23 mars 2018

STÉPHANE REIMHERR (2005) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (18° partie)

2005 DU PÉRIGORD AUX PYRÉNÉES
(ou du CCPD à l'UC Artix)

2005 Montastruc

Le mur d'Angalinat, là où l'on fait presque du surplace © Sha

- Troisième saison au Cyclo-Club Périgueux-Dordogne et premières courses où pour la première fois, on a évité l’Essor Basque(1) pour sauter à pieds joints sur le Prix Pinel à Montastruc. Comme d’habitude, il y avait du grand et du beau monde et comme toujours notre "Stéph" se sublimera pour terminer 16° de cette épreuve. Mars et avril constituent deux mois d’échanges vigoureux entre les formations plus ou moins huppées de la contrée. Seulement, le problème, c’est que Reimherr se retrouve souvent seul de sa formation à la conquête des classiques du printemps, ses supposés équipiers étant partis courir sur des terres moins hostiles, voire plus faciles à conquérir.
(*) un grave accident de travail en est la cause.

2005 Lagorce

Lagorce-Laguirande : une course où il se classe 2° derrière Brocas

- Il y a eu d’abord ce 26° Nantes-Segré organisé dans le Haut Anjou où Reimherr a bataillé accompagné seulement par Yohan Poirier. Les coureurs de Nantes Atlantique se souviendront du "Stéph" omni présent dans toutes les échappées, contre les gars que l’on rencontre au Tour Dordogne tels les Bigaud, les Sartis, les Dayus et bien d’autres... En décrochant une cinquième place à onze secondes du vainqueur, Reimherr en aura fait voir aux coureurs Nantais venus avec de solides équipiers, en vue d’emporter la gagne. Dans le "top vingt" on en retrouve d’ailleurs neuf classés, excusez du peu...

2005 TC Neuvic

Tour du canton de Neuvic : seul contre l'équipe des Deux-Sèvres

2005 Mont-Pujols

- Voilà ce que c’est le travail d’équipe ! Quand le président d’un club enregistre une telle réussite, il peut être fier et laisser ses rivaux suffoquer de jalousie. Mais ça on le vit à Nantes, pas à Périgueux...
- Il y a eu ensuite le Trophée National du Mont Pujols où Reimherr a fait le spectacle, ceci dans une forme ascendante. Toute la journée fut un véritable récital avec notre Vernois présent dans toutes les ascensions et victorieux du classement du meilleur grimpeur. (notre photo ci-contre)
- Que ça soit au Coux, au Tour du Lot-et-Garonne, voire au Blayais, le citoyen de Vergt restera le fidèle combattant de tous les instants. Il s’en est donné à cœur joie dans cette période, prouvant que son moteur possédait pas mal de chevaux. Et tant pis s’il fut parfois de la revue, son capital public n’arrêtant pas lui de grandir, jusqu’au Tour du canton de Neuvic, voire celui d’Hautefort où il a fait plus que son boulot, même sans ses Reimherr boys, partis sur des confrontations moins hostiles. Autant de désaccords avec le président du CCPD, qui contraignent Reimherr à changer de club. D’ailleurs voilà ce que dit Reimherr sur ce sujet : "En effet je fais deux à Lagorce où je laisse la victoire à Fabien Brocca. Et c’est de là que le clash avec Périgueux a véritablement commencé. Avec en point d’orgue le tour du canton de Neuvic où l’on m’a reproché d’avoir critiqué mon club au micro de J.R Villechanoux. L’occasion de me taper dessus étant trop belle, vu que j’étais en rébellion contre les cloportes qui vivaient sur mon dos, le président a décidé de me sanctionner financièrement. Je ne lui ai pas laissé la main et lui ai posé ma démission sur la table. Il a mit du temps à me signer ma mutation. Je suis allé au comité d’Aquitaine chercher ma licence pour Artix, le mercredi, veille de Bègles avec mon ami et entraîneur JC Porcher. Je me souviens encore de ce que m’a dit Suzie (secrétaire du comité) ce jour là « tu as vraiment envie de courir !! » Le lendemain je gagne devant deux périgourdins. Quel pied !!!

2005 Saint Georges

Périgueux Saint-Georges, la dernière course sous le maillot du CCPD

- Et c’est ainsi que son histoire Périgourdine prend fin. Suite aux dissensions précitées, faute de participer à de belles classiques, voire aux manches de Coupe de France (il est vrai facultatives), Stéphane Reimherr décida de partir, de quitter son club, pour aller mieux courir les grandes épreuves du calendrier. Quand il a quelque chose à dire, il ne l’envoie pas par la Poste, si bien qu’à la mi-mai, on le retrouvera sous un maillot noir, celui de l’UC Artix.

2005 La Chapell Faucher

Les retrouvailles avec le maillot d'Artix lors de la Ronde de la Côle du CCPD © Sha

- A partir de là, il repart au baroud, sort victorieux à Bégles pour la deuxième fois et à Libourne. Il termine 2° de la Ronde de la Côle, 6° du Tour Gironde soit de gros moments de bonheur qu’il a su provoquer en se donnant du mal, en prenant des risques à outrance. Et ce monstre de volonté, ce volcan en sommeil connaîtra en ce 5 juin sa plus grande satisfaction cycliste en décrochant son premier titre de Champion d’Aquitaine disputé à Biron. Qui d’autre méritait plus que Stéphane Reimherr ce titre ? Après Nontron en 1999, Douzillac en 2002, Biron devenait la bonne opération. Depuis le temps qu’il y tournait autour..., la chance lui a souri. Car Mespoulède semblait le plus fort. La course a reposé sur lui mais quand le "Stéph" a démarré aux 300 mètres, Mespou s’est trouvé enfermé, laissant Reimherr terminer son œuvre au nez et à la barbe de ses rivaux.

2005 Biron

Premier titre de Champion d'Aquitaine à Biron sous le maillot de l'UC Artix avec le podium ci-dessous © sha

2005 Biron CA

- Alors que la foule en délire applaudissait le sacre du citoyen de Vergt, la saison se poursuivait avec le Tour de Dordogne, au départ duquel on retrouvait une équipe d’Artix avec Julien Marcus, Thomas Kaszuba, Florient Hubier, Laurent Four et Mickaël Haros pour accompagner Reimherr. Ce Tour Dordogne ne constituera pas un gros fait d’armes pour Reimherr, pourtant toujours en vue, notamment lors de l’étape Hautefort-Cubjac.

2005 Libourne

Victorieux à Libourne après son titre à Biron © sha

- Le reste de la saison c’est son succès à Monpazier. Cette prise de la Bastide, ça fait longtemps qu’il y songeait, tout comme le dernier championnat régional. Et voilà qu’en deux coups de cuillères à pot, la chose se réalise sous son nouveau maillot d’Artix et celui de Champion régional. Puis voilà que l’échéance des Milandes se précise, soit encore une belle qui manque à sa carte de visite. En ce moment les courses du Vélo-Club Monpazièrois lui portent chance. Biron, Monpazier et pourquoi pas les Milandes ? Mais ce jour là c’était sans compter sur deux solides guerriers que sont Guillaume Lejeune et Benoit Luminet. Ces deux attaquants percutants mettront sur le gril leurs adversaires et en se classant 3°, le "Stéph" aura rempli son contrat et la confiance du public toujours aussi pressante.

2005 milandes

3° aux Milandes derrière Lejeune et Luminet, une référence © sha

- Faute de succès au Trophée des châteaux, Reimherr terminera sa marche triomphale dans cette Dordogne qu’il aime avec un bouquet gagné à Peyrignac sous une chaleur démesurée, le mercure atteignant les 41 degrés à l’ombre.
- La fin de saison sera quelques places d’honneur et le verdict annuel du classement FFC où Reimherr sera 6°, derrière Ladagnous, Mespoulède, Kudashev, Patanchon et Rybakov. Ce sera aussi l’année où la catégorie élite 2 n’apparaîtra plus, après avoir fait beaucoup de bruits et causée de nombreuses interrogations dans le monde de nos amateurs.

2005 Peyrignac

Des problèmes à Peyrignac pour remettre à la miss la dernière fleur de la saison 2005

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2005 (sous le maillot de Périgueux).
-
16° Montastruc (1° Mathieu Perget - VC Roubaix), 5° Nantes-Segré (1° Christophe Diguet - Nantes Atlantique), dans le peloton Tour Canton Saint-Ciers (1° Alvaras Baranauskas - VC Roubaix), 10° Cénac Saint-Julien (1° Jean Mespoulède - CC Marmande), 9°  et plus combatif au Mont-Pujols (1° Sébastien Morvan - CC Marmande), dans le peloton Circuit des Vins du Blayais (1° Jérôme Bonnace - UC Châteauroux), 2° Lagorce Laguirande (1° Fabien Broca - VC Tarnos), 3° Le Coux et Bigaroque (1° Ivan Terenin - Russie), 3° Tour du Canton de Neuvic (1° Alexis Merle - Deux Sèvres Cyclisme), 13° Tour du Lot-et-Garonne (1° Laurent Estadieu - US Montauban), 15° Tour du canton d’Hautefort (1° Benoit Luminet - CR4C Roanne), 4° Périgueux Saint-Georges (1° Gaël Moreau - UC Artix).

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2005 (sous le maillot d’Artix)....

- 1° Bégles, 6° Tour Gironde (1° Charles Guilbert - Jean Floc’h), 2° Ronde de la Côle (1° Anthony Langella - CC Marmande), 10° Montamisé (1° Manuel Michot - Super Sport 35), 1° Championnat d’Aquitaine à Biron, 1° Libourne, dans le peloton Tour Dordogne (1° Benoit Luminet - CR4C Roanne), 9° Tour du Pays Santon (1° Jean-Christophe Currit - Team Bigot), 4° Critérium Castillon la Bataille (1° Alexandre Vinokourov - Team Mobile), 3° Les Milandes (1° Guillaume Lejeune - Charvieu-Chavagneu), 1° Monpazier, 3° Bruch (1° Jérôme Bonnace - UC Châteauroux), 10° Critérium de Quillan (1° George Hincapie - Discovery Channel), 4° Montech (1° Markku Ainsalu - US Montauban), 4° Carbon Blanc (1° Willy Perrocheau - CC Marmande), 1° Peyrignac, 4° Miramont de Guyenne (1° Stéphane Bellicaud - Deux-Sèvres Cyclisme), dans le peloton Critérium Caudéran (1° Christophe Moreau - Crédit Agricole).

2005 Caudéran

Départ du critérium pros à Caudéran avec Labbe et Ladagnous © sha

QUELQUES ADVERSAIRES DE LA SAISON 2005.
- Médéric Clain (AC Val d’Oise), Jean Mespoulède (CC Marmande), Jérôme Bonnace (UC Châteauroux), Jean Mella (US Montauban), Anthony Boyer (UC Châteauroux), Julien Bonnefoux, (UC Villeneuve) Jean Lamy (UC Felletin), Anthony Langella (CC Marmande), Tony Huet (Lescar VS), Bruno Ceyssat (CC Périgueux-Dgne), Stéphane Bellicaud (Deux-Sèvres Cyclisme), Laurent Estadieu (US Montauban), Carl Naïbo (Bretagne Jean Floc’h), Benoit Luminet (CR4C Roanne), Alexis Merle (Deux Sèvres Cyclisme), Lionel Chatelas (Villeneuve), Romain Chollet (Deux Sèvres Cyclisme), Ivan Rybakov (Sud Gascogne), Sébastien Larpe (Cycle Poitevin), Mickaël Larpe (Cycle Poitevin), Fabien Fraissignes (Blagnac), Alvaras Baranauskas (VC Roubaix), Fabien Patanchon (Sud Gascogne), Pierre Cazaux (Sud Gascogne), Sébastien Morvan (CC Marmande), Mickaël Szkolnick (AVC Libourne), Ivan Térénin (Russie), Mathieu Ladagnous (VC Nay), Alain Saillour (VC Gouzon), Maxime Gourov (CR4C Roanne), Sébastien Dulucq (VC Langon), Jean-Luc Delpech (Bretagne Jean Floc’h), Marié (AVC Libourne), Lionel Suhubiette (Saint-Paul Sports), Jean Christophe Currit (Team Bigot), Denis Kudashev (Sud Gascogne), Patrice Peyencet (CC Périgueux), etc...

LIENS SUR LE MEME THÈME...
- Stéphane Reimherr deuxième saison au CC Périgueux-Dordogne -17° partie - 2004)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (18) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 2006 AU SEIN DE L’UC ARTIX
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 mars 2018

STÉPHANE REIMHERR (2004) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (17° partie)

2004 ET TOUJOURS PÉRIGOURDIN

2004 Saint-Astier

Reimherr aime Saint-Astier. Pour la 3° fois il sort vainqueur de cette nocturne

- Cette saison 2004 débutera dans la joie avec la naissance de l’heureux évènement attendu. Comble de bonheur, Stéphane Reimherr devient le papa de deux filles jumelles : Mathilde et Morgane. Avec son épouse Magali, notre "Stèph" devient chef de tribu avec ses 3M (Magali, Mathilde, Morgane). Guerrier sur les routes, le voilà maintenant pilier au sein de sa famille. Fort, avec sa présence qui rassure, héros sensible, il est un rempart contre l’adversité tout en étant une main de fer dans un gant de velours pour l’éducation de ses petites. Très protecteur, il sait consoler et rassurer et tout le monde s’accorde à dire qu’il doit être un merveilleux papa.

2004 Mussidan

Nocturne des champions de Mussidan où Tourtelot 1°, l'empêche d'inscrire
son nom pour la 3° fois au palmarès

- Alors que cette saison débute, on ne peut éviter de jeter un regard sur la précédente avec ce Tour de Dordogne perdu, cette chute en Chine, soit des arguments pour essayer de se relancer, de faire voir qu’on existe et que la vie comme le sport, c’est après tout un éternel recommencement. Dans ce domaine, l’Essor Basque sert toujours de rampe de lancement avec les mêmes formations au top pour cette ouverture, sans parler des espagnols venus aussi pour gagner.

2004 Tour du 47

6° du Tour du Lot-et-Garonne, son département natal

- Pas question en tout cas de faire "tilt" d’entrée, car si ce cyclisme amateur se professionnalise, Reimherr privilégie toujours son travail et maintenant sa petite famille. Son tableau de marche est établi, pas question pour l’heure de se cramer pour rien, même si derrière sa tête, il cherche à tenter sa chance à tout moment, selon son tempérament.

2004 Les Milandes

Les Milandes, une belle épreuve qui manque toujours à son palmarès

- En cette saison 2004 et dans notre Sud-Ouest, on rencontre toujours les mêmes, avec quelques jeunes flahutes bien remontés pour qui la division nationale espoirs a l’air de les avoir bonifiés. Leur succès marque le triomphe d’une promotion de jeunes parvenus à maturité et sur laquelle il va falloir veiller. Passons alors sur toutes les classiques du printemps (nos Ardennaises du coin) et sautons directement sur l’évènement celui de son premier come back sérieux dans les manches de la Coupe de France de DN 2. En terminant 3° d’Arbent-Bourg-Arbent, puis 11° du Tour du Périgord, Reimherr marque son retour et permet à son club d’engranger de précieux points. Puis c’est son premier succès de la saison au Bouscat, lors de cette nocturne chère au président Laville. Victorieux l’an passé à Libourne, il a vu le jeune Mickaël Delage gagner et c’est là que l’on constate que la jeune vague monte...

2004 Creyssac

Victoire à Creyssac chez l'ami Dumoulin

- On est déjà à mi-saison avec le championnat d’Aquitaine à Salignac gagné encore par le jeune Mespoulède, un périgourdin comme Delage. Bien que Stéphane n’ait que 30 ans, le vieux loup des routes tient à croquer à pleines dents une de ses plus belles tranches de vie. Peut-être que c’est pour cette raison qu’il gagne pour la troisième fois à Saint-Astier, qu’il inscrit pour la deuxième fois son nom à la doyenne de Périgueux, les Cent Tours des boulevards, et surtout remporter celle qui lui tient le plus à cœur : le critérium des remparts à Monpazier. Trois victoires en peu de temps, soit de quoi installer un petit vent de folie côté public, qui suit ce garçon teigneux, qui ne lâche rien...

2004 La Rochefoucauld

La Rochefoucauld : une manche de Coupe de France où il faut marquer des points

- Oui, bien sur il y a bien eu le Tour Dordogne, mais cette année le bon coup est parti très tôt, sans lui, ce qui fait qu’il s’est contenté d’être un compagnon de route, en attendant des jours meilleurs...
- C’est à Creyssac chez son collègue de l’Equipement, que Reimherr remporte fin août son cinquième succès. Un succès qui le propulse en fin de saison premier coureur d’Aquitaine devant Mespoulède, Huguet, Delage et Martin, la nouvelle vague montante dont il va falloir désormais tenir compte. Depuis ses débuts en 1989, Reimherr est ainsi parvenu au sommet de la hiérarchie régionale, sauf qu’il lui manque encore un titre de champion régional et son maillot pour sa garde robe, désormais déjà bien garnie...

2004 Tour des landes

Meilleur sprinteur du Tour des Landes et papa gateau avec ses filles
sous les yeux ravis d'Henri Emmanuelli président du conseil général des Landes (© sha)

- L’hiver se passera tranquillement dans les cyclo-cross parcourus en dilettante, soit pour son plaisir ou pour entretenir sa forme. Désormais, si l’année de ses trente ans n’a pas été aussi mouvementée que celle de ses 29 ans, elle constitue bien le gage que Reimherr est toujours là et même bien là !

- EQUIPE 2° DIVISION NATIONALE DU CC.PERIGUEUX : Stéphane Reimherr, Bruno Ceyssat, Patrice Peyencet, David Milon, Christophe Cuménal, Yohan Poirier, Christophe Napias, Nicolas Letélier, Aurélien Bru, Frédéric Maly, Jérôme Roy, Jérôme Paul.

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2004.
- dans le peloton circuit de la Nive (1° Christophe Thébault - Jean Floc’h), dans le peloton Route de l’Atlantique (1° Gaizko Lejarreta - Espagne Euskadi), 4° Léguillac de Cercles (1° Yann Huguet - Guidon Saint-Martinois), 9° Cénac et Saint-Julien (1° Olivier Asmaker - US Montauban), dans le peloton Circuit du Mont-Pujols (1° Gilles Canouet - Agritubel Loudun), dans le peloton Tour Canton Saint-Ciers (1° Jean-Marc Marino - UC Châteauroux), 3° Arbent-Bourg-Arbent support manche de Coupe de France DN2 (1° René Mandri - Tarbes CB/Est), 6° Tour du Lot-et-Garonne (1° Julien Costedoat - GSC Blagnac), 11° Tour du Périgord support manche Coupe de France DN2 (1° Fabien Rey - Tarbes Pyrénées Cycliste), dans le peloton Championnat d’Aquitaine à Salignac (1° Jean Mespoulède - CC Marmande), 6° Libourne (1° Mickaël Delage - UC Montpon), 1° Nocturne du Bouscat, dans le peloton Pomport (1° Sébastien Morvan - CC Marmande), 9° de la cinquième étape Tour Dordogne (1° Frédéric Delalande - France Police), dans le peloton classement général du Tour Dordogne (1° Denis Robin - Agritubel Loudun), 3° Razac sur l’Isle (1° Jérémy Roy - CC Périgueux-Dordogne), 1° Saint-Astier, 2° Mussidan (1° Alexis Tourtelot - Cycle Poitevin), 1° Cent tours des boulevards à Périgueux, 9° Gabarret (1° Jean Mella - GSC Blagnac), 1° Monpazier, 4° Nocturne de Montpon (1° Olivier Bossis - Angoulême VC), dans le peloton Saint-Christophe des Bardes (1° Lionel Chatelas - UC Villeneuve), dans le Peloton les Milandes (1° Carl Naïbo - Bressuire AC), meilleur sprinteur et dans le peloton Tour des Landes (1° Frédéric Lecrosnier - Jean Floc’h), 10° Critérium pros de Vergt (1° Pierrick Fedrigo - Crédit Agricole), 5° Augignac (1° Alain Saillour - UC Artix), 1° Creyssac, 28° La Rochefoucauld support manche coupe de France DN2 (1° Tony Cavet - VC Evreux), 8° cyclo-cross du Bugue (1° Mickaël Szkolnick - AVC Libourne), 19° Cyclo-cross Montpon (1° Nicolas Goux - CS Casteljaloux), 9° Cyclo-cross de Thiviers (1° Mickaël Szkolnick - AVC. Libourne), 18° cyclo-cross de Tarnos (1° Nicolas Goux - CS Casteljaloux).

2004 Tour des Landes protocole

Le protocole d'un Tour des Landes remporté par Frédéric Lecrosnier (Jean Floc'h) © sha

Quelques adversaires de la saison 2004.
-
Gilles Zech (Bressuire AC), Christophe Thébault (Jean Floc’h), Julien Loubet (GSC Blagnac), Sébastien Dulucq (VC Langon) Mathieu Rémy (CC Marmande), Carl Naïbo (Bressuire AC), Frédéric Delalande (Jean Floc’h), Jean-Luc Delpech (Jean Floc’h), Frédéric Mainguenaud (Agritubel Loudun), Julien Costedoat (GSC Blagnac), Fabien Rey (Tarbes Pyrénées Cycliste), Anthony Langella (CC Marmande), Mickaël Delage (Sud Gascogne), Vincent Vierge (VC Langon), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Yann Huguet (Guidon Saint-Martinois), Gaël Moreau (Cycle Poitevin), Cédric Meinero (Guidon Saint-Martinois), Alain Saillour (UC Artix), Fabien Patanchon (VC Langon), Cédric Coutouly (Agritubel Loudun), Christophe Dupèbe (Guidon Saint-Martinois), Jean-Marc Marino (UC Châteauroux), Olivier Asmaker (US Montauban),Jean-Luc Masdupuy (VC Tulle), Emmanuel Berger (Bressuire AC), Jean Mespoulède (CC Marmande), Stéphane Barthe (US Montauban), Gilles Canouet (Agritubel Loudun), René Mandri (Tarbes Pyrénées Cycliste), Jean Mella (GSC Blagnac), Julien Belgy (Cycle Poitevin), Fabien Fraissignes (GSC Blagnac), Loïc Larquié (Cycle Poitevin), Nicolas Labussière (Bressuire AC), Lionel Chatelas (UC Villeneuve), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Jérôme Bonnace (UC Châteauroux), Christophe Perenzin (Martigues SC), Denis Kudaschev (Sud Gascogne), Laurent Estadieu (US Montauban), Romain Chollet (Cycle Poitevin), Jean Lamy (VC Tulle), Benoit Luminet (CR4C. Roanne), etc...

2004 Vergt

Chez lui à Vergt, lors du critérium professionnel dans l'escalade de Peyrefond

LIENS SUR LE MEME THÈME

- Stéphane Reimherr première saison au CC Périgueux-Dordogne -16° partie - 2003)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (17) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion :2005 Du Périgord aux Pyrénées
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2018

HERVÉ GOURMELON, LE TALENTUEUX COUREUR MUSSIDANAIS

UNE COURTE MAIS UNE BELLE CARRIÈRE CYCLISTE

GOURMELON chez Fagor

 - C’est l’histoire d’un coureur de notre Dordogne. Une histoire particulière qui n’a duré que sept saisons (fin 1983-début 1990. Par contre, celle-ci a été intense puisque de "sans grade" on est allé jusqu’au statut professionnel, pour s’arrêter subitement. Cette histoire c’est celle d’Hervé Gourmelon, un coureur vraiment pas comme les autres...
- Né le 4 octobre 1964, il n'a pas encore dix-neuf ans quand il débute la compétition, venant du milieu du football. Résidant à Mussidan, fils de François ancien champion du RC Mussidanais, Hervé signa sa première licence au sein de ce même club, présidé par Serge Augièras.
- Nous sommes en 1983 et sénior 4° catégorie, il se classe 4° à Saint-Etienne de Puycorbier une course difficile, 2° à Saint-Félix de Reilhac où la bosse ne s'avale pas n'importe comment, 8° à Saint-Sornin et 9° à Lussac. Pour un début, sans passer par les cases minimes, cadets et juniors, c’est prometteur !

François et Hervé

Sous son maillot Terrot, François Gourmelon père d'Hervé à droite

- Au Racing il marche de mieux en mieux et en devient sa coqueluche. En cette saison 1984 son palmarès est impressionnant. Parti de la 4° catégorie, il arrive sans encombre en deuxième catégorie après huit victoires sur route et un palmarès très impressionnant de places d'honneur. Gourmelon est une force de la nature, on se demande jusqu'où il va s'arrêter, c'est un véritable phénomène.

RCM 1983

Août 1983, ses débuts de course à Plazac sous le maillot rouge et blanc du RCM

PALMARES 1984 D’HERVÉ GOURMELON : 6° Ménestérol, 8° Saint-Laurent des Hommes, 5° Saint-Aulaye, 5° Montignac-Vauclaire, 6° Mussidan, 5° Montpon, 4° Saint-Paul de Lizonne, 4° Boucles Bergeracoises, 4° Tour du Verteillacois, 2° Saint-Martin de Ribérac, 1° Villamblard, 2° Sainte-Capraise de Lalinde, 3° Saint-Astier, 5° Neuvic-Gare, 1° Rossignol, 5° Le Change, 5° Birac, 2° Segonzac, 4° Varennes, 2° Sainte-Foy de Longeas, 1° Verteillac, 1° Terrasson, 3° Ladouze, 5° Nontron, 5° Minzac, 2° Savignac Miremont, 1° Le Pizou, 3° Saint-Laurent des Bâtons, 7° Le Lardin, 1° Saint-Germain du Salembre, 5° Beaupouyet, 10° Javerlhac, 4° Rudeau, 5° Lisle, 1° Issac, 10° Génissac, 5° Le Bugue, 9° Ronde des boulevards, 2° Le Buisson, 5° Porchères, 4° Verteillac, 9° Agen, 3° Prigonrieux, 5° Saint-Martial de Viveyrols, 1° Boucles du Périgord Noir, 3° Périgueux les quatre chemins, 10° Floirac, 6° Le Buisson, 10° Saint-Médard de Mussidan.

RCM 1985

Hervé Gourmelon premier de sa catégorie en Dordogne (AG CD 24 en 1985)

- Erreur de jeunesse sans doute, car en faits Gourmelon a peut-être gâché son avenir en participant aux épreuves là et où il veut. Je me souviens encore d'un week-end de la fin de juillet où trois jours en suivant, il s'adjugeait la gerbe avec l'épreuve de Saint-Germain du Salembre le samedi, de Pézuls le dimanche puis de Lacropte le lundi, soit trois courses difficiles qu'il avait dominées outrageusement. Nous étions alors en 1985 dont voici son palmarès.

PALMARES 1985 d’HERVÉ GOURMELON : 8° La Roquille, 4° Verteillac, 9° Bazas, 3° Campagnac les Quercy, 3° Vergt, 10° Sarlat, 2° les cent Tours des Boulevards à Périgueux, 2° Castelmoron, 10° Tonneins, 7° Nocturne de Bergerac, 7° Ruch, 1° Saint-Germain du Salembre, 1° Pézuls, 1° Lacropte, 6° Manzac sur Vern, 2° Ladouze, 3° Le Pizou, 10° Beaumont du Périgord, 2° Issac, 10° Champeaux, 5° Cendrieux, 2° Vanxains.

Pézuls4

A Pézuls, Hervé Gourmelon lance son attaque, il remportera la course (saison 1985)

- En 1986, il quitte le bon vieux Racing Club Mussidanais et rejoint l’AC Marmande du président. Léglise, où il court plus ou moins chez les deuxièmes catégories. Pourquoi est-il parti à l’AC Marmande ? Nul ne le sait... Hervé est un gentil garçon, mais il est parfois déroutant voire incompréhensible dans ses choix..., c’est son tempérament. De même, il parcourt de nombreux cyclo-cross et cumule avec la route tout en réussissant dans tous les domaines.

abj 86

Sous son nouveau maillot vert et orange de l'AC Marmande
Départ du cyclo-cross d'Abjat avec Biniecki, Raymond et Despert

PALMARES 1986 d’HERVÉ GOURMELON : 2° Villefranche-Decazeville, 1° Prix du CIVRB à Bergerac, 4° Cordes Tolosane, 3° Saint-Saud, 3° Journiac, 1° Péreuil, 5° Biars sur Cère, 2° Feuillade.

ca 87

Championnat d'Aquitaine de cyclo-cross à Saint-Cernin de l'Herm
où il finit 3° sur le podium en 87, derrière Raymond et Ulbert

- 1987 sera pour lui une bonne année. Celle encore du changement avec une licence prise au FC Oloron. Il remporte le Super Challenge route d'Aquitaine, alors que Didier Virvaleix s'adjuge celui des espoirs pendant que l'école du Cyclo-Club Périgourdin remportait un troisième titre de Champion de France. C'est uniquement pour ces raisons que 1987 reste une référence pour notre cyclisme Périgourdin. Gourmelon remporte le titre de Champion de France de Poursuite olympique associé à de las Cuevas, de Bacco et Pandelé. (voir la hiérarchie cycliste de 1987)

Jubilé 1

Jubilé de Christian Jourdan avec Jean-Louis Gauthier et Didier Virvaleix

LE PALMARES d'HERVÉ GOURMELON EN 1987 : 1° de La Pyrénéenne, 4° Cénac Saint-Julien, 4° Montflanquin, 3° Circuit de la Chalosse, 5° Tour du Pays Basque, 3° Tour du Cubzaguais, 8° Tour de Gironde, 2° Prix de l'asperge, 2° Monpazier, Champion de France de poursuite Olympique, 2° Biron, 4° Lisle, 6° Cazaubon, 2° Castelsarrasin, 5° Tour du Tursan, 3° Saint-Laurent sur Gorre, 1° Perpezac le Noir, Champion d'Aquitaine contre la montre par équipe, 4° Montbron, 3° Championnat d'Aquitaine route, 2° Championnat d'Aquitaine du kilomètre départ arrêté, 9° Trophée Bandiat Tardoire, 8° Prix National Rustines, 7° Flèche Landaise, 5° Lusignan le Petit, 4° Saint-Martin d'Ary, 3° Prix du comice de Saint-Astier, 1° Lasseube, 9° Critérium de Bordeaux open, 6° Biganos-Libourne.

Montflanquin 87

Au sommet de la gloire des amateurs Aquitains en 1987,
il remporte le Challenge des séniors

- En 1988, Mussidan conservait des yeux de Chimène pour Hervé Gourmelon qui poursuivait son ascension dans notre hiérarchie. Avec l'avènement de Virvaleix et de de las Cuevas, il y avait celui de Gourmelon. A 21 ans le voilà monté en première ligne et dans le sillage des meilleurs. Gourmelon vient de se faire remarquer sur deux classiques : Royan-Blaye et une étape du Ruban Granitier Breton. Deux actions conduites au sprint où le Mussidanais de Créon a confirmé ses qualités athlétiques et ses talents de redoutable finisseur. Mais on s’est toujours demandé, pourquoi Gourmelon qui était un remarquable coureur, est parti prendre une licence à Créon, à une époque où ce club n’avait pas de ténors. (voir la hiérarchie cycliste de 1988, où Gourmelon est premier d’Aquitaine)
- Quoiqu’il en soit quelques jours plus tard le journal Cyclisme réalisait sa première page en l'honneur de Gourmelon, qu'il classait parmi les meilleurs amateurs français. Relisons ensemble cet article : "Il suffit que vous l'ayez un jour rencontré pour, qu'avant le départ d'une compétition par exemple, Hervé Gourmelon vienne vous saluer par correction et respect d'autrui. Ce jeune homme de 22 ans en octobre prochain, très physionomiste, à l'évidence possède une belle mémoire et c'est certainement, entre autres qualités, cette faculté de se souvenir de tout ou presque, qui l'aura amené à progresser, à pas de géant, dans sa carrière de coureur cycliste, évitant, en cela, les erreurs et retenant bien les leçons reçues.
- Des qualités physiques, Gourmelon en possède comme tout bon coureur qui se respecte mais chose beaucoup plus rare, il y ajoute un sens de la clairvoyance en course assez exceptionnel. Venu à la compétition il y a seulement quatre ans (c'était en juillet 84) par l'intermédiaire du RC. Mussidan cher au président Augiéras et après avoir pratiqué en division d'honneur le football, toujours à Mussidan, Hervé fit un apprentissage remarqué passant pour sa première année d'activité de 4° en 2° catégorie. En février 87, sa victoire dans la "Pyrénéenne" qu'il allait enlever au nez et à la barbe des grandes écuries de ce pays allait le faire connaître des observateurs tout en provoquant chez lui une sorte de déclic naturel, puisque dans la foulée, il devint Champion de France de poursuite puis se fit admettre en équipe de France pour le Tour du Limousin.
- Ce jeune homme râblé sur sa machine, formé aussi grâce à la pratique intensive du cyclo-cross, a compris, depuis fort longtemps, que son ascension devait inévitablement passer par une participation régulière aux grandes épreuves du calendrier national et international. Il vient d'en donner une belle illustration lors du printemps 88 avec une régularité impressionnante.
- Très rapide aux arrivées, sachant en tout cas bien choisir sa trajectoire, excellent contre la montre et en gros progrès en montagne, le leader du CA. Créon va certainement compléter ce joli tableau de chasse jusqu'en octobre prochain. Deux prérogatives s'ouvriront alors face à Hervé. Soit il passera professionnel ce qui semble possible eu égard à ce qu'il nous montre et à ce titre si un employeur français ne se manifeste pas, il y a tout lieu de penser que les Espagnols seront ravis d'accueillir le Mussidanais, soit, il optera en faveur d'un contrat d'athlète de haut niveau.
- Bien que chaque coureur soit un cas particulier et qu'en matière de comparaison, il faille toujours être prudent, Hervé Gourmelon nous fait penser à s'y méprendre à un autre coureur Aquitain, ancien pilier de l'équipe de France, l'Agenais Bernard Pineau.
- Même gabarit, même clairvoyance et stratégie de la course, même pugnacité, même fair-play. Que de similitudes : Hervé Gourmelon-Bernard Pineau : le recoupement n'est pas du tout utopique. Il incarne le sérieux et la réussite. A bon entendeur, salut !"

Tour Gironde 1988

Vainqueur du Tour de Gironde en 1988, du grand Gourmelon

 - Au mois d'août 1988, les nouvelles de Gourmelon devenaient significatives. Victoire d'étape au Granitier Breton, victoire d'étape à la Ronde de l'Isard, victoire au Tour de Gironde, excellent comportement au Tour du Luxembourg open, soit en définitive toutes les qualités qui font de Gourmelon un grand espoir et un coureur désormais repéré. Fin septembre on sait que de las Cuevas a signé chez Reynolds, et Didier Virvaleix chez les belges d'Histor. Reste bien sûr le cas d'Hervé Gourmelon. Nous entendions tant et tant de choses à son endroit ces derniers jours du style "il a signé" ou "rien n'est encore fait" que nous avons voulu en savoir plus et nous lui avons demandé directement de quoi serait fait pour lui l'avenir : "Actuellement, j'attends une réponse de Pierre Bazzo dans les 72 heures qui viennent. Tout dépendra de l'effectif de Fagor en 1989. Si le PDG du groupe, Pierre Mondragon, décide de porter le nombre de ses coureurs à 19 au lieu de 15 comme prévu, alors là j'ai la certitude d'être embauché. Dans le cas contraire, il me restera deux orientations possibles, Reynolds ou Système U. Quoiqu'il en soit, je serai bientôt fixé." Professionnel ou pas en 1989, le Mussidanais du CA Créon a donc tapé à l'œil des directeurs sportifs toujours sur le qui-vive lorsqu'il s'agit de choisir des hommes susceptibles d'enlever des victoires au sprint. Or Gourmelon fera partie des individualités les plus rapides du peloton, ceci est une certitude. De plus il possède une science infuse de la course. Cela se sait et avec ce type de garçon n'ayant manifestement peur de rien, tout est possible. Quelques temps plus tard, Hervé Gourmelon signait chez Fagor, il devenait professionnel d'une promotion 1988 où l'on relevait des noms comme ceux de Laurent Bezault, Pascal Lance, Thierry Laurent, Laurent Jalabert, Thierry Richard, Gilles Delion, Armand de las Cuevas, Serge Bodin, Laurent Madouas, Didier Virvaleix, Bruno Bonnet, Pascal Lino, Christian Thary, Francis Moreau, Fabian Pantaglou, Philippe Chaumontet et Alain Ollivier.

LE PALMARES D’HERVE GOURMELON EN 1988 : 12° Ronde du Canigou, 14° Tour du canton de Couhé open, 10° Nantes-Segré, 4° Bordeaux-Saintes, 3° Circuit des vins du Blayais, 12° Barcelone-Perpignan, 10° La Pyrénéenne, 1° Royan-Blaye, 4° Circuit de la Chalosse, Ruban Granitier Breton (vainqueur d'une étape) 3° Tour du Cubzaguais, 5° Libourne, 1° d'une étape de la Ronde de l'Isard, 1° Tour de Gironde, 7° Tour du canton de Gémozac, 1° Albi, 6° Tour du Chatelleraudais, 1° Pineuilh, 9° Tour du Périgord, 4° Tercé-Tercé, 4° Trophée des Châteaux, 3° Augignac, 2° Bénévent l'Abbaye, 2° Dournazac, 5° Périgueux, 3° Piègut, 5° Critérium de Bordeaux open, 2° Miramont de Guyenne, 2° Saint-Astier, 1° Circuit Montbronnais, 1° étape du Granitier Breton, 16° Tour du Luxembourg open.

RCM 1988

Présent chez lui dans son Mussidan natal le 8 janvier 1989 sous les couleurs de Fagor

- Le 8 janvier 1989, lors d'un cyclo-cross effectué aux Chatenades à Mussidan, Hervé Gourmelon était présent au départ de l'épreuve organisée par le Sprinter-Club du Périgord. Moulé dans son maillot Fagor et devant de nombreux supporters, Hervé Gourmelon semblait heureux de débuter cette nouvelle aventure et d'appartenir à ce monde des professionnels où il est si difficile d'entrer et de s'y faire une place ensuite …
- 1989 nous réserve encore une surprise de taille qui nous vient de ce coureur connu et dont on a évoqué pas mal de fois son nom : Hervé Gourmelon ! Hervé va donc évoluer chez les professionnels. On connaît son parcours comme son apprentissage au Racing-Club, sa confirmation à l'AC. Marmande, son apogée au FC Oloron, sa grande classe ensuite au CA. Créon. Maintenant Hervé est chez les grands et il se doit de choisir sa licence auprès d'un club. On pensait qu'Hervé allait choisir, soit son club d'apprentissage, soit son club qui l'avait amené au zénith de sa gloire: c'est à dire en clair : le RC. Mussidan ou le CA. Créon. Celui qui connaît et qui comprend un Hervé Gourmelon se devait de penser au personnage qui aurait une idée différente de la logique. Et c'est exactement ce qu'il se passa. Hervé Gourmelon signait sa licence de professionnel au Cyclo-Club Montponnnais, et c'est ainsi que le contrat fut conclu. Avec un peu de recul et d'humour on s'aperçoit que Gourmelon a d'abord porté son choix sur un club de Dordogne, ce qui est tout en son honneur. Ensuite il a choisi  pour couper la poire en deux un club situé entre Créon et Mussidan en signant à Montpon, chez Jacques Sciozard, son président.

Cyclo-cross

Sous les couleurs du CC Montpon avec Jacques Sciozard, lors d'une épreuve à Merlerie

Alors il ne restait plus qu'à suivre notre Hervé Gourmelon qui naviguait désormais sous les couleurs de l'équipe Fagor avec des coureurs prestigieux placés sous le contrôle de Pierre Bazzo. Gourmelon débuta sa saison 1989 en décrochant des victoires en cyclo-cross. Puis ce fut l'Etoile de Bessèges, où gonflé à bloc il chute lourdement. Le Tour du Haut-Var, le Tour Méditéranéen enchaîneront le rythme de son début de saison où victime d'une tendinite à la suite de sa chute mal soignée, il se doit de stopper quatre-vingt dix jours la compétition. Il effectue son retour lors du Tour de l'Oise, puis le Tour d'Armorique et les boucles des Hauts de Seine. Et c'est lors du prologue de la Route du Sud qu'il obtient son premier bouquet professionnel en s'adjugeant le contre la montre. Sixième d'une autre étape de cette route du sud, 3° d'une étape au Midi-Libre, il persévère au Tour du Limousin en se classant respectivement 4° et 5° d'une étape. Mais dès le mois de septembre une rumeur signale l'éventuel désengagement du groupe Fagor au sein du cyclisme. C'est un coup terrible mais pour l'heure ce n'est qu'une rumeur qui laisse quelques espérances. Car dans cette équipe Fagor, il y a du beau monde à l'image de Stephen Roche le leader, Régis Simon, Eddy Schepers, Francis Moreau, Fabien Pantaglou, Serge Bodin, Christian Chaubet, Robert Forest, Eric Guyot, Jean-Marc Manfrin et John Carlsen. Hervé Gourmelon qui se trouve dans cette équipe n'est pas un coureur saturé, il ne totalise que quatre saisons amateurs. A 24 ans le champion de Mussidan est un "pro" tout neuf, qui plus est, bon rouleur, rapide au sprint. Ses qualités ont été appréciées lors de sa première saison, même si des petits problèmes de santé l'ont écarté des grandes classiques du calendrier. Son tempérament de baroudeur devrait lui permettre de monter très vite à l'abordage du peloton international, car Hervé veut se faire un nom. Mais est-ce qu’on lui laissera le temps de continuer ce qu'il vient de commencer ? Affaire à suivre...

Virva-Gourme

Didier Virvaleix et Hervé Gourmelon, les deux pros de Dordogne
qui ont marqué la saison 1989

- Au seuil de cette nouvelle année 1990, toute la Dordogne se lamente sur le pauvre sort d'Hervé Gourmelon dont le sponsor a annoncé son retrait du milieu professionnel. C'est ainsi que le 31 décembre 1989, Hervé Gourmelon en arpentant les talus du cyclo-cross de la Saint-Sylvestre à Marsaneix, faisait son dernier adieu à son public et à son maillot Fagor, rouge et blanc comme celui du Racing, le club de ses débuts. Bien sur ce public espérait encore, comme par exemple celui de voir Hervé engagé au sein d'une autre formation. Mais en cette période où la conjoncture n'était pas du tout favorable, Hervé bien que remarqué par des directeurs sportifs ne fut pas repêché. Il tenta de revenir chez les amateurs en prenant cette fois une licence, ni au Racing, ni à l'AC Marmande, pas plus qu'à Oloron ou à Créon, mais au Cyclo-Club Béarnais. A deux reprises il se classe 2° (à Objat et lors de la nocturne de Montpon), puis il arrête le cyclisme, peut-être parce qu'il n'a plus la foi ou le courage de continuer dans ce milieu hostile, car vraiment le cyclisme constituait et constitue toujours un monde bien particulier. Tant que ça marche on vous fait des courbettes, mais une fois tombé dans "la panade", on cherche davantage à vous enfoncer au lieu de vous aider à vous en sortir. Toujours est-il qu'à 26 ans à peine, Hervé Gourmelon claque la porte … définitivement à notre discipline. On ne parlera plus de ce sportif exceptionnel, dans tous les sens du terme. Son histoire n’aura duré que sept saisons...

VELO DORDOGNE - HERVÉ GOURMELON © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 mars 2018

STÉPHANE REIMHERR (2003) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (16° partie)

2003 ET DE NOUVEAU PÉRIGOURDIN

2003 DN 2

2003 DN 2 bis

L'équipe DN 2 du CC Périgueux-Dordogne en 2003 avec Stéphane Reimherr

- Le CC Marmandais ayant mis toutes ses billes dans la Division Nationale espoirs, force était de chercher un autre club. Et comme pour son travail, l’épouse de Stéphane ayant elle aussi son port d’attache en Dordogne, notre champion est revenu de ce fait au Cyclo-Club Périgueux 2000 devenu Cyclo-Club Périgueux-Dordogne en ce début de saison 2003.
- Ainsi Stéphane Reimherr est de retour dans une formation de 2° Division Nationale qui comprend douze éléments à savoir : Stéphane Reimherr (seul élite 2) de la formation, puis Patrice Peyencet, Jérôme Paul, Bruno Ceyssat (tous élites 3), Jérôme Roy, Christophe Napias, David Fillon et Christophe Cuménal (tous série nationale) et enfin les espoirs nationaux que sont Sébastien Rolait, Gautier Lance, Arnaud Léger et Guillaume Alvès...

0305S65

Première victoire à Saint-Barthélémy d'Agenais © Sha (collection SR)

- L’Essor Basque a constitué une mise en jambes, sans plus... tout comme le prix Pinel à Montastruc qui se termine lui dans le balai. Il faut dire que cette saison démarre sur les chapeaux de roues avec la Dutorccha, 1° manche de la Coupe de France de DN2. On notera de nombreux abandons, la formation ne pouvant s’entraîner dans de bonnes conditions en ce mois de mars où les coureurs travaillent chez leur employeur et débauchent le soir lorsqu’il ne fait plus jour... Une fois de plus, on constate bien que ce cyclisme manque de parité entre les formations qui ne font que du sport et celles qui doivent concilier le travail et le loisir... C’est à Saint-Ciers et au Blayais que Reimherr commencera à se faire voir, puis au Coux et au Tour du Lot-et-Garonne. Il attaquera sur le redoutable circuit Boussaquin puis se montrera souvent à son avantage au Tour du canton d’Hautefort. Au lendemain d’un éprouvant Tour de Corrèze comptant comme manche de coupe de France de DN2, Reimherr n’avait pas d’autres solutions que de prendre le départ d’un difficile Tour du Périgord, étant coureur élite 2. C’est dans ces redoutables épreuves que "le Stéph" se prépare. Il ne collectionne que quelques miettes de places, tout comme au Tour du canton de Gémozac et à la ronde de la Côle courue sous une pluie continuelle. Et puis fin mai, une chaleur étouffante envahit le Sud-Ouest. Une occasion pour gagner dans son pays à Saint-Barthélémy d’Agenais et ceci pour la première fois de sa vie de coureur.

0305T51

Saillour, Delalande, Reimherr podium du Petit-Breton
à Saint-Front de Pradoux © Sha (collection SR)

- Nous sommes ensuite à Saint-Front de Pradoux au départ d’un difficile Souvenir Petit-Breton où 63 coureurs sont au départ. Dix-sept termineront, sous une fournaise intenable. Finir 3° derrière Saillour et Delalande le Champion de France, constitue pour notre idole une belle performance. Le lendemain à Salignac, le thermostat était encore au rouge. Mais Reimherr aime ça et termine 9° et meilleur sprinter. Puis voilà qu’il remporte le bouquet à Libourne. La forme est bien là ! Huit jours après, belle course du club à Fumel pour le championnat régional où cinq Cécépistes terminent dans les quinze premiers. Dès le lendemain, Reimherr remet ça et remporte sa troisième victoire de la saison au critérium de la ville de Bergerac. La Claude Magni, Razac, Le Bouscat, le Tour du canton de Neuvic, le Tour du Pays de Santon sont les derniers galops avant le Tour de Dordogne qui constituera un grand moment de cette saison 2003, mieux un épisode sportif inoubliable. Mais disons tout de même que Reimherr aura réalisé un gros mois de juin.

2003 Bergerac

Une belle victoire lors du critérium de la ville de Bergerac

- Dans la foulée nous vous invitons à revoir ce Tour Dordogne dont chacune des cinq étapes suivantes :
- 1° étape demi-étape : Mensignac-Mensignac (contre la montre) puis Ribérac-Ribérac (98 km) 2° demi-étape où Reimherr est sacré le plus combatif de la deuxième demi-étape.
- 2° étape : Saint-Laurent des Vignes-Gardonne étape remportée par Reimherr qui accuse un retard de 25 secondes sur le maillot jaune.
- 3° étape : Groléjac-PomportReimherr comble les 25 secondes de retard et devient maillot jaune.....
- 4° étape Boulazac-Boulazac une étape où Reimherr chute à 200 mètres et perd le Tour.

2003 Ribérac TD

Tour Dordogne : en tête avant sa chute dans les rues de la ville

2003 Ribérac TD combatif

Tour Dordogne à Ribérac  : sacré le plus combatif malgré sa chute dans les rues de la ville

LE PLUS BEAU TOUR DORDOGNE
MAIS AUSSI LA PLUS CRUELLE DÉFAITE

- Et bien nous voilà partis pour cette ultime étape, sur laquelle tout le Tour repose. Radio France Périgord et la presse locale ont bien relayé les infos "tous derrière Reimherr" ! Facile à dire, plus difficile à réaliser, mais l'essentiel c'est de se savoir un temps que l'on est suivi et soutenu dans ce Tour. Elles sont tellement rares ces périodes, qu'un sentiment de fierté nous requinque pour nous rassembler, un peu comme il y a deux ans, lorsque Peyencet nous gagnait la finale de Coupe de France. D'ailleurs il n'y a que le vélo qui peut vous procurer ces moments intenses, ces émotions, ces folies qui subliment nos coureurs. Après trois jours de course, le paquebot du Tour semble donc continuer sa croisière au long cours sur un océan agité, comme ce parcours qui se présente de Boulazac à Boulazac, en passant par les chemins de traverse.

2003 Gardonne TD

Tour Dordogne le jour de sa victoire à Gardonne

- Dès l’entame de l’étape, Franck Bigaud menace notre maillot jaune qui n’a que quelques centièmes de secondes d’avance sur Yvan Sartis son rival. Peyencet, Roy et Napias ne peuvent plus suivre et nous ne sommes qu’à Tourtoirac. Mais Reimherr est solide. Il lui reste Jérôme Paul pour gérer les derniers kilomètres et Bruno Ceyssat pas en forme, mais si indispensable pour figurer dans le classement par équipes. Le groupe Bigaud est repris avant un premier passage à Boulazac qui nous donne toujours Reimherr et Sartis au coude à coude. A l’arrivée, alors que les acclamations et les klaxons nous parviennent jusqu’à nos oreilles, les deux hommes sont encore ensemble, lorsque dans la sortie du dernier giratoire, c’est la chute du maillot jaune et la terrible nouvelle, la perte d’un Tour qui était à sa portée. Cette chute c’est un drame, car Reimherr sait qu’il n’est plus maillot jaune, il sait qu’il a tout fait pour gagner, qu’il s’est préparé dur, qu’il a mis tous ses atouts de son côté, que son équipe a trimé sur les 150 bornes chacun des jours, et bing, le truc qui ne doit pas arriver, arrive.

0307E76

Maillot jaune du Tour Dordogne à Pomport © Sha (collection SR)

- Il repart convaincu qu’il faut continuer, se battre jusqu’à la banderole dans un moment où il devait être à 180 pulsations. Il a raison de pester contre ce qu’il lui est arrivé. Cet incident va le marquer et il a 1000 raisons d’être en colère. Car ça change tout. Il aurait gagné son Tour Dordogne, il aurait été le premier périgourdin, il aurait fait "la une" des journaux. La une il l’a pourtant faite, car jamais on a écrit Sartis a gagné le Tour, mais on a plutôt lu Reimherr a perdu le Tour. C’est une colère terrible, bien plus importante que les quelques centièmes de secondes d’écart qui le séparait de Sartis. Reimherr se relève vite, jette un œil sur son vélo, remet la chaîne et repart comme si l’instinct le commandait ainsi. Debout, en danseuse, Reimherr se torture, la tête probablement perdue dans un tourbillon d’illusions envolées, changeant de trajectoire comme si de l’autre côté de cette avenue Paul Vaillant Couturier, cela pouvait devenir moins dur pour finir son escalade. Le visage défait, les cernes profonds, il sait qu’il vient de perdre. Fou de rage il fait valser son vélo au-dessus de la ligne d’arrivée, avant de s’effondrer sur le bitume. Les genoux égratignés, les paumes en sang, il est épuisé et surtout déçu. Sur ses rigoles de ses joues creusées par les efforts et la fatigue, des larmes coulent. C’est dur de terminer ainsi, dur après avoir bossé pendant cinq étapes, dur aussi pour ses équipiers qui l’ont aidé, dur pour son public, dur pour son staff et pour Jean-Claude Porcher dont les yeux humides cachent une grande amertume. Lucide, en pleine forme et en grand patron, Stéphane perd bêtement. Sans doute parce qu’il a cherché à sauter Sartis, histoire de prouver qu’il serait bien le meilleur en faisant sur la ligne la différence, une fois de plus... Le rideau est tiré, les commentaires n’y feront rien, Sartis a gagné parce que Reimherr est tombé, c’est aussi simple que cela ! Il faut maintenant beaucoup lui parler, tout mettre à plat. Tout le monde est accablé. Il faut se concentrer à nouveau pour se relancer sur ce qui reste le positif de ce Tour. L’équipe 5° du général a fait bonne figuration, avec un maillot blanc, un maillot jaune et une victoire d’étape, le tout signé Stéphane Reimherr classé également 5° au général.

0307E77

Protocole à Pomport du Tour Dordogne © Sha (collection SR)

QUINZE ANS APRÈS REIMHERR SE SOUVIENT
TOUJOURS ET NOUS DONNE SA VERSION

2003 Boulazac TD bis

Un terrible moment, celui de la perte d'une grande course par étapes

- Il est évident qu’à chaud, il y a eu la presse, les organisateurs et radio caravane qui ont commenté tous à leur façon cette fin d’étape. Mais qu’en était-il vraiment vu par l’intéressé. Voilà ce qu'il nous dit :
- "Déjà la première étape, je perds une vingtaine de secondes sur une chute, provoquée par la voiture du commissaire de course, arrêtée en sortie de virage, sans visibilité.
- Lors de la quatrième étape, mes coéquipiers (Napias, Peyencet et Roy) ont sauté au bout d’une quarantaine de km, dans la côte de Tourtoirac, et ce sont mes trois copains de Saint Martin de Seignanx (Pascal, Dupèbe et Bécaas) qui m’ont tenu la baraque toute l’étape. Paul n’a pas mis un coup de pédale, et Ceyssat pas plus. On aura fait croire que c’était pour le classement par équipe, moi je pense surtout qu’on n’en était incapable et l’autre n’avait pas l’esprit d’équipe. Malgré tout, j’ai réussi grâce aux trois premiers nommés, plus Masdupuy sur la fin, à revenir sur les échappés dans le circuit final et ainsi pouvoir jouer le classement général.
- Dans le sprint final, en haut de l’avenue, après avoir répondu a toutes les attaques de mes adversaires dans les 15 derniers km, il ne me restait plus qu’à terminer dans la roue de Sartis. Quand le sprint se lance à 200 m de la ligne, il y a des coureurs devant nous, et dans l’effort et dans les pourcentages de la bosse, je n’ai pas beaucoup de temps pour prendre une décision. Je décide de passer à droite de mon adversaire (le finlandais Helminen.) Celui-ci me voit arriver et me tasse sur le trottoir et la voiture garée. Pourquoi ? Je ne le saurai  jamais ! Le commissaire de course se situant juste derrière moi, (M. Audard) a décidé de ne pas faire son travail, en estimant que c’était de ma faute ! C’est une journée qui me hante souvent !!"

0307K12

Victorieux à Mussidan après sa défaite au Tour Dordogne © Sha (collection SR)

UNE SAISON QUI SE TERMINE MAL EN CHINE

- On a vu que le mois de juin a été très laborieux, comme ce début juillet d’ailleurs. Malgré sa cruelle défaite, notre Stèph continue la compétition en terminant 2° à Saint-Astier où Michel Ambrosini l’empêche de réaliser la passe de trois (pour mémoire déjà vainqueur en 2001 et 2002). Puis le voilà présent sur les boulevards de Périgueux la veille de la fête nationale où il aide ses équipiers à l’emporter. Dès le lendemain, il enchaine dans la chaude nuit Mussidanaise où de nouveau il s’impose. Miramont de Guyenne et Montech constitueront ses derniers faits d’armes avant d’embarquer pour la Chine avec une sélection d’Aquitaine.

0307G32

Vainqueur à Saint-Astier en 2001 et 2002, il manque de peu la passe de trois
et termine 2° battu par Ambrosini © Sha (collection SR)

- Loin de l’Europe, il rejoint le centre du pays à l’assaut du Tour du Qinghaï. Une province montagneuse, coincée entre plateaux du Tibet et ceux de Mongolie, là où se faufile l’ancienne route de la soie. Première étape dans les rues de Xining à plus de 2000 mètres d’altitude. Reimherr est encore devant les meilleurs coureurs des formations continentales, mais à un kilomètre du but, il est repris. Le lendemain sur les routes de montagne, il casse son rayon. Réparé par son mécano, il dévale un col derrière les voitures lancé à 80 km/h pour rejoindre le paquet. Hélas, la voiture qui rentre dans la colonne freine d’un coup sec et c’est la chute. Résultat : un coude cassé et une évacuation sur l’hôpital dans cette campagne chinoise peu hospitalière. Dans des bâtiments vétustes, il n’y restera pas longtemps et sera transféré en France.
- Sa saison s’est ainsi terminée le 10 août. Mais Reimherr est occupé, très occupé même car il construit déjà sa maison à Vergt, là où il va s’installer avec Magali son épouse qui va devenir maman. D’ailleurs "le Stèph" se plaît à dire que la veille du Tour Dordogne, il faisait le charpentier sur son toit. Les courses estivales ne verront pas notre valeureux Reimherr sur les routes. Monpazier, Bruch, les Milandes, Lusignan, Vergt, Augignac et la Tomate se feront sans le porte fanion du CC Périgueux-Dordogne. Mais lorsque le classement FFC sort, Reimherr est toujours chez les élites 2 et occupe la 203° position, juste précédé côté Aquitains par Garmendia, Kudashev et Patanchon.

0306M60

Tour du canton de Neuvic : un grand moment avec encore un maillot © Sha (collection SR)

- Cette saison a été très difficile pour les coureurs élites 2. Ceux-ci ont tout d’abord perdu de nombreuses épreuves qui se courent maintenant en catégorie espoirs uniquement, soit au profit de leur nouvelle division nationale. De ce fait, les élites 2 doivent aller loin, très loin parfois pour courir. Et tout se complique pour un coureur qui travaille. De plus la Fédération Française de Cyclisme vient de leur imposer de passer des tests médicaux trois fois par an, dans le cadre du Suivi Médical Longitudinal Contrôlé, soit encore une charge et une contrainte complémentaire. Pour un coureur salarié, obligation de demander de ce fait des jours de congés pour subir ces tests sans parler des frais de déplacements que cette mesure impose. Difficile de s’épanouir dans ce monde du haut-niveau qui se cherche, qui subit constamment des modifications dans sa législation, sans parler des passes droits que certains coureurs obtiennent pour ne pas appartenir à cette catégorie, vraiment la mal aimée du cyclisme français de cette saison 2003, qui constituera pourtant un cru exceptionnel. Son bilan est celui d’un homme hyper actif qui effectue ses heures de travail à la DDE, qui s’entraîne, qui court au haut niveau, qui gagne cinq bouquets chez les grands, qui se maintient en élite 2, qui construit courageusement sa maison, car il sait désormais qu’il va devenir aussi papa début 2004...

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2003.

0306A59

Meilleur sprinter à Salignac dans un podium très relevé © Sha (collection SR)

- dans le peloton ronde de la Soule (1° Frédéric Lecrosnier - Jean Floc’h), abandon circuit de la Nive (1° Jésus Vilchez - La Trinitaine), abandon Montastruc (1° Olivier Asmaker - US. Montauban), dans le peloton Trophée des bastides (1° Fabien Rey - Tarbes Bigorre Cycliste), abandon la Dutorccha (1° Jean-François Laroche - Canada), 17° première étape canton Saint-Ciers (1° Evans - VCP/Irlande), dans le peloton deuxième étape Saint-Ciers (1° Jean-François Laroche - Canada), 55° classement général Saint-Ciers (1° Loïc Herbreteau - Bressuire AC), abandon Circuit des vins du Blayais (1° Andréi Ptchelkin - Russie/Moscou), abandon Cénac et Saint-Julien (1° Alain Saillour - UC Felletin), 11° Le Coux et Bigarroque (1° Sébastien Bordes - US Montauban), 31° Tour du Lot-et-Garonne (1° Olivier Asmaker - US Montauban), 12° Circuit Boussaquin (1° Alain Saillour - UC Felletin), 13° Tour du canton d’Hautefort (1° Laurent Estadieu - US Montauban), abandon Tour canton Champagnac de Bélair (1° Gilles Canouet - Jean Floc’h), 8° Mont Villeneuvois (1° Lionel Chatelas - UC Villeneuve), 69° Tour de Corrèze (1° Alain Saillour - UC Felletin), 13° Tour du Périgord (1° Stéphane Auroux - CR4C Roanne), 14° Tour canton Gémozac (1° Tarmo Raudsepp - Nantes 44/Estonie), 52° Ronde la Côle (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux-Dordogne), 1° Saint-Barthélémy d’Agenais, 3° Petit-Breton à Saint-Front de Pradoux (1° Alain Saillour - UC Felletin), 9° et meilleur sprinter Salignac-Eyvigues (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h), 1° Libourne, 13° Championnat d’Aquitaine à Fumel (1° Aurélien Bonneteau - AVC Libourne), 1° Critérium de Bergerac, 7° Razac sur l’Isle (1° Jérôme Roy - CC Périgueux-Dordogne), 6° Saint-Médard de Mussidan (1° David Fillon - CC Périgueux-Dordogne), 4° Le Bouscat (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux-Dordogne), 6° Tour du Pays de Santon (1° Fabien Fraissignes - GSC Blagnac), 7° Tour canton Neuvic (1° David Fillon - CC Périgueux-Dordogne), 9° La Claude Magni (1° Arnaud Labbe - Cycle Poitevin), 14° Mensignac-Mensignac Tour Dordogne (1° Maxime Gourov - EC Montmarault), 45° Ribérac-Ribérac Tour Dordogne (1° Mickaël Leveau - VC Rouen), 1° Saint-Laurent des Vignes-Gardonne Tour Dordogne, 8° puis maillot jaune Groléjac-Pomport Tour Dordogne (1° David Simon - La Trinitaine), 17° Boulazac-Boulazac Tour Dordogne (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h), 5° Classement général Tour Dordogne (1° Yvan Sartis - France Police), 2° Saint-Astier (1° Michel Ambrosini - Fonbeauzard Vélo-Club), 8° Périgueux les Boulevards (1° Jérôme Paul - CC Périgueux-Dordogne), 1° Nocturne des champions à Mussidan, 20° Nocturne Faidherbe Périgueux (1° Jérôme Paul - CC Périgueux-Dordogne), 18° Miramont de Guyenne (1° Tomasz Kaszuba - VS Chartres), 5° Montech (1° Gaël Moreau - Bressuire AC), abandon Beaussac (1° Romain Chollet - Cycle Poitevin), dans le peloton première étape Tour du Qinghaï (1° Kam Po Wong - Hong Kong), abandon deuxième étape suite chute au Tour du Qinghaï (1° Mattéo Carrara - Italie), 14° Gentleman la Valentin Huot associé à Canteau (1° Bruno Ceyssat CC Périgueux-Dordogne-Gérald Marot UC. Felletin).

Quelques adversaires de la saison 2003

- Gilles Canouet (Jean Floc’h), Frédéric Delalande (Jean Floc’h), Anthony Langella (Bressuire AC), Sébastien Bordes (Bressuire AC), Jean-Luc Delpech (US Montauban), Olivier Asmaker (US Montauban), Laurent Estadieu (US Montauban), Christian Dupouey (VC Oloron HB), Julien Costedoat (GSC Blagnac), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Romain Bourrinet (VC Oloron HB), Frédéric Lecrosnier (Jean Floc’h), Carl Naïbo (Bressuire AC), Mathieu Ladagnous (VC Nay), Guylain Friou (AC Jarnac), Fabien Fraissignes (GSC Blagnac), Vincent Dedieu (VC Langon), Vincent Guillout (UC Felletin), Fabien Rey (Tarbes CB), Olivier Cambet (GSC Blagnac), Yvan Becaas (Guidon Saint-Martinois), Jérôme Bonnace (UC Châteauroux), Gilles Zech (Bressuire AC), Loïc Herbreteau (Bressuire AC), Fabien Patanchon (VC Langon), Denis Kudashev (VC Tarnos), Christophe Dpèbe (Guidon Saint-Martinois), Ramuntcho Garmendia (Aviron Bayonnais), Lionel Chateals (UC Villeneuve), Julein Loubet (Saint-Gaudens CC), Alain Saillour (UC Felletin), Benoit Luminet (CR4C Roanne), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Tomazs Kaszuba (VS Chartres), Mathieu Rémy (CC Marmande), Sébastien Raynaud (CRCL), Stéphane Auroux (CR4C Roanne), Laurent Four (Tarbes CB), Maxime Gourov (EC Montmarault), Yann Huguet (Guidon Saint-Martinois), Michel Ambrosini (Fonbeauzard VC), Nicolas Labussière (VC Oloron HB), Aurélien Bonneteau (AVC Libourne), Willy Perrocheau (CC Marmande), Julien Belgy (Bressuire AC), Vincent Vierge (UC Artix), Yvan Sartis (France Police), etc..

0311E71

Le cyclo-cross, juste un exercice pour s'amuser © Sha (collection SR)

Les licenciés du Cyclo-Club Périgourdin en 2003 : (liste alpha en noir les dirigeants, en bleu les coureurs).
- Allard Benjamin, Alvès Damien, Alvès Guillaume, Amouroux Rodolphe, Audibert Claude, Authier Jean-Louis, Bayssière André, Béneyrol Jean-Luc, Béneyrol Jérémy, Bercouzareau Christine, Bercouzareau Jean-Marie, Bertaux Stella, Boissard Jean-Charles, Boissavy Jean, Boivineau Annaelle, Boivineau Dominique, Boivineau Mélany, Boucher Alex, Boyer Pascal, Canler Nicolas, Canler Paul, Ceyssat Bruno, Château Jérémy, Château François, Château Thibaut, Chateauraynaud Jérôme, Corno Giovanni, Corréia José, Cuménal Christophe, Delage Thomas, Depis Bernard, Dome Jessica, Dutertre Guy, Estève Bernard, Estève Mickaël, Fauchier Alain, Fauchier Cathy, Faure Pierre, Fémandy Francis, Feytou Georges, Fillon David, Froidefond Jean-Charles, Ginsou Florian, Godfroid Romain, Godfroid Xavier, Gouraud Jean-Louis, Lachenaud Alicia, Lacombe Michel, Lajarthe Pierre, Lance Gautier, Landes Fabrice, Lapouge Jacques, Lapouge Sébastien, Lebrun Charles-Henri, Léger Arnaud, Léger Christian, Lezoray Cindy, Maly Christiane, Maly Frédéric, Maly Michel, Martineau Anthony, Napias Christophe, Paul André, Paul Bernard, Paul Christian, Paul Jérôme, Paul Marie-Madeleine, Peccabin Geneviève, Peyencet Patrice, Peyras Joël, Porcher Jean-Claude, Porcher Myriam, Porcher Pascale, Ranoux Mathieu, Ranoux Pierre, Rebeyrotte Nicolas, Reimherr Stéphane, Richez Olivier, Roy Jean-Michel, Roy Jérôme, Sautier Lucien, Sourdy Mickaël, Strugeon Clément, Tanguy Benoit, Valiani Eric, Versos Jonathan, Zampérini Alexandre, Zampérini David.

LIENS SUR LE MEME THÈME.
- Stéphane Reimherr première saison au CC Marmandais -14° partie - 2001)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (16) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 2004 et toujours Périgourdin
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2018

STÉPHANE REIMHERR (2002) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (15° partie)

2002 DEUXIÈME SAISON AU CC. MARMANDAIS (DN2)

ET DIX BOUQUETS

2002 Montastruc

La rage de vaincre annoncée déjà à Montastruc au seuil de cette saison 2002

- Deuxième saison au CC Marmande et première saison de l’ère Yves Brusson, nouveau président du club. L’équipe est composée de Gérald Marot, Stéphane Reimherr, Guillaume Galles, Gilles Canouet, Sébastien Morvan, Konstantin Kuznetsoz, Mathieu Rémy, Vincent Dedieu, Jean Mespoulède (arrivé en cours de saison)et Sébastien Galles.
-
Pour cette saison Reimherr évolue en élite 3 et le voilà dans l’Essor Basque à l’assaut de nouvelles conquêtes. Difficile d’ailleurs de rentrer dans le "top dix" d’une épreuve. Sur les routes étroites et ventées de la côte, avec des pelotons conséquents où ça frotte, il faut avoir de l’expérience et parfois de la chance. Cette année, le coureur Marmandais s’est fait bien voir en course, fidèle à son habitude, puis il s’est classé à deux occasions, ceci pour la deuxième fois de sa carrière. Il a ensuite confirmé à Montastruc où il a été omniprésent dans la difficile ascension de la côte de l’Engalinat pour terminer en seizième position.

2002 Razac

Deuxième à Razac épreuve servant de support au Championnat départemental,
il monte sur la plus haute marche du podium. (1° Lot-et-Garonnais)

- La suite de la saison ce sera les sempiternels critériums en vue de la préparation pour le Championnat d’Aquitaine route. Saint-Ciers, les vins du Blayais, Milhac de Nontron, Cénac Saint-Julien, le Coux, Saint-Barthélémy, le Tour du Lot-et-Garonne qui serviront de rampe de lancement avant de gagner la ronde de la Côle, le prix de Braud Saint-Louis, le prix de Salignac-Eyvigues, la ronde des écureuils et le prix de Libourne soit cinq belles victoires alors que nous ne sommes qu’au mois de juin.
- Il faut tout de même évoquer le carton du CC Marmandais au Tour des Ecureuils avec une équipe composée de Dedieu, Galles, Reimherr, Rémy et Morvan qui ont joué à fond leur carte si bien qu’ils ont tout raflé, y compris le classement par équipes.

2002

En jaune au Tour des Ecureuils

- A Salignac, sur un circuit où le soleil impitoyable a provoqué une cascade d’abandons, Reimherr restera souverain. Cette année 2002 constituait alors les débuts des reportages sur internet. En Dordogne comme dans le grand Sud-Ouest on lisait le site "photovelo.webzine". Certains étaient encore avec le bas débit mais tant pis, on adorait ce site, le premier, celui de notre "sha". D’ailleurs voici un passage du résumé de cette épreuve de Salignac sur ce site : "Le soleil lui aussi a fait un effort... énorme, l’effort ! Il en fait fondre le peloton... Les hommes en forme le savaient, ils ont frappé d’entrée ! Mortelle la grande bosse, assassine la petite. Et ce brusque coup de chauffe qui a fait s’ouvrir les maillots ! Chaque secousse a produit ses effets : abandon en nombre et usure précoce. Mais chaque fois Reimherr est aux avant-postes. L’échappée s’endort-elle qu’il relance la machine trop ronronnante à son goût ! Un dernier maillot du CC Périgourdin trouvera quelques réserves pour l’accompagner et tenter de lui disputer un superbe sprint, mais la victoire finale sera pour Reimherr qui aura tout raflé."

2002 photo vélo

Beaucoup de coureurs de cette époque ont aimé ce haut de page sur leur écran

- Il renouvellera son festival à la Ronde de la Côle, une course qu’il a couru déjà mais sans pouvoir y vaincre. Cette fois ce sera fait, non seulement il gagne mais la manière s’accommodait encore à un véritable festival, celui d’un homme fort et en forme.

2002 Douzillac Dupèbe

Dupèbe champion d'Aquitaine à Douzillac, derrière Reimherr et
Guillout sprintent pour les deux autres places du podium

- C’est dans ces conditions que toute l’Aquitaine cycliste s’est retrouvée à Douzillac pour le Championnat d’Aquitaine. Dès la mi-course de l’épreuve, la bonne échappée réunissait Chatelas (Villeneuve), Dupèbe (Saint-Martin), Reimherr (Marmande), Vierge (Artix), Garmendia (Oloron) et Guillout (Périgueux). Sur les rondeurs de la basse vallée de l’Isle ce groupe de six unités avait l’avantage de réunir six clubs différents. C’est aussi pour cette raison que lorsque le peloton revenait, le groupe se motivait pour reprendre l’avantage. Au sprint personne ne put résister à Dupèbe déjà vainqueur au Mont-Pujols. Reimherr devait se contenter de la troisième place dans ce championnat, la même qu’à Nontron en 1999.

2002 Douzillac CA

Le podium 2002 du Championnat d'Aquitaine à Douzillac

- Le Championnat régional constitue en principe la photo de la première partie de la saison cycliste. Après on retrouve les championnats nationaux, les tours, les critériums d’été et les nocturnes... Ainsi est faite notre discipline, sans oublier les manches de la Coupe de France de DN2. Reimherr aura encore des occasions de se distinguer comme au Tour du Tarn et Garonne créé à l’initiative des producteurs de banane de Guadeloupe. Sous la chaleur tropicale de la Gascogne, Reimherr triomphera en levant les bras juste devant un certain Lilian Jégou, lors d’une étape à Fleurance du Gers. Mais il y aura aussi sa 11° place à Rennes où lors du sprint de cette manche de Coupe de France il a été balancé dans les barrières. Malgré une réclamation, la cause sera entendue...

2002 tour Dordogne (Kusnetov , moi , Mespoulède, Morvan, Marot , Rémy

Le CC Marmande au Tour Dordogne avec de gauche à droite Kusnetzov,
Reimherr, Mespoulède, Morvan, Marot et Rémy

- On reverra Reimherr pour gagner à Saint-Astier et ceci pour la deuxième année consécutive, tout en se distinguant dans les vire vire de Monpazier, de Périgueux-Faidherbe, des Milandes, de Terrasson, de Miramont, du Lardin et autres... Un été chaud et fou, un été inoubliable... La forme est toujours là, Reimherr vole d’épreuves en épreuves pour gagner, comme au Tour de la Dordogne où il est sacré  meilleur sprinter et le plus combatif malgré une opposition redoutable et très structurée.

2002 TD bis

Toujours présent dans les échappées, il remporte le maillot vert
du Tour Dordogne (Meilleur sprinter)

- La fin du mois d’août restera un festival avec ses victoires à Bruch, Montpon et Rudeau-Ladosse, soit trois bouquets de plus qui portent à dix le nombre de cette saison 2002.
- Cette fin 2002 qui se termine assez tôt, puisque au mois de septembre, Stéphane se marie avec sa Magali, qu’il avait rencontré au cours d’une séance de massage en 2000, lors du Tour Dordogne. Désormais, Reimherr négociait un nouveau virage de sa vie en épousant une Périgourdine à Trélissac. Celui qui avait été charpentier voilà sept ans à Laroque-Timbaut devenait du même coup Périgourdin en aménageant à Vergt, haut lieu des critérium cyclistes pour lequel il terminera 5° et premier régional juste derrière les professionnels Jalabert, Vogondy, Vinokourov et Bergès.

2002 Vergt ter

Avec Jalabert et Vogondy à Vergt dont il deviendra un citoyen de la capitale de la fraise

- Cette fin de saison marque aussi son avenir au sein de son club le Cyclo-Club Marmandais. Son président Yves Brusson décide en effet de suivre les instances fédérales favorables à la venue des jeunes dans le haut niveau. La catégorie espoirs (19-23 ans) existe déjà, mais là on pousse le bouchon plus loin en encourageant les clubs à mettre en place des structures de Division Nationale espoirs. C’est la fin programmée pour nos meilleurs amateurs qui se situent au-delà de ce critère d’âge, du moins dans ce club emblématique du Lot-et-Garonne où on annonce déjà des jeunes comme Sébastien Morvan, Mathieu Rémy, Sébastien Garcia, Sébastien Laroche, Adrien Brusson, Guillaume Galès, Frédéric Fayard, Willy Perrocheau, Benjamin Dussault et Mickaël Lamiraud. Mais que vont devenir alors Gilles Canouet, Marot, Kunetsov, Dedieu, Reimherr et autres ?

2002 les milandes

Les Milandes : Reimherr que l'on aperçoit à droite terminera 5° comme en 1999,
soit sa meilleure performance à ce jour sur cette épreuve

- De tout cela on en parle en ce 15 septembre 2002 lors du départ du Grand Prix de la Tomate à Marmande. Les rumeurs vont bon train, mais ce jour-là on ne connaîtra pas la destination de Reimherr, pour la simple raison qu’il ne prend pas le départ, car comme on l’a vu précédemment, il s’est marié la veille, dans cette Dordogne qui deviendra désormais, son nouveau fief !
- Au cours d’une saison riche en courses, en victoires et en places d’honneur, Stéphane accède à la catégorie élite 2, précédé juste par Christophe Dupèbe et son équipier Gérald Marot. Bien évidemment, ce sont les classes de courses qui déterminent cette hiérarchie (internationale, nationale, régionale, course en ligne, par étapes, etc...), mais désormais Reimherr est devenu en cette saison 2002 le 181° coureur français.
 MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2002 .
- dans le peloton Boucles de l’Océan (1° Christophe Dupouey - Albi VS), sacré plus combatif de la route de l’Atlantique (1° Christophe Dupouey - Albi VS), 13° circuit de la Nive (1° Sylvain Calzati - CC Etupes), 10° Tour du Labourd (1° Frédéric Delalande - Jean Foc’h), dans le peloton ronde du Pays Basque (1° Eric Berthou - Jean Floc’h), 16° Prix Pinel Montastruc (1° Marck Scalon - VC La Pomme Marseille/IRL), 62° Tour Canton Saint-Ciers (1° Gilles Zech - Bressuire AC), 5° Milhac de Nontron (1° Gérald Marot - CC Marmande), 3° Cénac Saint-Julien (1° Sébastien Bordes - US Montauban), dans le peloton circuit des vins du Blayais (1° Jérôme Bonnace - UC Châteauroux), 6° Le Coux et Bigaroque (1° Stéphane Bellicaud - Bressuire AC), dans le peloton Tour du Lot et Garonne (1° Sébastien Bordes - US Montauban), 3° Boucles de la Haute-Vienne à Dournazac (1° Mickaël Andreyev - CO Chamalières), 2° Razac sur l’Isle (1° Vincent Dedieu - CC Marmande), 9° Saint-Barthélémy d’Agenais (1° Jean Mella - GSC Blagnac), 1° La Chapelle-Faucher, 1° Braud Saint-Louis, 2° Souvenir Petit-Breton à Terrasson (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux), 1° Ronde des Ecureuils, 1° Salignac Eyvigues, 1° Prix de Libourne, 3° Douzillac Championnat d’Aquitaine (1° Christophe Dupèbe - Guidon Saint-Martinois),11° Grand Prix de la foire de Rennes manche coupe de France DN2 (1° Hayden Roulston - Bressuire AC), 1° de la quatrième étape du Tour du Tarn et Garonne à Fleurance,10° de la sixième étape (1° Tomasz Kaszuba - US Montauban),maillot plus combatif Tour Dordogne (1° Christophe Thébault - Jean Floc’h), 1° Saint-Astier, 4° Nocturne de la Madeleine Mont de Marsan (1° Jean Mella - GSC Blagnac), 2° Nocturne Périgueux quartier Faidherbe (1° Noël Gagnant - CC Périgueux), 1° Nocturne de Bruch, 6° Nocturne de Monpazier (1° Jean-Luc Delpech - US Montauban), dans le peloton Championnat de France à Briançon (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h suite déclassement de Freddy Bichot positif), 6° Le Lardin (1° Eric Darragnès - US Bouscat), 4° Miramont de Guyenne (1° Nicolas André - Panorimo 23), 1° Nocturne de Montpon, 1° Rudeau-Ladosse, 5° Critérium des Milandes (1° Denis Leproux - UC Sablé), 8° Augignac (1° Pascal Peyramaure - VS Chartres), 3° Soorts-Hossegor (1° Lionel Chatelas - UC Villeneuve), 2° Creyssac (1° Gilles Canouet - CC Marmande), 5° Critérium de Vergt (1° Laurent Jalabert - CSC Tiscali).

2002 TD

2002 une année exceptionnelle pour Stéphane Reimherr, ici en vert sur le podium final
d'un Tour Dordogne gagné par Christophe Thébault (Jean Floc'h)

Quelques adversaires de la saison 2002
Bogdanski Jacques (Mérignac VC), Reimherr Stéphane (CC Marmande), Duclos-Lassalle Hervé (VC Oloron), Dupèbe Christophe (Guidon Saint-Martinois), Marot Gérald (CC Marmande), Morvan Sébastien (CC Marmande), André Nicolas (Panorimmo.com), Duff Aidam (Panorimmo.com), Le Boulanger Yoann (Panorimmo.com), Péré Dominique (Panorimmo 23), Socquin Vincent (Panorimmo.com), Yvan Becaas (Blagnac), Bordenave Philippe (Albi VS), Bordes Sébastien (US Montauban), Mella Jean (Blagnac), Guillout Vincent (CC Périgueux), Chatelas Lionel (Villeneuve), Masdupuy Jean-Yves (Tulle), Paul Jérôme, Peyencet Patrice, Fillon David, (tous CC Périgourdin), Cousinie Christophe (US Colomiers), Delpech Jean-Luc (US Montauban), Dupouey Christophe (Albi VS), Duverbecq Cyril (SO Millau), Kaszuba Tomasz (US Montauban), Murer Wolfgang (Albi VS), Pavlov Igor (Albi VS), Rey Fabien (Tarbes Cyclisme), Bellicaud Stéphane (Bressuire AC), Faghel Grégory (Bressuire AC), Ambrosini Michel (Blagnac), Fernandez Fabien (Cycle Poitevin), Guerry Bertrand (Cycle Poitevin), Herbreteau Loïc (Cycle Poitevin), Labbe Arnaud (Cycle Poitevin), Morel Christophe (Bressuire AC), Naibo Carl (Bressuire AC), Roulston Hayden (Bressuire AC), Zech Gilles (Bressuire AC), etc...

2002 Rudeau

Rudeau-Ladosse et le 10° bouquet de la saison pour Reimherr cincé entre
Philippe de Courcel conseiller général et Frédéric de Saint-Cernin député

LIENS SUR LE MEME THÈME.
- Stéphane Reimherr première saison au CC Marmandais -14° partie - (2001)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (15) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 2003 Retour en Périgord
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 février 2018

STÉPHANE REIMHERR (2001) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (14° partie)

2001

2001 PREMIÈRE SAISON AU CC MARMANDAIS (DN2)

- 2001 est marqué par le retour de Reimherr dans son Lot-et-Garonne natal, là où il est né, là où il a vécu son enfance et là aussi où il a connu ses premiers galops cyclistes. Paradoxalement dès le mois de janvier, il reçoit une mutation de la DDE pour la Dordogne... En 2000 il faisait la navette entre Lot-et-Garonne et Dordogne, cette année il va faire la même chose, mais en sens contraire...
- Moulé dans son nouveau maillot jaune et noir du Cyclo-Club Marmandais du président Ernest Marchi, le voilà chez les élites en quête d’exploits contre "les gros bras" du Grand Sud-Ouest. Durant toute cette saison, il sera entouré avec une équipe où Gilles Canouet sera le virtuel capitaine de route. Une vieille connaissance pour le Stèph qui avait vécu en 1995 et en sa compagnie une saison mémorable au Guidon Agenais, mais c’était avec les régionaux. S’ajouteront dans cette équipe Vincent Dedieu, Jean Mella, Jean-Luc Delpech, Serge Canouet, Jérôme Roy, Sébastien Morvan et Guillaume Galles.

- Cette fois on est en DN2 dans la cour des grands et disons que Gilles Canouet a fait fort pour son club en remportant d’entrée deux épreuves de l’Essor Basque, puis la Ronde Pyrénéenne, le Tour du canton de Champagnac de Bélair, le Tour de Gironde et la classique Béarnaise Abos-Iraty, excusez du peu... sans oublier le Tour du canton d’Hautefort remporté par le frérot Serge.
- Reimherr a poursuivi en 2001 ce qu’il avait engagé la saison précédente, à savoir courir les grandes courses de la région. Il sera présent aux vins du Blayais, dans les Tour du Lot-et-Garonne, celui du Périgord, de Bussière-Badil, mais malheureusement pas au Tour de Gironde ouvert cette années au moins de 25 ans.
- Cette première partie de saison sera ardue. Le "Stèph" certes est toujours présent dans les courses. Il court selon son habitude, voire son tempérament en étant présent sur tous les coups, mais sans pouvoir conclure. Les grandes épreuves se succèdent, parfois sous le maillot du comité régional comme dans Tarbes-Sauveterre où malgré son attaque dans la côte de Burgaronne il n’a pu suivre le rythme. Mais en vieux briscard, il en garde sous la pédale pour remporter le sprint du peloton et se classer au pied du podium.

2001 Mussidan

4° de la Nocturne de Mussidan gagnée par Champeymont (AVC Aix)

- Quarante-huit heures auparavant il avait encore buté dans le Tour du canton de Bussière-Badil où il avait chassé dur jusqu’à vingt kilomètre de la banderole. Et puis il y eu aussi les nocturnes, un exercice qui réussit bien au nouveau citoyen de Fanlac. Mussidan d’ailleurs constitue une référence dans cette ronde infernale où il faut rouler à bloc au ras des barrières et du public. Vainqueur en 2000, ce circuit de 900 mètres constitue pour Reimherr un terrain de prédilection. Mais ce soir là, trois hommes sont partis vers le quarantième kilomètre pour aller jusqu’au bout. Il a dû se résoudre de contrôler pour terminer comme dans Tarbes-Sauveterre au pied du podium.
- Comme chacun sait Reimherr est un vieux loup qui digère mal les défaites. Il a besoin de se remettre vite en question et dès le lendemain, il remet ça en prenant le départ du Prix de la Municipalité à Saint-Astier. Cette fois c’est la gagne, la première en Dordogne et cela, ça se savoure, surtout dans cette période où le cyclisme est chahuté, livré aux suspicions qui oblige les accros à penser différemment, à réfuter les rumeurs sans pouvoir les renier totalement, à considérer le dopage comme des clés de lecture subsidiaire.

2001 Montpon

4° Critérium pros de Montpon gagné par Vinokourov dont on aperçoit à droite

- La suite de la saison constituera de nouvelles séries où il animera les courses, où il sera sacré le plus combatif, mais en butant encore avec le podium en terminant quatrième à Bruch et à Montpon en compagnie des pros. Bien sur il y aura Razac et sa victoire, qui sera un autre petit bout de palmarès, sans plus... Reimherr c’est tout de même un niveau supérieur, un étage au-dessus.
- Mais dans ses combats de cet été 2001 il y a eu aussi le Tour Dordogne, un Tour difficile où Reimherr a été souvent dans les communiqués, notamment lors de la troisième étape entre Trélissac et Mensignac et surtout à l’approche de l’arrivée à Boulazac. Fidèle à son image, il est parti à l’aventure, en se montrant à son avantage. Il a osé, sans se faire d’illusions, mais en livrant une prestation conforme à son niveau habituel.
- 2001 au Cyclo-Club Marmandais n’a pas été une saison exceptionnelle. Disons qu’elle a été une saison normale, avec de bons résultats au haut niveau. Notre coureur a conservé sa foi et n’hésite pas de continuer d’écraser les pédales entre deux haies hurlantes et gesticulantes de spectateurs, pour qui il est devenu une véritable coqueluche. Car Reimherr est un coureur connu, respecté, apprécié, qui exerce un métier et un sport difficile, compliqué, qui mérite plus de compassion qu’il n’en recueille en ces temps perturbés par les affaires. Pour lui ces histoires et cette cacophonie ne constituent pas sa tasse de thé. Il continue de dévorer le bitume sans craindre la concurrence saine comme douteuse. Il connait trop bien la musique, car il sait que pour exister dans ce foutu vélo, il faut se remuer et son seul dopage, c’est son public qu’il fidélise.

2001 peut-être Creyssac

Au départ d'une épreuve estivale

- Mais le cyclisme c’est un éternel recommencement. Il se retrouve classé élite 3 en fin de saison, parce que la FFC a créé une nouvelle catégorie élite 2, les élites 1 étant les pros. De restructurations en restructurations, le cyclisme évolue et pour le coureur, il en est ainsi. Pour l’heure Reimherr termine 283° juste à quelques petits points de la catégorie supérieure nouvellement créée où l’Aquitaine trouve trois coureurs : Dulucq et les frères Canouet !

2001 Vézac

Bien qu'ayant animé le Tour du Périgord, la victoire est revenue à Peyencet

- On ferme la page de cette saison au CC Marmandais par le départ du président Ernest Marchi, remplacé par Yves Brusson, mais là on est en 2002 ou presque...

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2001

- 7° Circuit des vins du Blayais (1° Arnaud Labbe - Cycle Poitevin), dans le peloton Tour du Lot-et-Garonne (1° Alain Saillour - UC Felletin), peloton Tour canton d’Hautefort (1° Serge Canouet - CC Marmande), dans le peloton Tour du canton de Bussière-Badil (1° Jonathan Dayus - Nantes 44), dans le peloton Tour du Périgord (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux-Dordogne), 4° Tarbes-Sauveterre (1° Christophe Dupouey - GSC Blagnac), 5° Prix Claude Magni à Langon (1° Hugues Ané - Albi VS), dans le peloton Championnat d’Aquitaine La Chapelle-Faucher (1° Cyril Bastière - VC Langon), 7° Nocturne d’Agen (1° Gilles Canouet - CC Marmande), 5° Campagnac les Quercy (1° Vincent Guillout - Asptt Périgueux), dans le peloton Tour de Dordogne (1° Stéphane Ravaleu - VC Rouen), 2° Ronde des pins à Mont-de-Marsan (1° Nicolas Portal - GSC Blagnac), 4° Nocturne de Mussidan (1° Franck Champeymont - AVC Aix), 1° Saint-Astier Municipalité, dans le peloton à Monpazier (1° Marek Lesniewski - CM Aubervilliers), 4° Bruch (1° Gilles Canouet - CC Marmande), 4° Critérium pros de Montpon (1° Alexandre Vinokourov - Télékom), 1° Razac sur l’Isle, 8° Critérium pros de Bordeaux (1° Didier Rous - Bonjour), dans le peloton Abos-Iraty (1° Gilles Canouet - CC Marmande). Classé 283° élite 3.

2001 montpon crit

Critérium pros de Montpon, une occasion de cotoyer un autre monde...

Quelques adversaires de la saison 2001

Sébastien Dulucq (US. Dax), Cyril Bastière (VC. Langon), Julien Costedoat (VC. Oloron), Christophe Dupèbe (Guidon Saint-Martinois), David Marié (VC. Montois), Jérôme Paul (CC. Périgueux 2000), Patrice Peyencet (CC. Périgueux 2000), Nicolas Rouillard (VC. Oloron), Hugues Ané (Albi VS), Sébastien Bordes (US. Montauban), Christophe Cousinié (US. Montauban), Christophe Dupouey (GSC. Blagnac), Tomasz Kaszuba (US. Montauban), Gaël Moreau (US. Montauban), Igor Pavlov (Albi VS), Nicolas Portal (GSC. Blagnac), Gwenaël Ronsin-Hardy (Albi VS), Sylvain Calzati (Super Sport 23), Yves Delarue (Super Sport 23), Aïdan Duff (Super Sport 23), Christophe Laurent (Super Sport 23), Christian Magimel (Super Sport 23), Julien Mazet (Super Sport 23), Sébastien Raynaud (Super Sport 23), Vincent Socquin (Super Sport 23), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Emmanuel Berger (Bressuire AC), Sébastien Chavanel (VC Loudun), Cho Ho Sung (Cycle Poitevin), Chun Dae Hong (Cycle Poitevin), Bertrand Guerry (Cycle Poitevin), Loïc Herbreteau (Cycle Poitevin), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Joona Laukka (Bressuire AC), Gaylord Tourneur (Cycle Poitevin), Mariusz Witecki (PSF Niort), Gilles Zech (Bressuire AC).

LIENS SUR LE MEME THÈME   .
- Stéphane Reimherr troisième saison au CC Périgourdin -13° partie - 2000)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (14) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 2002 Deuxième saison au CC Marmandais
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2018

STÉPHANE REIMHERR (2000) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (13° partie)

LA SAISON 2000 EN CATÉGORIE ÉLITE

AU CYCLO-CLUB PÉRIGOURDIN

2000 Reimherr

- L’an 2000, voit un Cyclo-Club Périgourdin devenir Cyclo-Club Périgueux 2000 ! La raison se situe dans le fait que le club doyen de la préfecture de la Dordogne a réussi à réunir sous son maillot deux autres clubs de la ville : la Pédale Faidherbe et le CA Périgueux. Si le club enregistre un gain de licenciés et un gain d’organisations, pour Stéphane Reimherr qui attaque ici sa troisième saison, pas de changement si ce n’est que l’équipe de DN3 se renforce avec l’arrivée de Patrice Peyencet et celle de Vincent Dedieu. De plus, alors qu’il entame sa douzième saison cycliste, il court pour la première fois en catégorie élite.

2000 Essor Basque GP Bayonne

L'Essor Basque sous le maillot Aquitain

- Les courses de l’Essor Basque constitueront une mise en jambes en étant un animateur infatigable lors du circuit de la Nive, puis au Tour du Labourd et au GP de Bayonne. On se souvient que la saison 1996 reste un mauvais souvenir, celui d’une époque où dans la bande de Garcy, Stéphane était un débutant en pleine souffrance. Aujourd’hui on n’a pas de peine à mesurer les progrès effectués par le coureur de Vianne qui on le voit, flirte avec les meilleurs amateurs.
- Il ne faisait pas bon mettre un cycliste dehors lors du Tour du Lot-et-Garonne où la pluie s’est invitée du début à la fin de l’épreuve. Pour Reimherr ces premières courses difficiles de la saison permettent de se débloquer et sa 4° place gagnée derrière et devant les gros bras sont encourageantes. Sauf, qu’il a un souci avec son nouveau vélo. On ne sait pas si c’est un problème de taille ou de position, mais son nouvel engin lui cause problème. Sans pouvoir résoudre cette énigme, il a carrément repris son vieux cadre et là, tout va bien... Présent dans toutes les échappées lors de ce Tour Lot-et-Garonnais, il a raté celle menée par Ambrosini et Bogdanski, mais l’essentiel se situe dans le fait que les bonnes sensations sont là.

2000 Manche DN3 Saint-Seurin Guerry 1° et Cho 2° du CP

La manche de DN3 à Saint-Seurin sourit à Guérry et Cho du Cycle Poitevin

- Conquérant lors des classiques du printemps, Reimherr revient au Tour de Gironde, là où l’an passé il avait remporté une étape mémorable. Dès la première étape, il fait jeu égal avec les premiers, mais un excellent Pascal Peyramaure vient contrarier son attaque pour aller gagner non seulement l’étape, mais aussi le Tour. Qu’importe, avec un débours de 30 secondes au soir de cette première étape, Reimherr ne faiblira pas et achèvera ce tour en 5° position soit avec le même retard.
- Puis ce sera un beau succès à Valence sur Baïse devant du beau monde, confirmé sur le rapide circuit de Mussidan où il s’adjuge le deuxième bouquet de cette saison 2000. Mais entre temps le Tour de la Dordogne sera là pour réaliser un excellent chrono, mais aussi pour faire une rencontre avec une jeune fille venue pour masser en fin d’étapes les organismes meurtris des coureurs dont ceux qui ont les grosses cuisses. C’est cette fille Magali, qui deux ans plus tard, deviendra son épouse. Mais dans ce Tour, Reimherr pense aussi que son compatriote Lot-et-Garonnais Gilles Canouet qui vient de remporter de Tour, est bien là ! Voilà pas mal de temps que le "Stèph" croise le fer loyalement avec le Marmandais, soit une raison de plus pour espérer peut-être que son tour peut prochainement arriver…

2000 Tour Champagnac Bélair

Sacré plus combatif du Tour du canton de Champagnac de Bélair

- Les classiques d’été s’enchaîneront comme Monpazier, Saint-Laurent sur Gorre, Bruch, Biran, Miramont, etc..., mais son compteur restera sur ses deux victoires et une place de 182° au sein de l’élite nationale.
- Comme chacun sait, un club c’est aussi une équipe et dans ce contexte ce sont quatorze victoires acquises par le club dans le haut-niveau. Sans oublier les prestations extérieures comme l’Essor Basque, le Tour du Charollais, celui du Beaujolais, le circuit Boussaquais, les tours de Saint-Ciers, des écureuils, de Montendre, d’Hautefort voire la qualificative de Saint-Seurin sur l’Isle, soit une saison bien remplie avec un carré d’as mémorable composé de Stéphane Reimherr, Jérôme Paul, Patrice Peyencet et Vincent Dedieu.
- Ajoutons aussi que ce monde cycliste se complique. Surtout pour ceux qui effectuent une semaine de trente cinq heures de travail, qu’ils doivent concilier avec leur entraînement et leur vie familiale. Le manque de parité entre ceux qui se consacrent qu’au cyclisme et ceux qui le pratiquent au haut niveau à titre loisir, mérite une attention. On le voit rien n’est facile dans cette jungle du deux roues, mais c’est sans doute pour cela qu’on aime ces forçats de la route, qui méritent respect parce que cette disparité devient insupportable... Et puis il y a le fossé entre élites et séries nationales, un problème qui va se creuser en ce début de siècle qui débute à peine... Pour l'heure Reimherr passe dans cette catégorie "élite" et retrouvera les Aquitaines Gilles Canouet, Cyrille Délias et Christophe Dupèbe, soit quatre coureurs au sommet de la hiérarchie pour la future saison 2001.

2000 Biran Ané devance Pavlov

5° à Biran, là où Ané devance Pavlov

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2000

- 10° Tour du Labourd (1° Laurent Paulier - Jean Floc’h), 7° Grand Prix de Bayonne (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h), dans le peloton Circuit de la Nive (1° Stéphane Pétilleau - Jean Floc’h), dans le peloton Route de l’Atlantique (1° Hugues Ané - Albi VS), 4° Tour du Lot-et-Garonne (1° Slavomir Pasterski - UC. Perpignan), dans le peloton Saint-Seurin sur l’Isle (1° Bertrand Guéry - Cycle Poitevin), 7° Le Coux (1° Gilles Canouet - CC Marmande), dans le peloton Tour canton Hautefort (1° Franck Champeymont - VCL Châtillon), 26° Tarbes-Sauveterre (1° Guillaume Judas - Jean Floc’h), 9° Tour du Canton de Bussière-Badil (1° E. Lemoine - CG Orléans), 6° Tour Canton de Champagnac de Bélair (1° Serge Barbara - Bressuire AC), 5° Classement général du Tour de Gironde (1° Pascal Peyramaure - CC Lamberet Châtillon), 1° Valence sur Baïse, 4° Tonneins (1° Jérôme Paul - CC Périgueux 2000), 4° Ronde de la Côle (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux 2000), 5° Troisième étape Tour Dordogne (1° Youri Krivtsov - UC Nantes), 1° Mussidan, 6° Saint-Astier (1° Eric Frutoso - Guidon Saint-Martinois), 3° Périgueux-Faidherbe (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux 2000), dans le peloton Monpazier (1° Eric Daragnès - US Bouscat), 6° Saint-Laurent sur Gorre (1° Sébastien Bordes - AC Châtellerault), 3° Nocturne de Montpon (1° Sébastien Laborde - CAM Bordeaux), 3° Ronde des Boulevards Périgueux (1° Frédéric Maly - CC Périgueux 2000), 5° Bruch (1° Henrick Sobinski - (GSC Blagnac), 5° Biran (1° Hugues Ané - Albi VS), 2° Calonges, 3° Saint-Barthélémy d’Agenais (1° Lionel Chatelas - GSC Blagnac), 3° Miramont de Guyenne (1° Marek Lesniewski - CM Aubervilliers), dans le peloton Prix de la Tomate Marmande (1° Marc Vanacker - VC Dinan)

Quelques adversaires de la saison 2000

Gilles Canouet (CC. Marmande), Serge Canouet (CC. Marmande), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Bertrand Guerry (Cycle Poitevin), Christophe Dupouey (GSC. Blagnac), Nicolas Brachet (CRC. Limoges), Olivier Ouvrard (Cycle Poitevin), Brett Harwood (UV. Limousine), Loïc Herbreteau (23 la Creuse), Jérôme Bouchet (Vélophile de Naintrée), Cyril Délias (CC. Marmande), Gilles Dubois (Guidon Saint-Martinois), Alexis Tourtelot (UV. Angérienne), Yann Tournier (GSC. Blagnac), Hugues Ané (Albi VS), Sébastien Bordes (AC. Châtellerault), Eric Daragnès (US. Bouscat), Christophe Dupèbe (Guidon Saint-Martinois), Igor Pavlov (Albi VS), Ho Sung Cho (Cycle Poitevin), Arnaud Dublé (SA. Mérignac), Elisabeth Chevanne-Brunel (TCF 24), Cédric Coutouly (Albi VS), Sébastien Raynaud (23 la Creuse), Stéphane Bellicaud (23 la Creuse), Cyril Bastière (VC. Langon), Mariusz Witecki (PSF. Niort), Alain Saillour (23 la Creuse), Fabrice Vigier (Cycle Poitevin). Termine à la 182° place du classement national élites

2000 Tour du 47 avec son vainqueur

4° du Tour du Lot-et-Garonne et nostalgique à l'égard de sa région ? Sans doute pas lorsque Pastreski a gagné
 mais en fin de saison il choisira de rejoindre  le Cyclo-Club de Marmande

Les licenciés du Cyclo-Club Périgourdin en 2000 : (liste alpha en noir les dirigeants, en bleu les coureurs)

Philipe Agogue, Guillaume Alvès, Damien Alvès, Pascal Andrieux, Claude Audibert, Jean-Louis Authier, Christophe Authier, Kevin Bailly, Gwénaëlle Bailly, Muriel Bailly, Christine Bercouzareau, David Bercouzareau, Jean-Marie Bercouzareau, Kévin Bertaux, Marie-Laure Bertaux, Stella Bertaux, Jean-Charles Boissard, Jean Boissavy, Dominique Boivineau, Mélany Boivineau, Cédric Bost, Jasmine Bouget, Pascal Boyer, Jordan Caillaud, Philippe Candau, Nicolas Canler, Guillaume Carreau, Bruno Ceyssat, Jérémy Château, François Château, Jérôme Châteauraynaud, Thierry Châteauraynaud, Giovanni Corno, José Corréia, Alexandre Cotté, Jean-Pierre Cousineau, Christophe Cuménal, Jean-Charles Dader, Sébastien Darrin, Vincent Dedieu, Jean-Pierre Desbouis, Guy Dutertre, Michel Elcrin, Mickaël Estève, Bernard Estève, Magalie Eugène, Alain Fauchier, Cathy Fauchier, Christophe Fauchier, Pierre Faure, Jean-Marc Gardet, Christophe Gilbert, Laurent Guillot, Florian Ginsou, Xavier Godfroid, Romain Godfroid, Jean-Pierre Guichou, Danielle Guichou, Emmanuel Joubert, Mickaël Joubert, Jean-Claude Lafont, Pierre Lajarthe, Jean-Louis Lambert, Jacques Lapouge, Michel Lapouge, Sébastien Lapouge, Pierre Lapouyade, Christophe Lascaud, Didier Lavesne, Alain Lavesne, Jean-Baptiste Lavigne, Arnaud Léger, Frédéric Maly, Michel Maly, Michel Marty, Maryse Mazeau, André Merlhe, Michel Monnerie, Stéphane Morillon, Nathalie Mousques, Bernard Paul, Christian Paul, Marie-Madeleine Paul, Jérôme Paul, Patrice Peyencet, Serge Pomeyrol, Pierre Pomeyrol, Patrick Pommies, Pascale Porcher, Jean-Claude Porcher, Gaëlle Porcher, Benjamin Potin, Grégory Pradelou, Stéphane Reimherr, Jean-Michel Roy, Jérôme Roy, Clément Sarrut, Lucien Sautier, Elodie Simon, Thomas Solans, Loïc Souchard, Mickaël Sourdy, Jérôme Valat, Marc Valentin, Eric Valiani, Nicolas Valiani, Arnaud Vialle, Frédéric Vinderger, Florent Vinderger, Didier Virvaleix, Franck Wysocki.

LIENS SUR LE MEME THÈME

- Stéphane Reimherr deuxième saison au CC Périgourdin -12° partie - 1999)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (13) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion :  Stéphane Reimherr au Cyclo-Club Marmandais (14° partie)
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2018

LA PÉDALE THIBÉRIENNE

LE CYCLISME A THIVIERS

- Thiviers a été une ville qui aimé le cyclisme. Il ne faut pas oublier qu’en 1948 la Pédale Thibérienne détenait un beau groupement. Puis au fil des ans, celui-ci a disparu pour renaître à la fin des années 1970 sous l’impulsion de René Grandcoing (décédé en 1982). Jean Porcherie a assuré sa relève en 1983, puis Jacques Boutineau en 1985 et enfin Michel Comte en 1998. Depuis cette date, s’il n’y a plus eu de club, il y a eu par contre de nombreuses manifestations dont le Tour de Dordogne (départ d’étape et aussi d’un contre la montre 1994, 1996, 1998, 1999, 2000, 2001 et 2016) et le cyclo-cross du camping du Repaire, sur la route de Lanouaille qui ont fait l’actualité de cette capitale du foie gras, avec notamment deux championnats d’Aquitaine mis sur pied.

Pédale Thibérienne

De gauche à droite et en haut : Jean Biniecki, Jean Boutineau ancien président,
Jean-François Chaminaud. Dessous Pascal de Boussiers, Michel et Pascal  Delestage

- Dans la ville on a couru dans les quartiers au rythme des fêtes. On trouvera des épreuves aux quartiers Saint-Paul, Sainte-Croix, Sarceix et Saint-Jacques; Il y a eu aussi les nocturnes près du champ de foire, puis les fameuses boucles du Périgord Vert qui drainaient toute la région Thibérienne, sans oublier les nombreuses courses réservées aux minimes et aux cadets.
- Mis à part cette activité cycliste disons qu’André Commerie natif de Miallet a beaucoup rayonné à Thiviers en portant aussi ses couleurs en 1951. Tout comme Bernard Dubost, citoyen de cette ville mais aussi vainqueur, qui n’a pour autant jamais porter le maillot de sa ville.
- Disons enfin que la ville de Thiviers a été traversée une seule fois par le Tour de France, c’était en 1952. Et c’est juste quelques kilomètres après que Jacques Vivier avait construit sa victoire d’étape (Bordeaux-Limoges) en démarrant du coté de Chalus/Séreillhac.

Pédale Thiviers

D'autres Thibériens avec Yves Pérez, Philippe Lavaud, André Commerie
Dessous Jean-Louis Gouraud, Narcisse Pérez speaker et Jean-François Sallat

La Pédale Thibérienne en 1984
Le bureau : Jean Porcherie (président), Jean-Gabriel Martin et Michelle Lamothe (vice-présidents), Michel Drouot (secrétaire), Pierre Auger (trésorier), Claude Lacotte et Jacques Boutineau (trésoriers-adjoints), Robert Mondary, Jean Maguer, Jean Laforest et Yves Pompognat (membres), Narcisse Pérez (speaker).
Les coureurs : Jean-François Chaminaud, Yves Pérez et Jean Biniecki (séniors 2), Jean Gay, Lionel Sallat, Jean-Louis Gouraud, Michel Delestage, Pascal Delestage, Gilbert Bouzonie et Jean-Paul Truffy (tous séniors 3), Pascal de Boussiers et Gérard Boyer (séniors 4), Jean-François Bouthier et Fabien Pruvost (juniors), Xavier Billat et Philippe Lavaud (cadets), Sandrine Ayrault (féminine).

VELO DORDOGNE - La Pédale Thibérienne © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com

Posté par Bernard PECCABIN à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2018

STÉPHANE REIMHERR (1999) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (12° partie)

1999 PREMIÈRE VICTOIRE INTERNATIONALE

DE LA SÉRIE NATIONALE A L’ÉLITE

1999 03

L'Essor Basque, point de départ incontournable d'une nouvelle saison

- On prend les mêmes et on recommence. En effet en cette saison 1999, l’équipe de DN 3 du Cyclo-Club Périgourdin ne subit pas de grands changements. On y retrouve Didier Virvaleix, Stéphane Reimherr, Jérôme Paul, Christophe Cuménal, Frédéric Maly, Olivier Ceyssat et Jérôme Roy.

1999 05 Essor Basque

- Le début de saison se court comme d’habitude dans les épreuves de l’Essor Basque où Stéphane Reimherr termine ses courses à l’exception de celle de Cambo. Cette année on innove en se mesurant avec les grosses cylindrées. Pas de course à Léguillac de Cercles, mais cap avec le Bordeaux-Saintes où on apprend beaucoup... C’est sur la Route de la Vézère disputée au Bugue, que Reimherr remporte le premier podium en se classant 3°. Que ce soit au Trophée des Bastides voire à Vergt pour le Petit-Breton ou à Cénac, Reimherr joue déjà les premières places mais il devra attendre l’épreuve de Razac sur l’Isle pour ouvrir son répertoire tout en confirmant à Simorre où seul Sobinski lui dictera sa loi. Tarbes-Sauveterre constituera encore un test "grande dimension" pour le coureur Périgourdin qui terminera dans un bon groupe. La course de Mauvezin dans le Gers sera la satisfaction avec ce titre de champion de France de la DDE et cette deuxième victoire de cette saison. Le Tour du canton de Montendre constituera ensuite une bonne préparation pour lui permettre de remporter le Tour des Ecureuils dans les Landes Girondines, soit son troisième succès de la saison.

1999 09 Simorre

A Simorre où seul Sobinski a réussi à battre le jeune Reimherr

1999 Tarbes Sauveterre

La sélection Aquitaine avec Reimherr lors de Tarbes-Sauveterre

PREMIÈRE VICTOIRE INTERNATIONALE AU TOUR DE GIRONDE

1999 TG

Première victoire internationale à Floirac lors du Tour Gironde

- Voilà depuis longtemps que l’on n’avait pas atteint cette mi-mai avec trois succès dans la musette. Et c’est dans ces conditions que Stéphane Reimherr s’en va au Tour de Gironde affronté les grosses écuries ceci au sein d’une sélection Aquitaine. Avec lui il y a Frutoso, Baillarguès, Malfatti et Ferrara. Dans "Direct Vélo" on avait retenu que c’est là que Frutoso avait vidé ses tripes au soir d’une étape en disant : "De quoi vous avez peur ? Parmi nos adversaires, il y a des gars qui sont pros, d'autres qui vont passer pros. Et alors ? Ils ont deux bras, deux jambes comme vous, et accessoirement un cerveau, comme vous. Alors vous allez tenter des trucs à partir de maintenant".Et c’est dans cette ultime étape Libourne-Floirac longue de 159 km, que Stéphane Reimherr tentera de faire un numéro. Bien sur on était habitué aux numéros de Reimherr, ce chien fou qui bougeait dès le drapeau baissé. Mais là, le Lot-et-Garonnais s’était bien mis dans la tronche qu’il fallait aller jusqu’au bout (paroles de Frutoso). Ce jour là Perreira échappé avait été repris au km 66. Guillôme et Trumpauskas avaient continué jusqu’à 40 km de l’arrivée où Reimherr et Faugeroux prendront la tête de la course. Vu le final accidenté, on ne donnait pas cher pour cet ultime duo. Mais peu avant la jonction, Reimherr en remettait une couche pour être sur de se trouver en tête de course quand le peloton allait exploser lors de la dernière ascension de la côte. Puis le Lot-et-Garonnais se sentant un peu juste décida de monter avec son 51. Et c’est là qu’il se dégagea après un démarrage au sommet juste sous la flamme rouge. Dans le même temps, ses adversaires revenaient sur le "Stèph" mais il ne lâchera pas dans les derniers hectomètres et remportera la victoire laissant derrière lui des clients comme Furé, Faugeroux, Augé, Locatelli, Bodrogi et d’autres s’expliquer pour les places du podium.

1999 Nontron

Championnat d'Aquitaine route à Nontron avec le tiercé
Eric Frutoso, Pierick Fedrigo et Stéphane Reimherr sur le podium

- Que de chemin parcouru depuis ses débuts en 1989 ! Le coureur de Laroque-Timbaut pouvait se repasser le film de sa jeune carrière cycliste. Il y avait les bouquets chez les régionaux, sa saison 1996 où il a galéré à Montauban, puis le renouveau avec une nette progression parmi les AS depuis 1997. Cette fois, ça y était, Reimherr avait touché le sommet. Il n’avait pas pour autant la grosse tête mais il savait que s’il avait réussi une fois, il pouvait désormais tenter encore sa chance pour améliorer sa carte de visite. Après tout la chance, ne sourit dit-on qu’aux audacieux... ?

1999 14 Coursac

Avec Jean-René Villechanoux lors de sa victoire à Coursac

- L’appétit aussi vient en mangeant... Pour la première fois, le citoyen de Vianne parviendra à monter sur une marche du podium lors du Championnat d’Aquitaine route. Seul Fedrigo en pleine ascension et son ami Frutoso le bon prêcheur le précédait. Cela suffisait à sa joie. En quelques jours, sa carrière semblait prendre une autre dimension, d’autant plus qu’au Tour du Tarn et Garonne particulièrement relevé, il confirmera avec une neuvième place.

1999 Td présentation

Tour de Dordogne avec l'quipe drivée par Gilbert Cuménal avec de gauche à droite
Patrice Péyencet, Fredéric Maly, Jérôme Roy, Christophe Cuménal, Vincent Guillout et Stéphane Reimherr

- Début juillet ce sera une victoire à Coursac puis un Tour de Dordogne gagné par Igor Pavlov où il fera l’honneur des communiqués pratiquement à toutes les étapes, ce qui lui vaudra d’être sacré le plus combatif de ce Tour. Vainqueur des 100 Tours des Boulevards, vainqueur des Boucles du Frontonnais, 2° à Mussidan derrière Chouffe, 5° à Monpazier, 5° aux Milandes là où chaque saison il se cassait le nez, 5° à Creyssac puis encore à Douzillac, 2° à Bruch, 7° à la Tomate, on le voit ce fut un été très chaud pour Reimherr, coureur insatiable.

1999 06 vergt

2° du Petit-Breton à Vergt en début de saison remporté par Diemunsch, loin de se douter
qu'un jour il deviendrait un des citoyens de cette ville qui a aimé le cyclisme

- A la fin de la saison, Stéphane se retrouvera 264° dans le classement national et en catégorie élite, soit un grand bon en avant alors qu’il n’a que 25 ans. Le Cyclo-Club Périgourdin qui évolue en DN3 se classe 27° sur 84 clubs. On le voit, à cette époque, la division nationale connaissait ses balbutiements où les épreuves de classes nationales et internationales avaient leur barème (les 1.12. et les 1.13 notamment). Vu le palmarès de Reimherr, on comprend ce résultat pour lequel il a contribué.

- Ajoutons qu’en cette saison 1999, la Fédération Française de Cyclisme présidée par Daniel Baal avait engagé un vaste plan contre les maffias. A ce titre, les primes n’étaient plus réglées sur la ligne, mais par le comité au fur et à mesure des versements effectués par les organisateurs.

1999 CF de la DDE avec son père et son frère

Avec son père et son frère lors du Championnat de France de la DDE où il était équipé par le CAM

Epilogue d’une saison avec Reimherr

- Véritable chevalier de l’impossible, Reimherr ne connait qu’une chose pour sortir du peloton, l’attaque, toujours l’attaque ! Agé de 26 ans (qu’il fêtera d’ailleurs en février 2000), Stéphane se retrouve en élite 2, dans la cour des grands, ceci après une saison époustouflante. Sur le plat, dans les circuits, dans les ascensions, partout notre coureur était là, comme s’il nous faisait chaque fois un genre de come back qui surprenait ses fervents supporters. D’ailleurs son patron ne tarit pas d’éloges et s’excite dès que l’on parle de son coureur, qui intervient tout le temps, homme à tout faire, du trou à combler comme d’une côte à escalader à bloc.
- Constamment au créneau, son tempérament de baroudeur veut qu’il jette continuellement de l’huile sur le feu, histoire de créer une grande brèche dans la course. Il sait tout faire : rouler comme gicler, colmater comme déboucher, s’économiser comme se dépenser, vouloir y croire jusqu’au bout ! Ça y est, vous avez tout compris sur ce garçon exceptionnel, à la dégaine type d’un play boy, lunettes de soleil profilées, boucle d’oreille scintillante, bronzage parfait et surtout ce sourire imprimé en permanence, cette joie de vivre et cette envie d’être toujours là, c’est cela un coureur, c’est tout cela un Reimherr au millésime 1999.

Palmarès de la saison 1999 : dans le peloton Boucles de l’Océan à Anglet (1° Ludovic Turpin - CC Etupes), abandon Circuit de la Nive à Cambo (1° Christian Selin - Wirso/Finlande), peloton Route de l’Atlantique entre Ciboure et Espelette (1° Olivier Lenaïc - Jean Floc’h), peloton Tour du Labourd à Hasparren (1° Markus Anderson - Wirso/Suède), peloton GP de Bayonne (1° Ludovic Turpin - CC Etupes), abandon Montastruc (1° Gilles Zech - 23 la Creuse), 15° Libourne-Libourne (1° Arnaud Labbe - Tarbes Cycliste Bigorre), peloton Blaye (1° Pascal Simon - US. Talence), peloton Bordeaux-Saintes (1° Jean-François Mainguenaud - Vendée U), 3° Le Bugue Route de la Vézère (1° Didier Bouquet - VC Langon), 5° Trophée des Bastides Sainte-Livrade (1° Stéphane Diemunsch - Pédale Combs la Ville), 2° Vergt Souvenir Petit-Breton (1° Stéphane Diemunsch - Pédale Combs la Ville), 4° Cénac (1° Pierre Painaud - US Montauban), peloton Hossegor (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 1° Razac sur l’Isle, abandon Le Coux (1° Frédéric Nolla - VS Narbonne), 17° Pau (championnat d’Aquitaine des sociétés contre la montre), 11° Royan-Blaye, peloton Tour Lot-et-Garonne (1° Bruno Thibout - 23 la Creuse), 2° Simorre (1° Henrick Sobinski - GSC Blagnac), peloton première étape Montendre (1° Bouteloup - US Créteil), 16° deuxième étape Montendre (1° Trokimo - US Créteil), dans le peloton classement général Tour Montendre (1° Cyril Bastière - Vélophile Naintré), 18° Tarbes-Sauveterre (1° Olivier Trastour - AVC Aix), 20° Saint-Barthélémy (1° Tomasz Kaszuba - AC Bon Encontre), 1° Mauvezin d’Armagnac (Championnat de France DDE), 2° Langon (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 10° Marsac sur l’Isle (1° Eric Daragnès - Asptt Périgueux), 7° première étape Ecureuils (1° Vincent Dedieu - US Talence), 4° deuxième étape Ecureuils (1° Didier Bouquet - VC Langon), 1° troisième étape Tour des Ecureuils, 1° Tour des Ecureuils, dans le peloton première étape Tour Gironde (1° Gilles Zech - 23 la Creuse), dans le peloton deuxième étape Tour Gironde (1° Sylvain Lajoie - VC Roubaix), 10° troisième étape Tour Gironde (1° Dugouchet - UC Châteauroux),18° contre la montre Tour de Gironde (1° Lazlo Bodrogi - CC Etupes), 1° quatrième étape Tour Gironde, 21° classement général final Tour de Gironde (1° Lazlo Bodrogi - CC Etupes), 3° Championnat d’Aquitaine à Nontron (1° Eric Frutoso - Guidon Saint-Martinois), 9° première étape Tour Tarn et Garonne (1° Franck Champeymont - CC Chatillon), 9° deuxième étape Tour Tarn et Garonne (1° Franck Champeymont - CC Chatillon), 35° troisième étape Tour Tarn et Garonne (1° Ludovic Turpin - CC Etupes), 9° dernière étape Tour Tarn et Garonne (1° Franck Rénier - Vendée U), 9° Classement Général Tour du Tarn et Garonne (1° Nicolas Dumont - CC Etupes), abandon Dussac (1° Sébastien Bordes - AC Châtellerault), 3° Monbazillac (1° Sébastien Bordes - AC Châtellerault), 1° Coursac, abandon La Chapelle-Faucher (1° Jérôme Paul - CC Périgueux), lâché première étape Tour Dordogne (1° Stéphane Bellicaud - Poitou-Charentes), dans le peloton deuxième étape Tour Dordogne (1° Cyril Bos - France), 5° troisième étape Tour Dordogne (1° Stéphane Bellicaud - Poitou-Charentes), dans le peloton chrono Tour Dordogne (1° Derepas - Bataillon Joinville), dans le peloton quatrième étape Tour Dordogne (1° Demeyre - Courtrai/Belgique), dans le peloton classement général Tour Dordogne (1° Igor Pavlov - Albi VS), 1° Cent tours des boulevards Périgueux, 2° Mussidan (1° Alexandre Chouffe - CM Aubervilliers), 5° première étape Boucles du Frontonnais, 2° deuxième étape Boucles du Frontonnais, dans le peloton troisième étape Boucles du Frontonais, 1° classement général Boucles du Frontonnais, 4° Périgueux-Faidherbe (1° Christophe Cuménal - CC Périgueux), dans le peloton à Dax (1° Christophe Dupèbe - Guidon Saint-Martinois), 15° Biran, 4° Monpazier (1° Marek Lesniewski - CM Aubervilliers), 10° Vidaillac, 16° Puy l’Evêque, 5° Les Milandes (1° Eric Drubay - CC Etupes), 6° Miramont de Guyenne (1° Marek Lesniewski - CM Aubervilliers), abandon Augignac (1° Stéphane Augé - VC Roubaix), 5° Creyssac (1° Cyril Ribardière - AC Châtellerault), 4° Douzillac (1° Anthony Supiot - Bressuire AC), 11° Bordeaux-Caudéran, abandon Carbon Blanc (1° Emmanuel Berger - VCCO La Rochelle), 2° Bruch (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), abandon Lusignan le Petit (1° Gilles Zech - 23 la Creuse), 7° Marmande la Tomate (1° Tadei Valjassec - Slovénie), abandon Mourenx-Iraty (1° Alexandre Botcharov - US Montauban), 15° Tour du Cubzaguais (1° Emmanuel Berger - VCCO La Rochelle), abandon Saint-Astier (1° Gilles Canouet - CC Marmande), 15° Flèche Landaise (1° Stéphane Meynier - CC Marmande), dans le peloton première étape Tour de la Réunion, lâché deuxième étape Tour de la Réunion, 5° troisième étape Tour de la Réunion, dans le peloton quatrième étape Tour de la Réunion, abandon dernière étape Tour de la Réunion avec sélection Aquitaine).

1999 crevaison au pied d'Iraty

Une saison c'est aussi la malchance comme ici dans Mourenx-Iraty où il vient d'être dépanné

Quelques adversaires de la saison 1999

Pierrick Fedrigo (CC. Marmande), Vincent Vierge (US. Dax), Gilles Zech (23 la Creuse), Gilles Canouet (CC. Marmande), Olivier Bossis (Bressuire AC), Christian Jany (UV. Limousine), David Marié (23 la Creuse), Pierre Painaud (US. Montauban), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Bruno Thibout (23 la Creuse), Olivier Ouvrard (Cycle Poitevin), Loïc Herbreteau (Cycle Poitevin), Anthony Supiot (Bressuire AC), Igor Pavlov (Albi VC), Alexandre Adalbert (AC. Châtellerault), Tomasz Kaszuba (AC. Bon-Encontre), Gilles Dubois (Guidon Saint-Martinois), Henrick Sobinski (GSC. Blagnac), Christian Magimel (23 la Creuse), Alain Lagière (CC. Marmande), Didier Labourdette (Guidon Saint-Martinois), Michel Ambrosini (US. Montauban), Eric Frutoso (Guidon Saint-Martinois), Régis Duros (Tarbes Cycliste), Sébastien Bordes (AC. Châtellerault), Gérard Ianotto (Guidon Saint-Martinois), Cyril Delias (CC. Marmande), Alexandre Botcharov (US. Montauban), Yoann Le Boulanger (PSF. Niort), Jérôme Bonnace (23 la Creuse).

LIENS SUR LE MEME THÈME 
- Stéphane Reimherr première saison au CC Périgourdin - 11° partie - 1998)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (12) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : Stéphane Reimherr en catégorie élite au CC Périgourdin (13° partie)
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2018

STÉPHANE REIMHERR (1998) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (11° partie)

1998 Stéph

1998 DÉBUTS EN DORDOGNE AU CYCLO-CLUB PÉRIGOURDIN

- La saison 1997 s’est terminée par la décision de Max Garcy (président de l’US Montauban), celle qui consiste à ne pas prolonger le contrat de Stéphane. De ce fait, Reimherr s’est retrouvé seul face à son destin. S’entraînant avec Alain Sonson sur les routes du Lot-et-Garonne, celui-ci lui fait part de sa signature au Cyclo-Club Périgourdin. Et c’est ainsi que de fil en aiguille, Reimherr s’est retrouvé dans ce club qui débutait en 3° Division Nationale.

1998 DN3

L'équipe de 3° Division Nationale du Cyclo-Club Périgourdin en 1998

- Nous étions en 1998, l’époque du lancement de ces formations, dont beaucoup ont adhéré, en y laissant plus de plumes que de trophées. Le Cyclo-Club Périgourdin se retrouvait ainsi à une croisée de chemins. Celle d’abord de fêter son 90° anniversaire, soit une raison de prendre du galon dans la nouvelle hiérarchie. Mais dans cette Dordogne il n’y avait pas que le vieux Cyclo pour adresser des clins d’œil aux meilleurs licenciés, puisque l’Asptt Périgueux bien lancée au travers de son Tour Dordogne et de quelques Tours de cantons, lorgnait elle aussi dans cette cour des grands. C’est ainsi que deux clubs du Périgord feront leur rentrée en DN3. Le Cyclo-Club Périgourdin d’abord qui présentait : l’ex-pro Didier Virvaleix comme capitaine de route, Stéphane Reimherr, Alain Sonson, Christophe Cuménal, Frédéric Maly, Philippe Candau, Jérôme Roy et Anthony Estay. Puis l’Asptt Périgueux qui alignait : Bruno Ceyssat, Jean-Claude Daragnès, Gérald Daragnès, Florent Delmond, Mickaël Enaud, Vincent Guillout, Christophe Lanxade, Pascal Le Pemp, Bernard Lorenzon et Eric Porte.

1998 Bègles

1° victoire au Prix de Bègles sous les couleurs du Cyclo-Club Périgourdin

- Que dire de cette saison ? Comme la précédente, elle a été une confirmation au sein de la hiérarchie. Cependant, de la 4600° position à Montauban, voilà que Reimherr s’agrippe à une 729° position, soit un grand bon en avant. Mais il faut dire qu’à cette époque il existe deux groupes : les élites et les séries nationales. Pour l’heure, Reimherr est coureur SN. Il tient bien sa place avec quatre victoires à son palmarès 1998. Une saison intense avec soixante six courses courues contre quarante deux en 1997. On le voit, on le sent, Reimherr prend de la caisse, mais il s’agit de passer encore à l’échelon supérieur car des deux clubs de Périgueux, aucun des deux ne figure en fin de saison au classement final de la DN3 et n’a marqué le moindre point... Dans ce cyclisme en pleine réforme, il est difficile on le voit de se faire une place au soleil. Les clubs sont tellement nombreux dans cette 3° divison nationale, que peu trouvent place dans les grands Tours, là où précisément on peut marquer des points, à condition de terminer de plus dans le haut du tableau. Il y a tout de même de la fierté pour Stéphane, comme celle d’avoir participé aux épreuves de l’Essor Basque et de se classer 9° à l’une d’entre elles, de bien figurer à d’autres, mais on le voit, il manque encore la petite étincelle pour éviter toute cette série de lâchages voire d’abandons. Et pourtant, sa fin de saison reste très encourageante. Désormais, un potentiel existe chez ce coureur qui va et doit travailler, pour s’élever dans la discipline.

1998 Domme

Domme, là où le Cyclo-Club a tout râflé

- Pour l’heure Reimherr habite toujours à Vianne. Il faut dire que son travail constitue certainement un gros frein pour une consécration. On sait que Garcy n’a pas renouvelé son contrat pour cette raison, car si on veut faire le métier, il faut être à 100% dessus comme ses rivaux ,qui eux ne se consacrent qu’au cyclisme. Chez les Reimherr, on reste fidèle aux traditions familiales, celles inculquer par son père Michel : à savoir,  le travail c'est la vie, le cyclisme c'est une école de vie.

1998 MV écureuils

Reimherr maillot vert au Tour des Ecureuils en 1998

1998 Caylus

Petite escapade dans le Tarn et Garonne avec une deuxième place à Caylus

- Mais à force, Reimherr fait aussi des connaissances dans ce milieu sans pitié. Comme il le souligne dans un entretien avec "Direct Vélo", il a fait de bonnes rencontres. "Eric Vermeulen, le Conseiller technique régional d'Aquitaine lui donnera sa chance en sélection régionale sur de belles épreuves et il y prendra de la caisse. Il y a eu aussi Patrice Peyencet, un ex-coureur, un collègue de travail, qui le prend en main. Un jour, il le voir manger au boulot entre midi et deux. Et Reimherr aime bien manger... Quand il a vu son casse-croûte, il lui dit : "Tu vas bouffer tout ça ou c'est ton stock pour la semaine ?". C’est à ce moment là que le coureur a compris ce que signifiait "faire le métier".

1998 Tonneins bis

Victorieux chez lui à Tonneins, dans son Lot-et-Garonne natal

LIENS SUR LE MEME THÈME
- Stéphane Reimherr deuxième saison à Montauban -10° partie - 1997)

1998 Carbon Blanc

Carbon Blanc : une victoire en fin de saison qui met du baume au coeur

Palmarès de la saison 1998 : dans le peloton Boucles de l’Océan (1° Vincent Templier - Jean Floc’h Mantes), dans le peloton Route de l’Océan (1° Fabrice Chabenat - CRCL), dans le peloton Circuit de la Nive (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h Mantes), 9° Tour du Pays Basque (1° Stéfen Kjacrgaard - Norvège), abandon Ronde du Pays Basque (1° Nielsen - Dannemark), abandon Montastruc (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), abandon Léguillac de Cercles (1° Didier Virvaleix - CC Périgourdin), dans le peloton à Pessac (1° Jean-Yves Elissalde - Aviron Bayonnais), abandon Trophée des Bastides (1° Yann Gabaud - AC Fumel), lâché souvenir Petit-Breton à Vergt (1° Stéphane Lavignac - CRCL), dans le peloton à Soorts-Hossegor (1° Jean-Yves Elissalde - Aviron Bayonnais), 12° Cénac et Saint-Julien (1° Pascal Peyramaure - CC Nogent), dans le peloton au Mont-Pujols (1° Christophe Dupouey - Team Sunn Blagnac), abandon Le Coux (1° Jean-Baptiste Llati - VC Narbonne), dans le peloton à Albi, 7° Championnat des sociétés à Cours de Pile avec le CC Périgourdin (1° US Bouscat avec Boterel, Ducloux, Rousseau et Carros), lâché Tour du Lot et Garonne (1° Christophe Duplaa - CC Marmande), 18° Simorre, lâché Tour du canton d’Hautefort (1° Stéphane Lavignac - CRCL), lâché à Montendre et 2° du Maillot à pois (1° Yann Korzynieski - Pays d’Olonnes Côte de Lumière), 1° du 55° Grand Prix du CA Béglais, dans le peloton Dax le Marensin (1° Christophe Dupèbe - Guidon Saint-Martinois), maillot vert Tour des écureuils (1° Yann Korzynieski - Pays d’Olonnes Côte de Lumière), 3° Saint-Barthélémy d’Agenais, 4° Domme (Championnat de Dordogne) (1°Alain Sonson - CC Périgueux), 6° Saint-André de Cubzac (1° Gilles Zech - UC Felletin), 9° Bussière-Badil (1° Loïc Herbreteau - Cycle Poitevin), dans le peloton Libourne (1° Gillain - ES Auneau), 3° Caylus, abandon Peyrehorade (Championnat d’Aquitaine route) - (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 3° Bussac Forêt, 3° Cubzac les Ponts, dans le peloton à Aire sur Adour, 3° Dussac (1° Christophe Cuménal - CC Périgourdin), 1° Tonneins, 11° Coursac (1° Gilles Dubois - Guidon Saint-Martinois), dans le peloton La Chapelle-Faucher (1° Loïc Herbreteau – Cycle Poitevin), 4° Les Barthes (1° Didier Saumon - Guidon Saint-Martinois), 4° Périgueux les boulevards (1° Didier Virvaleix - CC Périgourdin), 2° Castelsarrasin (1° Rafal Wieckzoreck - AC Bon Encontre), 18° Beaumont, dans le peloton Sainte-Foy la Grande (1° Jérémy Roy - CC Périgourdin), 1° Périgueux quartier Faidherbe, 6° Labastide du Temple (1° Michel Ambrosini - US Montauban), dans le peloton à Gabarret (1° Sébastien Dulucq - US Dax), abandon Beaussac (1° Sandy Casar - Jean Floc’h Mantes), 15° Bruch (1° Vincent Templier - Jean Floc’h Mantes), 17° Puy l’Evêque, lâché les Milandes (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), 3° Miramont de Guyenne (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 6° Montpon nocturne (1° Fernand Lajo - US Bouscat), 17° Boulogne sur Gesse (1° Régis Duros - Tarbes Cycliste), 6° Montastruc, 7° Briatexte, 7° Trélissac les Maravals (1° Anthony Kerneis - CC Vervant), 5° Douzillac (1° Anthony Supiot - Bressure AC), 4° Excideuil en nocturne (1° Vincent Guillout - Asptt Périgueux), 1° Carbon-Blanc, 7° Marsaneix (1° Vincent Sauzeau - Cycle Poitevin), abandon Lusignan le Petit (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), dans le peloton la Tomate Marmande (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), 17° Flèche Landaise (1° Stéphane Meynier - CC Marmande).

1998 Milandes

Calé entre deux coureurs, le circuit des Milandes passe toujours mal

Les licenciés du Cyclo-Club Périgourdin en 1998 : (liste alpha en noir les dirigeants, en bleu les coureurs)
Guillaume Alvès, Damien Alvès, Kevin Aubert, Claude Audibert, Damien Augiron, Jean-Louis Authier, Christophe Authier, Laëtitia Bailly, Audrey Bailly, Kevin Bailly, Gwenaelle Bailly, Jérôme Bartholome, Julien Beaudeau, Nicolas Bercouzareau, Christine Bercouzareau, David Bercouzareau, Jean-Marie Bercouzareau, Kevin Bertaux, Marie-Laure Bertaux, Stella Bertaux,, Jean-Charles Boissard, Dominique Boivineau, Mélany Boivineau, Annaelle Boivineau, Jasmine Bouget, Patrick Bousquet, Pascal Boyer, Anthony Boyer, Nicolas Buchin, Jordan Caillaud, Philipe Candau, Nicolas Canler, Jérôme Châteauraynaud, Frédéric Chene, Olivier Chicoineau, Stéphane Clermont, Jean-Marc Constant, Giovanni Corno, José Corréia, Alexandre Cotté, Clément Coyral, Christophe Cuménal, Yoan Darnac, Marc Dolata, Damien Dubourg, Antoine Dussuchale, Guy Dutertre, Didier Dutertre, Michel Elcrin, Anthony Estay, Magalie Eugène, Christophe Fauchier, Cathy Fauchier, Mario Ferreira, Matthias Garcia, Laurent Gillot, Florian Ginsou, Xavier Godefroid, Romain Godefroid, Jean-Pierre Guichou, Danièle Guichou, Alicia Lachenaud, Yoann Lachenaud, Thierry Lafaye, Jean-Claude Lafont, Pierre Lajarthe, Jean-Louis Lambert, Michel Lapouge, Fabien Larivière, Nicolas Laurière, Didier Lavesne, Jean-Baptiste Lavigne, Frédéric Maly, Michel Maly, André Merlhe, Antoine Michaud, Vincent Mignien, Fumiyoshi Minegishi, Michel Monnerie, Didier Moreau, Nathalie Mousques, Guillaume Otschapovski, Florent Parizel, Bernard Paul, Christian Paul, Marie-Madeleine Paul, Jérôme Paul, Vincent Pérez, Didier Pérez, Serge Pomeyrol, Pierre Pomeyrol, Pascale Porcher, Gaëlle Porcher, Jean-Claude Porcher, Grégory Pradelou, Claude Rebière, Stéphane Reimherr, Jean-Michel Roy, Jérôme Roy, Guillaume Roy, Maud Sanguine, Clément Sarrut, Lucien Sautier, Alain Sonson, Loïc Souchard, Yohann Tostivint, Marc Valentin, Jean-René Villechanoux, Didier Virvaleix, Stéphane Virvaleix, Alban Vivien, Franck Vysocki.

QUELQUES ADVERSAIRES DE LA SAISON 1998

 Gilles Canouet (CC. Marmande), Serge Canouet (CC. Marmande), Sébastien Dulucq (US. Dax), Cyril Bastière (VC. Langon), Julien Costedoat (VC. Oloron), Jean-Luc Delpech (CC. Marmande), Christophe Dupèbe (Guidon Saint-Martinois), David Marié (VC. Montois), Jérôme Paul (CC. Périgueux 2000), Stéphane Reimherr (CC. Marmande), Patrice Peyencet (CC. Périgueux 2000), Nicolas Rouillard (VC. Oloron), Hugues Ané (Albi VS), Sébastien Bordes (US. Montauban), Christophe Cousinié (US. Montauban), Christophe Dupouey (GSC. Blagnac), Tomasz Kaszuba (US. Montauban), Gaël Moreau (US. Montauban), Igor Pavlov (Albi VS), Nicolas Portal (GSC. Blagnac), Gwenaël Ronsin-Hardy (Albi VS), Sylvain Calzati (Super Sport 23), Yves Delarue (Super Sport 23), Aïdan Duff (Super Sport 23), Christophe Laurent (Super Sport 23), Christian Magimel (Super Sport 23), Julien Mazet (Super Sport 23), Sébastien Raynaud (Super Sport 23), Vincent Socquin (Super Sport 23), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Emmanuel Berger (Bressuire AC), Sébastien Chavanel (VC Loudun), Cho Ho Sung (Cycle Poitevin), Chun Dae Hong (Cycle Poitevin), Bertrand Guerry (Cycle Poitevin), Loïc Herbreteau (Cycle Poitevin), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Joona Laukka (Bressuire AC), Gaylord Tourneur (Cycle Poitevin), Mariusz Witecki (PSF Niort), Gilles Zech (Bressuire AC).

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (11) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : Stéphane Reimherr, première victoire
internationale (12° partie)

http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]