22 novembre 2022

LA PETITE REINE EN DEUIL

ADIEU MICHEL

Monmoulinet 2005

- C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Michel Monmoulinet. Licencié dirigeant et commissaire à l’UC Nontron puis à l’EC Ribérac, il était aussi et surtout le chef d’orchestre des organisations cyclistes dans sa commune de Javerlhac. Avec l’ancien maire Alfred Duclaud, avec qui il était lié, il mettait sur pied le grand prix de la frairie au mois d’août, un prix richement doté et au brillant palmarès. Et puis il y avait aussi le prix des rameaux, l’épreuve du printemps naissant avec l’ascension de la côte des Gourjoux qui faisait souvent la décision. L’ère de Michel Monmoulinet c’était l’époque des amis et une occasion de se rassembler, des moments conviviaux auprès de celui qu’on surnommait "la Mouliche". Au sein de l’UC Nontron du défunt président Védrenne, il occupait le poste de vice-président et restait un dirigeant actif notamment lors de l’organisation des boucles du Bandiat. Retraité de la SNCF, Michel Monmoulinet luttait contre la maladie qui l’a définitivement emporté à l’âge de 76 ans. Ses obsèques se dérouleront mercredi 23 novembre en l’église de Javerlhac à 14h30 où l’on se réunira, suivi de son inhumation au cimetière de la commune.
- A son épouse, à sa famille et à ses amis "Vélo Dordogne" présente ses sincères condoléances.

VÉLO DORDOGNE - ADIEU MICHEL - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 septembre 2022

DEUX DÉCÈS CE JOUR

PHILIPPE DÉCIMA EST DÉCÉDÉ

- L’information nous vient de Jean-Louis Rouzeau qui nous annonce le décès de Philippe Decima, un ancien guerrier de nos routes au palmarès conséquent. Il avait débuté sa carrière au sein de l’EC Foyenne, puis dans des formations de Dordogne, de Gironde et de Charente où il avait remporté de nombreux succès. Ses obsèques se dérouleront lundi 5 septembre à 10h00 en l’église de Saint Aigulin.

Image155

Philippe Decima lors de ses jeunes années à l'EC Foyenne et Alberte Perpignan 
© facebook Cathy Gastou

ALBERTE PERPIGNAN AUSSI

- Epouse d’Yves Perpignan, ancien délégué de notre secteur Dordogne des années 70 et ancien président du Cyclo-Club Périgourdin, Alberte Perpignan s’est éteinte à l’âge de 86 ans. Nous avons une pensée émue pour cette épouse attentionnée qui suivait son époux sur les circuits et qui nous laisse un très beau souvenir, celui d’une belle personne. Ses obsèques se dérouleront samedi 3 septembre à 10h00 en l’église Saint-Amand à Bordeaux-Caudéran, suivi de son inhumation au cimetière de Chepniers (17).

VÉLO DORDOGNE – DEUX DÉCÈS - © Bernard PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

 

Posté par Bernard PECCABIN à 18:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 mai 2022

DÉCÈS DE PAUL CHINOUR

ADIEU POLO

Chinour Paul 22

- Qui n’a pas connu Paul Chinour licencié à la Jeunesse Sportive Astérienne ? Il était plus bénévole que dirigeant, qui se dépensait pour le bien être du club. Et le bien être du club c’était les barbecues, les repas d’après course d’antan, les soirées grillades sous les marronniers de la place. Ancien cheminot, Polo œuvrait toujours en compagnie de son frère Jacquot décédé en 2017. Au-delà de ces prestations, il était aussi de ceux qui passaient des dizaines et des dizaines d’heures dans les carrefours des courses cyclistes pour assurer la sécurité des coureurs. Prix du muguet, prix du canton, nocturnes, courses des cadets et minimes, partout Paul était présent. Depuis l’ère du président Montagut, à celle d’Henri Gouly, puis de Michel Courbalay et Jean-Michel Dorchin, l’ami Chinour avait répondu présent. C’est par le journal Sud-Ouest, que nous apprenons ce jour son décès dans sa 88° année. Ses obsèques se dérouleront mercredi 25 mai à 15h00, en l’église de Saint-Astier.

- "Rétro Vélo-Dordogne" présente à sa famille et à tous le bureau de la JSA ses sincères condoléances.
- Notre photo : Paul Chinour, une figure Astérienne qu’on ne verra plus

VÉLO DORDOGNE – PAUL CHINOUR - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2022

DÉCÈS DE JACQUES RAMADOUR

Ramadour Jacques

ANCIEN FOYEN ET ANCIEN LINDOIS

- De Bordeaux, "Rétro Vélo Dordogne" a été informé du décès de Jacques Ramadour, ancien sociétaire du CC. Fleixois, du CC Lindois, de l’EC Foyenne et même du CA Créon. Il s’est éteint mardi 26 avril des suites d’une occlusion intestinale dans sa 80° année. Jacques Ramadour avait effectué la majeure partie de sa carrière à Sainte-Foy où il a remporté de nombreux succès locaux. Il a été de ceux qui ont fait partie dans les années glorieuses (1960/1962) de la grande équipe du CC Lindois(1) "Royal Fabric Polyrey" avec Edouard Audibert, Pierre Frare, Georges Dupré, Jacques Salanier, Moise Bodin, Claude Mazeaud et Daniel Dihars.
Ses obsèques auront lieu jeudi 05 mai au crématorium de Mérignac, avenue du souvenir, 33700 Mérignac à 11 h 30.
(1) Les Lindois de l’époque : Robert Rousseau, Robert Conty, Jacques Ramadour, André Dupré, Edouard Audibert, Michel Zanetti, Pierre Frare, Irénée Guisti, Jacques Salanier, Yves Berger, Georges Dupré, Robert Aubry, Moïse Bodin, Lucien Dupré, Louis Melchior, Subileau.

VÉLO DORDOGNE – JACQUES RAMADOUR - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 mars 2022

ROBERT LAURIÈRE S’EN EST ALLÉ

CE PERFECTIONISTE DU VÉLO VA NOUS MANQUER

ACM

- Même s’il s’était mis en retrait de ses activités cyclistes, Robert Laurière va nous manquer. Car après toute une vie consacrée au vélo, on ne peut oublier ce gentil dirigeant et serviteur qu’il a été pendant plus de 40 saisons. Coureur, dirigeant, président, entraîneur, il a été de toutes les batailles de ce cyclisme qu’il affectionnait. C’est par notre confrère de "Sud Gironde Cyclisme" que nous avons appris cette triste nouvelle et que nous diffusons ce petit mémoire, celui de sa vie avec la petite reine.

Stage de Ménesplet

Ménesplet lieu de rassemblement des coureurs en stage de formation

- Mais auparavant disons que "Rétro Vélo Dordogne" se souvient bien de Robert Laurière. C’était un homme talentueux, plein d’imagination, qui savait prendre du recul pour préparer ses épreuves, dans le but de présenter une copie sans bavure. C’était un homme qui pensait à tout, du début à la fin de chaque prestation. Il n’oubliait rien, il avait une feuille de route où tous les détails étaient mentionnés. Avec l’ami Claude Berthier, il constituait une redoutable équipe, capable d’organiser des épreuves "grande dimension" comme ils l’ont fait.

PICT0001

Départ de course lors de la fête locale de  Ménesplet en juin

- Robert Laurière a d’abord été un coureur cycliste qui a pratiqué la compétition pour le plaisir sous la bannière de la FSGT avec qui il additionne quelques succès obtenus dans les années 80 à l’AC Mussidan. En 1986, l’AC Mussidan devient l’AC Ménesplet qui roule en 1991 sous la bannière de la FFC. Les courses sont alors organisées soit au village de la commune, soit au Camp gîte des Loges. Parmi les grandes références le championnat d’Aquitaine de cyclo-cross en 1997, départ Tour Dordogne en 1999, challenge inter régions de cyclo-cross en 2003, championnat de Dordogne minimes et cadets en 2007, challenge des écoles de vélo en 2012, championnat d’Aquitaine des écoles de vélo en 2014, etc... Et puis il y a eu d’autres points forts comme celui d’avoir Mickaël Delage en qualité de licencié, de compter dans son club plus de 60 licenciés, de voir bâtir une école de vélo sous les couleurs du club et bien d’autres détails.

2003 interrégions Ménesplet Cabos, Roux, Lapouge

Championnat inter régions de cyclo-cross en 2003 avec Cabos, Roux et Lapouge

- Après plus de 40 saisons, Robert Laurière nous a donc quittés à l'âge de 80 ans. Il est parti rejoindre son ami Claude Berthier, mais le plus bel hommage vient de lui être rendu en ce samedi 5 mars par Alexis Diligeart, ce coureur de Ménesplet, ancien licencié de l’ACM qui a dédié sa victoire acquise à Saint-Georges des Landes, à celui qui a été son premier formateur président.

Pict0027

En 2007, avec un certain Quentin Pacher champion de Dordogne

 - A toute sa famille, à ses proches, "Rétro Vélo Dordogne" adresse ses sincères condoléances et le témoignage de sa vive sympathie.

1997 Ménesplet Duros, Dumont, Labbe

Avec l'ami Claude Berthier au Camp Gite des Loges en 1997 lors d'un cyclo-cross

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – ROBERT LAURIÈRE - © Bernard PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 janvier 2022

LE DÉCÈS DE FRANÇOIS BOYER

LE COUREUR DE CARSAC NOUS QUITTE A 71 ANS

Boyer François 2- Stupeur dans les milieux cyclistes du Sarladais après le décès de François Boyer. Il avait débuté la compétition cycliste au Cyclo-Club de Belvès en 1966 où il avait conquis le titre de Champion de Dordogne des cadets. Il faisait parti de la bande des Michel Brun, Régis Royère, Jacques Martin, Roland Priat, Alain Barillot, Guy Marty, Jean-Claude Ulbert, Jean-Marie Galy, Christian Cotté, Jean-Louis Laboutade, Patrick Merle, Claude Denis, Jean-Luc Joubert, Jean-Louis Moreau, Guy Dagot, Alain Micoine, Gilbert Buisson, Jacques Mazeau, Alain Rousseau, Jean-Jacques Bouyer, Christian Biale et Jean-Claude Marchand, tous des garçons de son âge qui avaient participé à Saint-Emilion au championnat d’Aquitaine, gagné par l’ami Jacques Martin, reflet d’une époque riche pour notre cyclisme de proximité. Puis François Boyer a porté les couleurs du Vélo-Club Tulliste avec Jean-Paul son frère amenant avec lui des Sarladais du coin tels Boubert, Régis Royère et Jean-Claude Ulbert. "Rétro Vélo Dordogne" ne connait pas le palmarès de ce coureur sprinteur hors pair, si ce n’est qu’il totalise chez les 3 et 4 un nombre impressionnant de victoires.

Cénac 1969

A Cénac et Saint-Julien lors du prix des espoirs en 1969, deux Carsacois
du CC Belvès animent l’épreuve. Jean-Louis Gauthier aujourd'hui speaker (2°),
François Boyer lauréat, puis Mlle Bompay et le speaker Gagnebé au protocole

- Dans les années 80 il trouve une deuxième voie en pratiquant le cyclo-cross où il s’adjuge le titre de Champion du Limousin à deux reprises (1984/1985) prenant ainsi la succession de René Princeau pourtant à l’époque réputé indéboulonnable. On se souvient entre autres de sa 4° place au cyclo-cross de Saint-Vincent de Cosse gagné par le professionnel Robert Forest (1985).
- Licencié Ufolep au club de Saint-Gaudens, il gagne à trois reprises le titre de champion de France de cyclo-cross. Puis il termine sa carrière au club de Trélissac, laissant ainsi à son fidèle public un souvenir impérissable.
- Il est décédé ce jour à l’hôpital de Cahors où il aurait subi une importante intervention chirurgicale. A sa famille et à ses proches, Rétro Vélo Dordogne adresse ses sincères condoléances et ses sentiments de vive sympathie. Ses obsèques se dérouleront jeudi 13 janvier 2022 à 10h00 en l'église de Carsac, suivies de son inhumation au cimetière communal.

Image11

Champion de Dordogne des cadets en 1966 sous les couleurs du CC Belvès

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – FRANÇOIS BOYER © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 16:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 janvier 2022

1° JANVIER 2022 : DÉCÈS DE NOËLLE CUMÉNAL

CELLE QUI A ÉTÉ L’ÉPOUSE DE GILBERT

A CHOISI LA DISCRÉTION POUR NOUS QUITTER

Image2

- Cette nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux. "Rétro Vélo Dordogne", pris hier lundi par des ennuis de santé, retrace la vie d’une personne qui a marqué notre cyclisme de proximité et qui a formé avec son époux une famille totalement tournée en faveur de notre discipline.

- C’était une personne exceptionnelle, très connue du monde de la petite reine, de ceux qui fréquentaient l’ancien magasin de cycles du cours Saint-Georges à Périgueux. On savait d’elle qu’elle était l’épouse de Gilbert, on savait qu’elle était une collaboratrice hors pair, et que le travail du couple au cours des trente glorieuses, leur avait permis de s’élever dans la société. On la voyait au magasin, on la croisait parfois dans les réunions associatives, on la voyait près des lignes d’arrivée où son mari officiait, on l’a voyait donner un coup de main pour installer la sonorisation, on la voyait encore en train de garder ses deux enfants Christophe et Isabelle le long des circuits, mais à part ça, on ne savait rien d’autre de cette personne si discrète, peu bavarde, vivant constamment dans  l’ombre de son époux.
- Noëlle Cuménal était une Bretonne née à Plougastel Daoulas. Fille aînée d’un militaire affecté dans la marine, elle perd son père à 18 ans et se retrouve face à des responsabilités pour aider sa mère et ses trois frères et sœurs, dont la plus jeune est âgée d'un mois. C'est au cours de cette période triste de sa jeunesse, qu'elle s’occupera de sa famille. Très affectée par ce malheur de la vie, Noëlle  sombrera dans la tristesse, à l’image des femmes des pêcheurs de la région qui ont perdu leur mari en mer.
- Mariée à Gilbert en 1972, elle seconde son époux dans le magasin. Là elle découvre un autre monde, celui du vélo avec ses cohortes de jeunes, de cyclotouristes, de promeneurs du dimanche, de coureurs amateurs, de gamins adeptes de bicyclette, soit un monde qui va devenir sa clientèle. Et cette clientèle Noëlle l’aimera, pour entretenir un lien amical et commercial, qui hissera sa société vers le haut. On se souvient d’une époque où il y avait une succursale à Sarlat, Ribérac, Angoulême. Du Nord au Sud de la Dordogne, d’Est en Ouest du département, les cycles Cuménal avaient évolué pour être connus dans un commerce qui allait de l’avant, qui plus est avec les progrès de la discipline.

Cums

Noëlle en train de secdonder son mari dans une épreuve en ligne

- C’est en 1994 que le couple se mettra en retrait pour passer la société à leurs enfants. Un retrait progressif, mais obligé lorsque Gilbert était en invalidité, suite à des problèmes de santé. Mais la vie associative a continué, ne serait-ce pour suivre les exploits du fils puis du petit fils de leur retraite Mensignacoise. Très affectée par le décès de Gilbert en 2017, Noëlle Cuménal terminera sa vie à l’EHPAD de Saint-Astier. Toujours aussi discrète, elle est décédée le matin de ce 1° janvier à l’âge de 84 ans, comme si elle aurait voulu éviter des ennuis à son entourage, ceci en conformité avec sa personnalité.
- Ses obsèques seront célébrées mercredi en l’église de Mensignac à 15h00, suivis de son inhumation au cimetière de la commune. "Rétro Vélo Dordogne" adresse à sa famille ses sincères condoléances et ses marques de vive sympathie.

Image4

Accroupis au centre, le couple Cuménal devant leur
mythique commerce du cours Saint-Georges (souvenir des jours heureux)

LIENS FAMILLE CUMÉNAL.
- Lire Gilbert Cuménal l’homme du micro.
- Décès de Gilbert Cuménal le 12.01.2017.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – NOËLLE CUMÉNAL © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2021

DÉCÈS de LILIAN LONGAUD

DISPARITION D’UN COUREUR DEVENU ARTISTE

Longaud coureur

- C’est par le biais du journal Sud-Ouest que "Rétro Vélo Dordogne" a appris le décès de ce coureur qui était licencié en 1958 à l’UC Montpon. Selon ce quotidien, Longaud avait évolué en première catégorie et aurait remporté une dizaine de succès dont le GP de la Double en 1959. Ami de Raymond Poulidor, celui qui était devenu un artiste sculpteur/peintre est décédé en ce mois de décembre à l’âge de 82 ans.
- Selon Michel Delugin, notre lecteur et correspondant Ribéracois, Longaud aurait débuté la compétition en 1957 où sous le maillot de la Pédale de Montpon il gagne à Saint-Jean d'Ataux. Ensuite  il s’adjuge deux courses de classement puis  celle du Fleix. En 1959, il triomphe à Ménesplet, Bassy, Saint-Barthélémy de Bellegarde, Saint-Quentin de Chalais, Vanxains et enfin à Echourgnac où comme mentionné dans le premier paragraphe, il s’adjuge le GP de la Double. Véritable espoir de la petite Reine, Longaud part alors pour son service militaire. Une période qui l’aura marqué avec 26 mois passés en Algérie. Lorsqu’il revient, il est très attendu. Le 5 août 1962 on le retrouve à Eygurande où il se classe 9° lors d’une épreuve remportée par Christian Fortin de l’EC Foyenne. Mais la santé du coureur Montponnais est des plus précaire. Il doit se soigner et renonce à la compétition. On le voit, le ressort est cassé, Longaud n’a plus de force et de plaisir après cette période noire passée sous les drapeaux. Cependant, il fera parler de lui toute sa vie, par ses qualités d’artiste et sa passion pour sa Double où il a vécu et dont la presse lui a fait un large écho.
- A sa famille et à ses amis, "Rétro Vélo Dordogne" présente ses sincères condoléances et ses sentiments de vive sympathie.

VÉLO DORDOGNE - LILIAN LONGAUD - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2021

PIÉTRO VALIANI EST DÉCÉDÉ

DISPARITION DU PUISSANT COUREUR DU VC VILLEFRANCOIS

Valiani Pierre

- C’est avec tristesse que "Rétro Vélo Dordogne" vient d’apprendre le décès de Piétro Valiani - en médaillon -, ancien coureur et ancien dirigeant cycliste, à l’âge de 90 ans.
- Licencié en 1951 dès la formation du VC Villefrancois, Pietro Valiani coureur d’origine transalpine avait réalisé des débuts tonitruants à Villefranche du Périgord, en remportant cinq victoires. C’était donc l’époque de Marcel Pader et de Claude Delmon autres vedettes du club avec qui il formait le redoutable trio du président Guy Jougla. On se souvient encore de ce puissant Valiani battu de peu en 1952 dans Bordeaux-Eymet par Angel Barquéro mais en devançant Demanes, Pagotto, Yves Gourd, Chazeau, Rigon et autres coureurs de grande classe comme on peut le voir.
- Puis installé à Boulazac, Piétro Valiani a également soutenu le cyclisme local et notamment "la Pédale Faidherbe" lors de ses débuts. Vaillant artisan plâtrier, Piétro Valiani offrait ainsi son prix qu’il patronnait avec passion, heureux de revoir et de servir ce cyclisme qui lui avait tant donné.
- La famille Valiani est d’ailleurs restée au sein de la grande famille cycliste avec ses deux fils Eric et Claude qui ont évolué en amateurs, sans oublier les petits enfants comme Hélène et Nicolas qui ont porté les couleurs du  Cyclo-Club Périgueux-Dordogne.
- "Rétro Vélo Dordogne" présente ses sincères condoléances à toute la famille et ses sentiments de vive sympathie. La cérémonie funéraire se fera dans l'intimité familiale.

PV

1983 à la zone industrielle de Boulazac, le prix Valiani qui sera remporté par Philippe Griso (AC Bon Encontre)

VÉLO DORDOGNE – PIÉTRO VALIANI - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2021

JACQUES VIVIER (par Gérard Descoubès)

JACQUES VIVIER ÉTOILE DU PÉRIGORD EST MORT
(par Gérard Descoubès)

Descoubès Gérard 11

- L'imprévisible Golden Boy avait tout, le style, la classe et du caractère, pendant quelques saisons tout le Limousin restera sous le charme de l'idole. Fausto Coppi lui même en son temps, le prit sous son aile protectrice pour le conseiller. Mais Jacques était un individualiste solitaire, il aimait les grands espaces en pleine nature, il y avait chez le garçon, un coté homme des bois. Chevauchant sa monture d'acier il était le cow-boy des pelotons cyclistes, ce cyclisme qui ne fut pour lui qu'une forme d'évasion à travers la France et une façon de découvrir une partie de l'Europe à vélo. Il n'aimait pas spécialement son sport, c'était juste une façon de gagner sa vie, il ne faisait que le strict minimum pour son état de forme, juste pour éviter la chute de sa valeur marchande. Ceci mis à part il se constituera un joli palmarès, bien que chez les pros il n'évoluera qu'à la moitié des immenses moyens que tout le monde lui prêtait. Il resta 3 ou 4 saisons le garçon à l'avenir doré, adulé et soutenu par tout le Limousin, puis à partir de 1955 sa carrière s'étiolera d'année en année. Dans sa région, il servit de modèle, à toute une jeune génération de coureurs qui rêvaient tous de devenir un jour J. Vivier. Il avait été découvert par Marius Duteil le père de Francis, il avait formé avec Michel Brun un duo qui écuma les courses régionales chez les indépendants. Il avait débuté en 1949 et raccroché fin 1959, pro de 1952 à 1957 inclus. Ses plus grands succès sont la Route de France 1951, la 20e étape Bordeaux-Limoges 228 km du Tour de France 1952 (il avait échoué à la 2e place à Toulouse dans la 16e battu de peu par le véloce Rosseel), il s'était imposé également sous un temps apocalyptique dans la 7e étape Brest-Vannes 211 km (un 14 juillet) du Tour de France 1954 , Il a participé à 5 Tours de France : 49° en 1952, abandon 12e étape en 1953, 40° en 1954, abandon 5e étape (opéré en urgence de l'appendice) en 1955, abandon 3e étape en 1956. Il prit le départ d'un Giro en 1953 (abandon dernière étape) et d'une Vuelta en 1955 (abandon dernière étape). Jacques était né le 9 octobre 1930 à Ste. Croix de Mareuil, il est décédé le 28 septembre 2021. Après sa carrière il sera un fructueux négociant en bois. Il nous laisse le souvenir d'un coursier à l'allure élégante et naturelle, qui s'est agrippé aux éclats scintillant de la gloire alors qu'à une certaine époque il pouvait s'y installer à temps complet.

Vivier Jacques décès

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - Jacques VIVIER © Gérard DESCOUBÈS
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hierCliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]