- Les cross cyclo-pédestres, c’est ainsi qu’on les appelaient jusqu’à la libération, ce qui est devenu aujourd’hui tout simplement les épreuves de cyclo-cross. Ces épreuves sont nées de l’armée, principalement des messagers qui durant la première guerre mondiale apportaient en vélo les informations de l’Etat-major aux commandants des troupes qui se situaient sur les théâtres d’opérations. Il fallait de la rapidité, de l’adresse, un sens d’orientation et de l’effort pour que chaque vedette parvienne à son but et réalise ainsi sa mission.

Cyclo-cross page de garde

LA FOLIE DU CYCLO-CROSS

CC

- Faut-il rouler, faut-il courir, faut-il porter, faut-il tirer ? Entre ciel noir et boue épaisse, faut-il être si fou pour avoir un vélo et si peu s’en servir ? Comment peut-on être cyclo-crossman ? Ça vous le sauriez si vous aimiez courir dans le froid sur deux roues et à pied, gravir d’affreux chemins et trouver à la cime, la joie bien gagnée d’enfourcher sa machine. Si vous aimiez tout ça, suivez-moi et vous verrez, le cyclo-cross c’est le pied. Qu’une butte se présente vraiment trop ardue, immédiatement on invertit les rôles. C’est l’homme qui porte dessous, pendant que le vélo se repose sur les épaules. Le cyclo-cross c’est çà, quand le cyclisme devient fou, quand son monde passe à l’envers... Le cyclo-cross c’est d’abord des images anormales, un cri de fou qui vient de l’intérieur, un cri silencieux craché par les yeux, un torrent de courage et de volonté qui équilibre un peu la lutte de l’homme contre les éléments. Oui le cyclo-cross c’est bien ça, quand l’homme simple défie le ciel et la terre en même temps, et quand restent en finale ces statues d’homme vélo. Les hommes du cyclo-cross sont aussi les chevaux de bois du cyclisme qui montent et descendent à chaque tour, au même endroit. Rien ne les arrête. Trempés dans la nature et roulés par les flots, ils terminent naturalisés. Lorsqu’en un tour ils creusent un sillon, c’est pour s’y jeter au tour suivant. Et du sillon, rien ne pousse, rien ne sort, sinon l’homme qui se glisse comme une ombre, jusqu’au bout de son voyage.

- Comment font-ils quand vient le moment de ramper ? Comment font-ils quand il faut marcher avec les mains, avec les coudes, avec le torse, avec n’importe quoi, mais avancer... avancer... et surtout ne pas céder. Mais nom de Dieu comment font-ils pour ne jamais pleurer, pour décider comme ça, de se faire mal ? Cette bataille de tranchée qu’ils se livrent n’est pas la guerre, mais un combat. Face à lui-même, l’homme du cyclo-cross doit tout se prouver, tout se faire. Quand il gagne, il n’y a pas de perdant. Ainsi tête baissée derrière un guidon, ces étranges personnages se lancent à travers chemins, sentiers et sous-bois. Des fois ce sont des labours, et en guise de remerciements, ils sont presque ignorés du public, ces authentiques champions, ces forçats de la boue.

- Le coureur de cyclo-cross se distingue des autres cyclistes par la passion de la boue, qui souille son vélo. Chez nous les champions s’appellent Aubry, Huot, Trimoulet, Despert, Simon, Estève ... Les champions de cyclo-cross sont souvent d’un âge plus élevé que ceux de la route. Tout simplement parce qu’il faut une persévérance, une endurance et une obstination qui ne s’acquièrent qu’au fil des années. Si la distance n’est que d’une vingtaine de kilomètres, il faut dire qu’elle se parcourt qu’avec un vélo dont les boyaux sont à pastilles ou à stries. Ils passent à une certaine époque les près, les champs, les terrains labourés, les sentiers de terre, les obstacles artificiels, les bois, les ruisseaux, les pistes caillouteuses, les descentes à pic. C’est tellement fou et insensé qu’on se pose la question. Faut-il davantage courir avec le vélo sur l’épaule ou courir courageusement avec son vélo, ce qui est quand même au programme ? Chacun a ses trucs, ses acrobaties, pratique le dérapage contrôlé ou incontrôlé... Sur ce blog, on va revoir tous les championnats régionaux depuis la Libération, ceux de Guyenne, puis ceux d’Aquitaine qui sous peu deviendront ceux de la Nouvelle Aquitaine. Et dans ce tour d’horizon, nous observerons surtout ceux de notre Dordogne puisque ce blog est consacré essentiellement au vélo de notre Périgord. Encore un détail dans ce qui concerne le millésime du titre. En cyclo-cross, il y a un décalage. Des championnats se sont déroulés en décembre, d’autres en janvier, voire en février. Pour faire simple, nous avons indiqué les dates de chaque épreuve pour que la lecture soit claire dans votre esprit. Et dans une future publication, place à ces championnats... (la suite sur ce LIEN).

VÉLO DORDOGNE - CAUSONS CYCLO-CROSS (à suivre) © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/