21 mars 2017

LE PERIGORD HONORE ROGER PINGEON

Alors que Roger Pingeon nous a quittés dimanche dernier, Vélo-Dordogne publie ce document de Jean-Louis Gauthier qui date du critérium national de la route en 1974 à Belvès.

roger pingeon

Jean-Louis Gauthier en 1974 et Roger Pingeon à Belvès (photo JL Gauthier)

- Lire aussi sur ce lien la victoire de Pingeon au Bugue chez les amateurs en 1964 : http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/157-lu-sur-la-presse-d-antan-1964-pingeon-lyon-vainqueur-du-prix-des-fetes-de-la-saint-louis-au-bugue.html

VELO DORDOGNE – Roger Pingeon © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 23:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


28 février 2017

LE VÉLO PERD JACQUES SCIOZARD

LA DORDOGNE ET SON CYCLISME UNE NOUVELLE FOIS FRAPPÉS

Sciozard (décès)

- Le cyclisme Périgourdin traverse une passe difficile. Après les décès de Jacques Martin et de Gilbert Cuménal, voilà que Jacques Sciozard vient de nous quitter à l’âge de 87 ans.
- Jacques Sciozard était né le 2 septembre 1929. Il avait exercé comme infirmier en psychiatrie au Centre de Vauclaire. Mais c’était aussi un passionné du vélo qui avait fait ses premières armes au sein de l’Union Cycliste Montponnaise, avant de s’établir à son compte en 1980 en remettant en selle le Cyclo-Club Montponnais dont il assurera la présidence de 1980 à 2001. Même si son abord semblait difficile, c'était un homme qui avait un très bon coeur.
- Secrétaire à l’UCM, il fera ensuite du CC Montpon un club de notoriété en Dordogne et dans la vallée de l’Isle. Avec lui ce seront la nocturne de la Saint-Roch, le Tour de l’amitié entre Montpon et Ste Foy, le Tour de la Double, celui du Landais et de nombreuses épreuves dans le canton qui seront animées et organisées avec un certain professionnalisme.
- Mais c’est aussi sur de nombreux podiums de Dordogne que Jacques Sciozard sera connu en assurant les fonctions de commissaire national, qu’il était devenu. Membre du comité de Dordogne, il assurera trois mandats avec la fonction de responsable du corps arbitral.
- Médaillé de bronze FFC (1979), d’argent (1983) et de vermeil (1999), il était chevalier de la reconnaissance cycliste échelon bronze (1991) et échelon argent (1995). Il était de même médaillé de bronze de la jeunesse et des sports.
- A son épouse Jeanine, à sa famille, "Vélo Dordogne" adresse ses profondes condoléances et toutes ses marques de sympathie pour cette difficile épreuve de la vie. Les obsèques de Jacques Sciozard auront lieu jeudi 2 mars à 10h00 en l’église Notre Dame de Montpon, suivi de son inhumation au cimetière de Montpon-Véry.

Echourgnac 99

Echourgnac édition 1999, organisée par le CC Montpon de Jacques Sciozard

Echourgnac 99 bis

Michel Chignaguet maire d'Echourgnac, Jacques Sciozard président du CC. Montponnais
et Mme Fasseur présidente du comité des fêtes, les clés de la réussite réunies en 1999 à Echourgnac

Les liens de Vélo-Dordogne
- Adieu Champion (Francis Duteil)
- Les obsèques de Francis Duteil
- Francis Duteil par Gérard Descoubès
- La route tue nos cyclistes (Joël Deffreix)
- Toussaint et une pensée pour nos cyclistes disparus
- Sébastien Bordes est décédé
- Jacques Martin s’en est allé
- Lettre à Jean-René
- Gilbert Cuménal nous a quittés

VÉLO DORDOGNE - JACQUES SCIOZARD - © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/
Adressez
votre coup de pouce à Bernard PECCABIN, 8, rue Ludovic Trarieux 24000 PERIGUEUX

Posté par Bernard PECCABIN à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2017

GILBERT BERRON : 25 ANS DEJÀ

MORT EN COURSE A COURSAC

Berron Gilbert 1983

- Le dimanche 16 février 1992, Gilbert Berron était venu prendre le départ du 1° cyclo-cross de l’étang des Rosiers à Coursac. Il faisait beau temps et on était loin de se douter lorsque les coureurs ont été libérés, que ce drame arriverait. Au bout de vingt minutes de course environ, alors qu’il était en train d’escalader une pente herbue, Gilbert s’effondra. Malgré les premiers soins d’urgence, malgré les premiers secours dépêchés sur les lieux, Berron ne pourra être ranimé.
- Gilbert Berron était né le 10 août 1959 à Laval dans la Mayenne. Domicilié à Feuillade en Charente, il faisait valoir une grande exploitation agricole en compagnie de ses parents et de son frère Philippe. Marié, père de deux enfants, c’était un passionné du vélo. Opiniâtre, plein de courage et amoureux fou de la compétition, Gilbert sans bien même posséder des qualités exceptionnelles était parvenu bon an, mal an à réussir de belles choses. Il détenait un don pour le cyclo-cross mais choisira plutôt la route. Dommage, car avec une préparation adaptée, il serait à travers bois et champs devenu un sujet intéressant.
- L’église de Feuillade avait été bien trop petite lors de ses obsèques, tellement il possédait de nombreux amis, encore hébétés venus lui rendre hommage. Dans la foule on avait remarqué de nombreux coureurs (Francis Duteil, Frédéric Brun, Eric Leblanc, Bobin, Michel Larpe, Renoux) et des dirigeants tels M. Houriez président du comité du Limousin, Claude Louis CTR, Hubert Fraisseix, A. Gilbert, Gérard Simonot, M. Guyot (UCAPA) et bien d’autres…
- Gilbert Berron prit sa première licence en 1974 en cadets sous les couleurs du VC Leroy-Somer. Il montra vite des dons pour le cyclisme. Les premiers succès ne tardèrent pas et en 1978 il passa en sénior A, quelques semaines après son ami Michel Larpe. Il tint honorablement sa place parmi l’élite, puis il dut partir au 538° Régiment du Train à La Rochelle pour son service militaire. Libéré par anticipation suite à des problèmes de santé de son père, il sacrifie d’abord à la période des foins et des moissons, avant de pouvoir reprendre la compétition les deux derniers mois de la saison. En 1980 Gilbert réintègre la catégorie supérieure. De nombreux accessits ornaient son palmarès dans des épreuves aussi réputées que le Tour du Béarn, les 3 Jours des Mauges, la route Peugeot, le circuit de la Grande Champagne, le Tour de la Vienne, les 3 Jours de Thouars et le Béarn-Aragon.
- 1983 lui réussit avec des succès à Saint-Saud, Meuzac, Saint-Ybard, Horsarien, Montbron et Feuillade, puis deuxième à Auzances, 3° Angoulême-Jarnac. Il termine 3° du Championnat régional à Chirac, derrière Turlet et Tremblay. La même année il se classe 70° de l’Etoile des espoirs open sous le maillot de l’équipe de France.
- 1984 il est à Saint-Léonard de Noblat. En 1986, il connut encore des honneurs, ceux d’une sélection en équipe de France B, en vue du Tour du Limousin et en compagnie de Auditeau, Gault, Mondory, Coquerelle, Lantot, Mahier, Guédon, Piquemal, Masson, Cazaubon et Gaillard. Reclassé en seconde catégorie, Gilbert avait renoué avec le cyclo-cross, toujours fidèle à sa devise : "se faire mal, toujours et sans cesse afin de rendre infiniment précieuse et délectable une grande victoire".

Chirac 83

A Chirac lors du Campionnat du Poitou Trenblay, Turlet et Gilbert Berron (1983)

Palmarès connu : 1982 - 1° Prix du Confolentais, 1° Saint-Savin de Blaye, 1° Le Grand Bourg
1983 4° Lussac les Châteaux, 4° Saint-Sulpice de Cognac, 2° La Coquille, 3° Chirac (Championnat du Poitou), 3° Gabarret, 3° Journiac, 1° Saint-Saud.
1984 : 5° Jurignac, 3° Chalais-Angoulême, 3° Champniers, 5° Saint-Léonard, 1° Moissannes, 4° Perpezac le Noir, 5° Saint-Cyr la Roche, 5° Allassac, 2° Comice de Saint-Astier, 1° Montbron, 1° Feuillade.
1986 : 2° Limoges-Saint-Léonard, 5° Le Dorat, 5° Cordes Tolosane, 3° Javerlhac, 1° Semaine Limousine, 1° Marthon, 2° Baignes, 2° Saint-Michel, 2° Montbron
1987 : 5° Villeréal, 4° Le Coux, 3° Anlhiac, 3° Saint-Pardoux, 1° Eymouthiers, 1° Nedde, 2° Saint-Hilaire la Treille.
1988 : 1° Civray-Saint-Romain, 2° Saint-Varent, 3° Isle d’Espagnac, 3° Cognac, 3° Ruffec, 2° Villefagnan, 1° Nedde, 3° Fouqueure.
1989 : 5° Tour du Verteillacois, 5° Circuit des Monts et Barrages, 3° Saint-Denis de Pile
1991 : 1° Badefols d’Ans.

VÉLO DORDOGNE – GILBERT BERRON - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2017

GILBERT CUMÉNAL NOUS A QUITTÉS

LA PLUS GRANDE MEMOIRE DE NOTRE CYCLISME S’EN EST ALLÉE

Cuménal

- Qui n’a pas connu Gilbert Cuménal, ce grand pilier du cyclisme en Périgord ? Ancien coureur, puis vélociste, président du Cyclo-Club Périgourdin et animateur officiel, il était un des patriarches d’un cyclisme allant pratiquement de la Libération jusqu’à nos jours… Au cours de sa retraite, il s’occupait pour se distraire à écrire des piges pour la presse locale.

Cum's

Dans son atelier du cours Saint-Georges appartenant anciennement à Valentin Huot

- Gilbert Cuménal était un Mensignacois pur jus. Issu d’une famille modeste, c’était un homme qui aura traversé tous les défis. Celui de l’époque des vieux maillots en laine, celui des pneus pleins, des cadres de plus de dix kilos, celui du double plateau, celui des cale pieds, celui du casque à boudin, puis celui de l’époque moderne où se mêlent les équipements aux couleurs chatoyantes, aux structures légères, mais aussi les nouvelles mécaniques, le GPS, internet, le portable et toute une procession d’accessoires qui révolutionnent la petite reine.
- Ce qui est le plus surprenant, c’est la réussite de cet homme parti de rien, qui par un travail acharné a petit à petit gravi tous les échelons, vaincu tous les défis pour laisser à ses enfants un outil de travail respectable et respecté de tous. Gilbert Cuménal ce n’était pas que cela, c’était aussi et surtout un speaker aux accents pittoresques, qui savait intéresser même un public qui n’aimait pas le vélo, ceci en racontant de petites histoires du cru entre les passages des coureurs…
- Né en 1936, il vient de s’éteindre dans sa 81° année pour rejoindre tous ses amis, ceux aussi d’une petite reine pour laquelle il a consacré toute sa vie, tout son cœur et toute son énergie. A son épouse et à ses enfants, "Vélo Dordogne" adresse ses sincères condoléances.
- Pour relire la carrière de Gilbert Cuménal, cliquez sur ce LIEN.

Course de Saint Georges 1971

Animateur dans son quartier Saint-Georges en 1971

AG 1986

Président du Cyclo-Club Périgourdin, il a raflé tous les trophées (Biarritz 1986)

- Ses obsèques auront lieu à Mensignac le jeudi 16 février à 09h30.

VÉLO DORDOGNE - Gilbert CUMENAL - © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/
Adressez
votre coup de pouce à Bernard PECCABIN, 8, rue Ludovic Trarieux 24000 PERIGUEUX

Posté par Bernard PECCABIN à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2017

ADIEU JACQUOT

chinour

- Qui n’a pas connu Jacques Chinour licencié à la Jeunesse Sportive Astérienne ? Il était plus bénévole que dirigeant, qui se dépensait pour le bien être du club. Et le bien être du club c’était les barbecues, les repas d’après course d’antan, les soirées grillades sous les marronniers de la place. Ancien cheminot, Jacques œuvrait toujours en compagnie de son frère Paul. Au-delà de ces prestations, il était aussi de ceux qui passaient des dizaines et des dizaines d’heures dans les carrefours des courses cyclistes pour assurer la sécurité des coureurs. Prix du muguet, prix du canton, nocturnes, courses des cadets et minimes, partout Jacquot était présent... Depuis l’ère du président Montagut, en passant par celles d’Henri Gouly, puis de Michel Courbalay et Jean-Michel Dorchin, l’ami Chinour avait répondu présent. C’est par le journal Sud-Ouest, que nous apprenons ce jour son décès dans sa 80° année. Ses obsèques se dérouleront vendredi 3 février 2017 à 10h30, en l’église de Saint-Astier.
- "Vélo-Dordogne" présente à sa famille et à tout le bureau de la JSA ses sincères condoléances.
- Notre photo : Jacques Chinour au premier plan avec son frère Paul en retrait

VÉLO DORDOGNE - Jacques CHINOUR - © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 janvier 2017

LETTRE A JEAN-RENÉ

Cher Jean-René,

- Voilà sept ans déjà que tu es parti pour l’éternité. Je ne sais pas si de là-haut tu vois ce qui se passe sur notre bonne vieille terre, mais en sept ans, je peux te dire que tu ne reconnaitrais plus le cyclisme que tu as quitté. Il a tellement évolué par rapport à notre époque, que sans doute tu ne t'y retrouverais plus aussi bien... Pour nous, mon cher Jean-René, 2009 a été ta dernière saison avant que tu ne fermes les yeux définitivement le 28 janvier 2010. Il y avait alors encore une bonne centaine de courses et même plus dans ta belle Dordogne. Aujourd’hui, il y en n’a plus que la moitié et avec si peu d’engagés... Je ne te dis pas le désarroi des organisateurs face à cette situation qui fait mal à notre cyclisme. Tu es parti peu après les décès de Jean-Michel Pays et de Bernard Roy qui ont du t’accueillir au paradis. C’était la saison où Jean Mespoulède avait gagné le Tour de la Dordogne sous le maillot du Cyclo-Club Marmandais, club pour lequel tu avais été licencié animateur. Ta dernière course a été le Championnat d’Aquitaine de cyclo-cross à Guitres gagnée par Sébastien Lapouge (UC. Artix). Puis depuis, te voilà à Saint-Barth ! Je fais un peu d’humour car toi Jean-René tu savais nous en servir… Bien sur Saint-Barth, ce n’est pas l’île paradisiaque des Antilles, mais le patelin de la Double, à savoir Saint-Barthélémy de Bellegarde, là tu as été inhumé dans ce qui est devenu ta dernière demeure.

jrv 1

- Au cours de la saison 2010, tu nous as vraiment manqué, notamment dans les prix des fêtes des villages que tu animais. Guy Lapébie nous a quittés à son tour mais je pense que tu as du le rencontrer là-haut. Il n’y a pas eu de faits extraordinaires si ce n’est que cette année Jean Mespoulède a outrageusement dominé chez les élites. On ne t’a pas vu à Javerlhac, Bassy, Saint-Médard, Douzillac et encore moins à Beaussac où le Cum’s a gagné. La fête n’était plus la même sans toi et c’est là qu’on a compris que tu t’étais barré définitivement. D’ailleurs à Montpon, la nocturne est devenue le "Souvenir Jean-René Villechanoux". Un moment où on a pensé encore très fort à toi, notamment tes amis du SA Mussidan, ton dernier club où tu étais licencié. L’ancien pro Médéric Clain a d’ailleurs gagné cette épreuve commémorative, la première du nom…
- En 2011 et au mois de juin, Marino Vérardo est venu te rejoindre, mais ça tu le sais encore, à l’instar de Lucien Sautier ! Une saison qui a vu Stéphane Reimherr dont tu admirais son panache triompher au Tour du Piémont Pyrénéen. Mais c’est encore Jean Mespoulède qui inscrit son nom à la première place du classement élites du comité régional. Dans notre Dordogne, il ne s’est pas passé grand chose si ce n’est qu’Alexis Guérin valeur montante de Marmande a gagné le prix du muguet à Saint-Astier, dont tu as connu et commenté de nombeuses éditions. Mais c’est Anthony Langella, le Marmandais que tu aimes bien, qui a remporté ton souvenir emblématique en nocturne à Montpon.

JRV2

- Lors de la saison 2012, Stéphane Reimherr est devenu une fois de plus notre chef de file chez les élites. Et c’est Mickaël Szkolnick qui a gagné la nocturne de Montpon où ta mémoire a été une fois de plus honorée, un peu comme on se recueille chaque année le 11 novembre...
- 2013 n’a pas atteint les sommets. Mais ta ville de Mussidan a organisé une manche de Coupe de France de DN3 sous l’égide du SA Mussidan. Comble de bonheur, c’est Yoann Soubes du CC Périgueux-Dordogne qui a signé ce jour là une belle victoire. Et puis Raymond Boisseau de Mensignac est parti lui aussi la-haut voir comment sa Valentin Huot évoluerait…
- Un an après (2014), ce même Cyclo-Club Périgueux-Dordogne s’adjugeait la Coupe de France des clubs avec un Arnaud Labbe et un Jean Mespoulède très conquérants. Cerise sur le gâteau, le Tour de France est passé trois jours en Dordogne et s’il en manquait un à cette fête, c’est bien toi, mon cher Jean-René. D’autant plus qu’un chrono a traversé Villamblard, commune dont tu surnommais "les Baléares", allusion à cette contrée reposante que tu comparais à cette cité balnéaire… Et puis il y a eu aussi le décès d’Henry Gouly, que tu as bien connu à Saint-Astier… puis Jean Mespoulède a triomphé lors de ton souvenir à Montpon.

JRV 3

- 2015 voit le retour de Stéphane Reimherr au club de Trélissac, club qui roule en DN3. Sacré Reimherr qui malgré son âge remporte la dernière manche de la Coupe de France, un gros fait d’arme qui t’aurait comblé de bonheur. Les années se suivent et ne se ressemblent pas, car après Mespoulède et Guérin, voilà Mickaël Larpe des Girondins de Bordeaux qui occupe la première place des classements FFC. Pour parler d’autre chose, as-tu vu là haut Marcel Le Goguic l’ancien speaker de Saint-Alvère qui nous quittés, tout comme ton ami Christian Grimald qui montait ta sonorisation dans le Mussidanais… ?
- 2016, rien de neuf mais de nombreux malheurs ! D'abord on a en Dordogne une formation dans le style de celle de Dominique Arnaud : le Team Cycliste Périgord 24. Et puis il y a eu la victoire de Pierre Créma au Tour des Landes. Je t’en parle, car lui aussi est au SA Mussidan. Ton club a connu d’ailleurs une année noire avec le décès d’un jeune coureur tué à l’entraînement sur la route à Saint-Front de Pradoux où tu avais résidé au cours de ta vie… Puis Jacques Martin a eu de gros soucis de santé, si bien qu’il a passé la main au SA Mussidan avant de s'en aller te rejoindre voilà quatre jours à peine, mais là on est déjà en 2017... Entre toi l'homme du micro, Grimald la sonorisation et Jacques l'organisateur, c'est le cyclisme Mussidanais qui a été décapité. Sais-tu que c’est à Montpon et en mémoire de ton souvenir que Stéphane Reimherr a gagné sa dernière course de sa longue carrière ? Et puis il y eu aussi le décès de Florent Sentucq que tu as également connu. Tué en compétition comme un soldat en opération, c’est triste ! Et  ensuite, c’est notre Dominique Arnaud qui a été vaincu par le crabe et que tu avais vu gagner en amateur en 1977 à Saint-Médard de Mussidan. Même Francis Duteil a été emporté par cette saloperie de maladie en octobre, alors que mon épouse Geneviève (avec qui tu as tant rigolé en écoutant ces bêtises made in Périgord), se bat aussi contre ce fléau, qui nous offre des jours pas faciles à vivre.
- Mussidan c’est toute ton histoire, ta vie, ta jeunesse avec une pensée pour le marché paysan qui se déroulait sur la petite place toute en pente à l’ombre du gros chêne maintes fois centenaire. Je sais que tu étais un vrai Doublaud et tu en étais fier. Fier de sortir de cette région boisée qui trainait sa mauvaise réputation datant du Moyen-âge. Une région inhospitalière, des zones marécageuses, bref une zone infréquentable si l’on se fie aux quelques écrits. L’occupant allemand y était nombreux pendant la guerre, à la recherche des maquisards qui avaient choisi cette zone des plus reculée pour établir des camps comme celui de Vitrolles chez toi, à Saint-Etienne de Puycorbier, là où tu es né. Je sais que tu en as chié dans ta jeunesse, mais il y avait les moments sacrés, celui des courses où vers tes dix printemps tu partais applaudir Raymond Chaminaud, le Doublaud de Saint-Jean d’Ataux, puis plus tard, les coureurs de ton Mussidan et du Racing Club où tu as été licencié.

jrv 4

- L’actualité aujourd'hui c’est toujours la guerre en Syrie ! Toi qui t’es payé l’Algérie, tu connais la musique, même si tu étais devenu depuis un pacifiste. La France a payé un lourd tribu contre le terrorisme avec des attentats qui ont fait plusieurs dizaines de morts. Et puis chez nous Sarko s’est fait jeté par Hollande qui sera relevé à son tour, je ne sais par qui... Les politiques on les aime de moins en moins, on les raille dans les réseaux sociaux, un truc que tu n’as pas connu si ce n’est dans ses balbutiements. En sept ans, c’est fou ce que la téléphonie et internet ont évolué. Aujourd’hui, mon cher Jean-René, les gens marchent dans la rue comme des automates, en lisant leur smartphone… On s’en sert pour envoyer des courriels, des SMS, filmer, prendre des photos, échanger sur les réseaux sociaux, lire la presse, faire ses courses, voire de GPS ou encore pour chercher une âme sœur. A travers plein d’applications on va tout faire, si bien que ça va détruire plus de trois millions d’emplois. Les gens sont ultra connectés, stimulés par leur sonnerie qui parasitent les relations et écourtent les conversations. Tu vas chez des amis, ils sont tous après cet objet à table et oublient l’esprit de famille et la convivialité. Une vraie addiction pour cet instrument… Nous au moins et à ton époque on n’avait pas ces schmilblicks entre les mains. On se retrouvait chez toi pour manger le poulet rôti acheté à Eric Valade au marché de Montpon, poulet qu’on dégustait avec des cèpes que tu avais cueillis dans ta chère Double. Au moins on rigolait… Le poulet pour nous les anciens issus du milieu pauvre, c’était le plat du dimanche, maintenant c’est de la merde, ça a le gout du poisson et avec le bio, ils nous font rire…
- Aujourd’hui il n’y a plus grand chose dans les courses de clocher. Les gens s’en vont vite chez eux pour rentrer, oubliant le petit verre qu’on prenait avec le comité des fêtes avant de se séparer. Ce n'est plus l'ambiance d'antan... Les hommes et les règles ont évolué, on vit sur une autre époque... C’est vrai qu’on se prenait des murges, mais il n’y avait pas d’alcool test sur les routes, peu de contrôles, ce qui ne nous empêchait pas de rentrer au bercail, même si des fois je m’arrêtais chez toi pour une troisième mi-temps apéritive qui se terminait par deux œufs sur le plat, histoire de faire mortier dans nos estomacs inondés d’apéros.
- Mon cher Jean-René, je suis con d’écrire toutes ces bêtises, mais ça me fait du bien de rédiger ces lignes, car aujourd’hui je te l’ai déjà dit, le vélo ce n’est plus ce que c’était… Un de ces jours, je vais partir te rejoindre, c’est la loi, mais j’aurais au moins vécu de bons moments sur nos routes du Périgord. L’avenir n’est pas beau sur la planète ! Sais-tu qu’elle se réchauffe, si bien que les catastrophes succèdent aux catastrophes, la glace fond dans les pôles, les étés sont brulants, les tempêtes, inondations, ouragans, séismes détruisent tout, comme si la nature que tu aimais tant se vengeait de la main de l’homme. Aujourd’hui voilà sept ans déjà que tu es là-haut, et depuis que tu es parti, rien ne tourne rond… Tu vas recevoir pas mal de monde dans le ciel. Ouvre bien les portes, car en ce moment ça plume sec sur cette putain de terre. Entre les AVC, les cancers, les crises cardiaques, les autres maladies, les accidents, les suicides, les grippés, les pompes funèbres ne chaument pas !
- Je terminerais en te disant qu’on a changé de président au Comité d’Aquitaine. Toi qui a connu Vincent Dedieu, sais-tu que c’est lui désormais qu’on appellera Monsieur le Président ? Si toi tu es avec Dieu, nous on est avec Dedieu et sans déconner, je pense qu’il mérite qu’on l’aide pour le soutenir. Toi tu aurais dit de lui "gentil garçon que voilà", ben après tout, ça lui va très bien cette formule ! J’arrête de faire du "Villechanoux" pour te dire aussi qu’en cette année 2017, le Tour de France revient trois jours dans notre jolie Dordogne. Et oui, tu la fredonnais bien cette chanson toi, Jean-René. Si la Corrèze c’est Ségurel et les Monédières, toi tu étais notre Jean-René, celui de notre jolie Dordogne, dont j'entends encore la mélodie, quand tu nous la chantais dans les repas d'amis…

"Jolie, jolie Dordogne
Berceau de l'histoire des temps
Tu gardes le charme d'antan
Pays où il fait bon vivre
Pays qui sent bon le bonheur
Plus belle quand tu es libre
Pour toi j'ai le coup de cœur"

- Nous ne t’oublierons pas…, même sept ans après…! Veille bien sur nous…, d’autant plus que depuis huit jours, les cowboys des Etats-Unis ont élu un président qui n'est plus l'oncle Sam, mais qui se prénomme Donald (Onc'Donald). Crois-moi, que celui-là, il ne va pas nous jouer du Walt Disney ! Alors je t'en prie et je te le redis, veille bien sur nous ! Veille sur ceux qui ont constitué tes amis, veille sur ton cercle du vélo, celui de ces années mémorables... Notre "champ de visibilité" comme tu disais si bien, ne me semble pas du tout clair, 2017 va être très difficile !!!

Découvrez Jean-René sur ce lien et sur son suivant.

VELO DORDOGNE - LETTRE à JEAN-RENÉ © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 08:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 janvier 2017

JACQUES MARTIN S’EN EST ALLÉ

LE DÉCÉS DE JACQUES MARTIN SONNE
COMME UN COUP DE TONNERRE A MUSSIDAN

SA

- C’est une terrible nouvelle que le décès de Jacques Martin, sans doute un des dirigeants les plus connus et des plus actifs à la charnière du 20° et du 21° siècle. Né le 15 décembre 1950, ce Mussidanais avait couru en FFC puis un peu en FSGT. Sa carrière cycliste se confond avec celle du Racing-Club Mussidanais où son père ancien coureur du Stade Foyen, était venu lui aussi comme compétiteur d’abord (1950), puis comme secrétaire très dévoué. Jacques a débuté sa carrière chez les cadets où il avait été champion d’Aquitaine en 1966. Coureur séniors, il détenait un palmarès comme tout coureur qui se respecte, avec ça et là de nombreuses victoires. Il avait également couru au CC Nontron sous les couleurs de la FSGT. Puis un temps dirigeant du RCM, il avait fondé ensuite le SA Mussidan avec qui il nous avait offert un Championnat de France de l’Avenir (2007), une manche de Coupe de France de DN3 (2013) et dernièrement le Championnat d’Aquitaine des séniors (2016).

Martin Jacques 1

Les Lèches 1969

En 1969, vainqueur aux Lèches

- Vélo-Dordogne ne va revenir sur la carrière cycliste trop longue à raconter mais vous offre toute une pléiade de liens qui constituent une des étapes de sa vie cycliste, mais aussi celle d’une famille Martin qui a consacré sa vie au service du vélo. Avec la disparition de Jacques Martin, le cyclisme a perdu un grand mordu de notre discipline. Mussidan s’est situé à la croisée des chemins et Jacques Martin avait fait de sa ville un carrefour et une capitale cycliste, c’était un véritable chef d’orchestre, un passionné. Après le décès de son père en 1991, celui de sa mère il y a quelques mois à peine, Jacques Martin s’en est allé rejoindre ses chers parents… Adieu l’ami !

- Vélo Dordogne adresse ses sincères condoléances à sa famille, ses obsèques se dérouleront en l'église de Mussidan le lundi 31 janvier à 14h30, suivies de son inhumation au cimetière de la ville.

réunion au RCM

Réunion du RCM en 1968, à droite Henri Martin et sa casquette, debout à droite son fils Jacques.

- Histoire du cyclisme au RC Mussidan (cliquez sur le lien à suivre en bas de chaque page)
- Photo FSGT à Sceau-Saint-Angel (1980)
- Palmarès des courses à Mussidan
- Jacques_Martin_Champion_d_Aquitaine (à télécharger)

- Henri_MARTIN_père_de_Jacques (à télécharger)

Duras 50

Le père de Jacques, pratiquant assidu l'année de sa naissance (1950) tout comme avant et après

VÉLO DORDOGNE - JACQUES MARTIN - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2017

SÉBASTIEN BORDES EST DÉCÉDÉ

LE DOUBLE VAINQUEUR DU CRITERIUM D'AUGIGNAC NOUS A QUITTES

- Décédé dans sa 43° année dans une chambre d’hôtel à Poitiers, Sébastien Bordes avait parcouru notre Dordogne. Il avait gagné à Dussac en 1999, à Douzillac en 2000, double vainqueur à Augignac (2000 & 2001), il s’était illustré pour son retour à la compétition à Beaussac en 2009. Retour sur une carrière d’amateur par Gérard Descoubes.

augignac 2000

Augignac : Sébastien Bordes à gauche signe sa première victoire ici en 2000

 

Beaussac 2009

- Le temps qui passait n’effaçait rien, sa jeunesse qui fuyait, le poids d’une époque qui avait cisaillé ses rêves de grandeur dans le cyclisme, avaient fragilisé l’homme. Aujourd’hui que reste-t-il ? Cette présence de l’absence et des mots qui ouvrent sur un vide sans jamais le combler. Tout ça pour des fragments de gloire qui nous laissent une mémoire douloureuse.
- Dès ses premières apparitions dans le Sud-Ouest ,ce coureur allait faire parler la poudre sur les pentes les plus rudes, pour commencer il s’imposait dans le cyclo-cross de Nieul les Saintes en 1994, puis il décrochait sur route les bouquets à Treignac et à Mussidan. Spécialiste des courses difficiles, ses victoires ont toutes étaient acquises en Charente Limousin dans des épreuves hors normes celles qui vous classent un coursier: Eymoutiers-La Tricherie et Montbron en 1999, St. Laurent sur Gorre en 2000 et 2001, Douzillac, Puy l’Evêque, Autry le Châtel, La Rochefoucauld, Augignac, La Foux d’Allos en 2000, à nouveau à Augignac en 2001, Les Boucles du Tarn à Mazamet, le Bol d’Or international de Rochechouart, les Boucles de la Vienne en 2001, le Tour du Lot et Garonne à Beauville, Cénac et St. Julien en 2002. De belles places d’honneur jalonnent ses années lumières : 2° à Chéronnac en 1993 et 1994, 2° des Boucles Allassacoises en 2000 et 2001, 2° du Tour du Loiret, 2001, 7° du Tour du Nord Isère 2001, 2° du Tour du Périgord à Biron 2002, 3° de la 4e étape du Cinturon de Mallorca 2002, 3° de la ronde du Sidobre 2001, 2° du circuit de la Nive à Cambo 2003, 3° du circuit des 4 Cantons à Yzeure 2003. Tombé dans l’œil du cyclone et rattrapé par la patrouille, il va stopper sa carrière pendant 5 ans, pour revenir au premier plan en 2009 et aussitôt renouer avec la victoire à Beaussac (notre photo en médaillon), Montguyon etc… Devenu agent immobilier il avait réussi sa reconversion, sa passion du cyclisme l’avait poussé à reprendre une licence en Ufolep et à devenir un dirigeant plein d’idées au sein du Cycle Poitevin où il était très apprécié pour sa grande gentillesse. Alors que tous pensaient, qu’il avait retrouvé sa sérénité, Madame la vie est venue sournoisement lui présenter, pour solde de tout compte une vieille facture, qu’il a payée cash.

augignac 2001

De gauche à droite Berger (Bressuire), Bertrand Mercier (Corbeil) et Bordes (Montauban)
qui réalise le doublé en 2001 à Augignac

- Il avait porté les couleurs des clubs suivants : l’U.C.Niortaise 1993, Cycle Poitevin, 1994 à 1995, l’A.C.Châtellerault 1998 à 2000, l’ U.S.Montauban 2001 à 2003, l’Océane Cycle Poitevin 2009.

Gérard Descoubès

- Ici palmarès du critérium des fêtes de Augignac

VÉLO DORDOGNE - SÉBASTIEN BORDES - © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 15:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 novembre 2016

TOUSSAINT ET UNE PENSÉE POUR NOS CYCLISTES DISPARUS

 PETIT COUCOU A NOS ANCIENS ET A CEUX QUI NOUS ONT QUITTÉS

- Depuis l’ouverture du blog la "Dordogne Cycliste "en février 2010, nombreux sont les dirigeants et coureurs qui nous ont quittés. Nous ne publierons d’abord que ceux qui ont été mentionnés sur notre toile, mais en sept années, force est de constater que la liste est déjà bien longue… En cette journée de Toussaint, ayons tous une pensée pour ceux que vous avez connus…

Toussaint cycliste

Ceux qui nous ont quittés entre Toussaint 2015 et Toussaint 2016
- René Montagut(ancien coureur de Ribérac)
- Florent Sentucq (ancien coureur du CC Périgourdin)
- Dominique Arnaud (ancien professionnel ami de notre Dordogne)
- Georges Boussat (speaker des courses de Dordogne)
- Francis Duteil (double champion de France amateurs)
- Joël Deffreix (coureur cadet du SA Mussidan)

Toussaint

Ceux qui nous ont quittés de 2010 à 2015
- Jean-René Villechanoux (gentil et populaire speaker de notre Dordogne),
- Bernard Sautier (ancien de la Pédale Faidherbe),
- Henri Mercier (commissaire du CC Lindois),
- Bruno Lagarde (Coureur du CCP Nontron),
- Claude Berthier (dirigeant de l’AC Ménesplet),
- André Daix (ancien coureur du RC Mussidan),
- Claudette Vergnes (dirigeante du VC Monpazier),
- Claude Michaux (chronométreur national du VC Bruilhois),
- Thierry Dupont (ancien coureur Saint-Astier),
- Marino Vérardo (coureur du CC Marmandais de très grande notoriété),
- Lucien Sautier (coureur du CC Périgourdin),
- Jean Auber (commissaire du CC Lindois),
- Gaston Meynard (ancien président du Prigonrieux Guidon Club),
- Francis Gras (coureur Montponnais),
- Alain Brunel (dirigeant du Team Féminin 24),
- Raymond Boisseau (président du CC Mensignac),
- Claude Rebière (dirigeant du CC Périgourdin),
- Serge Gorse (dirigeant du VC Monpazier),
- Marcel Mallemanche (ancien coureur de la Pédale de Nontron),
- Henri Gouly (ancien président de la JS Astérienne),
- Henri Dumoulin (président du comité des fêtes d’Augignac),
- François Siniscalchi (ancien coureur Marseillais),
- Edouard Audibert (ancien coureur du Périgord),
- Christian Grimald (sonorisateur des courses cyclistes),
- Georges Boyer (ancien coureur du CC Périgourdin),
- Marcel Le Cocguic (ancien speaker de Sainte-Alvère),
- Pierre Andrieux (dirigeant du VC Monpazier).
- Yves Gourd (coureur de l'AS Eymet)
- Jean Vidal (coureur du CC. Lindois)

 

Vidal

De gauche à droite Jean Vidal, Marius Duteil, Marcel Mallemanche, Claude Mousseau, Yves Gourd

- D’autres nous ont quittés bien avant 2010 tels Jean-Marie Defix (Président de l’Asca Bergerac), Jean-Serge Calmette (président de l’UC Montpon et ancien coureur), Marcel Counord (président de l’UC Montpon et commissaire national), Maurice Jouault (ancien coureur et speaker international), Lucien Leduc (président du CC Sarlat), Laurent Olivier (ancien coureur de Saint-Astier), Henri Martin (ancien coureur et secrétaire du RC Mussidan), Augustin Lissandreau (ancien président du CA Ribérac cyclisme), Paul Chabaud (ancien coureur, vélociste et président de la Pédale Nontron), Jean-Claude Daunat (coureur professionnel originaire de Villetoureix), Jean-Christophe Arretche (ancien coureur de Cyclisme 24), Claude Troubadis (secrétaire de la JS Astérienne), Marc Thomas (speaker de l’EC Ribérac), Jean-Paul Loubriat (coureur du Guidon Sarladais), Didier Nicolas (président du comité des fêtes de Léguillac de Cercles), André Delteil (secrétaire du Prigonrieux Guidon-Club), Marie-André Védrenne (secrétaire de l’UC Nontron), Charles Verdier (ancien coureur et dirigeant du CC Périgourdin),, Mélanie Boivineau (coureur du CC Périgourdin), Henry Boucher (coureur et trésorier de la JS Astérienne), Fernand Boucher (ancien président du CC Périgourdin), Pierre Siméon (président de la Pédale Faidherbe), René Cabanat (dirigeant du CC Montpon), Jean-Noël Arfeuille (trésorier de l’AS Eymet), Lucien Deville (passionné du cyclisme à Nontron), Bernard Delpeuch (dirigeant de l’UC Montpon), Albert Chaussade (vélociste et secrétaire du RC Mussidan), Marc Le Moil (trésorier et président de la Pédale Faidherbe), Titi Cheutin (dirigeant de la Pédale Faidherbe), Marcel Montagut (président de la JS Astérienne), Yves Berger (coureur du CC Lindois), Jean Vidal (coureur du CC. Lindois), Marius Duteil (coureur du CA Ribérac et du CC Périgourdin), Claude Mousseau (coureur du VC Nontron), Yves Gourd (coureur de l'AS Eymet), etc…

Toussaint 2015

VELO DORDOGNE - UNE PENSÉE POUR NOS MORTS- © BERNARD PECCABIN

Posté par Bernard PECCABIN à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2016

FRANCIS DUTEIL

MORT D'UN GENTLEMAN CYCLISTE
(par Gérard Descoubes)

Francis Duteil

- Avec la disparition de Francis, c’est un garçon tout en pudeur, à la grande probité, l’homme d’une seule parole, que l’on pleure aujourd’hui. Il reste un des rares coureurs à avoir obtenu le respect et la reconnaissance de tous les pelotons cyclistes. Coureur à gros abattage, doté d’une résistance hors du commun, où même usé par la course, Francis restait toujours capable de trouver les ressources, comme dans un dernier réflexe de survie, pour flinguer encore et aller seul chercher la gagne. Homme des courses difficiles, c’était un solide rouleur qui excellait dans les bosses longues et dures. Une santé inaltérable aux fluctuations du temps comme à la longueur de la course, faisait de lui, le favori logique de toutes les épreuves dont il prenait le départ. Ce vrai coureur, pilier des équipes de France répondait toujours présent aux sélectionneurs pour exprimer son talent très loin de ses bases, la Colombie, les Etats Unis, le Canada entre autres. Bien qu’il ait eu de nombreuses propositions pour passer pro il les refusa toutes. A cela une appréhension récurrente, en rapport avec son grave accident de course subi en 1966 à Nontron, où à la sortie d’une courbe il frôla la mort en heurtant de plein fouet une voiture arrivant à contresens. Relevé avec la jambe gauche fracassée, il lui fallut une année complète de soins et de rééducation pour remonter sur son vélo, avec un déficit musculaire chronique de 20 pour cent sur sa jambe accidentée. Francis disait "que pouvais-je réaliser chez les pros avec une seule jambe" ! Au cours de sa vie Francis allait deux autres fois échapper par miracle à la grande faucheuse, au début des années 2000, rentrant d’une sortie à vélo, un automobiliste lui brule la politesse dans un rond-point, suite à un vol plané impressionnant, il restait convalescent plusieurs mois, puis en 2014, aux commandes de son petit avion il se crashe dans un champ, avant de finir dans l’Isle où il serait mort noyé sans l’intervention d’un agriculteur. Sa science de la course autant que sa force, lui valurent deux titres de champions de France sur route, le premier en 1976 à Eguzon où il se joue au sprint de J. Bernaudeau et C. Jourdan et en 1979 à Neufchâtel-en-Saesnois où il terminait seul, après avoir fait sauter à la pédale de redoutables finisseurs qui portaient les noms de : M. Larpe (2e) J. F. Rodriguez(3e) F. Castaing(4e). Véritable spécialiste de la course au maillot tricolore il s’était aussi classé 5e en 1980 à Villie-Mozon, 8e à Plumelec en 1970, et surtout 2e en 1973 à Dax où, alors qu’il remontait le long des barrières sans coup férir, H. Florio qui avait lancé l’emballage, ce dernier sans hésiter venait lui fermer la porte obligeant Francis à freiner pour ne pas chuter. Alors que tout son entourage l’incitait à porter réclamation, Francis tout en pudeur avait préféré en rester là. Dans un palmarès frisant les 260 victoires, les plus significatives en plus de ses titres nationaux restent : le Tour du Limousin 1970, le circuit du Cantal 1975, ses 2 Tours d’Ampurdan 1976 et 1980, la 5e étape du Tour d’Italie amateur 1977, la Tomate à Marmande 1980, le Tour de Dordogne 1981. De passage en Belgique en 1971 et 1979 il s’imposa aux Belges dans les redoutables courses de Kermesses, si spécifiques aux coriaces coursiers Flamands qui s’inclinèrent devant lui à Overwinden en 1971 à Sainiez et Liernu en 1979. En 1987, en fin de carrière il décrochait les 4e et 13e étape de la Milwaukee-Classic aux U.S.A. L’année suivante invité comme vedette étrangère, il réalisa une tournée de critériums, triomphant à Springsville (Alabama) et à Miami (Floride) la dernière victoire de son fabuleux palmarès. Durant sa longue carrière, il a porté haut les couleurs des clubs suivants : CC. Périgueux 1962 à 1964, CC. Bordelais 1965 à 1969, CRC. Limousin 1970 à 1982 puis de 1984 à 1990.
- Né le 25 mars 1947 il est décédé le 9 octobre 2016 des suites d’une longue maladie.
Respect à vous Monsieur Francis Duteil, pour le Monsieur que vous étiez sur le vélo et celui que vous aviez su rester dans la vie. A partir de maintenant c’est avec beaucoup de mélancolie que nous continuerons à parler de toi.
Gérard Descoubes

VELO DORDOGNE - HOMMAGE A FRANCIS DUTEIL © Gérard DESCOUBES

Posté par Bernard PECCABIN à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]