2003 ET DE NOUVEAU PÉRIGOURDIN

2003 DN 2

2003 DN 2 bis

L'équipe DN 2 du CC Périgueux-Dordogne en 2003 avec Stéphane Reimherr

- Le CC Marmandais ayant mis toutes ses billes dans la Division Nationale espoirs, force était de chercher un autre club. Et comme pour son travail, l’épouse de Stéphane ayant elle aussi son port d’attache en Dordogne, notre champion est revenu de ce fait au Cyclo-Club Périgueux 2000 devenu Cyclo-Club Périgueux-Dordogne en ce début de saison 2003.
- Ainsi Stéphane Reimherr est de retour dans une formation de 2° Division Nationale qui comprend douze éléments à savoir : Stéphane Reimherr (seul élite 2) de la formation, puis Patrice Peyencet, Jérôme Paul, Bruno Ceyssat (tous élites 3), Jérôme Roy, Christophe Napias, David Fillon et Christophe Cuménal (tous série nationale) et enfin les espoirs nationaux que sont Sébastien Rolait, Gautier Lance, Arnaud Léger et Guillaume Alvès...

0305S65

Première victoire à Saint-Barthélémy d'Agenais © Sha (collection SR)

- L’Essor Basque a constitué une mise en jambes, sans plus... tout comme le prix Pinel à Montastruc qui se termine lui dans le balai. Il faut dire que cette saison démarre sur les chapeaux de roues avec la Dutorccha, 1° manche de la Coupe de France de DN2. On notera de nombreux abandons, la formation ne pouvant s’entraîner dans de bonnes conditions en ce mois de mars où les coureurs travaillent chez leur employeur et débauchent le soir lorsqu’il ne fait plus jour... Une fois de plus, on constate bien que ce cyclisme manque de parité entre les formations qui ne font que du sport et celles qui doivent concilier le travail et le loisir... C’est à Saint-Ciers et au Blayais que Reimherr commencera à se faire voir, puis au Coux et au Tour du Lot-et-Garonne. Il attaquera sur le redoutable circuit Boussaquin puis se montrera souvent à son avantage au Tour du canton d’Hautefort. Au lendemain d’un éprouvant Tour de Corrèze comptant comme manche de coupe de France de DN2, Reimherr n’avait pas d’autres solutions que de prendre le départ d’un difficile Tour du Périgord, étant coureur élite 2. C’est dans ces redoutables épreuves que "le Stéph" se prépare. Il ne collectionne que quelques miettes de places, tout comme au Tour du canton de Gémozac et à la ronde de la Côle courue sous une pluie continuelle. Et puis fin mai, une chaleur étouffante envahit le Sud-Ouest. Une occasion pour gagner dans son pays à Saint-Barthélémy d’Agenais et ceci pour la première fois de sa vie de coureur.

0305T51

Saillour, Delalande, Reimherr podium du Petit-Breton
à Saint-Front de Pradoux © Sha (collection SR)

- Nous sommes ensuite à Saint-Front de Pradoux au départ d’un difficile Souvenir Petit-Breton où 63 coureurs sont au départ. Dix-sept termineront, sous une fournaise intenable. Finir 3° derrière Saillour et Delalande le Champion de France, constitue pour notre idole une belle performance. Le lendemain à Salignac, le thermostat était encore au rouge. Mais Reimherr aime ça et termine 9° et meilleur sprinter. Puis voilà qu’il remporte le bouquet à Libourne. La forme est bien là ! Huit jours après, belle course du club à Fumel pour le championnat régional où cinq Cécépistes terminent dans les quinze premiers. Dès le lendemain, Reimherr remet ça et remporte sa troisième victoire de la saison au critérium de la ville de Bergerac. La Claude Magni, Razac, Le Bouscat, le Tour du canton de Neuvic, le Tour du Pays de Santon sont les derniers galops avant le Tour de Dordogne qui constituera un grand moment de cette saison 2003, mieux un épisode sportif inoubliable. Mais disons tout de même que Reimherr aura réalisé un gros mois de juin.

2003 Bergerac

Une belle victoire lors du critérium de la ville de Bergerac

- Dans la foulée nous vous invitons à revoir ce Tour Dordogne dont chacune des cinq étapes suivantes :
- 1° étape demi-étape : Mensignac-Mensignac (contre la montre) puis Ribérac-Ribérac (98 km) 2° demi-étape où Reimherr est sacré le plus combatif de la deuxième demi-étape.
- 2° étape : Saint-Laurent des Vignes-Gardonne étape remportée par Reimherr qui accuse un retard de 25 secondes sur le maillot jaune.
- 3° étape : Groléjac-PomportReimherr comble les 25 secondes de retard et devient maillot jaune.....
- 4° étape Boulazac-Boulazac une étape où Reimherr chute à 200 mètres et perd le Tour.

2003 Ribérac TD

Tour Dordogne : en tête avant sa chute dans les rues de la ville

2003 Ribérac TD combatif

Tour Dordogne à Ribérac  : sacré le plus combatif malgré sa chute dans les rues de la ville

LE PLUS BEAU TOUR DORDOGNE
MAIS AUSSI LA PLUS CRUELLE DÉFAITE

- Et bien nous voilà partis pour cette ultime étape, sur laquelle tout le Tour repose. Radio France Périgord et la presse locale ont bien relayé les infos "tous derrière Reimherr" ! Facile à dire, plus difficile à réaliser, mais l'essentiel c'est de se savoir un temps que l'on est suivi et soutenu dans ce Tour. Elles sont tellement rares ces périodes, qu'un sentiment de fierté nous requinque pour nous rassembler, un peu comme il y a deux ans, lorsque Peyencet nous gagnait la finale de Coupe de France. D'ailleurs il n'y a que le vélo qui peut vous procurer ces moments intenses, ces émotions, ces folies qui subliment nos coureurs. Après trois jours de course, le paquebot du Tour semble donc continuer sa croisière au long cours sur un océan agité, comme ce parcours qui se présente de Boulazac à Boulazac, en passant par les chemins de traverse.

2003 Gardonne TD

Tour Dordogne le jour de sa victoire à Gardonne

- Dès l’entame de l’étape, Franck Bigaud menace notre maillot jaune qui n’a que quelques centièmes de secondes d’avance sur Yvan Sartis son rival. Peyencet, Roy et Napias ne peuvent plus suivre et nous ne sommes qu’à Tourtoirac. Mais Reimherr est solide. Il lui reste Jérôme Paul pour gérer les derniers kilomètres et Bruno Ceyssat pas en forme, mais si indispensable pour figurer dans le classement par équipes. Le groupe Bigaud est repris avant un premier passage à Boulazac qui nous donne toujours Reimherr et Sartis au coude à coude. A l’arrivée, alors que les acclamations et les klaxons nous parviennent jusqu’à nos oreilles, les deux hommes sont encore ensemble, lorsque dans la sortie du dernier giratoire, c’est la chute du maillot jaune et la terrible nouvelle, la perte d’un Tour qui était à sa portée. Cette chute c’est un drame, car Reimherr sait qu’il n’est plus maillot jaune, il sait qu’il a tout fait pour gagner, qu’il s’est préparé dur, qu’il a mis tous ses atouts de son côté, que son équipe a trimé sur les 150 bornes chacun des jours, et bing, le truc qui ne doit pas arriver, arrive.

0307E76

Maillot jaune du Tour Dordogne à Pomport © Sha (collection SR)

- Il repart convaincu qu’il faut continuer, se battre jusqu’à la banderole dans un moment où il devait être à 180 pulsations. Il a raison de pester contre ce qu’il lui est arrivé. Cet incident va le marquer et il a 1000 raisons d’être en colère. Car ça change tout. Il aurait gagné son Tour Dordogne, il aurait été le premier périgourdin, il aurait fait "la une" des journaux. La une il l’a pourtant faite, car jamais on a écrit Sartis a gagné le Tour, mais on a plutôt lu Reimherr a perdu le Tour. C’est une colère terrible, bien plus importante que les quelques centièmes de secondes d’écart qui le séparait de Sartis. Reimherr se relève vite, jette un œil sur son vélo, remet la chaîne et repart comme si l’instinct le commandait ainsi. Debout, en danseuse, Reimherr se torture, la tête probablement perdue dans un tourbillon d’illusions envolées, changeant de trajectoire comme si de l’autre côté de cette avenue Paul Vaillant Couturier, cela pouvait devenir moins dur pour finir son escalade. Le visage défait, les cernes profonds, il sait qu’il vient de perdre. Fou de rage il fait valser son vélo au-dessus de la ligne d’arrivée, avant de s’effondrer sur le bitume. Les genoux égratignés, les paumes en sang, il est épuisé et surtout déçu. Sur ses rigoles de ses joues creusées par les efforts et la fatigue, des larmes coulent. C’est dur de terminer ainsi, dur après avoir bossé pendant cinq étapes, dur aussi pour ses équipiers qui l’ont aidé, dur pour son public, dur pour son staff et pour Jean-Claude Porcher dont les yeux humides cachent une grande amertume. Lucide, en pleine forme et en grand patron, Stéphane perd bêtement. Sans doute parce qu’il a cherché à sauter Sartis, histoire de prouver qu’il serait bien le meilleur en faisant sur la ligne la différence, une fois de plus... Le rideau est tiré, les commentaires n’y feront rien, Sartis a gagné parce que Reimherr est tombé, c’est aussi simple que cela ! Il faut maintenant beaucoup lui parler, tout mettre à plat. Tout le monde est accablé. Il faut se concentrer à nouveau pour se relancer sur ce qui reste le positif de ce Tour. L’équipe 5° du général a fait bonne figuration, avec un maillot blanc, un maillot jaune et une victoire d’étape, le tout signé Stéphane Reimherr classé également 5° au général.

0307E77

Protocole à Pomport du Tour Dordogne © Sha (collection SR)

QUINZE ANS APRÈS REIMHERR SE SOUVIENT
TOUJOURS ET NOUS DONNE SA VERSION

2003 Boulazac TD bis

Un terrible moment, celui de la perte d'une grande course par étapes

- Il est évident qu’à chaud, il y a eu la presse, les organisateurs et radio caravane qui ont commenté tous à leur façon cette fin d’étape. Mais qu’en était-il vraiment vu par l’intéressé. Voilà ce qu'il nous dit :
- "Déjà la première étape, je perds une vingtaine de secondes sur une chute, provoquée par la voiture du commissaire de course, arrêtée en sortie de virage, sans visibilité.
- Lors de la quatrième étape, mes coéquipiers (Napias, Peyencet et Roy) ont sauté au bout d’une quarantaine de km, dans la côte de Tourtoirac, et ce sont mes trois copains de Saint Martin de Seignanx (Pascal, Dupèbe et Bécaas) qui m’ont tenu la baraque toute l’étape. Paul n’a pas mis un coup de pédale, et Ceyssat pas plus. On aura fait croire que c’était pour le classement par équipe, moi je pense surtout qu’on n’en était incapable et l’autre n’avait pas l’esprit d’équipe. Malgré tout, j’ai réussi grâce aux trois premiers nommés, plus Masdupuy sur la fin, à revenir sur les échappés dans le circuit final et ainsi pouvoir jouer le classement général.
- Dans le sprint final, en haut de l’avenue, après avoir répondu a toutes les attaques de mes adversaires dans les 15 derniers km, il ne me restait plus qu’à terminer dans la roue de Sartis. Quand le sprint se lance à 200 m de la ligne, il y a des coureurs devant nous, et dans l’effort et dans les pourcentages de la bosse, je n’ai pas beaucoup de temps pour prendre une décision. Je décide de passer à droite de mon adversaire (le finlandais Helminen.) Celui-ci me voit arriver et me tasse sur le trottoir et la voiture garée. Pourquoi ? Je ne le saurai  jamais ! Le commissaire de course se situant juste derrière moi, (M. Audard) a décidé de ne pas faire son travail, en estimant que c’était de ma faute ! C’est une journée qui me hante souvent !!"

0307K12

Victorieux à Mussidan après sa défaite au Tour Dordogne © Sha (collection SR)

UNE SAISON QUI SE TERMINE MAL EN CHINE

- On a vu que le mois de juin a été très laborieux, comme ce début juillet d’ailleurs. Malgré sa cruelle défaite, notre Stèph continue la compétition en terminant 2° à Saint-Astier où Michel Ambrosini l’empêche de réaliser la passe de trois (pour mémoire déjà vainqueur en 2001 et 2002). Puis le voilà présent sur les boulevards de Périgueux la veille de la fête nationale où il aide ses équipiers à l’emporter. Dès le lendemain, il enchaine dans la chaude nuit Mussidanaise où de nouveau il s’impose. Miramont de Guyenne et Montech constitueront ses derniers faits d’armes avant d’embarquer pour la Chine avec une sélection d’Aquitaine.

0307G32

Vainqueur à Saint-Astier en 2001 et 2002, il manque de peu la passe de trois
et termine 2° battu par Ambrosini © Sha (collection SR)

- Loin de l’Europe, il rejoint le centre du pays à l’assaut du Tour du Qinghaï. Une province montagneuse, coincée entre plateaux du Tibet et ceux de Mongolie, là où se faufile l’ancienne route de la soie. Première étape dans les rues de Xining à plus de 2000 mètres d’altitude. Reimherr est encore devant les meilleurs coureurs des formations continentales, mais à un kilomètre du but, il est repris. Le lendemain sur les routes de montagne, il casse son rayon. Réparé par son mécano, il dévale un col derrière les voitures lancé à 80 km/h pour rejoindre le paquet. Hélas, la voiture qui rentre dans la colonne freine d’un coup sec et c’est la chute. Résultat : un coude cassé et une évacuation sur l’hôpital dans cette campagne chinoise peu hospitalière. Dans des bâtiments vétustes, il n’y restera pas longtemps et sera transféré en France.
- Sa saison s’est ainsi terminée le 10 août. Mais Reimherr est occupé, très occupé même car il construit déjà sa maison à Vergt, là où il va s’installer avec Magali son épouse qui va devenir maman. D’ailleurs "le Stèph" se plaît à dire que la veille du Tour Dordogne, il faisait le charpentier sur son toit. Les courses estivales ne verront pas notre valeureux Reimherr sur les routes. Monpazier, Bruch, les Milandes, Lusignan, Vergt, Augignac et la Tomate se feront sans le porte fanion du CC Périgueux-Dordogne. Mais lorsque le classement FFC sort, Reimherr est toujours chez les élites 2 et occupe la 203° position, juste précédé côté Aquitains par Garmendia, Kudashev et Patanchon.

0306M60

Tour du canton de Neuvic : un grand moment avec encore un maillot © Sha (collection SR)

- Cette saison a été très difficile pour les coureurs élites 2. Ceux-ci ont tout d’abord perdu de nombreuses épreuves qui se courent maintenant en catégorie espoirs uniquement, soit au profit de leur nouvelle division nationale. De ce fait, les élites 2 doivent aller loin, très loin parfois pour courir. Et tout se complique pour un coureur qui travaille. De plus la Fédération Française de Cyclisme vient de leur imposer de passer des tests médicaux trois fois par an, dans le cadre du Suivi Médical Longitudinal Contrôlé, soit encore une charge et une contrainte complémentaire. Pour un coureur salarié, obligation de demander de ce fait des jours de congés pour subir ces tests sans parler des frais de déplacements que cette mesure impose. Difficile de s’épanouir dans ce monde du haut-niveau qui se cherche, qui subit constamment des modifications dans sa législation, sans parler des passes droits que certains coureurs obtiennent pour ne pas appartenir à cette catégorie, vraiment la mal aimée du cyclisme français de cette saison 2003, qui constituera pourtant un cru exceptionnel. Son bilan est celui d’un homme hyper actif qui effectue ses heures de travail à la DDE, qui s’entraîne, qui court au haut niveau, qui gagne cinq bouquets chez les grands, qui se maintient en élite 2, qui construit courageusement sa maison, car il sait désormais qu’il va devenir aussi papa début 2004...

- MEILLEURES PLACES DE LA SAISON 2003.

0306A59

Meilleur sprinter à Salignac dans un podium très relevé © Sha (collection SR)

- dans le peloton ronde de la Soule (1° Frédéric Lecrosnier - Jean Floc’h), abandon circuit de la Nive (1° Jésus Vilchez - La Trinitaine), abandon Montastruc (1° Olivier Asmaker - US. Montauban), dans le peloton Trophée des bastides (1° Fabien Rey - Tarbes Bigorre Cycliste), abandon la Dutorccha (1° Jean-François Laroche - Canada), 17° première étape canton Saint-Ciers (1° Evans - VCP/Irlande), dans le peloton deuxième étape Saint-Ciers (1° Jean-François Laroche - Canada), 55° classement général Saint-Ciers (1° Loïc Herbreteau - Bressuire AC), abandon Circuit des vins du Blayais (1° Andréi Ptchelkin - Russie/Moscou), abandon Cénac et Saint-Julien (1° Alain Saillour - UC Felletin), 11° Le Coux et Bigarroque (1° Sébastien Bordes - US Montauban), 31° Tour du Lot-et-Garonne (1° Olivier Asmaker - US Montauban), 12° Circuit Boussaquin (1° Alain Saillour - UC Felletin), 13° Tour du canton d’Hautefort (1° Laurent Estadieu - US Montauban), abandon Tour canton Champagnac de Bélair (1° Gilles Canouet - Jean Floc’h), 8° Mont Villeneuvois (1° Lionel Chatelas - UC Villeneuve), 69° Tour de Corrèze (1° Alain Saillour - UC Felletin), 13° Tour du Périgord (1° Stéphane Auroux - CR4C Roanne), 14° Tour canton Gémozac (1° Tarmo Raudsepp - Nantes 44/Estonie), 52° Ronde la Côle (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux-Dordogne), 1° Saint-Barthélémy d’Agenais, 3° Petit-Breton à Saint-Front de Pradoux (1° Alain Saillour - UC Felletin), 9° et meilleur sprinter Salignac-Eyvigues (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h), 1° Libourne, 13° Championnat d’Aquitaine à Fumel (1° Aurélien Bonneteau - AVC Libourne), 1° Critérium de Bergerac, 7° Razac sur l’Isle (1° Jérôme Roy - CC Périgueux-Dordogne), 6° Saint-Médard de Mussidan (1° David Fillon - CC Périgueux-Dordogne), 4° Le Bouscat (1° Patrice Peyencet - CC Périgueux-Dordogne), 6° Tour du Pays de Santon (1° Fabien Fraissignes - GSC Blagnac), 7° Tour canton Neuvic (1° David Fillon - CC Périgueux-Dordogne), 9° La Claude Magni (1° Arnaud Labbe - Cycle Poitevin), 14° Mensignac-Mensignac Tour Dordogne (1° Maxime Gourov - EC Montmarault), 45° Ribérac-Ribérac Tour Dordogne (1° Mickaël Leveau - VC Rouen), 1° Saint-Laurent des Vignes-Gardonne Tour Dordogne, 8° puis maillot jaune Groléjac-Pomport Tour Dordogne (1° David Simon - La Trinitaine), 17° Boulazac-Boulazac Tour Dordogne (1° Frédéric Delalande - Jean Floc’h), 5° Classement général Tour Dordogne (1° Yvan Sartis - France Police), 2° Saint-Astier (1° Michel Ambrosini - Fonbeauzard Vélo-Club), 8° Périgueux les Boulevards (1° Jérôme Paul - CC Périgueux-Dordogne), 1° Nocturne des champions à Mussidan, 20° Nocturne Faidherbe Périgueux (1° Jérôme Paul - CC Périgueux-Dordogne), 18° Miramont de Guyenne (1° Tomasz Kaszuba - VS Chartres), 5° Montech (1° Gaël Moreau - Bressuire AC), abandon Beaussac (1° Romain Chollet - Cycle Poitevin), dans le peloton première étape Tour du Qinghaï (1° Kam Po Wong - Hong Kong), abandon deuxième étape suite chute au Tour du Qinghaï (1° Mattéo Carrara - Italie), 14° Gentleman la Valentin Huot associé à Canteau (1° Bruno Ceyssat CC Périgueux-Dordogne-Gérald Marot UC. Felletin).

Quelques adversaires de la saison 2003

- Gilles Canouet (Jean Floc’h), Frédéric Delalande (Jean Floc’h), Anthony Langella (Bressuire AC), Sébastien Bordes (Bressuire AC), Jean-Luc Delpech (US Montauban), Olivier Asmaker (US Montauban), Laurent Estadieu (US Montauban), Christian Dupouey (VC Oloron HB), Julien Costedoat (GSC Blagnac), Stéphane Bellicaud (Bressuire AC), Romain Bourrinet (VC Oloron HB), Frédéric Lecrosnier (Jean Floc’h), Carl Naïbo (Bressuire AC), Mathieu Ladagnous (VC Nay), Guylain Friou (AC Jarnac), Fabien Fraissignes (GSC Blagnac), Vincent Dedieu (VC Langon), Vincent Guillout (UC Felletin), Fabien Rey (Tarbes CB), Olivier Cambet (GSC Blagnac), Yvan Becaas (Guidon Saint-Martinois), Jérôme Bonnace (UC Châteauroux), Gilles Zech (Bressuire AC), Loïc Herbreteau (Bressuire AC), Fabien Patanchon (VC Langon), Denis Kudashev (VC Tarnos), Christophe Dpèbe (Guidon Saint-Martinois), Ramuntcho Garmendia (Aviron Bayonnais), Lionel Chateals (UC Villeneuve), Julein Loubet (Saint-Gaudens CC), Alain Saillour (UC Felletin), Benoit Luminet (CR4C Roanne), Arnaud Labbe (Cycle Poitevin), Tomazs Kaszuba (VS Chartres), Mathieu Rémy (CC Marmande), Sébastien Raynaud (CRCL), Stéphane Auroux (CR4C Roanne), Laurent Four (Tarbes CB), Maxime Gourov (EC Montmarault), Yann Huguet (Guidon Saint-Martinois), Michel Ambrosini (Fonbeauzard VC), Nicolas Labussière (VC Oloron HB), Aurélien Bonneteau (AVC Libourne), Willy Perrocheau (CC Marmande), Julien Belgy (Bressuire AC), Vincent Vierge (UC Artix), Yvan Sartis (France Police), etc..

0311E71

Le cyclo-cross, juste un exercice pour s'amuser © Sha (collection SR)

Les licenciés du Cyclo-Club Périgourdin en 2003 : (liste alpha en noir les dirigeants, en bleu les coureurs).
- Allard Benjamin, Alvès Damien, Alvès Guillaume, Amouroux Rodolphe, Audibert Claude, Authier Jean-Louis, Bayssière André, Béneyrol Jean-Luc, Béneyrol Jérémy, Bercouzareau Christine, Bercouzareau Jean-Marie, Bertaux Stella, Boissard Jean-Charles, Boissavy Jean, Boivineau Annaelle, Boivineau Dominique, Boivineau Mélany, Boucher Alex, Boyer Pascal, Canler Nicolas, Canler Paul, Ceyssat Bruno, Château Jérémy, Château François, Château Thibaut, Chateauraynaud Jérôme, Corno Giovanni, Corréia José, Cuménal Christophe, Delage Thomas, Depis Bernard, Dome Jessica, Dutertre Guy, Estève Bernard, Estève Mickaël, Fauchier Alain, Fauchier Cathy, Faure Pierre, Fémandy Francis, Feytou Georges, Fillon David, Froidefond Jean-Charles, Ginsou Florian, Godfroid Romain, Godfroid Xavier, Gouraud Jean-Louis, Lachenaud Alicia, Lacombe Michel, Lajarthe Pierre, Lance Gautier, Landes Fabrice, Lapouge Jacques, Lapouge Sébastien, Lebrun Charles-Henri, Léger Arnaud, Léger Christian, Lezoray Cindy, Maly Christiane, Maly Frédéric, Maly Michel, Martineau Anthony, Napias Christophe, Paul André, Paul Bernard, Paul Christian, Paul Jérôme, Paul Marie-Madeleine, Peccabin Geneviève, Peyencet Patrice, Peyras Joël, Porcher Jean-Claude, Porcher Myriam, Porcher Pascale, Ranoux Mathieu, Ranoux Pierre, Rebeyrotte Nicolas, Reimherr Stéphane, Richez Olivier, Roy Jean-Michel, Roy Jérôme, Sautier Lucien, Sourdy Mickaël, Strugeon Clément, Tanguy Benoit, Valiani Eric, Versos Jonathan, Zampérini Alexandre, Zampérini David.

LIENS SUR LE MEME THÈME.
- Stéphane Reimherr première saison au CC Marmandais -14° partie - 2001)

VÉLO DORDOGNE - STÉPHANE REIMHERR (16) © BERNARD PECCABIN
Prochaine diffusion : 2004 et toujours Périgourdin
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/