24 juillet 2020

JEAN BOISSAVY EST DÉCÉDÉ

DISPARITION D’UNE ANCIENNE FIGURE

 DU CYCLISME PÉRIGOURDIN

Boissavy Jean 8

- Jean Boissavy a effectué sa carrière au Cyclo-Club Périgourdin dans les années 50. Né dans l’entre deux guerres, il n’a pas été gâté par les aléas de la vie (guerre mondiale, guerre de nos colonies, service militaire, etc...). De ce fait il a couru souvent après la victoire, se heurtant à des coureurs très huppés comme Léon Kervasse, Jacques Vivier, Valentin Huot, Gilles Schocké, Guy Dubois, Mounet, Walryck et bien d’autres. Remarqué par son ardeur, son sérieux et sa ténacité, il fait alors parti à de nombreuses sélections au sein du Cyclo-Club Périgourdin. Magnifique équipier, il est très apprécié et se forge ainsi un sacré caractère sportif même si son palmarès en pâtit quelque peu. Vainqueur de plusieurs prix locaux, il a été de tous temps un partenaire respecté, loyal et volontaire, sachant se sacrifier pour la bonne cause de l’équipe.

- Il a été un de ceux, qui en 1977 a remis en selle la Pédale Faidherbe de Périgueux, aux côtés de Bernard Sautier. Vice-président du club, originaire de Coulounieix, il a porté sa contribution au bon fonctionnement du club, notamment pour le démarchage et surtout côté direction sportive de la formation. Dans ce secteur, on connaît l’ampleur des résultats obtenus, notamment par le titre de championne du monde d’Elisabeth Chevanne-Brunel (1993), puis par les titres de l’équipe de cyclo-cross ensuite.

- Technicien de la Chambre d’agriculture, ce retraité s’était mis en retrait de la vie sportive, atteint par la maladie, qui dans sa 87° année, a fini par avoir raison. A sa famille et à ses amis, "Rétro Vélo Dordogne" exprime ses sincères condoléances et sa vive sympathie. Cérémonie et crémation le lundi 27 juillet à Sanilhac (Ets. Virgo).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - JEAN BOISSAVY © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur ce blog

Posté par Bernard PECCABIN à 10:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 juin 2020

ADIEU MONSIEUR BERNARD

AB

Un des portes drapeaux du cyclisme
des années 70 s’est éteint

- La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, sur le web et les réseaux sociaux. Alain BERNARD est décédé en ce 1° juin 2020 à l’âge de 73 ans. "Rétro Vélo Dordogne" n’empiètera pas sur ses confrères mais précisera tout de même que cet ancien coureur amateur était venu quelques fois ferrailler sur nos routes de Dordogne, remportant notamment des succès à Chamiers, Bergerac, Piègut et Trémolat pour ne citer que les principaux.
- On ne l’a pas vu souvent c’est vrai, du fait que son statut le destinait à des courses nationales et internationales au sein de l’équipe de France amateur. Alain Bernard aimait tout de même la Dordogne et venait lors des Jours Cyclistes de Maurice Jouault dans les années 80, tout comme lors des gentlemen de Valentin Huot où il retrouvait tous les anciens. Et puis durant une saison, lorsqu’il était professionnel, le coureur Lot-et-Garonnais avait pris sa licence au Cyclo-Club Bergeracois, c’était en 1977.
- Alain Bernard, ce coureur à la longue carrière cycliste (amateur et professionnel), champion d’Aquitaine en 1970 nous laissera un immense souvenir, celui de ses joutes contre les Fédrigo, Mazeau, Magni, Frosio, Roger Darrigade, Lalanne, Sautier, Bordier et bien d’autres, soit toute une époque où le cyclisme c’était une autre musique.
- Cliquez aussi sur ce LIEN pour découvrir d’autres informations sur son sujet.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - Alain BERNARD © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur ce blog

Posté par Bernard PECCABIN à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 mai 2020

LA MORT DE SYLVÈRE TRUFFY

HOMMAGE EN SA MÉMOIRE

Sylvère

- Il était connu pour appartenir à une grande fratrie de Saint-Pancrace, dont il était originaire. Il avait pour frère Raphaël et Jean-Paul, soit d’illustres coureurs bien connus de nos pelotons en Périgord. Mais de ces trois cyclistes, il avait été le plus discret que ce soit sur le plan humain comme sur celui du sportif.
- Sylvère Truffy né le 11 novembre 1952 a pratiqué le cyclisme au Cyclo-Club Périgourdin, au Vélo-Club Bergeracois, à la Pédale Thibérienne puis est venu rejoindre vers la fin des années 78-79 la Pédale Faidherbe, par le biais de Bernard Estève, cheminot comme lui au Paris-Orléans sis à Périgueux.
- "Rétro Vélo Dordogne" qui était secrétaire du club de cette époque, a bien connu ce personnage, du moins suppose l’avoir connu, tellement il constituait un sportif à la fois mystérieux et particulier. Sylvère ne faisait pas de bruits, se livrait très peu aux conversations sportives du peloton. Il courait simplement pour lui, par passion, pour meubler ses loisirs, pour rompre la monotonie de sa vie familiale et professionnelle. Il ne cherchait pas la performance, il prenait le départ, s’attachait à ne pas abandonner une course pour passer ainsi sous la banderole dans le rôle des etcétéras... seulement heureux d’avoir pris sa transpirée de fin de semaine avec pour objectif de remettre ça huit jours plus tard. Ne cherchez donc pas son palmarès, même si Rétro Vélo Dordogne relève en 1982 : "15° à Saint-Geyrac, 19° Bertric-Burée, 18° Thiviers, 14° Nontron, 16° Mornac, 12° Saint-Martin le Château, 16° Thiviers, 19° Saint-Pierre Chérignat, 17° Lacropte, 13° Ménestérol, 16° Ladouze, 13° Saint-Saud, 14° Saint-Laurent des Hommes, 18° Condat, 18° Champniers-Reilhac, 12° Eymouthiers, 17° Cubjac, 11° PLazac, 16° Verteillac, 14° Marsaneix, 18° Vergt", soit des places qui soulignent bien que ce coureur ne courait pas pour les titres, ni pour les bouquets, encore moins pour l’argent, pratiquait sagement le cyclisme, dépensant plus en terme de matériel et de déplacements que pour ramener un peu de monnaie chez lui à La Plagne...
- Il manquait certainement de moyens et de classe, mais pas de volonté, étant de surcroit très gentil et très poli avec toute la communauté cycliste. Sylvère comprenait bien la plaisanterie, se laissant souvent baptisé par des noms comme "Silvermatch", voire "Truffignol", soit des termes qui le faisaient rire au fond de sa petite Fiat qui l’amenait au départ des épreuves. Il aurait pu courir pour lui sans licence, mais il préférait la compétition, parce qu'il y avait la vie des clubs, les habitués des circuits et les fêtes des villages qui rythmaient avec la course du week-end.
- C’est en lisant samedi l’Etat-Civil d’un quotidien local, que "Rétro Vélo Dordogne" a découvert son nom sur la liste des décès. Ayant contacté de suite son frère Raphaël, celui-ci nous a bien confirmé ce grand malheur, à savoir que selon le médecin, son frère serait décédé subitement, sans plus..., accentuant le trouble et le désarroi auprès des siens...
- Comme déjà tant souligné, Sylvère a quitté ce monde sur la pointe des pieds, fidèle à son image. Il nous a laissé à l’heure où le COVID ravage notre planète, soit une période pour que ses obsèques déjà célébrés, le furent sans amis, selon une procédure stricte, car uniquement entouré par un faible contingent de proches et de sa famille si éprouvée.
- Il y a parfois dans la vie de curieuses destinées. Celle de Sylvère Truffy en font partie, mais nous n’oublierons jamais ce garçon qui désormais peut compter sur sa seconde famille, celle des cyclistes de Dordogne, qui je n’en doute pas auront une pensée particulière à son intention en parcourant ces quelques lignes.
- A sa famille, à ses amis, à tous ses proches, "Rétro Vélo Dordogne" adresse ses vives condoléances et le témoignage de sa vive sympathie.

TRO VÉLO DORDOGNE - SYLVÈRE TRUFFY © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2020

ADIEU GILBERT !

RUDEAU ET BEAUSSAC PERDENT UN SERVITEUR

Morélieras

- C’est avec une grande tristesse que "Rétro Vélo Dordogne" a appris le décès de Gilbert Morélièras, à l’âge de 84 ans. Il n’était pas un dirigeant du vélo, mais il avait été un grand organisateur des épreuves cyclistes à Rudeau-Ladosse d’abord, puis à Beaussac ensuite. Un organisateur de l’ombre, qui se dépensait sans compter pour que la course cycliste soit une réussite.
- C’est à l’époque de Roger Mariaud maire de Rudeau, que Gilbert Morélièras a pris la présidence du comité des fêtes. Les coureurs peuvent se souvenir de la dureté de la course, mais aussi des primes que l’homme de l’ombre amassait pour les distribuer. Rudeau et sa foire aux melons, sa fête, sa course, son concours de pétanque, son repas dansant, c’était lui ! Une personne dévouée qui a ensuite continuer à servir à Beaussac, où il retrouvait l’équipe du CCP Nontron du président Dutertre à chacune de ses organisations. Remarqué de tous par son exemple et sa ponctualité à servir, il était titulaire de la médaille de bronze de la jeunesse et des sports depuis 2007 (notre photo).
- Vous ne verrez plus cette figure joviale et si accueillante. Gilbert à Beaussac tenait dans les derniers temps, le poste de signaleur au carrefour du cimetière de Ladosse, face à la ligne droite de l’arrivée de la course. Gilbert est donc passé de l’autre côté du mur, puisqu’il sera inhumé dans ce cimetière vendredi 17 avril dans la plus stricte intimité. Adieu Gilbert, ton image restera gravée dans nos cœurs.
- A toute sa famille et à ses proches, "Rétro Vélo Dordogne" présente ses sincères condoléances et ses sentiments de vive sympathie.

Pict0019

TRO VÉLO DORDOGNE – GILBERT MORÉLIÈRAS © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 16:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 avril 2020

ISIDORE DUDRAT EST DÉCÉDÉ

LE PETIT BERGERACOIS NOUS QUITTE A 42 ANS

DUDRAT Isidore

- C’est avec une grande tristesse que "Rétro Vélo Dordogne" a appris le décès d’Isidore Dudrat et ceci sur les pages de facebook. Une nouvelle qui a été confirmée par ses amis très touchés par la disparition de ce coureur qui s’était illustré surtout au cours de ses jeunes années. C’est sous les couleurs de l’EVCC. Bergerac que ce cycliste du quartier de Naillac a débuté, notamment en catégorie minimes, cadets puis juniors. Très combatif, de petit gabarit, il savait se battre sur un vélo, encouragé par tout son clan familial.
- Né le 29 juillet 1978, il a débuté la compétition en 1991, où en minime 1° année il se classe 2° du Championnat de Dordogne de la catégorie à Bussac, terminant sa saison sur un succès à Sainte-Foy la Grande. En 1992, il devient Champion de Dordogne minimes sur le circuit de Ménestérol, puis rentre vainqueur des courses de Nérac, Saint-Sulpice de Mareuil, Sainte-Foy la Grande, Naillac et du Lédat.
- Cadet en 1993, il ne remporte pas de bouquets mais se classe 3° du championnat de Dordogne cadets couru à Villamblard. En 1994 et pour sa deuxième saison chez les cadets, il remporte le titre départemental, ajoutant à son palmarès des succès à Hautefort et à Allemans. Il se classe 7° alors du Championnat d’Aquitaine, démontrant ainsi toute sa vitalité en faveur du cyclisme.
- Junior 1° année en 1995, il gagne encore à Nanthiat, Périgueux Gour de l’Arche et Villac, additionnant de même toute une série de places d’honneur. En 1996, il termine 6° du Championnat de Dordogne des juniors, puis disparaît des pelotons...
- Compte-tenu des circonstances actuelles et du protocole des cérémonies funéraires, la rédaction n’est pas en mesure de donner des informations dans ce domaine, mais présente à sa famille ses sincères condoléances. Il va nous manquer ce Champion !!!

TRO VÉLO DORDOGNE – DÉCÈS D’ISIDORE DUDRAT © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 16:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


23 février 2020

DÈCÈS DE WILLIAM ANGARD

TRISTE NOUVELLE EN BERGERACOIS

ANGARD William

- C’est par un communiqué laconique de l’UNCP, relayé par Jean-Michel Arquey, que nous avons appris ce jour, le décès de William Angard, président du Comité d’Organisation du Tour de France en Bergeracois (COTFB). Au-delà de cette triste nouvelle, rappelons qui était ce dirigeant hors du commun. C’est à son ami de toujours, Jean-Michel Arquey, que "Rétro Vélo Dordogne" doit ces quelques informations.
- Né le 24 décembre 1960 à Sedan (08), il était l’avant dernier enfant d’une famille qui en comptait treize. Deux mois après avoir fêté ses 59 ans, il laisse son épouse Catherine, ses deux filles et son garçon tout comme ses trois petits enfants dans une profonde douleur. Chef d’entreprise de peinture, il était arrivé dans notre région dans les années 90. Trésorier du Guidon-Club Bergeracois de cette époque, il s’était investit dans sa fonction. Parallèlement à son rôle de dirigeant, il avait pris une licence en série régionale où il a fait quelques places d’honneur. Mais son rôle consistait davantage à apporter son concours utile et efficace aux jeunes qu’il entraînait le mercredi et qu’il amenait sur les lieux des compétitions les week-end. En 2014, il est devenu le président du COTFB, pour lequel il a œuvré pour la venue de la grande boucle en 2014, puis en 2017. En fin d’année 2019, il organisait le critérium de France dans sa bonne ville de Bergerac, suivi par la remise des trophées de l’UNCP (Union Nationale du Cyclisme professionnel). Une UNCP qui ne tarit pas d’éloges à son égard, qualifiant William Angard, je cite : "de passionné de cyclisme et d’un des plus grands supporters du vélo français".......
- A son épouse, à ses enfants, à sa chère famille et à tous ses proches, "Rétro Vélo Dordogne" adresse ses condoléances et ses sentiments de vive sympathie.

TRO VÉLO DORDOGNE – DÉCÈS DE WILLIAM ANGARD © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 18:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 janvier 2020

DIX ANS QUE JEAN-RENÉ VILLECHANOUX NOUS A QUITTÉS

ET DERRIÈRE LUI, LE PELOTON
DES DISPARUS DU CYCLISME  GROSSIT

- 28 janvier 2010-28 janvier 2020, une décennie déjà que notre speaker a quitté notre monde. Et depuis son départ dans les étoiles, c’est fou ce que notre société a changé. Pas en bien, certes ! Mais avouons tout de même qu’en dix ans, il se passe beaucoup de choses. Un monde devenu fou, un monde malade, une planète agonisante, bref une situation si alarmante, que pour nous les anciens, nous n’avons plus peur de mourir... Nous avons plutôt peur de l'avenir...
- Nous avons vécu mon cher Jean-René une année 2019 dramatique. Toi l’amoureux de la nature, je ne te dis pas ce qu’elle a pu souffrir avec des températures sahariennes qui ont asséché les étangs de la Double, tout comme les rivières et les cultures. Elle n’était pas belle à voir l’Isle sur le pont de Saint-Front de Pradoux. Une catastrophe écologique pour laquelle rien ne se fait et ce n’est pas fini...
-  Mis à part le Tour de France, le cyclisme ne nous a pas laissé de souvenirs impérissables. Seul le Tour du Limousin a mis un peu d’ambiance, mais avec la chaleur accablante, le public n’a pas été au rendez vous comme au temps jadis. Quant au cyclisme de clocher, il est agonisant. Prépare lui une place au paradis, car c'est lui qui nous a donné cette passion et ce plaisir de vivre...
- Voilà dix ans déjà que tu nous a laissés. Toi le farceur tu n'avais pas trouver mieux que de te retrouver à "Saint-Barth", pour y reposer définitivement. Saint-Barth ! oui, mais Saint-Barth de Bellegarde, ce qui est une autre destination pas très paradisiaque. Putain, je me souviens de ta cérémonie. On s'est caillé devant l'église en attendant ton arrivée qui ne venait pas... allez savoir pourquoi ? Certainement que c'est toi encore mon cher Jean-René, qui avait dû monter un coup pour nous faire glander sous un froid sibérien. Car c'était ta spécialité que celle de réaliser des mises en scènes inattendues. Donc pour tes obsèques, on a eu droit encore à une sorte de show, soit du vrai Villechanoux...
- En ce moment le pays manifeste pour les retraites. Moi je pense que quoiqu'il arrive, les jeunes ne verront pas cette retraite, mais une fin de l'humanité, ce qui constitue une autre perspective. Les gens s'extasient devant les couchers ou les levers de soleil avec de belles images, mais le drame c'est que ces couleurs aussi agréables soient elles, sont en faits les traces d'une pollution grandissante selon les spécialistes de la météolorogie. 
- Cerise sur le gâteau de cette période sombre, on va être confronté à une épidémie planétaire dont à l'heure actuelle, on ignore les conséquences. Voilà pour ce  qui est l'ambiance de notre univers. Un monde des vivants en pleine souffrance... J'ai même oublié de te dire que notre POUPOU est parti aussi dans les étoiles, mais ça tu as du t'en rendre compte pour aller lui en serrer cinq !

Villechanoux story

- Quand tu nous a quittés tu es parti rejoindre des gens comme Jean-Marie Defix (Président de l’Asca Bergerac), Jean-Serge Calmette (président de l’UC Montpon et ancien coureur), Marcel Counord (président de l’UC Montpon et commissaire national), Maurice Jouault (ancien coureur et speaker international), Lucien Leduc (président du CC Sarlat), Laurent Olivier (ancien coureur de Saint-Astier), Henri Martin (ancien coureur et secrétaire du RC Mussidan), Augustin Lissandreau (ancien président du CA Ribérac cyclisme), Paul Chabaud (ancien coureur, vélociste et président de la Pédale Nontron), Jean-Claude Daunat (coureur professionnel originaire de Villetoureix), Jean-Christophe Arretche (ancien coureur de Cyclisme 24), Claude Troubadis (secrétaire de la JS Astérienne), Marc Thomas (speaker de l’EC Ribérac), Jean-Paul Loubriat (coureur du Guidon Sarladais), Didier Nicolas (président du comité des fêtes de Léguillac de Cercles),André Delteil (secrétaire du Prigonrieux Guidon-Club), Marie-André Védrenne (secrétaire de l’UC Nontron), Charles Verdier (ancien coureur et dirigeant du CC Périgourdin), Mélanie Boivineau (coureure du CC Périgourdin), Henry Boucher (coureur et trésorier de la JS Astérienne), Fernand Boucher (ancien président du CC Périgourdin), Pierre Siméon (président de la Pédale Faidherbe), René Cabanat (dirigeant du CC Montpon), Jean-Noël Arfeuille (trésorier de l’AS Eymet), Lucien Deville (passionné du cyclisme à Nontron), Bernard Delpeuch (dirigeant de l’UC Montpon), Albert Chaussade (vélociste et secrétaire du RC Mussidan), Marc Le Moil (trésorier et président de la Pédale Faidherbe), Titi Cheutin (dirigeant de la Pédale Faidherbe), Marcel Montagut (ancien président de la JS Astérienne), Yves Berger (coureur du CC Lindois), Jean Vidal (coureur du CC. Lindois), Marius Duteil (coureur du CA Ribérac et du CC Périgourdin), Claude Mousseau (coureur du VC Nontron), Yves Gourd (coureur de l'AS Eymet).
- Et depuis ton décès début 2010, d’autres sont arrivés dans ton univers. C’est le cas de René Montagut(ancien coureur de Ribérac), Florent Sentucq (ancien coureur du CC Périgourdin), Dominique Arnaud (ancien professionnel ami de notre Dordogne), Georges Boussat (speaker des courses de Dordogne), Francis Duteil (double champion de France amateurs),Joël Deffreix(coureur cadet du SA Mussidan), Bernard Sautier (ancien de la Pédale Faidherbe), Henri Mercier (commissaire du CC Lindois), Bruno Lagarde (Coureur du CCP Nontron), Claude Berthier (dirigeant de l’AC Ménesplet), André Daix (ancien coureur du RC Mussidan), Claudette Vergnes (dirigeante du VC Monpazier), Claude Michaux (chronométreur international du VC Bruilhois), Thierry Dupont (ancien coureur Saint-Astier), Marino Vérardo (coureur du CC Marmandais de très grande notoriété), Lucien Sautier (coureur du CC Périgourdin), Jean Auber (commissaire du CC Lindois), Gaston Meynard (ancien président du Prigonrieux Guidon Club), Francis Gras (coureur Montponnais), Alain Brunel (dirigeant du Team Féminin 24), Raymond Boisseau (président du CC Mensignac),Claude Rebière (dirigeant du CC Périgourdin),Serge Gorse (dirigeant du VC Monpazier), Marcel Mallemanche (ancien coureur de la Pédale de Nontron), Henri Gouly (ancien président de la JS Astérienne),Henri Dumoulin (président du comité des fêtes d’Augignac), François Siniscalchi (ancien coureur Marseillais), Edouard Audibert (ancien coureur du Périgord), Christian Grimald (sonorisateur des courses cyclistes), Georges Boyer (ancien coureur du CC Périgourdin), Sébastien Bordes (connu en Dordogne pour ses succès dans nos grandes épreuves), Jacques Martin (président du SA Mussidan), Jacquot Chinour (signaleur de la JS Astérienne), Gilbert Cuménal (ancien président du CC Périgourdin et ancien speaker), Jacques Sciozard (ancien président du CC Montpon et commissaire de course), Serge Lissandreau (ancien coureur de Dordogne natif de Ribérac), Serge Mutel (ancien médecin du RC Mussidan), Alex Boucher (ancien coureur du CC Périgueux-Dordogne), Joaquim Serrano (ancien président de l’AC Bergerac), Pierre Besse (ancien coureur du Guidon Sarladais), André Morel (ancien maire d’Abjat et ami des cyclistes), Marcel Le Cocguic(ancien speaker de Sainte-Alvère), Pierre Andrieux (dirigeant du VC Monpazier), Norbert Bougon (ancien de Bordeaux-Arcachon), Valentin Huot (ancien Tour de France, originaire de Creyssenssac), Patrick Delmonteil (coureur de l’EVCC Bergerac), Philippe Vergnal (ancien coureur du Guidon Terrassonnais), Jean-Claude Bernard (speaker de l’UFOLEP 24), Armand de las Cuevas (ex-pro et vainqueur de nombreuses épreuves en Dordogne), Angel Barquero (ancien champion du RC Mussidan), Georges Dupré (ancien coureur du CC Lindois), Jean Ricou (ancien vainqueur de Bordeaux-Périgueux), Marie-Madeleine Paul (trésorière du CC Périgueux-Dordogne), Felice Gimondi (a couru des critériums pros d’antan en Périgord), Michel Lafagne (coureur de la Pédale Faidherbe et de l’UC Montpon), Jean-Claude Védrenne (ancien président de l’UC Nontron).
- Ça commence à faire du monde, et ce n’est pas fini mon cher Jean-René. Quand je pense que dix ans sont déjà passés, j’en ai le frisson... Un jour ce sera notre tour. J'espère qu’il restera de la place, sinon à défaut, soit gentil de nous en réserver une belle et proche de toi. Une place de quatre, pour taper le carton comme du temps de Poulidor.

Quelques liens sur les lettres adressées à Jean-René :
- Six ans déjà !
- Lettre à Jean-René (2017).
- Lettre à Jean-René (huit ans déjà !)
- Lettre à Jean-René (neuf ans déjà !)

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - JRV DIX ANS DEJĀ © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne

Posté par Bernard PECCABIN à 14:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 janvier 2020

CLAUDE MICHAUX, CHRONOMETREUR DE TALENT

25 JANVIER 2011- 25 JANVIER 2020 : NEUF ANS DÉJĀ

MICHAUX Claude

- Aujourd’hui neuf ans que Claude Michaux nous a quittés. Un concours de circonstance permet à Rétro Vélo Dordogne d’évoquer la vie sportive de cet homme. Claude Michaux était un véritable professionnel dans sa fonction de chronométreur. Il faisait parti d’un cercle restreint, celui de ceux qui m’ont toujours surpris de par leur capacité d’entreprendre. Ce n’était pas un hasard d’ailleurs, si on le trouvait comme membre du jury lors des grandes épreuves internationales, dont entre autres au Tour de France...
- C’est en 1985 que j’ai commencé à découvrir ce personnage hors du commun, lorsqu’à Tonneins, j’ai suivi les cours de chronométreur régional. Des cours placés sous sa tutelle, puisqu’il avait la charge de nous préparer dans le cadre de l’examen final. Pour cela, Claude Michaux nous avait concocté des dossiers bien ficelés que j’ai d’ailleurs toujours conservés. Il détenait une capacité inouïe en calcul mental. Le système des nombres complexes ou sexagésimal constituait pour lui une sorte d’amusement qu’il parvenait à résoudre avec une facilité déconcertante. Lors de l’examen final, je me souviens qu’on avait deux heures pour résoudre le cas concret. En moins de cinq minutes, Claude Michaux avait terminé le travail tenant ainsi les réponses à apporter sur la feuille, dans laquelle nous petits candidats, étions en train de plancher...
- Sur le terrain, j’ai toujours connu un Claude Michaux soigneux, méthodique, appliqué, respectueux et soucieux du détail. Pour un organisateur, il représentait l’assurance du succès, celui d’avoir des résultats fiables et rapides, bref de pouvoir être en mesure d’organiser un protocole dans des délais réduits. Allez aujourd’hui sur les épreuves par étapes et observez le temps qu’il faut pour connaître les résultats, à une époque où pourtant, l’informatique et la vidéo facilitent les données. Claude Michaux, c’était la fiche, le chrono, la gomme, le crayon et surtout un cerveau, véritable machine à additionner ou à soustraire les temps, voire à calculer des délais comme qui s’amuse... Sa capacité était telle, qu’il ma toujours épaté dans ce domaine...
- La disparition de cet ancien fonctionnaire de la météorologie, laisse aujourd’hui le cyclisme et sa communauté dans la peine. Certes il existe une relève, mais notre Claude Michaux c’était le modèle, la vitrine, la référence du monde des aiguilles et des temps et il est plus que sur qu’il nous manque...
- Claude Michaux était venu souvent dans notre Périgord, en voisin qu’il était, lui le Lot-et-Garonnais d’adoption et du Pays Bruilhois. Que ce soit au Tour de Dordogne, au Prix du Muguet, aux Jours Cyclistes de l’ami Maurice Jouault, on l’a souvent rencontré sur les podiums avec son chrono soit autour du cou, soit à la main, le regard rivé sur l’éventuel coureur qui devait franchir la ligne d’arrivée. Et puis il y a eu le coup d’arrêt, après le décès de Maud son épouse, qui assurait aussi la même tache, dans l’ombre de son homme qu’elle secondait avec la même compétence. C’est aussi à compter de ce moment là, que Claude s’est fait plus discret au sein des jurys. Assurément le ressort s’était cassé, l’envie et le plaisir s’étaient envolés, affecté par cette disparition qui a marqué le début de son retrait des compétitions cyclistes.
- Dans notre monde du vélo, il y a des hommes et des femmes que l’on respecte, d’autres que l’on aime rencontrer, d’autres qu’on préfère éviter. Mais comme dans toutes les disciplines, il y aussi les exceptions, les cas particuliers, les surdoués et là, je peux dire que Claude Michaux faisait bien parti de ceux-là... Pour moi, il restera toujours un exemple, un homme calme qui avait une maîtrise de soi, un esprit de décision, d’initiative, de discipline et d’autorité, bref il était un exemple sur lequel beaucoup peuvent méditer.
- A l’heure où il repose en paix dans le cimetière d’Aubiac, "Rétro Vélo Dordogne" renouvelle à sa famille ses sincères condoléances et lui témoigne toute sa vive sympathie tout en conservant de lui son éternel souvenir. Claude tu étais un As !

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CLAUDE MICHAUX - 25/01/2020 © BERNARD PECCABIN
Cet article a déjà paru sur le blog la Dordogne Cycliste, devenu inactif.

Posté par Bernard PECCABIN à 14:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 novembre 2019

JEAN-CLAUDE VÉDRENNE N’EST PLUS

JCV

- C’est avec une grande tristesse que "Rétro Vélo Dordogne" a appris ce matin le décès de Jean-Claude Védrenne, ancien président de l’Union Cycliste Nontronnaise. Un club fondé en 1966 et pour lequel Jean-Claude avait pris la succession de M. Petit dans les années 70. L’UC Nontron des années 70-80 assureront à cette époque la majorité des manifestations cyclistes du Périgord Vert. A chaque fête une course, soit en moyenne une trentaine d’organisations* sur route comme en cyclo-cross. Puis la roue a tourné avec la fusion du Cyclo-Club Nontron du président Trioux puis Dutertre avec la Pédale de Nontron du président Chabaud. Isolée, l’UCN a cherché à survivre, jusqu’en 1992, où l’association a mis la clé sous le paillasson.
- Mis à part ce rapide résumé, il faut souligner que Jean-Claude Védrenne a connu une brillante époque avec des champions comme Merle, Tardy, Dubreuil, Brun et bien d’autres qui ont porté les couleurs vertes et rouges du club de la sous préfecture. Puis il y a eu aussi les organisations comme les Boucles du Bandiat, crées par le président Védrenne soit une course en ligne qui a connu ses heures de gloire à une époque où le cyclisme avait pignon sur rue. Et puis il y a eu aussi des championnats régionaux, des épreuves qualificatives nationales qui se sont courues sous sa férule, bref une période très riche pour ce cyclisme à cheval entre Limousin et Périgord, autrement dit proche de ses racines et de son public.
- Originaire de Champniers-Reilhac, Jean-Claude Védrenne avait dirigé une entreprise de charpente et de menuiserie. Médaillé de la Reconnaissance Cycliste échelon bronze et argent, il a terminé ses activités comme bénévole au sein de l’Asptt Périgueux et du comité d’organisation du Tour de la Dordogne. Il est décédé le lendemain de sa 77° année...
- Ses obsèques se dérouleront le 2 décembre à 15h00 à Champniers-Reilhac. "Rétro Vélo Dordogne" présente ses sincères condoléances à toute la famille et sa vive sympathie.
(*) Courses de la saison 82 : Champniers-Reillhac (2), Abjat sur Bandiat (2), Nontron Poperdu, Javerlhac (2), Piègut (2), Nontron le Marronnier, La Chapelle Saint-Robert, Vieux-Mareuil, Boucles du Bandiat, Rossignol, La Maladrerie, Nontronneau, Le Bourdeix, Gout, Saint-Barthélémy de Bussière (2), Nontron ville, Beaussac, Saint-Saud, Rudeau Ladosse, Augignac, Champeau, Varaignes (2).
- Lire toute l’histoire du cyclisme à Nontron sur ce LIEN.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE – JC VÉDRENNE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2019

LE PÉRIGORD PLEURE POULIDOR

RAYMOND N’AVAIT QUE DES AMIS DANS NOTRE DORDOGNE

1988 Merlerie

L'ami de tous les Périgourdins est décédé, ici en compagnie de Raymond Valèze (1988)

- Jusqu’en 1962 notre Dordogne appartenait au Comité du Limousin, celui de notre Raymond Poulidor, décédé ce jour à Saint-Léonard de Noblat. C'est dans les années 55-59 que ce futur champion a débuté sa carrière amateur hors mis la période de son service militare passé en Algérie. Et de ce fait, le coureur Creusois est venu déjà pour batailler chez nous en voisin.

BELVÈS ET SA GRANDE VICTOIRE

1972 Belvès

5° victoire dans le National, ici à Belvès en 1972 © Philippe Dessimoulies

- Puis ce sera sa carrière professionnelle, où il viendra courir quelques critériums. Mais c’est surtout Belvès qui restera gravé dans sa mémoire, le jour où pour la cinquième fois il remportait le critérium national de la route devant Santy et Molinéris. Cette ascension de "la brèche" à effectuer 35 fois, aura marqué Poulidor en ce dimanche 26 mars 1972.

TD 83 2

Invité par Maurice Jouault en 1983 et aux côtés de Jacques Anquetil

83

Venu saluer Jean-Claude Bocquier vainqueur à Verteillac en 1983

- Après sa carrière cycliste, Poulidor viendra souvent dans notre Dordogne où il sera invité d’honneur. C’est d’abord Maurice Jouault qui ouvrira son carnet de visite avec sa présence lors des "Jours Cyclistes en Dordogne". Nous sommes dans les années 80, et notre grand speaker Lindois qui connaît tous ces champions organise des courses avec la présence des anciennes gloires.

1982

Départ de course sur le circuit Raymond Poulidor à Mensignac

MENSIGNAC ET SON CIRCUIT POULIDOR

- Et puis il y a vers la fin des années 70, la commune de Mensignac qui baptise son circuit de la gare par celui de notre champion. Un circuit utilisé à maintes reprises dans cette commune où Poulidor est déjà venu disputer des critériums. Puis sous l’impulsion de Raymond Boisseau et de ses amis, on organise "la Valentin Huot", une gentleman parrainée par l’ami Raymond qui marque l’épreuve de sa présence.

VH 98

Inauguration d'un circuit Mensignac-Tocane-Lisle en 1998 à Mensignac avec Valentin Huot

- Poulidor viendra de ce fait très souvent en Dordogne, non seulement pour cette épreuve mais aussi pour d’autres, voire pour les "éclats des sports" où il est l’invité d’honneur. Une soirée au cours de laquelle, avec le micro de Jean-Louis Gauthier,  il raconte sa vie de cycliste devant un auditoire attentif et comblé.

VH 98

Raymond Boisseau en 98 à l'initiative d'un circuit à Mensignac entouré par les autorités du moment

- Poulidor a été toujours une curiosité, une image, un mythe, un cycliste hors pair qui aura marqué toute une génération d’amoureux de la Petite Reine. Notre Dordogne, sa terre de pélerinage, pleure son champion, son chouchou, ce grand ambassadeur du Tour de France qu’il n’a jamais gagné, mais qui a marqué sa vie..., pour toujours !

2007

Lors de la Valentin Huot à Saint-Astier en 2007 avec Francis Le Pemp et Jean Pitallier

LIENS SUR RAYMOND POULIDOR ET LE PÉRIGORD

- 1° Critérium professionnel à Périgueux en 1973.
- Eclats des Sports en 2010.

VELO DORDOGNE – R. POULIDOR © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]