classement : 1. Lionel Maubert (VC Rodez), 2. Sébastien Lapouge (CC Périgueux), 3. Romuald Lagorce (Asptt Périgueux), 4. Cyril Fontayne (Cyclisme 24), 5. Jérémy Château (CC Périgueux), 6. Médéric (Ruffec), 7. Droz (Cam Bordeaux), 8. Cyril Cornut (Saint-Astier), 9. Christophe Besse (RC Mussidan), 10. Frédéric Montoya (UC Sarlat), etc...

PP

Parmi les habitués quelques fidèles du circuit tels Claude Frare trésorier du RC Mussidan,
Jean Antoniazzi speaker,
Zézé Feytou de Saint-Médard et Jacques Martin ancien cycliste de la commune

Rappel du palmarès de cette épreuve : 1946 : André Commerie (Pédale Faidherbe), 1947 : Michel Serres (Burdigala Paris Club) chez les seniors et Bord (CC Périgueux) chez les jeunes, 1948 : Marius Duteil (CC Périgourdin) chez les seniors et Guy Large (Bergerac) chez les jeunes, 1949 : Marius Duteil (CC Périgourdin), 1950 : Angel Barquéro (RC Mussidan), 1951 : Roger Mounet (CC Périgueux), 1952 : à 1956 : non disputé, 1957 : Raoul Pouget (Guidon Sarladais), 1958 : Roger Croissant (UCD Villeneuve), 1959 : Mohamed El Gourch (Casablanca), 1960 : Claude Dècle (SCA Libourne), 1961 : Gérard Martin (VC Barsac), 1962 : Henri Sedran (RC Mussidan), 1963 : Mohamed Ben Brahim (UA Vic Fezensac), 1964 : Pierre Sénamaud (Limoges), 1965 : Marcel Horereau (Coutras), 1966 : Marcel Horereau (Coutras), 1967 : Michel Gonzalès (VC Hendaye), 1968 à 1970 : non disputé, 1971 : Claude Hue (CC Périgueux), 1972 : Alain Buffière (UC Brive), 1973 à 1983 : non disputé, 1984 : Jean-Marc Prioleau (CC Marmande), 1985 à 1986 : non disputé, 1987 : Jean-François Dupuy (CRC Limoges), 1988 : Alain Gendreau (CC Montpon), 1989 : Jean-Marie Valade (EC Foyenne), 1990 : Stéphane Larénie (CC Sarlat), 1991 : Olivier Chouarche (SC Périgord), 1992 : Jérôme Paul (CC Périgueux), 1993 : Philippe Germain (UA la Rochefoucauld), 1994 : Sébastien Bordes (Cycle Poitevin), 1995 : Jean-François Guérin (CC Marmande), 1996 : Jean-Pierre Barbe (CA Béglais), 1997 : Benoist Bordin (US Bouscat), 1998 : Eric Valade (EC Foyenne), 1999 : Nicolas Naïbo (Guidon Saint-Martinois), 2000 : Victor Melchior (RC Mussidan), 2001 : non disputé, 2002 : Mickaël Delage (UC Montpon), 2003 : Damien Guérineau (EC Ribérac), 2004 : Lionel Maubert (VC Rodez), 2005 : Jean-Jacques Massou (LVC Tonneins), 2006 : Cyril Fontayne (UC Villeneuve Fumel) - organisation SA Mussidan, 2007 : Sébastien Béneyrol (JS Astérienne) - organisation SA Mussidan, 2008 : Christophe Besse (SA Mussidan) - organisation SA Mussidan, 2014 Jean-Luc Bésarion (VC Ayguemorte), 2015 Thierry Bottechia (CC Marmande) - organisation SA Mussidan
Devient en 2009 la"Christian Jourdan" couru en gentleman - organisation SA Mussidan
2010
 : Jérôme Becht et Pascal Bru (Triathlon Bouliac), 2011 : Faucher/Sempé (Saint-Astier Triathlon), 2012 : Pascal Bru et Jérôme Becht (Triathlon Bouliac), 2013 Jérôme Becht et Pascal Bru (Bouliac Triathlon).

PICT0032

Protocole du Prix du Comice avec au centre le vainqueur Maubert (maillot Ragt)

TRO VÉLO DORDOGNE – COMICE MUSSIDAN 2004 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2020

1985 - 3° CIRCUIT DE LA FRAISE EN PERIGORD

Relire l’article précédent du Circuit de la Fraise : cliquez ici.

1985 SAINT-MAYME DE PÉREYROL AVEC MAURICE JOUAULT
et la victoire de Michel Mourlhon du VC Saint-Céré

Fraise 1985 bis

3° édition (25 août 1985) : Cette édition se court cette fois dans le cadre des Jours Cyclistes en Dordogne de Maurice Jouault. C’est la commune de Saint-Mayme de Péreyrol en fête qui sert de cadre à cette épreuve. C’est aussi une raison pour que l’on se retrouve au mois d’août et non plus en septembre. Dès le matin, un contre la montre de 2,5 kms se déroule dans Vergt, avec la montée de Peyrefond. Joël Lagardère (CC Marmande) réalise le meilleur temps devant Marc Benoit de Saint-Maur et Robert Bibié de l’ASPTT Périgueux. L’après-midi, ce sont trois boucles autour de Saint-Mayme soit 100 kms dans les rondeurs du Pays Vernois et la côte de Castagnol dans le final, qui servent de support à cette course. Une trentaine de coureurs participent à cette épreuve d’où émerge Michel Mourlhon du VC Saint-Céré parti avec Fossard (EVCC Bergerac) et Bibié (ASPTT Périgueux). Coup de théâtre à dix kilomètres du but, avec la crevaison de Robert Bibié. Moulhon remporte l’étape et le général devant Robert Bibié (ASPTT Périgueux) malchanceux et Alain Fossard (EVCC Bergerac). Plus loin se classent, 4° Joël Lagardère (CC Marmande), 5° Pascal Le Pemp (ASPTT Périgueux), 6° Counord P. (VC Saint-Céré), 7° Pascal de Boussiers (ASPTT Périgueux), 8° Bernard Mazeau (ASPTT Périgueux), 9° Jean-René Audebert (JS Astérienne), 10° Yves Brusson (ASPTT Périgueux). Par équipes, l’ASPTT Périgueux règne sans partages.
NDLR : On regrette beaucoup la crevaison de Robert Bibié. Sans elle, Robert serait vainqueur, et son nom figurerait ainsi dans le palmarès de cette épreuve qu’il fait progresser depuis trois ans...

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - HISTOIRE DU CIRCUIT DE LA FRAISE 
© BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : 1986-1987 Vergt et Saint-Mayme villes étapes

Posté par Bernard PECCABIN à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

BADEFOLS D’ANS (édition du 11 septembre 2004)

LE DÉBOULÉ DE STÉPHANE LAVIGNAC 

2004 Badefols

Le sprint est lancé, Lavignac cherche l'ouverture et la trouvera pour gagner

 - Belle course à Badefols avec une ultime échappée et un beau sprint où Lavignac parachève son succès au Challenge Dordogne en remportant ce prix de la Saint-Cloud. C’est lors du neuvième tour que le groupe de neuf coureurs ira au bout avec Stéphane Lavignac (Trélissac), Fabrice Landès (Périgueux), Cyril Fontayne (UC Villeneuve), Christophe Alvès, Willy Lagorce, Pierre-Henri Morange (UV Limousine), Romain Gillet (Bergerac), Bruce Terras (Mauriac) et Eric Jacouty (Ribérac). Dans l’emballage, Stéphane Lavignac restera souverain fidèle à son habitude. Il sera récompensé par M. Teyssandier maire adjoint de la commune.

2004 Badefols 1

Lagorce, Landès, Lavignac et Gillet à Badefols d'Ans

Classement : 1. Stéphane Lavignac (EC Trélissac), 2. Philippe Morange (UV Limousine), 3. Michel Dupuytren (CRCL), 4. Romain Gillet (EVCC Bergerac), 5. Frédéric Montoya (Sarlat), etc...

VÉLO DORDOGNE – BADEFOLS D’ANS 2004 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2020

1° et 2° CIRCUIT DE LA FRAISE EN PÉRIGORD (1983-84)

PRÉAMBULE : Cette épreuve a pris naissance en 1983, avec l’ASPTT Périgueux qui avait inscrit cette course dans le cadre du "Trophée Prestige Périgord". Ce trophée mis en jeu reposait sur plusieurs épreuves organisées par ce club et sur les communes suivantes :  Atur, Saint-Paul de Serre, Manzac sur Vern, Journiac, Saint-Laurent des Bâtons, Veyrines de Vergt, Cubjac, Saint-Mayme de Péreyrol, Cendrieux, Vergt (finale contre la montre).
- "Rétro Vélo Dordogne" n’a aucune peine pour dire que l’on doit cette épreuve à ce club, mais sans doute aussi à Robert Bibié, qui à cette époque était licencié auprès de cette formation. A l’heure actuelle, cette épreuve continue d’exister par le biais du même Robert Bibié qui lui a donné, on le sait et on va le voir, une toute autre dimension.
NDLR : Le nom de l’épreuve a subi depuis 1983, plusieurs changements. En général et pour en parler, on évoque plus couramment le nom de "LA FRAISE" mais il ne faut pas oublier que l’épreuve s’est appelée successivement  Grand Prix de la Fraise, Ronde de la Fraise, Boucles de la Fraise, tout ceci pour se terminer avec la dénomination de Circuit de la Fraise. La culture de la fraise a apparu en Dordogne après la 2° guerre, c'est-à-dire dans les années 1946/1950. Mais vous pouvez tout savoir sur sa qualité et sur son Indication Géographique Protégée notamment.

QUAND LA FRAISE SE COURT A VERGT

LA 1° ÉDITION POUR PHILIPPE GLOWACZ EN 1983

glowacz

- Le 1° Prix de la Fraise (en toutes catégories) a été disputé le 25 septembre 1983, c'est-à-dire en fin de saison et dans la ville de Vergt, soit huit jours après le Prix du Comice de cette ville organisé par le CC Périgourdin et remporté à cette époque par Bernard Dubost.
NDLR : A cette période, on ne parlait pas de Circuit de la Fraise, mais de Grand Prix de la Fraise qui est une course héritière de l’actuel Circuit de la Fraise, comme il a été déjà indiqué.
- Une semaine après, on resservait le potage à Vergt, avec cette première édition (organisée par l’ASPTT Périgueux) qui constituait la finale de ce Prestige Périgord disputé sur 40 kms contre la montre.
- Le départ se déroulait dans le marché du cadran situé sur la route de Salon. Philippe Glowacz (VC Charente Océan) - en médaillon - a été le plus rapide devant D. Boutonnet (RO Yzeure) et Philippe Avezou (Guidon Séverinois). Derrière ce trio se classaient dans l’ordre Jean-François Chaminaud (Pédale Thiviers), Jean-François Lantot (VC Cubzaguais), Claude Denis (CC Périgueux), Bernard Conan (Pédale Faidherbe), Eric Vouillat (EVCC Bergerac), Hervé Domecq (AS. Saint-Médard) et Reix (ASC Podensac) pour la 10° place.
NDLR : On dit que Philippe Glowacz, athlète filiforme est un sportif courageux, sérieux à l’entraînement, gentil et discret. Ses performances lors de cette période et plus particulièrement dans les tests chronométrés, attestent qu’il possède des dons de rouleur assez poussés. Dommage qu’il lui manque de la souplesse, qu’il ne grimpe et ne sprinte pas, mais ses ambitions ne vont pas jusqu’à enlever de grandes épreuves par étapes. Avec plus de maturité, notre premier vainqueur de la Fraise, appartenait à ces spécialistes numéro un de l’effort solitaire dans le Sud-Ouest, ceci avec son camarade Dudoit. A Vergt, il avait fait honneur à sa réputation. Champion du Poitou-Charentes sur piste de poursuite olympique et de l’individuelle, il avait gagné cette année là (1983) une étape de Deux Jours de Machecoul et lors du Prix de Marillac le Franc. Troisième du Championnat de France des 100 kms contre la montre, troisième de la Flèche d’Or associé à Dudoit, quatrième du GP de France, on le voit Glowacz n’avait pas faillit à sa réputation.

1984 : LES ÉTAPES POUR BOCQUIER ET PÉLIZZARI MAIS
LA VICTOIRE AU GÉNÉRAL POUR BACLE

2° circuit

De gauche à droite les vainqueurs de cette 2° édition avec Bocquier, Pélizzari et Bacle

2° édition (30 septembre 1984) : Deux épreuves (une en ligne et un chrono) à Vergt. Philippe Bocquier (CV Montastruc) remporte l’épreuve en ligne, Denis Pelizzari du même club s’adjuge le chrono mais le classement général revient à Jean-Luc Bacle (CA Civray). A remarquer que cette épreuve se court comme la toute première, en fin de saison.
NDLR : Jean-Luc Bacle avait terminé 5° du Circuit de la Gâtine, 1° à Etagnac, 2° à Coulgens, 3° à Champagne Saint-Hilaire, 3° à Fronton, 5° du Circuit du Cantal et 4° de Paris-Montargis. Il était un coureur d’avenir. Mais ces deux rivaux vainqueurs d’étapes détenaient aussi des capacités de rouleur. Denis Pelizzari avait été nommé capitaine de route de l’équipe de France des 100 kms. Ce coureur grand par la taille et le talent est un perfectionniste. Il se préparait pour les JO de Los Angeles qu’il allait disputer avec Jean-François Bernard, Philippe Bouvatier et Thierry Marie (une référence), d’autant plus que cette équipe du 100 kms allait se classer 6°. Philippe Bocquier est l’homme du dernier kilomètre. Après de bons débuts chez les juniors, il n’a pas marqué le pas. Il s’est plutôt affirmé au contact des coureurs chevronnés ceci sous la direction de Dante Cocolo devenu directeur sportif du CV Montastruc.

Fraise 1984

Le protocole 1984 à l'intérieur du marché du cadran de Vergt avec JR Villechanoux

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - HISTOIRE DU CIRCUIT DE LA FRAISE -
© BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : 1985 Saint-Mayme de Péreyrol avec Maurice Jouault

Posté par Bernard PECCABIN à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 avril 2020

MONTIGNAC-VAUCLAIRE (édition du 9 mai 1999)

LA VICTOIRE DE THIERRY BOTTÉCHIA

1999 Montignac

Départ à Montignac-Vauclaire en 1999

- Une course pas facile, une course qui a une longue histoire, une course qui fait partie aujourd’hui des "3M", autrement dit de Montpon-Ménestérol-Montignac. En ce 9 mai 1999, ils étaient une bonne trentaine à prendre le départ au pied du restaurant Bellevue. Alain Chaussat tenait le micro, et c’est le Tonneinquais Thierry Bottéchia qui remportera le bouquet devant le junior Bernard de l’EVCC Bergerac. On n’oubliera pas de citer Thierry Arquey qui aura animé l’épreuve de bout en bout, en vain...

1999 Montignac 1

Alain Chaussat avec Thierry Arquey et Bottéchia vainqueur plus d'autres leaders du jour

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – MONTIGNAC-VAUCLAIRE 1999 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2020

SAINT-ASTIER-RIBÉRAC (palmarès)

PALMARÈS D’UNE ÉPREUVE EN LIGNE CADETS

1999 St

Saint-Astier-Ribérac 1999 avec un imposant protocole

 - On vivait une période où le Prix du Muguet et le Tour du Ribéracois constituaient deux épreuves phares en ligne pour nos régionaux. Les dirigeants Astériens et Ribéracois très proches, ont cherché alors de construire entre leurs deux communes une épreuve en ligne mais au profit des jeunes. Et c’est ainsi qu’entre 1991 et 2000, cette course a vécu. Une édition en 2005 a bien été tentée, mais le peu de concurrents ont découragé les organisateurs à qui on réclamait une organisation démente en termes de sécurité, pour une épreuve de 60 km et pour si peu de coureurs. On peut dire que l’indiscipline des jeunes a finalement eu raison du courage des dirigeants. Mais désormais, on ne relie plus les rives de l’Isle à celles de la Dronne. Selon les saisons la course s’est déroulée dans un sens ou dans l’autre, avec un parcours sinueux et accidenté qui ont fait de beaux vainqueurs.
- Parmi eux on remarquele doublé de Langella et de Bastière, la victoire de Huguet qui sont devenus pros sans oublier Delage vainqueur minime de la course d’attente.

1999 St

Déjà vainqueur du prologue minimes en 1997, Anthony Boyer ex-licencié du CC Périgourdin
remporte la classique en 1999 sous le maillot de la Roue d'Or de Saint-Amand

 Palmarès Saint-Astier-Ribérac : 1990 Anthony Langella (UV Limousine) St.Astier-Ribérac cadets, 1991 Anthony Langella (CC Marmande) Saint-Astier-Ribérac (juniors), Stéphane Barreau (AS Saint-Junien) Ribérac-St.Astier cadets, 1992 Julien Fiacre (Asptt Périgueux) Saint-Astier-Ribérac juniors, Ludovic Bruletout (AVC Libourne) Ribérac-St.Astier cadets, 1993 Cyril Bastière (V.Naintré) Ribérac-Saint.Astier cadets, 1994 Cyril Bastière (V.Naintré) Ribérac-St.Astier cadets, 1995 Jean Mella (CC Marmande) prologue minimes, Nicolas Dubois (CRCL) Saint-Astier-Ribérac cadets 1996 Nicolas Pasquier (CO Couronnais) attente course en ligne, Grégory Benouahab (Guidon Agenais) Ribérac-Saint-Astier cadets, 1997 Sébastien Morvan (CC Marmande) Saint-Astier-Ribérac cadets, Anthony Boyer (CC Périgueux) prologue minimes, 1998 Nicolas Pasquier (CO Couronnais) Ribérac-St.Astier cadets, Simon Fradin (SC Périgord) course d’attente minimes, 1999 Anthony Boyer (RO Saint-Amand) Saint-Astier-Ribérac cadets, Mickaël Delage (UC Montpon) course d'attente minimes.2000 Yann Huguet (UC Haillan) Ribérac-St.Astier cadets, 2005 Rémi Laronze (UC Condat) Saint-Astier-Ribérac cadets.

VÉLO DORDOGNE – SAINT-ASTIER-RIBERAC © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2020

1955 : BELVÈS ET TOUJOURS PAS DE TOUR DORDOGNE

 Le XI° Grand Prix International de Belvès
s'est terminé par la victoire au sprint d'un champion
Marcel GUITARD de l'UV. Limousine

- Présentation de l’édition précédente : cliquez ici.

- Sans doute l'antique cité de Belvès, en Dordogne, a-t-elle le privilège de présenter aux touristes un site merveilleux, pouvant soutenir la confrontation avec tant d'autres dont la région périgourdine abonde, mais elle a aussi pour nous, sportifs friands de la compétition cycliste, un autre privilège, celui d'avoir pu aménager un circuit à nul autre pareil. Du haut du balcon naturel que forme la muraille de soutènement du boulevard longeant la ville et donnant sur un panorama splendide de la campagne environnante, ce circuit de quelques six kilomètres de développement, permet aux spectateurs de suivre la course dans la presque totalité de son déroulement.
- Et comme sa population est cent pour cent sportive, on conçoit aisément la place que Belvès peut occuper dans notre sport cycliste en particulier. Cet engouement lui permet de rassembler chaque année un lot de vedettes qui fait de son Grand Prix l'une des épreuves 'les plus courues" de notre région du sud-ouest, nous voulons même ajouter d'au delà.

Dufraisse

- C'est ainsi que ce 11° d'une série chaque année plus importante quant au nombre de concurrents de grande valeur, a réuni quarante-trois partants, dont nous ne citerons que quelques-uns, alors que tous devraient avoir l'honneur de la citation. Nous nous arrêterons seulement aux frères Pineau de Montauban, à notre vieille connaissance l'ex-Dacquois Amigo, aux parisiens Brûlé, Ferrer, Dacquay, Telotte, à Dussault, Vivier, Prouzet, Dufraisse, ex-champion de France et du monde de cyclo-cross, à Bouvet récent vainqueur des boucles de la Seine, , à nos compatriotes Darnauguilhem, Trouillet, Rançon, Vasquez, Rascagnères, révélation toulousaine, combien d'autres encore …. et nous allions oublier le limougeaud Marcel Guitard, qui allait être le onzième vainqueur au palmarès.
- Il nous faut donc arrêter là, mais pas sans avoir aussi, et surtout, mis en lumière, en peu, en très peu de mots, l'action des Belvèsois eux-mêmes, sans laquelle évidemment tout ce que nous avons dit comme tout ce que nous allons dire ne pourrait exister : un maire, monsieur Biraben, en même temps que conseiller général, un adjoint, monsieur Besse, qui prennent une part agissante dans toutes les organisations, avec des collaborateurs dévoués au premier rang desquels nous placerons un dynamique garde champêtre dont le poids des ans ne ralentit pas l'action, bien au contraire.
- Et maintenant pour terminer, c'est tout le Cyclo-Club Belvésois que nous allons porter à l'honneur, avec monsieur Lucien Carcenac, son président et toute une pléiade de jeunes emportés par son exemple. Il ne restera plus qu'à décrire les péripéties de l'épreuve, ce que nous allons faire au mieux, en nous excusant de les retracer aussi succinctement.

LE FILM DE LA COURSE

received_658841661582508

 - Sont en tête, à chacun des passages, de neuf en neuf minutes : au premier tour Dufour (Limoges), au deuxième Dessoles (Châteauroux), devant Dufour. Gourd est à 100 mètres, précédant le peloton. Au troisième Dufour, que Gourd a rejoint. Au quatrième, Ferrer (Perpignan). Au cinquième, Dufour, Dacquay et Chaumont qui passent dans le même ordre au sixième pour l'attribution de la grosse prime. Les tours suivants ont pour leaders : Dacquay, Louis, Martinez, Belloc, Bouvet, Combes, Trouillet (à deux reprises consécutives), puis Rançon, Delpicolo, Darnauguilhem, Jacques Pineau, Guittard et, au vingtième, celui de l'arrivée, Guitard. (photo © Jacques Desproges)
- Cette énumération confirme combien la lutte fut acharnée, l'homme de tête changeant à chaque tour ou presque, ce qui n'indique pas, bien au contraire, que la course se poursuivit en peloton compact, mais plutôt que le peloton se morcelait constamment pour se ressouder aussitôt, le leader passant sans coup férir de la tête à la queue, avec des différences atteignant jusqu'à plusieurs centaines de mètres. Il s'ensuivait une indécision totale quant à l'issue de cette lutte, pouvant nuire au succès du vainqueur.
- Et c'est alors que le "diabolique" speaker Monlong par une de ses astuces dont il a le secret, intervint pour que la course fût ce qu'il fallait qu'elle soit, c'est à dire qu'elle donne un brillant vainqueur. Elle l'eut, indiscutable, en la personne du limougeaud Marcel Guitard, qui bien que reconnu par des victoires antérieures de grand retentissement, n'avait pas ce jour la faveur des pronostiqueurs consultés, pas même celle de Monlong lui-même.

- Comment fut obtenu ce dénouement en tous points magnifiques ? Par le fait que Monlong ayant réussi à collecter une très grosse prime, la fit disputer à cinq tours de la fin. Ce furent l'agenais Delpicolo, le montalbanais Jacques Pineau et le bergeracois Darnauguilhem qui se la partagèrent, dans l'ordre, devant Bouvet, Vivier, Dufraisse et Trouillet, auxquels vinrent se joindre un Guitard jusque là fort réservé, et un Jules Pineau. Le reste du peloton était nettement distancé et la course était définitivement jouée. La décision ne pouvait plus qu'appartenir à l'un des huit hommes précités, dont l'effort n'allait pas se ralentir.
- C'est alors que Guitard maître du forcing au cours des deux derniers tours, parachevait ce forcing par un sprint irrésistible. Et le limougeaud, interviewé au micro, déclarait au speaker Monlong : "j'ai voulu gagner pour faire honneur à votre science de la course …." (et pour avoir les fleurs avec le baiser au vainqueur que la délicieuse Mlle Marthe Brouqui allait lui offrir dans un sourire, aurait-il pu ajouter !)
- Ajouterons-nous de notre côté que la phase finale de ce 11° Grand Prix International de Belvès le fit se terminer en apothéose ? Point ne sera besoin. La satisfaction manifestée avec enthousiasme par les "milliers de sportifs" qui en vécurent les péripéties ne pouvait être dépassée qu'au 12° Grand Prix du Cyclo-Club Belvésois, l'année prochaine.

LE CLASSEMENT

 1. Marcel Guitard (UV. Limousine), les 120 kms en 3h 02' 15" sur cycle Terrot, 2. Trouillet, 3. Darnauguilhem, 4. Bouvet, 5. Vivier, 6. Prouzet, 7. Delpicolo, 8. Belloc, 9. Rançon, 10. Dufraisse, 11. 12. Ferrer, 13. Dacquay, 14. Gratton, 15. Walryck, 16. Gandin, 17. Jacques Pineau.
LE BUREAU DU CC. BELVÈSOIS EN 1955 : Président : M. Carcenac, Vice Président : M. Orhan, Trésorier : M. Fresquet, Trésorier adjoint : M. Bonnet, Secrétaire : M. Boussat, Secrétaire adjoint : M. Delbreil

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – 1955 BELVÈS SANS TOUR DORDOGNE © BERNARD PECCABIN
Réédition d’articles parus sur le blog la Dordogne Cycliste
1956 avec le 5° Tour de la Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2020

1954 : BELVÈS SANS TOUR DORDOGNE MAIS AVEC SON GRAND PRIX

LE GRAND PRIX POUR PINEAU

Circuit- Présentation de l’édition précédente : cliquez ici.
- En cette année 1954, pas de Tour de Dordogne, mais étant donné que Belvès reste le bastion d’un Tour qui est remis l’année prochaine, nous publions le reportage du GP International de la ville qui conserve toute sa notoriété.
- Dimanche 13 juin, sur le beau circuit de Belvès, sera couru le Grand Prix International de la Ville. Il nous semble superflu d'insister sur l'intérêt que représente la dixième édition de cette épreuve tant les organisations du Cyclo-Club Belvèsois peuvent se passer de commentaires. C'est pourquoi nous croyons pouvoir affirmer, que gagné l'an dernier par le Lourdais Pierre Rançon devant l'espagnol Miguel Poblet, ce Grand Prix dont la notoriété s'est étendue très loin, attirera à Belvès la foule des fervents du cyclisme en Dordogne, voire même de l'au-delà.
- Le nombre des engagés est d'ores et déjà assez éloquent pour assurer le succès de cette belle course et, de plus, la participation de nombreuses vedettes du cyclisme permet d'entrevoir une lutte particulièrement acharnée.

LES PREMIERS INSCRITS

 

Baldasa

- Dans le nombre, citons Coste, vainqueur de Paris-Limoges 1953 et du circuit de Monaco 1954. Roger Pontet, ex-Tour de France, vainqueur de nombreuses courses régionales. Mahé dont le début de saison a été difficile, mais qui retrouve la cadence et désire le montrer. Le belge Bayens qui s'est si bien mis en évidence dans Paris-Valenciennes. Jacques Renaud, le même qui fit vibrer des milliers de spectateurs du GP de Belvès, il y a trois ans et qui fit preuve d'un courage surhumain pour finalement passer la ligne en vainqueur. Payan le marseillais et Monier de Paris, deux jeunes aux dents longues, Pierre Gaudot qui enleva Bordeaux-Saintes il y a trois ans, un coureur racé au possible.
- Raymond Guegan, le meilleur coureur français de critérium, trois fois sélectionné au Tour de France, 1° du Tour de la Charente-Maritime, du Grand Prix du "Libre Poitou", de Paris-Alençon, 1° de Paris-Tours 1952, du Grand Prix de Cannes, du critérium Daumesnil. Maître Renaud a l'opiniâtreté proverbiale, poursuiteur de première force, vainqueur de Roger Piel, auquel il ravit le brassard-rente professionnel au Vel' d'Hiv', en mars dernier. Jean Baldassari (notre photo), dont en 1952, la septième étape du Tour de l'Ouest Quimper-Brest, qu'il enleva, révéla la classe. Louis Caput, champion de France professionnel 1946-1947, sélectionné six fois pour le Tour de France, trois fois dans l'équipe de France des championnats du monde, ayant remporté Paris-Tours, Paris-Limoges, les boucles de la Seine, le Tour de Picardie, Paris-Reims et une foule de courses.

PARCOURS ET HORAIRES

- C'est sur un circuit de 5,8 kms, à couvrir vingt fois, soit une distance totale de 116 kms que l'épreuve se déroulera.

Monlong

Ce circuit (Belvès, Vaurez, Sagelat, Fontgauffier) est varié, propice aussi bien aux rouleurs qu'aux grimpeurs et chacun des coureurs espère pouvoir jouer sa chance à la faveur d'une échappée pouvant se produire en descente pour les téméraires comme en palier ou dans la rude côte de deux kilomètres, qui à chaque tour devrait être un élément déterminant de sélection.
- Annoncées par l'agence Monlong (notre photo), des primes dont le montant s'éleva à 120 000 francs l'an dernier, seront disputées à chaque tour. La remise des dossards aura lieu à Belvès, à 13 heures et le départ s'effectuera sous la Brèche, à 13h30 très précises.
- Rappelons que, fixés à 50 francs, les engagements à ce Grand Prix, doté de 178 000 francs, dont 30 000 francs attribués au premier, sont reçus par monsieur le secrétaire du Cyclo-Club, à Belvès (Dordogne) jusqu'à ce Jeudi 10 juin, à midi.

SENTATIONNELLE VICTOIRE DE JACQUES PINEAU

 BELVES (Dordogne), le 13 juin. - A l'issue d'une lutte âpre et sans merci, Jacques Pineau s'est adjugé le grand prix de Belvès, succès venant s'ajouter à ceux qu'il remporta au Coux, à Siorac, à Nohic, depuis le début de la saison. Et si son palmarès 1954, déjà copieux, laissait supposer qu'il serait parmi les plus redoutables outsiders de notre Grand Prix, on ne pouvait prévoir toutefois que sa forme était aussi excellente.
- Suivi de près par Guittard sélectionné pour le Tour de France, par Ferrer de Montpellier et par Chaumont, le jeune montalbanais Jacques Pineau terminant détaché a affiché une classe et une valeur indéniables.
- Trente-cinq coureurs prirent le départ devant un public enthousiaste que l'on peut chiffrer sans exagération à 5 000 spectateurs massés sur les remparts. Le départ est donné par Robert Monlong, et l'on assiste d'entrée à une lutte sans merci, menée loyalement mais âprement.
- Le poste de leader change souvent de main au cours des dix-huit premiers tours. Plus que vingt-trois coureurs pour le dernier tour. Jacques Pineau qui se détache au 19° tour continue son effort et s'adjuge la victoire.

LE CLASSEMENT

 1. Jacques Pineau (UC. Montauban), les 116 kms en 3h 03' 14", 2. Guittard (Limoges) 3. Ferrer (Montpellier), 4. Chaumont, 5. Martinez, 6. Prouzet, 7. Costes, 8. Sforrachi, 9. Mirando, 10. Baeyens, 11. Jules Pineau, 12. Dupré, 13. Fader, 14. Sastres, 15. Carpuat, 16. Prost, 17. Piel, 18. Piot, 19. MaÎtre Renaud, 20. Macorig.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – 1954 BELVÈS SANS TOUR DORDOGNE
© BERNARD PECCABIN - Edition 1955, cliquez ICI
Réédition d’articles parus sur le blog la Dordogne Cycliste

Posté par Bernard PECCABIN à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2020

BEAUSSAC (édition du 6 août 1995)

AU RAYON DES SURPRISES

- Ce prix cycliste a eu la particularité de voir Franck Alaphilippe venu en vacances, triompher sur cette épreuve. Un Alaphilippe licencié au club de Varennes-Vauzelle (banlieue de Nevers). Ce n’est que 14 ans après qu’on apprendra que ce coureur alors âgé de 29 ans est le cousin et l’entraîneur de Julian Alaphilippe, maillot jaune du Tour de France 2019. Beaussac réserve toujours un tas de surprises, notamment en 1998 lorsque Sandy Casar un vacancier amateur gagné l’épreuve et passa chez les pros. Mieux, en 2007, il remportera à Angoulême une victoire d’étape après avoir traversé le Pays de Mareuil...

124320213[1]

Franck Alaphilippe (maillot Look) à gauche et ses adversaires du jour à Beaussac

Classement 1995 : 1. Franck Alaphilippe (CC Varennes-Vauzelle), 2. Stéphane Bauchaud (VC Chasseneuil), 3. Bercy (Cycle Poitevin), 4. Patrice Castrezzatti (Cahors VS), 5. Jean-Christophe Nadon (Chasseneuil), 6. Peltier (Châteaubriant), 7. Stéphane Brigaud (AS Verriers), 8. Paumier (VC Roubaix), 9. Le Breton (AS Kerpont), 10. Denis Bégout (Asptt Périgueux), etc...

VÉLO DORDOGNE – BEAUSSAC 1995 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]