RETRO VELO DORDOGNE

19 juillet 2019

LES MAILLOTS JAUNES QUI ONT TRAVERSE LA DORDOGNE

ILS SONT PASSES CHEZ NOUS EN JAUNE

- Alors que le Tour de France fête le centenaire du maillot jaune, voici tous ceux qui ont traversé notre Périgord avec cette tunique de leader.

114865688[1]

1632924-34656303-2560-1440[1]

Plus Chris Froome en 2017

NOTA : Le Tour de France a visité la Dordogne en 1952, 1955, 1957, 1960, 1961, 1963, 1964, 1967, 1969, 1971, 1973, 1975, 1976, 1977, 1978, 1985, 1987, 1988, 1990, 1994, 1995, 1998, 2000, 2007, 2014 et 2017.

VELO DORDOGNE - TDF EN DORDOGNE © BERNARD PECCABIN
D’autres actualités de Dordogne cycliste sur http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 juillet 2019

1994 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (29° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

15 au 21 juillet 1994

- Le 15 juillet le rythme des courses ne faiblit pas et Christophe Dupèbe (US Dax) qui l’emporte à Dax, tout comme Philippe Benesse (VC Tarnos) à Mauléon, Mareck Kalita (SC Toulouse) à Saint-Paul les Dax, voire Didier Bouquet (Langon) à Villandraut.
- On enchaîne les jours de semaine avec la victoire de David Escudé (US Montauban) à Saint-Benoit, celle d’Eric Fouix (CRCL) à Sommières du Clain, ou encore la gerbe de Christophe Eyrolles (CRCL) conquise à Peymilou, doublée par celle de Daniel Pandelé (CAM Bordeaux) au Pouyalet-Pauillac, tandis que Fernand Lajo conclut en leader à Sainte-Foy la Grande.
- Les toutes catégories clôturent la quinzaine avec Dominique Péré (CAM Bordeaux) vainqueur à Barbaste et Gérard Ianotto (Guidon Saint-Martinois) qui bat à Mont de Marsan Bertrand Guerry (Cycle Poitevin) et Fernand Lajo (Le Bouscat).

TD

La victoire de Philippe Bordenave (Blagnac)  à Ribérac lors du Tour de la Dordogne

- Le 8° Tour de la Dordogne a été remporté par Denis Leproux devant Francis Bareille (Blagnac) et Martin Slanick son équipier de Mantes.

ÉCHOS DE DORDOGNE

- Après le passage du Tour de France en Dordogne, l’actualité cycliste se polarise autour du 8° Tour de la Dordogne dominé par Denis Leproux et son équipe de Mantes qui ont marqué de leur empreinte leur domination. Les équipes engagées : CA Mantes la Ville, Asptt Périgueux, Côtes d’Armor, ASCM Toulon Var Cyclisme), GSC Blagnac, CC Marmande), Pédale de l’Est, AC Léonarde (Bretagne), UV. Limousine, UV Auch-Lectoure, Sélection CD 64, Bretagne, Pédale Saint-Florent, Martigues SC, US. Montauban, US. Saint-Herblain, CD 40, Poitou-Charentes.

Montagrier

Les cinq premiers de la course de Montagrier avec en haut  de gauche à droite le vainqueur
Sébastien Chabreyrou de la JS Astérienne,  Franck Goudeaux (Civray) 2° puis Christian Top,
Sébastien Chabreyrou (Ribérac) et Cyril Peytour (Asptt Périgueux)

- Montagrier (Prix des fêtes en 4.5 juniors et Cartes Vélo par EC Ribérac) : 1. Sébastien Chabreyrou (JS Astérienne), 2. Franck Goudeaux (Civray), 3. Christian Top (Saint-Astier), 4. Sébastien Chabreyrou (EC Ribérac), 5. Cyril Peytour (Asptt Périgueux), 6. Gaumichon (Ambazac), 7. Christophe Granger (Saint-Astier), 8. Bernard Estève (Pédale Faidherbe), 9. Mickaël Enaud (EC Ribérac), 10. JL. Berlugue (UC Montpon), etc...
- Villac (4.5.Vét. Jun par CC Périgourdin) : 1. Grégory Gadou (CRCL), 2. Nicolas Brachet (Nontron), 3. Victor Melckior (Mussidan), 4. Claude Daubisse (P. Faidherbe), 5. Jean-Sébastien Arretche (Cyclisme 24), 6. Galland (Asptt Besançon), 7. Debailleul (CC Gourdon), 8. Christian Top (Saint-Astier), 9. Cyril Fontayne (CC Lindois), 10. Thierry Pecon (Brive), etc...
- Prigonrieux Peymilou (cadets par EVCC Bergerac) 1. Jérôme Jamain (VC Salies), 2. Médina (Hossegor), 3. Eymard (Eysines), 4. Dazat (CC Igny), 5. Descombes (Roue Cadaujac), etc...
- Prigonrieux Peymilou (séniors par EVCC Bergerac) 1. Christophe Eyrolles (CRCL), 2. Bruno Ouvrard (Chasseneuil), 3. F. Bibens (Langon), 4. F. Délias (Langon), 5. Jérôme Fumé (Jonzac), 6. Jean-Christophe Nadon (Côte de Beauté), 7. Bernard Lorenzon (Marmande), 8. Chanconie (CRCL), 9. Bernard Mazeau (Pédale Faidherbe), 10. Christian Arnouilh (EVCC Bergerac), etc...

Ribérac

A Ribérac Olivier Feytou à gauche puis Chonis, Jacouty et Chabreyrou (voir classement ci-dessous)

- Ribérac (nocturne de la ville en 2.3.4 et 5 par EC Ribérac) : 1. Olivier Feytou (UC Montpon), 2. Eric Jacouty (Ribérac), 3. Stéphane Chonis (Ribérac), 4. Christophe Cuménal (Ribérac), 5. Bernard Saeys (CC Wattignies), 6. Bagout (CC Marmande), 7. Nicolas Brachet (Nontron), 8. Didier Bruletout (Libourne), 9. Didier Jayat (EC Ribérac), 10. JL. Bésarion (Le Bouscat), etc...
- Tour de la Dordogne (Nationale élites du 14 au 17 juillet par Asptt Périgueux) : (voir sur ce lien) 1. Denis Leproux (Mantes), 2. Francis Bareille (Blagnac) à 53", 3. Martin Slanick (Mantes) à 1’02", 4. Lionel Guest (Mantes) à 1’12", 5. David Gauthier (Martigues) à 1’43", etc...

VÉLO DORDOGNE - 1994/29° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2019

1969 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (29° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

15 au 21 juillet 1969

- Venant de Mourenx le 16 juillet, le Tour de France fait étape sur la piste de Bordeaux, là où l’Anglais Barry Hoban bat Ottenbros, Guerra, Berland et Rigon. Eddy Merckx reste en jaune devant Pingeon et Poulidor.

Hoban

Barry Hoban lors du sprint à Bordeaux

- Alors que les américains sont sur la lune, nos coureurs attaquent la deuxième partie de ce mois de juillet. A Tarsacq, victoire de Nougué-Dessus (Artix) devant Claverie (Salies) et Latérade (Thézé).
- Très beau plateau à Jonzac où le Palois Roland Lalanne signe une belle victoire devant Dupuch (Bordeaux) à une demi-longueur, Villeneuve (Royan) à trente mètres, puis Luteau (Saintes) et Thomazeau (Pons). Et le lendemain à Bassens aussi il y avait du beau monde lors du prix des fêtes remporté là aussi par le Béarnais Michel Bordères et ceci

Barjolin Daniel 1

en solitaire. Plus tard Masseys (CC Bordelais) franchira la ligne d’arrivée suivi par Cérantola (Villeneuve), Lalanne (Haut de Gan) et Hourdebaigt (Labatut).
- Et voici le retour de Bernard Bourreau à Coutras où il gagne devant Matonneau (Jonzac), Delaunay (Fontenay), Favreau (Jonzac) et Moreau (Mussidan).
- Dans les Pyrénées, Aussenac renoue avec la victoire à Cox devant Kerner (Carcassonne) et Charles Fava (Toulouse). A Bessières succès de Fages (Lézignan) malgré Martelozzo distancé à dix secondes et Zannier (Montastruc) relégué en troisième position.
- A Cérons le Dacquois Dufort est toujours bien là, même si Mirou, Hourdebaigt, Fauquey et Lalanne terminent à ses trousses sans le dominer et se classer dans cet ordre.
- A Duras c’est Daniel Barjolin (Civray) - notre photo - qui bat Serge Lapébie (Cam Bordeaux), Roger Darrigade (Dax), Maurice Laforest (Royan) et l’Agenais Ben Brahim soit encore du beau monde. Ajoutons les victoires de Patrick Panizzon (Eauze) à Caudecoste, celle de Daniel Armango (Muret) à Campsas, d’Orus (Lézignan) à Larrazet, de Guy Dolhats (Tarnos) au prix des fêtes de Saint-Etienne à Bayonne et de Francis Campaner au prix des fêtes de la Madeleine à Mont-de-Marsan. Et pendant de temps l’équipe d’Aquitaine se qualifie pour la demi-finale de la Coupe de France piste.
- En Limousin, ça roule avec le succès de Jean-Pierre Guitard (Puteaux) à Folles où il bat de solides adversaires tels Bordier, Montlaron et Parenteau. L’ancien coureur du Limousin remet ça à Eymouthiers en gagnant devant Rault et Mérigaud de l’UV Limousine.
- Toujours en Limousin, le Foyen Jacques Mazeau gagne à Saint-Bonnet la Rivière, Lebourg (CRCL) à Naillat, Laroudie (CRCL) à Saint-Sulpice les Feuilles, Tardy (Nontron) à Azat le Ris, Buffière (Nontron) à Salon la Tour et Montlaron (Pédale Marchoise) à Bourganeuf.

ÉCHOS DE DORDOGNE

Etape du Tour

L’étape du Tour qui traverse la Dordogne

- C’est l’effervescence en Dordogne avec le passage du Tour de France le 17 juillet. Parti de Libourne, la grande boucle rejoint Brive en traversant le Périgord. De multiples échappées ont eu lieu mais c’est celle qui est née à Chavagnac  (km 173) qui ira à Brive avec Barry Hoban, Dolman, Guerra, Spruyt et Schutz qui se classeront dans cet ordre.
- Le critérium de Saussignac s’organise en Bergeracois sous la férule de Louis Chassaigne et du comité d’organisation de Rémy Charles. Il se déroulera le 16 août avec les meilleurs coureurs du Tour de France.

Image11

A gauche le vainqueur à Ste Sabine Régis Royère, à droite Michel Zanetti (VC Bergerac)

- Grand Prix des fêtes de la Rocald à Sainte-Sabine (VC Bergerac) : 1. Régis Royère (CC Lindois), 2. Michel Zanetti (VC Bergerac), 3. André Leroy (US Ronquoise), 4. Christian Grossoleil (VC Bergerac), 5. Jean-Claude Dazat (CC. Lindois), 6. Jean-Pierre Marchand (CC Lindois), 7. Jean-Pierre Lambert (Bon-Encontre), 8. Gérard Gay (VC Bergeracois), 9. Christian Laval (VC Bergerac), etc...

Image12

A Coly de gauche à droite Ottenwalter vainqueur, le speaker Malgouyat et Proenca (2°)

- Coly (organisation Guidon Sarladais) : 1. Ottenwalter (Viviez), 2. Proenca (Bretenoux), 3. Ulbert, 4. Bros, 5. Basset, 6. Pestourie, 7. Dumon, 8. Durieux, 9. Daubisse, 10. Mahillot, etc...

Image221

Protocole à Saint-André de Double

- Saint-André de Double (UC Montpon) : 1. Jean-Marie Sanz (Libourne), 2. Jean-Pierre Nicot (Sainte-Foy), 3. Jean Manfré (Libourne), 4. Jean-Claude Quéva (Dunkerque), 5. Jean-Paul Sauvignat (Périgueux), 6. Patrick Raymond (Créon), 7. Jean-Pierre Lacaud (Agen), 8. Marie Demarchi (La Réole), 9. Francis Labussière (Chalais), 10. Roger Goureaud (Libourne), etc...

Port Ste Foy

L’équipe Foyenne au complet à Sainte Foy avec de gauche à droite Roulon,
Matignon, Villemiane, Decima, Marbouty, Chassagne.

- A Sainte-Foy, victoire de Pierre-Raymond Villemiane (EC Foyenne) devant Bernard (Girondins), Reaux (Bègles), Manfre (Libourne), Faye, Eyquard, Matignon, Decima, Cerantola, Moro, Chassagne et Roulon.

VÉLO DORDOGNE - 1969/29° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2019

MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (46° partie) 2001

page de gardeNOUS SOMMES EN 2001 ET LE RACING A 60 ANS

- La saison 2001 débute avec les élections à la Fédération Française de Cyclisme. Les candidats qui se présentent à la présidence à Paris n'obtiennent pas assez de voix pour être déclaré élu. Le vote est bloqué. De ce fait Jean Pitallier qui est le secrétaire depuis de nombreuses années et actuellement réélu à la tête de l'Aquitaine se présente. Déjà en novembre, Pitallier déclare qu'il briguerait la place de Daniel Baal, puis quelques temps après il se rétracte. Pour la simple raison qu'il n'est pas sur à l'époque de conserver la présidence régionale. Un échec à Bordeaux, c'est un désaveu vis à vis du pouvoir fédéral, donc à ce moment là Jean Pitallier annonçait par prudence qu'il n'était plus candidat. Tout ce tapage en faits n'est qu'une stratégie bien calculée. Et c'est ainsi que Jean Pitallier fut élu président de la FFC, en sortant du bois au bon moment, en fin stratège qu'il était et surtout grâce à son succès bien arrangé par ses amis bordelais. Dans ce contexte il abandonne la présidence de l'Aquitaine qui lui a servi à se propulser, sans démissionner du comité directeur pour éviter une partielle susceptible de voir le retour des candidats battus. Patrick Vermeulen devient comme prévu le nouveau président régional. Le scénario qu’on m’avait raconté a bien fonctionné. C’est inimaginable ce que les hommes peuvent faire pour obtenir un morceau de pouvoir, même dans le vélo !

2001 côte du bost

Prix du printemps à Mussidan et un beau peloton sur la cote du Bost

- Ce climat que je déteste, me permet de me consacrer encore plus à l'histoire du Racing. Le Racing en cette saison 2001 subit aussi un revers. Il perd Beaupouyet mais surtout Saint-Médard de Mussidan difficile à digérer. Car Serge s'est beaucoup dévoué pour Saint-Médard, pour son comité des fêtes, pour ses lotos, pour son ancien maire monsieur Peyrefiche. Saint-Médard c'est presque le poumon du Racing, Saint-Médard appartient au patrimoine du club et je comprends la situation des dirigeants du Racing et leur déception.
- Pour tout dire, 2001 ne sera pas un cru exceptionnel au Racing. Et pourtant je voulais que cette année le soit. Je n'arrive pas à terminer l'historique car mes recherches s'éternisent et je me vois incapable de remettre cet ouvrage à l'occasion des soixante années du club qui se fêtent naturellement en 2001 puisque sa fondation date du 18 février 1941. La perte de Saint-Médard, l'anarchie dans les instances régionales, les affaires de dopage, les restructurations du cyclisme, tout semble se mêler pour contrarier l'événement. D'ailleurs il n'y a pas eu d'évènements, si ce n'est que le Racing a continué son bonhomme de chemin, à sa manière et selon ses moyens. Une information tout de même, avec trois nouveaux coureurs dont Bernard Bodin qui dans les périodes glorieuses couraient déjà dans les rangs de l'ESCA. Cédric Thomasson en départementale et le jeune Rémi Mugica sont les nouveaux atouts qui complètent les couleurs au seuil de ce nouveau siècle.

 

2001 Mussidan canada

L'équipe féminine du Canada au départ sur la côte du Bost

- Le 1° avril 2001 je me retrouve au prix du printemps et aux abords de la côte du Bost pour la traditionnelle course d'ouverture. Il y a ce jour-là tout de même quatre évènements, un peu comme si le Racing adresse tout de même un petit clin d'œil complice à son anniversaire. C'est vrai que le club devient sexagénaire et la fête fut réussit. D'abord cent quatorze coureurs au départ, ce qui constitue en cette période tendue pour le cyclisme un événement. Ensuite nous avons la visite du nouveau maire de Mussidan Monsieur Jean-Yves Fulbert, tout fraîchement élu, puis la présence de l'équipe féminine du Canada avec Paula Férirchuck, Julie Hutsebaut, Tara Mulder, Catherine Wilite et Corinne Willock. Pour terminer cette belle fête, Serge Augiéras remet après le protocole d'arrivée la médaille d'honneur du RCM à ses dévoués signaleurs Patrick Faurie, Paul Rouby, Jean-Claude Blanchard, André La Gargasson et Claude Delors.

2001 le bost

Départ du prix du printemps à Mussidan le 1° avril 2001

LE BUREAU DU RCM POUR 2001.

Présidents d'honneur : M. Jean-Yves Fulbert (maire), Président actif :M. Serge Augiéras, Vice-Président : M. Jacques Martin, Trésorier : M. Claude Frare, Secrétaire : M. Pierrette Augiéras, Membres : Jean-Claude Blanchard, Jean-Claude Delord, Patrick Faurie, André Le Gargasson, Paul Rouby, Jean Jouannet, Jacques Lavaud. Cadre technique : Jean-Pierre Barrat. Coureurs : Victor Melchior, Rémi Mugica, Bernard Bodin, Cédric Thomasson, Clément Couzy, Christophe Lauzet.

2001 Mussi

Visite de Jean-Yves Fulbert nouveau maire de Mussidan  au cours du prix du printemps

- Le 14 juillet la nocturne des champions nous donne un vainqueur qui fête aussi son anniversaire avec Franck Champeymont né lui le 14 juillet 1974. Pour ses 27 ans, Champeymont décide de s'offrir des fleurs et une coupe, celles qui reviennent à l'heure du feu d'artifice au vainqueur de cette classique estivale. Ce jour-là au Tour de France, Laurent Jalabert remporte sa deuxième étape. C'est aussi la deuxième fois que Franck Champeymont fête son anniversaire en vainqueur. Au micro l'excellent Christian Bibal assure les commentaires aux côtés d'Alain Chaussat, un grand témoin de cette nocturne puisqu’il vient ici depuis de nombreuses saisons. Et une fois de plus la moyenne de la course nous laisse interrogatif avec un 47,188 km/h signé par l'homme licencié à l'AVC Aix en Provence. Le Tour de France lui se court pendant ce temps sans Richard Virenque, suspendu jusqu'au 15 août. Mais le 20 août le même Richard viendra à Montpon courir un critérium pros organisé par nos voisins de l'Union Cycliste. Quant au Tour c'est toujours Armstrong qui assomme la plus belle course du monde.

2001 Mussidan

Jacques Martin et Pierrette Augièras véritables piliers du club

- L'été passe vite avec seulement trois épreuves (Saint-Louis, Saint-Etienne et Issac). Pas de prix du comice cette année, donc une saison qui se termine à Saint-Michel de Double et qui ne rassemble qu'un modeste peloton d'une vingtaine d'unités.
- Au cours de cette saison je me rends plusieurs fois chez Albert Chaussade. Je lui apporte en été mes écrits provisoires pour la période de 1941 à 1963. Albert Chaussade ne sait pas comment me remercier, mais je comprends son émotion en voyant ses yeux humides qui traduisent quelque chose de bien profond. D'ailleurs il m'adressera encore des courriers après avoir eu un difficile problème de santé. Albert Chaussade c'est aussi la génération de mon défunt père à cinq mois près. Il avait comme lui effectué les chantiers de jeunesse dans les Pyrénées avant de partir en Allemagne comme STO. De plus Albert Chaussade était mécanicien en cycles, mon père aussi, mais lui dans le secteur auto. Ils avaient des points communs qui ne laissaient pas mon esprit indifférent. Jacques Martin s'est également intéressé à mon ouvrage. Il est parvenu à contacter Angel Barquéro pour obtenir des photos et Christiane Gourmelon (l'épouse de François) dans le but d'apporter sa contribution et sa solidarité pour ce que je faisais. Jacques Martin constitue pour moi un personnage clé car il incarne la mémoire de son défunt père Henri et toute la période (de 1966 à 1978) où il a porté les couleurs du Racing. Lucien Sautier aussi apporte sa pierre, sans oublier le docteur Mutel, un passionné de l'histoire locale qui me reçoit à son domicile et qui me raconte de nombreux épisodes des années 1960. Comme vous le voyez, je ne me suis pas ennuyé au cours de cette saison 2001. Le Racing c'est ma drogue et dans mes moments de solitude, loin des circuits, je le retrouve pour le modifier et le transformer sans cesse. Le RACING me permet de voir et de constater toutes les difficultés dans les secteurs de la recherche d'archives, d'informations, dans la mise en page des textes et des photos sur mon fidèle ordinateur qui m'offrent d'énormes possibilités et qui me permet de faire travailler mon imagination. Chaque fois que je relis mes écrits, je les corrige et aujourd'hui encore il y a de nombreux passages qui ne me plaisent pas ou des idées nouvelles qui me germent. Ecrire l'histoire du Racing m'apprend celle du cyclisme du Périgord et d'ailleurs. J'ai ainsi collecté de nombreuses informations sur les journaux au fur et à mesure de mes recherches. Elles me serviront peut-être un jour pour réaliser qui sait autre chose … Aujourd’hui on n’a presque plus de coureurs, les effectifs sont dynamités mais il faut aussi prendre en compte l’évolution des mentalités. Mais le constat réel de notre fédération c’est peut-être d’avoir tout polarisé sur l'élite, une élite qui triomphe sans gloire … et une base qui se retrouve au raz des pâquerettes, un peu comme notre cher Racing après ses 60 années de vie qui s’achèvent ici !
- Le 20 janvier 2002 c'est l'assemblée générale à Mont de Marsan de cette saison 2001. Serge Augiéras quitte la salle, avant la fin de cette réunion, il ne restera même pas pour chercher sa médaille d'argent que le nouveau président Vermeulen veut lui remettre. Serge Augiéras n'est pas un homme qui aime les honneurs. Il est comme de nombreux dirigeants. Il fait parti de ceux qui préfèrent donner que recevoir. C'est tout cela aussi le Racing et ses hommes, qui depuis plusieurs générations servent l'intérêt général du cyclisme au détriment de l'intérêt particulier. La passion, il n'y a rien de plus beau dans la vie et à Mussidan, elle a toujours existé et elle continuera d'exister …

2001 Mussidan rameaux

Les dévoués signaleurs Mussidanais décorés le jour du prix du printemps

NOTA : Les écrits de cet historique ont été terminés le 10 février 2002.

- Il est évident que cette histoire publié actuellement sera apprécié autrement. Car depuis les 60 ans du club, il y eu de nombreuses personnes qui nous ont quittées. Je pense à Serge Mutel le docteur du club et l’élu de la ville, à Jacques Martin cheville incontournable du Racing de cette époque, à Angel Barquéro son robuste champion, à André Daix l’ancien coureur devenu maire de Saint-Germain du Salembre, sans oublier aussi son fondateur Albert Chaussade, soit de gros poids lourds de cette belle époque.

LES COURSES DU RCM EN 2001.

Prix du printemps à Mussidan (1° avril).
1° Eric Confolens (US. Rauzan), 2° Mickaël Szkolnick (AVC. Libourne), 3° Batby (SC. Chemin Long), 4° Rippes (CC. Marmande), 5° Jean-François Guérin (Pellegrue), 6° Michel Besse (AC.Limoges BP), 7° Eric Vouillat (JS. Astérienne), 8° Junqua (UC. Gradignan), 9° Castets (Pellegrue), 10° Pascal de Boussiers (JS. Astérienne).
Nocturne des Champions à Mussidan (14 juillet).
1° Franck Champeymont (AVC. Aix-en-Provence), 2° Bertrand Guerry (Cycle Poitevin), 3° Jérôme Paul (CC. Périgueux 2000), 4° Stéphane Reimherr (CC. Marmande), 5° Pascal Peyramaure (VS. Chartres), 6° Becaas (GSC. Blagnac), 7° Péré (Cahors VS), 8° Moreau (US. Montauban), 9° Balandraud (ASPTT. Montpellier), 10° Yves Beau (Pédale Combs la ville).
A Saint-Etienne de Puycorbier (29 juillet).
1° Eric Confolens (US. Rauzan), 2° Michel Besse (AC. Limoges BP), 3° Bernard Lorenzon (Tonneins), 4° Jean-Jacques Szkolnick M. (AVC. Libourne), 5° Guérin (Pellegrue), 6° Dugarcein (CO. Couronne), 7° Valbuzzi (Sainte-Livrade), 8° Junqua (UC. Gradignan), 9° Florian Ginsou (CC. Périgueux 2000), 10° Emile Faure (CCP. Nontron).
Prix des fêtes de Issac (13 août).
1° Jacques Dubost (EC. Ribérac), 2° Bernard Dubost (UC. Brive), 3° Tonini (Tonneins), 4° Marchioro (EC. Foyenne), 5° Christian Darrin (JS. Astérienne), 6° Castets (Pellegrue), 7° Marostica (Saint-Barthélémy), 8° Janot (VC. Bernos), 9° Eric Vouillat (JS. Astérienne), 10° Didier Jayat (EC. Ribérac).
A Saint-Michel de Double (30 septembre).
1° Jean-François Guérin (G. Pellegruen), 2° Victor Melchior (RC. Mussidan), 3° Martineau (Brive), 4° Bernard Lorenzon (Tonneins), 5° Marc Valentin (CC. Périgueux 2000), 6° Florian Ginsou (CC. Périgueux 2000), 7° Bernard Bodin (RC. Mussidan), 8° Pascal de Boussiers (JS. Astérienne), 9° Jean-Marc Germagnan (JS. Astérienne), 10° Benjamin Dusseau (CC. Périgueux 2000).
4 août Prix des fêtes de Saint-Louis en l'Isle.
1° Jacques Dubost (EC. Ribérac Périgord Blanc)

VELO DORDOGNE - LE RC MUSSIDAN 2001 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 11:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juillet 2019

1994 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (28° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

8 au 14 juillet 1994

M

Mathieu Plessis (Stade Montois) 3°, Christophe Jumbou (VC Oloron) champion et
Arnaud Dublé (SA Mérignac) 2° - Championnat d'Aquitaine des minimes à Laugnac 

- Le Championnat d’Aquitaine des jeunes qui se sont déroulés à Laugnac ont rendu leur verdict. Chez les minimes, Christophe Jumbou (VC Oloron Haut Béarn) a été titré, tout comme Jérôme Laborde (VC Oloron HB) en cadets alors que l’Agenais Gilles Canouet s’accaparait du titre juniors.

C

Régis Toïba (Marmande) 3°, Jérôme Laborde ( VC Oloron) champion
et Pascal Simon (Talence) 2° - Championnat d'Aquitaine des cadets à Laugnac

- Courue le 7 juillet, la nocturne de Tulle permet à Alain Cessat (CRCL) de retrouver le podium. Michel Commergnat (UC Felletin) et Goutal (VC Sansac) occupent les places d’honneur.
- Le lendemain c’est à Tartas que Fernand Lajo (US Bouscat) renoue avec la victoire où il bat Marino Marino Vérardo (CC Marmande) et le Dacquois Christophe Dupèbe. Soixante douze heures après Bruno Bannes (Guidon Saint-Martinois) gagne à Mézos malgré les Camistes Sylvain Minvielle et Dominique Péré respectivement deuxième et troisième. Le même jour à Saint-Antoine de Breuilh la victoire est pour Stéphane Bauchaud (VC Chasseneuil) plus rapide que Fernand Lajo (US Bouscat) et David Marié (Côte de Beauté). Le 11 juillet la nocturne de Castelmoron remet Marino Vérardo (CC Marmande) en pôle position, cette fois devant Jean-Marie Doumenge (CAM Bordeaux) et son frère Mario.

J

Olivier Ducloux (US Bouscat) 3°, Gilles Canouet (Guidon Agenais) Champion ,
Sébastien Dulucq (AS Hossegor) 2° - Championnat d'Aquitaine juniors à Laugnac

- Le 13 juillet à Périgueux les traditionnels 100 Tours des boulevards sont gagné par Patrice Peyencet (CRCL). Le coureur néo-périgourdin s’impose devant Eric Frutoso (US Montauban) et Bertrand Guerry (Cycle Poitevin).
- Chez les deuxièmes catégories on note de nombreuses épreuves et la gagne pour Henry Galy (US Bouscat) à Rochefort, pour Christophe Deluche (UV Limousine) à La Souterraine, succès de Jean-François Morange (AC Uzerche) à Meymac.
- Le 14 juillet le sud-ouest s’enflamme au rythme des fêtes. Christophe Bibens (Mérignac VC) gagne à Morcenx, Marino Vérardo (CC Marmande) à Fumel et Stéphane Eyquard (SC Libourne) à Mussidan.

ÉCHOS DE DORDOGNE

1994 Saint-Antoine Cumond

Passage du peloton à Saint-Antoine Cumond

- Saint-Antoine Cumond (3.4.5 et juniors par CC Chalais) : 1. Lionel Dagot (SC Caudrot), 2. Germain (La Rochefoucauld), 3. Alain Gendreau (Guidon Pellegruen), 4. Mondou (Cognac), 5. Jean-Claude Delage (Pellegrue), 6. Moreau (EC Charente), 7. Talayssat (Bernos), 8. Coulon (AS Saint-Junien), 9. Joseph (Chalais), 10. Guy Thomas (CCP Nontron), etc...

1994 Saint-Antoine Cumond 1

Lionel Dagot vainqueur à Saint-Antoine Cumond,
à sa droite Christophe Granger (St.Astier) troisième

Saint-Antoine de Breuilh (toutes par EC Foyenne) : 1. Stéphane Bauchaud (VC Chasseneuil), 2. Fernand Lajo US Bouscat), 3. David Marié (Côte de Beauté), 4. Stéphane Valade (EC Foyenne), 5. Proux (EC Charente), 6. Jean-Marie Doumenge (Cam Bordeaux), 7. Stéphane Eyquard (SC Libourne), 8. J. Lozach (Ste Livrade), 9. Gorry (Montendre), 10. Patrice Peyencet (CRC Limoges), etc...

100 Tours

Patrice Péyencet (CRCL)  vainqueur aux 100 Tours de Périgueux

100 Tours des Boulevards Périgueux (toutes par CC Périgourdin) : 1. Patrice Peyencet (CRCL), 2. Eric Frutoso (Montauban), 3. Guerry Bertrand (Cycle Poitevin), 4. Vincent Guillout (Toulouse), 5. Christian Magimel (CRCL), 6. Nicolas Fournier (Mérignac VC), 7. Stéphane Eyquard (SC Libourne), 8. JM. Doumenge (CAM Bordeaux), 9. Philippe Mondory (CG Orléans), 10. Gilles Peyran (Le Haillan), etc...
- Saint-Astier (4.5.juniors par JS Astérienne) : 1. Nicolas Brachet (CCP Nontron), 2. Jean-Marie Sybiac (Pédale Faidherbe), 3. Christophe Granger (JS Astérienne), 4. Claude Daubisse (Pédale Faidherbe), 5. Christian Top (JS Astérienne), 6. Sébastien Chabreyrou (JS Astérienne), 7. Camougrand (SA Mérignac), 8. Jérôme Permenas (US Bouscat), 9. Michel Lafagne (UC Montpon), 10. Cyril Peytour (Asptt Périgueux), etc...
- Saint-Astier (minimes par JS Astérienne) : 1. Arnaud Dublé (SA Mérignac), 2. Sébastien Rolait (Bouscat), 3. Godineau (Pédale Faidherbe), 4. Sartoux (VC Ussel), 5. Nicolas Trimoulet (JS Astérienne), etc...
 Mussidan (nocturne des champions par RC Mussidan) : 1. Stéphane Eyquard (SC Libourne), 2. Alain Gendreau (Pellegrue), 3. M. Vérardo (Bouscat), 4. Galy (Le Haillan), 5. Gilles Peyran (Le Haillan), 6. JC Daragnès (G.Saint-Martinois), 7. Poujoux (Pellegrue), 8. G. Daragnès (G.St.Martinois), 9. Gilles Dupré (Le Haillan), 10. Grégory Joubel (Le Bouscat), etc...

1994 Carsac

Petit peloton à Carsac qui renoue avec le cyclisme

- Carsac (toutes par par Cyclo-Club Sarladais : 1. Vincent Guillout (VS Toulouse)

1994 Carsac 1

Vincent Guillout (VS Toulouse) avec Jean-Louis Gauthier

113038850[1]

Périgueux-Bergerac contre la montre, étape phare du passage du Tour en Périgord

TOUR DE FRANCE EN PÉRIGORD : TROIS JOURS DE FOLIE

LES 10, 11 et 12 JUILLET 1994 (résumé)

TDF 1994

3 jours de folie en Dordogne

1994_profil-8[1]

Profil de Poitiers-Trélissac

Parcours Poitiers-Trélissac (218 km) : 11h28 (Vienne) : D741 Poitiers (km 0) - Smarves (km 5) - Roches-Prémarie-Andillé (km 8) - La Villedieu-du-Clain (km 12) - Gençay (km 21) - Saint-Martin-L'Ars (km 43) - Pressac (km 55) - (Charente) : Confolens (km 68) - Chirac (km 82) - Chabanais (km 88.5) - Chassenon (km 94) - (Haute-Vienne) : D54 Rochechouart (km 99.5) - D675 Vayre (km 108-ravitaillement) - Saint-Mathieu (km 116.5) - (Dordogne) : Champniers-et-Reilhac (km 121.5) - Pluviers (km 128-sprint) - Augignac (km 132) - Nontron (km 139) - Saint-Martial-de-Valette (km 143) - Côte de Chez Yonnet (km 146-GPM4) - D939 Brantôme (km 163) - D3 Côte de la Chapelle-Notre-Dame (km 174-GPM4) - Saint-Front-d'Alemps (km 179) - Ligueux (km 182.5) - D68 Sorges (km 186.5) - D705 Savignac-les-Églises (km 193.5) - D68 Cubjac (km 200) - D5 Le Change (km 206-sprint) - Bassillac (km 212) - D5E entrée Trélissac (km 216) - Trélissac (km 218.5).

2_20130629_095152[1]

La foule à Trélissac pour l'arrivée

- Le 1er sprint de bonification du km 12 est remporté par Gianluca Bortolami devant Museeuw. Sur la lancée du sprint, Durand s'isole sur une dizaine de kilomètres mais le peloton ne le laisse pas faire. Après une pause de la course pendant une cinquantaine de kilomètres, Durand fait une 2ème tentative au km 75 avec De Clercq dans sa roue, sans succès. Les tentatives de sortie se multiplient sur ce parcours vallonné.
- Au km 106, Luc Leblanc parvient à sortir au milieu de la bagarre en compagnie de Camargo, Hamburger & Aldag. Aldag et Leblanc sont les mieux placés au classement (Leblanc à 3'20"). Museeuw et Abdoujaparov partent en contre-attaque mais Museeuw ne relaie pas et ils sont repris par le peloton. Les échappés ont alors le champ libre. Au km 128, Leblanc passe en tête le sprint intermédiaire. L'écart grandit jusqu'à 8'10" au km 155, favorisé aussi par une chute dans le peloton qui met à terre, outre le maillot jaune, Martinelli qui finira hors-délais. Ce sont les Mapei de Rominger qui prennent les choses en main.
- A partir de Brantôme (km 160), d'autres équipes prennent la place des Mapei comme les Wordperfect ou les Banesto. A 25 km du but, l'avance des échappés est encore de 5'25" puis 5'17" aux 20 km. Ce n'est que lorsque les GB-MG s'y mettent enfin que l'écart diminue plus sérieusement et que le maillot jaune de Museeuw est sauvé. Aldag passe en tête au sprint du km 206 à 12,5 bornes de l'arrivée. Bo Hamburger démarre en vue de la banderole d'arrivée et gagne l'étape. Ni Aldag, ni Leblanc ne pourront prendre le maillot jaune puisque le peloton est réglé par Magnien à 2'16".

1_20130629_095152[1]

Bo Hamburger premier au pays du foie gras

Le classement de l'étape à Trélissac : 1. Bo Hamburger (TVM/Dan) en 5h09'27" (moy : 42.365 km/h), 2. Angel Yesid Camargo (Col) à 1", 3. Rolf Aldag (All) à 5", 4. Luc Leblanc (Fra), 5. Emmanuel Magnien (Fra) à 2'16", 6. Jan Svorada (Svq), 7. Djamolidine Abdoujaparov (Ouz), 8. Silvio Martinello (Ita), 9. Nicola Minali (Ita), 10. Gianluca Bortolami (Ita), etc...
Classement général : 1. Johan Museeuw (Bel), 2. Gianluca Bortolami (Ita) à 5", 3. Sean Yates (Gbr) à 10"

- L'évènement clé de cette saison 1994 à Bergerac, c'est le passage du Tour de France. Pour la première fois, Bergerac est ville arrivée et ville départ du Tour de France. Sur les 64 kms reliant Périgueux à Bergerac, le chrono est remporté par Miguel Indurain qui prend du même coup le maillot jaune au Belge Johan Museeuw. Sous le soleil, Indurain a démontré toute sa puissance en emmenant un développement de 9,80 mètres, grâce à un braquet monstrueux de 55 x 12 sur la totalité du parcours. D'ailleurs ce 35° maillot conquis en ce lundi 11 juillet, restera sa propriété jusqu'à l'arrivée à Paris. Mais au delà de la performance du Navarrais, signalons la belle organisation de notre Périgord et l'accueil remarquable réservé aux acteurs de cette grande boucle. Ce fut une belle fête, la plus importante que notre Périgord ait connu en matière de cyclisme, avec trois jours inoubliables.

1994 TDF

Luc Leblanc dans le chrono de passage à Marsaneix

Rappel du parcours Périgueux-Bergerac

11 juillet 1994 : Périgueux-Bergerac (64 kms contre la montre). Départ de Périgueux (boulevard Montaigne), Atur, Marsaneix, Vergt, Saint-Georges de Montclard, Lamonzie-Montastruc, Lembras et arrivée à Picquecailloux.
Indurain remet les pendules à l’heure.....
Il avait été battu 2 fois en contre-la-montre sur le Giro (par le russe Berzin).
Certains en concluaient qu’il était sur le déclin.
Miguel Indurain a frappé aussi fort que les autres années.
Le parcours, long de 64 km, était parsemé de longues montées pas bien raides. Le soleil était au rendez-vous (40°).
Tout cela convenait idéalement à l’espagnol, adepte des grands braquets (54x12).
Après 15 km de course, il avait déjà creusé un écart de 55’’ sur son grand rival, Tony Rominger. Il était parti extrêmement vite.
Au bout de 16 km, il avait rattrapé le champion du monde Lance Armstrong (tiens, tiens...) parti 2’ avant lui (l’américain terminera 13ème à 6’23’’).
Finalement, à la vitesse moyenne de 50,539 km/h, Indurain a laissé son dauphin, Rominger à 2’, tous les autres à plus de 4’.
Tony Rominger limite les dégâts...
Le suisse est le seul à ne pas avoir complètement sombré.
Avec 2’28’’ de retard au classement général, il a deux fois moins de temps à rattraper sur l’espagnol que l’année dernière au moment d’aborder la montagne. Il s’estime donc relativement satisfait de ses prestations.
Grande performance collective des Castorama
Cyrille Guimard, le directeur sportif des Castorama, peut être fier de ses hommes.
Armand De Las Cuevas, 2ème en 1992 à 3’ d’Indurain, s’est classé cette année 3ème à 4’22’’.
Un peu en régression. Pas mal quand même.
Thierry Marie (4ème) et Thomas Davy (7ème dès sa 1ère participation à un Tour de France) ont été admirables.
Les battus
Chiappucci est relégué à 8’, Zülle à 9’, Bugno à 10’37’’, Pantani à 10’59’’.
Quant à Johan Museeuw, le maillot jaune, il ne se faisait guère d’illusions. Sa performance a cependant été tout à fait acceptable : 18ème à 7’16’’.
Museeuw participera encore à quatre Tours de France mais ce sera son dernier fait d’armes.
Il se consacrera plus sérieusement, et avec quel bonheur, aux classiques (3 Paris - Roubaix et 3 Tours des Flandres entre autres) et aux championnats du monde (vainqueur en 1996).

1994 TDF Boardman

Chris Boardman dans le chrono à Marsaneix

Le classement de l'étape à Bergerac : 1. Indurain Miguel (Banesto/Espagne) les 64 kms en 1h15'58s, 2. Tony Rominger (Suisse) à 2'00s, 3. Armand de Las Cuevas (France) à 4'22s, 4. Thierry Marie (France) à 4'45s, 5. Chris Boardman (GB) à 5'27s, 6. Bjorn Riis (Danemark) à 5'33s, 7. Thomas Davy (Fr.) à 5'35s, 8. Abraham Olano (Esp) à 5'45s, 9. Arturas Kasputis (Lituanie) à 6'01s, 10. Piotr Ugrumov (Lettonie) à 6'04s, etc...

Classement général après le chrono : 1. Miguel Indurain (Esp), 2. Tony Rominger (Sui) à 2'28", 3. Armand De las Cuevas (Fra) à 4'40".

TDF 1

Michel Manet sénateur maire va donner le départ de l’étape
Bergerac-Cahors avec son adjoint Michel Pelletant

- Le lendemain Bergerac remet les petits plats dans les grands, avec le départ de la 10° étape en direction de Cahors. Une belle journée encore sur les rives de notre Dordogne qui verra Jacky Durand l'emporter dans la préfecture du Lot.

114876145[1]

Hamburger, Indurain et Durand vainqueurs d'étapes de ces 3 jours mémorables

1_20120308_101054[1]

Passage du Tour à Bergerac

12 juillet 1994 : Bergerac-Cahors (160 kms). Départ Place de la République puis direction Lalinde, Pézuls, Le Bugue, Campagne, Les Eyzies, Sarlat, Carsac et Groléjac. Jacky Durand arrive en solitaire à Cahors, Indurain reste en jaune.

113039416[1]

Passage du Tour du côté de Port de Couze

 Jacky Durand toujours à l’attaque.....
Dès le 8ème km, Jacky Durand tente à nouveau sa chance
S’il arrive au bout, il aura parcouru, depuis le début du Tour, 300,5 km devant le peloton.
Cette fois, il se fait accompagner par Hodge, Serpellini et, surtout, Gianluca Bortolami, 4ème du classement général à 5’47’’ d’Indurain.
Les Banesto ne peuvent pas laisser l’italien prendre trop d’avance. Ils contrôlent donc les opérations (4’50’’ d’avance maximale).
1ère victoire française sur ce Tour..
A une dizaine de kilomètres de Cahors, un ennui mécanique retarde Bortolami.
Durand en profite pour passer à l’attaque à 8 km du but. Il n’est plus inquiété et triomphe en solitaire.
Arrivent près d’une minute après lui ses 3 compagnons rejoints par Henn qui était parti en contre-attaque à 45 km de Cahors (avec Colotti et Chiesa).
Le champion de France gagne sur le Tour...
Cela faisait 10 ans que le champion de France en titre n’avait plus levé les bras en passant une ligne d’arrivée d’une étape du Tour.
Le dernier en date s’appelait Laurent Fignon, son directeur sportif, Cyrille Guimard.
Cette année encore, Guimard conduit les rênes de l’équipe Castorama et c’est de loin la formation la plus performante.
Quant à "Dudu", le très populaire lavallois, il ajoute encore une ligne à son brillant palmarès : champion de France 1993 et 1994, cette victoire sur le Tour (il récidivera en 1995 et 1998) "ne sera jamais plus belle que le Tour des Flandres" (1992). "Je me demande toujours comment j’ai fait pour le gagner", affirme-t-il.
Comme d’habitude, en partant 200 km avant l’arrivée, pardi !

113039581[1]

Dans la traversée de la Dordogne à Groléjac, le Tour nous quitte

Le classement de l'étape à Cahors : 1. Jacky Durand (Fra) en 3h38'11", 2. Marco Serpellini (Ita) à 55", 3. Stephen Hodge (Aus) à 59", 4. Gianluca Bortolami (Ita), 5. Christian Henn (All), 6. Jean-Claude Colotti (Fra) à 1'03", 7. Mario Chiesa (Ita) à 1'18", 8. Djamolidine Abdoujaparov (Ouz) à 1'55", 9. Jan Svorada (Svq), 10. Silvio Martinello (Ita), etc...

Classement général : 1. Miguel Indurain (Esp), 2. Tony Rominger (Sui) à 2'28", 3. Gianluca Bortolami (Ita) à 4'37".

VÉLO DORDOGNE - 1994/28° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juillet 2019

JULIAN ALAPHILIPPE EN PÉRIGORD

C’ÉTAIT EN DÉCEMBRE 2010

- Non, ce n’est pas un scoop, mais juste une évocation sur le passage de ce champion dans notre Périgord lorsqu’il était amateur. On ne la pas trouvé pas sur un Tour des cantons de Mareuil, ni sur un Tour de Dordogne, peut-être pas lors d’une épreuve nationale organisée par le VC Monpazier. Mais c’est avec le VC Monpazierois que l’actuel maillot jaune est venu pour courir un cyclo-cross. Celui qui est donc venu à la Roque Gageac, un des plus beaux villages de France est devenu un des plus grands champions actuel. C’était le 19 décembre 2010. Alaphilippe appartenait alors à l’équipe de France juniors et se préparait pour les grandes compétitions hivernales, sous les ordres de Pierre-Yves Chatelon, le successeur de Jean-Yves Plaisance qui lui aussi était venu pour tracer le parcours par amitié à Jean Pitallier et Jean-Louis Gauthier.

4_20140419_134554[1]

Julian Alaphilippe (17 ans) avec Jean-Louis Gauthier

- Le peloton était superbe pour une première dans cette vallée de la Dordogne. Les cinq professionnels annoncés étaient bien présents avec Pierrick Fédrigo, Jimmy Casper, Jean-Luc Delpech, Mathieu Perget et Arnaud Labbe, plus douze coureurs de l’équipe de France Espoirs et Juniors et quelques régionaux. Le parcours était unique, original, avec la montée sur les hauts du bourg par un careyroux avec des escaliers, puis la descente de la mairie pour retrouver le parking du tennis et la partie prairie. D’une longueur de 1,300 km, le circuit permettait aux spectateurs qui étaient venus affronter le froid et la neige, d’assister à un spectacle de grande qualité.
- Dés le départ Arnaud Labbe prenait la direction de course avec le jeune Julian Alaphilippe champion de l’Orléanais et membre de l’équipe de France. Ce dernier âgé seulement de 17 ans va réussir à tenir tête à Labbe pendant 15 minutes, puis le professionnel poursuivait son raid solitaire pour enlever son quatrième succès de la saison de cyclo-cross. Alaphilippe transit de froid, réussissait l’exploit de terminer second, David Menut troisième complétait la grosse performance du club France qui plaçait six coureurs dans le top dix. A l’arrière, les débats étaient très élevés, pour les places d’honneur, même le double champion de France Pierrick Fédrigo s’appliquait pour bien figurer.

5_20140419_134554[1]

Alaphilippe aux côtés de Labbe vainqueur entouré par les autorités
dont Jean Pitallier et M. Peyrat maire de la Roque Gageac

- Le lendemain Alaphilippe prenait le départ du cyclo-cross des Crouchaux à Coulounieix-Chamiers, pour remporter l’épreuve dans sa catégorie juniors. Depuis neuf années sont passées et nous avons tous plaisir de suivre le nouveau parcours de ce champion hors norme du cyclisme français.

Lire le classement sur ce lien.

VÉLO DORDOGNE – JULIAN ALAPHILIPPE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2019

1969 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (28° semaine de la saison)

IL Y A 50 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

8 au 14 juillet 1969

- A Montendre, Jean Thomazeau n’a fait aucun détail pour s’imposer et battre les costauds tels Dupuch, Lesca, Delort et Wilhem. D’ailleurs cette deuxième semaine de juillet est faste pour les courses cyclistes d’autant plus que le 14 juillet tombe un lundi et donne ainsi une journée de plus à notre petite reine.
- Roger Darrigade (Dax), Téchené (Stade Montois) et Borda (Capbreton) est le tiercé final du Grand Prix des fêtes d’Ygos tandis que Leduc (Tarbes), Labarthe (Bayonne) et Lalanne (Haut de Gan) est la bonne combinaison pour le prix de Salies de Béarn.
- On a couru aussi à Bressuire avec Daniel Barjolin souverain devant Vallée (Parthenay). Et puis il y a les nocturnes comme celles de Dordogne où à Périgueux comme à Mussidan on ne s’est pas fait de cadeaux.

100 Tours

100 Tours des boulevards et la table des commissaires à Périgueux.
A droite on reconnaît Yves Perpignan

- A Périgueux, sur des boulevards noir de monde, c’est le Tarbais Leduc qui a triomphé devant Saladier (Vic) et Beuffeuil (Saujon) lire résultats en rubrique échos Dordogne. Faut dire que les Périgourdins que l’on avait qualifiés d’invincibles chez eux, ont bu le calice jusqu’à la lie. Dufort (Dax) termine 4°, Darrigade son équipier 5° et le premier Périgourdin Lucien Sautier n’est que 6°, ce qui souligne bien la déroute des locaux. Heureusement qu’à Mussidan, le même Sautier sauve les meubles en s’imposant en solitaire. Zannier (Montastruc) deuxième à 30 secondes précède Fedrigo et Darrigade (Dax).

mussidan

Sautier (maillot Reneka) vainqueur à Mussidan

- D’autres résultats avec la gerbe pour André (Châteauneuf) à Cognac, celle de Christian Dolhats (Tarnos) au Boucau, de Francis Peyré (Tonneins) à Langon, du Foyen Mazeau à Verteillac, de Claude Vallée chez lui à Parthenay, de Barjolin (Civray) à La Rochefoucauld et de Jean-Pierre Guitard (CSM Puteaux) à Folles.
- Il y a eu aussi à Lesterps près de Confolens les championnats de France minimes, cadets et vétérans. L’Alsacien Richard Kern est sacré chez les minimes, Jean-Pierre Devresse (Flandres-Artois) chez les cadets et André Lesca (Tonneins) chez les vétérans qui réalise le doublé ayant été déjà champion la saison passée.

ÉCHOS DE DORDOGNE

Croix d'Allon

A gauche Ulbert deuxième, à droite Faure lauréat à Sarlat (la Croix d'Allon

- Prix de la Croix d’Allon : 1. JP. Faure (Libos), 2. Jean-Claude Ulbert (Sarlat), 3. Pestourie (Cahors), 4. Ottenwalter (Viviez), 5. Machillot (Villeneuve), 6. Murat (Viviez), 7. Salmon, 8. Fridick (Sarlat), 9. Lidier (Sarlat), 10. Dubouit (Nérac), etc...

Tamniès

A Tamniès, de gauche à droite Laurent (2°), M. Lepinoy, le speaker Malgouyat et Galy vainqueur

- Tamniès : 1. Francis Galy (CC Sarlat), 2. Laurent (Ste Foy), 3. Boisdon, 4. Colliac, 5. Bouchet, 6. Basset, 7. Zoccola, 8. Cluzel; 9. Pinel, 10. Garrigue, etc...
- Eygurande et Gardedeuilh : 1. Maurice Bourdin (EC Foyenne), 2. Pascal Leparc (La Couronne), 3. Serge Monchany (Marmande), 4. Bernard Estève (Ste Foy), 5. Roland Munariz (Monségur), 6. Michel Ramirez (Ste Foy), 7. Guy Roland (Mussidan), 8. Francis Lopez (Créon), 9. Gérard Bélins (Marmande), 10. Régis Prat (Mussidan).
- Saint-Martial d’Artenset (prix de Bénévent) : 1. Bernard Demouret (Mussidan), 2. Bernard Queyrouilh (Mussidan), 3. Serge Calmette (Périgueux), 4. Jean-Pierre Gueybaud (Bergerac), 5. Michel Verger (Belvès), etc...

px

A Périgueux, le protocole avec le speaker Chassaigne lors des Cent tours

- Périgueux (les 100 tours) : 1. Christian Leduc (Tarbes) les 105 km en 2h32’, 2. Saladier (Vic), 3. Beuffeuil (Saujon), 4. Dufort (Dax), 5. Darrigade (Dax), 6. Sautier (Périgueux), 7. Dupuch (Bordeaux), 8. Brux (Tarbes), 9. Laforest (Royan), 10. Démartin (Périgueux), etc...
- Mussidan : 1. Lucien Sautier (Périgueux), 2. Zannier (Montastruc), 3. Fédrigo (Tonneins), 4. Darrigade (Dax), 5. Ribérot (Tonneins), 6. Luchsinger (Périgueux), etc...

VÉLO DORDOGNE - 1969/28° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
ttp://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2019

SAINT-GERMAIN DES PRÈS (course disparue)

D'ANDRE COMMERIE A LAURENT ROUX

Image1

André Commerie premier lauréat et Laurent Roux dernier de ceux-ci à St. Germain des Près

- Entre Thiviers et Excideuil, ce petit village a reçu de nombreux prix des fêtes où les petites catégories s’en sont données à cœur joie. Même Laurent Roux l’ancien pro est venu y gagner en junior et ferme le palmarès de cette commune.

Palmarès connu : 1947 André Commerie (Pédale Faidherbe), 1954 André Commerie (CC Périgueux), 1957 Chauprade (CRC Limoges), 1968 Michel Empinet (VC Lardin), 1963 Claude Hue (CC Périgueux), 1964 Jean-Paul Sauvignat (CC Périgueux), 1969 Claude Denis (CC Périgueux), 1970 Christian Darrin (CC Périgueux), 1972 Jean-Paul Châtain (CC Lindois), 1973 Raphaël Truffy (CC Périgueux), 1975 Bernard Tomiet (Tonneins), 1979 Malavaud (Thiviers), 1981 Pierrick Gillereau (Cycle Poitevin), 1982 Jean-François Chaminaud (Pédale Thibérienne), 1984 Jean-Luc Besse (CC Périgourdin), 1985 Hervé Lavignac (CC Périgourdin), 1986 Bernard Macchelberg (CC Marmande), 1987 Pascal Delestage (Thiviers), 1988 Michel Delestage (Thiviers), 1989 Laurent Roux (Stade Cadurcien).

VELO DORDOGNE – SAINT-GERMAIN DES PRÈS - © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http ://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http ://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2019

MUSSIDAN : HISTOIRE DE SON CYCLISME (45° partie) L'AN 2000

page de garde

 C’EST LE MILLÉNIUM A MUSSIDAN
ET C’EST ICI QUE SE SITUE
LE POINT DE DÉPART DE MA PASSION

- Relire sur ce récapitulatif l’histoire du cyclisme à Mussidan.
- Le RCM en 1992.
- Pour accéder à la saison 1993, cliquez ici.
- La saison 1994 du RCM sur ce LIEN.
- Le Racing-Club de Mussidan en 1995.
- Le Racing-Club de Mussidan en 1996.
- Le Racing-Club de Mussidan en 1997.
- Le Racing-Club de Mussidan en 1998.
- Le Racing-Club de Mussidan en 1999.

2000 Chaussade

Albert Chaussade ancien vélociste et fondateur du RC Mussidan en 1941.
Né en 1922, il êtait ses 78 ans au cours de cette saison 2000.

- Et bien maintenant, on y est en l'an 2000 que l'on croyait si lointain à notre naissance voire même inaccessible pour y parvenir un jour. Le cyclisme a subi sa grande révolution, sa mondialisation, son évolution, sa transformation et sa condamnation. Et c'est cette punition qui hante les esprits lorsque l'on cause "vélo". Le cyclisme dit-on et tout son cortège de démons dont le dopage reste d'actualité. Celui-ci lui colle à la peau comme un morceau de scotch qu'on n'arrive pas à se débarrasser du bout de nos doigts. Chaque progrès de la lutte est dépassé par une découverte des biologistes sans parler de tous les manipulateurs qui profitent de cette manne comme font tous les pourvoyeurs dans le trafic de la drogue. La lutte et le dopage ont l'un par rapport à l'autre toujours une année de retard. Le procès de l'affaire Festina s'est même retourné contre la Fédération, où Daniel Baal a été obligé de répondre à la convocation des juges pour apporter des témoignages qui à priori n'ont pas convaincu les magistrats.

2000 chaussade et sa femme

Mme et M. Chaussade pris à son domicile en 2000

- Au Racing-Club de Mussidan, l'an 2000 n'apporte pas de choses sensationnelles. Avec seulement sept épreuves dans le calendrier, on reste toujours dans le rouge. Il est vrai que ce rouge est une des couleurs dominante du club, mais tout de même … Tenez en parlant de rouge, il y en avait beaucoup de coureurs qui y étaient le 9 avril 2000, lorsque ce jour là, l'équipe de Serge Augiéras revient offrir le prix du printemps aux amateurs avec la traditionnelle côte du Bost à gravir plusieurs fois et où se juge l'arrivée. Albert Chaussade fondateur du club et toujours vivant doit s'en souvenir lui qui l'a escaladé fort souvent, notamment lorsque en 1941 il remporte le titre de Champion de la jeune société. Cette année, la victoire revient à Emmanuel Joubert, un junior du Cyclo-Club Périgourdin 2000, qui l'emporte dans l'emballage final. Le reste du calendrier pour le club c'est ni plus ni moins qu'un remake de la saison passée, mais sans les trois saintes glorieuses de la Double, je parle de Saint-André de Double, de Saint-Etienne  de Puycorbier et de Saint-Michel de Double qui ne figurent pas sur les tablettes du millénium. Donc une fois de plus le Racing rétrécit son champ d'action. Il ne gagne que Saint-Louis en l'Isle qui renoue après dix-neuf années de disette, puisque la dernière course de ce bourg remonte à 1981, l'année où Patrice Dumas le postier l'emportait…

2000 Saint-Louis

Serge Augièras aux commandes du RC. Mussidan depuis 1971

- La nocturne des champions revient à Stéphane Reimherr le chef de file du Cyclo-Club Périgourdin 2000 qui se débarrasse cette fois du polonais Marek Lesniewski vainqueur en 1998 et 3° la saison passée. Les coureurs d'Aubervilliers aiment la nocturne du Racing, pour la simple raison qu'ils apprécient le public, le circuit et ses cent dix tours, la dotation qui c'est vrai tient un rang privilégié. Pour un Polonais le gain de la course de Mussidan transformé en monnaie de son pays, c'est peut-être l'équivalent de trois mois de salaire d'un ouvrier des chantiers navals de Gdansk. Lesniewski vainqueur en 1998, Alexandre Chouffe le nouveau pro en 1999 et cette année Marek 2° et Berthier 6° voilà des exemples de fidélité de ces coureurs de la banlieue parisienne, issus de l'anti-chambre de l'équipe professionnelle de "BigMat Auber 93", habitués à cocher chaque saison cette nocturne de province dans leur agenda de coursiers.

2000 Saint-Louis départ

Départ en 2000 de la course à Saint-Louis en l'Isle

- La course du comice de Mussidan nous réserve une agréable surprise, avec la présence de l'équipe de France féminine juniors dames, de retour du 3° Prix des Côtes du Marmandais (le prix de la Tomate des dames). Sur la route de Paris, Mussidan et son prix du comice constitue une halte agréable pour se remettre en jambes et rouler sous le chaud soleil automnal. Ce prix des côtes du Marmandais avait été enlevé par Rébecca Ménard, une équipière de Zabou qui réside à Douzillac, tout prêt de Mussidan. Les filles s'entraînent dans la perspective des Championnats du monde de Plouay où la France doit se distinguer. Des filles comme Pamela Garnier, Marina Jaunatre, Camille Valla et surtout Juliette Vandekerckhove tiennent la corde pour cette sélection, et c'est pour cela qu'elles profitent de Mussidan pour parfaire leur condition physique. Pour en revenir au prix du comice, c'est devant plus de cinquante concurrents que Victor Melchior réalise un véritable pied de nez à tous les jeunes en remportant une fois de plus la gerbe et à 56 ans s'il vous plait ! Quelle santé, il a ce Victor ! J'ai souvent énoncé dans cet ouvrage les faits d'un certain nombre de mutations et d'aller et retour de coureurs notamment entre Montpon et Mussidan. Le Racing a souvent souffert de ces départs mais à l'opposé si on a un cas de fidélité qui sort vraiment du commun, c'est celui de Victor Melchior, ce coureur de Creysse qui porte depuis 1980 ce maillot rouge et blanc du Racing. Un exemple vraiment à méditer.

2000 St

Serge Augièras avec Jacques Prout maire de Saint-Louis en l'Isle

PARLER DU CYCLISME D’ANTAN

- La saison 2000 pour moi est le prolongement ou la photocopie de la saison 1999. Les problèmes se succèdent aux problèmes d'une réglementation qui ne respecte toujours pas la législation nationale. Nous sommes le cas particulier avec des primes que l'on nous oblige de régler aux coureurs en différé, par le biais des comités régionaux. Et la guerre entre les clubs et le comité directeur persiste. Je me souviens de cette douloureuse période et des échanges de vues entre le président Pitallier et moi-même. Le climat est délétère. Je n'ai plus le goût du cyclisme et je reporte toute mon énergie sur les anciens journaux qu'Henry Gouly m'a donnés. Je parcours et je dévore cette presse de ces années glorieuses dont de nombreux articles d'un certain Albert CHAUSSADE. On parle beaucoup du Racing mais très peu des autres clubs de Dordogne à cette époque.

ET SI JE VOUS DISAIS QUE MA PASSION POUR LE CYCLISME D’ANTAN

JE L’AI ATTRAPÉE A MUSSIDAN, DANS CE REPORTAGE

- Au cours d'un repas chez Serge Augiéras (le soir de la course du comice où l'équipe de France des dames est venue), j'évoque au hasard d'une conversation, le nom de ce monsieur Chaussade. A table se trouvent l'animateur Chaussat et son épouse, le trésorier Frare et sa dame, Serge et Pierrette bien évidemment, mon épouse et moi-même en train de déguster un excellent repas (Pierrette est un fin cordon bleu, j'adore sa pintade rôtie et ses cèpes). Et c'est ce 17 septembre 2000 et à ce moment là que Serge Augiéras répond à mon interrogation en déclarant que ce monsieur Chaussade vit une paisible retraite à Mussidan avec son épouse. Je suis très surpris car dans ma tête, si en 1946 il avait cinquante ans, (ce que je pensais sans savoir pourquoi), il n'était plus de notre monde. J'ai longtemps réfléchi sur Albert Chaussade et cette annonce commence à intriguer mon esprit. Cet homme qui en 1946 (je n'étais pas né) rédigeait tant de piges sur le journal l’Athlète, serait donc vivant !

2000 comice

L'équipe de France féminine au départ du Prix du Comice à Mussidan

 - De retour à mon domicile, je feuillète l'annuaire téléphonique où je découvre nom, adresse et numéro du retraité que je croyais dans un autre univers. Après mûres réflexions, je me décide de lui rendre visite, sans prendre soin de téléphoner au préalable. Je suis reçu par Albert Chaussade qui devient mon homme miracle, car vraiment je ne pensais pas du tout le rencontrer vivant. En vérité Albert Chaussade né en 1922 a pris la direction technique du club après la libération à l'âge de 24 ans. Ce signe de jeunesse ne se rencontre plus de nos jours dans les clubs qui sont tous dirigés par des anciens et c'est pour cela que je me suis planté. Vélociste à la libération, Albert Chaussade prend la succession de son père, dans son atelier de "la Planche", un petit hameau se la commune de Saint-Médard de Mussidan sur la route de Sainte-Foy la Grande. Albert Chaussade me raconte tout ce que sa mémoire a retenu, notamment les débuts du club alors que son épouse m'étale de nombreuses photos de l'époque qui lui restent. C'est à partir de ce jour et de cette rencontre que je décide d'écrire l'HISTOIRE DU RACING. Je détiens de vieux journaux, je peux contacter Albert Chaussade et les dirigeants actuels du Racing, donc je me sens paré pour me lancer dans l'écriture. Les débuts sont laborieux. Je recherche toutes les courses organisées par le club et leur date sur la presse officielle. Mais je suis loin de tout posséder et il faut repartir à la conquête de ce qui manque, notamment pour la période de 1963 à 1981. Je commence à désespérer mais je multiplie mes contacts avec Jean-Philippe Dessimoulies qui me prête toute sa collection du journal "Cyclisme" qu'il détient dans son intégralité, c'est à dire pour la période de 1969 à 1975. Je possède la suite de la collection, c'est à dire depuis l'époque de ma première licence de dirigeant. Reste à trouver les courses de 1962 à 1968, puis surtout tous les résultats de 1962 à 1981 ce qui n'est pas une mince affaire. Ces informations nécessitent de longues heures de travail aux archives départementales. Il me suffit de feuilleter tous les journaux (Sud-Ouest) les uns après les autres, et c'est ce que j'ai fait au cours de cette saison. Mais avec du recul, c'est tout de même plus facile à dire qu'à faire ...

- Ce n'est pas croyable ce que la passion soulève comme énergie pour parvenir à atteindre un but. J'ai traversé des périodes difficiles, avec la tentation de laisser tout tomber, mais il y a toujours derrière ma conscience, cette promesse que j'ai faite à Albert Chaussade, celle de lui remettre cet historique (celui que vous lisez sur ce blog). Je ne peux pas laisser tomber quelque chose que j'ai débuté et qui semble aller sur le bon chemin. Ce sont les tristes heures du cyclisme de l'an 2000 puis de 2001 qui m'offrent la chance de me consacrer à cette histoire, pour oublier celle que je vivais au présent.

2000 Mussidan

Remise de dossards chez les féminines de l'équipe de France juniors

- La saison 2000 se termine par l'assemblée générale du comité de Dordogne. Jean Pitallier n'est point venu, prétextant avoir des engagements ailleurs. Dire que j'ai croisé le fer maintes fois avec cet homme. D'ailleurs je me dis qu'il est impossible que cet homme soit réélu au cours de l'élection qui se présente. Voilà quatre ans, il est passé d'une voix et dernier de la liste. Depuis, sa situation s'est compliquée. A Paris, Daniel Baal le président de la FFC déclare qu'il renonce de briguer un nouveau mandat, n'ayant pas digéré le procès d'intention qu'on lui a fait subir lors de l'affaire Festina. Dans les hautes sphères, la guerre de succession est ouverte. Pour ma part je me présente aux élections du département, mais dans le collège des commissaires et uniquement dans le but de m'occuper exclusivement de ce sujet. Candidat unique au poste, je suis élu sans avoir à en tirer une fierté ou une reconnaissance. A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire … 
- Annie Jouault est réélue présidente du Comité départemental face à Jean Auber cette fois-ci. Battu voilà quatre ans,  je n'ai aucune envie de me représenter à cette présidence, car pour moi, cela ne sert à rien de forcer un destin pour lequel on a déjà échoué un jour(*). Et puis la situation se dramatise, on ne peut plus rien construire pour le cyclisme, les carottes sont plus que cuites, je ne me vois pas tenir une présidence dans une période aussi trouble. De même, je décide de ne plus postuler candidature au Comité d'Aquitaine, suite à toutes les histoires qui se sont passées en cours de saison. Cette saison qui a vu une fois de plus un Lance Armstrong vêtu de jaune à Paris.

(*) J’ai assuré la présidence du comité départemental en 2007 et 2008, mais par intérim, suite à une longue maladie de Mme Jouault et en fonction des statuts. Par la suite, j’ai été mis en minorité lors d’une élection, ce qui confirme le mauvais climat que le cyclisme et ses instances dirigeantes suscitent. Ironie de mon sort, j’ai assumé ma fonction à une époque où Mussidan organisait un championnat de France de l’Avenir, ce qui préoccupait beaucoup les esprits, car ce n’était pas une mince affaire à gérer, mais moi, il l'a fallu que je le gère. Plus facile à écrire qu'à faire, une fois de plus...

- Lors du repas de cette assemblée du comité départemental, le CTR Eric Vermeulen prend place à mes côtés. Au cours de la conversation, il m'annonce que son frère Patrick brigue le mandat de Pitallier si celui-ci n'est pas réélu. Et même il me raconte tant de choses que je préfère y mettre mon mouchoir dessus pour ne pas froisser quelques personnes élues... Je pense que c’est à partir de là que j’ai décidé de ne plus faire acte de candidature au comité régional. J’en avais assez entendu, j'étais dégoûté par toutes ces manoeuvres qui se tramaient sous le manteau. Et c'est de la sorte que se déroulait cette fameuse année 2000, celle du Millénium !

2000 Mussidan comice

Victor Melchior vainqueur du Prix du comice à Mussidan avec Alain Chaussat

LE BUREAU DU RCM POUR 2000

Présidents d'honneur : M. Gérard Jean Chevalier (maire). Président actif : M. Serge Augiéras. Vice-Président : M. Jacques Martin. Trésorier : M. Claude Frare. Secrétaire : Mme. Pierrette Augiéras. Membres : Jean-Claude Blanchard, Jean-Claude Delord, Patrick Faurie, André Le Gargasson, Paul Rouby. Cadre technique : Jean-Pierre Barrat. Coureurs : Victor Melchior, Clément Couzy, Christophe Lauzet.

LES COURSES DU RCM EN 2000

 Prix du comité des fêtes à Mussidan (9 avril).
1° Emmanuel Joubert (CC. Périgourdin 2000), 2° Debenne (US. Talence), 3° Gibert (VC. Tonneins), 4° Rulier (CAM Bordeaux), 5° Prudon (Sainte-Livrade), 6° Szkolnick (AVC. Libourne), 7° Jobit (Sainte-Livrade), 8° Vidal (Langon), 9° Pageat (Sainte-Livrade), 10° Dupin (Tonneins).
A Saint-Médard de Mussidan (4 juin).
1° Stéphane Lavignac (GC. Bergerac),
2° Lozach (UC. Villeneuve), 3° Peyran (Mérignac VC), 4° Delmonteil P. (EVCC. Bergerac), 5° Causse (UC. Villeneuve), 6° Caillaud (CC. Périgourdin 2000), 7° Feytou (GC. Bergerac), 8° Dupré Eric (VC. Bernos), 9° Courbalay Nicolas (JS. Astérienne), 10° Ledoux (UC. Montpon).
Nocturne des Champions (14 juillet).
1° Stéphane Reimherr (CC. Périgourdin 2000),
2° Lesniewski (CM. Aubervilliers), 3° Guerry (Cycle Poitevin), 4° Labbe (Cycle Poitevin), 5° Péré (Cahors), 6° Berthier (CM. Aubervilliers), 7° Pavlov (Albi VS), 8° Nunez (Espagne), 9° Bellicaud (23 la Creuse), 10° Peyencet (CC. Périgourdin 2000).

2000 VH

Jean-Pierre Barrat et Bernard Gazeau (RC Mussidan)  lors de la Valentin Huot courue en tandem

Prix de Saint-Louis en l'Isle (5 août).
1° Alain Castets (US. Bouscat),
2° Bouziani (JS. Astérienne), 3° Szkolnick Mickaël (AVC. Libourne), 4° Szkolnick Jean-Jacques (AVC. Libourne), 5° Ledoux (UC. Montpon), 6° Michaud (UC. Montpon), 7° Grossoleil (GC. Bergerac), 8° Marchioro (EC. Foyenne), 9° Claude Daubisse (JS. Astérienne), 10° Dufilh (UC. Arcachon).
Prix des fêtes de Beaupouyet (6 août).
1° Nicolas Bessières (EC. Lac Vert),
2° Gayant (UC. Bry sur Marne), 3° Carl Naïbo (GC. Bergerac), 4° Blangeois (GC. Bergerac), 5° Béneyrol Jean-Luc (CCP. Nontron), 6° Jacouty (EC. Ribérac), 7° Marches (UC. Villeneuve), 8° Fontayne (CC. Marmande), 9° Gillain (UC. Bry sur Marne), 10° Lamiraud Mickaël (GC. Bergerac).
Prix des fêtes de Issac (14 août).
1° Thierry Michaud (UC. Montpon),
2° Melchior (RC. Mussidan), 3° Mignonneau (SC. Chemin Long), 4° Brun (Saint-Alban), 5° Hupfer (CRC. Limoges), 6° Daniel Dutertre (VC. Arédien), 7° Peyrefiche (GC. Bergerac), 8° Roye (JS. Astérienne), 9° Massoubre (ASPTT. Périgueux), 10° Teyssier (EC. Foyenne).
Prix du comice de Mussidan (17 septembre).
1° Victor Melchior (RC. Mussidan),
2° Jardin (AS. Testerine), 4° Castets (US. Bouscat), 4° Ledoux (UC. Montpon), 5° Szkolnick Mickaël (AVC. Libourne), 6° Legros (VC. Tulle), 7° Bernadou (VC. Langon), 8° Sautier (CC. Périgourdin 2000), 9° Château (CC. Périgourdin 2000), 10° Moratinos (EC. Foyenne).

VELO DORDOGNE - LE RC MUSSIDAN 2000 © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et
http://velodordogne.canalblog.com/
.
Le Racing-Club de Mussidan en 2001.

Posté par Bernard PECCABIN à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2019

1994 - LE CYCLISME, SON ACTUALITE (27° semaine de la saison)

IL Y A 25 ANS EN DORDOGNE ET EN AQUITAINE

1° au 7 juillet 1994

- Le mois de juillet débute très fort avec trois probants succès en Aquitaine le premier du mois. Daniel Boutet (Guidon Saint-Martinois) s’adjuge la nocturne d’Oloron, Gilles Dubois (Mérignac VC) le Prix de la Raze à Bègles et Philippe Mondory (CG Orléans) le prix de Tonneins.
- Le lendemain 2 juillet l’Aquitaine continue de s’enflammer avec encore trois épreuves ouvertes aux toutes catégories. Hervé Lacomme (VC Nay) fait son numéro à Sedzère, Jean-Laurent Cazalens (US Montauban) est admirable d’aisance à Fumel, tandis qu’Alain Cessat (CRC Limoges) enfile les victoires comme des perles en rentrant victorieux de la Ronde de la Cole disputée à La Chapelle-Faucher.

Image11

Alain Cessat, Laurent Mazeau et Philippe Mondory grands vainqueurs de la semaine

- Les jours se suivent et se ressemblent avec ce 3 juillet où Laurent Mazeau (GSC Blagnac) termine non seulement vainqueur du Souvenir Petit-Breton à Boulazac, mais entraîne Bordenave, Bareille et Chauvin ses équipiers dans sa roue et qui terminent dans cet ordre, parachevant la suprématie de club de la banlieue de Toulouse. Et que dire des autres épreuves ? Quelques noms de vainqueurs simplement, comme celui d’Etienne Larsen (Orthez) à  Meillon, celui de Lionel Gauzère (Stade Montois) à Artassenx, de Daniel Mendribil (SA Mauléon) à Ondres, d’Eric Porte (PS Creusot) à Vérac, de Christophe Cuzacq (Stade Montois) à Tercis, de Ludovic Grechi (US Montauban) à Saint-Martial de Nabirat et de Marino Vérardo (CC Marmande) à Brantôme.

ÉCHOS DE DORDOGNE

La côle

Alain Cessat (CRCL) entouré par ses rivaux à La Chapelle Faucher

- Ronde de la Côle à La Chapelle-Faucher (séniors toutes par CC Périgourdin) : 1. Alain Cessat (CRC Limoges), 2. Laurent Mazeau (Blagnac), 3. Patrice Peyencet (CRCL), 4. Francis Bareille (Blagnac), 5. Chevalier (Saint-Florent), 6. Gilles Chauvin (Blagnac), 7. Meunier (UV Limousine), 8. Thierry Chamouleau (Brive), 9. Vincent Guillout (SC Toulouse), 10. Bérard (Blagnac), etc...
- Gour de l’Arche (Quartier de Périgueux/Nocturne des HLM en 4.5.CV par Pédale Faidherbe) : 1. Jean-Michel Sybiac (Pédale Faidherbe), 2. Lamougrand (Mérignac), 3. Laffagne (Montpon), 4. Palet (Nersac), 5. Vidal (Barcelone du Gers), 6. Soular (Nersac), 7. Solacroup (Figeac), 8. Dublé (Mérignac), 9. Daubisse (Pédale Faidherbe), 10. J-Yves Béneyrol (Nontron), etc...
- Boulazac - 7° Petit-Breton en toutes par CC Périgourdin) : 1. Laurent Mazeau (GSC. Blagnac), 2. Philippe Bordenave (GSC Blagnac), 3. Francis Bareille (GSC Blagnac), 4. Gilles Chauvin (GSC Blagnac), 5. Berger (Tarbes), 6. David Marié (Côte de Beauté-Royan), 7. Vincent Sauzeau (Chasseneuil), 8. Didier Bouquet (Langon), 9. Guillaume Destang (CC Marmande), 10. Franck Champeymont (UV Limousine), etc...
- Saint-Pierre d’Eyraud (séniors par EVCC Bergerac) : 1. Eric Baron (CRC Limoges), 2. Stéphane Valade (EC Foyenne), 3. Jean-Laurent Peyrefiche (UC Montpon), 4. V. Chouarche (SC Périgord), 5. Jean-Marc Prioleau (EC Foyenne), 6. Thierry Chamouleau (Brive), 7. Christian Arnouilh (EVCC Bergerac), 8. Victor Melchior (RC Mussidan), 9. Bérard Doumenge (EC Foyenne), 10. Xavier Lamontagne (CAM Bordeaux), etc...

1994 SMA

Départ de course à Saint-Martial d'Albarède (Pédale Faidherbe)

- Saint-Martial d’Albarède (4 et 5 par Pédale Faidherbe) : 1. Jean-Sébastien Arretche (Cyclisme 24), 2. Jean-Christophe Arretche (Cyclisme 24), 3. Jean-Michel Gimeaux (Montpon), 4. Christian Top (JS Astérienne), 5. Denis Bégout (Asptt Périgueux), etc...

1994 SMA 1

Jean-Sébastien Arretche vainqueur avec son frère Jean-Christophe (2°) à Saint-Martial d'Albarède

- Saint-Martial de Nabirat (toutes par CC Sarlat) : 1. Ludovic Grechi (US Montauban), 2. Laurent Mazeau (Blagnac), 3. Thierry Ferrer (Mantes), 4. David Moncoutie (EV Bretenoux), 5. Lozach (Ste Livrade), 6. Alain Cessat (CRCL), 7. Bernard Mazeau (Pédale Faidherbe), 8. Pascal (Brive), 9. Eric Grange (Créon), 10. Nomari (UC Villeneuve), etc...

Brantôme

Au centre, Marino Vérardo lauréat à Brantôme

- Brantôme (toutes par CC Nontron) : 1. Marino Vérardo (Marmande), 2. David Marié (Côte de Beauté), 3. Stéphane Eyquard (SC Libourne), 4. Mario Vérardo (Le Bouscat), 5. Thierry Ferrer (Mantes), 6. Philipe Mondory (CG Orléans), 7. Philippe Escoubet (Cycle Poitevin), 8. Beauchaud (Chasseneuil), 9. Nicolas Fournier (Mérignac), 10. Christophe Lanxade (Montauban), etc...

VÉLO DORDOGNE - 1994/26° SEMAINE © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/

Posté par Bernard PECCABIN à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]