08 décembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (5° partie- Saison 1992)

1992 LE RETOUR DES VICTOIRES EN JUNIOR 2° ANNÉE

1992 GA (M

Minimes, cadets et juniors du Guidon Agenais en 1992 réunis autour du Président Gayné

- 1992, année olympique avec les Jeux à Barcelone, mais aussi deuxième saison chez les juniors. Au Guidon Agenais ça débute par la remise des nouveaux maillots par les Etablissements Sagauto à Foulayronnes, soit une occasion de réunir les "rouge et blanc". Et puis en février, ce sont les samedis cyclistes à Damazan où les juniors du Guidon réalisent une véritable razzia malgré la présence de clubs conquérants tels Le Bouscat, Langon, La Réole et Marmande. D’entrée, Reimherr bien sur fait fort en s’adjugeant l’individuelle, puis l’éliminatoire. Huit jours après ce sera une confirmation avec deux succès aux individuelles. Toujours est-il qu’il totalise lors de la fin de ces samedis cyclistes neuf succès. D’ailleurs il est bien suivi par ses équipiers du Guidon tels Castagnet, Cavalier et Grabarski.

1992 stage Damazan (voir fiche)

Stage à Damazan debout et de gauche à droite : M. Gasquet, Chaumontet (Orthez), Cazeaux (Bon Encontre),
Desangronis (CC Mde), Drouin (Ste Livrade), Bacou (CC Mde), Castagnet (Agen), Caneiro (CC Mde),
De Wilde (CC Mde), Pasquon (Le Passage).
En bas et de guche à droite : Bouyssou (VC Bruilhois), Celotto (Libos),
Grabarsky (Agen), Reimherr (Agen), Ventre (Marmande)

- Stéphane Reimherr a pris on le voit de l’assurance. Il détient déjà un palmarès, même si la saison passée malgré ses nombreuses échappées, il est allé moins souvent jusqu’au bout. Cette année il va se frotter plus fortement aux deuxième, troisième et quatrième catégories. D’ailleurs Stéphane annonce dès le début des hostilités qu’il entend remporter au moins cinq victoires, le titre départemental et la qualification aux championnats de France. Admirateur d’Indurain le grimpeur et de Chiappucci l’attaquant dans lesquels il se reconnaît, il aimerait dans l’avenir appartenir au gotha du cyclisme amateur, voire professionnel. Pour y parvenir il connait l’énorme travail qu’il a à faire. Il sait aussi pour l’heure qu’il est encore fragile dans les sprints et il redoute les emballements. C’est dans ce but qu’il est venu travailler sur la piste de Damazan où il a si bien réussit. En menant de pair son apprentissage de charpentier au collège Jasmin d’Agen, il consent ses séances d’entraînement soit 110 km tous les mercredis et trente les samedis, encouragé par ses entraîneurs que sont Bernard Dubéros et Philippe Griso.

1992 Bias (MS)

Avec Jean Solacroup le speaker maison à Bias (meilleur sprinter)

- L’ouverture 1992 se fait à Bias où Stéphane termine meilleur sprinter. De bon augure pour l’avenir et pour celui qui craignait ce genre d’exercice. Jeannot Solacroup animateur pur jus du Guidon était lui à la fête, notamment lors du protocole où Reimherr figurait aux côtés des lauréats. Cette saison 1992 fut menée tambour battant. Et disons que le contrat fut rempli par le citoyen de Laroque Timbaut qui remportera comme prévu cinq victoires (Lalinde par deux fois, Libos, Nogaro et Laplume).

1992 Lalinde

Première victoire en Dordogne à Lalinde

- C’est le 9 mai, que le "Stéph" remporte sa première victoire de la saison en Dordogne. De plus celle-ci est signée à Lalinde, une ville 100% cycliste, là où Maurice Jouault détient toute son histoire cycliste. Est-ce prémonitoire ce clin d’œil à la Dordogne ? Premier succès de la saison, mais aussi le premier dans ce Périgord qui deviendra plus tard son fief, sa chasse gardée... Et de plus le jour où "Vélo-Dordogne" présent, croisait pour la première fois ce coureur (jusqu'ici inconnu pour lui) dans son objectif photo. Troisième le matin du chrono, il gagne en solitaire l’épreuve en ligne après un beau numéro sur la côte des justices, ce qui lui vaut de s’adjuger le général, autrement dit l’Etoile des espoirs Périgord mise en jeu par l’ami Maurice, dont nous conservons dans le PDF ci-dessous sa note d’information, telle qu’il aimait communiquer à son public comme à ses coureurs, pour mieux suivre la course.

1992 Grandfonds

Départ de la course à Grand Fonts

- Après Lalinde, le championnat du Lot-et-Garonne constituera un écueil puisqu’il ne terminera que 5°, laissant Anthony Langella régné en maître dans sa catégorie. Son abandon à Rauzan pour le titre Aquitain sera sa deuxième contrariété. Mais il retrouvera du jus pour gagner à Libos, à Nogaro puis à Laplume. Au cours de cette saison il se battra comme un beau diable, lâchant du lest dans le final de Bordeaux-Arcachon qu’il dominait juste à quelques encablures du final.

1992 Tour de l'Agenais

Départ du Tour de l'Agenais

- L’assemblée générale en décembre rendra un grand hommage à Reimherr par le biais de son secrétaire Oliver Bourbon. Avec ses cinq succès sur route et ses neuf acquis sur piste, il sera largement en phase de courir en 93 chez les  troisièmes catégories. Ceci toujours avec le Guidon Agenais du président Gayné qui lui sera reconduit à la présidence.

Le Bureau pour 1993 - Président d’honneur : Paul Chollet député maire d’Agen, Jean Pinasseau délégué aux sports d’Agen, Gabriel Dumas ancien président du Guidon Agenais.
Président actif : René Gayné. Vice-présidents : Marie-France Gayné et Claude Lacombe.
Secrétaire général : Olivier Bourbon, adjoint : Monique Salmeron.
Trésorier général : Gisèle Laussu, adjointes : Gilberte Grabarski et Odette Reimherr.
Membre correspondant : Marie-France Gayné
Presse/assurance : René Gayné
Educateurs : Bernard Dubéros et Philippe Griso - Speaker : Jean Solacroup.
Membres : Jean-Pierre Grabarski, Claude Lacombe, Jacques Ortal, Gilbert Cavalier, Pierre Bécerra, Bruno Salmeron, Michel Reimherr, Jacques Laujol, Jean Le Guevel, André Pinède, Robert Audet.

1992 Montastruc la Conseillère

Douzième à Montastruc la Conseillère

Coureurs du Guidon Agenais : Stéphane Reimherr, Frédéric Castagnet, Raphaël Janot, Denis Laujol, Jean-Marie Pinède, Yannick Le Guevel, Thierry Lepied, Jérôme Rouziaux, Patrice Petit, Béatrice Planès, Alain Salabert, Patrick Delserre, Dominique Coquière, Cédric Jourdan, Jean-Pierre Escots, Philippe Grison, Frédéric Maestre, Frédéric Bavard, Christophe Cassaigne, Olivier Puyo, Patrice Petit et Alain Salabert

Palmarès de la saison 1992 : dans le peloton à Bias (1° Bernard Sanchez - US. Fonton), 10° Castelnau-Montratier et 2° junior, abandon L’Isle Jourdain, 20° Libos (1° Sylvain Abadie - Toulouse Sprint), 18° Sos-Durance (1° Christophe Rineiro - US. Montauban), 10° Mézin-Mézin (1° Pierre Painaud - CC Marmande), 2° Beauville (1° Fabien Darini - VC Sainte-Livrade), 8° Hostens, 3° Saint-Romain le Noble (1° Christophe Rineiro - US. Montauban), 20° Grand Fonts (Philippe Desprats - AC Bon Encontre), 2° Libos (1° Nicolas Breteau - VC Fontanebleau), dans le peloton Tour de l’Agenais et 3° junior (1° Maxime Cazeaux - AC Bon Encontre), 1° Etoile des espoirs Périgord à Lalinde, 11° Saint-Chamassy (1° Yann Simoneau - UC Brive), 12° Fumel (1° Bernard Cabirol - US Tonneins), 3° Trélissac (1° Anthony Morin - CC Plancoët), dans le peloton Lavardac-Barbaste (1° Xavier Martin - AS Le Passage), 11° Le Passage (1° David Ripaille - US Colomiers), 5° Le Saumont Championnat du Lot-et-Garonne juniors (1° Anthony Langella - CC Marmande), abandon Rauzan Championnat d’Aquitaine juniors (1° Benoit Bordin - CC Marmande), 1° Libos, 10° Agen le Gravier et 1° junior (1° Jean-Claude Tédo - AS Le Passage), 6° Fumel et 1° junior (1° Sylvain Abadie - Toulouse Sprint), 14° Allons (1° Stéphane Rolleau - VC L’Islois), 6° Villeneuve les Avignon et 1° junior, 4° Saint-Sixte (1° Hélary - Tréquezieu), 7° Sérignac sur Garonne (1° F. Monteverdi - US Nemours), 1° Nogaro, 12° Montastruc la Conseillère, dans le peloton à Créon d’Armagnac (1° Pierre Sasco - Stade Montois), 1° Laplume, 15° Nay (1° Jean-Pierre Camy - VC Oloron Haut Béarn), 20° Houillès (1° Alain Sonson - VC Sainte-Livrade), 17° Moissac (1° David Roger - UV Lourdes), 11° Saint-Pierre du Mont Championnat d’Aquitaine CLM juniors (1° Anthony Langella - CC Marmande), dans le peloton Bordeaux-Arcachon (1° Stéphane Lavignac - Asptt Périgueux), abandon à Monsempron (1° Anthony Langella - CC Marmande).

BILAN : Cinq victoires sur route, deux fois deuxième, quatre fois troisième, une fois quatrième et une fois cinquième soit treize places dans les cinq premiers. Huit places entre 6° et 10°, huit places entre 10° et 15°.
- Classé à dix-sept fois premier coureur junior. Couru 40 épreuves.
- Totalise neuf succès sur piste.

1992 Villeneuve les Avignons

Sixième et premier junior à Villeneuve les Avignon

LIENS SUR LE MEME THÈME

- La saison 1992 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant).
-
Stéphane Reimherr (apprentissage en junior 1° année - 4° partie - 1991).
- LALINDE_9_MAI_1992 (téléchargez le PDF du circuit écrit par Maurice Jouault)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (5) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1993 Ses débuts chez les séniors
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 novembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (4° partie)

1991 SON APPRENTISSAGE EN JUNIOR 1° ANNÉE

UNE SAISON DIFFICILE

1991 Bourriot Bergonce (40)

Lors de l'épreuve de Bourriot-Bergonce 

- C’est le 3 mars que les courses débutent en Lot-et-Garonne avec le prix de BiasStéphane Reimherr se tient dans le groupe de tête pendant quinze tours. Junior 1° année, il court maintenant dans la cour des grands puisque bien souvent il roule avec les séniors. Revenons à cette course de Bias où a deux tours du final, il est repris par le peloton. Mais ayant gagné deux primes, ce premier galop reste satisfaisant. Le reste de cette saison sera tout de même honnête avec de nombreux prix spéciaux glanés çà et là. Lors du Championnat du Lot-et-Garonne à Montpouillan, il se classera 8°, Stéphane Grandet le Marmandais étant intouchable ce jour là. Plus tard lors du régional à Seignosse, la victoire reviendra elle, à Stéphane Muet.
- D’autres satisfactions au prix de Finhan et à Agen le Gravier où ne sera pas loin des premiers. Mais en conclusion, cette saison junior, la première a été difficile. D’ailleurs Stéphane tient à le souligner : "En sortant de chez les cadets, il me manquait la distance dans les jambes. Et malgré cet handicap, je courais comme un chien fou, fidèle à mon habitude. En quelque sorte ce fut une année d’apprentissage".

1991 Casseneuil

Onzième à Casseneuil

Palmarès de la saison 1991 : 18° Saint-Romain le Noble, 20° Monsempron-Libos, 4° Agen-Boé (prix spéciaux), 16° Salignac-Eyvigues, 8° Championnat du Lot-et-Garonne à Montpouillan (1° Stéphane Grandet CC Marmande), 10° Lannes (1° Jean-Pierre Escots Guidon Agenais), 4° Finhan et 2° Prix spéciaux, 7° Agen le Gravier et 1° Prix spéciaux (1° Eric Bartherote du VC Bruilhois), 11° Casseneuil, 10° Bequin, 4° Tour de l’Agenais (prix spéciaux).

Juniors de la génération Reimherr (quelques noms de cette période 1991) : Stéphane Lavignac (Asptt.Périgueux), Stéphane Muet (US Bouscat), Cédric Barbeau (CC Marmande), Jean-Yves Elissalde (UC Orthez), Anthony Langella (CC Marmande), Eric Fantino (CC Béarnais), Laurent Anton (UC Orthez), Stéphane Grandet (CC Marmande), Régis Mercadieu (UC Gujan), Olivier Grandet (CC Marmande), Jérôme Lozach (VC Sainte-Livrade), Eric Pascal (VC Salies), Jean-Baptiste Cléda (UC Orthez), Nicolas Jalabert (Cahors VS), Eric Salvetat (VSSL Castres), Olivier Asmaker (VC Rodez), Christophe Rineiro (CA Castelsarrasin), Frédéric Berland (UV Poitiers), Jérôme Bouchet (Vélophile de Naintré), Frédéric Aubert (Cycle Poitevin), Frédéric Mainguenaud (Pédale Saint-Florent), Yann Mauget (VC Saintes), Frédéric Ribardière (JP Lussac), Franck Faugeroux (UV Poitiers), Vincent Sauzeau (UCA Rochelaise), Yann Gassian (US Talence), Pascal Lajus (Stade Montois), Grégory Pérez (VC Charente Océan), Pierre Painaud (UC Le Haillan), Christophe Cuménal (CC Périgueux), Jérôme Paul (CC Périgueux), Laurent Olivier (JS Astérienne), Eric Salvetat (VSSL Castres), David Andrieu (VSSL Castres), Eric Baron (AC Uzerche), Yann Mauget (VC Saintes), Stéphane Augé (CC Béarnais), Stéphane Coulon (AS Saint-Junien), Lionel Dagot (SC Caudrot), Pascal Desmaisons (Asptt Périgueux), Sébastien Quadratti (UV Auch-Lectoure), etc...

1991 Dausse

Avant le départ à Dausse

LIENS SUR LE MEME THÈME

- La saison 1991 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant).
-
Stéphane Reimherr (premiers pas au Guidon Agenais - 3° partie

VELO DORDOGNE - STEPHANE REIMHERR (4) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1992 Deuxième saison chez les juniors
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 novembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (3° partie - Saison 1990)

 1990 SES PREMIERS PAS AU GUIDON AGENAIS

1990 Reimherr GA

- C’est en 1990 et au Guidon Agenais que Stéphane Reimherr prend sa première licence FFC, où il évolue en cadet 2° année. Le Guidon Agenais est un club très ancien, fondé bien avant l’UVF (1881). D’ailleurs n’oublions pas que le deuxième président de l’UVF a été Georges Thomas (1880) un Agenais pur jus et que le Sport Vélocipédique Agenais, aîné du Guidon Agenais a pris naissance lui en 1877.
- En 1990, soit 113 ans après, le Guidon Agenais constitue le club de la préfecture Lot-et-Garonnaise. Un club présidé par le gentil René Gayné qui aidé par son épouse Marie-France, occupait cette fonction depuis 1981. René Gayné avait fait du Guidon un milieu associatif exemplaire, une deuxième famille dont il en était le patriarche. Sa fonction lui tenait vraiment à cœur et comme tous les mordus, il ne vivait que pour le vélo. C’est donc dans ce cadre, que Stéphane Reimherr débute le cyclisme, en ayant encore dans l’esprit sa saison passée au club Ufolep de Pont du Casse, là où il avait fait une véritable razzia.

1990 Pellegrue

Première en cadets pour Stéphane à Pellegrue (mars 1990) avec du beau monde au départ

- Sa première course à Pellegrue (25 mars 1990) constitue une véritable prouesse. Car ici, ce n’est plus la même musique. Les pelotons maigrelets minimes de l’ufolep, il faut les oublier dès sa première sortie en FFC... Puisqu’à Pellegrue, ce sont plus de 120 coureurs qui prennent le départ, soit un bon test pour s’étalonner en ce début de saison. Stéphane manquera d’une demi-roue la victoire, il sera quand même deuxième, soit un résultat honorable. Le fougueux coureur a pris de bonnes marques en terres girondines. A plusieurs reprises, il s’est échappé puis une dernière fois seul, à trois kilomètres du but. Mais ce jour-là, c’est un certain Anthony Langella licencié à l’UV Limousine qui l’emportera. Tant pis ! Ce n’est que partie remise, on n’est pas prêt d’arrêter ce licencié du Guidon Agenais, pour qui l’attaque à outrance restera sa règle.

1990 Libos 01

Première victoire FFC à Libos le 1° mai. Stéphane en compagnie de ses équipiers du Guidon Agenais

- Le 1° mai il cueille son premier succès au Prix des fleurs à Libos en gagnant devant Julien Fiacre (Asptt Périgueux) et Eric Loubet (Ribérac).

1990 Le Saumont Championnat

Le 20 mai Stéphane remporte le premier titre de sa carrière en FFC.
Il devient Champion du Lot-et-Garonne des cadets au Saumont

- Le 20 mai lors du Championnat cadet du Lot-et-Garonne à Le Saumont, il écrase ses trente rivaux avec six minutes d’avance sur le second et après avoir terminé seul les quatre derniers tours.

1990 Le Saumont Champion 47

Moulé dans son maillot de champion en compagnie de son président René Gayné

1990 Larressore CA 03

Départ du Championnat d'Aquitaine à Larressore avec son maillot jaune de Champion du 47

- Le 3 juin, au championnat d’Aquitaine à Larressore, il effectue la course seul en tête, dès le drapeau baissé. Cela devient d’ailleurs son habitude. Mais les rondeurs du relief Basque, auront finalement raison de lui puisqu’il sera repris, ce qui n’empêchera pas les sélectionneurs du comité régional de le retenir pour le Championnat de France à Crémieu (38) avec le vainqueur du jour, Laurent Vergès (AS Hossegor).

1990 Larressore en tête

A Larressore, Reimherr toujours devant en solitaire
se bat comme un beau diable... mais il sera rejoint !

- Le reste de la saison restera honorable avec son succès à Aubiac puis quelques places d’honneur.
Palmarès de la saison 1990 : 2° Pellegrue (1° Anthony Langella - UV Limousine), 1° Monsempron-Libos, 1° Le Saumont (Championnat du 47), 3° Sauveterre la Lémance (1° Jérôme Paul - CC Périgueux), 3° Lagupie (1° Eric Fantino - CC Marmande), 1° Aubiac, 7° Champagne-Fontaine et meilleur grimpeur (1° Julien Fiacre - Asptt Périgueux), 3° Lafox (1° Laurent Vergez - AS Hossegor).
Licenciés du Guidon Agenais : Thierry Dulouard, Eric Marès, Frédéric Péré, Jean-Pierre Escots, Vincent Maupomé, Alain Salabert, Philippe Fontagne, Bruno Vigé, André Dattas, Pascal Yon, Philippe Ruzzica, Pascal Morillas, Laurent Schrebert, Stéphane Reimherr, Dominique Péré, Cédric Cavalier, Thierry Grabaski, Frédéric Castagnet, Lionel Chatelas, etc...
Cadets de la génération Reimherr (quelques noms de cette période 1990) : Julien Fiacre (Asptt Périgueux), Eric Loubet (EC Ribérac), Eric Fantino (CC Béarnais), Franck Bouchet (Vélophile de Naintré), Picard (VC Bruilhois), Gauthier (Tonneins), David Bouyssou (VC Bruilhois), Cubiler (VC Nérac), Lagouanère (VC Sainte Livrade), Eric Porte (AVC Libourne), Franck Champeymont (UV Limousine), Stéphane Barraud (AS Saint-Junien), Dewilde (CC Marmande), Cédric Cavalier (G. Agenais), Eric Pascal (VC Salies), Frédéric Dubois (UC Mimizan), Thierry Bernagaud (SC Caudrot), Patrice Deprez (VC Bruilhois), Didier Lauseille (Ribérac), Olivier Feytou (Asptt Périgueux), Jérôme Paul (CC Périgueux), Stéphane Lavignac (Asptt Périgueux), Frédéric Mainguenaud (P. Saint-Florent), Gérald Daragnès (Guidon Saint-Martinois), Christophe Lévêque (UV Limousine), Grégory Pérez (VCCO La Rochelle), Anthony Langella (UV Limousine), Laurent Vergez (AS Hossegor), Vincent Ducasse (VC Salies), François Bareille (VC Tarnos), etc... soient de très bons éléments qui ont eu de beaux lendemains. Et comme Vélo-Dordogne est un peu chauvin, on ajoutera une cadette 1° année avec Elisabeth Chevanne-Brunel.

LIENS SUR LE MEME THÈME

- 1990 - La saison 1990 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant).
-
Stéphane Reimherr (présentation – 1° partie).
- Stéphane Reimherr (premiers galops en Ufolep - 2° partie)
- LES_DEBUTS_DU_GUIDON_AGENAIS (neuf pages d'histoire à télécharger)

VELO DORDOGNE - STEPHANE REIMHERR (3) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1991 Première saison chez les juniors
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2017

VALENTIN HUOT (par Gérard Descoubès)

1_20100427_181258[1]

VALENTIN S'EST ENVOLÉ

- Ce bon grimpeur au punch redoutable, spécialiste des circuits aux côtes à fort pourcentage, où pouvait s’extérioriser sa giclette nerveuse. Individualiste notoire et chronique, il avait le bon chic pour se mettre tout le peloton à dos. En 1958 alors qu’il se trouve pratiquement au sommet de son art, il est écarté du Tour de France, à la suite du véto lancé contre lui, par les directeurs sportifs des équipes, pour qu’il ne soit pas sélectionné. Bête noire de l’équipe de France, jalousé et peu apprécié jusqu’au sein de sa propre équipe, Valentin n’a jamais évolué dans un climat favorable à son plein épanouissement. Il lui aura donc fallu une belle dose de classe, pour réussir à se bâtir un palmarès, qui a certainement dû faire saliver ses adversaires, l’heure de la retraite venue. Pour Valentin rien ne fut facile, sur le vélo il n’a jamais fait de cadeaux à personne, le retour fut largement à la hauteur, mais une chose est sure, il peut être fier de ses victoires car il ne les doit qu’à lui-même. Valentin avait débuté en 1951 et raccroché en mars 1964 après la saison de cyclo-cross, il fut pro de 1954 à 1962 inclus. Il porta les couleurs de : Tendil 1951 et 1952, Terrot 1953 à 1955, Rochet 1956, Mercier B.P. 1957 à 1964. Il fut coureur dans les clubs de : US. Bergeracoise 1951 à 1952, CC. Bergeracois 1953, CC.Périgueux 1954 à 1960, 1961 à 1962 Girondins de Bordeaux, 1963 à 1964 CC. Périgueux. Ses plus grandes victoires sont : ses deux titres de champion de France en 1957 et 1958, Paris-Limoges 1954, le Midi-Libre en 1960, trois fois le grand prix de Cenon 1954, 1955, 1959, etc... Il a participé à six Tours de France : 1954 abandon 13e étape, 1955 abandon 2e étape, 1956 62e, 1957 abandon 12e étape, 1959 48e, 1961 39e. Il savait comme personne, préparer les championnats, en plus de ses deux titres, il s’est aussi classé dans ces épreuves : 8° en 1956, 4° en 1960, 7° en 1961, et 6° du mondial de 1958. Il était né le 1e Mai 1929 à Creyssensac-Pissot il est décédé le 21 novembre dernier chez lui à Manzac sur Vern. Valentin vient de s’échapper pour la dernière fois, aujourd’hui, reste son nom à jamais gravé,dans le marbre de la belle histoire du cyclisme.
- Anecdotes : Lors de son premier titre national remporté à Châteaulin en 1957 une polémique était née. Echappé avec Marcel Rohrbach, ce dernier lui avait lancé son fameux «je veux bien continuer à rouler avec toi mais il faut que je gagne » Valentin avait répondu « O.K.». Dans la dernière bosse à trois bornes du but, Huot oubliait son accompagnateur en route, pour franchir la ligne d’arrivée avec dix-huit secondes d’avance. Rohrbach criant au scandale, Valentin s’expliquera en ces termes «jene lui ai jamais promis la victoire, j’ai juste voulu lui faire comprendre, que s’il continuait à rouler et qu’il soit plus fort il gagnerait forcément ». Bonjour l’ambiguïté, mais en y réfléchissant mieux notre très rusé Valentin se trouvait dans le vrai.
- Dans le Tour de France 1956 Valentin a fait jeu égal dans la montagne (il est passé en tête au sommet des cols de l’Izoard, Montgenèvre et l’Aubisque) avec C. Gaul et F. Bahamontès. Il se retrouve troisième au classement du meilleur grimpeur, à quelques points du Luxembourgeois et de l’Espagnol. Dans les bosses des dernières étapes, lui le puncheur, pense avec juste raison, qu’il va aisément gommer les points qui le séparent de la première place. Eh bien non !! il restera troisième, ses remerciements pourront se diriger, vers les sprinters de l’équipe de France les Forestier, Bauvin et compagnie, qui avaient disputé tous les points en haut des bosses, pour protéger la place de leader de Gaul.

VELO DORDOGNE - DÉCÉS DE VALENTIN HUOT - © GÉRARD DESCOUBES
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2017

STEPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (2° partie - Saison 1989)

1989 : PREMIERS GALOPS EN UFOLEP

1989 4 juin Hautes Vignes

Première course et déjà Champion du Lot-et-Garonne minimes Ufolep1989 Stéphane

- Dans la campagne profonde du Lot-et-Garonne, le vélo a été comme ailleurs le moyen de locomotion idéal pour se déplacer. Stéphane Reimherr n’a pas échappé à cette règle au cours de sa jeunesse. Que ce soit pour aller à l’école du village de Laroque Timbaut, que ce soit pour faire des courses à sa mère, le vélo constituait la solution idéale, d’autant plus que Stéphane n’aimait pas rester à faire du surplace. Au contraire, il avait toujours envie de s’évader, de visiter, de découvrir son environnement. Et puis "le Stèph" avait dans sa famille un fanatique du vélo en la personne de son père Michel, ancien pratiquant de la discipline (3° catégorie) et président du club de cyclotourisme du village. Un club cyclotouriste dans lequel Stéphane a évolué pendant trois années. Survolant les jeunes comme les anciens lors des sorties dominicales, c’est dans ce genre de club que Reimherr se distinguait déjà en étant toujours devant et en gagnant les simulations de courses entre amis. Cette façon de courir plaisait au papa, l’ancien coursier qui décida d’un commun accord de lancer le fiston dans la compétition.
- Cela ne déplaisait pas à notre coursier qui avait le vélo dans la tête. En voyant son père et ses oncles qui participaient à des courses, il baignait déjà dans ce monde plein de bonheur. Licencié à Villeneuve, Marmande, Casseneuil et Pont du Casse, le papa avait le virus du vélo bien scotché dans son esprit. Et c'est lui qui décida pour Stéphane, mais en procédant par étapes et surtout en plaçant la priorité sur son CAP de charpentier, son premier objectif, avant le vélo !

1989 Labrit 18 juin 89

Deuxième course et Champion d'Aquitaine à Labrit (40)
Stéphane Reimherr sur la plus haute marche au centre paré de son maillot rouge et blanc

- C’est ainsi que Stéphane devint licencié du Club Omnisports de Pont du Casse, en Ufolep et en catégorie minimes. On rentrait dès lors dans le vif du sujet. Fini les courses entre Mickaël et le petit Cédric, ses deux jeunes frères, fini les petites balades, place à la compétition...
- Le 4 juin 1989, la famille embarque pour se rendre à Hautesvignes, petite bourgade entre Tonneins et Miramont de Guyenne, où se disputait de surplus le Championnat départemental Ufolep. Stéphane se souvient de ce jour mémorable : "J’étais un inconnu dans ce milieu et je les ai bien fait rire ! J’avais la casquette sous le casque, des chaussettes de basket-ball. Je portais le cuissard et les chaussures de mon père ! Quand à mon vélo, il valait mille francs. Et pourtant, j’ai gagné cette course et les autres ont terminé à plus de six minutes derrière moi !"

1989 Castelmeyran 27 août

Départ de course à Castelmayran (Tarn et Garonne)
A droite et en retrait Reimherr avec son maillot orange et damiers noirs de Pont du Casse

- C’est sur cette même cadence que les courses s’enchaîneront. Stéphane enfilera les succès comme des perles, il deviendra même champion d’Aquitaine et en fin de saison, ce sont quinze victoires qui orneront son palmarès, soit de bonnes raisons pour rejoindre l’étage supérieur : la Fédération Française de Cyclisme.
Palmarès saison 1989 : Victorieux à Tonneins, Cours de Pile, Bourgouniague, Casteljaloux, Anzenx, Port de Penne, Beauziac, Casteljaloux, Dondas, course de côte de Dondas, Saint-Nicolas de Balerme, Virazeil, Castelmayran.
- 2° à Lafox
- Champion du Lot-et-Garonne minimes à Hautesvignes
Champion d’Aquitaine minimes à Labrit (40)

1989 Castelmeyran 27

Stéphane Reimherr interrogatif ? Oui il a encore gagné à Castelmayran et pour la 15° fois cette saison

LIENS SUR LE MEME THÈME
- La saison 1989 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant)
- Stéphane Reimherr (présentation – 1° partie)

VELO DORDOGNE - STEPHANE REIMHERR (2) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1990 au Guidon Agenais
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 novembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (6° partie)

PREMIÈRE SAISON CHEZ LES SÉNIORS

1993 Stèph et Laffineur

Premiers lauriers sur piste, il y en aura neuf en tout en 1993

 - Nous voilà en 1993, une saison où Stéphane roule toujours au Guidon Agenais, mais en 3° catégorie séniors. 1993 constitue une saison particulière en Aquitaine, avec des courses souvent ouvertes aux toutes catégories.
- Au cours de cette saison aussi, Stéphane n’est plus dans son collège. En faits il a changé son plan de formation en rejoignant les Compagnons du devoir et avec comme objectif, son CAP de charpentier à passer cette année. Les Compagnons du devoir, une solution qui a l’avantage d’apprendre avec plus de pédagogie et en démontrant l’apprentissage et le métier par des actes. Une chose qui ne déplaît pas à Reimherr, qui affectionne cette formule qu’il vit avec le cyclisme qu’il pratique.

- Cette première saison chez les séniors sera vraiment à la hauteur de ses objectifs. Pour l’ouverture à Damazan, il gagne l’individuelle puis l’élimination sans problèmes. Dès le mois de mars, le Guidon reçoit sa nouvelle collection d’équipements offert par Garonne Boissons et But. De plus des combinaisons sont remises par les Etablissements Grabarski. A Laroque Timbaut, on ne parle plus que du Guidon Agenais et des courses du calendrier du fiston. Son père Michel est membre du Guidon, sa mère Odette est la trésorière adjointe.

1993 Toulouse-Montauban

Mas-Grenier-Montauban, c'est pour Stéphane Reimherr qui affiche déjà la couleur

- Mi-mars le Prix Peugeot donne le ton. De Mas-Grenier à Montauban et sur 108 km, le "Stèph" s’impose au sprint devant 122 coureurs qui avaient signé la feuille d’émargement. C’est sur le final qu’une échappée se formera avec des éléments du comité des Pyrénées et quelques Aquitains. Sprint royal où Reimherr s’impose aisément devant les Lozach, Rouby, Alcacèbe, Espy, etc...

 

1993 Saint-Romain le Noble

Saint-Romain le Noble et une mémorable crevaison dans le final

- Saint-Romain le Noble constitue aussi une étape importante en avril. Une course que tout coureur Lot-et-Garonnais rêve de gagner. Une crevaison dans le final prive Stéphane de ce bouquet mais c’est son équipier Castagnet qui gagne devant Canouet, junior 1° année... Il y a des jours comme ça, où les ennuis mécaniques vous ôtent toutes les chances de gagner, ça fait râler, mais c’est le vélo !

 

1993

Maxime Cazeaux (AC Bon Encontre) et Stéphane Reimherr
l'expérience de l'ancien, la fougue de la jeunesse

 

- Et puis il y a eu le festival Cazeaux-Reimherr lors du Championnat du Lot-et-Garonne à Monsempron. Echappés dès la mi-course, les deux hommes iront au bout, mais chacun de son côté. Cazeaux en solitaire, Reimherr aussi mais pour la deuxième place à 1’29" du champion. C’est avec une petite pointe d’amertume que Reimherr reconnaîtra la supériorité de son rival, regrettant ne pouvoir d’entraîner comme il le souhaiterait. Mais le président Dubreuil fera les éloges du jeune Reimherr : "je tiens à rendre hommage à ce grand espoir du cyclisme en Aquitaine, qui fait vibrer le public pendant son échappée en compagnie de Maxime Cazeaux. Reimherr a reconnu logique la victoire de Maxime, c’est pourquoi je souhaite bonne chance à ce jeune prodige qui deviendra un ténor du cyclisme, dans la mesure où il ne pourra que progresser s’il écoute les conseils d’anciens comme Cazeaux ou d’autres, par exemple..."

 

1993 Engomer 09

A Engomer dans les Pyrénées Ariègeoises, la victoire de
Stéphane Reimherr et le festival du Guidon Agenais

 

- Avec quatre victoires chez les 2 et 3, Reimherr a pris de l’assurance. Son bilan 1993 reste encourageant, surtout lorsqu’il termine par une victoire sur les pentes d’Engomer dans les Pyrénées ariègeoises. On le voit, que ce soit en montagne ou dans les "vire vire", voire les nocturnes, Stéphane est bien là. Cerise sur le gâteau, il réussit cette année là son CAP de charpentier avec mention bien s’il vous plaît... un vrai compagnon du devoir !

 

1993 Le Passage

Au Passage d'Agen, une nouvelle victoire pour Reimherr

 

- Son bilan se résume à trente huit épreuves courues avec cinq victoires sur route, huit sur piste, plus trois places de deux, trois places de trois, quatre places de quatre et une de cinq, soit une saison encourageante... et de nouvelles perspectives à l’horizon avec notamment l’accession chez les deuxième catégorie.

 

1993 Tour de l'Agenais

Lors du départ du Tour de l'Agenais, les coureurs du Guidon en première ligne

 

Palmarès de la saison 1993 : lâché à Tonneins (1° Dominique Péré - CAM Bordeaux), 1° Mas Grenier-Montauban, dans le peloton à Monsempron, 9° Beauville (1° Alain Sonson - VC Ste-Livrade), 14° Saint-Romain le Noble (1° Frédéric Castagnet - Guidon Agenais), 8° Grandfonds Castelculier (1° Bernard Sanchez - US Fronton), 13° Allons (1° CAM Bordeaux - Championnat d’Aquitaine clm par équipes), 5° Lavardac (1° secteur), lâché à Lavardac (2° secteur), dans le peloton à Lavardac (classement général) (1° Anthony Langella - CC Marmande) , 4° Bon-Encontre et meilleur sprinter (1° Maxime Cazeaux - AC Bon Encontre), dans le peloton à Calonges (1° Frédéric Castagnet - Guidon Agenais), abandon au Tour de l’Agenais (1° Bernardo Ribas - VC Bruilhois), 4° Prix des fleurs à Libos (1° Pascal Hébrard - AC Fumel), 2° Championnat du Lot-et-Garonne à Monsempron (1° Maxime Cazeaux - AC Bon Encontre), 1° Le Passage d’Agen, 3° Agen cité Rodrigues (1° Jean-Pierre Guidi - VC. Nérac), 2° Nocturne de Nérac (1° Joël Drusian - AS. Le Passage), abandon à Lisse (1° Thierry Bottechia - UC Arcachon), abandon Agen la Vilette (1° Jean-Pierre Guidi - VC Nérac), 1° nocturne de Libos, abandon Hontax (1° Eric Dubos - CC Madiran), 18° Goujounac, dans le peloton à Damazan, dans le peloton à Allons (1° Frédéric Barreau - Stade Montois), abandon à Agde, abandon à Uzès, abandon à Sérignac (1° Eric Cecot - AC Bon Encontre), 11° Prayssas (1° Joël Drusian - AS Le Passage), 4° Meylan (1° Denis Chaumont - UC Arcachon), 12° Béquin (1° Joël Drusian - AS Le Passage), 18° Nay (1° Nicolas Clergeau -  Le Mans), 3° Agen (1° Eric Cécot - AC Bon Encontre), 7° Dausse (1° Franck Mariller - ACBB), dans le peloton à Mont de Marsan (1° Guillaume Destang - Mantes), 2° Engomer (09) (chrono), 3° Engomer (2° secteur), 1° Engomer (classement général), 3° Monsempron et meilleur sprinter (1° Frédéric Castagnet - Guidon Agenais).

 

1993 Ventoux

Vacances 93 en Provence, une occasion pour se faire le Ventoux

 

LIENS SUR LE MEME THÈME

- La saison 1993 dans la FFC. (pour voir qui étaient les têtes d’affiche alors que Reimherr était un jeune débutant).

- Stéphane Reimherr (retour des victoires en junior 2° année - 5° partie) - 1992)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (6) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 1994 Une saison particulière
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2017

STÉPHANE REIMHERR : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (1° partie)

ITINÉRAIRE D’UN CHAMPION

PAGE DE GARDE

page de garde 2

Paul Dangla

- Depuis un an déjà, Stéphane Reimherr a accroché son vélo de compétition au clou. Ce qui ne l’empêche pas de poursuivre des activités sportives, après avoir été présent sur nos routes durant vingt-huit saisons. A ce titre, "Vélo-Dordogne" ouvre aujourd’hui sa série, celle d’un homme qui a été en Périgord et dans l’Agenais la coqueluche d’un public entièrement voué à sa cause tout comme à ses performances.
- Né le 15 février 1974 à Agen, Reimherr est à vrai dire natif de Laroque Timbaut (47). C’est dans ce village et plus particulièrement à "Fresquet", que notre champion a vécu toute sa jeunesse, sa vie scolaire, puis son apprentissage dans un centre de formation professionnelle et surtout ses premiers moments en vélo.
- Aîné d’une fratrie de trois garçons, il a vécu une enfance heureuse auprès de son papa maçon et de sa maman qui s’occupait chez elle de préparer ses garçons pour en faire de vrais hommes. Ironie du sort, Laroque Timbaut est aussi la patrie d’un autre champion, celle de Paul Dangla (1878-1904) (en médaillon) recordman du monde sur piste et ancien porte fanion du cyclisme Lot-et-Garonnais avec Paul Bourillon.
- 96 ans après, un citoyen de cette commune marquera l’histoire du cyclisme sur route. Comme Dangla, il se passionnera pour cette discipline en s’imposant de sévères préparations. Tout le monde connaît aujourd’hui son panache, son esprit combatif, sa volonté farouche, sa grande endurance, son tempérament de feu et ses résultats fructueux.
- Saison après saison, nous allons revenir sur son passé en épluchant son palmarès, en découvrant ses heures de gloire et de galère qui en ont fait le coureur de renom si apprécié au sein de toute notre communauté cycliste.

LIENS SUR LE MÊME THÈME

- Valentin Huot, Francis Duteil, Marius Duteil, Jacques Vivier, Michel Brun, Elisabeth Chevanne-Brunel, Claude Hue, Serge Daubisse, Alain Fossard, Pierre Mémy, Georges Dupré, Alain Buffière, André Dupré, Eric Raud, Claude Mazeaud, Laurent Mazeaud

VELO DORDOGNE - STEPHANE REIMHERR (1) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : La Saison 1989 en Ufolep
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2017

LA SAGA DES ARQUEY

QUATRE FRERES ET UN FILS

- Une famille qui a occupé la une du cyclisme du bergeracois, de Dordogne et d’ailleurs : la famille Arquey. Les quatre garçons qui sont nés au sein de cette famille ont tous pratiqués au haut niveau le cyclisme de compétition. Pas besoin d’énumérer leur palmarès immense, puisque chacun a triomphé dans les catégories supérieures. Il y avait d’abord Christian l’aîné, Daniel, Jean-Michel et Thierry, puis après, Vincent le fils de Christian. Ils ont sillonné toutes nos routes, se sont distingués par le clan familial qu’ils incarnaient. On les a vus dans les clubs de Dordogne comme le Guidon Club Bergeracois, le Vélo-Club Bergeracois, l’AC Bergeracois, l’EVCC Bergeracois, la Pédale Faidherbe, Sainte-Foy, mais aussi au CC Marmande, à Brive, Parentis, etc... Et puis il y eu la remise en selle du Guidon Club Bergeracois sous la férule de Christian, un club qui a marqué le cyclisme de la fin du 20° siècle et du début du 21° par son nombre de licenciés et de succès enregistrés sur les routes.

la saga des frères Arquey

Notre photo : en haut de gauche à droite Christian en 1967, Christian président, Daniel (deux fois), Jean-Michel le sprinter sous le maillot du Guidon et de l’Avenir Cycliste. Dessous on remarque Jean-Michel lors d’une AG, Thierry le petit sous trois maillots et Vincent (deux photos) fils de Christian.

VELO DORDOGNE - LA SAGA DES ARQUEY © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2017

LAURENT MAZEAUD (ancienne vedette du cyclisme Périgourdin)

LE FILS DE LA PUCE DU LIMOUSIN

Mazeaud 7

- On ne peut pas dire tel père, tel fils et pourtant, Laurent Mazeaud a accompli une belle carrière chez les amateurs. En parcourant son palmarès on découvre que le fils de l’ancien Champion de France des indépendants s’est attaqué à de belles nationales et qu’il a baroudé partout en France comme à l’étranger. Bon grimpeur, il s’est distingué sur les circuits et les étapes montagneuses où son tempérament accrocheur et volontaire l’ont placé souvent dans les tout premiers. Aujourd’hui Laurent Mazeaud retrouve le cyclisme en devenant cadre technique au "Team Sud-Ouest Cyclisme Formation" cher à Christian Magimel et à Laurent Roux. Mais entre temps, il a passé beaucoup de temps auprès des chevaux en qualité de propriétaire mais aussi de jockey/driver où il a également excellé et en devenant aussi gérant d’un Tabac-Presse chez lui à Bergerac.
- Actuellement, le cyclisme constitue toujours son éternelle passion et ses passages dans les clubs de Bergerac, Auxerre, Lorient, Montluçon, Tarbes et Blagnac lui ont permis de capitaliser de l’expérience et de rencontrer de nombreux passionnés de cyclisme, soit autant d’arguments qui feront sans doute de lui un interlocuteur apprécié.

Image1

Jacques Dubost, Jacques Suertegaray, Frédéric Chabreyrou et Laurent Mazeaud (de gauche à droite)

Mazeaud 5

L'EVCC Bergerac devant les Cycles Claude Mazeaud en 1984

- Né le 23 juillet 1963 à Bergerac
- 25 victoires en junior dont le championnat d’Aquitaine contre la montre par équipes avec Jacques Dubost (CA Ribérac), Frédéric Chabreyrou (CA Ribérac) et Jacques Suertegaray (Guidon Sarladais) - saison 1981.

Mazeaud 6

Une sélection de l'EVCC Bergerac avec de gauche à droite Claude Mazeaud père de Laurent, Delort,
Laurent Mazeaud, Vouillat, Fossard, Stoïkowitch et quelques cadres du club

PALMARES DE LAURENT MAZEAUD

1982 (EVCC Bergerac) : 2° Saint-Pastours, 4° Lacaujamet, 3° Puymiclan, 9° Libourne, 1° Salon de Vergt, 6° Saint-Chamassy, 8° Saint-Louis en l’Isle, 2° Rouffignac, 10° Massugas, 10° Coutures, 3° Beauregard, 2° Atur, 2° Varennes, 1° Le Change, 8° Sainte Terre, 10° Cudos, 9° Masseret, 1° Lacropte, 9° Celles, 9° Lauzun, 4° Ussel, 4° Saint-Mayme de Péreyrol, 6° Journiac, 10° Trémolat, 2° Génissac, 8° Trélissac-Le Bugue (TD), 9° Lalinde-Villamblard (TD), 2° Saint-Martial de Viveyrols, 1°Saint Merd de Lapleau
1983 (EVCC Bergerac) : 5° Trémolat, 7° Saint-Aubin de Blaye, 9° Saint-Sulpice de Cognac, 2° Les Eyzies, 5° Segonzac, 8° Circuit de la Grande Champagne, 10° Pons, 2° Ronde d’Albret, 1° Beauregard de Terrasson, 8° Tour du Béarn, 1° Lolme, 10° Pineuilh, 5° Tour canton de Montguyon, 1° Lacropte, 2° Loubressac, 6° La Forge Saint-Mathieu, 2° Ronde des vins de Lamothe, 7° Caudrot, 7° Savignac de Miremont, 5° Saint-Emilion, 1° Léguillac-Périgueux (TD), 4° Le Bugue-Lalinde (TD), 3° Saint-Médard-Douzillac (TD), 4° Marcillac le Franc, 1° Toulzac (46), 7° Hennebont (56), 3° Nontron-Mareuil (TD), 10° Coulaures, 8°Tour de Gironde,
1984 (EVCC Bergerac) : 4° Villeneuve, 9° Royan-Blaye, 7° La Réole, 4° Créon d’Armagnac, 1° Gémozac, 8° Chalais, 4° Jarnac, 5° Boucles du Bandiat, 1° Tour du Périgord Vert, 6° Beaupuy, 8° Championnat d’Aquitaine à Bergerac, 7° Pineuilh, 8° Saint-Aigulin, 12° Championnat de France, 6° Paris-Bagnoles de l’Orne, 8° Villandraut, 6° Piègut, 9° Saint-Astier, 3° Tour du Morbihan, 8° Tour de l’Argoat, 6° Chateaulin(29), 14° Paris-Fécamp, 7° La Châtre (épreuve nat.), 4° Mont de Marsan, 19° Etoile des espoirs.
- C’est au sein de l’Entente Vélo Cyclo-Club Bergeracois que Laurent Mazeaud a débuté sa carrière. Vous retrouverez ci-dessous la liste des coureurs qui portaient les couleurs à la tête des quelles Claude Mazeaud son père occupait le poste de directeur sportif. Dominique Delort en était le chef de file de cette époque.
Coureurs : Pierre-Raymond Villemiane (pros), Laurent Mazeaud, Eric Vouillat, Dominique Delort, Thierry Delmonteil, Raphaël Manzano, Jacques Dubost, Eric Stoïkowitch, Jean-Marie Truffy, Alain Fossard, Claude Ferrand, Thierry Bertrand, Robert Bertrand, Clément Rodas, Eric Dupré, Hubert Lavignerie, Didier Fauché, Jean-Claude Barreau, Frédéric Bial, Patrick Delmonteil, Xavier Lamontagne, Pierre-Marc Lamontagne, Alain Ignace, Patrick Delort, Thierry Bigot, Michel Sauviac, Frédéric Andraud, Pascal Jugie, Bruno Mortreuil, Michel Boutan, Jean-Paul Pavageau, Christian Dubur, Franck Colin, Jean-Louis Remonato, Thierry Lachartre, Fabrice Gervais, Daniel Farguette, Eric Durieux, François Château, Jean-Marie Bessou, Philippe Mazières, Karl Dittmann, Michel Delteil, Pascal Van-Hollebecke, Michel Van-Hollebecke, Didier Fraschini, Christophe Introvigne, Frédéric Mesplède, Serge Chadourne, Didier Mileto, Fabrice Boisserie, Jean-Jacques Munier, Claude Ferrand, Ginette Merlos, Francine Merlos, Jean-Marie Siméon, Gilles Dupré, Jean-François Chaminaud, Jacques Suertegaray, Bruno Avezou, Jean-Philipe Avezou, plus vingt-cinq élèves au sein de l'école.
1985 (EVCC Bergerac) : 10° Montastruc, 8° Saint-Mathieu, 6° Bon Encontre, 8° Circuit du Marensin, 3° Prix du CIVRB à Bergerac, 9° Championnat d’Aquitaine route, 10° Gourdon, 6° Tour du canton de Montguyon, 10° Ronde du Haut Benauge, 8° Les Trois Cerisiers, 10° Saint-Même les Carrières, 2° Le Pertre, 5° Plounevez-Quentin, 4° Chateaulin.

Mazeaud 8

Lors d'un cyclo-cross à Abjat sur Bandiat sous les couleurs du Stade Auxerrois
aux côtés de Bernard Bodin et de Hervé Gourmelon

- En 1986, Laurent Mazeaud rejoint le Stade Auxerre. Dans cette ville de l’Yonne, la concurrence est acharnée entre le Vélo-Club amené par Le Polonais Janusz Bienek et ceux du Stade où on trouve Jean-Paul Garde, Denis Jusseau champion régional, Fabrice Philipot, Franck Petiteau et Fabrice Lagrange. En 1987, Laurent Mazeaud remporte le titre de Champion de Bourgogne. L’équipe évolue dans le haut niveau avec les mêmes coursiers auxquels s’ajoutent Patrick Gaillard, Thierry Richard et Joël Gaillard. En 1988, le titre reste au Stade avec Thierry Richard, mais en fin de saison le coureur Bergeracois quitte la section d’un Stade qui met un terme à la compétition cycliste.
1986 (Stade Auxerre) : 6° Tarn et Garonne, 6° Paris-Bagnoles-de-l’Orne, 15° Paris-Briare, 6° Flèche Charente-Limousine, 1° Objat, 5° Mi-Août Bretonne, 3° des 2 Jours de Machecoul.
1987 (Stade Auxerre) : 8° Tour de Bigorre (vainqueur d’une étape), Champion de Bourgogne route, 4° Eymet, 5° de la deuxième étape Tour de Corrèze, 4° Route de l’Yonne (Nat.), 7° Béarn-Aragon, 5° Tour du Bas Rhin, 4° Espéraza, 5° Montguyon, Maillot vert du Tour du Roussillon, 2° étape Tour de Roussillon, 5° Saint-Astier, 1° étape Tour de Béarn, 6° Rostrenen, 7° Lampaul-Guimillau.
1988 (Stade Auxerre) : 8° La Pyrénéenne, 3° Ille-sur-Tet, 2° Montastruc (Nat.), 1° Cénac Saint-Julien, 2° Trémolat, 5° Bayonne-Hasparen, 5° Circuit du printemps Nivernais, 8° Bandiat-Tardoire open, 3° Casseneuil, 1° d’une étape du Tour Béarn, 3° Championnat de Bourgogne, 2° Coutras, 5° Gardonne, 1° Ronde Haut-Benauge, 3° Vayrac, 3° Gabarret, 1° Lauzun, 3° Donnezac, 3° Civray, 5° Monpazier, 3° Vayrac, 1° Saint-Junien, 3° La Tomate.

Mazeaud 9

La victoire de Laurent Mazeaud en 1989 au Tour du Périgord
sous les couleurs du Vélo-Club Pays de Lorient

- Au Vélo-Club Pays de Lorient, Mazeaud effectuera une très bonne saison en gagnant notamment sur ses terres, le Tour du Périgord. Le club Breton comprend de belles cylindrées dont Michel Lallouet, Roger Trehin, Bertrand Sourget et Pierre Le Bigaut. Mazeaud reste un des meilleurs coureurs du comité de Bretagne, soit une référence.
1989 (VCP Lorient) : 1° Etape de l’Essor Basque, 2° Bressuire, 1° Etape Ruban Granitier Breton, 4° Flèche Charente-Limousine, 1° Etape Tour du Tarn et Garonne, 1° Ronde de l’Armagnac, 1° Tour de la Manche, 2° chpt du Morbihan, 1° Cénac Saint-Julien, 5° Nocturne de Mussidan, 1° Route d’Or du Poitou, 1° Etape Tour de Biscaye, 5° Prix de la Tomate, 1° Tour du Périgord, 5° Manche-Atlantique, 7° Paris-Troyes, 3° Troyes-Dijon, 1° des 3 Jours de Rennes, 1° Nersac, 2° Etape Milk Race, 1° Etape Tour de Tarragone, 1° Castéra-Verduzan, 1° Saint-Junien, 3° Ligugé (Nat.), 3° Tour du Pays des Olonnes (Nat.), 43° Challenge FFC.

Mazeaud 10

Vainqueur sous le maillot du VCP Lorient à Domme (Tour du Périgord)

Mazeaud 2

A Monpazier, sous le maillot du VS Montluçon (saison 1990)

- En 1990, Laurent Mazeaud rejoint le VS Montluçon, année où il est le meilleur coureur du comité d’Auvergne. A Montluçon on retrouve Frédéric Garnier, Christophe Bastianelli, Fabrice Fournet et Gilles Mas. Mais il est toutefois difficile de se faire une place au soleil face à une équipe d’Aulnat très compétitive. En 1991, il retrouve avec lui Gil Beysseyre, Marc Seynaeve, Pascal Cabantous et le Polonais Bogdan Szczygiel. Mais l’aventure se termine en Auvergne pour aller rouler vers d’autres cieux, celui des Pyrénées.
1990 (VS Montluçon) : 2° Circuit de la vallée du Bédat, 1° Tour canton de Couhé-Vérac, 1° Cénac Saint-Julien, 5° Ronde de l’Armagnac, 2° Boucles de Saint-Mont, 3° Tour du Tarn et Garonne, 2° Terrebourg, 1° d’une étape du Tour de l’Eure et Loir, 3° Tour du Châtelleraudais, 1° Nersac, 2° Sainte-Foy, 3° d’une étape du Tour du Haut Béarn, 5° d’une étape du Haut Béarn, 1° Lacropte, 4° Gabarret, 2° Saint-Saud, 4° Nedde, 1° Saint-Léonard de Noblat, 1° Semaine Limousine, 5° Bujaleuf, 2° Saint-Laurent sur Gorre (Nat.), 4° Lubersac, 2° Etape Tour de la Porte Océane, 37°Challenge FFC
1991 (VS Montluçon) : 2° Circuit des Vins du Blayais, 2° Tour Haut Benauge, 1° Mosnac sur Seugne, 3° Tour canton de Gémozac, 2° Neuville du Poitou, 1° Les Ormes, 1° Notre Dame de Sanilhac, 5° Gémozac, 3° Marthon, 2° Saint Laurent sur Gorre, 3° Les Milandes, 1° Objat, 5° Dournazac, 2° Tour du Tursan, 4° Trophée Montagne du Bourbonnais, 5° Tour de la Dordogne, 4° Saint-Astier, 4° Miallet.

Mazeaud 4

Laurent Mazeaud sous les couleurs du Tarbes Cyclisme

- A 29 ans, Claude Mazeaud rejoint le Tarbes Cyclisme et réalise une saison exceptionnelle, mais retrouvant souvent en face de lui un Laurent Roux particulièrement fringant. Au sein du club Bigourdan, il court avec Christophe Dupouey, Francis Bareille, Philippe Bordenave et Dominique Bérard. En 1993, Laurent Roux rejoint Tarbes qui accueille aussi Pascal Berger, Ludovic Grechi, Stéphane Barthe, Lionel Chatelas, Igor Pavlov et Gilles Chauvin, soit autant d’arguments pour faire une saison exceptionnelle. Mais en fin de saison, le club s’associe avec celui de Lourdes, ce qui amène le départ de l’élite… vers Blagnac.

Saint-Astier 1992

Le podium du prix de la Municipalité à Saint-Astier (1992)
gagné par Pascal Peyramaure devant Ianotto (2°) et Laurent Mazeaud (3°)

1992 (Tarbes Cycliste) : 3° Prix Bannes à Bayonne, 5° Tour canton de Saint-Ciers, 1° Boucles des côtes de Saint-Mont, 1° Ronde de l’Armagnac, 5° l’Océane, 4° Trémolat, 1° Asson, 1° Ronde de l’Albret, 1° Champniers, 3° Juillac, 1° Circuit de la Beauronne, 2° Jumilhac le Grand, 1° Marthon, 1° Objat, 2° Augignac, 3° Saint-Astier, 2° Gençay, 1° Asson, 1° Etape Ronde de L’Isard.
1993 (Tarbes Cycliste) : 1° Boucles de Saint-Mont, 2° Tour canton Gémozac, 1° Souvenir Petit-Breton, 3° prix des Stations Thermales à Dax, 1° Trélissac, 8° Gardonne, 4° Pézuls, 4° Lacropte, 3° Tilh, 7° Dax, 4° Juillac, 3° Tour de Costa Blanca, 2° Canton de Saint-Ciers, 3° Championnat Midi-Pyrénées, 1° Etape Tour de la Dordogne.

Mazeaud 1

Les routes de son Périgord ont été toujours ses terres d'entraînement
Ici lors du Tour du Périgord, en tête derrière Thierry Barrault à Beynac

- Dernière saison pour Laurent Mazeaud qui court avec Francis Bareille, Philippe Bordenave et Gilles Chauvin, soit de vieilles connaissances. Mais à 31 ans, Laurent Mazeaud met un terme à sa carrière cycliste et remporte chez lui le Petit-Breton, mais aussi le maillot vert du Nivernais-Morvan et du Tour de Gironde, sooit une manière de terminer en beauté le cyclisme de compétition. Il aura marqué de toute façon sa carrière cycliste.
1994 (Blagnac) : 2° Montpon-Sainte Foy, 8° Cénac Saint-Julien, 7° Trémolat, 9° Montamisé, 2° La Chapelle-Faucher, Classement par point Tour Nivernais-Morvan et Tour de Gironde, 1° Souvenir Petit-Breton, 2° Saint-Martial de Nabirat, 3° Périgueux quartier Faidherbe, 3° Pézuls, 6° Gabarret, 3° Villamblard.

LIENS SUR LE MEME THEME
- Valentin Huot, Francis Duteil, Marius Duteil, Jacques Vivier, Michel Brun, Elisabeth Chevanne-Brunel, Claude Hue, Serge Daubisse, Alain Fossard, Pierre Mémy, Georges Dupré, Alain Buffière, André Dupré, Eric Raud, Claude Mazeaud

 - Photo de Laurent Mazeaud (remise Challenge Dordogne 1985)
- Photo Laurent Mazeaud à Marsaneix (saison 1983)
- Cyclo-Club Lindois (1° partie) 1951-1958 village qui a vu grandir Laurent Mazeaud
- Cyclo-Club Lindois (2° partie) 1959-1962
- Cyclo-Club Lindois (3° partie) 1963-1980
- Cyclo-Club Lindois (4° partie) 1981-2006
- Lalinde (courses disparues) plus celles de Sainte-Colombe de Lalinde et de Sauveboeuf.

VELO DORDOGNE - LAURENT MAZEAUD - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2017

ANDRÉ DUPRÉ (ancienne vedette du cyclisme Périgourdin)

LE FLAHUTE GIRONDIN
(par Gérard Descoubès. Source : Patrimoine cycliste du Grand Sud-Ouest - Tome 1)

- Avec son allure râblée sur le vélo et son mouchoir noué autour du cou Antonin Magne et Louison Bobet l’avaient affublé du surnom de "flahute" à son arrivée chez Mercier. Pour avoir vu à Bordeaux pendant le Tour de France 1947, René Vietto, vêtu du maillot jaune, André décide qu’il serait lui aussi coureur cycliste, un jour. Après une

Dupré andré

belle carrière amateur qui en avait fait pratiquement le meilleur coureur du Sud-Ouest, il passe "pro" pour le Championnat de France des Routiers 1955. Enrôlé chez Mercier en 1958, Louison Bobet lui ouvre les portes de sa marque, André devient très vite le bras droit de Louison qui le fait suivre dans toutes les galères Coureur assez complet, du genre passe partout, il a réalisé une jolie carrière "pro". Réussissant quelques jolis coups, il avait pourtant frôlé le pire en août 1950 dans le critérium de Rion-es-Montagne, chutant lourdement, il avait été relevé avec une grave fracture du crane. Alors qu’il n’était encore qu’indépendant, il s’était classé quatrième du Tour du Sud-Est derrière Gaul, Privat, Debruyne. Il devait prendre le départ de trois Tour de France et en 1957, Marcel Bidot le sélectionneur avait pensé à lui pour l’équipe de France du Tour en litige avec Jean Stablinski C’est ce dernier qui sera retenu pour avoir remporté le Tour de l’Oise, dernière épreuve de sélection devant… André Dupré. Ses deux frères Georges et Lucien furent de bons régionaux.

André Dupré en bref : né le 7 mai 1931 à Ligueux (Gironde). Taille : 1,73 m, poids 68 kg. Débuts en 1948, professionnel de juin 1955 à 1960, reclassé indépendant en 1961, dernière année en 1965.

Dupré André 2

Champion de Guyenne route amateurs en 1950 à Oloron, il n'a que 19 ans

Clubs successifs : Stade Foyen de 1948 à 1951, Asptt Bordeaux 1952-1954, Cyclo-Club Lindois 1955-1956, Cyclo-Club Bergeracois 1957, Cyclo-Club Lindois 1958-1961, Cyclo-Club Bordelais 1962-1963, Cyclo-Club Bergeracois 1964-1965.

PALMARÈS D’ANDRÉ DUPRÉ

1948 : Débutant 1° Circuit des nourrissons catégorie 17 ans
1949 : Indépendant Royal-Fabric (3° catégorie en mai, 2° catégorie en août 49)
1° Duc Decaze à Libourne par équipe, 1° Pessac sur Dordogne, Saint-Philippe de Seignal, Duras, Saint-Rémy, Saint-Médard de Gurçon, Saint-Brice, Le Bugue, Grand Prix Erka à Auch en trois étapes, 1° de la 3° étape du GP Erka (Lourdes-Auch)
1950 : Indépendant Royal-Fabric (1° catégorie en juin)
Champion de Guyenne sur route à Oloron, 1° La Réole, Clairac, Saint-Antoine de Queyret, Sauveterre de Guyenne, Couze.
1951 : Indépendant Royal-Fabric
Champion de Guyenne sur route des sociétés chrono avec l’Asptt (Dihars, Deloche, Brague, G. Dupré). 1° Gardonne, Lalinde, Fumel, Capbreton, Réaux de Velines, 1° Tour du Blayais, Prix Thermo à Bergerac, 1° de la première étape de la Route de France (Paris-Auxerre et leader durant les deux premières étapes), 1° Derby Villeneuvois, GP Jokari à Bayopnne, cinquantenaire de l’US Bergeracoise.

Dupré André 1

1950 Longue convalescence pour André Dupré victime d'une fracture du crane à Rion es Montagnes

1952 : Indépendant Tendil
1° Eymet, Sainte-Foy la Grande, La Roquille, Lamonzie-Saint-Martin, abondon au cours de la 3° étape de Paris-Nice (Annonay-Vergèze)
1953 : Indépendant Terrot
Champion de Guyenne route sociétés avec l’Asptt Bordeaux (Dihars, Deloche, Brague, G. Dupré), 1° Aigre, 1° neuvième étape Route de France (Mende-Viviez), 1° Bougougnage, Saint-Philippe de Seignal, Segonzac, Montlieu, 27° Route de France et 1° de la première étape du Critérium du Quercy.
1954 : Indépendant Thomann
1° Sauveterre de Guyenne, Montguyon, Le Bugue, Grand Prix Castagnet à Bordeaux, Prix de la Grande Champagne à Segonzac, prix des artisans à Oloron, 3° de la deuxième étape du Tour de l’Ouest, 7° Paris-Limoges, 20° Tour de l’Ouest
1955 : Indépendant Thomann Royal-Fabric (professionnel en juin)
1
° Prix des quatre chemins à Périgueux, 1° Uza les Forges, 2° GP Izarra, 2° Arcachon, 2° Ribérac, 2° Langon, 2° Amiens, 4° Tour du Sud-Est, 8° Paris-Vimoutiers, 27° Championnat de France route, abandon Tour de France (11° étape Marseille-Avignon), 46° Paris-Tours
1956 : Professionnel Thomann Alcyon Royal-Fabric
1° GP de Saussignac, Saint-Sulpice Laurière, Objat, Saint-Hilaire les Places, Prix des fêtes de Saint-Georges à Périgueux (ex-aequo avec Lesca), 2° de la deuxième étape du Tour de Picardie (39° du général), 3° Paris-Bourges, 3° Circuit de la Vienne, 6° Marseille-Nice, 24° Tour de l’Ouest, 25° Tour du Sud-Est, 61° Paris-Bruxelles.
1957 : Professionnel Royal-Fabric Enform
1° Tour de l’Aude, 1° Tour de la Corrèze, 1° Bergerac, 1° Montceau les Mines, 7° Tour de l’Oise, 2° de la deuxième étape du Tour de l’Aude, 8° Boucles de la Seine, 9° Paris-Vimoutiers, 13° Midi-Libre, 18° Tour des Flandres, 27° Championnat de France route, 40° Paris-Nice, 6° de la dix-neuvième étape du Tour de France et 37° au classement général, 70° Paris-Tours
1958 : Professionnel Mercier - BP - Hutchinson
1° Grand Prix d’Auzances, 1° Quillan, 2° GP d’Espéraza, 3° Saussignac, Objat, Saint-Aigulin, 5° la Polynordiste, 8° des Onze villes, 9° Tour de Picardie, 27° Tour de Lombardie, 28° Quatre Jours de Dunkerque, 48° Paris-Roubaix, 58° Paris-Bruxelles, 71° Paris-Tours, abandon 21° étape du Tour de France (Briançon-Aix les Bains)
1959 Professionnel Louison Bobet - BP – Hutchinson
Champion du Limousin des sociétés route chrono avec le CC Lindois (Georges Dupré, André Dupré, Frare, Audibert), 1° GP Nouan le Fuzelier, 1° Eymouthiers (prix de Macau), 3° Ferrières la Grande, 8° Tour du Vaucluse, 8° Circuit des onze villes, 13° Boucles de la Seine, 50° Paris-Bruxelles
1960 Professionnel Louison Bobet - BP - Hutchinson
1° Grand Prix de la Trinité à Guéret
4° Tour de Corrèze, 10° Circuit de la Vienne, 24° Tour de l’Aude
1961 Reclassé indépendant Polyrey
1° Le Bugue, 1° Ronde d’été Lalinde, 1° La Bastide Monestier, 1° Mirambeau
1962 Indépendant Kas-Royal-Asport
1° GP des vins de Bergerac, 1° Saint-Girons, Saint-Front de Pradoux, Salviac, Beaulieu, Couze Saint-Front, Trémolat, 2° Bort les Orgues, 3° Bourcefranc, 3° Lalinde
1963 Indépendant Kas
1° Couze Saint-Front, 1° de la première étape de la Route du vin à Narbonne, 2° GP de la victoire à Libourne
1964 Indépendant
1° GP des quatre chemins à Savènes, 1° des trois heures de Pamiers, 1° Le Fleix, 1° Saint-Pierre d’Eyraud, 1° Alvignac les Eaux, 1° Faux, 4° Saussignac, 5° Bordeaux-Périgueux
1965 Indépendant
1° Chassaignes, 4° Monpazier (circuit des remparts), 4° Bergerac, 5° Saint-Barthélémy d’Agenais, 9° Biran.

Dupré André 3

Victorieux du 21° Tour du Blayais en 1951

- Relire la publication sur Georges Dupré frère d’André

VELO DORDOGNE - Anciens champions du GSO © Gérard DESCOUBÈS
Autorisation de publication en date du 23 mai 2017 pour Vélo Dordogne
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]