19 novembre 2021

NONTRON ET SON CYCLISME (1986-1990)

LE CCP NONTRON MARQUE SON TERRITOIRE

Dutertre P

Patrick Dutertre, président du CCP Nontron.

- On reprend l’histoire du cyclisme à Nontron et sur sa périphérie en abordant la saison 1986. Celle-ci sera moins fructueuse que les antécédantes, mais à cette époque on ne pensait pas que les années 2000 devriendraient pires... L’UC Nontron de Jean-Claude Védrenne entame elle sa régression, alors que le CCP Nontron, fort de son union avec le Cyclo-Club et la Pédale Nontronnaise, occupe la une de l’actualité. D’ailleurs le club passe sous la férule de Patrick Dutertre qui en devient le président, ceci après avoir écumé la majeure partie des courses FSGT de la région. Revoir l'article précédent sur ce LIEN.

- L’UC Nontron (13 licenciés) organise à Abjat, Javerlhac, Lacaujamet, La Chapelle Saint-Robert, Champniers-Reilhac, La Maladrerie, aux Trois Cerisiers, Nontron, Saint-Sulpice de Mareuil, Beaussac et Piègut.
- Le CCP Nontron (19 licenciés) se cantonne en termes d’organisation sur les communes de Saint-Pierre de Frugie, Payzac, Saint-Martin le Pin, Anlhiac, Busserolles, Saint-Estèphe, Sceau Saint-Angel, Nontron, Saint-Priest les Fougères, Etouars, Augignac, Champeaux, Villars, Varaignes et Milhac de Nontron.

1987 UCN 87

 Michel Monmoulinet entouré par la famille Védrenne à Javerlhac (saison 87)

1986 (les vainqueurs à Nontron) Daniel Barjolin (CC Marmande), Prix du 14 juillet : Jean-Yves Béneyrol (ASPTT Périgueux).
Coureurs Nontronnais de cette période :
Jean-Pierre Michel, Michel Dutertre, Jacques Chauvin, Xavier Pichon, Claude Montalescot, Christophe Deniaud, Stéphane Dutertre, Bruno Lagarde, Gérard Dutertre, Daniel Dutertre, Eric Raud, Stéphane Couraie, Bernard Raud, Christian Géraud, Patrick Vautour, Emile Faure, Christian Fredout, Patrick Metifeu, Francis Abadie, Didier Nouvet, Michel Besse, Sophie Terrassier, Olivier Mandon, Jacques Martin,
- Daniel Dutertre gagne encore à Bertric-Burée, puis à Villamblard, à Tocane et devient Champion d’Aquitaine des vétérans à Atur. Christian Géraud remporte le bouquet à Chenaud.

- En 1987, le CCP Nontron organise une grande manifestation cycliste à Nontron. La ville reçoit le 1° Tour de Dordogne et met sur pied le Championnat de Dordogne des jeunes (minimes, cadets et juniors). L’UC Nontron ne compte plus qu’un seul coureur minime alors que le CCP Nontron avec 29 coureurs plus douze dirigeants totalise 41 licenciés. Michel Besse en est le chef de file. Côté organisations, l’UCN totalise neuf épreuves, vingt-trois pour le CCP Nontron. L’organisation de Ribérac-Nontron en ligne, le glissement de quelques épreuves de l’UCN vers le CCPN, l’organisation d’un Championnat de Dordogne en même temps que la réception du 1° Tour de Dordogne font que le club de Patrick Dutertre monte en puissance.

1987 Nontron 87

Championnat de Dordogne des cadets avec Charly Denis vainqueur

1987 (les vainqueurs à Nontron) Jean-Luc Masdupuy (AC Uzerche) Ribérac-Nontron en ligne : Jean-Luc Masdupuy (AC Uzerche), Prologue remporté par : Daniel Dutertre (CCP Nontron).
Championnat de Dordogne des minimes : Bruno Boisserie (EVCC Bergerac), Championnat de Dordogne cadets : Charly Denis (CC Périgueux), Course d’août : Jean Pinault (AAJ Blois).
Etapes Nontron-Mensignac puis Brantôme-Nontron du 1° Tour Nord Dordogne. Succès de Pascal Delestage (Pédale Thibérienne) à Nontron.

1987 Nontron 87

Championnat de Dordogne des minimes et son Vainqueur Bruno Boisserie

Coureurs Nontronnais de cette période : Stéphane Dutertre, Stéphane Courarie, Didier Nouvet, Jean-Pierre Garenne, Jacques Martin, Bernard Cabirol, Xavier Pichon, Patrick Vautour, Michel Besse, Claude Montalescot, Jean-Michel Montalescot, Eric Raud, Bernard Raud, Christian Géraud, Emile Faure, Francis Abadie, Jean-Pierre Michel, Michel Dutertre, Christophe Deniaud, Bruno Lagarde, Gérard Dutertre, Daniel Dutertre.

- Michel Besse victorieux à Champeaux.
- L’UC Nontron
ne compte plus en 1988 que neuf licenciés et met sur pied onze épreuves. En face le Cyclo-Club Pédale de Nontron rassemble 40 licenciés et organise dix-neuf courses. Abjat, la Maladrerie et même les boucles du Bandiat tombent dans l’escarcelle du club de Patrick Dutertre, qui de plus organise une nocturne à Piègut, le Championnat de Dordogne séniors à Saint-Martin le Pin et une épreuve à Mareuil. Eric Raud devient le chef de file avec Michel Besse toujours aussi vaillant, alors que Patrice Géraud est loin de démériter.

1987 TND 87

Arrivée du Tour Nord Dordogne remporté par Jean-Luc Besse

1988 (les vainqueurs à Nontron) Course d’août : Didier Lezoray (CC Sarlat) Nocturne de la ville : Francis Dubreuil (CC Périgueux).

Tour Nord Dordogne (arrivée à Nontron) : Yves Brusson (SC Périgord)
Eric Raud s’adjuge le Tour du Ribéracois, puis gagne aux Trois Cerisiers et à Gouts-Rossignol. Michel Besse s’offre l’épreuve de Saillat puis la Flèche Charente-Limousine.
Coureurs Nontronnais de cette période : Patrice Bourbon, Jean-Pierre Michel, Patrice Géraud, Eric Raud, Francis Abadie, Michel Besse, Jean-Michel Montalescot, Bruno Lagarde, Christian Géraud, Emile Faure, Lionel Sallat, Michel Dutertre, Patrick Gendre, Laurent Bonain, Cédric Génier, Stéphane Dutertre, Stéphane Courarie, Didier Nouvet, Joel Montalescot, Olivier Mandon, Gérard Dutertre, Daniel Dutertre, André Auzemery.

1989 beaussac 1989

Le départ à Beaussac en 1989.
Sur le côté gauche de la route un pré aujourd’hui planté par des peupliers.

- Les statistiques de 1989 nous amènent vers un statu-quo en matière d’épreuves et de licenciés. C’est l’époque où les frères Delestage rejoignent le CCP Nontron tout comme Maurice Loustalot, grande figure du cyclisme Charentais...

1989 (les vainqueurs à Nontron) Nocturne de la ville : Didier Nouvet (CCP Nontron)
Arrivée du Tour Nord Dordogne : victoire d’étape de Franck Duraz (UC Brive)
Coureurs Nontronnais de cette période :
Patrice Géraud, Michel Dutertre, Stéphane Dutertre, Daniel Dutertre, Jean Roy, Christian Géraud, Emile Faure, Maurice Loustalot, Didier Nouvet, Michel Besse, Olivier Mandon, Joël Montalescot, Olivier Chalopin, Cédric Laveau, Didier Lezoray, Olivier Trillaud, Michel Delestage, Jean-Louis Gouraud, Pascal Delestage, Guy Thomas, Nadia Loustalot, Pascal Loustalot, Jean-Pierre Michel
- Michel Dutertre gagne à Bourdeilles, son frère Daniel à Vaunac et Maurice Loustalot
à Douzillac.

1989 Piègut en 1989

Piègut en 1989, une organisation de l'UC Nontron

- Pour cette saison 1990, l’espace des clubs de Nontron s’élargit avec de nouveaux coureurs à Nontron, mais c’est le CCP Nontron qui en profite le plus. Celui-ci caracole d’ailleurs dans les trois premières places sur le plan départemental alors que l’UCN n’organise plus que huit épreuves et ne possède que trois coureurs.
- Patrick Dutertre est toujours à la tête du CCPN, secondé par son frère Michel qui occupe le secrétariat. De nouvelles épreuves fleurissent ça et là dont Saint-Pardoux la Rivière, Lussas et Nontronneau, Saint-Martial de Valette et Saint-Front de Nizonne. Michel Besse, Maurice Loustalot, Didier Lezoray, Michel Larpe et Pascal Delestage sont les nouvelles locomotives de la formation  De plus une école de vélo voit le jour forte de six pupilles, cinq poussins, un benjamin et deux minimes.

1990 Nontron souffle à cul 1990

La gentlemant des souffle à cul en 1990 à Nontron

1990 (les vainqueurs à Nontron) Nontron ville départ du 1° Tour Dordogne ex-Tour Nord Dordogne qui constituait une sorte de laboratoire en vue d’organiser le véritable Tour du département. Départ de Nontron pour rallier Bergerac.
- Puis Bergerac - Nontron : Pascal Benoit (ES Cavaillon/Provence)
- Abjat-Nontron (contre la montre du TD) : Denis Pelizzari (UV Lourdes)

1985 Pélizzari Denis CV Montastruc

Denis Pelizzari (UV Lourdes) vainqueur du chrono à Nontron

Besse mich

- Maurice Loustalot remporte la nocturne de Mareuil, l’épreuve de Badefols d’Ans. Didier Lezoray ramène le bouquet de Rudeau, Stéphane Dutertre premier à Chenaud puis à Saint-Martial de Viveyrols. Michel Larpe vainqueur à Saint-Martin de Ribérac.
- Valérie Beyrand fille de Jean-Claude Védrenne prend la présidence de l’UC Nontron.

Coureurs Nontronnais de cette période : Michel Dutertre, Stéphane Dutertre, Michel Besse (en médaillon), Didier Lezoray, Michel Delestage, Jean-Louis Gouraud, Pascal Delestage, Guy Thomas, Michel Larpe, Maurice Loustalot, Emile Faure, Olivier Chalopin, Jean Roy, Jean-Michel Laveau, Olivier Mandon, Anthony Mandeix, Nadia Loustalot, Cédric Laveau, Laurent Bonain.

- On ne cloture pas cette période sans parler de Frédéric Brun, coureur de Nontron et professionnel depuis 1981. Au cours de cette période, il gagne le critérium de Saussignac, termine 2° de la Polynormande (1986), 3° du GP de Plouay (1987), 1° à Plumelec et au Bol d’Or des Monédières. Mais la plus grande fierté chez ce coureur c’est d’avoir terminer tous ses Tours de France dont le dernier en 1990 et après avoir couru un Tour d’Italie.

Saint-Martial de Valette 90

Saint-Martial de Valette en 1990 avec les séniors.
De gauche à droite Charly Denis (ASPTT Périgueux) 1° junior,
Charly Chollet lauréat en vacances (UC Foecy-Orléanais), Nicolas Fiacre
premier des 3° catégories et Maurice Loustalot sous les nouvelles
couleurs du club Nontronnais classé premier des 2° catégories
et du club organisateur, puis Michel Dutertre secrétaire du club.

- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 13- © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Posté par Bernard PECCABIN à 22:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 novembre 2021

NONTRON ET SON CYCLISME (1981-1985)

LUCIEN DEVILLE !

Souvenirs d’un dirigeant

Deville Lucien

- Relire le cyclisme à Nontron de 1973 à 1980.
- Lucien Deville connu sous le surnom de "Lulu" tenait comme chacun sait son bar "Le Périgord Vert" à Nontron (NDLR : depuis 1957). Aimable, souriant, très actif, débordant même de vitalité, il a été un amoureux du sport, où pendant toute sa jeunesse, il se dévoue d’abord comme pratiquant et plus tard comme dirigeant.
- Né le 23 septembre 1915 à Saint-Hilaire les Places dans la Haute-Vienne, il a été une figure bien connu des milieux cyclistes régionaux. "Lulu" comme on l’appelle familièrement, a côtoyé du bien joli monde dans sa vie. Il y a 51 ans* exactement qu’il traîne sa "bosse" au cœur des compétitions cyclistes, presqu’un record !
(*) Ce texte présenté par "Rétro Vélo Dordogne" a été écrit sur un journal local en 1981. Pour information Lucien Deville est décédé le 27 juin 1986. Nous demandons au lecteur de tenir compte de ce décalage dans le temps, par rapport à l’actualité locale évoquée dans ce texte. En faits il aura œuvré durant 56 ans dans le sport.

- Lucien Deville a connu pratiquement tout sur les choses qui touchent à son sport favori. Le personnage est plutôt du genre bavard mais nous défions quiconque aime le vélo et le verbe, de ne pas tomber sous son charme, car Lucien Deville est capable de vous parler de la course qu’il a vécue il y a trente ans comme de celle qu’il a suivie le dimanche précédent.
- Le brave Lulu enjambe les époques à coups de formules parfois hasardeuses et souvent percutantes. Il saute de Jacques Vivier à Frédéric Brun sans vous laisser le temps de souffler parce qu’il a connu le cyclisme de haut en bas et qu’il a par conséquent son avis sur tout !

SA CARRIÈRE SPORTIVE

- Après sa carrière cycliste effectuée dans les années 30 à Mussidan (club Pédale Faidherbe Périgueux), il rejoint Nontron en 1934. Débute au CA Nontronnais en football. Occupe le poste de goal en équipe réserve. Il joue ensuite en équipe première puis devient arbitre officiel (le règlement le permettait à cette époque). En 1943 il signe à l’AS Nontron un nouveau club et termine en 1944 en qualité de joueur. Reçu comme arbitre officiel (foot) en 1939, il rentre ensuite à la FFC comme dirigeant puis commissaire au Vélo-Club Nontronnais. Arbitre officiel de la Ligue du Centre Ouest, il reçoit un "sifflet d’or" et la médaille d’argent de la jeunesse et des sports. De 1946 à 1957, dirigeant de cyclisme, il reçoit la médaille de bronze du Comité du Limousin. Pendant sa longue carrière de dirigeant, il a eu l’occasion de s’occuper activement des carrières des coureurs cyclistes : Claude Mousseau (3° au Championnat de France militaire sur piste à Cognac), Francis Dubreuil (253 victoires), premier de deux Tours du Limousin et deux fois Champion du Limousin. Et enfin de Frédéric Brun le nouveau professionnel de Nontron durant trois années. Aimant tous les sports il a pratiqué pendant quinze ans le judo à Nontron. Supporter infatigable du rugby, il ne rate aucun match à la télé. Fin pêcheur à la ligne, intarissable sur le sport, des souvenirs plein la tête, des photos sportives dans plein de tiroirs, des milliers de kilomètres sur sa mobylette, pour encourager la Petite Reine dans tout le Périgord Vert...
- En ce mois d’avril 1981 date de notre rencontre, il entame sa 52° saison de présence aux abords des lignes d’arrivée. Il a beau dire et beau faire, il ne peut pas se passer du vélo. Précisons que nous concevons mal nos épreuves sans la présence de Lucien Deville. Homme populaire et bavard, nous avons cru bon d’aller à sa rencontre d’autant qu’il a emmagasiné une grosse provision de souvenirs et qu’il ne dédaigne pas évoquer le passé et parler du présent : "J’ai tellement vu de choses dit-il, que parfois les faits et les dates se confondent un peu dans mon esprit, mais j’éprouve toujours le besoin de faire parler ma machine à remonter le temps... "

Image1

Francis Dubreuil, a bénéficié des conseils de Lulu Deville

DISCUSSION A BATONS ROMPUS AVEC UN JOURNALISTE

ET LUCIEN DEVILLE AVEC SA MOBYLETTE

Parlez nous des premières courses que vous avez vécues ?
Lulu : Les coureurs étaient pratiquement toujours obligés d’aller courir en vélo ou en train pour se rendre au départ. Il fallait donc déjà beaucoup de courage ! Les engagements se faisaient sur place contrairement à aujourd’hui. Les prix et les primes étaient réglés à la remise des dossards en fin de course.
Quelle était l’ambiance qui régnait à cette époque et existait-il déjà des mafias ?
Lulu :
Il y avait moins de public le long des routes, mais à mon avis l’ambiance était plus joyeuse que maintenant. La course au village était une véritable fête que toute une population attendait impatiemment. Aujourd’hui certaines personnes et même les commerçants se demandent ce qui se passe devant leur porte... Il n’y avait pratiquement pas de mafias. Disons que deux ou trois coureurs s’entendaient pour s’aider à gagner. Par contre, il y avait souvent des bagarres entre les coureurs aux arrivées car les sanctions n’existaient pas. Maintenant on n’en voit pratiquement plus !
Avez-vous appartenu à un club ?
Lulu : Ah oui ! J’avais même couru pendant quatre ans lorsque j’habitais Mussidan. J’étais licencié à la Pédale Faidherbe de Périgueux. J’ai du gagner une quinzaine de courses dont le 1° Pas Dunlop départemental en1931. Ensuite je suis venu ouvrir mon bar à Nontron où j’ai signé une licence de dirigeant au Vélo-Club Nontronnais. Désormais j’occupe toujours cette fonction, mais à l’UC Nontron, le premier club de Frédéric Bun (NDLR : Brun était à cette époque le coureur d’avenir de Nontron).
A propos, c’est vous qui allez driver Frédéric Brun derrière votre mobylette avant qu’il passe professionnel ?
Lulu :
C’est vrai et je continue toujours à le faire pédaler. Il y a 15 jours je l’ai amené faire cent bornes, puis il est reparti tout seul en faire autant.

VIVIER ETAIT LE NUMERO UN

Que pensez-vous de Brun ?
Lulu : C’est un excellent coureur, il a beaucoup de classe. En toute logique, c’est maintenant qu’il devrait obtenir de bons résultats, car il arrive à maturité. Lorsqu’il a franchi le Rubicon, tout le monde prétendait qu’il avait commis une grosse erreur en signant chez Peugeot. Moi je n’ai jamais été inquiet à ce sujet. C’est une équipe solide dans laquelle il donne confiance et satisfaction à Maurice de Muer. C’est bon signe.
On peut donc dire que vous avez formé Frédéric Brun mais il n’y a pas que lui ?
Lulu : Non, je me suis occupé de Claude Mousseau qui a épinglé 100 victoires à son palmarès dont le Grand Prix de la Libération à Périgueux. Il y a eu aussi Francis Dubreuil le coureur aux 250 victoires qui est devenu représentant de commerce. Maintenant je m’occupe principalement de Michel Besse et de quelques juniors (NDLR : En 1981, Michel Besse qui a débuté en 1972 dans le cyclisme était en 1° catégorie).
Question banale, mais obligatoire : quel est votre classement entre tous les champions de votre région ?
Lulu :
En tête, je mettrai bien entendu Jacques Vivier puis Francis Duteil, Christian Bordier et Francis Dubreuil. Quant à Frédéric Brun et Michel Besse, on ne peut pas encore les juger puisqu’ils n’ont pas terminé leur carrière. (Ndlr : on était en 1981).

Image2

Mousseau, Vivier, Dubreuil, Duteil et Brun tous élèves de Lulu Deville

LES DEUX FRANCIS EN PENSION

Vous connaissez bien la famille Duteil ?
Lulu : Ce sont tous de grands sportifs, même Madame Duteil la mère de Francis qui adore le vélo. Son père Marius a un an de moins que moi et c’est presque mon meilleur ami. Il m’a mis Francis pendant deux ans en pension chez moi lorsqu’il était au collège à Nontron. C’est ici qu’il a fait connaissance d’un autre de mes jeunes pensionnaires qui était aussi un Francis.
Beaucoup disent de Francis Duteil qu’il aurait fait un bon professionnel. Est-ce votre avis ?
Lulu : Bien entendu, je dirais même qu’il aurait fait un grand professionnel, du genre Duclos-Lassalle. C’est sa chute ici à Nontron qui aura tout brisé. Quel dommage ! Ah, je m’en souviens comme si c’était d’hier. Je le suivais avec mon vélomoteur au moment où s’est passé le drame. La voiture sortait de la scierie en bas de la ville. Francis était tout seul en tête, il restait deux ou trois tours, malheureusement il avait prix le côté gauche de la route sans penser qu’une voiture pourrait surgir.
Parlez nous de Francis Dubreuil.
Lulu : Ah ! C’était un bon celui-là aussi. Dommage qu’il ait arrêté de bonne heure sa carrière mais il était fatigué en douze ans d’activité. Et puis il était marié, sa situation ne lui permettait pas de pratiquer le vélo dans de bonnes conditions.
Chez vous à Nontron, il y a eu d’autres qui se sont trouvés dans le même cas et ils ont signé à la   FSGT. Qu’en pensez-vous ?
Lulu : Oui je vois de qui vous voulez parler. Des garçons qui ont voulu gagner des courses en cherchant la facilité. Ce n’est pas très sportif et beaucoup n’ont pas apprécié leur manière d’agir.
Revenons à votre grande spécialité : l’entraînement derrière vélomoteur. Avez-vous un secret dans ce domaine ?
Lulu : Absolument pas ! Disons qu’il faut avoir une certaine expérience de la chose afin de ne pas trop fatiguer votre sujet. Il faut être régulier et surtout pas trop brutal et ne pas trop en faire en début de saison. Ce n’est qu’à partir des beaux jours que l’on doit prendre ce mode de préparation vraiment au sérieux. Il faut faire deux sorties par semaine, pas plus ! A savoir, 60 kms le mardi par exemple et 100 kms le jeudi. Mais tout cela dépend des coureurs. Il faut surtout tenir compte de sa catégorie et de sa condition physique.
Aimerez-vous que d’autres dirigeants suivent votre exemple ?
Lulu : Bien entendu, mais la plupart ne veulent pas s’en donner la peine. Ces gens là sont des naïfs, ils se montrent beaucoup et ne connaissent rien au vélo. Dans un sens il est préférable qu’ils ne s’intéressent pas aux jeunes.

1980-81CCN Sceau

1980 avec le Cyclo-Club Nontron FSGT actif dans la région comme ici à Sceau Saint-Angel

LA DORDOGNE AVEC LE LIMOUSIN

Comment voyez-vous l’avenir du cyclisme régional ?
Lulu : Nous aimerions ici en Dordogne être de nouveau rattachés au Comité du Limousin. Je sais que le Président Perrier et ses dirigeants le souhaiteraient eux aussi. J’ai lu l’autre jour ce qu’il vous a déclaré à ce sujet. Je crois qu’il a raison lorsqu’il dit qu’il manque de licenciés à son comité. Oui, vraiment il lui faudrait la Dordogne et en tous cas pour nous cela serait avantageux, car lorsque nous devons parcourir plus de 600 kms aller et retour pour assister à une réunion du Comité d’Aquitaine, ce n’est pas très agréable. Bref !
Sans vouloir vous faire passer pour un ancêtre, vous devez vous ennuyer pas mal aujourd’hui dans certaines courses par rapport à celles d’il y a vingt ans ?
Lulu : C’est vrai, il y a des épreuves assez tristes à suivre mais je trouve qu’il y en a d’autres beaucoup plus vivantes que par le passé. Vous savez, il y a 20 ou 25 ans, il était rare de voir au départ plus de vingt coureurs au départ d’une course (NDLR : entre 1955/1959)
Comment expliquez-vous que dans le Nontronnais le cyclisme ait pris un essor aussi considérable ?
Lulu :
C’est une ville très sportive et chez nous le cyclisme plaît beaucoup au même titre que le football. Et puis nous avons eu toujours des gars qui ont bien marché, alors les gens se sont sentis très sensibilisés. Ici Fred Brun est une véritable vedette, tout le monde lui demande de ses nouvelles. Il n’y a pas une journée qui passe sans que l’on parle de cyclisme. Les Nontronnais se déplacent aussi énormément dès qu’il y a une belle épreuve en Dordogne, Charente ou Haute-Vienne.
Quelle est la course qui vous a le plus marquée ?
Lulu : Il y en a eu beaucoup mais celle qui m’aura laissé le plus d’amertume, c’est le Championnat de France des amateurs en 1972 à Vitteaux en Côte d’Or. J’avais effectué le déplacement avec le père de Francis Dubreuil. Nous étions partis d’ici à deux heures du matin. Francis était dans la bonne échappée avec Régis Ovion, Raymond Martin et Jean-Pierre Danguillaume. Malheureusement, en passant trop près d’un trottoir, Francis brisa sa pédale et dû abandonner. Je suis certain qu’il aurait fait deuxième car il n’aurait pas pu battre Raymond Martin tellement il marchait fort. Nous sommes rentrés à Nontron, les larmes aux yeux ...
Y a t-il autre chose qui vous a particulièrement déçu durant ce demi-siècle de cyclisme ?
Lulu : J’ai toujours vu des mafias dans presque toutes les courses que je suis allé voir. Je pensais à un moment donné qu’elles allaient disparaître complètement. Aujourd’hui je sais qu’il y en aura toujours, c’est vraiment regrettable. Enfin !!!

1981 CCN 81 ag

Le CC Nontron du président Trioux en assemblée générale en 1981

 Situation du cyclisme en 1981

- Le cyclisme à Nontron bouge dans ces années 80. Il bouge notamment avec le Cyclo-Club Nontronnais qui s’affilie à la Fédération Française de Cyclisme en 1983, puis pour s’unir ensuite avec la Pédale du Nontronnais de Paul Chabaud, ceci pour devenir Cyclo-Club Pédale de Nontron. Pourtant en cette période, il n’y a vraiment pas de grande cylindrée chez les coureurs, puisque les premières catégories à Nontron sont aux abonnés absents. On se contente alors de suivre Frédéric Brun qui accomplit sa troisième saison chez les pros (1981) et ainsi de suite...
- En Limousin, Francis Duteil poursuit son ascension épaulé par Michel Besse et Pascal Crouzille. Mais c’est Yves Nicolas qui remporte le titre du Comité cette saison là. En Aquitaine, Bernard Pineau (US Talence) domine la discipline, même si c’est Mario Vérardo (CC Marmande) qui est titré, alors que dans le Poitou-Charentes Pascal Chaumet totalise 27 victoires, bien que le titre récompense un coureur moins connu en la personne de François Fuzeau (VC Bressuire).
- A Nontron disons que c’est le jeune Jean-Yves Béneyrol qui occupe la scène cycliste. Jeune, il obtient de très bons résultats, tout comme le Cyclo-Club de Nontron qui termine son aventure au sein de la FSGT pour les saisons 1981 et 1982. Les Dutertre dominent la scène cycliste et l’article de Christian François relevé sur le sud-ouest du 4 mars 1981 nous démontre bien cet engouement, celui d’une fratrie très solidaire... Ajoutons tout de même que le cyclisme en Périgord Vert détient un nouveau pôle d’attraction, avec la Pédale Thibérienne du Président Grandcoing qui rogne un petit peu sur les clubs de la sous-préfecture.
- Relire la publication précédente sur le cyclisme Nontronnais.

1981 CCN maillots

Avertissement : Nous publions uniquement les informations pour lesquelles nous avons pu accéder. Parfois il est difficile de connaître les identités, notamment avec les Dutertre pour qui souvent, le prénom n’a pas été précisé sur la presse locale.

Photos : Photos de la famille Dutertre de Rolland Richon (sud-ouest du 04/03/1981)

LE CYCLISME A NONTRON SAISON APRES SAISON

 1981 Alain Sonson (VC Sainte-Livrade), Pascal Van-Hollebecke (AC Bergerac) vainqueurs à Nontron.
- Jean-Louis Gouraud victorieux à Peyzac, Philippe Chabaud à Saint-Mesmin et Jean-François Sallat à Saint-Martin le Pin.
Coureurs Nontronnais de cette période : Jean-Yves Béneyrol, Jean Biniecki, Bernard Raud, Jean-Louis Gouraud, Philippe Chabot, Gay, Jean-François Sallat.

UNE GRANDE FAMILLE SPORTIVE DU CYCLISME

LES CINQ FRÈRES DUTERTRE DE NONTRON
(Article Sud-Ouest du 4 mars 1981 de Christian François, photos de Rolland Richon)

- "Les Dutertre ? Bien sûr qu’on les connaît ! C’est la mafia nontronnaise..." Le propos ne souffre, apparemment, aucun commentaire. Mais il prouve que, si les cinq frangins se sont taillé une solide réputation dans les milieux cyclistes du département, on ignore totalement leurs valeurs morales et humaines. Les Dutertre : on aime ou on n’aime pas. Mais ces garçons ne laissent pas indifférents.
- De plus, cinq frères pratiquant le même sport, - et de surcroit, le cyclisme de compétition – le fait n’est pas banal. Sans être unique, il est tout de même assez rare pour mériter que l’on s’attarde quelque peu sur ces personnages.
- "On a aussi deux sœurs, rectifient-ils en chœur. Elles ne font pas de vélo, elles. Leur mari non plus ! Mais ils sont souvent aux arrivées avec du Périer..."

Image3

Photo de la famille Dutertre de Rolland Richon (sud-ouest du 04/03/1981)

ET LES EPOUSES ?  Toujours unanimes : "Oh ! Pour çà, elles ont de la patience !" reconnaissent-ils. Effectivement, le vélo, même s’il est pratiqué à un niveau départemental, demande certains sacrifices. Si les coureurs se les imposent volontairement, leurs femmes, elles, les subissent. "Heureusement, elles sont très sportives. Si on arrive à les faire monter dans les voitures, c’est gagné" ajoutent-ils malicieusement.
LES BÊTES NOIRES DU PELOTON - "Ils raflent tout", se plait-on ici ou là. De fait, ces charmants garçons deviennent impitoyables lorsqu’ils sont sur leur bécane. Mais, c’est surtout une certaine envie qui teinte cette remarque. Car, très honnêtement, nombreux sont les cyclistes qui souhaiteraient faire partie de cette sacrée famille originaire de Bretagne (tiens, tiens) et établie dans le Nontronnais depuis plus de vingt ans.
- "On nous appelle aussi les Dalton... Ceux qui pédalent plus vite que leur ombre" murmure l’un deux, non sans fierté.
DU BALLON ROND A LA PETITE REINE - Sans constituer réellement un tour de force, un entretien avec les Dutertre au grand complet relève de la gageure. Rires, plaisanteries, calembours fusent à tous propos, à tout moment. Mais, quand on leur a vu plus souvent le numéro du dossard que le visage (et pas plus tard que dimanche dernier), les avoir enfin en face, tous réunis, est un véritable petit privilège.
- "Vous verrez, ils n’engendrent pas la mélancolie" nous avait prédit Rolland Richon, photographe de Sud-Ouest à qui nous devons l’obligeance de les avoir réunis sous son toit. L’avertissement était bien en-deçà de la vérité...
- "En fait, si on fait du vélo, c’est surtout pour le plaisir de se retrouver tous les dimanches. On est heureux tous ensemble " affirment-ils. Et même Patrick le plus jeune, footballeur il y a deux ans encore, s’est mis, lui aussi à la petite reine. "Pour être avec les frangins" dit-il simplement.
- "Et maintenant, c’est le plus fort de nous tous !" s’écrient les quatre autres.
PLUS DE TRENTE VICTOIRES L’ANNÉE DERNIÈRE - Ce sont plus de trente bouquets qu’ils ont offert à leur femme, l’année dernière, à eux cinq. Mais si Michel n’a gagné qu’une fois, c’est à une dizaine de reprises que Daniel, l’aîné a franchit victorieusement la ligne d’arrivée.
- Les succès qui leur ont fait le plus plaisir ? Tout d’abord, le Championnat d’Aquitaine des sociétés à Libourne. Cette épreuve, disputée par équipes de cinq coureurs, a vu Daniel, Guy et Patrick, associés à Jacques Martin et Michel Lafagne, décrocher, sous les couleurs de leur club, le Cyclo-Club Nontronnais, le titre de meilleure formation de la région en FSGT, malgré la crevaison de Guy en fin de parcours. "Il a dû faire exprès de percer. Il n’en pouvait plus... taquine Daniel. Quand ça s’est produit, on ne sait qui a exhalé le soupir : Guy ou son boyau" insiste-t-il.
- Et puis, toujours en 1980, le Championnat de Guyenne, à Paillet (Gironde). Les Dutertre n’ont laissé à aucun autre coureur l’honneur de monter sur le podium. Daniel, Guy et Patrick terminèrent dans cet ordre. Patrick est aussi Champion de Dordogne.
- "On dit que nous sommes des grimpeurs. Ce n’est pas vrai. Dans les bosses, on arrache. C’est tout, mais ça fait mal aux pattes" confient-ils

Image1

Daniel et Guy les deux frères ainés des Dutertre

LA PREMIÈRE COURSE - Daniel et Guy se souviennent. Leurs yeux brillent. De joie, d’émotion ? Allez savoir avec ces pitres... Ils étaient cadets à l’époque. C’était à Saint-Front la Rivière. Papa Dutertre les avait convaincus : "Vous êtes costauds. Vous devez gagner, il suffit de prendre les virages en tête du paquet". Avec cet objectif, les deux gamins motivés et survoltés, provoquèrent deux faux départs. Puis, très rapidement, sombrèrent corps et biens.
- « Fallait nous voir, dit Guy. En short, chemisette et godasses du dimanche sur des vélos qu’on avait sorti du grenier. Tenez, les cale-pieds, on ne les a même pas serrés : on ne savait pas à quoi ça servait. » Pour un coup d’essai, ce ne fut pas un coup de maître et cette première course fut la dernière de la saison.
LES FOINS ET LES VACHES - Plus tard, ils se sont mis sérieusement à faire du vélo. "On partait dans une 2 CV camionnette" rappelle Guy. Ça y est, l’euphorie reprend ses droits, bousculant la nostalgie et la mélancolie qui planèrent un instant.
- "On se tassait derrière, à cinq ou à six avec les femmes et même un bébé. De temps en temps on ouvrait la portière arrière pour avoir un peu d’air frais. Et des fois, on amenait un copain" surenchérit Daniel.
- Et de déballer, pêle-mêle, les souvenirs les plus lointains et les plus croustillants. La période des foins que l’on faisait avant d’aller courir. Et en rentrant, les vaches à traire.
- Car tous les cinq travaillaient à la ferme paternelle. Et Michel précise : "Quand on était jeune, tout était prétexte à la rigolade. Je ne me souviens pas d’un jour qui ne se soit passé sans rire".
LE DOPING - Alors là, c’est le plus formidable tohu-bohu qu’il nous ait été permis d’entendre cette soirée là. Et pourtant... "C’est vrai qu’on nous soupçonne plus ou moins de prendre des trucs". Mais chaque fois qu’ils ont été contrôlés, l’examen fut négatif. Notre seul stimulant, c’est d’essayer de faire mieux que le frangin qui est devant.
ALORS CETTE MAFIA ? - "C’est faux, contestent-ils. On court sans tactique. Au départ, c’est chacun pour soi. Mais en cours de route, si l’un d’entre nous est en difficulté ou si un autre coureur essaie de s’intercaler, alors là, c’est l’union sacrée", expliquent-ils.
- Voilà bien là, la façon de courir des Dutertre ! La saison vient tout juste de commencer et ils sont déjà au premier plan. Les Dutertre, c’est comme les doigts d’une main : ils sont cinq, différents mais solidaires.
Christian François

Dutertre frères

1982 (les vainqueurs à Nontron) Cyclo-cross de Poperdu : Jean-Yves Plaisance (VC Ponchâteau), Prix des marronniers : Bruno Ouvrard (VC Leroy Somer), Prix du 14 juillet : Eric Vouillat (EVCC Bergerac). Jean-Yves Béneyrol gagne à Saint-Astier, Etouars et à Varaignes. Gouraud premier à Gouts, Boris Gilardie premier à Bussière-Badil et à Eyzerac.

Coureurs Nontronnais de cette période : Jean-François Dupuy, Biniecki, Lionel Sallat, Béneyrol, Rebeyrol, Géraud, Dutertre, Gouraud

Organisations cyclistes de l’UC Nontron en 1982 : Champniers-Reilhac (cyclo-cross), Abjat sur Bandiat (cyclo-cross), Nontron Poperdu (cyclo-cross), Javerlhac, Piègut (Champ de foire), Nontron le Marronnier, La Chapelle Saint-Robert, Vieux-Mareuil, Boucles du Bandiat, Rossignol, La Maladrerie, Nontronneau, Le Bourdeix, Gouts, Saint-Barthélémy de Bussière (deux courses), Nontron (14
juillet),
Beaussac, Saint-Saud, Javerlhac frairie, Champniers-Reilhac, Rudeau-Ladosse, Augignac, Champeau, Variagnes (deux épreuves), Piègut, Abjat sur Bandiat (septembre) soit 28 épreuves.

Trioux Jacques

1983 (les vainqueurs à Nontron) Hervé Fontenoy (AC Baignes-Barbezieux), Nocturne de la ville : Jean-Yves Béneyrol (ASPTT Périgueux)
Le Cyclo-Club Nontronnais du président Trioux (en médaillon) affilié en 1983.
- Fondation du Cyclo-Club Pédale de Nontron le 29 octobre 1983. Né de la fusion du CC Nontron de et de la Pédale de Nontron. Président : Paul Chabaud.
- Jours cyclistes de Maurice Jouault avec étape Nontron-Mareuil
- Eric Raud premier à Allemans, Eric Géraud vainqueurà Fouleix, Guy Thomas à Etouars et Patrick Dutertre à Sceau Saint-Angel.
Coureurs Nontronnais de cette période : Xavier Volozinskis, Laurent Labrousse, Jean-François Faure, Patrice Géraud, Bernard Raud, Christian Géraud, Norbert Géraud, Eric Raud, Boris Gilardie, Thierry Chamouleau, Emile Faure, Raymond Pauillat, Claude Montalescot, Guy Thomas, Michel Garraud, Francis Denard, Jean-Paul Bourgeois, Jean-Pierre Michel, Bruno Lagarde, Jean-François Dupuy, Jacques Martin, Patrick Dutertre, Daniel Dutertre, Gérard Dutertre, Michel Dutertre, Alain Loubiat, Jean-Pierre Gorju, Claude Chaulet.

1984 (les vainqueurs à Nontron) Victor Melchior (RC Mussidan), Jean-Yves Béneyrol (ASPTT Périgueux)
Coureurs Nontronnais de cette période : Jacques Trioux, Michel Duterte, Guy Thomas, Jacques Martin, Xavier Pichon, Bruno Lagarde, Michel Garraud, Jean-François Dupuy, Christian Géraud, Jean-Paul Bourgeois, Patrick et Daniel Dutertre, Jean-Pierre Michel, Claude Montalescot, Jean-Michel Montalescot, Patrick Vautour, Raymond Pauillat, René Dijoux, Jean-Marie Béneyrol, Gérard Dutertre, Emile Faure, Christophe Deniaud, André Commerie, Michel Antignac.
(attention toutes catégories y compris cyclo-sportifs et vétérans)
Daniel Dutertre premier à Lacaujamet, Jean-François Dupuy à Anlhiac, Guy Thomas à Saint-Martin le Pin puis à Varaignes.

Image4

Supporters de Frédéric Brun à Nontron en 1985 lors du passage du Tour de France

1985 (les vainqueurs à Nontron) Bernard Raud (CC Périgueux), Nocturne de la ville : François Stevens (US Chevigny) nocturne
- Jours cyclistes de Maurice Jouault avec étape Augignac-Nontron remportée par Alain Foury (Ile de France) CS/Vét.
A noter qu’à cette époque, Maurice Jouault était licencié à Nontron.
Passage pour la troisième fois du Tour de France le 19 juillet 1985.
- Montpon-Limoges (225 kms). Contrôle départ place Clémenceau à Montpon. Départ sur la sortie de la ville en direction de Saint-Barthélémy de Bellegarde, Echourgnac, Ribérac, Verteillac, Mareuil, Nontron et direction la Haute-Vienne puis passage aux Trois Cerisiers (commune de Miallet). Le Hollandais Johann Lammerts signe la victoire à Limoges, Hinault en jaune.
Paul Chabaud président du CCP Nontron. Daniel Dutertre gagne à Bertric Burée.
- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

LA DORDOGNE CYCLISTE - NONTRON ET SON CYCLISME 12 - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/
Prochain article : le cyclisme à Nontron de 1986 à 1990

Posté par Bernard PECCABIN à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 octobre 2021

NONTRON ET SON CYCLISME (1973-1980)

UNE DISCIPLINE EN VOGUE

1973-80

Situation du cyclisme en 1973

- Il est toujours utile quand on évoque l’histoire d’un lieu de faire l’inventaire de ce qui se passait à cette époque. En 1973, l’Aquitaine avait comme chef de file Alain Bernard (US Bouscat). Champion régional, il était de la génération des Michel Fedrigo, Pierre-Raymond Villemiane, Daniel Barjolin et des Valade. Nontron ville enclavée du comité d’Aquitaine, respirait mieux avec le Poitou et le Limousin de par sa proche situation. En Limousin, on lorgnait les Duteil, Dubreuil, de Carvalho, Buffière et Courteix qui faisaient la une des courses alors qu’en Poitou c’était Bernard Bourreau, Simonnot, Viroulaud, Grain et Thomazeau qui occupaient le terrain.
- En Dordogne on avait comme chef de file Pierre-Raymond Villemiane (VC Bergerac), mais aussi Claude Denis (CC Périgueux) et Lucien Sautier (RC Mussidan).
- Ce petit tour d’horizon nous permet de constater qu’en Nontronnais, il ne nous restait plus qu’à observer les bons résultats de Francis Duteil, voire d’Alain Buffière qui étaient des coureurs du pays exilés en Limousin. Car dans le Nontronnais, il ne restait plus que les 2, 3, 4 plus les jeunes pour assurer la pérennité de la discipline.
- Relire la publication précédente sur le cyclisme Nontronnais
Avertissement : Nous publions uniquement les informations pour lesquelles nous avons pu accéder. Parfois il est difficile de connaître les identités, notamment avec les Dutertre pour qui souvent, le prénom n’a pas été précisé sur la presse locale.
Publication précédente : Les années 70 à Nontron.

1975 Club UCN

DEUX CLUBS A NONTRON, PUIS TROIS AVEC LA FSGT
1973 - Bien que n’étant plus Nontronnais, Francis Dubreuil termine premier au Tour du Limousin pour la seconde fois de sa carrière tandis que Duteil est vice-champion de France à Dax.
- Les Nontronnais Michel Besse, Georges Sallat, Bernard Dubost, JM Porcherie, Gérard Roby évoluent chez les cadets et sont qualifiés pour le Championnat d’Aquitaine à Saint-Pierre de Chignac.
- Alain Ducau lauréat du Prix de Négrondes puis de celui de Monbazillac et de Vieux-Mareuil. Jean Biniecki gagne à Tourtoirac, Georges Sallat s’adjuge le Prix de Vallereuil.
Coureurs Nontronnais de cette période : Michel Simon, Sallat, Besse, Jean-François Bardoulat, Jean Biniecki, Alain Ducau, Gérard Roby, Bernard Dubost, Jacques Chauvin, Daniel Géraud.
1974 Patrice Vorniero (CC Lindois) vainqueur à Nontron
- Georges Sallat remporte le Dunlop départemental, mais c’est Alain Ducau qui réalise le carton en s’imposant à Montignac Vauclaire, Vieux-Mareuil, Escoire, Thenon, Manzac et Saint-Vincent de Connezac.
Coureurs Nontronnais de cette période : Bernard Dubost, Georges Sallat, Jean Biniecki, Jean-François Bardoulat, Frédéric Brun, Lionel Sallat, Alain Ducau, Simon.
1975 Frédéric Pigeon (VC Saintes), Dutertre (Nontron) gagnent les courses de Nontron.
- Bernard Dubost devient Champion de Dordogne juniors à Terrasson, puis est sacré champion d’Aquitaine à Dax. Remporte aussi le prix de Neuvic. En fin de saison, il quitte la Pédale de Nontron pour le VC Bergeracois. Serge et Michel Besse partent au club cycliste de Confolens.
Coureurs Nontronnais de cette période : Bernard Dubost, Sallat, Jean Biniecki, Jean-Marc Porcherie, Mariaud, Gilles Bouyer, François Bouyer, Jean-Jacques Bouer, Frédéric Brun, Roby, Georges Sallat, Michel Simon

1973-80 bis

SUITE DE LA CARRIERE CYCLISTE DE SERGE BESSE

1975 : UC Confolens 1° catégorie (3° Trophée Peugeot), vainqueur à Chassenon devant Francis Duteil.
1976 : UC Confolens/1° catégorie.
1977 : UV Limousine/sénior B Vainqueur à Rudeau-Ladosse devant son frère Michel, à Maisonnais sur Tardoire devant Thimonnier.
1978 : UV Limousine/sénior B (1° Saint-Martin le Pin, La Marestay près de Matha).
1979 : UV Limousine/sénior B (vainqueur à Saint-Martin le Pin dernière saison).
- Fin 1979, Serge Besse accroche son vélo au clou. Pas définitivement bien sur, mais plus question pour lui de faire des compétitions, dorénavant ce sera que pour le plaisir ou pour conseiller son frère Michel, histoire de respirer et de rester au contact de cette ambiance qu’il a connue. Pourtant à 26 ans, il possède encore de beaux restes. Mais ses obligations professionnelles le rapprochent de son autre frère Christian, avec qui il s’associe dans une entreprise de peinture en bâtiment. Sa reconversion constitue d’ailleurs une réussite et aujourd’hui, notre champion ne semble pas le regretter.
- Son meilleur souvenir : Avoir été sélectionné pour courir la Route de France en 1974 où il a rencontré des coursiers tels Bernard Hinault, Michel Laurent, Bernard Vallet, Alain Meslet, Jean Chassang, etc...
- Des regrets : Celui de n’avoir pas tenté d’aller plus loin et de n’avoir pas été toujours soutenu dans le cadre de sa progression, bien qu’il avait le niveau.
- Pour Serge Besse sa passion pour le vélo existe toujours. On le revoit lors des courses Ufolep où il court chez les "grands sportifs" mais aussi constamment sur la brèche au sein de son club le VPP Nontron et aussi dans son petit village de la Maladrerie où avec toute son équipe, il contribue au succès de sa journée du vélo, tous les deuxièmes week-ends du mois de juin.

1976 UCN1

Saint-Barthélémy de Bussière, championnat d'Aquitaine cadets 1976

1976 Frédéric Brun (UC Nontron) gagne chez lui la nocturne de Nontron.
- Jean-Marc Porcherie victorieux à Mussidan, Saint-Martin le Pin. Guy Dutertre gagne lui à Lanouaille. Frédéric Brun remporte les prix de Rudeau, Etouars, Faux et la Nocturne de Nontron. A 19 ans, il devient une valeur sure pour le cyclisme local.
Jean Biniecki, Georges Sallat et Michel Simon évoluent en première catégorie.
- Francis Duteil est sacré Champion de France à Eguzon
.
- L’UC Nontronnais organise à Javerlhac, Milhac de Nontron, Champniers-Reilhac, Vieux Mareuil, Saint-Martial de Valette, La Maladrerie, Nontronneau, La Chapelle Saint-Robert, Rudeau-Ladosse, Champeau, Augignac plus le championnat régional des cadets à Saint-Barthélémy de Bussière..
- La Pédale du Nontronnais à Saint-Mesmin, Saint-Martin le Pin, Payzac, Saint-Pardoux la Rivière, Lussas, Etouars, Villars, Abjat.
Coureurs Nontronnais de cette période : Jean-Marc Porcherie, Frédéric Brun.

1976 UCN2

Mario Vérardo champion d'Aquitaine des cadets

1977 : Deuxième passage du Tour de France à Nontron.
7 juillet 1977 : Bordeaux-Limoges (225,5 kms) Cette fois le Tour rentre en Dordogne par Saint-Barthélémy de Bellegarde, Echourgnac, Ribérac, Verteillac, Mareuil, Nontron, La Chapelle Verlaine. Jan Raas gagne au sprint et le jaune est porté par Dietrich Thurau.
- Jean Biniecki premier à Saint-Pardoux la Rivière. Lionel Sallat s’impose à Etouars et Lussas, Guy Dutertre premier à Saint-Astier.
- Décès de Michel Simon au retour d’un cyclo-cross dans le Sarladais.
- Frédéric Brun licencié à l’AC Limoges Bussière-Poitevine. Encore une vedette qui part pour le Limousin.
- Championnat d'Aquitaine de cyclo-cross à Abjat sur Bandiat.
Coureurs Nontronnais de cette période : Bardoulat, Biniecki, Lionel Sallat, Calmette, Delestage, Georges Sallat, Simon.

1976 UCN3

Yves Perpignan délégué Dordogne FFC aux côtés des lauréats

1978 Michel Dupuytren (AC Limoges BP), Daniel Dutertre (UC Nontron) remportent l’épreuve de la ville.
- Michel Besse au CRCL.
- Frédéric Brun signe onze victoires sous le maillot de l’AC Bussière-Poitevine
- Lionel Sallat gagne à Vieux-Mareuil, Michel Dutertre à Nontronneau, tandis que son frère Daniel s’impose à Lanquais puis chez lui à Nontron
.

1978 SIMON1

Les responsables FFC d'Aquitaine et le maire se recueillent devant la tombe de Michel Simon

1978 SIMON3

1978 Remise de diplômes par Georges Bousquet président du Comité d'Aquitaine

Coureurs Nontronnais de cette période : Bardoulat, Biniecki, Lionel Sallat, Delestage, Georges Sallat, Michel et Daniel Dutertre

1979 Prix des marronniers : Jean-Luc Gilbert (AJ Montmoreau), Yves Nicolas (UC Brive) gagnent à Nontron.
- De belles organisations à l’actif des clubs Nontronnais dont le Championnat d’Aquitaine de cyclo-cross à Bussière-Badil avec le concours de la Pédale du Nontronnais. On se souvient de cette épreuve animée par Narcisse Pérez, où durant toute la journée, la pluie n’avait pas arrêté de tomber, transformant le parcours en véritable pataugeoire. On attendait les Villemiane, Campaner, Duclos-Lassalle face aux amateurs, mais les pros ne se sont pas déplacés, surement en raison de la météo. Jean-Mary Despert (Talence) avait été sacré ce jour là devant Serge Dubois (Hossegor) et Jean-Pierre Barbe (CA Béglais).

1978 SIMON4

Jean-Claude Védrenne président de l'UCN médaillé de la FFC 1978

1978 SIMON78

Avant le championnat de cyclo-cross vin d'honneur en mairie d'Abjat avec Yves Massy

- L’Union Cycliste Nontronnaise présidée par Jean-Claude Védrenne pavoisait avec quinze victoires dans la saison et une quarantaine d’organisations. Jean Biniecki était le chef de file, avec comme lieutenants de course Bourgoin et Gouraud.
- Jean Biniecki vainqueur à Thiviers puis à Rossignol, Philippe Chalard à la Chapelle Saint-Robert, Madur gagne à Monpazier, Alain Massoubre fait coup double à Saint-Sulpice de Mareuil puis à Lalinde. Daniel Dutertre vainqueur à Grand Brassac, Lionel Sallat à Piègut.
- Francis Duteil devient pour la deuxième fois Champion de France.
- Frédéric Brun l’enfant du pays passe pro chez Peugeot.
- La FSGT se distingue à Nontron.
Coureurs Nontronnais de cette période : Lionel Sallat, Bardoulat, Michel Bourgoin, Georges Martin, Biniecki, Philippe Chabaud, Madur, Alain Massoubre, Daniel Dutertre, Jean-Paul Robert, Montalescot, Gay, Chollet, Delestage, Castaingt, Desfarges, Jean-Yves Béneyrol, Zaramella, Desages et le minime Raud.

1980 CCN fusion

- En cette saison 1979, il faut signaler que le Cyclo-Club Nontronnais, affilié à la FSGT prenait de l’ampleur (25 victoires). Présidé par Jacques Trioux, cette formation occupait bien le terrain avec de nombreux coureurs issus du terroir et des organisations (Sceau Saint-Angel, Nontron, Champs Romain, Vaunac, La Chapelle-Faucher, Saint-Médard de Mussidan, Lempzours, Saint-Front la Rivière, Saint-Jory de Chalais, Saint-Pardoux la Ricière, Saint-Paul la Roche, La Coquille, Champagnac de Bélair, Saint-Pierre de Côle, Génis, Beauronne et Saint-Front de Pradoux.

1980 JF Sallat 1° PDF de Nontron

Jean-François Sallat (Péd. Nontron) vainqueur à Nontron en 1980

1980 Bernard Huot (CC Périgueux), Jean-François Sallat (Pédale Nontron) sont les vainqueurs de deux épreuves disputées à Nontron. Clément Rodas (Libourne) a gagné à La Maladrerie.
Huot avait gagné devant Nicolas, Besse, Bouyat, Pérez, Sallat, Duprat, Biniecki, Malardet Diaz.
Sallat remportait sa 5° victoire devançant Marcel Grimaud (VC Charron) et Bruno Vincent (Nontron)
Michel Besse gagne six courses au CRCL.
Jean-Yves Béneyrol premier à Saint-Jory Lasbloux, Eyzerac, à La Chapelle Saint-Robert, Bussac, Saint-Sulpice de Mareuil. Jean-François Sallat gagne à Saint-Mesmin, à Saint-Martin le Pin et à Eyzerac. Gay s’impose à Beaussac, Michel Montalescot à Saint-Félix de Reilhac et Alain Massoubre à Varaignes.
Coureurs Nontronnais de cette période :
Jean-Yves Béneyrol, Biniecki, Toutain, Vincent, Chabaud Philippe, Alain Massoubre, Gay, Jean-François Sallat
Coureurs FSGT de cette époque : Patrick, Gérard, Guy, Michel et Daniel Dutertre, Jacques Martin, Alain Loubiat, Jean-Louis Denerf, Claude Frécaut, Jean-Louis Dupuy, Denis Cheval, Dominique Bernouillet, Jean-Etienne Salvin, Emile Faure, Christian Lacarte, Henri Ranouil, Michel Lafagne, Jacques Jacouty, Michel Fredon, Jacques Virole, Jacques Rivolier, Jean-François Anne, Etienne Michel, Jean-Pierre Cousineau, Paul Canler, Cheval, Dupuy, Parcelier, Eymard, Roulet, Frécaut, Marchives, Jean.

1980 Saint-Pierre de frugie 80

Yves Cardinal vainqueur à Saint-Pierre de Frugie lors du cyclo-cross
 organisé par la Pédale de Nontron en 1981

1981 Saint-Pierre Frugie 80

- Ces coureurs se retrouvaient pour la course du GP du Marronnier avec toutes les écuries de la région dont celle du Guidon Périgourdin qui alignait : Didier Pajot, Maurice Dupuis, Christian Top, Christian Payencet, Claude Lachèze, Robert Laurière, Jean-Pierre Prievert, Jean Mazi, Denis Sieux, Michel Ouzeau, Michel Maly, Jean-Jacques Fiacre, Georges Ronteix, Yves Michel, Henri Bogdan, Jacques Etienne, Maxime Gervaise, Thierry Dupuy, Dominique Gouron, Bernard Couzy, Jean-Claude Marty, Michel Vilatte, Guy Colinet, Bernard Ducher, Bernard Beau, Norbert Girard, Bernard Metzler, Michel Raymond.
-
D’autres engagés de ce Prix, histoire de réveiller des souvenirs avec : Pascal Lavoix, Alain Castets, Dominique Boisson (AC Bassens). Puis Alain Jospin, Stéphane Bernard, Michel Turpaud, Robert Turpaud, Roger Delpech, Christian Mounlan, Eric Figues (tous EC Bazeille), puis Régis Cusson, Jean-Claude Plante, Gérard Laspeyre (tous UC Damazan). Bonnet Joël, René Jofroit, Dominique Verdugier, Daniel Casagrande, Pierre Videau (tous CC Cancon). Philippe Vincent (SVA Ruelle).
Bureau du CC Nontron (Fsgt) : Jacques Trioux (Président),
MM. Michel Dutertre, Meyleu, Canler vice-présidents, MM. Deney, Barbesange (trésoriers), M. Cheval et Mme Christine Dutertre secrétaires, M. Villechanoux (speaker).
- Daniel Dutertre avait gagné le titre de Champion de Guyenne à Paillet en Gironde. Une journée à marquer d’une pierre blanche pour les Dutertre avec Guy son frère qui montait sur la deuxième marche du podium et Patrick sur la troisième. Soit une raison de débuter notre prochaine publication sur la saga des cinq frères Dutertre, une fratrie très solidaire...
- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

Notre photo : Le président Paul Chabaud de la Pédale du Nontronnais, aux côtés de Jean-Pierre Dessimoulies speaker FFC lors d'un cyclo-cross en 1980.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 11- © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne
Prochaine publication : Lulu Deville et les Dutertre, une fratrie solidaire

Posté par Bernard PECCABIN à 22:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 octobre 2021

LES ANNÉES 70 A NONTRON - HISTOIRE DU CYCLISME LOCAL

C’ÉTAIT AVEC BESSE, MALLAVERGNE,

SIMON, DUTERTRE

1974 Serge Besse 11

SUITE DU PALMARES DE SERGE BESSE

Lire la partie précédente sur ce LIEN.
1970 : Pédale Nontron (junior) douze victoires (Dussac, Thiviers, Moutiers, La Maladrerie, Bol d’Or des cadets Saint-Claud, Nexon, Saint-Christophe de Double, Nantiat, Saint-Laurent des Combes, Saint-Pardoux la Rivière, Bardenac, Mérignac, Saint-Nexans éliminatoire départemental, Dignac, Torsac, Masseret huit places de deuxième, champion de Dordogne junior, 3° du Championnat d’Aquitaine à Excideuil, participe au Championnat de France où il s’incline à Lyon dans le sprint final, puis 3° à Villefranche de Rouergue.
1971 : Pédale Nontron/amateur 1° année - douze victoires (La Rochette, Edon), et six places de deuxième.
1972 : Pédale Nontron/amateur 2° année - cinq victoires (Saint-Médard de Mussidan, Omnium d’Aixe sur Vienne, La Marestay, et cinq de deuxième. Débuts de son frère Michel dans le cyclisme.
1973 : UC Confolens/amateur service militaire à La Braconne (très peu couru).
1974 : UC Confolens 1° catégorie trois victoires (Etagnac, Saillat, Blanzac, Saint-Léon sur l’Isle, Felletin, Chirac, Rougnac, et trois fois deuxième. Remarqué par le CTR Claude Gabard, est sélectionné au Ruban Granitier Breton et à la Route de France.
6° du GP du Rouergue,
Ruban Granitier Breton : lire ci-dessous.
Route de France : lire résultats ci-dessous.

EN 1974, SERGE BESSE AVEC LE HAUT NIVEAU

ET AVEC LES MEILLEURS COUREURS FRANÇAIS

- Comme on a pu voir, Serge Besse appartient depuis 1973 à l’UC Confolens. On n’est pas en Limousin, mais en Charente Limousine et voilà que notre jeune qui vient de terminer son service national débute la saison 1974, il a alors 21 ans ! Dans la formation de MM. Chereyre, Desaphy et Gauthier, Besse se sent bien d’autant plus, que son frère Michel le suit avec une licence junior. Ses résultats sont rassurants et même exemplaires, si bien que Claude Gabard le sélectionne pour la Route de France et le Ruban Granitier Breton. Serge Besse va vivre deux belles épreuves. Mais disons que sa sélection est méritée, ceci grâce à des résultats conquis face à de solides coureurs qu’il a réussi à battre à maintes reprises.
- Le Granitier Breton s’était couru du 28 avril au 1° mai en quatre étapes. Dans la sélection Poitou-Charentes, il rejoignait Didier Lebaud, Jean Thomazeau, Gérard Simonnot, Christian Vidal et Christian Poirier. De Dinard à Brest, en passant par Rennes, Saint-Brieuc, Plaintel et Morlaix, notre Nontronnais fera belle figure. On le trouvera 8° d’une étape, 42° au général à 4’53s du Polonais Mytnyk lauréat de cette édition. Il faut dire aussi que parmi les coureurs amateurs on trouvait Hubert, Arbès, Pierre-Raymond Villemiane, Christian Muselet, André Chalmel, Eugène Plet, soit des coureurs qui passeront chez les pros. Autrement dit de solides coureurs, sans oublier les Polonais qu’on retrouvait à l’époque lors de la Course de la Paix.
- Lors de la Route de France du 14 au 18 mai, l’épreuve se passait en région Auvergne avec en chrono l’ascension du Puy de Dôme. De Vichy à Clermont en passant par Cusset pour revenir sur Vichy, Serge Besse aura à se battre avec de sérieux clients. Dans son équipe se trouvent Simonnot, Richard, Dupuy, et Berger. Serge Besse se classe 8° de la première étape, 14° au chrono du Puy de Dôme, 11° de la troisième étape, 18° de la quatrième étape. A l’heure du bilan Serge Besse se situe à la 18° place du classement général et d’une rude épreuve gagnée par Michel Laurent, celui qui deviendra professionnel en fin de saison dans l’équipe Miko de Gribaldy. De plus Serge Besse affirme ses dons d’escaladeur en se classant 3° du Grand Prix de la Montagne. Mais avant de conclure sur sa réussite, énonçons les noms de quelques-uns de ses adversaires. Et pour cela nous ne citerons que les amateurs qui sont passés pros et qui étaient venus croiser le fer avec le coureur Nontronnais. Il y avait :
- Michel Laurent (AC Boulogne Billancourt) pro dès 1975 chez Miko de Gribaldy
- Bernard Hinault (CO Saint-Brieuc) pro dès 1975 chez Gitane Campagnolo
- Bernard Vallet (SC Nice) pro dès 1976 chez Gan Mercier
- Alain Meslet (CA Evron) pro dès 1976 chez Gitane Campagnolo
- Patrick Perret (ASPTT Besançon) pro dès 1975 chez Miko de Gribaldy
- André Chalmel (VS Saint-Malo) pro dès 1975 chez Gitane Campagnolo
- Hubert Linard (CSM Puteaux) pro dès 1977 chez Peugeot Esso Michelin
- Jean Chassang (UC Saint-Pourçain) pro dès 1975 chez Gitane Campagnolo
- Eugène Plet (UC Longjumeau) pro dès 1976 chez Lejeune BP
- Robert Alban (VC Caladois) pro dès 1976 chez Gan Mercier
- Hubert Arbes (CC Béarnais) pro dès 1975 chez Gitane Campagnolo
- Roland Smet  (Saint-Girons) pro dès 1975 chez Sport Lisbonne Sottomayor (Port.)
- Antoine Gutteriez (AC Boulogne Billancourt) pro dès 1975 chez Miko de Gribaldy

Image1

Serge Besse dans la sélection Poitou-Charentes lors de la Route de France 1974

- Avec Raymond Villemiane (Gitane Campagnolo en 76) et Christian Muselet (Flandria Velda-Latina en 77) qu’il a croisé au Granitier Breton, Serge Besse a couru avec les costauds et grâce à sa grande classe qui en ont fait un beau pédaleur, qui a réussit à briser le monopole du gratin amateur français.
- D’ailleurs en cette fin de saison Serge Besse appartient au gotha des coureurs de son comité où l’on trouve avec lui Michel Pitard, Michel Grain, Didier Dupuis, Jean-François Mainguenaud, Jacky Troyard, Christioan Vidal, Michel Brethenoux, Philippe Liboreau, Lucien Saumur, Gérard Simonnot, mais aussi les Guy Courtois, Didier Lebaud, Patrick Friou, Christian Poirier, Didier Godet, Claude Vallée, Alain Rousseau, Jean Thomazeau et Alain Venien, soit des coureurs qui avaient tous remportés plusieurs succès sans oublier de mentionner que Lucien Saumur (Cycle Poitevin) déjà cité remportait le titre régional 74.

 DE 1970 A 1972 A NONTRON ET LES EXPLOITS DU NONTRONNAIS DUBREUIL EN LIMOUSIN

Daubisse Serge 1

1970 Serge Daubisse (CC Périgueux) notre photo en médaillon gagne à Nontron.
Philippe Dubreuil rejoint le CRCL. Il rejoint les Périgourdins Francis Duteil, Jacques Mazeau et Philippe Decima.
- Dubreuil remporte 14 courses au CRCL, Francis Duteil 10 victoires.
- Sont qualifiés au Championnat d’Aquitaine cadets : Doucet, Daniel Géraud, Serge Paulhac, Jean Biniecki (Lieu : Gurmançon (64).
- Serge Besse (PN) qualifié au Championnat d’Aquitaine juniors à Ambarès.
- Victoire de Christian Mallavergne à Lanouaille, de Pierre Tardy à Saint-Pardoux la Rivière, de Serge Besse à Tourtoirac, à Léguillac de Cercles, Saint-Mayme de Péreyrol et à Thiviers.
- Succès de Michel Dutertre à Campniac Vésone et à Razac, de Michel Simon à Lanouaille et de Colino à Laloulie.
Coureurs Nontronnais de cette période : Colino, Serge Besse, Alain Buffière, Lionel Sallat, Michel Simon, Tardy, Majeux, Paulhac, Mandeix, Doucet, Christian Mallavergne, Michel Dutertre, Daniel Dutertre.

Buffière à Roumanières en 69

- La Pédale du Nontronnais compte 13 coureurs et organise 17 épreuves. L’UC Nontron compte 14 coureurs et met sur pied 21 épreuves.
- Alain Buffière de la Pédale du Nontronnais rejoint l’UC Brive notre photo à gauche.

1971 Pas d’épreuves courues à Nontron.
Coureurs Nontronnais de cette période : Simon, Besse, Doucet, Mandeix, Paulhac, Biniecki, Daniel Géraud, Buffière, Sallat, Tardy, Malavergne.
En cette saison 1971, nos coureurs Nontronnais mutés au CRCL, font parler d’eux. Francis Dubreuil totalise huit victoires dont une au Tour du Limousin, Duteil sept, Barraud trois et Buffière une.
- Serge Besse rentre victorieux de Lanouaille.
1972 Guy Réjasse et Georges Sallat (PN) qualifiés au Championnat d’Aquitaine à Cénac (33). Philippe Barraud fait les beaux jours du CRC Limousin.
Dutertre prend sa licence à Talence
- Serge Besse premier à Saint-Médard de Mussidan et à Villetoureix. Michel Dutertre gagne à Saint-Martin le Pin.

Image2

Michel Dutertre vainqueur à Saint-Martin le Pin

FRANCIS DUBREUIL FER DE LANCE DU CYCLISME LIMOUSIN
(article de presse sur Cyclisme du 21 juillet 1972 à son sujet)

Dubreuil

- Quand il gagna, l’an passé le très difficile Tour du Limousin, à la surprise générale, il faut bien le reconnaître, Francis Dubreuil avait un peu plus de 22 ans. L’avenir s’offrait à lui empli des plus belles espérances. Un an plus tard, le coureur du Président Jamet poursuit sa progression sans éclats certes mais de façon indiscutable : "Francis a fait des progrès certains disait le président Jamet. Gagner un Tour du Limousin à 22 ans, c’est un peu recevoir un cadeau empoisonné. Si l’on n’a pas la tête solide une victoire de cette dimension peut faire autant de mal que de bien. Heureusement, Francis est de ceux que le succès ne grise pas. Certes, depuis son Tour du Limousin victorieux, il n’a pas remporté de grandes épreuves internationales, mais sur le plan régional, il est resté le premier comme en témoigne sa brillante victoire dans le championnat du Limousin".
Ce jour là, en effet, Dubreuil sur un circuit très dur, dicta sa loi à tous ses rivaux avec talent et autorité. A une dizaine de kilomètres du but, alors qu’une première sélection avait été opérée, il s’envola seul, vers la victoire. C’était du bel ouvrage. Tout à fait dans la manière de ce garçon formé à l’école de ce coin de la Dordogne, tout proche de la Haute-Vienne et qui nous a fourni tant de bons coureurs.
Francis Dubreuil en effet n’est pas originaire de Limoges. Il est né au pays des Vivier, Huot et compagnie. C’est le coureur complet. Il ne grimpe peut-être pas aussi bien que Valentin, et n’a sans doute pas la classe naturelle de Jacques Vivier, mais c’est un coureur complet. Bon partout. Sa présence en course, est celle d’un coureur disponible pouvant toujours mettre une dent de mieux si ce la est nécessaire.
On comprend la fierté du Président Jamet lorsqu’il nous parle de son Champion du Limousin : "Raymond Poulidor ne va pas tarder à se retirer de la compétition. Le Limousin a besoin un chef de file capable de jouer un rôle de premier plan au niveau le plus élevé. Je ne dis pas que Francis est celui là. Ils sont trois ou quatre chez nous à briguer ce rôle. Disons que Francis est sur les rangs. Il va tout faire pour confirmer sa victoire dans le Tour du Limousin. Un succès de cette importance ne peut rester sans lendemain d’un point de vue international bien entendu."
- Faut-il conclure que ce solide coursier est candidat au professionnalisme ? Qui va dès la fin de la présente saison solliciter une licence pro ? C’est peut-être aller un peu vite en besogne. Jacques Guyot, le dynamique secrétaire du Cyclo, fait le point de cette façon : "Francis a l’étoffe d’un bon coureur professionnel, c’est certain, mais il ne doit pas brûler les étapes. Tout dépend de sa fin de saison. S’il explose, il peut profiter de l’occasion, mais une année encore chez les amateurs ne serait pas une mauvaise chose. En 1973 nous saurons et Francis le tout premier, si l’aventure peut-être tentée avec des chances de succès".
- Paroles sages d’un secrétaire qui sait combien est délicate à conduire une carrière de Champion cycliste. Quoiqu’il en soit, nous suivrons avec intérêt le cheminement du coureur du CRCL dans la voie difficile qu’il a choisie.
(article de Serge Boutet).

1971 Tour du limousin

Dubreuil remporte en 1971 le Tour du Limousin. On le voit ici entouré de ses dirigeants
MM. Fayol et Réjasse, puis Dubreuil lauréat, Breuil, Guillot, Duteil (père et fils)

Coureurs Nontronnais de cette période : Besse, Mandeix, Paulhac, Réjasse, Doucet, Sallat, Géraud, Biniecki, Simon.

- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 10 - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Surfez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/
Prochaine publication : 1973-1980 à Nontron

Posté par Bernard PECCABIN à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2021

NONTRON ET SON CYCLISME (1965-1969)

 RETOUR SUR LA SAISON 1965

1966 Nontron la Maladrerie 1966

Course cadet  à La Maladrerie en 1966

- Marcel Mallemanche qui avait couru depuis 1960, ne prendra pas le départ de cette saison 1966. Le coureur d’Abjat sur Bandiat avait à choisir entre le vélo et le boulot. Très sagement ce puissant routier, auréolé par plusieurs victoires décidera de tourner la page à défaut de tourner les pédales, pour partir bosser.

1960 mallemanche

- Marcel Mallemanche (en médaillon) est d’ailleurs un de ceux qui ont aimé le Limousin. Résidant à Abjat, il n’avait pas beaucoup à faire pour se retrouver à Marval* voire à Pensol, sur ses routes d’entraînement. Marcel Mallemanche doit d’ailleurs conserver des souvenirs de ces luttes homériques avec les coureurs du CRCL. Lors de sa dernière saison en 1965, il avait terminé deuxième à Meuzac derrière Jean-Claude Daunat futur pro. Il avait aussi croisé le fer face aux Rabaute, Démartin, Fraisseix et bien d’autres...
(*) Marval : par ailleurs ville natale de Jamay et de Lucien Deville.
- "Rétro Vélo Dordogne" tient à rendre hommage à cet homme qu’il a plus particulièrement connu lorsqu’il organisait des manifestations sur sa commune, alors qu’il appartenait au conseil municipal. Merci Monsieur Mallemanche, votre accueil toujours aussi chaleureux et courtois restera une trace indélébile dans ma modeste carrière de dirigeant et d’arbitre.
- En cette saison 1966, le Limousin entame une nouvelle saison avec Samy, Daunat et Sénamaud qui constituent le trio redoutable et à battre dans les épreuves du coin. Une fois de plus les coureurs de la Pédale du Nontronnais vont avoir du fil à retordre et c’est surtout Francis Dubreuil, parfois Gérard et Guy Dutertre qui croiseront le fer avec ces gars là. 

PALMARÈS DES ÉPREUVES COURUES A NONTRON

ET JOURNAL DE LA PÉRIODE 1966-1972

Image1

1966 à Nontron course de classement avec Dubreuil, Dessimoulies et Sallat

- Relire la publication précédente sur le cyclisme Nontronnais

Avertissement : Nous publions uniquement les informations pour lesquelles nous avons pu accéder. Parfois il est difficile de connaître les identités, notamment avec les Dutertre pour qui souvent, le prénom n’a pas été précisé...

1966 Albert Peter (CRC Limoges) gagne à Nontron.
- Michel Brun, Philippe Barraud, Patrick Merle (tous PN) qualifiés pour le Championnat d’Aquitaine des cadets (voir ici tous les noms des coureurs qualifiés pour l’Aquitaine).
- Jean-Pierre Joseph gagne à Saint-Martin de Ribérac, La Chapelle Montabourlet, Saint-Astier et Léguillac de Cercles.
- Francis Dubreuil victorieux à Saint-Martin le Pin, Verteillac, Saillat, Nantheuil de Bourzac, Le Bourdeix, Saint-Saud.
- D’autres bouquets avec Vidal à Mensignac, Michel Brun à Saint-Laurent des Hommes et Philippe Barraud à Montanceix.
- Besse (sans doute Paul) est licencié à l’UV Limousine.
Quelques coureurs Nontronnais de cette période :
Philippe Barraud, Simon, Francis Dubreuil, Michel Brun, Gérard Dutertre, Jean-Pierre Joseph, Chabot, Guy Dutertre, Pierre Porte, Marcel Vidal, Jean-François Bardoulat, Christian Mallavergne, Alain Buffière, Sallat, Patrick Merle.

1966 Nontron séniors 1966

Prix Salomon en 1966 à Nontron avec Mlles Richard, Mazeaud et Doucet récompensent
Parenteau vainqueur, Mérillou, Aslot et Simon à Nontron

 

Gauthier Daniel dcd en 66

- Fondation le 21 octobre 1966 de l’UC Nontron. Président : Jean-Claude Védrenne.
- Ceci étant dit le cyclisme Nontronnais connaît une évolution au terme de cette saison avec l’arrivée de l’Union Cycliste du Nontronnais. Voilà donc deux clubs à Nontron et ceci va certainement faire avancer la discipline, car chacune des sociétés engagées aura certainement à cœur de faire mieux que l’autre. Une rivalité bien légitime va naître, histoire d’assurer ainsi sa suprématie.
- Le 20 octobre, Daniel Gauthier (en médaillon à gauche) coureur du CRCL mais résidant à Mareuil est retrouvé mort

Dilecta

dans son lit. Il n’avait que 22 ans et avait gagné sept bouquets au cours de la saison. C’est avec une grande émotion, que le cyclisme reçoit cette nouvelle.

L’accident de Francis Duteil à Nontron le lundi de Pâques : Francis raconte : "Le 11 avril 1966 à Nontron j'étais échappé avec Jean-Pierre Parenteau. Un motard de la police de la route nous ouvrait la route et faisait garer les voitures qui arrivaient en sens inverse. Une automobiliste s'est arrêtée mais elle est repartie aussitôt. Nous l'avons trouvé face à nous dans un virage. Jean-Pierre Parenteau menait à ce moment. Il a évité la voiture de justesse. Dans sa roue je n'ai vu la voiture qu'au moment où il l'évitait. J'ai bien eu un réflexe d'évitement mais c'était trop tard. Je suis sorti de l'hôpital de Périgueux le 25 août. J'y ai refait deux séjours de deux semaines en novembre puis en décembre. Malgré cela j'ai réussi à faire 3000 kms avec la jambe droite de septembre à décembre. J'ai pu laisser ainsi les béquilles en Janvier". (En médaillon à droite  Francis Duteil de Mareuil)

Image1

Le Tour de France à Brantôme avec une échappée (Stablinski, Bingelli, Grain et Van der Vleutin de gauche à droite)
A gauche Elie Vermelinger commissaire général du Tour avec Alain Paul Bonnet maire de Brantôme

1967 : Premier passage du Tour de France à Nontron le 20 juillet

Bordeaux-Limoges (217 kms). Une fois de plus La Roche Chalais constitue la porte d'entrée du Périgord de ce Tour de France. Cap ensuite sur Ribérac, Tocane, Lisle, Brantôme, Nontron et la côte de Moulin Blanc où le suisse René Binggeli grappille des points (photo) du meilleur grimpeur (côte de 4° catégorie). Jean Stablinski l'emporte en solitaire dans la cité de la porcelaine. Roger Pingeon conserve le maillot de leader ce jour là.
-
Patrick Merle gagne le Dunlop départemental. Les Dutertre immigrent au Guidon Agenais.
- Philippe Barraud gagne à Saint-Estèphe, Saint-Saud, Champniers-Reilhac, Etouars, Saint-Médard d’Excideuil, Echourgnac et Montrem. Francis Dubreuil à la Combe des Dames et à Marnac. Michel Brun rentre victorieux de Payzac, de Cercles et de Champagne Fontaine.

1968 Atur 1968

Lionel Sallat reçoit les fleurs à Atur, entouré de Tardy et de Besse (saison 68)

1968 dubreuil champion d'aquitaine1968 Nocturne de la ville de Nontron : Francis Dubreuil (Pédale Nontron).
- Philippe Barraud est muté au CRCL qui compte désormais 140 coureurs dans son effectif amené par Laroudie, Démartin, Sautier, Lebourg, Majeux, Sansonnet et Soudanas. Buffière, Dubreuil et Tardy seront de ceux qui tenteront de leur faire opposition. Mais pour marquer cette époque, nous marquerons ceux issus d’autres clubs tels que Denis (CC Périgueux), Guitard, Rault, Sauvignat, Jammet, Guillou (UV. Limousine), Parenteau (Nersac), Peter (Saint-Léonard), Richefort (La Souterraine) et Viroulaud (Saint-Junien).
- Roger Joubert, Alain Buffière, Lionnel Sallat, Serge Besse, Jean-Claude Lamouroux (PN) qualifiés pour le Championnat d’Aquitaine cadets, tout comme François Mandeix, Pierre Tardy, Jacques Mousnier, Claude Belmiloud (UCN). (cliquez sur ce LIEN pour connaître la liste des sélectionnés de ce championnat)
.
- Francis Dubreuil gagne d’ailleurs à Agen ce championnat d’Aquitaine (en médaillon). Il pleuvait, il ventait, on prévoyait 102 engagés, mais il n’y eut que 63 partants et 20 à l’arrivée. On pensait que Serge Lapébie (SA. Bordelais) l’emporterait, mais ce fut Dubreuil le chanceux qui l’emporta. Chanceux surtout de n’avoir pas percé, à l’image de Lapébie, à quelques encablures de la banderole. Une belle course dans les collines de l’Agenais après 160 km sous la pluie et dans un tracé en ligne, soit une grande boucle avec les meilleurs coureurs du coin.
NOTA : Il faut dire qu’à cette époque 160 km pour des jeunes, fallait le faire. Nos coureurs d’aujourd’hui ne le feront pas...
Le classement : 1. Francis Dubreuil (Pédale Nontron) les 160 km en 4h19’, 2. Serge Lapébie (SA Bordelais) à 20 secondes, 3. Castaing (Girondins) à 2’35s, 4. Espinasseau (Bordeaux) m.tps, 5. Seureau (Libourne), 6. Mirou (Gujan) à 3’55s, 7. François (Bordeaux) m.tps, 8. Besse (Bègles) à 5’35s, 9. Desco (Marmande) à 11’00s, 10. Lespinasse (Ste Foy), 11. Gorostéguy (Bayonne), 12. Labarthe (La Teste), 13. Loustau (Oloron), 14. Arbès (Anglet), 15. Lafaurie (Agen), 16. Febvre (Agen), 17. Lagrave (Talence), 18. Brelaud (Villeneuve), 19. Lacaud (Agen), 20. Castets (Parentis) tous m.tps.
- Lire sur ce lien la liste des engagés juniors et commentaires de ce championnat.

Image2

Francis Dubreuil vainqueur chez lui à Nontron lors de la nocturne
avec Mlles Maguy Escudié et Brigitte Bordier demoiselles d'honneur

RÉUSSITE DU NONTRONNAIS FRANCIS DUBREUIL
(article de presse in l’Athlète du 7 août 1968)

- Les routes du Limousin réussissent décidément au jeune Francis Dubreuil de Nontron. On se souvient de son brillant succès obtenu en mai dernier, à Condat près de Limoges. C’est dans cette occasion que nous fîmes connaissance. Timide et rougissant comme une jeune fille, encombré par l’immense gerbe que venait de lui remettre une charmante Limougeaude, le gentil Francis répondait avec autant de précision que de ... réticence aux questions que nous lui posions.
- Nous apprîmes tout de même ce jour là qu’il n’avait pas encore 20 ans, qu’il avait été champion d’Aquitaine des cadets et qu’il avait raté d’un rien la victoire de la finale nationale du Premier Pas Dunlop à Montluçon.
- Ses autres succès, pourtant nombreux, ne semblaient pas représenter à ses yeux une très grande importance, mais celui obtenu dans le Grand Prix de Condat lui procurait une vive satisfaction : "Aujourd’hui, il y avait beaucoup de costauds dans la course, et j’étais le plus jeune du lot. Alors vous comprenez, cette victoire représente quelque chose pour moi".
- Trois mois plus tard, toujours sur les routes du Limousin, nous avons donc rencontré le gentil Francis, un bouquet à la main. Il venait de gagner avec beaucoup d’autorité l’épreuve maîtresse du week-end régional : le prix de Chamberet en Corrèze. Là aussi comme dit Dubreuil, il y avait beaucoup de costauds : Duteil de Bordeaux (6°), Baudry de Guéret (5°), Rault de l’UV Limousine (4°), Bordier de Sainte Foy la Grande (3°), Sauvignat de l’UV Limousine (2°) avaient tous baissé pavillon devant ce junior nullement éprouvé par les Championnats de France amateurs disputés dans la fournaise caillouteuse de la Crau. Gagnant le Prix de Chamberet nettement détaché, Francis Dubreuil, une fois de plus nous avait impressionnés par sa facilité et son sens tactique. Nul doute que la Pédale du Nontronnais tienne en ce garçon un réel espoir de son cyclisme régional.
Coureurs Nontronnais de cette période : Pierre Tardy, Jean-François Bardoulat, Lionel Sallat, Serge Besse, Christian Mallavergne, Marcel Vidal, Pierre Porte, Jean-Louis Réjasse, Guy Dutertre, Roger Joubert, François Mandeix, Francis Dubreuil, Alain Buffière, Jean-Claude Lamouroux, Jacques Mounier, Claude Belmiloud (UCN).

1968 dubreuil saint léon

Francis Dubreuil en 1968 vainqueur à Saint-Léon sur l'Isle

- Marcel Vidal gagne à Lanouaille, Francis Dubreuil à la Combe des Dames (Périgueux), à Saint-Léon sur l’Isle et à Clairvivre, Lionel Sallat à Saint-Aquilin puis enlève le titre départemental des cadets à Atur, Tardy à Allemans puis à Lussas Nontronneau. Jean-Louis Réjasse premier à Saint-Laurent des Hommes et Paul Besse rentre leader de Chamiers (Prix des HLM).

ET SERGE BESSE ARRIVA

1968

- Serge Besse est natif du petit hameau de la Maladrerie, partie intégrante de Nontron. Dès l’âge de 15 ans en 1968, sur les conseils de son oncle Paul, dont nous avons lu quelques résultats sur les publications antérieures, le petit Besse prend une licence "cadet" sous les couleurs de la Pédale de Nontron. Soutenu par ses parents et toute sa famille, il va gravir tous les échelons cyclistes, se comportant même en véritable cannibale de par le nombre de victoires collectionnées. Gagner déjà six fois en étant cadet première année, constituait une bonne entame. Mais lorsqu’en cadet deuxième année on termine sa saison avec trente et une victoires sous le maillot de l’UC Nontron, cela en dit long sur ses possibilités et sur les espérances que l’on pouvait nourrir à son encontre. Pour la génération des cadets de cette époque, autant valait-il mieux ne pas se trouver au départ aux côtés de Serge Besse... tout comme un certain temps avec ceux qui prenaient le départ aux côtés de Patrick Duteil frère de Francis...
Nos photos : Vainqueur au Bol d’Or des cadets à Saint-Claud en 1969
- La sélection Poitou-Charentes lors de la Route de France en 1974 avec de gauche à droite Serge Besse, Gérard Simonnot, Richard, Didier Dupuis et Berger.

- Situation locale du cyclisme en 1968
- C’était l’année des évènements politiques et sociaux. Mais à 15 ans on ne mesure pas l’ampleur de ce genre de problèmes. On profite de la vie dans une insouciance totale, l’essentiel étant de se faire plaisir et notamment avec un vélo qui nous permettait de se déplacer partout, bref de nous évader...
- On a souvent écrit le fait que les Nontronnais et ses coureurs lorgnaient souvent vers le Limousin ou le Poitou si proche. Serge Besse est un des coureurs qui a choisi un club du Poitou-Charentes pour asseoir sa notoriété et s’affirmer dans la discipline. Mais en 1968, alors qu’il avait à peine 15 ans, le petit Serge qui s’était déjà livré à des courses de village avec les enfants et camarades du coin, rêvait sans doute aux champions de cette période. Sur le plan national, on venait de voir le triomphe de Janssens dans le Tour de France, mais comme tous les français de cette période, on avait encore des souvenirs plein la tête sur Jacques Anquetil et aussi sur les succès au Tour de Lucien Aimar (1966) et de Roger Pingeon (1967). Dans la région il suffit pour savoir de cliquer sur ce lien, ceci afin connaître quelles étaient les vedettes de cette période au titre local, régional, national et international. De même, si vous voulez connaître tous les cadets d’Aquitaine adversaires de Serge Besse, voire ceux qui ont couru à cette époque, cliquez ici. Vous aurez ainsi la vraie photo des jeunes pousses de cette période et disons que certains d’entre eux sont allés assez loin...

1969 besse SMF 69

Serge Besse vainqueur en 1969 à Saint-Martin de Fressengeas

UNE PARTIE DU PALMARÈS DE SERGE BESSE

Entre parenthèses lieux connus de ses succès
1968 : Pédale Nontronnaise (cadet) six victoires (Dondeville), et six places d’honneur
1969 : UC Nontron (cadet) 31 victoires (Lussas et Nontronneau, Dunlop départemental à Peymilou, Magnac Lavalette, Nexon, Cussac, Hautefort, Vilhonneur, Saint-Pardoux la Rivière, Bol d’Or des cadets à Saint-Claud, Saint-Laurent des Combes, La Maladrerie, Nanthiat, Saint-Christophe de Double, etc...) sept places de deuxième et champion de Dordogne. En cliquant sur ce lien, vous découvrirez tous ceux de Dordogne qui étaient cadet en 1969, comme Serge Besse.

1969 Nontron UCN 69

L'UC Nontron en 1969

1969 les vainqueurs des courses de la ville : Lionel Sallat (UC Nontron), Nocturne : Marcel Vidal (AS Libourne)
Coureurs Nontronnais de cette période : Alain Buffière, Lionel Sallat, Pierre Tardy, Serge Besse, Jean-François Bardoulat, Joubert, Christian Mallavergne, Jean-Louis Réjasse, Michel Simon, Bordas, Roger Joubert, Daniel Breuil, Michel Bordas, Bernard Colino, Jean-Marie Saint-Laurent, Jean-Pierre Doucet, Georges Bourgoin, Jean Biniecki, Bernard Belhomme, Daniel Nadaud, Michel Dutertre, Jean-François Bardoulat, Patrick Merle.

1969 besse St

Serge Besse au Bol d'Or des cadets à Saint-Claud qu'il remporte

 

Image1

- Alain Buffière, Lionel Sallat, Pierre Tardy et Serge Besse sont les leaders de cette saison 1969.
- Pédale Nontron : 15 coureurs/19 épreuves
- UC Nontron : 22 coureurs/23 courses
- Alain Buffière (ci-contre en médaillon) premier du Dunlop à Lisle, puis vainqueur à Saint-Aulaye, à Saint-Sulpice, à Champagne Fontaine.
- Pierre Tardy gagne le régional Dunlop à Bordeaux mais remporte aussi la gerbe à Escoire, à Saint-Martin de Ribérac, à Excideuil et à Saint-Martial de Viveyrols
- Succès de Jean-François Bardoulat à Champcevinel, puis à la nocturne de Sarlat, de Lionel Sallat à Château l’Evêque et à Tourtoirac, Joubert s’impose à La Loulie et à Fontaines, Michel Simon remporte le prix de St Pierre de Chignac. Serge Besse gagne à Lacropte, puis à Chantérac.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 9 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne
Prochaine publication : les années 1970 dans le Nontronnais

Posté par Bernard PECCABIN à 23:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 septembre 2021

NONTRON ET SON CYCLISME (1960-1965)

PAUL BESSE, MALLEMANCHE,

PAULHIAC ET LES DUTERTRE

1960-1970Nontron photos 1

- Et nous voici en 1960, année Olympique avec les Jeux de Rome, année qui voit aussi une nouvelle vague de coureurs et le décès de Fausto Coppi. Chez les Limougeauds d’à côté on lorgne les résultats d’Henri Rabaute, qui cette année là devient Champion de France des débutants, autrement dit vainqueur du Pas Dunlop à Saint-Etienne. Maurice Réjasse continue à dominer à 31 ans les épreuves de son Comité et remporte le titre de champion du Limousin. Mais ensuite l’opposition se fait de plus en plus sévère avec Albert Peter, Roger Desport, Daniel Samy et Jean-Pierre Senamaud qui constituent la jeunesse montante.

1963 Marcel 1

Nos photos : Collection Marcel Mallemanche

- A la Pédale du Nontronnais les effectifs s’étoffent et on commence à donner la réplique aux coureurs venus d’ailleurs. Paul Besse surtout, Paulhiac et Mallemanche sont bien là, rejoints en 1964 par Daniel Dutertre et sa tribu de frangins. Et autour de ces leaders, gravitent des jeunes qui font ça et là quelques places et qui démontrent que le cyclisme prend un peu plus d’ampleur. Pour la communion solennelle, soit pour le certificat d’études, soit pour l’entrée au collège, il n’est pas rare de se faire offrir un vélo, ou d’en acheter un neuf ou plus souvent un d’occasion pour se mesurer aux ténors de la route.

1961 Marcel 2

- Vous lirez ainsi pour ces années sixties (1960-1965) les coureurs qui ont vaincu à Nontron, ceux qui ont porté les couleurs du club local. Des années dominées par Jacques Anquetil sur le plan professionnel, mais aussi des années où les Dubreuil, Février, Joseph voire les frères Dutertre vont commencer à marquer leurs repères. Mais pour l’heure à Nontron, l’ossature de l’équipe n’est pas assez importante ne serait-ce que pour disputer un championnat des sociétés comme certains clubs le font, à l’image de l’UVL, du CRCL, de Périgueux ou du CC. Lindois qui dominent en cette période et dans cette spécialité.

- Relire la publication précédente sur Nontron

PALMARÈS DES ÉPREUVES COURUES A NONTRON

DEPUIS LA LIBÉRATION ET AUTRES INFOS DE 1960 à 1965

1962-63

Marcel Mallemanche et ses succès

1960 Paul Besse triomphe à Verteillac et Roger Paulhiac à Saint-Sulpice d’Excideuil.
- Il faut signaler aussi la bonne prestation du Nontronnais Coinaud qui termine 3° d’un championnat du Limousin remporté par Réjasse et juste devant Jugie le Périgourdin.
Coureurs Nontronnais en 1960 : Coinaud, Paulhiac, Besse, Dubuisson, Marcel Mallemanche, Bourlès, Février, Grandcoing, Chaulet, Rebeix.

1961 Jean-Claude Février (PN) est Champion de Dordogne juniors.
- Vainqueurs de la saison 1961 : Cette saison 1961 constitue une bonne année avec Raphaël Sallat vainqueur à Milhac et à Saint-Médard de Mussidan, Jean Bourles à Saint-Paul de Lizonne, Marcel Mallemanche à La Chapelle Saint-Robert, Saint-Martin le Pin, Saint-Sulpice de Mareuil, Ambazac et Saint-Martin de Fressengeas, tandis que Paul Besse gagne à Lacropte.
Coureurs Nontronnais en 1961 : Raphaël Sallat, Besse, Bourlès, Chabaud, Mallemanche, Lenfant, Reytier, Roger Saintonge

1962 Victoire de Jean-Claude Février à Villars, de Marcel Mallemanche à Saint-Martin le Pin et Saint-Martial de Valette.
- Février gagne par ailleurs le 1° Pas Dunlop départemental disputé à Montpon, devant Mérillou (Périgueux) et Goux (Bergerac).

1964 Marcel 4

Marcel Mallmanche en 1964

1963 Roger Paulhiac ramène la gerbe de Villetoureix et de Saint-Saud, Dubuisson gagne à Villars et à Milhac de Nontron, Paul Besse l’emporte à Varaignes, puis à Bussière-Badil. Sallat s’impose à Meyrals, Lagarde en fait de même à Atur.
- Raphaël Sallat signe à Limoges.
Francis Duteil (Périgueux) devient Champion d’Aquitaine des cadets.
- Marcel Mallemanche
participe au Championnat de France militaire à Dijon.

1964 J-Pierre JOSEPH

- Une année noire pour le cyclisme à Nontron et dans sa région. A compter du 1° janvier de cette année 1963, la régionalisation entraîne la dissolution du Comité du Limousin et le rattachement de la Dordogne à l’Aquitaine. Les cyclistes Nontronnais se sentent un peu orphelin de cette réorganisation. Bordeaux est loin, Bordeaux n’a jamais été pour Nontron un centre attractif comme Limoges situé à quelques encablures. Mais l’Aquitaine ne gagnera pas grand-chose de cette affaire. Car tout le monde est perdant. Les coureurs cyclistes de Nontron, du moins les meilleurs, iront toujours muté vers un club du Limousin. Mais quand un Championnat d’Aquitaine se déroulera à Nontron, les coureurs des Pyrénées-Atlantiques ou des Sud des Landes, ne monteront pas à Nontron, jugé trop loin de leurs terres. Nontron est une région excentrée et on regrette le passé, à une époque où une région Centre-Ouest existait...

Coureurs Nontronnais en 1963 : Dubuisson, Daniel Dutertre, Fréchaud, Mallemanche, Dubreuil, Joseph, Roger Paulhiac, Debard

1964 Prix Notre Dame : Francis Dubreuil (Pédale Nontron)

Vainqueurs de la saison 1964 : Daniel Dutertre lauréat à Saint-Martin le Pin, à Saint-Mesmin, Saint-Saud, Saint-Mayme de Péreyrol, Villars, Saint-Martin de Fressengeas et Léguillac de Cercles. Roger Paulhiac gagne à Abjat et à Calès. Guy Dutertre s’impose à Saint-Pierre de Côle puis à Agonac. Francis Dubreuil rentre en vainqueur de l’épreuve de Gouts-Rossignol, tandis que Paul Besse s’impose à Saint-Estèphe. Marcel Mallemanche vainqueur chez lui à Abjat et à Saint-Estèphe.
- Championnat d’Aquitaine des cadets à Montpon

Coureurs Nontronnais en 1964 : Raphaël Sallat, Paul Besse, Jean-Pierre Joseph (en médaillon), Jean Bourlès, Chabot, Marcel Mallemanche, Lenfant, Reytier, Jean-Claude Février, Roger Paulhiac, Daniel Dutertre, Guy Dutertre, Francis Dubreuil, Dumaine, Christian Besse.
- Fin 1964, Paulhiac et Joseph démissionnent du club (PN)

1965 CA cadets

Dubreuil sacré champion d'Aquitaine des cadets

1965 Course des marronniers : Paul Besse (Pédale Nontron) vainqueur.
- Les vainqueurs de cette saison 1965 sont Guy Dutertre (Javerlhac et Château l’Evêque). Francis Dubreuil à Saint-Aulaye, Jean-Pierre Joseph à Coulounieix, Beauronne, Champagne Fontaine et Saint-Michel de Double. Daniel Dutertre s’impose à Varaignes.
Fin de la catégorie des indépendants.
- Démission de la Pédale du Nontronnais de Daniel Dutertre.
- Francis Dubreuil devient Champion d’Aquitaine des cadets.
Coureurs Nontronnais en 1965 : Francis Dubreuil, Jean-Pierre Joseph, Paul Besse, Gérard Dutertre, Michel Brun, Porte, Mallemanche, Chabot, Guy Dutertre, Daniel Dutertre.

1965 Nontron Salomon 65

Guy Dutertre lors du prix Salomon à Nontron

- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

1966 Nontron trotinettes 1966

La Course de trotinettes à Nontron a ouvert la voie pour la
pratique du cyclisme des jeunes

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 8 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne
Prochaine publication : les saison 1965 jusqu'à 1969

Posté par Bernard PECCABIN à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2021

NONTRON AVEC MICHEL BRUN ET JACQUES VIVIER 7° partie

ÉCHOS DES ANNÉES 50/59 EN PAYS NONTRONNAIS

Fourgeaud

Eugène Fourgeaud chef de file à Nontron

Lire la publication précédente sur ce LIEN.

1950 Course de classement : Bargueris (VC Nontron), Course des Marronniers : Jacques Vivier (CA Ribérac), GP de Nontron : Jacques Vivier (CA Ribérac), Prix du Vélo-Club : Jacques Vivier (CA Ribérac)
Coureurs Nontronnais de cette période : Bargueris, Lavaud.
1951 Vervialle (VC Nontron)
Vainqueurs de la saison 1951 : Jacques Sallat gagne à Neuvic
Coureurs Nontronnais de cette période : Eugène Fourgeaud, Jacques Sallat
1952 Course de classement : Bourgoin (Nontron), Course des marronniers : Ribet, puis Jacques Pras (UCAP Angoulême)
Vainqueurs de la saison 1952 : Borderie gagne le Pas Dunlop départemental à Belvès, Eugène Fourgeaud 1° aux Prix des Esders à Limoges
Coureurs Nontronnais de cette période : Bourgoin, Borderie.
1953 Vainqueurs à Nontron : André Dufraisse (UV Limousine) cyclo-cross, René Montagut (CA Ribérac), Pierre Virouleau (VC Nontron)
Vainqueurs de la saison 1952 : Eugène Fourgeaud l’emporte à Varaignes et à Saint-Junien lors du prix d’ouverture.

- Infos de Gérard Descoubès : Eugène Fourgeaud est né le 10 février 1931 à Vayres Les Roses. Ce Limousin bon teint s’est construit un palmarès enviable sur ses terres. A une époque où il était très difficile, voire impossible pour un indépendant de faire valoir ses qualités face à des coureurs professionnels. Gégène lui, réussit la gageure de sortir vainqueur de pratiquement chacune de ses confrontations avec les pros sans que jamais ces derniers y trouvent à redire. Efficace sur tous les terrains et très rapide en arrivée en bosse, il devenait moins solide au-delà des deux cents kilomètres. Durant sa carrière, Fourgeaud fit les beaux jours du VC Nontron, puis de l’UV Limousine et enfin du Guidon Manslois. Une soixantaine de victoires honorent son palmarès dont deux titres de Champion du Poitou (1958 & 1959). Il courut de 1947 à 1963. Après avoir été restaurateur de nombreuses années, il changea de profession pour exercer pendant dix-huit ans la fonction de convoyeur de fonds. Eugène Fourgeaud vient de décéder des suites d’un cancer de l’intestin, le 18 janvier 2013.

Palmarès d'Eugène Fourgeaud : Champion du Poitou en 1958 et 1959, 1° du Prix des Esders à Limoges en 1951, vainqueur à Vayres les Roses en 1957, 1960 et 1962, remporte les boucles de la Gartempe et une étape en 1956, 1° Les Salles de Lavauguyon, 1° GP d’automne à Civray en 56, vainqueur à Saint-Cybard (quartier d’Angoulême) en 56, deux fois vainqueurs à Oradour sur Glane (1956 et 1958), Egletons en 57, Bellac en 58 et 62, Augignac en 58, vainqueur à Panazol, à Saint-Aulaye et à Monbron en 60. D’autres succès avec GP de Feytiat à Limoges (1962), il termine en 1963 avec une victoire au circuit Nersacais, une étape du Tour de Corrèze et le bouquet au Prix de Saint-Séverin.

1958 1

1958 2

1958 3

1958 4

Un aperçu du tissus commercial, industriel et artisanal de Nontron
Sur ce programme de 1958, liste des acteurs ayant participé au programme

 Articles à consulter sur les coureurs du Périgord Vert
- Jacques Vivier
saison 1952.
- Jacques Vivier saison 1952/2.
- Jacques Vivier saison 1952/3.
- Jacques Vivier 1952/4 et sa victoire au Tour de France.
- Michel Brun saison 1952.
- Duteil, Vivier, Brun, la fin d’un mythe en 1953.
- Jacques Vivier saison 1954.
- Jacques Vivier et le 14 juillet 1954 à Vannes.
- Vivier et Brun, leur fin de carrière.

MOUSSEAU LE COUREUR DEVIENT FIN TIREUR

1967 lettre FFT

Lettre de récompense de la Fédération Française de Tir

- Nous avons pu lire les exploits de Claude Mousseau et son choix pour courir dans les rangs de la Pédale Faidherbe. Mais on peut ajouter aussi qu’à la fin de la saison 1949, voire au début de celle de 1950, une véritable révolution se passera dans les rangs du Vélo-Club Nontronnais. Faut dire que cette année là, ceux qui couraient avec Mousseau, tels Vivier et Brun partiront eux aussi, mais pour courir sous les couleurs de Ribérac et avec Marius Duteil, le vélociste de Mareuil. Tout ce remue ménage a sans doute causé quelques désillusions du côté du club Nontronnais, dépouillé à cette époque de ses meilleurs éléments.
- Et puis bien sur, il y a eu le service militaire. A cette période, il constituait une barrière dans la vie d’un jeune et une échéance pas du tout facile à négocier. La France coloniale était en train de buter en Indochine et tous ces jeunes avaient la hantise de partir pour se battre dans ces théâtres d’opérations. Ceux qui avaient une aptitude physique remarquable y échapperont, peut-être fut ce le cas de Claude Mousseau retenu pour le Centre Sportif de Joinville.

1965 Tir à la fosse vichy 1965 médaille de bronze

Claude Mousseau devient un tireur comme ici à la fosse à Vichy en 1965
où il est médaillé de bronze

- C’est sans doute son passage à Joinville qui motivera Claude Mousseau pour pratiquer le tir. A Joinville, il a pour voisin de chambre un certain Jean Bobet (frère de Louison) qui lui demande :
- Qu'est ce que tu prends en course ? "
-  Comment ça ?
- Autrement dit, est ce que tu te charges ?"
-  Non !
-
Ecoute, ce n'est pas la peine de faire carrière dans le monde professionnel du cyclisme, tu n'y arriveras pas sans cela... !" (Yves Mousseau son père lui préparait un bidon de vin sucré)

- On ne connait pas la finalité du choix de Claude pour le tir, mais dès son retour de Joinville, il se consacrera à fond dans cette discipline. Si bien qu’on le retrouve dans les grandes compétitions internationales et les Championnats de France où il se classe 3° à la fosse universelle à Vichy. Claude Mousseau a été une des meilleures gâchettes du ball trap. Il excellait dans tous les concours (Châtellaillon, Vichy, Aigre, Juan les Pins, etc...). Il recevra même une invitation de la Fédération Française de tir sur laquelle il était convié à participer à la formation pédagogique de tireurs de l’équipe nationale en vue de la sélection aux Jeux Olympique de Moscou. De surplus, il avait par cette opportunité l’occasion d’être retenu dans l’équipe, si toutefois les résultats suivaient.
- Voilà en quelque sorte quelle fut la fin de carrière sportive de Claude Mousseau. Une carrière exceptionnelle, menée tambour battant au plus haut niveau et sur les plus grandes installations de tir de notre pays. Et c’est ainsi que se termine cette grande saga, celle des Mousseau qui ont écrit, une sacrée page d’histoire du cyclisme local.
- Pour la petite histoire Claude aura un fils. Mais celui-ci ne pratiquera pas le cyclisme, ce qui met un terme sur ces trois générations des Mousseau qui se sont toutes illustrées à Nontron !

1952 vivier tdf 52

Jacques Vivier de Sainte Croix de Mareuil vole vers Limoges
pour remporter l'étape du Tour de France en 1952

tdf limoges 52

Vivier aux côtés de Coppi leader du Tour 1952 à Limoges

Leaders Nontronnais de cette période : Eugène Fourgeaud, Pierre Virouleau
1954 Course des marronniers : Gilles Schoké (Périgueux)
Vainqueurs de la saison 1954 : René Montagut s’adjuge le Prix Lapasserie à Périgueux et Fourgeaud triomphe à Journiac puis à Oradour sur Vayres.
Coureurs Nontronnais de cette période : René Montagut, Eugène Fourgeaud
1955 Prix du Vélo-Club : René Montagut (CA Ribérac)
- Grangcoing signe au VC Nontron.
- En Limousin les fers de lance sont Georges Aymard, Maurice Réjasse et Jacques Tranchant. Le cyclisme connaît une grande vogue et il est difficile de se faire une place au soleil, d’autant plus que les prétendants aux victoires se bousculent au portillon. Quand on a des garçons de la trempe de Barquéro, Duteil, Vivier, Brun, auxquels on ajoute les Gourd, Huot, Dupré, Chaminaud, Gourmelon, ça vous donne le tournis lorsque de tels combattants sont sur la ligne de départ. Mais à Nontron, on aime les défis et avec des garçons comme Mousseau, Montagut, Fourgeaud, Camille et Roger Saintonge voire René Grandcoing, il semble qu’un nouveau souffle se prépare dans ce petit coin du Nontronnais.

Coureurs Nontronnais de cette période : René Montagut, Grandcoing, Léonard, Sallat, Auzemert, Camille Saintonge, Lapanouse, Roger Saintonge,
1957 : René Montagut (VCN) premier à Saint-Léon sur l’Isle, Roger Saintonge (PN) 1° à Hautefort puis à La Coquille.
- Rétro Vélo Dordogne suppose que la Pédale du Nontronnais aurait été fondé en 1957, sans pouvoir affirmer toutefois l’information par manque de repères.

1958 Gaul et Maxime Beau

Charly Gaul et Maxime Beau en 1958 à Nontron

Coureurs Nontronnais de cette période : Aubert, Lapanouse, Camille Saintonge, Sallat
1958 Auzemert (VC Nontron-Piègut), René Montagut (VC Nontron Piègut), Vito Favéro (Italie) qui gagne le critérium pro de la ville.
- Vainqueurs de la saison 1958 : René Montagut 1° à Mussidan (Prix des rameaux). Camille Saintonge (PN) gagne à Milhac de Nontron, Sallat à Cornille, Bouriès à Château-l’Evêque.
Coureurs Nontronnais de cette période : Sallat, Auzemert, Couvidou, Montagut, Bouriès, Camille Saintonge, Grandcoing, Coinaud, Paulhiac, Besse, Paul Dubuisson, Chaulet, Mallemanche, Février, Aubert.
- Il est évident que le critérium pro gagné par l’Italien Vito Favéro en 1958 a rassemblé un monde fou dans les rues de Nontron. La course se déroulait le 24 août et Favéro avait terminé cette année là deuxième du Tour de France derrière Charly Gaul. Une belle tête d’affiche que ce Vito Favéro qui l’emporta à Nontron devant Valentin Huot, Roger Darrigade, Jacques Pras, Arrigo Padovan l’Italien et Jean Graczyk, etc... Lire le compte-rendu de la course sur ce LIEN.
1959 - Roger Saintonge gagne à Lisle, Paul Dubuisson à Abjat.

LIENS AYANT TRAIT AU CYCLISME DE NONTRON

- Portail des épreuves du canton de Bussière-Badil. en construction.
- Portail des épreuves du canton de Saint-Pardoux la Rivière. en construction.
- Portail des épreuves du canton de Nontron. en construction.
- Portail des épreuves du canton de Mareuil sur Belle. en construction.

1954

1954 à Vannes là où Jacques Vivier bat Mahé dans son antre bretonne
pour remporter sa deuxième étape et un jour de 14 juillet

- Et si vous détenez des photos ou des reportages sur le cyclisme du Nontronnais, vous pouvez m’adresser par mail vos documents pour en faire profiter tous les lecteurs.

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 7 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne et pour voir des photos du cyclisme d'hier
Cliquez sur https://www.facebook.com/bernard.peccabin/

Prochaine publication : Marcel Mallemanche, Paulhiac, Besse, Février et les autres...

Posté par Bernard PECCABIN à 22:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 août 2021

1991 MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME - 1991

LA DISPARITION D’HENRI MARTIN

LE CINQUANTENAIRE DU CLUB

Saint-Géry 91

Le Racing-Club à Saint-Géry avec le succès de Christophe Cuménal

Article précédent : 1990 La fin du professionalisme pour Gourmelon et l’arrivée des minimes au club (pour ceux qui veulent revoir cet article, cliquez sur ce lien.

Martin Henri 1966

- 1991 débute dans la tristesse. Henri Martin (notre photo) nous quitte le 8 janvier à l'âge de 70 ans. Installé à Mussidan depuis 1950, il n'avait jamais laissé le Racing avec qui sa vie avait un lien. Car c'était à l'époque d’Albert Chaussade que le bon Henri alors jeune coureur du Stade Foyen avait été remarqué et c'est le cyclisme et sa valeur sportive qui l'ont amené à Mussidan où il s'était installé dans le négoce des fruits et des légumes. Henri Martin c'était un monument de notre cyclisme. L'homme à la casquette légendaire, s'en est ainsi allé (signe du destin ?) l'année où le Racing fêtait son demi-siècle d'histoire, . Et le Racing devait beaucoup à Henri, car si le club devenait quinquagénaire, c'était bien grâce à Henri Martin qui avait tout fait pour sauver le club lorsque dans les années 65-68 plus personne ne voulait s'occuper d'assurer la continuité de la société. Henri Martin est maintenant remplacé au secrétariat par Jean-Michel Bourreau. Le club traverse une période bénéfique. Avec treize organisations, Mussidan remonte à la 6° place alors que du côté coureurs les résultats de Melchior et de Gazeau qui on le sait ne sont pas des jeunes, permettent tout de même au club de se maintenir en 9° position en Dordogne, soit juste à la moitié du tableau. Le jeune Romuald Hispiwac court toujours mais en cadets, alors que son frère Réginald fait son entrée au club en minimes. Chez les cadets Romuald piétine mais le coup de pédale existe bel et bien tout comme pour son frère Réginald qui progresse. Jean-Pierre Barrat passe pas mal de temps à l'entraînement si bien que lui aussi bénéficie des bienfaits de cette remise en route puisque le maître ou le coach se bonifie et décrochant une 10° place au Championnat d'Aquitaine des vétérans. Il faut dire qu'en cette saison 1991, le Racing a un parfum de l'ex-Saint-Aulaye Vélo-Club. Faut-il rappeler que Bernard Gazeau, Jean-Pierre Barrat et Jean-Michel Bourreau résident dans ce chef lieu de canton ? Bernard Gazeau était un ancien, un vieux de la vieille mais un garçon qui en voulait et dont le souvenir de sa jeunesse ne nous laissait pas indifférents. Car Gazeau avait remarquablement marqué sa jeunesse, à Montpon, comme à Saint-Aulaye ou encore aux Girondins de Bordeaux et au Cyclo-Club Fleixois à l'époque d'un certain Jean-Claude Daunat. Toujours est-il qu'en cette saison 1991, le club connaît une amélioration. Il a pris l'initiative d'organiser un prix des rameaux et un prix de l'ascension dans Mussidan, ce qui constitue un effort et une preuve de bonne volonté de la part des dirigeants. De plus une épreuve VTT voit le jour à La Jemaye, un village où voilà bien longtemps le cyclisme n'était point revenu. Mais cette course VTT dans la belle Double est un échec côté des participants, car en ce 14 juillet les coureurs préfèrent partir sur la côté atlantique au lieu de pédaler sur les pistes forestières de cette belle région. C'est comme cela et il faut faire avec …

1991

Blancheton, Olivier Chouarche vainqueur et Lissandreau au Comice de Mussidan

- L'assemblée générale du comité de Dordogne replace l'ASPTT. Périgueux à la première place devant le Sprinter-Club du Périgord qui est en vérité une annexe de l'ASPTT, puisque c'est une poignée de postiers mécontents qui ont formé ce club, où Jacques Martin figure toujours dans la liste des dirigeants. Comme quoi les postiers occupent les premières places et tout l'intérêt de l'actualité. Il ne faut pas oublier que notre Patrice Peyencet qui est devenu lui aussi coureur de l'ASPTT remporte le challenge Dordogne des 1° catégories et que Didier Virvaleix le professionnel vient de terminer son premier Tour de France cycliste à la 50° place après une belle partie de manivelles lors d'une étape alpestre. C'est curieux d'ailleurs comme le cyclisme peut remuer et fraterniser les foules pourtant si divisées au stade amateur. Dès qu'un des leurs se situe à l'étage au-dessus, le public suit, amenant avec eux les adversaires d'hier qui se trouvent ainsi réconciliés le temps des exploits comme celui de Virvaleix au Tour. Côté Tour de France le Périgord avait connu déjà un tel engouement avec Edouard Chaumard (1906), Alexandre Chauvière (1912), Charles Raboisson (1914, 1920, 1921 et 1922), Raphaël Calmette (1928), Lucien Laval (1928 et 1930), Jean Mouveroux (1928) qui sont tous des périgourdins ayant effectué la grande boucle. Après guerre, ils ont eu la relève avec Armand Darnauguilhem (1950), Jacques Vivier (1952 1953, 1954, 1955 et 1956), André Dupré (1955, 1957 et 1958), Valentin Huot (1954, 1955, 1956, 1957, 1959, 1961), Jean-Claude Daunat (1971 et 1972), Pierre-Raymond Villemiane (1977, 1978, 1979, 1980, 1982), Christian Jourdan (1979, 1983, 1985, 1989), Frédéric Brun (1980, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1990) et enfin notre petit Virvaleix en 1991 qui reste le tout dernier périgourdin à courir cette magnifique course. Mais de tous il ne faut pas oublier que ce sont Vivier, Huot et Villemiane qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu avec en plus une mention à Brun qui détient le record des participations avec neuf tours et sans abandons s'il vous plait !
Coureurs du Racing en 1991 : Sylvain Rieublanc, Jean-Pierre Barrat, Victor Melchior, Laurent Faurie, Romuald Hispiwac, Sébastien Deymes, Réginald Hispiwac, Alain Deloubes-Pradet, Bernard Gazeau.

Saint-Géry 91 bis

1° septembre 1991 à Saint-Géry où Serge Augiéras est embarrassé lorsqu'il demande
à l'Astérien Alben Shakja (1° classé des juniors 1° année) ses impressions.
En effet ce jeune est un réfugié albanais qui ne parle pas notre langue, alors comment faire ?
 

- Côté effectifs la saison 1991 marquait une petite progression (+22) et un statu-quo avec les organisations qui atteignaient en Dordogne le nombre de 221 épreuves. Pour ma part, j'avais décidé depuis le début de cette saison de créer un club que je baptisais "Cyclisme 24". Je quittais donc l'ASPTT, tout en restant en bon terme, mais j'avais l'intention de bâtir quelque chose avec mes doigts pour le plaisir. Le pari allait s'avérer difficile et périlleux, mais j'ai toujours aimé la difficulté pour me tester et voir si je suis capable d'assumer à la fois ce rôle et ces responsabilités.
- Quant au RCM, il ne fêtera pas à ma connaissance son cinquantenaire. A vrai dire, pas de fête, pas de flons flons, peut-être par respect à Henri Martin parti au seuil de cette nouvelle année ? Personne ne le sait, mais c’est ainsi que je mets un terme à cette publication, qui pourtant se terminait en 2001...

ORGANISATIONS DU RCM EN 1991

Prix des rameaux à Mussidan (24 mars)
1° Dominique Galy (Pédale Faidherbe), 2° Berthomet (UC. Gujan-Mestras), 3° Castets (US. Bouscat), 4° Pérez Yves (VC. Arédien), 5° Deloubes-Padet (RC. Mussidan), 6° Gérard Doumenge (EC. Foyenne), 7° Jean-Serge Calmette (UC. Montpon), 8° Duphil (US. Bouscat), 9° Lissandreau J. (EC. Ribérac), 10° Francis Gras (UC. Montpon).
Prix de l'Ascension à Mussidan (9 mai)
1° Eric Valèze (CC. Montpon), 2° Michel Lafagne (Pédale Faidherbe), 3° Yves Pérez (VC. Arédien), 4° Truc (VC Garçois), 5° Galy (Pédale Faidherbe), 6° Foulquier (EVCC. Bergerac), 7° Melchior (RC. Mussidan), 8° Lissandreau (EC. Ribérac), 9° Courbalay (JS. Astérienne), 10° Berthomet (UC. Gujan-Mestras)
A Saint-Médard de Mussidan 9 juin)
1° Wayne Peacock (CC. Périgueux), 2° Dattas (CC. Marmande), 3° Lavignac Hervé (SC. Périgord), 4° Sedgewick (CC. Périgueux), 5° Tedo (AS. Le Passage), 6° Grandet (CC. Marmande), 7° Baillet (AS. Ambarès), 8° Bertrand (Guidon Terrasson), 9° Peyrefiche (ASCA. Bergerac), 10° Dulouard (Guidon Agenais).
Nocturne des Champions à Mussidan (14 juillet)
1° Marino Vérardo (CC. Marmande), 2° Desriac (US. Montauban), 3° Sobinski (US. Toulouse), 4° Ianotto (Guidon Saint-Martinois), 5° Saumon (TS. Mourens), 6° Fernand Lajo (US. Bouscat), 7° Escudé (US. Montauban), 8° Albin (US. Montauban), 9° Fiefvez (CC. Marmande), 10° Serediwk (GSC. Blagnac).
VTT de La Jemaye (14 juillet)
1° Pascal Rabas (Natur'Bike), 2° Avezou Bruno (VC. Mérignac), 3° Brun (ASPTT. Périgueux), 4° Dumont (AS.Pessac-Alouette), 5° Clouchers (SC. Caudrot), 6° Chiarotto (EC. Foyenne), 7° Sourigues M. (AS. Pessac), 8° Sourigues S. (AS. Pessac), 9° Conchou (VC. Monpazier).
Nocturne de Grignols (20 juillet)
1° Bernard Saeys (VC. Wattignies), 2° Melchior (RC. Mussidan), 3° Blancheton (UC. Montpon), 4° Didier Dutertre (CC. Périgueux), 5° Lafagne (Pédale Faidherbe), 6° Bordet (VC. Livradais), 7° Kleinhans (Terrasson), 8° Arretche J. Pascal (ASPTT. Périgueux), 9° Beneyrol Jean-YVes (ASPTT. Périgueux), 10° Chatagne (VC. Cahors).
A Saint-Etienne de Puycorbier (28 juillet)
1° Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), 2° Castets (US. Bouscat), 3° Melchior (RC. Mussidan), 4° Richard Hadfield (CC. Périgueux), 5° Confolens (VC. Barsac), 6° Borderie F. (EC. Foyenne), 7° Claude Daubisse (CC. Sarlat), 8° Confolens JC (Barsac), 9° Monboeuf (AC. Ménesplet), 10° Virol (AC. Ménesplet).
Prix des fêtes de Saint-Pey de Castets (29 juillet)
1° Bruno Barde (US. Rauzan), 2° Sallaberay (Guidon Saint-Martinois), 3° Sonson (VC. Livradais), 4° Othéguy (VC. Tarnos), 5° Guérin (CC. Marmande), 6° Castrezzatti (Agen), 7° Thiron (Roche sur Yon), 8° Ambrosini (Auch-Lectoure), 9° Pellier (AS. Facture), 10° Grandet (CC. Marmande).
Prix des fêtes de Beaupouyet (4 août)
1° Michel Bourzeau (SC. Périgord), 2° Top (Pédale Faidherbe), 3° Guérin (CC. Marmande), 4° Denis C. (ASPTT. Périgueux) 5° Leleu (SPC Boulonnaise), 6° Malifarge (Guidon Pellegruen), 7° Darrin (SC. Périgord), 8° Dumas (ASPTT. Périgueux), 9° Bégout (ASPTT. Périgueux), 10° Doumenge JM (SC. Périgord).

Saint-Michel de double 91

Nicolas Labrousse vainqueur à Saint-Michel de Double

Prix des fêtes de Issac (19 août)
1° Didier Lezoray (SC. Périgord), 2° Bradley (EV. Bretenoux-Biars), 3° Duncan Moralee (EV. Bretenoux-Biars), 4° Defaye (CRCL), 5° Bourges (Saint-Médard en Jalles), 6° Nadon (CC. Vervant), 7° Berron Gilbert (VC. Saint-Léonard), 8° Fiacre Nicolas (ASPTT. Périgueux), 9° Dumont L. (VC. Vernon), 10° Patrice Castrezzatti (Vélo-Club du. Bruilhois).
Prix des fêtes de Saint-Géry (1° septembre)
1° Christophe Cuménal (CC. Périgueux), 2° Cornut Cyril (JS.Astérienne), 3° Yannick Sedran (JS. Astérienne), 4° Stéphane Chonis (EC. Ribérac), 5° Peytoureau Christophe (JS. Astérienne), 6° Shakjac Alben (JS. Astérienne), 7° Lauseille (EC. Ribérac), 8° Olivier (JS. Astérienne), 9° Lavignac Stéphane (ASPTT. Périgueux), 10° Jérôme Paul (CC. Périgueux).
Prix du comice de Mussidan(15 septembre)
1° Olivier Chouarche (SC. Périgord), 2° Blancheton (UC. Montpon), 3° Béneyrol Jean-Yves (ASPTT. Périgueux), 4° Delestage M. (CCP. Nontron), 5° Darty (VS. Cahors), 6° Eric Jacouty (EC. Ribérac), 7° Negri (CCP. Nontron), 8° Leroy (SC. Caudrot), 9° Raymond (Pédale Faidherbe), 10° Jean-Marie Doumenge (SC. Périgord).
A Saint-Michel de Double (29 septembre)
1° Nicolas Labrousse (EC. Ribérac), 2° Confolens (VC. Barsac), 3° Daniel Dutertre (VC. Arédien), 4° Claude Daubisse (CC. Sarlat), 5° Chasseloup (VC. Barsac), 6° Bourzeau (SC. Périgord), 7° Nicolas (CC. Tresses), 8° Maufaugerat (CSM. Puteaux), 9° Hadfield (CC. Périgueux), 10° Confolens (ASC. Podensac).

QUELQUES GRANDS DE LA SAISON 91

Jean-Claude Colotti, Gianni Bugno, Miguel Indurain, Claudio Chiappucci, Djamolidine Abdoujaparov, Franco Chioccioli, Melchior Mauri, Luc Roosen, Tony Rominger, Luis Herrera, Gilbert Duclos-Lassalle, Charly Mottet, Philip Anderson, Gert-Jan Theunisse, Frans Maassen, Marc Madiot, Johan Capiot, Brian Holm, Edwig Van Hooydonck, Moreno Argentin, Johan Bruyneel, Sean Kelly, Armand de las Cuevas, Stéphen Roche, Johan Museeuw, Eric Van Lancker, Uwe Peschel, Leontien Van Moorseel, Marion Clignet,

Mussidan 1991

Le prix de l'Ascension à Mussidan gagné par Eric Valèze à droite aux côtés du speaker

CEUX QUI BRILLENT EN PERIGORD

Jean-Marie Doumenge (SC. Périgord), Bernard Bodin (CC. Sarlat), Julien Fiacre (ASPTT. Périgueux), Laurent Olivier (JS. Astérienne), Pascal Delestage (CCP. Nontron), Jacques Dubost (SC. Périgord), Joël Lissandreau (EC. Ribérac), Philippe Kleinhans (Guidon Terrasson), Hervé Lavignac (SC. Périgord), Patrice Dumas (ASPTT. Périgueux), Jean-Paul Raymond (Pédale Faidherbe), Eric Valèze (CC. Montpon), Elisabeth Chevanne-Brunel (Pédale Faidherbe), Michel Bourzeau (SC. Périgord), Sébastien Chabreyrou (JS. Astérienne), Michel Lafagne (Pédale Faidherbe), Michel Delugin (EC. Ribérac), Olivier Chouarche (SC. Périgord), Isidore Dudrat (EVCC. Bergerac), Didier Lezoray (SC. Périgord), Christian Top (Pédale Faidherbe), William Chatain (Pédale Faidherbe), Jean-Pascal Arretche (ASPTT. Périgueux), Claude Denis (ASPTT. Périgueux), Eric Loubet (CC. Périgueux), Jean-Luc Béneyrol (ASPTT. Périgueux), Bernard Mazeau (Pédale Faidherbe), Yves Brusson (SC. Périgord), Steven Besenger (CCP. Nontron), Stéphane Larénie (CC. Sarlat), Jean-Laurent Peyrefiche (ASCA. Bergerac), Claude Dudrat (EVCC. Bergerac), Christophe Cuménal (CC. Périgueux), Jean-Louis Mourtier (ASPTT. Périgueux), Michel Dumas (CCP. Nontron), Nicolas Labrousse (EC. Ribérac), Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), Guy Thomas (CCP. Nontron), Jérôme Paul (CC. Périgueux), Victor Melchior (RC. Mussidan), Dominique Galy (Pédale Faidherbe), Patrice Peyencet (ASPTT. Périgueux), Cyril Oyhanondo (CC. Périgueux), Stéphane Lavignac (ASPTT. Périgueux), Bernard Gazeau (RC. Mussidan), Jean-Claude Ulbert (Pédale Faidherbe), Michel Besse (CCP. Nontron), Jean-Jacques Blancheton (UC. Montpon), Jean-Yves Béneyrol (ASPTT. Périgueux), Nicolas Fiacre (ASPTT. Périgueux), Wayne Peacock (CCP. Nontron), Ingrid Chevanne-Brunel (Pédale Faidherbe), Franck Negri (CCP. Nontron).

LES VEDETTES DU SUD-OUEST

Eric Fouix (AC Poste en Creuse), Pascal Hervé (UC. Niort), Gérard Ianotto (Guidon Saint-Martinois), Philippe Mondory (Cycle Poitevin), Didier Rous (GSC. Blagnac), Fernand Lajo (US. Bouscat), Pascal Andorra (UV. Lourdes), Vincent Guillout (CRC. Limoges), Jean-Pierre Godard (UC. Niort), Marino Vérardo (CC. Marmande), Jean-Claude Laskowski (VC. Aubusson), Patrick Bruet (US. Montauban), Bruno Bannes (AS. Facture), Pascal Berger (UC. Niort), Laurent Roux (Toulouse Sprint), Olivier Ouvrard (Cycle Poitevin), Thierry Ferrer (UC. Brive), Gilles Chauvin (CC. Marmande), Philippe Escoubet (Cycle Poitevin), Christian Magimel (AC. Poste en Creuse).

VÉLO DORDOGNE - MUSSIDAN (36) © BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : FIN DE LA SERIE SUR LE RC MUSSIDAN (pour revenir
au début de cette publication, cliquez ici)

Posté par Bernard PECCABIN à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2021

1990 MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME - 1990

LA FIN DU PROFESSIONALISME POUR GOURMELON

ET L’ARRIVÉE DE MINIMES AU RCM

Article précédent : 1989 Gourmelon et Péyencet, les belles références du RCM (pour ceux qui veulent revoir cet article, cliquez sur ce lien.

- C'est reparti pour une nouvelle décennie qui va passer très vite. Tellement vite que l'an 2000 que l'on voyait encore au lointain arrivera plus vite que prévu avec son cortège de nouveautés qui modernise notre sport mais qui l'affaiblit durement. Et au seuil de cette nouvelle année, toute la Dordogne se lamente sur le pauvre sort d’Hervé Gourmelon dont le sponsor a annoncé son retrait du milieu professionnel. C'est ainsi que le 31 décembre 1989, Hervé Gourmelon en arpentant les talus du cyclo-cross de la Saint-Sylvestre à Marsaneix, faisait son dernier adieu à son public et à son maillot Fagor, rouge et blanc comme celui du Racing, le club de ses débuts. Bien sur ce public espérait encore, comme par exemple celui de voir Hervé engagé au sein d'une autre formation. Mais en cette période où la conjoncture n'était pas du tout favorable, Hervé bien que remarqué par des directeurs sportifs ne fut pas repêché. Il tenta de revenir chez les amateurs en prenant cette fois une licence, ni au Racing, ni à l'AC Marmande, pas plus qu'à Oloron ou à Créon, mais au Cyclo-Club Béarnais. A deux reprises il se classe 2° (à Objat et lors de la nocturne de Montpon), puis il arrête le cyclisme, peut-être parce qu'il n'a plus la foi ou le courage de continuer dans ce milieu hostile, car vraiment le cyclisme constituait et constitue toujours un monde bien particulier. Tant que ça marche on vous fait des courbettes, mais une fois tombé dans "la merde", on cherche davantage à vous enfoncer au lieu de vous aider à vous en sortir. Toujours est-il qu'à 26 ans à peine, Hervé Gourmelon claque la porte … définitivement à notre discipline.

Hispiwac

Les Hispiwac (Jennifer, Réginald et Romuald) et Millet sociétaires Mussidanais

Coureurs du Racing en 1990 : Henri Millet, Sylvain Rieublanc, Laurent Faurie, Jean-Pierre Barrat, Victor Melchior, Jean-Michel Bourreau, Romuald Hispiwac, Sébastien Deymes
- Le Racing peut ranger maintenant Gourmelon dans l'armoire des souvenirs. Il lui reste seulement qu'une expectative, celle de recruter des jeunes, à condition aussi d'en trouver, car je l'ai dit bien souvent déjà, les jeunes sont cyclistes le temps du Tour de France, en point c'est tout ! Quoiqu'il en soit le Racing compte en cette saison 1990 sur trois dirigeants qui sonttitulaires du brevet d'éducateur avec Jean-Pierre Barrat, Henri Millet et Jean-Michel Bourreau. Côté coureurs Sébastien Deymes et Romuald Hispiwac endossent les couleurs du club avec une licence minime. Jean-Pierre Barrat devient l'entraîneur de Romuald Hispiwac, un Romuald Hispiwac qui laisse quelques espérances aux dirigeants. En se classant 3° du Championnat de Dordogne des minimes et 10° du Championnat d'Aquitaine, ce jeune charentais originaire de Palluaud, laisse quelques lueurs, à moins que lui aussi ne trouve refuge ailleurs, comme ses aînés l'ont fait. Le Racing termine sa saison 1990 à la 8° place de la Coupe des clubs sur 21 sociétés, ce qui n'est pas mal vis à vis de la faiblesse de ses effectifs. Cette bonne place on la doit aux cumuls de bons classements de Victor Melchior, Sylvain Rieublanc et Laurent Faurie qui forment l'ossature sportive du Racing. Par contre, côté licenciés, c'est la véritable catastrophe puisque le club se retrouve reléguer à la 16° place.
LE BUREAU DU RCM POUR 1990 : Présidents d'honneur : M. Jean Chevalier,(maire et conseiller général), Mrs. Bonneau, Andrieu et Dr Mutel, Président actif : M. Serge Augièras, Vice-Président et trésorier : M. Claude Frare, Secrétaire : M. Henri Martin, adjoint : J.Michel Bourreau, Trésorier adjoint : Roger Muller, Membre correspondant : Pierrette Augièras

Pontayraud min

20 mai à Ponteyraud avec l'Entente Cycliste Ribérac Périgord Blanc qui organise le Championnat de Dordogne des jeunes.
Sur le podium des minimes, on reconnaît  de gauche à droite Bernard Peccabin représentant le comité de Dordogne,
Claude Dudrat (EVCC. Bergerac) classé 2°, Christophe Nietzeba (ASPTT. Périgueux) sacré Champion,
Romuald Hispiwac (RC.Mussidan) 3°, le speaker Jean-Claude Donaud et Maxime Chabreyrou le président de l'organisation.

- Et puis il y a aussi Jacques Martin qui change casaque. Du Cyclo-Club Nontronnais, il passe au Sprinter-Club du Périgord, mais avec une licence de dirigeant. Ce Sprinter-Club du Périgord qui avait organisé l'an passé un cyclo-cross aux Chatenades et qui cette saison et avec l’aide de Jacques Martin, continue de se manifester à Mussidan. C'est ainsi que le 11 mars une course en ligne reliant Mussidan à Mussidan voit le jour avec Jacques Martin chargé de recevoir les engagements. C'est le jeune Damien Lafaurie du CC. Marmande qui signe la victoire. Le Racing se limite lui à ses dix épreuves, dont sa nocturne des champions remportée par Didier Virvaleix, mais aussi en fêtant son retour sur les communes de Bourgnac, de Beaupouyet et de Saint-Michel de Double. Ces gains encourageants sont vite consommés par les pertes des organisations traditionnelles de la vallée de l'Isle comme Bénévent et Saint-Louis, sans oublier les vastes espaces du Landais où le club perd le contact.
- Le 14 juillet Didier Virvaleix est donc chez lui à Mussidan, engagé à la nocturne des Champions dont le départ est donné par Monsieur Jean Chevalier maire et conseiller général. Sur sept professionnels invités, cinq ont répondu présents et devant près de 8000 personnes autour du circuit pour reprendre les termes de la presse. Echappé dès le 6° tour avec Lajo, Sobinski et Grecchi, Virvaleix sent très vite que le "tout Mussidan" est derrière lui. Le public déchaîné encourage de la voix Virvaleix. La classe, la gentillesse, l'intelligence, réconcilie cette foule entièrement acquis à la cause de l'ex-postier. Après 60 tours, les quatre hommes de tête bien aidés par Virvaleix prennent un tour d'avance. Dans le final Virvaleix appui encore plus pour enlever cette édition 90 en solitaire et sous les acclamations des supporters ravis de la performance du Périgourdin.
- 1990 c'est l'époque des Laurent Roux et des Didier Rous qui viennent en Dordogne comme jeune amateur. Didier Rous remporte le prix de Génis sous les couleurs de l'UV. Lectoure. Laurent Roux le cadurcien, triomphe en juniors lors du cyclo-cross de Trémolat. On ne savait pas que des années après, ces deux coureurs parviendraient à accéder chez les professionnels. Jean Pitallier le nouveau président du comité d'Aquitaine préside l'assemblée du secteur Dordogne à Saint-Astier. Une assemblée où les effectifs se maintiennent grâce au bi-cross et au VTT, le cyclisme traditionnel étant toujours en perte de vitesse. L'ASPTT Périgueux décroche la timbale de la saison en remportant le challenge des clubs, devant la Pédale Faidherbe et le CCP. Nontron, le Cyclo-Club Périgourdin étant lui en net recul avec une 4° place qui flaire une sévère défaillance au sein de ses instances et de ses sportifs. Mais au Racing, ce qui reste le plus préoccupant en cette fin de saison, c'est l'état de santé d’Henri Martin. Affaibli par une terrible maladie, Henri livre son dernier combat en homme courage qu'il est et qu'il a été.

issac 1990

Protocole de course à Issac

ORGANISATIONS DU RCM EN 1990

A Saint-Médard de Mussidan (10 juin)
1° Eric Valade (EC. Foyenne), 2° Thierry Arquey (CC. Marmande), 3° Edouard Lajo (Mérignac VC), 4° Bernard Bodin (CC. Sarladais), 5° Alain Gendreau (CC. Montpon), 6° Luc Teyssedou (VC. Figeac), 7° J. Michel Gouloumes (UC. Brive), 8° Pascal Delestage (CCP. Nontron), 9° Romuald Lagorce (ASPTT. Périgueux), 10° Patrice Dumas (ASPTT. Périgueux).
Nocturne des Champions (14 juillet)
1° Didier Virvaleix (Histor Sigma), 2° Lajo (US. Bouscat), 3° Sobinski (UV. Auch-Lectoure), 4° Grecchi (CC. Marmande), 5° Fiefvez (CC. Marmande), 6° Richard B. (Pro-indépendant), 7° M. Vérardo (CC. Marmande), 8° Bonal (Orléans), 9° Dattas (CC. Marmande), 10° Oleckciewicz (UV. Auch-Lectoure).
Prix des fêtes de Bourgnac (8 juillet)
1° Fédéric Borderie (EC. Foyenne), 2° Victor Melchior (RC. Mussidan), 3° Roger Doumenge (EC. Foyenne), 4° Pérez Yves (VC. Arédien), 5° Lafagne (Pédale Faidherbe), 6° Geoffroy (EVCC. Bergerac), 7° Stéphane Virvaleix (ASPTT. Périgueux), 8° Delugin (EC. Ribérac), 9° Gillain (VC. Paris), 10° Loubriat F. (CC. Sarlat).

grignols (départ)

Départ de course à Grignols avec le RCM

Prix des fêtes de Grignols (22 juillet)
1° Eric Dupré (SC. Périgord), 2° Galy (CC. Marmande), 3° Galles (Girondins de Bordeaux), 4° Gomes (US. Bouscat), 5° Bernard Mazeaud (Pédale Faidherbe), 6° Malbreil (VC. Ruthénois), 7° Bégout (ASPTT. Périgueux), 8° Jean-Pascal Arretche (ASPTT. Périgueux), 9° Top (Pédale Faidherbe), 10° Peyrefiche (ASCA. Bergerac).
A Saint-Etienne de Puycorbier (29 juillet)
1° Jean-Michel Borderie (EC. Foyenne), 2° Dumas (CC. Chalais), 3° Lescure (EC. Foyenne), 4° Doumenge Roger (EC. Foyenne), 5° Jean-Marie Valade (EC. Foyenne), 6° Lurgo (AC. Barbezieux), 7° Geoffroy (EVCC. Bergerac), 8° Calmette Serge (UC. Montpon), 9° Jayat (CC. Périgueux), 10° Aznar (VC. Fumel)
A Saint-Pey de Castets (30 juillet)
1° Laurent Moretti (CAM Bordeaux), 2° Travert (ASPTT. Chartres), 3° Chagneau (VC. Bourges), 4° Chatelas (Agen), 5° Talayssat (AS. Facture), 6° Fournier (US. Bouscat), 7° Grandet (AS. Saint-Médard), 8° Millet (RC. Mussidan), 9° Branas (AS. Saint-Médard), 10° Bousquié (VC. Ruthénois).
Prix des fêtes de Beaupouyet (5 août)
1° Maxime Cazeau (AC. Bon-Encontre), 2° Christian Darrin (SC. Périgord), 3° Olivier Chouarche (Tarbes), 4° Top (Pédale Faidherbe), 5° Bibié (ASPTT. Périgueux), 6° Tiemblo (CC. Chalais), 7° Denis (ASPTT. Périgueux), 8° Bégout (ASPTT. Périgueux), 9° Guérin (CC. Marmande), 10° Foulquier (EVCC. Bergerac).

Larénie Stéphane

Prix des fêtes de Issac (20 août)
1° Laurent Orion (AS. Facture), 2° Le Pemp (ASPTT. Périgueux), 3° Gouloumes Jean-Michel (UC. Brive), 4° Naïbo P. (AC. Bon-Encontre), 5° Le Gac (AS. Kerpont), 6° Gouloumes JP (UC. Brive), 7° Gervais (ASPTT. Périgueux), 8° Lanneau (US. Juvésy), 9° Bodin (CC. Sarlat), 10° Estève (Pédale Faidherbe).
A Saint-Michel de Double (30 septembre)
1° Stéphane Larénie (CC. Sarlat) - notre photo, 2° Dumont (US. Talence), 3° Ribette Cyril (Cahors), 4° Delmon (CC. Périgueux), 5° Dagot (SC. Caudrot), 6° Gazeau (AC. Bon-Encontre), 7° Pérez (UC. Gradignan), 8° Raymond (Pédale Faidherbe), 9° Top (Pédale Faidherbe), 10° Melchior (RC. Mussidan).

QUELQUES GRANDS DE LA SAISON 90

Greg Lemond, Claudio Chiappucci, Erik Breukink, Thierry Claveyrolat, Olaf Ludwig, Catherine Marsal, Rudy Dhaenens, Johan Bruyneel, Gianni Bugno, Marco Giovanetti, Frans Maassen, Sean Kelly, Miguel Indurain, Robert Millar, Gilbert Duclos-Lassalle, Gérard Rué, Stephen Roche, Charly Mottet, Laudelino Cubino, Adri Van des Poel, Eddy Plankaert, Rolf Sörensen, Franco Ballerini, Moreno Argentin, Thomas Wegmuller, Eric Van Lancker, Gilles Delion, Philippe Louviot, Laurent Fignon, Jan Svorada, Laurent Biondi.

CEUX QUI BRILLENT EN PERIGORD

Nicolas Fiacre (ASPTT. Périgueux), Romuald Lagorce (ASPTT. Périgueux), Jacques Dubost (SC. Périgord), Didier Dutertre (CC. Périgueux), Claude Dudrat (EVCC. Bergerac), Didier Lezoray (CCP. Nontron), Elisabeth Chevanne-Brunel (Pédale Faidherbe), Victor Melchior (RC. Mussidan), Christophe Nietzeba (ASPTT. Périgueux), Christian Darrin (SC. Périgord), Jacques Dupouy (VC. Monpazier), Jean-Claude Mespoulède (ASPTT. Périgueux), Michel Thomasson (CC. Périgueux), Vincent Boissarie (Guidon Terrassonnais), Jérôme Paul (CC. Périgueux), Eric Loubet (EC. Ribérac), Kamel Guéchida (CC. Périgueux), Jean Geoffroy (EVCC. Bergerac), Julien Fiacre (ASPTT. Périgueux), Nicolas Labrousse (EC. Ribérac), Eric Dupré (SC. Périgord), Stéphane Larénie (CC. Sarlat), Sylvain Rieublanc (RC. Mussidan), Stéphane Dutertre (CCP. Nontron), Claude Denis (ASPTT. Périgueux), Stéphane Lavignac (CC. Périgueux), Michel Larpe (CCP. Nontron), Bernard Mazeau (Pédale Faidherbe), Michel Courbalay (JS. Astérienne), Alain Gendreau (CC. Montpon), Alain Buffière (Pédale Faidherbe), Maurice Loustalot (CCP. Nontron), Jean-Paul Raymond (Pédale Faidherbe), Daniel Delmon (CC. Périgueux), Michel Lafagne (Pédale Faidherbe), Jean-Jacques Blancheton (UC. Montpon), Jean-Claude Delage (CC. Montpon), Charly Denis (ASPTT. Périgueux), Christian Top (Pédale Faidherbe), 

LES VEDETTES DU SUD-OUEST

Thierry Ferrer (UC. Brive), Philippe Mondory (Cycle Poitevin), Fernand Lajo (US. Bouscat), Didier Rous (UV. Auch-Lectoure), Michel Commergnat (UV. Limoges), Pierrick Gillereau (Cycle Poitevin), Stéphane Dief (AS. Facture), Henryck Sobinski (UV. Auch-Lectoure), Vincent Guillout (UV. Limoges), Philippe Escoubet (Cycle Poitevin), Eric Loubère (Stade Montois), Patrick Bruet (US. Montauban), Alain Cessat (CRC. Limoges), Olivier Ouvrard (Cycle Poitevin), Dominique Péré (Guidon Agenais), David Escudé (US. Montauban), Claude Jehanno (US. Montauban), Alain Liaigre (VC. Charente-Océan), Eric Valade (EC. Foyenne), Christian Magimel (UC. Brive).

AUTRES COURSES DU RC.MUSSIDAN EN 1990

16 septembre Prix du comice à Mussidan
1° Stéphane Larénie (CC. Sarladais)

VÉLO DORDOGNE - MUSSIDAN (35) © BERNARD PECCABIN
Prochain épisode : 1991 : La disparition d’Henri Martin lors de l’année du cinquantenaire du club

Posté par Bernard PECCABIN à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2021

NONTRON AVEC LES MOUSSEAU (suite)

LA SAISON 1949 DE CLAUDE MOUSSEAU

1949 côte Moulin blanc en tête Mousseau et le motard Yves Mousseau juste devant la voiture

La côte de Moulin Blanc maintes fois empruntée, ici avec Claude Mousseau en tête

- Cette saison 1949 constitue un grand tournant pour la carrière de Claude Mousseau. Cette saison voit en effet éclore de jeunes talents qui deviennent de grands champions à l’image de Fausto Coppi qui remporte lui la Grande Boucle. Certes nous n’en sommes pas là, mais qui aurait prédit que des garçons comme Vivier et Brun allaient devenir les champions que l’on a connus ? Et il n’était pas interdit de penser que le jeune Mousseau lui aussi allait rentrer dans la légende. Car partout où le Claude courait, partout celui-ci ramenait la gerbe. Mieux il était en mesure de rivaliser avec des coureurs aguerris comme Fourgeaud, voire Commerie. Equipé par les cycles Rochet, Claude nous démontre tout son talent et parvient à épater Yves, son directeur sportif de père. Partout le Périgord vert s’enflamme au départ de chaque épreuve, avec toute une cohorte de public qui observe avec des yeux de chimère l’évolution de ces trois diables de coureurs : Mousseau, Vivier et Brun. Une période dorée est en train de s’écrire, une période pleine de souvenirs où chaque fête rythmait avec la course cycliste.
- Avec du recul on peut mesurer la valeur du jeune Mousseau qui bat un Jacques Vivier qui trois ans plus tard, prendra le départ d’un Tour de France pour gagner une étape à Limoges en 1952 puis à Vannes en 1954.
-
Lire et voir la saison de Marius Duteil en 1949.
- Revoir la saison 1948 à Nontron.

- L'ERE NOUVELLE 1946-1953 : L'immédiat après-guerre marque la période dorée du cyclisme. Celle des très grands champions, au-dessus de laquelle, pourtant, plane la présence d'un seul homme. Celle d'un Fausto Coppi, peut-être le plus grand coureur de l'histoire, en tout cas la personnalité dominante de cette époque. Au-delà d'un palmarès fabuleux, il était surtout l'homme des légendes. Celle d'une vie tumultueuse, tout d'abord, tant sur le plan privé que dans les malheurs qui ne cessèrent de perturber sa carrière. Celle ensuite d'un coureur hors pair, capable des coups d'éclat les plus géniaux. Une cinquantaine de ses succès les plus marquants furent ainsi menés au terme de longues échappées solitaires, et à l'époque, c'est un peu lui, Coppi, qui décidait du sort des courses auxquelles il prenait part. Au-delà du champion, Fausto Coppi était également un grand professionnel qui fit avancer considérablement le cyclisme. Il était un perfectionniste et permit à son sport de sortir de l'empirisme où il se confinait depuis toujours. Coppi fut le premier à effectuer des recherches dans le domaine de la diététique et révolutionna les méthodes d'entraînement. Il changea ainsi complètement par la même occasion l'image du champion cycliste, enfin devenue, au début des années cinquante, plus valorisante. Le grand mérite de Coppi est sans conteste d'avoir marqué à ce point sa génération, alors qu'elle était sans aucun doute la plus riche qu'ait jamais connu le cyclisme. Ses adversaires se nommaient Bartali, Kubler, Koblet, Van Steenbergen et Bobet, pour l'essentiel, soient quelques uns des plus grands de tous les temps. Leurs luttes valurent au cyclisme à la fois d'atteindre le sommet de sa popularité, dans ses pays de tradition, l'Italie, la France et la Belgique, mais aussi d'effectuer un dernier pas décisif, vers son aspect moderne. Les moyennes atteignaient les sommets, les tactiques de course avaient changé. Une seule anecdote pour situer le niveau de l'époque : un champion de la dimension de Louison Bobet dut attendre sa 6° participation, à 28 ans, pour remporter enfin le Tour de France, après des années de travail acharné. Autre signe de richesse de cette période. En 1953 alors que Fausto Coppi venait tout juste à 34 ans d'endosser son unique maillot arc-en-ciel de champion du monde, le futur grand de la génération suivante faisait son apparition. Jacques Anquetil, vainqueur à 19 ans de son premier Grand Prix des Nations.

1949 quartier nord 49 départ

Départ de course quartier Nord de Nontron

AU FIL DES RÉSULTATS DE CLAUDE MOUSSEAU

NOUVEAU TRIOMPHE DE MOUSSEAU A VARAIGNES

1949 Varaignes 49

Départ de course à Varaignes en 1949

- Le jeune espoir du Vélo-Club Nontronnais ne veut pas décevoir ses innombrables supporters et amis ; une fois de plus sa classe s’affirme et il triomphe magistralement à Varaignes, sur un lot très relevé de coureurs. Vingt-cinq coureurs au départ de la course. En plus des Nontronnais et de quelques membres de la Pédale Faidherbe, nous notions la présence de nombreux coureurs d’Angoulême et de Poitiers. Monsieur Raoult, président du VCN libère les coureurs à 15h00.
- Dès le départ l’allure est rapide, les Charentais voulant prendre la direction de la course, attaquent dès le début et nous notons quelques échappées très courtes d’ailleurs, mais tout rentre dans l’ordre. En bas de la côte de Marthon, Claude Mousseau qui jusqu’à présent n’avait pas montré d’intentions belliqueuses, s’échappe, lâche irrésistiblement tous ses adversaires et prend trois à quatre cents mètres d’avance.
- Derrière la chasse s’organise, mais le jeune Coco, qui sent que le trou est fait et que son échappée est bonne, poursuit son effort et accentue encore son avance. Au premier passage à Varaignes, il possède une minute sur le peloton. A ce moment Klabinski d’Angoulême qui sent que la course se joue, fausse compagnie au peloton et part à la poursuite de Mousseau. Quelques instants plus tard, Barguenio et Bourgoin s’échappent à leur tour.
- Un peu avant Montbron, Klabinski rejoint Mousseau, tandis que derrière le peloton s’étire et du fait de l’allure très rapide de la course, les abandons sont nombreux. Nos deux échappées continuent leur effort et améliorent sans cesse leur avance sur le peloton. Derrière eux, à environ 300 mètres, Barguenio fournit une très belle course, faisant 60 km tout seul sans pouvoir rejoindre les deux hommes de tête. Son compagnon d’échappée Bourgoin ayant lâché au bout d’une dizaine de kilomètres.
- Rien ne changera jusqu’à l’arrivée. Claude Mousseau lâchera irrésistiblement Klabinski dans la côte de Varaignes et gagne avec une centaine de mètres d’avance, couvrant les 98 km du parcours en 2h38’, le troisième Barguenio (VCN) à 35 secondes, un peloton d’une dizaine de coureurs à six minutes puis les retardataires et les malchanceux.
- Une fois de plus Claude Mousseau donne une victoire à son club, le VC Nontron et aux cycles Rochet. Nous ne saurions encore le féliciter de sa belle victoire, cela finirait peut-être par le gêner, mais nous avons constaté que de jour en jour sa classe s’affirme et surtout que sa science de la course s’améliore sans cesse. On a vu courir non pas un jeune, mais presque un vieux routier.
- Il nous faut féliciter également le jeune Barguenio qui en ce moment fait des progrès constants. Comme nous l’avons dit plus haut, il fit 60 km tout seul à 300 mètres des deux hommes de tête, et il est dommage qu’il n’ait pas pu partir en même temps que Mousseau, car il méritait la place de deuxième. Nous tenons avec Barguenio un excellent coureur qui fera parler de lui et on peut le mettre avec les As du VC Nontronnais, les Mousseau, Vivier, Brun, Sallat.

1949 Varaignes 49 bis

La gerbe pour Mousseau à Varaignes

 LES TROIS ESPOIRS DU VC NONTRON MOUSSEAU, VIVIER et BRUN
obtiennent un nouveau succès au GP du quartier Nord

1949 départ quartier nord

Départ de course à Nontron quartier Nord

- Vingt-cinq coureurs au départ du 2° GP du quartier Nord, parmi les quels Dussoulier le crack de Saint-Junien et favori de l’épreuve, Lascaud le Périgourdin dont la renommée n’est plus à faire ; du Limougeaud Dominguez bien connu dans le Limousin et quelques Angoumoisins venus tenter leur chance en Dordogne. Une grande partie de l’équipe du VCN était présente et parmi eux le trio Mousseau, Vivier, Brun qui portait malgré la présence des ténors, l’espoir des spectateurs.
- Dès le début les coureurs s’observent et Lascaud enlève la première montée de la côte de Nontron. Le peloton s’étire au deuxième passage à La Maladrerie. On ne compte plus en tête qu’une dizaine de coureurs. Déjà Dussoulier puis Lascaud tentent tour à tour de s’échapper en compagnie de Vivier et de Brun, malgré la réaction violente de Dussoulier et de Lascaud.
- Nos trois jeunes attaquent la côte de Nontron avec une trentaine de mètres d’avance et accentuant celle-ci, ils passent en haut de la côte avec 30 mètres d’avance. Désormais la course est jouée, nos trois hommes améliorent sans cesse leur avance. Derrière, seuls Dussoulier et Lascaud font de gros efforts pour revenir, mais sans pouvoir rejoindre les échappés.
- A l’arrivée nous assistons à un sprint éblouissant entre Mousseau et Vivier, mais finalement c’est Claude Mousseau qui triomphe de son camarade d’échappée d’une dizaine de mètres et enlève ainsi la course.

1949 quartier nord protocole 49

Mousseau vainqueur au quartier Nord, à gauche Michel Brun

COMMERIE TRIOMPHE AU 4° GP DU CANTON
Le trio Nontronnais, Mousseau, Vivier et Brun animent l’épreuve

- Disputé le premier dimanche d’octobre à Nontron, le 4° Grand Prix de la commune libre du canton se parcourait sur le trajet Nontron-Javerlhac à couvrir cinq fois, soit 125 kms. Une trentaine de coureurs se présentèrent au départ, parmi lesquels Danguillaume de Tours, le favori de l’épreuve Commerie deux fois vainqueurs, Duteil vainqueur l’an passé, Lacoste, les Limougeauds Guitard et Rigout, le Mussidanais Zaccaron, etc... En plus de ces cracks de nombreux jeunes étaient venus tenter leur chance parmi ceux-ci nous notions naturellement la présence des trois espoirs du VCN, Mousseau, Vivier et Brun.

1949 tour canton 49

Les coureurs lors du Tour du canton de Nontron

- Dès 15h00, le départ fut donné par M. Raoult président du VCN. L’allure est rapide et le train va de 40 à 45 km/h de moyenne. Après le premier passage à Javerlhac, Mousseau, Danguillaume et Vivier secouent tour à tour le peloton mais rien de décisif n’est fait. Dans la côte de Nontron montée à vive allure, le peloton s’étire. Commerie enlève la prime et à ce moment Mousseau attaque emmenant dans sa roue Vivier et Brun, sentant le danger. Commerie saute dans leur roue, prenant rapidement une centaine de mètres, nos trois jeunes se rendant compte que l’échappée peut être bonne, fonce vers Javerlhac, lieu où ils possèdent près de deux minutes d’avance. Se relayant parfaitement, Mousseau, Vivier et Brun roulent constamment à 45 à l’heure. Commerie qui sent peut-être que l’échappée ne pourra tenir jusqu’au bout, ménage ses forces et aide très peu nos jeunes. Mais derrière, le peloton que secouent Danguillaume et Dussoulier chasse très fort pour rejoindre les fugitifs. Pendant deux tours nous allons assister à un véritable match poursuite où le peloton roulera au maximum pour rejoindre les échappées. Au troisième tour après le passage à Javerlhac, nos trois fuyards qui sentent que la victoire des jeunes ne peut leur échapper ralentissent légèrement leur train, aussi les poursuivants comblent régulièrement leur retard. Peu avant Nontron, Vivier distance légèrement ses camarades et enlève la première place du classement des jeunes. Mousseau enlève la deuxième place au sprint devant Brun. Puis Commerie, Mousseau, se laissent absorber par le peloton, tandis que Vivier continue seul en tête. Brun, lui ne continue pas. Le quatrième tour est toujours un match poursuite, le peloton rejoindra Vivier à Javerlhac. De Javerlhac à Nontron, Danguillaume essaye plusieurs fois de s’échapper mais ne réussit pas. Et c’est un peloton compact qui se présente à l’arrivée. Nous assistons à un sprint fantastique enlevé par Commerie irrésistible devant Duteil.
- Magnifique course menée à vive allure avec un match poursuite durant trois tours, qui opposa les cracks du Centre Ouest et les espoirs du VCN. Ces espoirs de Nontron qui ont animé la course, mais qui n’ont pu résister aux assauts de Danguillaume qui secoua le peloton avec énergie, ce qui nous valut un arrivée groupé mais avec un magnifique sprint.
Classement : 1. André Commerie sur cycle Rochet, 2. Marius Duteil, 3. Guitard, 4. Danguillaume, 5. Zaccaron, 6. Rigout, 7. Vareille, 8. Vivier, 9. Mousseau (tous dans le même temps).
Classement des jeunes : 1. Jacques Vivier, 2. Claude Mousseau, 3. Michel Brun (tous VCN)
- Une épreuve difficile où le jeune Mousseau parvient à rivaliser avec les ténors, ceci sur un terrain et un parcours particulièrement difficile.

1949 quartier nord 1949

Course du quartier Nord avant le départ où on reconnaît Mousseau et Brun

CLAUDE MOUSSEAU PREMIER A THIVIERS

- Pour la dernière course de la saison, le crack du VC Nontron se déplaçait à Thiviers. Confirmant sa classe et une fin de saison particulièrement brillante, il se montra le plus fort, semblant se jouer de ses adversaires. L’épreuve qui comportait vingt tours de ville fut disputée seulement par une dizaine de concurrents, parmi les quels on notait Bourgoin de Thiviers, Minvielle de Mussidan. Dès le départ, le train est rapide. Mousseau amenant le peloton  qui peu à peu s’étire et au dixième tour, Coco et Bourgoin sont seuls en tête. La course semble jouée mais au 16° tour, Mousseau crève et la victoire qui lui paraissait assurée semble enfuie pour lui. Mais il ne se découragea pas et part à fond, comble peu à peu son retard, passe Bourgoin qui semble peiner et arrive seul sous la banderole. Une fois de plus Mousseau triomphe et fait briller les couleurs du VCN et des cycles Rochet.
- Pour Coco, il ne manque plus qu’un titre pour concrétiser sa valeur, sa classe, c’est le titre de champion du VCN, titre qui se disputera d’ici huit jours à Nontron. La lutte sera dure, entre les trois espoirs que sont Mousseau, Vivier et Brun. Qui l’emportera ? Le pronostic est difficile à faire, pourtant les trois classements à Piégut, Javerlhac et Nontron semblent mieux convenir à Mousseau, plus rapide au sprint. La course promet d’être passionnante et tous voudront gagner, mais puisqu’il en est ainsi, que le meilleur gagne !
- Encore une course où le jeune Mousseau malgré une crevaison, répare sa roue, part à la poursuite des hommes de tête, les rejoint et les distance pour gagner. Une preuve qui souligne bien que ce jeune coureur a de la caisse.

CLOTURE DE LA SAISON AU VC NONTRON
CLAUDE MOUSSEAU CHAMPION DU VC. NONTRON

- Le VC Nontronnais fêtait la clôture de sa saison cycliste. Notre club cycliste qui cette année fit une saison magnifique et dont les coureurs se couvrirent de lauriers sur les routes du Limousin tint à terminer en apothéose cette saison.
- Le matin à 10 heures fut donné le départ de la course du club tenant lieu en même temps de championnat du VCN. Malheureusement certains coureurs comme Vivier et Brun disputant des courses ailleurs ne purent courir cette course fraternelle.
- M. Raoult donna le départ aux vingt quatre concurrents pour la première partie du parcours Nontron-Piègut. Aucun coureur ne présente des signes de velléité et Claude Mousseau gagne au sprint cette manche devant Fourgeaud.
- Après un accueil enthousiaste à Piègut, le départ fut donné pour Javerlhac. Durant ce trajet, plusieurs coureurs, Mousseau, Fourgeaud, Lavaud Paul tentent de s’échapper mais rien de décisif n’est fait et une fois de plus l’arrivée se fait au sprint qui revient encore à Mousseau. Il est regrettable au cours de cette manche, l’abandon de François Sallat suite à des incidents du vélo.
- Enfin le départ fut donné pour la troisième et dernière partie du parcours, Javerlhac-Nontron. Les coureurs s’observent et malgré les attaques continuelles de Paul Lavaud , Rougier, Mousseau et Etienne Fourgeaud, les concurrents arriveront ensemble à Nontron. Nous assistons à un sprint éblouissant qu’enlève encore Claude Mousseau, au milieu d’une population enthousiaste. Claude Mousseau termine brillamment sa saison en enlevant cette dernière course de 60 kms et devient champion du VCN. Mais il est à regretter l’absence de Vivier et de Brun, car nous aurions pu juger lequel de nos trois espoirs était supérieur aux autres. Néanmoins tous nos coureurs sont à féliciter pour leur course, mais nous nommerons les deux jeunes, à savoir Jacques Sallat et Martin, qui ont su tenir tête aux habitués des compétitions.
- Une fois de plus, Claude Mousseau confirme bien qu’il est le coureur qu’il ne faut surtout pas amener au sprint, car à chaque fois, la victoire on le voit lui est acquise...

1949 Mousseau 5

En haut côté gauche Besse et Ventelou, en bas Mousseau et Barguéro

LE BANQUET : A 14 heures un banquet réunissait au Restaurant Feuillade les coureurs et les dirigeants du VC Nontron et tous les amis du cyclisme. Le repas se déroula dans la gaieté. Après le banquet, le président Raoult prononça un discours dans lequel il rappelle l’essor de la société depuis sa fondation, jusqu’à ce jour, il dit entre autre : "et malgré tout depuis seulement trois ans que le VCN est fondé, notre essor peut être considéré comme magnifique, puisque nous nous classons 4° pour le nombre de coureurs et 5° pour le nombre de courses organisées. De plus vous avez porté les couleurs de notre club sur toutes les routes du Limousin, vos victoires sont nombreuses et laissent espérer une nouvelle saison pleine de promesses".
- Le banquet se termina par des chansons et tous se retirèrent heureux de cette magnifique journée passée sous le signe du cyclisme. Après le banquet, les dirigeants du VCN allèrent à Saint-Pardoux applaudir et encourager notre équipe de football qui disputait un championnat. Ils apportèrent ainsi un concours moral de sportifs à d’autres sportifs. Ils montrèrent par ce geste que l’aide morale est nécessaire entre tous les sports et que toutes les sociétés sportives doivent s’aimer et s’épauler mutuellement pour la bonne marche des Sociétés d’abord et surtout pour qu’existe réellement l’entente sportive.

MOUSSEAU S’IMPOSE A CORGNAC

- Fin de saison fantastique du jeune espoir Nontronnais après son titre de champion du club obtenu voilà une semaine. A Corgnac, seize engagés au départ. Et Mousseau attaque dès le drapeau baissé histoire de lâcher Rey de Thiviers, qui court dans son fief. Celui-ci s’accroche désespérément, donnant le meilleur de lui-même pour résister non seulement aux assauts de Mousseau mais aussi à ceux de Farges également licencié au VCN. A l’arrivée Mousseau gagnera devant Farges et Rey de Thiviers.
- Félicitations à notre étoile montante, Claude Mousseau encore vainqueur mais aussi au jeune Farges qui depuis le début de la saison réalise de progrès constants.

QUELQUES GRANDS DE LA SAISON 49

René Vietto, Marcel Lambrecht, Guy Lapébie, Emile Idée, Gino Bartali, Brick Schotte, Ferdinand Kubler, Jacques Marinelli, Roger Rondeaux (Cyclo-Cross), Rick Van Steenbergen, Gino Bartali (Italie), Jean Goldschmitt, Fausto Coppi, Louis Bobet, Robert Chapatte, Jacques Dupont, Jean Diederich, Raphaël Géminiani, Bernard Gauthier, Stan Ockers.

1949 Barguénio, Mousseau, Régeon

Barguéro, Mousseau et Régeon de gauche à droite

CEUX QUI BRILLENT EN PERIGORD

Marius Duteil (CC. Périgueux), Pierre Mounet (CC. Périgueux), Yves Gourd (Stade Foyen), Charles Martin (CC. Périgueux), Guerrino Pontoni (Guidon Agenais), Maurice Pradel (Pédale Sarladaise), Paul Grellety (CC. Belvès), Claude Mousseau (VC. Nontron), Louis Londéro (Brive), André Dupré (Stade Foyen), Guy Allory (UCAP.Angoulême), Daniel Dihars (Stade Foyen), Marcel Dartenset (Pédale Faidherbe), Alfred Macorig (Guidon Agenais), Jacques Vivier (VC. Nontron), Dumon (Pédale Faidherbe).

LES VEDETTES DU SUD-OUEST

Albert Dolhats (Tarnos), Roger Cruzin (CC. Caudéran), René Barrère (CC. Béarnais), Gilbert Ducourneau (Sde Montois), Robert Desbats (CC. Caudéran), André Gavelle (Cycles Girondins), Jacques Moujica (St.Gaudens), Alain Moineau (UC. Arcachon), Tino Sabbadini (VC.Fumel), Jo Bianco (Guidon Agenais), François Palus (FC. Oloron), André Micas (ASPTT. Bordeaux), Abel Trouillet (UC. Arcachon), André Darrigade (US. Dax), Félix Bermudez (Espéraza), Maurice Verdeun (SA. Bordelais), René Garric (Toulouse), André Micas (ASPTT. Bordeaux), Henri Prouzet (Guidon Agenais), Maurice Bertrand (ASPTT. Bordeaux), Stanislas Urbaniack (ASPO), Colette (Chatellerault), Pierre Proust (JP. Saintes), Jean Rinco (ASPTT. Bordeaux), André Joulin (ASPTT. Bordeaux), Armand Darnauguilhem (Caudéran), Christian Garbay (SA. Bordeaux).

RÉTRO VÉLO DORDOGNE - CYCLISME A NONTRON 5 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne - Prochaine édition : Nontron en 1950 et 51

Posté par Bernard PECCABIN à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]