SAISON 1976 à 1983 CHEZ LES PROS

chez les pros

- Revoir sur ce LIEN la carrière de Villemiane de 1974 à 1975.

- Voir la vidéo de Pierre-Raymond Villemiane sur ce LIEN (site de Dordogne Sud)

- Extraits de l’hommage de Denis et Jacques Reix à Villemiane
Nous avons vu les qualités qui ont fait de Pierre Villemiane, un routier complet. Après 180 succès chez les amateurs, il signe dans l’équipe professionnelle Gitane en 1976, quelques jours après avoir remporté son dernier critérium amateur, celui de Port Sainte-Foy qui se déroule fin août.
- Il entame sa carrière pro avec une étonnante détermination qui n’est pas celle d’un porteur d’eau.
- Ses débuts dans le Tour de France 1977 sont tonitruants : vainqueur de la première étape à Auch, il prend la seconde place le lendemain à Pau après avoir réglé au sprint Eddy Merckx et Bernard Thévenet. Il porte aussi le maillot vert, gagne le classement final des rushes et termine 5° du classement général final. Pas mal pour un néo-pro.
- D’ailleurs sa constance dans ses bons résultats lui permettent de remporter la Promotion Pernod qui désigne le meilleur espoir de l’année, succédant ainsi à des champions comme Poulidor (1960) ou Hinault (1975).
- En 1978, Cyril Guimard le garde dans la fameuse équipe Renault-Gitane et pendant quatre années, Villemiane va devenir un lieutenant fidèle à son chef de file Bernard Hinault, dit "le blaireau", meilleur coureur de sa génération.

V18

VEILLÉE D’ARMES EN FAMILLE.
Pour Pierre-Raymond Villemiane, l’année 1978 est marquée par ses victoires dans le Tour du Tarn, le grand prix de Plouay et aussi l’arrivée d’une étape du Tour de France dans sa patrie.
- Hinault gagne le contre la montre de l’étape des vins : Saint-Emilion - Sainte-Foy la Grande. C’est sa première victoire dans ce Tour avant la prise prochaine du maillot jaune qu’il ne quittera plus jusqu’à Paris. Le champion breton se souvient : "Ce contre la montre, on l’avait préparé dans une atmosphère familiale, chez Villemiane qui nous avait invités. Je suis parti très vite puis j’ai fléchi entre le 15° et le 30° kilomètre. Après la côte de Villefranche de Lonchat et jusqu’à Sainte-Foy, j’ai fini très fort."
-
Vainqueur des Tours 1975 et 1977, Bernard Thévenet se souvient lui aussi de cette étape : "Ce jour-là, j’ai concédé 4’37" à celui qu’on n’appelait pas encore le Blaireau. Même si je n’étais pas dans un très bon jour, j’ai alors su que la France venait de se trouver un autre héros."
- Quand à Pierre-Raymond, le régional du jour, ce fut l’ovation générale dès qu’il entra, courbé sur sa machine, dans l’agglomération Foyenne où le public se massait derrière des barrières depuis l’avenue d’Angoulême à Port Sainte-Foy, l’entrée du vieux pont suspendu sur la Dordogne et l’arrivée avenue Paul Bert.

1979 ballon d'alsace

Vainqueur de l'étape au Ballon d 'Alsace, caché derrière lui l'Italien Battaglin

UN CHAMPION TOUT TERRAIN.
- L’année suivante, Villemiane termine 13° du classement général du Tour de France, après avoir gagné la très belle étape au sommet du Ballon d’Alsace devant le champion italien Battaglin : "Battaglin m’a proposé beaucoup d’argent pour me laisser battre mais j’ai refusé net !" dit Pierre-Raymond en souriant.
- Cette année là, le Foyen s’illustre au Tour de l’Aude (2°), au Midi-Libre (3°) et même au Championnat de France de cyclo-cross (2°).

Départ critérium cycliste avec PRV

Chez lui à Sainte-Foy, il s'apprête à donner le départ d'une course amateur

CHAMPION DE FRANCE SUR ROUTE.
- Sans nul doute, l’année 1980 est la plus marquante pour celui que l’on appelle "Bibi" dans le peloton. D’abord vainqueur de la classique Paris-Camembert puis des étapes volantes du Tour d’Italie, Villemiane est sacré champion de France après une échappée solitaire de 60 kms sur les routes du massif de la Chartreuse.
- Pendant une année, l’enfant de Pineuilh peut donc endosser la tunique tricolore, mais les résultats s’avèrent moins brillants. Le public local peut toutefois l’applaudir lors de sa victoire à Castillon la Bataille : "Quand tu as le maillot, on te demande beaucoup. Mais tu ne peux pas être à la fois au service de quelqu’un et briller" déclare-t-il aux médias. Evincé du Tour de France 81 au dernier moment par Guimard, Villemiane qui avec désenchantement l’équipe Renault-Gitane et signe chez Wolber-Spidel.

VAINQUEUR ET FINISSEUR A BORDEAUX.
- 1982 est l’année de sa résurrection. Celui que l’on croyait fini effectue une saison remarquable. Il gagne le Grand Prix de Monaco, le Trophée des grimpeurs, puis s’illustre dans le Tour d’Espagne où il termine à la 5° place du classement général et meilleur français. "Nous étions trois leaders dans l’équipe mais au lieu de s’entendre on se tirait la bourre entre nous. C’est dommage car je pouvais finir sur le podium."
- Mais c’est au Tour de France qu’il va obtenir sa plus belle revanche. Il fait second de l’étape de Nantes où il bat Raas (champion du monde 79) au sprint et dit le soir au contrôleur médical : "Au revoir et à demain !" En effet le lendemain 13 juillet, le régional de l’étape sort de l’ombre à un kilomètre de l’arrivée et franchit en vainqueur la ligne face à l’esplanade des Quinconces à Bordeaux, devant un peloton médusé qui se préparait au traditionnel sprint Bordelais. "A l’exception du premier rush, j’ai fait toute la course derrière. Je ne voulais pas qu’on me repère, il fallait absolument que je passe inaperçu" confie-t-il peu après. Ses résultats lui valent une deuxième sélection pour les championnats du monde sur route.
- En 1983, il retombe un peu dans l’oubli et à l’automne il met un terme à sa carrière professionnelle sur un coup de tête. Il reprend un temps le vélo en amateur quelques années plus tard.

Pierre

PALMARÈS PROFESSIONNEL.

Participations.

  • 5 tours de France 1977, 1978, 1979, 1980, 1982
  • 2 Tours d’Italie 1980, 1983
  • 1 Tour d'Espagne 1982
  • 2 sélections aux championnats du monde sur route 1980 et 1982

1976 (Gitane-Campagnolo).
- 1° critérium de Plaffikon (Suisse)
- 2° d’une étape du Dauphiné Libéré
- 3° Grand Prix de Plouay

Cyclo cross

Remarquable dans les cyclo-cross où il a toujours tiré son épingle du jeu

1977 (Gitane-Campagnolo).
- 1° Promotion Pernod (meilleur espoir de l’année)
- 1° étape du Tour de France à Auch
- 1° étape du Midi-Libre
- 1° étape du Tour du Limousin
- 1° étape du Tour de Corse
- 1° rushes du Tour de France
- meilleur grimpeur du Tour de l’Aude
- 1° critérium d’Oradour
- 2° Paris-Bourges
- 2° d’une étape du Tour de France
- 5° Tour de Corse
- 3° Polymultipliée
- 4° du Maillot vert du Tour de France
- 15° Tour de France
- 16° Tours-Versailles

Maillot vert

Porteur du maillot vert au Tour de France

1978 (Renault-Gitane).
- 1° Grand Prix de Plouay
- 1° Tour du Tarn
- 1° étapes du Tour du Tarn
- 1° étape du Tour du Vaucluse
- meilleur grimpeur du Tour du Vaucluse
- 1° Parizot
- 1° Beaulac-Bernos
- 1° Bayon (54)
- 3° Tour de Vaucluse
- 3° Championnat de France de cyclo-cross
- 3° Grand Prix de Cannes
- 4° Championnat de France sur route
- 3° Ronde de Montauroux (83)
- 8° Tour de Romandie
- 31° Tour de France

V8

Départ d'une épreuve dans le clan des Renault

1979 (Renaut-Gitane).
- 1° Etape du Tour de France au ballon d’Alsace
- 1° étape de l’étoile des espoirs
- 1° classement par points du Midi-Libre
- Meilleur grimpeur du Midi-Libre
- Meilleur grimpeur du Tour de l’Aude
- 1° Josselin (56)
- 2° Tour de l’Aude
- 2° Championnat de France de cyclo-cross
- 2° Trophée des grimpeurs
- 2° Grand Prix de Mauléon
- 2° Boucle des Flandres
- 2° Route Nivernaise
- 3° du Prestige Pernod
- 3° du Midi Libre
- 3° d’une étape du Dauphiné Libéré
- 3° de trois étapes du Midi Libre
- 5° Championnat de France
- 5° Paris-Bourges
- 5° Grand Prix de Plouay
- 13° du Tour de France
- 13° du Championnat du Monde de cyclo-cross
- 21° Liège-Bastogne-Liège

Podium Ch de F

1980 : Champion de France des professionnels sur les circuit des Echelles en Savoie

1980 (Renault-Gitane).
- 1° Championnat de France sur route
- 1° Paris-Camembert
- 1° aux Herbiers (85)
- 1° Castillon la Bataille
- 3° Grand Prix de Cannes
- 1° étape du Tour du Tarn
- étapes volantes du Tour d’Italie
- 10° du Championnat de Zurich
- 38° Tour d’Italie
- 70° Tour de France

Hinault, Becaas, Chaumaz Bernaudeau, Guimard et PRV 1978

Villemiane avec Hinault, Becaas, Chaumaz, Bernaudeau et Guimard en 1980

1981 (Renault-Gitane).
- 1° Châteauroux-Limoges
- 2° Grand Prix de Cannes
- 2° d’une étape du Tour de Romandie
- 3° Paris-Bourges
- 3° Ronde de Montauroux (83)
- 4° Tour du Haut Var

V12

Vainqueur à Bordeaux en 1982 (Tour de France)

1982 (Wolber-Spidel).
- 1° Etape Tour de France à Bordeaux
- 1° Grand Prix de Monaco
- 1° Trophée des grimpeurs
- 1° Vailly sur Sauldre (18)
- meilleur grimpeur du Tour du Limousin
- meilleur grimpeur du Tour de l’Oise
- 2° d’une étape du Tour de France
- 2° d’une étape du Tour d’Espagne
- 3° de trois étapes du Tour d’Espagne
- 3° Paris-Bourges
- 5° du Tour d’Espagne
- 55° Tour de France

V27

En course au cours du Giro

1983 (Wolber-Spidel).
- 2° d’une étape du Tour du Limousin
- 4° Tour du Limousin
- 6° Route du Berry- 4° de la première étape du Tour de Romandie
- 4° Grand Prix de Plouay
- 58° Tour d’Italie

VÉLO DORDOGNE - PR. VILLEMIANE CHEZ LES PROS © BERNARD PECCABIN
La mémoire du cyclisme en Dordogne est à découvrir sur les blogs :
http://la-dordogne-cycliste.allmyblog.com/ et http://velodordogne.canalblog.com/
Prochaine publication : 1988-1989 son retour chez les amateurs