29 janvier 2018

1968 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (5° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

29 janvier au 4 février 1968

Aviron Bayonnais 68

Pierre Michelena qui vient de recevoir la médaille du meilleur dirigeant à l'Aviron Bayonnais
entouré de jeunes cyclistes qui honoreront encore les ciel et blanc en 68

- Deuxième samedi cycliste Bordelais qui a rassemblé plus de 70 coureurs malgré l’incertitude du temps. La médaille Bordelaise fut pour la finale une affaire strictement Béglaise puisque Réaud gagna avec maîtrise devant son coéquipier Besse. Chalmé (SAM Bordeaux) sort victorieux du Trophée de vitesse séniors. Morettin (Langon) anime et remporte l’individuelle séniors, Moll (CC Bordelais) celle des juniors et Aldo Miele (SAM Bordeaux) celle des cadets.
- L’Union Vélocipédique Limousine comptera dans ses rangs cette saison quatre coureurs professionnels chiffre jamais enregistré à ce jour par un club du Limousin. Ces coureurs sont Raymond Poulidor, Jean-Claude Daunat, Daniel Samy et Robert Cazala.
- L’assemblée générale du Comité d’Aquitaine s’est tenue à l’Athénée de Bordeaux, l’occasion de fêter nos champions. Le challenge Belliard revient au SAM Bordelais, le prix d’encouragement au Cyclo-Club Périgourdin, le challenge Hiriart et le Mérite Cyrille Abadie au CC Bordelais. Côté individuels les champions régionaux ont été médaillés tels Francis Peyre (VC Sainte-Livrade) en cadets, André Dupouy (Girondins) en juniors, Alain Perriat (Artix) en séniors, André Delort (Andernos) en hors catégorie, Pierre Bernet en cyclo-cross, Bernard Espinasseau, Alexis Eyquard (CC Bordelais), Michel Perrin (CC Bordelais), Bernard Dupuch (CC Bordelais) champions de fond des sociétés.
- Dubois, Lopez, Gabillet et Bernet
représenteront l’Aquitaine lors des Championnats de France de cyclo-cross. Dietter et Ditlecadet seront ceux du Limousin, Currit et Audebourg pour le Poitou-Charentes.

LA SEMAINE EN PERIGORD

ECF 1968

Le 2° cyclo-cross de Pineuilh organisé par l’EC Foyenne se prépare. Dutour en est le favori mais on compte aussi sur les locaux tels Bordier, Moro et Chassagne (notre photo de gauche à droite Bordier, le docteur Faven, Moro, le président Bonnet et Chassagne)

VELO DORDOGNE - 1968/5° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 janvier 2018

LETTRE à JEAN-RENÉ

HUIT ANS DÉJÀ QUE TU ES PARTI

- Et bien oui, déjà huit ans que tu nous as quittés mon cher Jean-René, l’occasion de te donner pour cet anniversaire des nouvelles de notre terre. 2017 n’a pas été une année simple et pour ceux qui prennent de la bouteille comme moi, je constate que le ressort est cassé. Notre société se dégrade et ce n’est plus comme autrefois. Je suis sur que toi aussi tu exprimerais ton mécontentement si par bonheur tu étais des nôtres. La mentalité est devenue déplorable, l’amitié est un vain mot, tout fout le camp...
- Et la planète vélo, chose qui t’intéresse, souffre terriblement. Elle est à bout de souffle, elle n’a jamais été aussi basse que maintenant et le plus triste, c’est que l’on n’aperçoit pas le bout du tunnel. Bien sur, je ne te cause pas du cyclisme de haut niveau ! Celui-là continue à se gargariser au détriment du cyclisme local. Fini les courses de clocher, fini les fêtes locales, fini les luttes rivales du dimanche telles qu’on les aimait. Avec cinquante courses au calendrier, c’est vite pliée une saison en Dordogne et de plus, les coureurs ne viennent même plus courir... Et puis il y a eu la mauvaise nouvelle, celle du Tour de notre belle Dordogne qui ne se fera plus, Serge Sallès ayant jeté l'éponge...

Villechanoux story

- Aujourd’hui, les réformes territoriales nous valent que l’Aquitaine, le Poitou-Charentes et le Limousin ne font plus qu’un : "la Nouvelle Aquitaine". Vincent Dedieu en est le premier président, mais là aussi, il n’a eu aucun mal pour y parvenir, faute de liste adverse. Cela prouve le manque d’intérêt des gens envers notre cyclisme. Chez nous le président Blondel a démissionné, étant mis en minorité lors d’une élection où il s’agissait d’élire le représentant du département dans un collège spécifique du nouveau comité régional. Il n’y avait rien de plus légitime que lui pour nous représenté à Bordeaux. Et bien non, la Dordogne s’est encore distinguée en confiant cette tache à une personne qui n’est même pas un élu du comité départemental. Et si tu veux des noms des auteurs de ce scénario, je peux t'en donner, mais comme ce sont les mêmes que ceux de ton vivant en 2008, tu connais...
- Ah, ces élections et son côté d’incertitudes, de surprises, sans parler de ces cabales où la Dordogne se fait toujours remarqué. A ce sujet il faut que je te dise que les présidentielles nationales elles aussi nous ont réservé de belles surprises. Un nouveau chef de l’Etat, âgé de 39 ans nous dirige. Son accession imprévisible, surprenante et rapide a fait que le paysage politique du pays se trouve bouleversé avec la disparition de la gauche et de la droite. Les électeurs ont voulu renverser la table, mais le nouvel élu est comme notre emblématique coq. Quand il chante, il a les pieds dans la merde et il n’oublie surtout pas de plumer les retraités... et les automobilistes...
- 2017 a été une triste saison pour le vélo Périgourdin. Difficile de te dire qui est le meilleur, ou qui domine le plus chez nous, car les coureurs qui meublent les clubs de division nationale, viennent souvent d’ailleurs. Pour nos purs jus, disons que Thomas Acosta, Rudy Fiefvez et Jean Mespoulède occupent le podium. Mais tu vois Jean-René, l’époque de Reimherr c’est bien fini... Même en me creusant la tronche, je ne vois pas quel est le meilleur coureur de Dordogne capable d’être pro ou de devenir un véritable espoir ? Non, le calme plat, mais paradoxe, on a deux clubs engagés en division nationale : un au nom de Périgueux, un sous l’aile du département. Un gâchis, quand on sait ce que ça coute et surtout quand on sait le monument de travail qu’un département devrait consacrer aux jeunes, l’élite restant plutôt à la charge des clubs. A Montpon, ta mémoire a été honorée avec le "souvenir Jean-René Villechanoux" gagné cette fois par Ludovic Nadon de Barbezieux.
- Faut quand même que je te dise que le Tour de France est encore passé chez nous et ceci durant trois jours : un jour de repos en Dordogne, une étape Périgueux-Bergerac par Lascaux, une autre entre Eymet et Pau. Je ne te dis pas le monde qu’il y avait, mais cela n’a pas entraîné un engouement en termes de nouveaux licenciés.
- Notre carnet de deuils par contre a reçu une belle gifle. Dès le mois de février l’ami Gilbert Cuménal est parti te rejoindre. J’espère que tu l’as vu là-haut et que tu lui a avoué que tu savais imiter sa voix... sacré Jean-René ! Et puis en novembre, c’est l’ami Valentin Huot qui s’est échappé. Là c’est tout un pan de notre patrimoine qui vient de disparaitre. Je me souviens tout gosse de Huot parce qu’à la radio, il passait les cols de mes Pyrénées en tête. Georges Briquet en faisait les éloges et j’étais devenu un de ces fans, loin de m’imaginer qu’un jour je résiderais près de chez lui. Valentin est parti, il nous reste Vivier, mais on le voit la roue tourne... A la fin de l’année, c’est Patrick Delmonteil qui nous a quittés. Celui-là je sais que tu l’as bien connu. Un monument du bénévolat parti dans la souffrance d’une vie injuste. Il ne fait pas bon vivre d’ailleurs en ce moment ; faut voir tous les gens qui sont quotidiennement sur la page des décès du journal. Ça fait peur, surtout quand on voit que ceux de notre génération, celle du Baby Boom arrive à son tour en fin de vie. Parfois je me demande si je ne vais pas être le prochain... ? Mais je m’en fous car après tout j’ai vécu de belles choses et c’est sans regrets que je quitterais cette maudite terre.
- A Mussidan et dans ton club, la roue aussi a tourné. Et même bien vite, avec un coureur qui avait équipé son vélo d’un moteur électrique. C’était à Saint-Michel de Double, dans ton pays perdu qui est devenu une capitale lors de ce prix des fêtes. Fallait voir tous les journalistes et les paparazzis de merde qu’il y avait pour prendre le fautif dans la nasse. Il a trompé ses rivaux, c’est vrai, mais il n’a pas tué, c’est un gentil gouyat, toi-même tu le disais... Mais c’est vrai que lorsqu’il a gagné par deux occasions, il a trompé ses camarades rivaux et ça c’est insupportable !!!
- Tu vois Jean-René que les nouvelles ne sont pas formidables. Et si j’ajoute les problèmes du climat vécus au quotidien, c’est vrai qu’on va être au chaud cet été encore. Les météorologues nous annoncent des chaleurs de plus de 50 degrés après l’an 2050. Oui je t’entends me souffler que les coureurs vont transpirer. C’est vrai, mais y en aura-t-il ? Ces affaires de climat m’irritent au quotidien (plus de 47 degrés à Sydney il y a 8 jours). Faut voir comment les éléments se déchainent. Les incendies, les inondations (surtout en ce moment), les cataclysmes, les ouragans, les tsunamis, on déguste... Même à Saint-Barth, là où Johnny Halliday est inhumé (oui lui aussi est mort) ils ont dégusté avec des cyclones à plus de 300 km/h. Toi aussi tu es à Saint-Barth (de Bellegarde), je sais, mais pas dans les Caraïbes, mais à celui des portes de cette Double que tu as tant aimé. Et puis j’ai rencontré Marie ta compagne. La pauvre, elle sortait de l’hôpital, ça nous a fait du bien de parler, surtout de toi...
- Sincèrement Jean-René tu nous manques. Ma femme me parle souvent de toi. Dès qu’elle arrivait sur les lieux de la course, tu allais à sa rencontre la saluer en parlant patois, pendant que moi j’étais aux dossards. Tu lui demandais : "tu nous as amené le grand ?" Souriante, elle te répondait pas l’affirmative. Alors en patois tu lui ajoutais : "il est de bon poil ?" Alors là c’était la rigolade et on ne savait jamais si c’était oui ou si c’était non. Et comme on ne savait pas, c’était toi qui te chargeais de mettre de l’ambiance au micro en attendant "ton grand". Celui qui ne t’oublie pas...
- Découvrez Jean-René sur ce lien et sur son suivant.
- Lettre à Jean-René (7 ans déjà)

VÉLO DORDOGNE - JEAN-RENÉ © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 janvier 2018

LE CYCLISME PÉRIGOURDIN DANS L’ENTRE DEUX GUERRES

1920 - 1939 LES ANNEES FOLLES DU CYCLISME PERIGOURDIN

Calmette R

Raphaël Calmette maillot blanc à gauche, est un Montponnais pur jus
qui a effectué le Tour de France en 1928 © Raymond Roucheyrolle

- Juste cette petite fiche pour vous permettre de retrouver les sujets qui traitent de l’entre deux guerres. Une période riche illustrée par la photo de Raphaël Calmette, le coureur Montponnais, qui a effectué entre autres le Tour de France en 1928. Une photo rare offerte aux lecteurs par Raymond Roucheyrolle écrivain passionné de cyclisme dont le site avait évoqué son livre "là où le vent nous portera", puis plus tard une histoire sur le Tour de France. Mais revenons à notre Raphaël Calmette dont "Vélo-Dordogne" recherche depuis bien longtemps son visage. Et bien le voici et c’est bien lui qui illustre notre rubrique "le cyclisme Périgourdin dans l’entre deux guerres", une époque où d’ores et déjà il existait un Tour de Dordogne et un vélodrome… La carrière cycliste de Raphaël Calmette n'est pas très connue. Dans les liens ci-dessous on le retrouvera quelque peu, mais sans plus... Peut-être qu'un jour, Raymond Roucheyrolle qui va fouiller dans les archives nous en dira plus ? Qui vivra verra... Mais n'oublions pas que Jean-Serge Calmette, son fils a été également un bon coureur régional. Président de l'UC Montpon, son mandat a été court, décédé des suites d'une chute d'un toit dans les années 90.
- Vous retrouverez ci-dessous les liens d’accès à cinq sous titres avec :
- Les années 1920 à Périgueux.
- Le vélodrome du stade Lacoin (1927-1934).
- Le Tour de Dordogne et le vélodrome.
- La fin du vélodrome et ses conséquences.
- Voir aussi les périgourdins du Tour de France.

VÉLO DORDOGNE – L’ENTRE DEUX GUERRES © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/ 

Posté par Bernard PECCABIN à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2018

1993 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (4° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

22 au 28 janvier 1993

- La saison 1993 sur route se prépare et le Cycle Poitevin entend bien conserver son rôle de leader dans le Poitou. Pour cela son président Kléber Guerry n’a pas lésiné en recrutant les meilleures locomotives que sont Christophe Babuchon, Christophe Bercy, Frédéric Berland, Philippe Escoubet, Bertrand Guerry, Christophe Langlois, Dominique Lardin et Eric Samoyault. Derrière ça se bouscule avec pas moins de dix coureurs en deuxième catégorie, soit un effectif de qualité, fruit de travail de toute cette formation encouragée pas ses fidèles sponsors.

semaine 4 1993

Quelques coureurs Pyrénéens pébiscités avec en haut Laurent Roux, Laurent Mazeaud
et Christophe Rinéro. Dessous Christophe Dupouey, Patrick Bérard et Francis Bareille

- L’assemblée générale du Comité des Pyrénées s’est réunie le 17 janvier à Mas Grenier (Tarn et Garonne), sous la présidence de François Alaphilippe, président fédéral et en présence de Daniel Baal trésorier de la   FFC. Jean Gloaguen secrétaire général présente des effectifs en progression, mais une baisse des organisations. Le Comité a cependant obtenu un beau palmarès en 1992 en totalisant quinze médailles aux Championnats de France. Le CTR Jean-Claude Decopmann dans son exposé ne manqua pas de féliciter ses coureurs sélectionnés aux différentes classiques tels Laurent Roux, Laurent Mazeaud, Patrick Bérard, Nicolas Jalabert, Thierry Bagelet, Christophe Dupouey, Jean-Luc Murcia, Christophe Rinéro, Philippe Bocquier, Francis Bareille et chez les dames Maryline Salvetat championne de France sur route et de poursuite. L’élection au comité directeur a confirmé Jean Bernussou à son poste de président.

VELO DORDOGNE – 1993 - 4° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 janvier 2018

1968 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (4° semaine de la saison)

Drigo Bruno

IL Y A 50 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

22 au 28 janvier 1968

- Premier samedi cycliste à Bordeaux où Besse (CA Béglais) remporte la Médaille Bordelaise devant Moll (CC Bordelais) et Beaune (SAM Bordeaux). Le Trophée de vitesse séniors confirme la forme des Béglais avec le succès de Barbe devant Lacombe et Poutet. Les individuelles sont revenues à Lacombe (SAM Bordeaux) en séniors, Moll (CC Bordelais) en juniors et Aldo Miele (SAM Bordeaux) en cadets.
- Bruno Drigo (VC Saint-Agne) - en médaillon - a reconquis le titre de Champion des Pyrénées de cyclo-cross devançant Roger Couderc (VCRT) à 2’10s et Cosma (Saint-Agne) relégué à cinq minutes.

Bernet Pierre 1968

Pierre Bernet (UC Orthez)

- Pierre Bernet (UC Orthez ) est en grande forme et se prépare pour le Championnat de France. En attendant le Béarnais s’est imposé à Audaux (64), puis à Mézos (40) et à Hendaye (64) où il retrouve derrière lui pratiquement les mêmes rivaux tels Lopez, Minvielle, Dutour et Dubois.
- Assemblée générale du CA Béglais et de ses 33 coureurs qui ont porté la casaque à damiers la saison passée. Le club compte vingt victoires sur route, autant sur piste et un titre de Champion d’Aquitaine de poursuite des sociétés. Les lauréats furent félicités soit dans l’ordre : Jean-Pierre Barbe, Paul Douat, Jean Cruzin, André Prietz, Michel Barrière, Michel Poutet, Jean-Claude Poutet, Jean-Paul Réaud, Daniel Fau et Serge Gourgues tous lauréats titrés ou sélectionnés. Mais Gérard Virol a également mis à l’honneur d’autres coureurs tels Turquois, Buffet, Leroy, Bernard, Gourgues, Charruyer, Ducos, Blancan, Godichaud, Abadie, Conte, Dupuy, Arménio, Cambon, Moreschi, Marcos, Duprat, Bordessoules, Monvoisin, Bigeaud, Derringes et Thibaudeau.

VELO DORDOGNE - 1968/4° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 janvier 2018

STÉPHANE REIMHERR (1998) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (11° partie)

1998 Stéph

1998 DÉBUTS EN DORDOGNE AU CYCLO-CLUB PÉRIGOURDIN

- La saison 1997 s’est terminée par la décision de Max Garcy (président de l’US Montauban), celle qui consiste à ne pas prolonger le contrat de Stéphane. De ce fait, Reimherr s’est retrouvé seul face à son destin. S’entraînant avec Alain Sonson sur les routes du Lot-et-Garonne, celui-ci lui fait part de sa signature au Cyclo-Club Périgourdin. Et c’est ainsi que de fil en aiguille, Reimherr s’est retrouvé dans ce club qui débutait en 3° Division Nationale.

1998 DN3

L'équipe de 3° Division Nationale du Cyclo-Club Périgourdin en 1998

- Nous étions en 1998, l’époque du lancement de ces formations, dont beaucoup ont adhéré, en y laissant plus de plumes que de trophées. Le Cyclo-Club Périgourdin se retrouvait ainsi à une croisée de chemins. Celle d’abord de fêter son 90° anniversaire, soit une raison de prendre du galon dans la nouvelle hiérarchie. Mais dans cette Dordogne il n’y avait pas que le vieux Cyclo pour adresser des clins d’œil aux meilleurs licenciés, puisque l’Asptt Périgueux bien lancée au travers de son Tour Dordogne et de quelques Tours de cantons, lorgnait elle aussi dans cette cour des grands. C’est ainsi que deux clubs du Périgord feront leur rentrée en DN3. Le Cyclo-Club Périgourdin d’abord qui présentait : l’ex-pro Didier Virvaleix comme capitaine de route, Stéphane Reimherr, Alain Sonson, Christophe Cuménal, Frédéric Maly, Philippe Candau, Jérôme Roy et Anthony Estay. Puis l’Asptt Périgueux qui alignait : Bruno Ceyssat, Jean-Claude Daragnès, Gérald Daragnès, Florent Delmond, Mickaël Enaud, Vincent Guillout, Christophe Lanxade, Pascal Le Pemp, Bernard Lorenzon et Eric Porte.

1998 Bègles

1° victoire au Prix de Bègles sous les couleurs du Cyclo-Club Périgourdin

- Que dire de cette saison ? Comme la précédente, elle a été une confirmation au sein de la hiérarchie. Cependant, de la 4600° position à Montauban, voilà que Reimherr s’agrippe à une 729° position, soit un grand bon en avant. Mais il faut dire qu’à cette époque il existe deux groupes : les élites et les séries nationales. Pour l’heure, Reimherr est coureur SN. Il tient bien sa place avec quatre victoires à son palmarès 1998. Une saison intense avec soixante six courses courues contre quarante deux en 1997. On le voit, on le sent, Reimherr prend de la caisse, mais il s’agit de passer encore à l’échelon supérieur car des deux clubs de Périgueux, aucun des deux ne figure en fin de saison au classement final de la DN3 et n’a marqué le moindre point... Dans ce cyclisme en pleine réforme, il est difficile on le voit de se faire une place au soleil. Les clubs sont tellement nombreux dans cette 3° divison nationale, que peu trouvent place dans les grands Tours, là où précisément on peut marquer des points, à condition de terminer de plus dans le haut du tableau. Il y a tout de même de la fierté pour Stéphane, comme celle d’avoir participé aux épreuves de l’Essor Basque et de se classer 9° à l’une d’entre elles, de bien figurer à d’autres, mais on le voit, il manque encore la petite étincelle pour éviter toute cette série de lâchages voire d’abandons. Et pourtant, sa fin de saison reste très encourageante. Désormais, un potentiel existe chez ce coureur qui va et doit travailler, pour s’élever dans la discipline.

1998 Domme

Domme, là où le Cyclo-Club a tout râflé

- Pour l’heure Reimherr habite toujours à Vianne. Il faut dire que son travail constitue certainement un gros frein pour une consécration. On sait que Garcy n’a pas renouvelé son contrat pour cette raison, car si on veut faire le métier, il faut être à 100% dessus comme ses rivaux ,qui eux ne se consacrent qu’au cyclisme. Chez les Reimherr, on reste fidèle aux traditions familiales, celles inculquer par son père Michel : à savoir,  le travail c'est la vie, le cyclisme c'est une école de vie.

1998 MV écureuils

Reimherr maillot vert au Tour des Ecureuils en 1998

1998 Caylus

Petite escapade dans le Tarn et Garonne avec une deuxième place à Caylus

- Mais à force, Reimherr fait aussi des connaissances dans ce milieu sans pitié. Comme il le souligne dans un entretien avec "Direct Vélo", il a fait de bonnes rencontres. "Eric Vermeulen, le Conseiller technique régional d'Aquitaine lui donnera sa chance en sélection régionale sur de belles épreuves et il y prendra de la caisse. Il y a eu aussi Patrice Peyencet, un ex-coureur, un collègue de travail, qui le prend en main. Un jour, il le voir manger au boulot entre midi et deux. Et Reimherr aime bien manger... Quand il a vu son casse-croûte, il lui dit : "Tu vas bouffer tout ça ou c'est ton stock pour la semaine ?". C’est à ce moment là que le coureur a compris ce que signifiait "faire le métier".

1998 Tonneins bis

Victorieux chez lui à Tonneins, dans son Lot-et-Garonne natal

LIENS SUR LE MEME THÈME
- Stéphane Reimherr deuxième saison à Montauban -10° partie - 1997)

1998 Carbon Blanc

Carbon Blanc : une victoire en fin de saison qui met du baume au coeur

Palmarès de la saison 1998 : dans le peloton Boucles de l’Océan (1° Vincent Templier - Jean Floc’h Mantes), dans le peloton Route de l’Océan (1° Fabrice Chabenat - CRCL), dans le peloton Circuit de la Nive (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h Mantes), 9° Tour du Pays Basque (1° Stéfen Kjacrgaard - Norvège), abandon Ronde du Pays Basque (1° Nielsen - Dannemark), abandon Montastruc (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), abandon Léguillac de Cercles (1° Didier Virvaleix - CC Périgourdin), dans le peloton à Pessac (1° Jean-Yves Elissalde - Aviron Bayonnais), abandon Trophée des Bastides (1° Yann Gabaud - AC Fumel), lâché souvenir Petit-Breton à Vergt (1° Stéphane Lavignac - CRCL), dans le peloton à Soorts-Hossegor (1° Jean-Yves Elissalde - Aviron Bayonnais), 12° Cénac et Saint-Julien (1° Pascal Peyramaure - CC Nogent), dans le peloton au Mont-Pujols (1° Christophe Dupouey - Team Sunn Blagnac), abandon Le Coux (1° Jean-Baptiste Llati - VC Narbonne), dans le peloton à Albi, 7° Championnat des sociétés à Cours de Pile avec le CC Périgourdin (1° US Bouscat avec Boterel, Ducloux, Rousseau et Carros), lâché Tour du Lot et Garonne (1° Christophe Duplaa - CC Marmande), 18° Simorre, lâché Tour du canton d’Hautefort (1° Stéphane Lavignac - CRCL), lâché à Montendre et 2° du Maillot à pois (1° Yann Korzynieski - Pays d’Olonnes Côte de Lumière), 1° du 55° Grand Prix du CA Béglais, dans le peloton Dax le Marensin (1° Christophe Dupèbe - Guidon Saint-Martinois), maillot vert Tour des écureuils (1° Yann Korzynieski - Pays d’Olonnes Côte de Lumière), 3° Saint-Barthélémy d’Agenais, 4° Domme (Championnat de Dordogne) (1°Alain Sonson - CC Périgueux), 6° Saint-André de Cubzac (1° Gilles Zech - UC Felletin), 9° Bussière-Badil (1° Loïc Herbreteau - Cycle Poitevin), dans le peloton Libourne (1° Gillain - ES Auneau), 3° Caylus, abandon Peyrehorade (Championnat d’Aquitaine route) - (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 3° Bussac Forêt, 3° Cubzac les Ponts, dans le peloton à Aire sur Adour, 3° Dussac (1° Christophe Cuménal - CC Périgourdin), 1° Tonneins, 11° Coursac (1° Gilles Dubois - Guidon Saint-Martinois), dans le peloton La Chapelle-Faucher (1° Loïc Herbreteau – Cycle Poitevin), 4° Les Barthes (1° Didier Saumon - Guidon Saint-Martinois), 4° Périgueux les boulevards (1° Didier Virvaleix - CC Périgourdin), 2° Castelsarrasin (1° Rafal Wieckzoreck - AC Bon Encontre), 18° Beaumont, dans le peloton Sainte-Foy la Grande (1° Jérémy Roy - CC Périgourdin), 1° Périgueux quartier Faidherbe, 6° Labastide du Temple (1° Michel Ambrosini - US Montauban), dans le peloton à Gabarret (1° Sébastien Dulucq - US Dax), abandon Beaussac (1° Sandy Casar - Jean Floc’h Mantes), 15° Bruch (1° Vincent Templier - Jean Floc’h Mantes), 17° Puy l’Evêque, lâché les Milandes (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), 3° Miramont de Guyenne (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 6° Montpon nocturne (1° Fernand Lajo - US Bouscat), 17° Boulogne sur Gesse (1° Régis Duros - Tarbes Cycliste), 6° Montastruc, 7° Briatexte, 7° Trélissac les Maravals (1° Anthony Kerneis - CC Vervant), 5° Douzillac (1° Anthony Supiot - Bressure AC), 4° Excideuil en nocturne (1° Vincent Guillout - Asptt Périgueux), 1° Carbon-Blanc, 7° Marsaneix (1° Vincent Sauzeau - Cycle Poitevin), abandon Lusignan le Petit (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), dans le peloton la Tomate Marmande (1° Pascal Pofilet - CC Etupes), 17° Flèche Landaise (1° Stéphane Meynier - CC Marmande).

1998 Milandes

Calé entre deux coureurs, le circuit des Milandes passe toujours mal

Les licenciés du Cyclo-Club Périgourdin en 1998 : (liste alpha en noir les dirigeants, en bleu les coureurs)
Guillaume Alvès, Damien Alvès, Kevin Aubert, Claude Audibert, Damien Augiron, Jean-Louis Authier, Christophe Authier, Laëtitia Bailly, Audrey Bailly, Kevin Bailly, Gwenaelle Bailly, Jérôme Bartholome, Julien Beaudeau, Nicolas Bercouzareau, Christine Bercouzareau, David Bercouzareau, Jean-Marie Bercouzareau, Kevin Bertaux, Marie-Laure Bertaux, Stella Bertaux,, Jean-Charles Boissard, Dominique Boivineau, Mélany Boivineau, Annaelle Boivineau, Jasmine Bouget, Patrick Bousquet, Pascal Boyer, Anthony Boyer, Nicolas Buchin, Jordan Caillaud, Philipe Candau, Nicolas Canler, Jérôme Châteauraynaud, Frédéric Chene, Olivier Chicoineau, Stéphane Clermont, Jean-Marc Constant, Giovanni Corno, José Corréia, Alexandre Cotté, Clément Coyral, Christophe Cuménal, Yoan Darnac, Marc Dolata, Damien Dubourg, Antoine Dussuchale, Guy Dutertre, Didier Dutertre, Michel Elcrin, Anthony Estay, Magalie Eugène, Christophe Fauchier, Cathy Fauchier, Mario Ferreira, Matthias Garcia, Laurent Gillot, Florian Ginsou, Xavier Godefroid, Romain Godefroid, Jean-Pierre Guichou, Danièle Guichou, Alicia Lachenaud, Yoann Lachenaud, Thierry Lafaye, Jean-Claude Lafont, Pierre Lajarthe, Jean-Louis Lambert, Michel Lapouge, Fabien Larivière, Nicolas Laurière, Didier Lavesne, Jean-Baptiste Lavigne, Frédéric Maly, Michel Maly, André Merlhe, Antoine Michaud, Vincent Mignien, Fumiyoshi Minegishi, Michel Monnerie, Didier Moreau, Nathalie Mousques, Guillaume Otschapovski, Florent Parizel, Bernard Paul, Christian Paul, Marie-Madeleine Paul, Jérôme Paul, Vincent Pérez, Didier Pérez, Serge Pomeyrol, Pierre Pomeyrol, Pascale Porcher, Gaëlle Porcher, Jean-Claude Porcher, Grégory Pradelou, Claude Rebière, Stéphane Reimherr, Jean-Michel Roy, Jérôme Roy, Guillaume Roy, Maud Sanguine, Clément Sarrut, Lucien Sautier, Alain Sonson, Loïc Souchard, Yohann Tostivint, Marc Valentin, Jean-René Villechanoux, Didier Virvaleix, Stéphane Virvaleix, Alban Vivien, Franck Vysocki.

QUELQUES ADVERSAIRES DE LA SAISON 1998

 Gilles Canouet (CC. Marmande), Serge Canouet (CC. Marmande), Sébastien Dulucq (US. Dax), Cyril Bastière (VC. Langon), Julien Costedoat (VC. Oloron), Jean-Luc Delpech (CC. Marmande), Christophe Dupèbe (Guidon Saint-Martinois), David Marié (VC. Montois), Jérôme Paul (CC. Périgueux 2000), Stéphane Reimherr (CC. Marmande), Patrice Peyencet (CC. Périgueux 2000), Nicolas Rouillard (VC. Oloron), Hugues Ané (Albi VS), Sébastien Bordes (US. Montauban), Christophe Cousinié (US. Montauban), Christophe Dupouey (GSC. Blagnac), Tomasz Kaszuba (US. Montauban), Gaël Moreau (US. Montauban), Igor Pavlov (Albi VS), Nicolas Portal (GSC. Blagnac), Gwenaël Ronsin-Hardy (Albi VS), Sylvain Calzati (Super Sport 23), Yves Delarue (Super Sport 23), Aïdan Duff (Super Sport 23), Christophe Laurent (Super Sport 23), Christian Magimel (Super Sport 23), Julien Mazet (Super Sport 23), Sébastien Raynaud (Super Sport 23), Vincent Socquin (Super Sport 23), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Emmanuel Berger (Bressuire AC), Sébastien Chavanel (VC Loudun), Cho Ho Sung (Cycle Poitevin), Chun Dae Hong (Cycle Poitevin), Bertrand Guerry (Cycle Poitevin), Loïc Herbreteau (Cycle Poitevin), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Joona Laukka (Bressuire AC), Gaylord Tourneur (Cycle Poitevin), Mariusz Witecki (PSF Niort), Gilles Zech (Bressuire AC).

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (11) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : Stéphane Reimherr, première victoire
internationale (12° partie)

http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2018

SAINT CAPRAISE DE LALINDE (course disparue)

24382_001_co0337[1]

- Saint-Capraise de Lalinde n’a pas connu d’innombrables courses cyclistes. Coincée entre le fleuve Dordogne et la route Bordeaux-Sarlat, cette commune de 550 habitants a vécu sur une période où la batellerie était florissante. Mais à défaut de pouvoir se bouger dans son territoire, le bourg a vu de nombreux passages du Tour de France. Comme quoi, les routes de grandes migrations ont parfois ce petit avantage…

Palmarès connu : 1954 Michel Marcowitz (RC Mussidan), 1955 Christian Paradol (CC Lindois)

VELO DORDOGNE - STE CAPRAISE DE LALINDE - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 janvier 2018

1993 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (3° semaine de la saison)

 

Eyquard Stéphane 1984IL Y A 25 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

15 au 21 janvier 1993

- C’est sur un très beau circuit autour du plan d’eau de Saint-Hilaire les Places que s’est déroulée la finale du challenge André Dufraisse. Christophe Deluche (UV Limoges) s’impose pour terminer avec deux minutes d’avance sur Laurent Roulier (Saint-Denis US) vainqueur chez les espoirs et Hullot (3°) du Vélo-Club Arédien.
- Le cyclo-cross couru au CREPS de Boivre a permis à Didier Arbault (Fourchambault) de signer un beau succès devant le prometteur Régis Duros (Bataillon de Joinville) et Xavier Charbonneau (Pays d’Olonne).
- C’est Dominique Eyquard qui sort vainqueur du 28° cyclo-cross de la Saint-Vincent couru à Tarnos. Le coureur du Caudrot a eu finalement raison de Bruno Blangeois (Guidon Pellegruen) et de Didier Saumon son équipier, qu’il retrouve au podium avec Arnaud Labbe couronné en catégorie juniors.

VELO DORDOGNE – 1993 - 3° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2018

1968 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (3° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS DANS LE GRAND SUD-OUEST

15 au 21 janvier 1968

CA CC 68

A Anglet, Pierre Bernet en route pour un 8° titre de Champion d'Aquitaine

- Pierre Bernet remporte pour la huitième fois le titre de Champion d’Aquitaine de cyclo-cross sur les pentes de la grande dune d’Anglet Blancpignon devant son ami André Lopez (Navarrenx). Le coureur Orthézien vise désormais à 28 ans le titre national qui sera disputé à Josselin le 11 février prochain en Bretagne. Déjà titré en 1965, second en 1964, 1966 et 1967, Bernet est on le voit parti à la conquête du bleu blanc rouge qu’il aimerait ramener en Béarn.
- Le Championnat du Poitou n’a été qu’une formalité pour Jacques Currit (UV Poitiers) qui empoche son septième titre. Seuls le Rochelais Audebourg (3°) et le Nantréen Morisset (2°) ont été capables de lui donner une évidente réplique sur le circuit de Châteauneuf sur Charente.
- Daniel Dubois (VC Capbreton) remporte sous la pluie le cyclo-cross de Navarrenx distançant le Talençais Gabillet deuxième à deux minutes et André Lopez le local qui termine dans sa roue.

VELO DORDOGNE - 1968/3° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2018

STÉPHANE REIMHERR (1997) : 28 SAISONS SUR LES ROUTES (10° partie)

1997 DEUXIEME SAISON A MONTAUBAN
ET DES EFFORTS RÉCOMPENSÉS

1997 Damazan

La course en tête à Damazan

- Deuxième saison à Montauban qui voit le retour de Reimherr chez les régionaux pour se refaire une santé. Après une saison rude, difficile, il faut se remettre à l’ouvrage et il n’est question de capituler. Bien au contraire, la remise en question chez les régionaux passe comme une lettre à la Poste avec d’emblée trois succès (Monsempron, Roumagne et Saint-Romain le Noble), ce qui permet à Reimherr de renouer dès le 18 avril avec la série nationale.

1997 Roumagne

Victoire à Roumagne, fief des Fédrigo

- Pour ce début de saison 1997, la forme est au rendez-vous. Il a survolé les samedis cyclistes à Damazan avec onze succès à la clé. On le voit, on le sent chez le "Stèph" la tête est à la hauteur des jambes. Son début constitue un retour à vous couper le souffle, notamment avec sa réussite au Trophée des Bastides où il termine 8° de cette nationale ce qui constitue un gage de satisfaction. Il continue donc à pratiquer le vélo pour le plaisir, ce qui ne l’empêche pas de nourrir de belles ambitions. Rapide au sprint, habile manœuvrier, Reimherr a appris au contact des élites que le vrai cyclisme c’est quand rien ne va plus, quand la bouche est en feu, que ce n’est pas son jour et qu’il faut aller chercher au plus profond de soi cette volonté que les autres n’ont plus.

1997 Saint-Romain le Noble

Victorieux enfin à Saint-Romain le Noble après plusieurs échecs sur ce circuit

- Dès la fin avril, un gros frémissement se passe dans les jambes de Reimherr. Succès avec les séries Nationales à Coursac, soit une avancée dans la hiérarchie. Et puis sur les gros chantiers on mesure les progrès comme sa 6° place au Tour du canton d’Hautefort qui constitue une épreuve référence. Mine de rien, Reimherr sort la tête de l’eau. Il a compris qu’il peut jouer un rôle dans cette équipe Montalbanaise de 2° Division Nationale qui s’adjuge la Coupe Mavic (aujourd'hui coupe de France de Division Nationale). C’est vrai qu’il étouffe sous cette implacable hiérarchie imposée par le milieu. Mais il a compris qu’il fallait gagner ses galons "à la pédale" et que désormais il apprenne seul. Il travaille dur, il fait ce qu’on lui demande sans rechigner, avec cet indicible souci du boulot bien fait, sa grande franchise et son sens du devoir qui lui valent de s’intégrer plus prestement que les autres.

1997 Saint Pastour

4° à Saint Pastour derrière les Marmandais

- Stéphane n’est pas homme à se voir en haut de l’affiche et à tirer des plans sur la comète, il garde les pieds sur les pédales, travaille consciencieusement et rejette les ambitions démesurées. Reimherr est devenu une figure de notre cyclisme, il donne au public le spectacle qu’il attend, sait mettre le feu pour le seul frisson d’entendre scander son nom.
- Stéphane est d’ailleurs très apprécié au sein du peloton et du public qui trouve son bonheur dans les attaques à répétition de ce guerrier. Partout le coureur portant les couleurs de l’US Montauban est pisté, comme s’il avait remporté le Tour de l’Avenir. Ecoutons ces propos : "Je ne vois pas pourquoi je changerais de comportement ou de vie sous prétexte qu’aujourd’hui je suis dans une grande équipe. J’aime le contact des gens et j’ai toujours autant envie de me battre sur un vélo. De plus j’ai rencontré une fille intelligente qui aime le sport et me motive. Néanmoins, je suis fier d’avoir acheté une force grâce à la force de mes jarrets. Déjà en cadets, je m’étais payé mon premier vélo avec les primes, je continue à le nettoyer car maintenant je réfléchis à tout !"
-  Coureur de classe, sympa et déterminé, Stéphane Reimherr est aussi un grand sentimental. Le public n’a pas fini de l’aimer et de le soutenir celui-là...
-
Malgré cette saison honorable, Max Garcy ne souhaitera pas conserver Stéphane dans ses effectifs. Le club Tarn et Garonnais poursuit sa route en Division Nationale et le président veut des coureurs sans contraintes, autrement dit à 100% pour le vélo. Reimherr reste lui fidèle à la devise de son père : "le travail d'abord !" Il en tirera des conséquences pour changer d'écurie dès la future saison.
La future équipe de l'US Montauban (prévision 1998) : Stéphane Pillet, Guillaume Portal, Nicolas Rouillard, Pierre Elias, Jérôme Bonnace, Igor Pavlov, Michel Ambrosini, Lionel Chatelas, Ludovic Grechi, Gabriel Bernal, Franck Champeymont.

1997 Fronton

Départ d'un chrono à Fronton

Palmarès de Stéphane Reimherr saison 1997 : 1° Prix Promagic à Monsempron-Libos, 1° Roumagne, 8° Trophée des Bastides à Sainte-Livrade (1° Gilles Dubois - Guidon Saint-Martinois), dans le peloton à Libourne (1° Yvan Becaas - Cahors VS), 5° Beauville (1° Cyrille Ribette - UC Brive), 2° Pessac (1° Stéphane Rolleau - (GSC Blagnac), 1° Saint-Romain le Noble, 4° Saint-Pastour (1° Christophe Duplaa - CC Marmande), 13° Grandfonds (1° Patrick Durand - ASAR), dans la peloton à Albi, 5° Najac, lâché Tour du Lot et Garonne (1° Igor Pavlov - US Montauban), 6° Tour Canton Hautefort (1° Christophe Duplaa - CC Marmande), 1° Lagrange, 13° Cazères, 11° Saint-Barthélémy (1° Pierre Painaud - Cycle Poitevin), 5° Prix du CA Béglais (1° Guillaume Destang - US Montauban), 2° Caylus, dans le peloton à Mazamet (1° Alexandre Vinokourov - EC Saint-Etienne), dans le peloton à Orthez, dans le peloton à Aire sur Adour (1° David Escudé - GSC Blagnac), lâché Valence sur Baïse, abandon à Bazas (1° Christophe Dupèbe - Guidon Saint-Martinois), 1° Coursac, abandon Mont de Marsan (1° Tomaz Kaszuba - AC Bon Encontre), abandon Rodez, 8° Castelsarrasin (1° Gérard Ianotto - Guidon Saint-Martinois), dans le peloton Mont de Marsan la Madeleine (1° Bertrand Guerry - Saint-Jean de Monts), abandon Montech (1° Henrick Sobinski - UV Auch Lectoure), abandon Bruch, dans le peloton à Saint-Martin de Seignanx (1° Yvan Becaas - Cahors VS), 13° Trélissac (1° Pascal Peyramaure - CRC Limoges), abandon Douzillac (1° David Marié - CC Marmande), dans le peloton à Augignac (1° Pierre Painaud - Cycle Poitevin), dans le peloton à Aussone, 6° Soorts-Hossegor (1° Thierry Elissalde - Aviron Bayonnais), 10° Marsaneix (1° Pierrick Fedrigo - CC Marmande), 6° Carbon Blanc (1° Anthony Michelet - PSF Niort), abandon Lusignan (1° Martial Locatelli - CC Etupes), dans le peloton GP de la Tomate (1° Pierre Painaud - Cycle Poitevin), dans le peloton à Fronton, dans le peloton Labastide d’Armagnac (1° Stéphane Dechantérac - VRC Albi).

1997 augignac

Noyé dans le peloton au départ à Augignac (saison 1997)

LIENS SUR LE MEME THÈME

- Stéphane Reimherr difficile saison en élite à Montauban - 9° partie - 1996)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (10) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : Stéphane Reimherr, ses débuts au
Cyclo-Club Périgourdin (11° partie)

http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]